Textbase

Return to list of source texts

French materials from The Statutes of the Realm Vol. 1

London 1810
Genre: Legal, Administrative and Diplomatic
AND Bibliography: Stats

This is a digitised partial version of an original work in the public domain. See General Conditions of the Anglo-Norman On-Line Hub for rights information concerning this electronic version

Page 1_xxxix

INTRODUCTION.

[...]

CHAP. III.

[...]

SECT. III.

Of the Mode used in searching for, transcribing, collating, noting, and printing the Text of the Statutes.

Immediately after the Commissioners had given their Directions for proceeding upon the Work, according to the Plans submitted to and approved of by them, Searches were made in the Tower of London and other principal Repositories in the Metropolis, which, by the Returns made to the Committee of the House of Commons upon Public Records, appeared to contain Authentic Records or antient Copies of Statutes; and in 1806, as hath been before-mentioned, every other Place of the same Description in England and Ireland was visited by Two Sub-Commissioners. Upon these Occasions, the Statute, Parliament, Close, Patent, Fine, and Charter Rolls, and other Records and Manuscripts preserved in the several Repositories, were examined: Reports of the Contents of these Records or Manuscripts were from Time to Time laid before the Commissioners:

Page 1_xl

Numerous and repeated Transcripts and Collations were made, not only of the Statutes heretofore printed, but also of very many Instruments considered as fit to be introduced at Length, or as affording Materials for Notes and various Readings: And the printed Editions from the earliest Period to the present Time were collected together, examined, and compared with each other. From the whole of these Materials Lists were prepared of the Matters to be admitted, referring to the several Records, Manuscripts, and Books, in which, they were respectively preserved or published. All the Transcripts and Collations made of these Matters were compared with each other, and with the printed Copies. The Transcript which, on full Examination, appeared to be made from the most authentic Source was used as the Copy of the Text to be printed: All the other Transcripts and Collations of the same Instrument, as also the printed Editions, were then compared and. collated with this Copy, and the requisite Various Readings noted accordingly.

The Various Readings are suggested, in the following Manner; First, By substituting one Reading for another; In this Case the Word or Sentence in the Text, of which an Alteration is suggested, is included between two Crotchets, with a Figure of Reference to the Note; and in the Note is inserted the Word or Sentence proposed to be substituted, with a Quotation of the Record or Manuscript or printed Copies in which it is found. Secondly, By inserting some Word or Sentence omitted: In this Case a Reference is included within a Parenthesis, and the Word or Sentence to be inserted is supplied in the Note. Thirdly, By noting the Omission, in other Copies, of a Word or Sentence inserted in the Text: In this Case the Word or Sentence in the Text is included between Crotchets with a Reference, and in the Note the Copies which omit such Word or Sentence are particularized.

The Entries on the Statute Rolls and Records of Chancery are very seldom broken into separate Paragraphs; though other Manuscripts are more frequently so divided. In all Cases where there is any Division of Paragraphs in the Record or Manuscript, the like Division has been made in the Transcript. The Transcript has been also occasionally divided into separate Chapters or Paragraphs, in Conformity with the printed Editions of the Statutes, and for the Convenience of Reference, in Places where such Division did not occur in the Record or Manuscript: But this has been done only when a full Stop or other Mark in the Manuscript appeared to justify the complete Separation of the Sentences. The Points or Stops are conformable to those in the Record; and in printing the Text of the antient Statutes, the same Mode has been adopted as with respect to the Charters, of exhibiting the Contractions as near as may be to the likeness of the Original Characters. Where the Chapters or Clauses are numbered in the Record or Manuscript, such Number has been inserted in the Transcript. And the Numbers of the Chapters and Clauses in Cay's Edition, or the other Printed Editions from which the Translation is taken, are inserted at the Head of the Side Note or Abridgement affixed to the Translation.

In this State the Copy was sent to the Printer. The Proof Sheets supplied by him were in the First Instance compared with the Manuscript Transcripts. These Proofs being corrected, they were next compared with the Original Record, or Manuscript Authority from which such Transcripts were made. In Cases of Various Readings, the whole Article as printed, was also read and compared with the Record or Manuscripts from whence the Various Readings were suggested; and further Suggestions as to Notes of Various Readings and Amendments were adopted, as they continued to occur. The Sheets thus corrected, were again compared with the Record or Manuscript Authority, and the necessary Corrections marked thereon; which being made by the Printer, the Sheets were revised, and occasionally submitted to the Commissioners, under whose Directions many Amendments were made; and the Sheets were then finally printed off for the Work, as they now appear.

Page 1_xlvii

APPENDIX TO INTRODUCTION.

In citing the several Statute Rolls, Parliament Rolls, and Close, Patent, Fine, and Charter Rolls, the Year of the King, the Part, if there are more Rolls than one of the same Year, the Membrane or Skin, and the Number of the Article, where it is so distinguished on the Roll, are particularised; and if it is on the Dorse or Back of the Roll that also is noticed.–The several Membranes or Skins of which of the Rolls are composed, are frequently numbered from the bottom to the top of the Roll, the Membrane at the End being numbered 1, and so progressively up to the beginning of the Roll;–Thus:

Mag. Rot. Stat. m. 46 d. signifies,–The Great Roll of the Statutes, on the back of Membrane 46. Rot. Parl. 6 Edw. II. P. 2. nu. 3. - Parliament Roll 6 Edward II. Part II. Number 3.

Rot. Claus. Close Roll Rot. Fin. Fine Roll
Rot. Pat. Patent Roll. Rot. Cart. Charter Roll
In Cedula – In a Schedule or separate Skin or Membrane attached to the Roll.

Page 1_17

Carta Confirmationis REGIS EDWARDI I.
V. DIE NOVEMBRIS, ANNO REGNI XXV.
A.D.MCCXCVII.

EDWARD par la grace de dieu Roi Dengleterre Seygneur Dirlande e Ducs Daquitaine a toutz ceux qui cestes presentes lettres verrount ou orrount salutz. Sachiez; nous al honeur de dieu e de seinte eglise, e a profist de tout nostre Roiaume avoir graunte, pur nous e pur nos heyrs, ke la graunt chartre des fraunchises, e la chartre de la foreste, les queles feurent faites par commun asent de tout le Roiaume en le temps le Roi Hanry nostre Pere, soient tenues en touz leur pointz saunz nul blemissement. E volums ke meismes celes chartres desouz nostre seal soient envieez a nos Justices ausi bien de la forest cume as autres, E a touz les viscountes des counteez, E a toutz nos autres Ministres, e a toutes noz Cyteez par my la terre, ensemblement oue noz brefs, en les quieux serra countenu kil facent les avauntdites chartres puplier, e ke il facent dire au pueple ke nous les avuns grauntees, de tenir les, en toutz leur pointz, E a nos Justices Viscountes e Maires, e autres Ministres, qui la loy de la terre desoutz nous e pur nous ount a guier, meismes les Chartres en toutz lur pointz en pledz devaunt eaux, e en Jugementz, les facent alower, Cest a savoir la graunt Chartre des fraunchises cume loi commune, E la chartre de la forest, solumc lasise de la forest, al amendement de nostre pueple. E volums ke si nuls jugementz, soient donez desore mes, encountre les pointz des chartres avauntdites, par Justices e par nos autres Ministres qui countre les pointz des chartres tienent pledz devaunt eaux, soient defez, e pur nyent tenuz. E volums ke meismes celes chartres desoutz nostre seal soient envieez as eglises cathedrales parmi nostre Roiaume e la demoergent, e soient deus fiez par an lues devaunt le poeple. E ke Arceeveesques Evesqes doingnent sentences de graunt escummenge, countre touz ceaux qui countre les avauntdites chartres vendrount ou en fait ou en ayde, ou en counsal, ou nul poynt enfreindrent ou encountre vendrount. E ke celes sentences soient denunciez e pupliez deux foyz per an par les avauntditz Prelats. E si meismes les Prelas Evesqz ou nul deux soient necgligentz, a la denunciaciun susdite faire, par les Arceevesques de Caunterbire e de Euerwyk, qui pur temps serrount, sicume covyent soient repris e destreintz a meismes cele denunciacun fere en la fourme avauntdite. E pur coe ke aukuns gentz de nostre Roiaume se doutent qe les aides e les mises les queles il nous unt faitz avaunt ces houres pur nos guerres, e autres busoignes, de leur graunt e de leur bone volente, en quele manere qe fez soient, peussent tourner en servage a eux, e a leur heyrs, pur coe qil serroient autrefoytz trovez en Roulle, e ausint Prises que unt este faites par my le Roiaume par nos ministres en nostre noun; avuns graunte pur nous e pur nos heyrs qe mes teles aydes mises ne prises ne trerroms a coustume par nule chose qe soit fayte, ou ke par Roulle, ou en autre manere pust estre trovee. E ausint avuns graunte pur nous e pur nos heyrs, as Arceevesques, Evesques, Abbees, Priours, e as autre gentz de seint eglise, e as Countes e Barouns, e a toute la communaute de la terre, que mes pur nule busoigne tieu manere des aydes mises ne prises de nostre Roiaume ne prendrums fors ke par commun assent de tout le Roiaume, e a commun profist de meismes le Roiaume, sauve les auncienes aydes e prises dues e acoustumees. E pur coe ke tout le plus de la communaute del Roiaume se sentent durement grevez, de la male toute des leynes, cest asaver de chescun sac de Leyne quarante sous e nous unt prie ke nous les vousissums relesser; Nous a leur priere le avuns pleinement relesse. E avuns graunte qe cele ne autre mes ne prendroms sauntz leur commun assent e lur bone volente, sauve a nous e a nos heyrs la coustume des leynes peaux e quirs avaunt grauntez par la communaute du Roiaume avaundit. En tesmoinaunce des quieux choses nous avuns fait faire cestes noz lettres overtes. Donees a Gaunt le quint jour de Novembre lan de nostre regne vintisme quieent.

Page 1_26

STATUTES OF KING EDWARD THE FIRST

Anno 3o EDWARDI I. A.D.1275.

Les premers Estatuz de Westmuster.P26Astar [P26Astar] This Title is from Lib. Scac. Westm. X. fo. xxj. (xxv.)1_27

THE STATUTES OF WESTMINSTER; THE FIRST.

Ex Lib. Rub. Scacc. Dublin'.

CES sunt les Establisementz le Rey Edward, le fitz le Rey Henry, fetz a Weymoster a son premer parlement general apres son corounement, apresP26A1 [P26A1] lendemain Lib. Horn: MS. Cott. Claud. D. II.1_27 la Cluse Paske lan de son Regne tierz, par son Conseil e par le assentement des Erceveskes, Eveskes, Abbes, Priurs, Contes, Barons, & la Communaute de la tere ileokes somons: ¶ Pur ceo ke nostre Seygnur le Rey ad graunt volente & desir del Estat de son Reaume adrescer,P26A2 [P26A2] redrescer Lib. Scacc. Westm. X.1_27 en les choses ou mestier est del amendement, e ceo pur le commun profit de Seint Eglise e del reaume; Et pur ceo qe lestat de Seint Eglise ad este maumene, e les Prelatz e les religious de la tere grevez en multz de maneres, e le poeple autrement trete, e la pees meins garde, qe estre ne deust, e les leys mesusees e les meffesauntz meins puniz qe estre ne deussent; pur quei les gentz doterent le meins a meffere; si ad le Rey ordine & establi les choses desuz escrites, q'il entent qe seient profitables e covenables a tut le Reaume.

1

¶ Enprimes veut le Rey e commaunde qe la pees de Seint Eglise e de la tere seit bien garde e meintenue en tutz pointz; e qe commune droiture seit fet a tutz, ausi bien a povres com as riches, saunz regard de nuly. ¶ Purceo qe les Abbeyes e les mesons de ReligiousP26A3 [P26A3] Religion Lib. X.1_27 ont este sorchargez e greve malement, par la venue des grauntz gentz e autres qi bien ne sofiseient a eaus meismes receivre,P26A4 [P26A4] ke ben suffisaient a eus mesmes Lib. Horn ki bens suffisoient a eus meismes Lib. X: Rot. Bodl. Lib. Nig. Æd. Chr. Dub que lour biens ne suffisent a eux mesmes Old Printed Copies.1_27 par quei les religious sont issi abessez et enpoverez q'eles ne pount sustenir eus meismes, ne la charge de la charite q'eles solient fere; pur ceo purveu est qe nuly vengne manger, herbiger ne gisir, en meson de Religion de autri avoeson qe de la sone, al cust de la meson, sil ne seit prie e requis especialment par le goverurP26A5 [P26A5] governour Lib. Horn.1_27 de la meson avaunt qil ivengne; e qe nul, a ses custages demeine, vengne gisir desoremes en meson de Religion,P26A6 [P26A6] y entre Lib. Horn.1_27 en contre la volente de la meson. Et par ces estatutz ne entent pas le Rey qe grace de especialteP26A7 [P26A7] hospitalite Lib. Horn: Lib. X: MS. Cott: Lib. Nig: Rot. Bodl.1_27 seit sostret a bosoingnus, eP26A8 [P26A8] ne Lib. Horn.1_27 qe les avouwez des mesons neP26A9 [P26A9] les Lib. Horn: MS. Cott.1_27 puisent par lur venues sorkarker e destrure. ¶ Purveu est ensement qe nul grant ne petit par colur de parenteP26A10 [P26A10] patent Rast. 1565. See Fleta, lib. 3. c. 5. § 12. 1_27 ou de especialte,P26A11 [P26A11] hospitalite Rot. Bodl.1_27 ou de autre affiniteP26A12 [P26A12] affiance MS. Cott.1_27 ne parP26A13 [P26A13] autre Lib. Horn.1_27 acheson ne courge en autri parks, ne pesche en autri vivers, ne

Page 1_27

herberge en autri maner, ne en mesonP27A1 [P27A1] ne veingne manger ne herbeger en meysoun ne en maner Lib. Horn.1_28 de Prelat, de Home de Religion ne de autre, en contre la volente e le conge del Seygnur ou del baillif, al coust le Seygnur deleinz, ne a son coust demeine. Et si il vengne,P27A2 [P27A2] e entre Lib. Horn: MS. Cott.1_28 par le gre ou saunz le gre le Seygnur, ou le baillif, nule serure, huys, fenestre, ne nule manere de fermine ne face overir ne depescer, par sey ne par autre; ne nule manere de vitaille ne de autre chose ne prengne, par colur de achat ne autrement. ¶ E qe nul ne face batreP27A3 [P27A3] ble Lib. Nig. bledz MS. Cott.1_28 ne prendreP27A4 [P27A4] ble ne Lib. Horn: Lib. X bledz ne MS. Cott.1_28 nule manere de vitaille ne autre biens de nuly Prelat, Home de Religion, persone ne de autre, ne de Clerk, ne de Lay, par colur de achat ne autrement encontre la bone volente ou le conge de celuy a ki la chose serra, ou le gardein, dedenz vile marchaunde ou dehors. ¶ Et qe nul ne prengne chivaus, beofs, chars, charettes, niefs, ne bateus, a fere cariages, saunz la bone volente ou le conge de celuy a ki la chose serra, e si par la volente de celuy le face, lors meintenaunt face son gre solum le covenant fet entre eaus. Et ceaus qi vendront encontre les estatutzP27A5 [P27A5] establissementz Lib. Horn.1_28 avauntditz, e de ceo seient ateintz, seient ajugez a la prison le Rey, e de ileokes reintz solum la quantite e la manere del trespas, solum ceo qe le Rey ouP27A6 [P27A6] en MS. Cott.1_28 sa Court verra qe bien seit. Et fet asavir qe si ceaus a ki le trespas est fete veillent suire, les damages q'il averunt eus, lor serra regardeP27A7 [P27A7] agardez Lib. Horn.1_28 e returne al double, e ces qi les trespas averunt fet seientP27A8 [P27A8] ensement Lib. Horn.1_28 puniz a la manere avauntdite; e si nul ne voudra suire, le Rey eit sa suite, com de chose fete encontre son defens e encontre sa pees. Et le Rey fra enquere de an en an, si com quidera qe bien seit, quele gent eient tel trespas fet, & ceaus qi serrunt enditez en tieles enquestes serrunt atachetz, & destreintz par la graunt destresce, de venir a un certein jour ke contenge le espace de un moys en la Court le ReyP27A9 [P27A9] ou Lib. Horn: MS. Cott.1_28 la ou li plerra; e si ceausP27A10 [P27A10] ne Lib. Horn.1_28 vengnant a tiel jour, seient destreintz derechief par mesme la destresce de venir a un certein jour qe contigne seetP27A11 [P27A11] sis Lib. X: vj. Lib. Horn.1_28 sesmeins; Et si ceaus adunk ne vengnent seient jugez com ateintz, e rendent le double, par la suite le Rey, a ceaus qi le damage averont, e seient grevousement puniz solum la manere del trespas. ¶ Et le Rey defent e comaund qe nul desoremes ne face mal ne damage ne grevaunce a nul Home de Religion, persone de Seient Eglise, ne a autre, par acheson qil eyent vyeP27A12 [P27A12] deniee Lib. X: MS. Cott.1_28 le hostel ou le manger a nuly, ou par acheson de ceo q'aukun se pleient en la Court de ceo qil sen sent greve de aukunes choses avauntdites, e si nul le face, e de ceo seit ateint, seit encoru en la peyne avauntdite. ¶ Et est porveu qe les pointz avaunditz lient ausi bien nos Conseillers, Justices de Forest, e nos autres Justices, come autre gent. ¶ Et qe les pointz avauntditz seient meuz tenuzP27A13 [P27A13] meintenuz Lib. X.1_28 e gardees, si defend le Rey sor sa greve forfeture, qe nul Prelat, Abbe, Home de Religion, ou Baillif de aukun de eaus,P27A14 [P27A14] ou autre Lib. Horn ou d'autre Lib. X.1_28 ne receive nul home encontre la forme avauntdite. ¶ Et qe nul ne envoye a meson ne a maner de Religion, ne de autre home, gentz, chivaus, ne chiens a sojorner, ne nul ne les receive; Et qi le fra, por ceo qe ceo est encontre le defens e le comaundement le Rey, il serra puni grevement. ¶ Unkore est porveu qe Viscontes ne herbergant en nul liuP27A15 [P27A15] ove nullui MS. Cott.1_28 oud plus qe oud cink ou sis

Page 1_28

Chivaus, ne q'il ne grevent la gent de Religion ne autres, par lour sovent venir ou gisir a lour Mesons ou a lour Maners.

2

¶ Porveu est ensement qe kaunt Clerk est pris por ret de felonie, e il seit demaunde par le Ordinaire il lui seit livere solum le privilege de Seient Eglise, en tiel peril com il iapent, solum les custumes avaunt ces oures usees; e le Rey amoneste les prelatz, e lour enjoynt en la fei qil li deivent, e por le comun profit e la pees de la tere, qe ceaus qi sunt enditez de tiel ret, par solempne enqueste des prodes homes fete en la Court le Rey, en nule manere ne les delivrent saunz duwe purgacion; issi qe le Rey neit mester de metre i autre remedie.

3

¶ Purveu est ensement qe nule rien ne seit dosoremes demaunde, ne pris ne leve,P28A1 [P28A1] par Viscunte ne par autre Lib. Horn: Lib. X: Rot. Bodl.1_29 pur eschap de larun ou de felon, jeske ataunt qe le Eschap seit ajuge par Justices errauntz; e ky autrement le fra, si rendra a celuy ou a ceaus qi laveront paez quant qilavera receu, e au Rey ensement ataunt.

4

¶ De Wrek de Mer est acorde, qe la ou home, chien, ou chat eschape vif hors de la NiefP28A2 [P28A2] qe la nef Lib. Horn: MS. Cott.1_29 ou le batel ou nule rien qi leinz seit, ne seit juge a Wrek, mes seient les choses sauvees e gardees, par veue del Visconte eP28A3 [P28A3] ou Lib. Nig.1_29 del Coruner eP28A4 [P28A4] ou Lib. X: Lib. Nig.1_29 des Bailliz le Rey,P28A5 [P28A5] e baillez Lib. Horn: Rot. Bodl.1_29 en la main de ceaus de la Vyle, ou les choses sont trovez; issi qe si nul siwe ceus biens e puisse prover qil seient soens, ou a son Seygnur ou en sa garde periz, dedenz lan & le jour, saunz delay li seient renduz; Et si noun, remaingne au Rey, e seient prisez par le Visconte e le CorunerP28A6 [P28A6] e baillez Lib. Horn: Rot. Bodl.1_29 a la vilee a respoundre devaunt Justices del Wrek qi apent au Rey; Et la ou Wrek apent a autre q'al Rey, si lait par meime la manere. Et qi autrement le fra, e de ceo seit ateint, seit agarde a la prison e reint a la volente le Rey, e rendra les damages ensement: E si la Baillif le face, e seit desavowe del Seygnur, e le Seygnur ne ne otrieP28A7 [P28A7] rien nen atraie de ceo Lib. Horn rens ne otrie Lib. X rien nad tret Lib. Nig. rien ad tret de ceo Rot. Bodl.1_29 a luy, respoingne le Baillif si il ad de quei; Et sil nad de quei, rende le Seygnur le cors del Baillif al Rey.

¶ Pur ceo qe elections deivent estre fraunches, le Rey defent sour sa greve forfeture qe nul, haut home ne autre, par poer de armes ne par maliceP28A8 [P28A8] manasce Lib. Horn.1_29 ne desturbe de fere fraunche Election. ¶ Et qe enP28A9 [P28A9] om  Lib. Horn; Lib. X; MS. Cott.1_29 nule Cite Burg ou Vile, ne nul home seit amercie saunz renable acheson, e solum la quantite del trespas; ceo est asaver fraunk home sauve son contenement, Marchaund sauve sa marchandise, Vilayn sauve son gaingnage; e ceo par lour piers.

¶ Des Prises des Conestables ou Chasteleyns, fetes de autres qe de la Gent de la Vile ou les Chasteaus sunt assis, Purveu est qe nul Conestable ne Chasteleyn desoremes nule manere de prise ne face, dautre houme qe de autre homeP28A10 [P28A10] An erroneous Repetition.1_29 qi de la Vile ou son Chastel est assis, e ceo seit paie ou gre fet dedenz quarante jours, si ceo ne seit aunciene prise due au Rey ou al Chastel ou al Seygnur del Chastel. ¶ Et qe nule rien seit pris par beau pleyder, si com autre fietz fit defendu en le tens le Rey Henry piere le Rey qi ore est.

9

¶ Et pur ceo qe la pees de la tere ad este feblement garde avaunt ces oures, par defaute de bone suite fete sur les felons solum doue manere, e nomeement par acheson des fraunchises ou les felons sunt recettez;

Page 1_29

Purveu est qe tutz communaumant seient pretz & aparaillez, al maundemant e a la somonse des Viscontes, ou au cri del pays, de suire e de arester les felons quant mester serra, ausi bien dedenz fraunchises cum dehors: Et ces qi ceo ne frunt, e de ceo seient ateintz, le Rey prendra a eus grevement: Et si la defaute seit trove sor le Seygnur de la fraunchise, le Rey se prendra a meime la fraunchise; e si la defaute seit al baillif eit la prison de un an, e puis seit grevement reint; e si il nad de quei, eit la prison de deus aunz. ¶ Et si VisconteP29A1 [P29A1] ou Coroner Lib. X.1_30 ou autre Baillif, dedenz fraunchises ou dehors, pur louer ou par priere, ou par nule manere de affinite, concelent ou consentent, ou procurent de conceler, les felonies fetes en lour baillies, ou ke il se feingnent de arestier ou de atacher les meffesauntz, par la ou il purront, ou autrement se feingnant de fere lur office, eP29A2 [P29A2] en Lib. X.1_30 nule manere de favor des meffesauntz, e de ceo seient ateintz, q'il eient la prison de un an, e puis seient grevemant reintz, e si il ne unt de quei, eiant la prison de quatreP29A3 [P29A3] iij. MS. Cott: Rot. Bodl. wherewith the Printed Copies agree. Lib. X: Lib. Nig: Lib. Horn, agree with the Text. 1_30 aunz.

10

¶ Pur ceo qe petit gent e meins sages sunt esluz ia de novel communaumant al office de Coruner, e mestier serreit qe prodes homes leaus & sages se intremeisent de cel office; Purveu est qe par tutz les Contiez seient esluz suffisauntz Coruners des plus leals e plus sages Chivalers, qi meus sachent, veillent, e puissent a cel office entendre, e qi loiaument attachent & representent les appeausP29A4 [P29A4] representent les plees Lib. X presentent les ples Lib. Nig: Rot. Bodl.1_30 de la Corune, e les Viscontes eient contreroules ove les Coruners, ausi bien des appeaus com des enquestes attachementz & autres choses qi a cel Office appendent. Et qe nul Coroner rien ne demaunde ne prenge de nuli, por fere son office, sur peine de la greve forfeture le Rey.

11

¶ Et pur ceo qe plusurs rettez de mort de home, e qi sunt copables de mesme la mort, se sont par favorables enquestes prises par Viscontes e par bref le Rey kest appele Odio & Atia repleviz jeskes al Ayre des Justices errauntz; Purveu est qe celes enquestes seient des CorunersP29A5 [P29A5] desoremes Lib. X1_30 prises par prodes homes eluz par serment, dount les deus seient Chivalers al meins, qi par nul affinite ne atouchent les prisons, ne autrement ne seient sustenuz.P29A6 [P29A6] suspecinous Lib. X.1_30

12

¶ Purveu est ensement qe les felons escriez e qi sont apertement de male fame, e ne se voillent mettre en enquestes des felonies, qe Um les met sureP29A7 [P29A7] ke hom lur mettent sure Lib. X ke lem lur met sur Lib. Nig: Rot. Bodl. que lem les mettent sure Lib. Horn que lem lui mette suire MS. Cott. que homes met sur eux 2 Inst. qi home les met seur Pyns. 1508 qe home leur met seur Tot. 1556.1_30 devaunt Justices a la suite le Rey, q'il seient remisP29A8 [P29A8] soient mys MS. Cott.: Printed Copies.1_30 en le prison forte & dure, come ceaus qi refusentP29A9 [P29A9] estre a Lib. X: MS. Cott.1_30 la commune ley de la tere: Mes ceo nest mie a entendre por prisons qe sunt pris pur legiere suspeciun.

13

¶ Et le Rey defent qe nul ne ravie ne prenge a force damoysele dedenz age ne par son gre ne saun son gre, ne dame ne damoisele de age,P29A10 [P29A10] om  Lib. Rub. Scacc. Dublin: They are inserted above from Lib. Scacc. Westm. X. wherewith MS. Cott; Rot. Bodl: Lib. Nig; Lib. Horn; several other MSS. and all the Printed Copies agree. 1_30 ne autre femme maugre seon; e si nul le fet, a la suite celi qi suiwera dedenz les quarante jours, le Rey en fra comune dreyture: Et si nul ne comence sa suite dedenz quarante jours, le Rey en siwera; e ces qil entrovera copables, si averont la prison de deus aunz, e puis serrunt reintz a la volente le Rey: Et sil ne unt dount estre reintz a la volente le Rey si seient puniz par plus long prison, solum ceo qe le trespas le demande.

Page 1_30

14

¶ Pur ceo q'um lad usee de utlaer, en aukum pays, la gent appellee del comaundement, force, aide, e recettement, dedenz mesme le terme q'um deit utlaer celui qest appele del fet, Purveu est, e graunte par le Rey, qe nul ne seit utlae pur appel del commaundement, force, aide ou recettement, jesqes ataunt qe li appele del fet seit ateint; issi qe une mesme ley seit de ceo par tote la tere; mes celi qi apele ne lesse pas pur ceo de attacher son appel, al prochein Conte, vers ceaus ausi bien com vers les appellez del fet, mes le exigende de eaus demeorge jesqes a taunt qe les appelez del fet seient ateintz par utlagherie ou autrement.

15

¶ Pur ceo qe les Viscontes & autres qiP30A1 [P30A1] om  Lib. X1_31 unt pris e detenue en prison gentz rettez de felonies, & meinte foiz ont lesseP30A2 [P30A2] par plevine Lib. X.1_31 la gent qi ne sunt mie replevisables, e ont detenuz en prison ceaus qi estoient replevisables, par acheson de gaigner des uns & de grever les autres; Et pur ceo q'avaunt ces ures ne fu mie termineP30A3 [P30A3] determine Lib. X.1_31 certeinemant queus furent replevisables & queus noun, horspris ceaus qi estoient pris por mort de home, ou par commaundement le Rey ou des ses Justices, ou por la Foreste; Purveu est & comaunde par le Rey, qe les prisons qi sunt avaunt utlagez, & ceus qi eient forjure la tere, Provurs, toz qi sunt pris ov meinoure, ceaus qi unt depesce la prison le Rey, larons apertement escriez e notoyres, e ceus qi sont appellez de provurs taunt come le provur vist, sil ne seient de bone fame, e ces qi sont pris pur arsonP30A4 [P30A4] de mesun Lib. X.1_31 felonessement fete, ou pur fause moneye, ou fauseors del seel le Rey, ou escomengeP30A5 [P30A5] escummegez Lib. X.1_31 pris par priere le Eveske, ou pur aperte mauveiste, ou treson qi touche le Rey mesme, ne seient en nule manere replevisables, par le commun bref ne saunz brief; mes ceaus qi soient enditez de larcin, par enqueste des Viscontes ou des Bailliz prises de lur office, ou pur legiere suspecion, ou pur petit larcin qi ne amonte a la valueP30A6 [P30A6] outre xij deniers ou a la value Lib. Nig. utre la value Lib. X: MS. Cott: Rot. Bodl: Lib. Horn.1_31 de duze deners, sil ne seit rette de larcinP30A7 [P30A7] dautre larcin Lib. X.1_31 avaunt cel houre, ou rette de recettement des felons ou del comaundement, ou de la force ou del aideP30A8 [P30A8] de felonie Lib. X.1_31 fete, ou des autres des trespasP30A9 [P30A9] autre rettez de trespas Lib. X rettes dautres tresspas MS. Cott.1_31 pur le quel om ne deit perdre vie ne membre; Et home appelle de provur, puis la mort le provur, sil ne seit apert laron escrie, seit desoremes lesseP30A10 [P30A10] si tuz ceus ne seient apert laruns escriez, seient desoremes-lessez Lib. X: Lib. Nig.1_31 par suffisaunte plevine, dont le Visconte veille respondre, & ceo saunz rien doner de lour. Et si Viscontes ou autres lessent par plevine nul qi ne seit replevisable, si ceo seit Visconte Conestable ou autre Baillif de feo qi eit garde des prisons, e de ceo seit ateint, perde le feo & la baille a totz jours: Et si Visconte,P30A11 [P30A11] Suz Visconte Lib. X: MS. Cott: Rot.Bodl.1_31 Conestable ou Baillif, ouP30A12 [P30A12] om  MS. Cott: Printed Copies1_31 celi qad cel feo pur garder les prisons, eit ceo fet saunz la volente son Seygnur, ou autre Baillif qi ne seit de feo, eit la prison de treis aunz & seit reint a la volente le Rey. E si nul detient les prisons replevisables, puis qe le prison eit offert soffisaunte seurte, il serra en la greve merci le Rey: Et si il prent louer por le deliverer, il rendra le double al prison, e ensement serra en la greve merci le Rey.

Page 1_31

16

¶ Endreit de ceo q'aukunes gens prenent e prendre font les avers de autri e les enchacent hors del Conte ou les avers serront pris; Purveu est qe nul ne le face, e si nul le fet, seit grevement reint solum q'il est contenu en les estatutz de Marlebirge, fetz en tens le Rey Henri piere le Rey qi ore est: Et par mesme la manere seit fet de ceaus qi pernent les avers e qi font destresce en autri feo,P31A1 [P31A1] e Lib. X.1_32 plus grevenment seient puniz si la manere del trespas le demande.

17

¶ Purveu est ensemant qe si nul desoremes prengne les avers de autri, e les face chacier a Chastel ou a forcelet, e ileokes dedenz le clos del Chastel ou del forcelet les deteingne encontre gage & plegge, puis qe les avers sont solempnement demaunde par le Visconte ou par autre Baillif le Rey, a la suite del pleintif, qe le Visconte ou le Baillif, pris ove lui poar de son Conte ou de sa baillie, voyst asayer de fere la plevine des avers a celui qi pris les avera, ou a son Seygnur, ou as autres des homes son Seygnur qi onqes seit troveP31A2 [P31A2] al liu Lib. X.1_32 ou les avers serrunt chacez, e si lemP31A3 [P31A3] li Lib. X.1_32 deforce adonkes la deliveraunce des avers, ou kil ne troesse home pur le Seygnur, ou pur celuy qi les avera pris, qi enrespoingne e face la deliverance, apres ceo qe Seygnur alP31A4 [P31A4] ou Rot. Bodl: Printed Copies.1_32 prenur par Visconte ou par Baillif en serra amoneste, sil est en pais ou pres ou kil porra par le pernur ou par autre des seons covenablement estre garniz de fere la deliveraunce, sil fust hors de cel pais quant la prise fu fete, e enfaceP31A5 [P31A5] ne face Lib. X.1_32 adonkes meintenaunt les avers deliverer, qe le Rey por le despit & por le trespas face a batre le Chastiel ou le forcelet saunz relever, e tut le damage qe le pleintif avera receu, de ses avers ou de son gaingnage desturbe, ou en autre manere, puis la premere demaunde des avers fete par le Visconte ou par le Baillif, li seient restorrez al double de celui qi les avera pris sil ad de quei; Et si nad de quei, del Seygnur, quel oure ou en quele manere la deliveraunce seit fete, apres ceo qe le Visconte ou le Baillif serra venu pur la deliveraunce fere; Et fet asaver qe la ou le Visconte devera fere return del brief le Rey, al Baillif le Seygnur del chastel ou del forcelet, ou a autre a qi le return del brief le Rey a ceo apent, Si le Baillif de cele fraunchise ne face la deliveraunce puis qil levera receu, eit le Visconte cel officeP31A6 [P31A6] aura le retour, face le viscont de son Office Lib. X.1_32 saunz delai, si com il est avauntdit e sur lavauntdite peine. Et par mesme la manere seit fet la deliveraunce par attachementz de pleinte fete saunz brief, e sur mesme la peine; e ceo fet a entendre partut la ou le brief le Rey curt. Et si ceo est en la marche de Gales, ou aillurs la ou le brief le Rey ne curt mie, le Rey, qi en est soverein Seygnur, enfra dreit a ceaus qi pleindre se voudront.

18

¶ Purceo qe la commune fin e le amerciement de tut le Conte en Eyr de Justices, pur faus jugement ou por autre trespas, est assis par ViscontesP31A7 [P31A7] & MS. Cott & par autre Rot. Bodl.1_32 barators des Contez malement, ensint qe la somunseP31A8 [P31A8] soume Lib. X.1_32 est meinte foiz encrue e les parceles autremant assises q'estre ne deussent, al damage del people, & plusors foiz paie as Viscontes barretors qi point ne les aquitent; Purveu est, e voet li Reys, qe desoremes en Eyre des Justices, devaunt eaus avaunt lor departir, seit cele somonseP31A9 [P31A9] tele soume Lib. X.1_32 assise par serement des Chivalers e des prodes hommes sor tutz ceaus qi eskoter ideveront; e Justices

Page 1_32

fac […] P32A1 [P32A1] i facent Lib. X.1_33 mettre les parceles en lur estretes qil liveront al EschekerP32A2 [P32A2] e Lib. X.1_33 non pas la somonseP32A3 [P32A3] soume Lib. X.1_33 totale.

19

¶ Endreit des Viscontes e autres qi respoingnent par lour mayns al Escheker, e qi unt receu de les dettes le Rey Henri piere le Rey qi ore estP32A4 [P32A4] ou les dettes le Rey memes avaunt ces hores Lib. X.1_33 e qi ne ont mie les detturs aquite al Escheker; Purveu est qe le Roy enveyra bone gentz par tutz les Contez, a oyr tutz i ceaus qi de ceo pleindre se vodront, e a terminer enssint la bosoygne, qe ceaus qi purrunt mostrer qil eyent ensint paiez, a tutz jours enseront quites, le qel qe les Viscontes ou autres serront mortz ou vifs en certeine fourme qe lur serra baille: Et ceaus qi issint laveruntP32A5 [P32A5] naveront MS. Cott.1_33 fet, sil seient envye, serront puniz grevement, e si il seient mortz lour heyrs respoingnent e seient chargez de la dete. Et comaunde le Rey qe les Viscontes e les autres avaunditz desoremes loiaument aquitant les detturs al prochein acounte puis q'il avera la dette receu e adonkes seit la dette alous al Escheker issi qe mes ivengne en somonse: Et si Visconte autrement le face e de ceo seit ateintz, si rendra al pleintif le trebble de ceo qil avera de lui receu, e seit reint a la volente le Rey. Et bien se garde chekun qil eit tiel recevour por qi il voudra respondre, kar le Rey se prendra del tut as Viscontes & a lur heyrs. Et si autre qi respoingne par sa mayn al Escheker la face, si rende le treble al pleintif e seit reint en mesme la manere. Et qe les Viscontes facent tailles a tutz ceaus qi li paeront la dette le Rey, e qe la somonse del Escheker, a tutz les detturs qi demaunder voudront la veue, lor face mostrer, saunz vierP32A6 [P32A6] nyer Lib. X. Rot. Bodl.1_33 le anuli, e ceo saunz rien doner, e ki nel fra le Rey se prendra a li grevousement.

20

¶ Purveu est de Meffesors de Parks & de Vivers, qe si nul seit de ceo ateint par la suite le pleintif, seient esgarde bones & hautes amendes solum la manere del trespas, eP32A7 [P32A7] eit Lib. X.1_33 la prison de treys aunz, e de illoekes seit reint a la volente le Rey, sil ad dont estre issint reint, e lors truisse bone seurte qe mes ne mefface; et sil nad dont estre reint, apres la prison de treis aunz, trove mesme la seurte; Et sil ne puisse trover la seurte, forjurge le reaume; Et si nul de ceo seit rette, seit futif, e ne eit tere ne tenementP32A8 [P32A8] suffisaunt Lib. X.1_33 par quei il puisse estre justize, si tost come le Rey avera ceo trove par enqueste bone seit demaunde de Counte en Counte; Et si nul ne veut venir, seit utlae. Et purveu est qe si nul ne suit dedenz lan e le jour puis le trespas fet, le Rey avera la suite. Et ceaus q'il entrovera rettez de ceo par bone enqueste, serront puniz par mesme la manere en tutz pointz si com desus est dit. Et si nul tiel meffesor seit ateint qil eit pris en parks bestes damaschesP32A9 [P32A9] dameches Lib. X domestes Old Printed Copies domestices Old Printed Copies.1_33 ou autre chose en manere de Roberie en venaunt ou en demoraunt ou en returnaunt seit fet de lui commune lei, com afiert a celui q'est ateint de aperte roberie e larcin ausi bien a la suite le Rey come de autre.

21

¶ Endreit des teres des heyrs dedenz age qi sont en la garde lur Seygnur, Purveu est qe les gardeins les gardent & sustengnent saunz destruction fere en tote riens; Et qeP32A10 [P32A10] de Lib. X.1_33 tels maneres de gardes seit fet en tutz pointz, solum ceo q'il est contenu en la Graunt Chartre des fraunchises le Rey Henri piere le Rey qi ore est, e issi seit usee desoremes; e par mesme la manere seient gardez les Ercheveschees, Eveschees, Abbeyes, Eglises, & Dignetiez en tens de Vacacions.

Page 1_33

22

¶ Des heyrsP33A1 [P33A1] mariez Lib. X.1_34 dedenz age saunz le gre de lur gardeins avaunt le age de quatorze aunz, seit fet solum ceo qil est contenu en la Porveaunce de Merton; Et de ceaus qi serront mariez saunz le gre de lur gardeins, puis qil averont passe quatorze auns, le gardein eit la double value de son mariage, solum la tenur de mesme la Porveaunce; Estre ceo qe ceaus qi averont sostret le mariage rendent la dreite value del mariage al gardein por le trespas; Et ja le meins le Rey eyt les amendes solum mesme cele Porveaunce de celi qi lavera issi sustret. ¶ Des heyrs femeles, puis qe eles averont acumpliz le age de xiiij. aunz, Et le Seygnur a ki le mariage apent nele voudra marier, mes pur coveitise de la tere la vodra tenir desmarie; Purveu est qe le Seygnur ne puise aver ne tenir, par acheson del mariage, la tere a cels heyrs femeles, outre deus aunz apres le terme des avauntditz quatorze aunz; Et si le Seygnur dedenz cels deus aunz ne les marie, donkes eyent eles action de recoverir lor heretage quitement, saunz ren doner por la garde &P33A2 [P33A2] ne Lib. X ou MS.Cott: Rot. Bodl.1_34 por le mariage: Et si eles, par malice, ou par mauveys conseil, ne se veillent par lor chief Seygnur marier ou eles ne seient desparagez, qe le Seygnur tiengne la tere e le heritage jesqes al age del madle, cest a saver de vint un an, e outre taunt qil eit pris la value del mariage.

23

¶ Purveu est ensement qe en Cite, Burg, Vile, Feire, Marche, ne seit nul home forein qi seit de cest reaume destreintP33A3 [P33A3] pur dette Lib. X.1_34 dont il ne seit dettur ou plegge, e qi le fra il serra grevement puni e saunz delai deP33A4 [P33A4] seit Lib. X.1_34 la destresce delivere par les par lesP33A5 [P33A5] an erroneous Repetition.1_34 Bailliffs del liu, ou par autres Baillifs le ReyP33A6 [P33A6] si mester seit Lib. X.1_34.

24

¶ Purveu est ensement qe nul Eschetur, Visconte, ne autre Baillif le Rey, par colur de son office, saunz especial garaunt ou comaundement, ou certein auctorite qi apent a son office, ne disseise nul houme de son fraunk tenement, ne de chose qi touche fraunk tenement; Et si nul le fet, seit a la volente le disseisi, qe le Rey de son office le face amender a sa pleinte, ou qil eyt commune lei par brief de novele deseisine. Et celui qi serra de ceo ateint il rendra les damagesP33A7 [P33A7] le double Lib. Nig. les damages al duble Lib. X: MS.Cott.1_34 a mesme le pleintif, e serra en la greve merci le Rey.

25

¶ Nul Ministre le Rey ne mainteingne, par li ne par autre, les plez paroles ou bosoingnes qi sont en la Court le Rey, de teres tenementz ou de autre chose, por aver part de ceo, ou autre profit par covenant fet entre eaus, e qe le fra seit puni a la volente le Rey.

26

¶ Et qi nul Visconte ne autre Ministre le Rey ne prenge louer por fere son office mes seient paiez de ceo qil prengent del Rey; e qi le fra rendra le double, e serra puni a la volente le Rey.

27

¶ Et qe nul Clerk de Justice de Eschetour ou de Enquerour nule riens ne prengne por liverer Chapitres horspris solement Clers des JusticesP33A8 [P33A8] erraunz Lib. X: MS. Cott: Lib. Nig.1_34 en lour Eyre, e ceo deus souzP33A9 [P33A9] e nent plus Lib. X.1_34 de cheskun Wapentacle Hundred ou Vile qi respount par duze ou par sis, solum ceo qi auncienement fut usee; Et qi autrement le fra, rendra le treble de ceo qil avera pris, e prendra le service son Seygnur par un an.

28

¶ Et qe nul Clerk le Rey ne de ses Justices ne receive desoremes presentement de Eglise, dont plai ou contek seit en la court le Rey, saunz le especial conge le Rey; e ceo defent le Rey sour peine de perdreP33A10 [P33A10] la eglise et Printed Copies.1_34 son service.

Page 1_34

¶ Et qe nul Clerk de Justice ne de Visconte ne meintenge parties en quereles, ne en bosoingnes qi sont en la Court le Rey; ne fraude ne face par commune dreiture delaer ou destorbier; Et si nul le fet il serra puni par la peine plus proscheinement dite, ou par plus grevouse si le trespas le requiert.

29

¶ Purvueu est ensement qe si nul serjaunt Contour ou autre face nul manere deceyte ou collusion qi sontP34A1 [P34A1] om  Lib. X: MS. Cott: Rot. Bodl: & Printed Copies1_35 en la Court le Rey, ou consente de fere la en deceyte de la Court por engingner la Court ou la partie, e de ceo seit ateint, lors eyt la prison de un an e de un jour, e mes ne seit oy en la Court a conter pur nuly: Et si ceo est autre qe Contour, par mesme la manere eyt la prison de un an e de un jour al meins. Et si le trespas demaunde greinure peine, seit a la volente le Rey.

30

¶ Pur ceo qe muls de gentz se pleingnent qe les serjauntz Criurs de feo, e les autresP34A2 [P34A2] om  Lib. X: MS. Cott: Rot. Bodl: & Printed Copies1_35 Marchals des Justices en Eyre des JusticesP34A3 [P34A3] des Justices en Eyre & des autres Justices MS. Cott: Rot. Bodl. de Justices en Eyre Lib. X: Old Printed Copies.1_35 prenent atort deners de ceaus qi recovrent seisine de tere, ou qi gaingnent lours quereles, des fins levez, des Jurours, Vilees, prisons, e des autres attachez al ple de la Coroune, autrement qe fere ne deussent en multz de maneres; Et de ceo qil i ad plus graunt noumbre de ceaus qe aver ne deust, par quei le pople est malement greve, le ReyP34A4 [P34A4] defent Lib. X.1_35 qe tiels choses ne seient fetes desoremes; e si nul Serjaunt de fee le face, le office seit pris en la main le Rey: Et si Mareschaus des Justices le facent, seient puniz grevement a la volente le Rey; e a tutz les pleintifs lun e lautre rendra le treble de ceo qil avera issi pris.

31

¶ Pur ceo qi pernent outraiouse tounuz encontre commun Usage del reaume ouP34A5 [P34A5] en Lib. X.1_35 ville marchaunde; purveu est qe si nul le face en la CourtP34A6 [P34A6] ville Lib. X.1_35 le Rey mesme qe seit a feferme, le Rey prendra la franchise del Marche en sa mein; Et si ceo est autri vile, e ceo seit fet par le Seygnur de mesme la vile, le Rey le fra par mesme la manere; Et si ceo fetP34A7 [P34A7] sil seit fet Lib. X.1_35 par le Baillif saunz comaundement le Seygnur, il rendraP34A8 [P34A8] al plantif Lib. X.1_35 ataunt por la outraiouse prise com il vousist aver pris de li si il eust enporte son tounu,P34A9 [P34A9] sil en eust passe saunz teolun Rot. Bodl.1_35 e ovesqes ceo il avera la prison de xl. jours. ¶ Des Citeins e des Burgeys a ki le Rey ou son piere ad grante Murage, por lor vile enclore, Et qi tiel Murage prengnant autrement qil lor este grante, e de ceo seit ateint, Purveu est qil perdent cele grace,P34A10 [P34A10] grant Printed Copies.1_35 de tut le tens qi serra avenir, e serrunt en la grevouse merci le Rey.

32

¶ Pur ceo qi prenent vitaile ou nul riens al eos le Rey a creaunce, ou a garnison del Chastel ou aillurs, e kaunt il ount receu le paiement a la chekere, en garderobe, ou aillorsP34A11 [P34A11] These Words are omitted in Lib. Rub. Scacc. Dublin; They are inserted above from Lib Scacc. Westm. X. wherewith MS. Cott; Lib. Nig; Rot Bodl; Lib. Horn; several other MSS. and all the Printed Copies agree.1_35 deteingnant la paie des creaunceors, a grant damage de eaus en esclaundre del Rey; Porveu est qe ceaus qi ont teres & tenementz qe meintenaunt seit ceo leve de lour teres, & de lur chateaus, & paie as creaunceors, ove le damage qil averont euz, e seient reintz por lur trespas; e sil neient teres ne tenementz, seient en prison a la volente le Rey. ¶ Pur ceo qi prenent partie des dettes le Rey, ou autres louers pernent des creaunceors le Rey, por fere la paie de mesme celes dettes; Purveu est qil rendent le double, e seient puniz grevement a la volente le Rey. ¶ Pur ceo qi pernent Chivaus ou Charettes a fere les cariages le Rey, plus qe mester

Page 1_35

ne serroit, e pernent louer pur relesser les Chivaus ou les Charettes; Purveu est qe si nul de la Court le face, il serra grevement chastie par les Mareschaus, e si ceo seit fet hors de la Curt,P35A1 [P35A1] par houme de la curt Lib. X: MS. Cott.1_36 ou par autre q'il seit ateint, si rendra le treble, e serra en la prison le Rey xl. jours.

33

¶ Purveu est qe nul Visconte ne seoffre baretour meintenir paroles en Conte; ne Seneschaus de grant Seygnurs, ne autre sil ne seit attorne son Seygnur a a suite fere ne rendre les Jugementz des Contez ne pronuncier les Jugementz, sil ne seit especialment prie & requis de ceo fere de tutz les suitiers e les attornez des suitiers qi i serront a la Jorneie; e si nul le face, le Rey se prendra grevousement, e al Visconte e a luy.

34

¶ Purceo qe plusors unt sovent trove & Conte com troveursP35A3 [P35A3] en Counte controveurs MS. Cott: Lib. Nig. e counte contrevures Lib. X: Rot. Bodl. Some Printed Copies add des countes: others des novelles 1_36 dont descord & manere de descord ad este sovent entre le Rey e son pople, ou aukuns homesP35A4 [P35A4] hauz homes Lib. Nig: Rot. Bodl. entre akuns haus houmes Lib. X ascuns hautes hommes MS. Cott.1_36 de son reaume, est defendu pur le damage qi ad este e uncore purreit avenir, qe desorenavaunt nul ne seit si hardi de dire ne de contier nule fause novele ou controveure, dont nul descord ou manere de descord ou desclaundre puisse sourdre entre le Rey e son pople, ou les hautz houmes de son reaume: Et ki le fra seit pris e detenuz en prison, jesqes a taunt q'il eit trove celuy en la Court dont la parole serra meu.

35

¶ Des hautz houmes e lour Bailliz, e des autres hors pris les Ministres le Rey, qiP35A5 [P35A5] a ki Lib. X.1_36 especial auctorite est done de ceo fere, q'a la pleinte de aukuns, ou par lur auctorite demeine, attachent autres ou lour biens trespasauntz par lour poer, a respondre devaunt eaus des contraks covenauntes e des trespas fet hors de lour pouer e jurisdiction, la ou il ne tiengnent rien de eaus, ne dedenz la fraunchise ou lour poer est, en prejudice le Rey e de la Coroune e al damage del pople; Purveu est qe nul desoremes nel face; EtP35A6 [P35A6] si Lib. X.1_36 aukun le fet, il rendra a celui qiP35A7 [P35A7] par cel acheson Lib. X.1_36 serra attache son damage al double, e serra en la greve merci le Rey.

36

¶ Purceo q'avaunt ces ures ne fut unkes resonable aide a fere fiuz Chivalers, ou a filles marier, mise en certein, ne quant ele devoit estre prise, ne quel houre, par quei les uns leverent outraiouse aideP35A8 [P35A8] e Lib. X.1_36 plus tost qe ne sembloit mestre, dont le pople se senti grevee; Purveu est qe desoremes de fee de Chivaler entier solement seient donez vint souz, e de vint liveres de tere tenues par socage vint souz, e de plus plus, e de meins meins, solum le afferaunt; e qe nul ne puisse lever tiel aide de fere son fiuz Chivaler, taunt qe son fitz seit de age de quinze aunz, ne a sa fille marier taunt q'ele seit de age de set aunz: Et de ceo serra fet mencion en la brief le Rey forme sur ceo, quant il le veille demaunder. Et sil avent qe le piere, quant il avera leve tiel ayde de ses tenauntz, meorge avaunt q'il eyt sa fille marie, les essecutors le piere seint tenuz a la fille en taunt com le piere avera receu,P35A9 [P35A9] por cest ayde Lib. X.1_36 e si les biensP35A10 [P35A10] le pere Lib. X.1_36 ne soffisent, le heyr seit tenu de ceo a la fille.

37

¶ Purveu est & acorde ensement, qe si nul houme seit ateint de deseissine, fete en tens le Rey qi ore est, ouP35A11 [P35A11] ove Rot. Bodl.1_36 roberie de nul maner de Chatel ne de meoble par reconuzaunce de assise de Novele Deseisine, le

Page 1_36

jugement seit tiel qe le pleintif recovera sa seisine e ses damages, ausi bien des Chateaus e del meoble avauntdit com del eel;P36A1 [P36A1] del el Lib. X del eles MS. Cott.1_37 Et le deseisisur seit reint, le quel q'il seit present ou noun; issi qe si il seit enpresant primes seit agarde a la prison: Et par mesme la manere seit fet de deseisine fet a force & armes, tut ne face on roberie.

38

¶ Purceo q'aukune gentz de la tere doutent meins de fere faus serement, qe fere ne deussent, par quei mult de gentz sont desheritez e perdent lour dreit; Purveu est qe desoremes le Rei de son office dorra ateintes sur les enquestes, en plai de tere, ou de fraunchiseP36A2 [P36A2] franktenement Printed Copies.1_37P36A3 [P36A3] ou de chose Lib. X.1_37 qi touche fraunk tenement, quant il li semblera qe bosoingne seit.

39

¶ Et pur ceo qe le tens est mult passe puis qe les briefs desuz nomeez furent autre feiz limitez; Purveu est qe omP36A4 [P36A4] en Lib. X.1_37 conte de decente, en le brief de dreit, qe nul ne seit oy por demaunder la seisine son auncestre de plus lointein seisine qe del tens le Rey Richard, oncleP36A5 [P36A5] al Rey Henry Lib. X.1_37 le piere le Rey qi ore est; e qe le brief de Novele deseisine, e de porpartie qi est appelle nuper obiit, eient le terme puis le primer passage le Rey Henry, piere nostre Seignour le Rey qi ore est, en Gascoyngne. Et le brief de Mort Dauncestre, de Cosinage, del Ael, e de Entre, e brief de Neivete eyent le terme del CorounemantP36A6 [P36A6] mesme MS. Cott.1_37 le Rey Henri, e ne mie avaunt. Mes qe tutz les briefs ore a par mesmeP36A7 [P36A7] a primes Rot. Bodl.1_37P36A8 [P36A8] purchasez Lib. X.1_37 ou qe lem purchasera entre ci e la Seint Johan en un an, seient pledez del tens q'avaunt soleient estre pleidez.

40

¶ Et pur ceo qe multz de gentz sont delaez de lour dreit pur fausement voucherP36A9 [P36A9] a MS. Cott.1_37 garaunt; Purveu est en brief de possession, tut a primes si com en brief de Mort dauncestre, Cosinage, del Aiel, nuper obiit, de entrusion, e en autres briefs semblables, par les queus teres ou tenementz seient demandez, qi deivent decendre, revertir, remeindre, ou escheir par mort dauncestre, ou de autre, qe si le tenaunt vouche a garaunt, e le demaundaunt le contre pleide, e veille averrer par assise, ou par pais, ou en autre manere si com la Court le Rey agardera, qe le tenant, ou son auncestre qi heyr il est, fust le primer ki entra apres la mort celui de qi seisine il demaunde, seit la verrement del demaundaunt receu, si le tenaunt le veille atendre, si ceo noun, seit bote utre a autre respons, sil ne eit son garaunt enpresent q'il voille graunterP36A10 [P36A10] ke le voile garantir Lib. X.1_37 de son gre, e meintenaunt entrer en respons, sauve al demaundaunt ses excepcions encontre li sil voille voucher outre, com il avoit avaunt comP36A11 [P36A11] contre Lib. X.1_37 le primer tenaunt. ¶ De rechief en totes maneres des briefs de EntreP36A12 [P36A12] ke Lib. X.1_37 font mencion des degrez, qe nul desoremes ne vouche hors de la lingne:P36A13 [P36A13] E ausi Lib. X.1_37 En autre briefs de Entre qe laP36A14 [P36A14] om  Lib. X: MS. Cott: Rot. Bodl.1_37 ou nule mencion nest fet des degrez, les queus briefs ne soient sostenuz, fors la ou les avaunditz briefs des degrez ne poent gisir ne liu tenir de dreyt. ¶ Et en brief de dreit, Purveu est qe si le tenaunt vouche a garant, e le demaundaunt le veille contrepleider, e seit prest de averer par pays qe celi qi est vouche, ou ses auncestres, unkes naveyent seisine de la tere ou del tenement demaunde, fee ne servise par la meyn le tenaunt ou de ses auncestres, puis le tens cely de qi seisine le demaundaunt conte, jesqes al tens qe le brief fu purchace, & le ple meu, par quei il poent averrer qe le tenaunt ou ses auncestres feoffez,P36A15 [P36A15] il poit avoir le tenant ou ses auncestres feffe, MS. Cott. il ne poit averrer ke le tenaunt ou son auncestre seit feffe, Lib. X.1_37 seit laverrement del demaundaunt receu si le tenaunt le voille attendre; si ceo noun, seit le tenaunt

Page 1_37

bote a autre respons sil neit son garaunt enpresent, qil voilleP37A1 [P37A1] ke le voile Lib. X ke [luy struck thro' ] voille Lib. Horn.1_38 garauntir de son gre, et meintenaunt entrer en respons, sauve al demaundaunt ses excepcions encountre li, si com il avoit avaunt encontre le primer tenaunt. Et lavauntdit excepcion eit liu en brief de Mort de Auncestre, e en autres briefs avaunt nomez, ausi bien com en briefs qi touchent dreit. Et si le tenaunt par cas eyt Chartre de garauntie de autre houme de coste qi se seit oblige en nul de les avauntditz cas a la garauntie de son eindegre,P37A3 [P37A3] ou le garantie de son eyne gre Lib. X.1_38 sauve li seit son recoverir par brief de garantie de Chartre de la Chauncelerie le Rey quant il voudra purchaser, mes qe le plai ne seit por ceo delaie.

41

¶ De serment de Champyons est porveu, pur ceo qe relementP37A4 [P37A4] rerement Lib. X: Rot. Bodl.1_38 avient qe le Champion al demaundaunt ne seit perjurs, einz ceo q'il jure q'il ou son piere vit la seisine son Seyngnur ou de son auncestrere,P37A5 [P37A5] e ke Lib. Horn.1_38 son piere lui comaunda fere la desrene, qe mes ne seit le Champion al demaundaunt destreint a ceo jurer; mes seit le serment garde en tutz ses autres pointz.

42

¶ Purceo q'en briefs de Assises e de Atteintes e jurees de Utrum, les jurors sontP37A6 [P37A6] sovant Lib. Horn.1_38 travaillez par assoigne des tenauntz; Purveu est qe del houre qil eit une fiez apparu en Court, qi mes ne puisse essoneyr,- mes face attorne a suire pur li sil veille; si ceo noun, seit le assise ou la juree prise par sa defaute.

43

¶ Pur ceo qe les demaundauntz sont soventefoiz delaiez de lour dreit, por ceo qil iad plusors parceners tenauntz jointement feoffez, ou nul ne siet son several,P37A7 [P37A7] om  Lib. Horn: Lib. X: MS. Cott: Rot. Bodl.1_38 dont nul ne poet respondre saunz autre, ou q'il iad plusors parcenersP37A8 [P37A8] om  Lib. X: Lib. Horn: Rot. Bodl. & Printed Copies1_38 tenauntz jointement feoffez, ou nul ne siet son several, e ceus tenauntz souvent fourchent par assoingne, issi qe cheskun eyt un assoingne; Purveu est qe desoremes iceaus tenauntz ne eyent assoinge fors q'a une journee, & nient plus qe un soul tenaunt, issi qe mes puissent fourcher, fortaunt soulement aver un assoingne.

44

¶ Purceo qe multz de gentz se font fausement assoigner de Utre Meer, la ou il furent en Engletere le jour de la somonse, Purveu est qe desoremes qe tiel assoingne ne seit pas del tut alouwe, si le demaundaunt le chalenge, e prest est de averrer qil fut en Engletere le jour qe la somonse fu fete, e treis semeines apres, mes seit ajorne en cest fourme, qe si le demaundaunt a tiel jour suie la verrement par pais ou sicom la Court le Rey agardera, e seit ateint qe le tenaunt fut dedenz les quatre meers, le jour qil fu somons e tres semeines apres, issi q'il poeit estre resonablement garni de la somonse, seit le assoingne turne en une defaute; e ceo fet a entendre taunt soulement devaunt Justices.

45

¶ Des delais en tote maneres de brefsP37A9 [P37A9] & Lib. Horn: Rot. Bodl.1_38 de attachementz, est purveu, qe si le tenaunt ou le defendaunt, apres leP37A10 [P37A10] primer Printed Copies.1_38 attachement tesmoingne, face defaute, qe meintenaunt seit le graunt destresce agarde; e si le Visconte ne respoingne soffisaument al jour, seit grevousemant amercie; Et sil maunde qil ad fet le execucion en due manere, e les issues bailliez as mainpernors, adonkes seit

Page 1_38

maunde al Visconte q' al autre jour face venir les issues devaunt Justices; e si le attache ventP38A1 [P38A1] a cel jur Lib. Horn: MS. Cott. a teu jour a Rot. Bodl.1_39 sauver ses defautes, eit les issues, & sil ne vent, eit le Rey les issues. Et Justices a les plez le Rey les facent liverer en garderobe; Justices de Baunc a Weymostier les facent liverer al Escheker; Justices en Eyre al Visconte de cel Counte ou il pleident, ausi bien de cel Conte com de foreins Countiez, e de ceo seit charge en somonse par roule des Justices.

46

¶ Purveu est ensement, e par le Rey comaunde, qe Justices al Baunk le Rey e Justices del Baunk a Weymostier,P38A2 [P38A2] desormes Lib. X.1_39 parpleydent les plez aterminezP38A3 [P38A3] atamez Lib. X.1_39 a un jour, einzP38A4 [P38A4] avaunt Lib. X.1_39 ceo qe riens seyt attame ou comence des plez del jou ensuiaunt, hors pris qe les assoingnes seient entrez, jugez & renduz. Et par acheson de ceo nul houme se fie q'il ne viengne a son jour qe done lui est.

47

¶ Purveu est ensement qe si nul desoremes purchace brief de Novele Deseisine, e si celui sur qi le brief vient com principal deseisisour meorge avaunt qe le Assise seit passe, qe le pleintif eyt son brief de Entre funde sur deseisine, sour le heyr ou sour les heyrs al deseisisour, de quel age qil seient; en mesme la manere eit le heyr ou les heyrs al deseisi lour brief de Entre sur les deseisisours,P38A5 [P38A5] ou sur lur heirs Rot. Bodl.1_39 de quel age qil seient, si par aventure le deseisi meorge avaunt qil eit son purchaz fet; issi qe pur le noun Age de heyrs de une part & de autre ne seit le brief abatu ne le plai delaie, mes a quant lom poet saunz lei offendre, seit haste pur la fresche suite apres la deseisine. En mesme la manere seit cel point garde endreit des Prelatz gent de religion e autres as queus teres ou tenementz en nule manere puissent devenir apres autri mort, le quel qil seient deseisiz ou deseisisors. Et si les parties en pleidaunt decendent en enqueste, e ele passe en contre le heyr al deseisi,P38A6 [P38A6] dedenz age, & nomeemant encountre le heyr au disseisi Lib. Horn: Lib. Nig: MS. Cott: Rot. Bodl.1_39 qil en tiel cas eit lateinte de la grace le Rey.

48

¶ Si gardeinP38A7 [P38A7] ou Lib. X.– In Lib. Horn, ou is inserted, but struck through; MS. Cott. and the earliest Printed Copies omit the Word. 1_39 chief Seyngnur feoffe nul houme de la terre qi est del heritage al enfaunt, qi est dedenz age e en sa garde, a la deseriteson del heyr; Purveu est qe le heyr meintenaunt eyt son recoverir, par bref de Novele Deseisine ver son gardein e ver le tenaunt, e seit la seisine baille par Justices, si ele seit recoveree, al prochein ami a ki le heritage ne purra descendre, pur apruer al eos lenfaunt, e a respondre al heyr des issues, com il vendra a son age; e le gardein perde a tote sa vie la garde de mesme la chose recovere, e de tut le remenaunt del heritage qil tient en noun del heyr. Et si autre gardein qe chief Seygnur le face, perde la garde de tote cele choseP38A8 [P38A8] a cel foiz Lib. Horn: Lib. X: Rot. Bodl.1_39 e seit a greve peine dever le Rei. Et si lenfaunt seit aloingne ou destourbe par le gardein ou par le feoffe ou par autre par quei il ne puisse sasise suire, suie por lui un de ses procheins amis qi voudra, e seit receu.

49

¶ En bref de Douayre dont dame riens nad, mes ne seit le bref abatu par excepcion del tenaunt, por ceo qe ele avera receu son douayre de autre houme avaunt son bref purchace; sil ne puisse mostrier qe ele eyt receu partie de douayre de li mesme e en mesme la vile avaunt son bref purchace.

Page 1_39

50

¶ Et pur ceo qe le Rey fet cels choses al honur de Dieu e de Seint Eglise, e pur le commun prou e le aleiaunce de ceus qi grevez sont, il ne voet mie qe autre foiz puisent tourner a prejudice de lui, ne de la Coroune; mes qe les dreitz qi li aportiengnant li seient sauvez en tutz ses autresP39A1 [P39A1] om  Lib. Horn; Lib. X; Rot. Bodl.1_40 pointz.

51

¶ Et pur ceo qe graunt Charite serroit de fere dreyt a tutz, e en tutz tens ouP39A2 [P39A2] e om  Lib. Horn; Rot. Bodl.– Lib. X: MS. Cott.1_40 mestre serroyt, qe par assentement des Prelatz, Assises de Novele Deseisine, de Mort Dauncestre, & de Drein presente, feussent prises en ladvent, e en septuagesine, e en quaremme, ausi bien com lem fet les Enquestes; e ceo prie le Rey as Eveskes.

¶ Explicatur hic Statutum Domini Regis Edwardi apud Westmonasterium in crastino Clausi Pasche, anno regni sui tercio, post coronacionem suam.

Page 1_40

Anno 4o EDWARDI I. A.D.1275, 1276.

Page 1_44

Statut' de Justic' assign'; q'd vocatr Rageman.

A STATUTE CONCERNING JUSTICES BEING ASSIGNED; CALLED RAGEMAN.

Ex MS. Harl. 395, folio. 73, b.

Capitulum. primum.

ACORDE est par nostre Seignur le Rey, & par soun Counseil, qe Justices ailent parmi la terre, a enquere e oier, e terminer les pleintes, e les quereles de trespas feetz dedentz ses xxv auntz passetz, avaunt la Seint Michel Lan du Regne le Rei Edward,P44A1 [P44A1] fiz le Rey Henri, MS. Harl. 667.1_45 quart; ausi bien des Bailifs e des Ministres le Rey, com des autres Baillifs, e autres gens queus qe il seient; fors pris apeaus de felonies, e hors pris les pleintes, & les quereles qe apendent ailurs devaunt les Justices le Rei, ou en Counte, par bref, ou sanz bref; issint nepurquant qe les paroles devaunt eus a terminer,P44A2 [P44A2] attames Old Printed Copies.1_45 que il les oient & terminent: E coe fet a entendre ausi bien des outraiouses prises e de totes maneres de trespas, conteks, offenses, fetz au Rey e as autres, tochez en les questes nad gueres fetes par comaundement le Rey, come des trespas puis fetz. E nomement de trespas fetz puis par Bailifs, quel qe il seit, a les bones gens par qui serement les enquestes serrunt fetes.P44A3 [P44A3] furent sues MS.Harl.1_45

Capitulum.ij.

E veut le Rei qe pur le allegaunce del poeple, e pur haster dreit, qe les pleintes de checun seient oytz devaunt les avauntditz Justices, e terminetz, ausi bien par bref com saunz bref, solum les articles bailetz a memes ceux Justices. E coe fet a entendre ausi bien de denz franchise come dehors. ¶

Capitulum. iij.

Ensement veut le Rey qe memes ceus Justices enquergent, oient, & terminent, les pleintes de ceus qe pleindre se vodrent, de coe qe hom est venutz encontre les Estatutz le Rei, ausi bien de coe qe touche le Rey come le Poeple. ¶

Capitulum.iv.

E veut le Rey qe ausi bien qe ceux qe serrunt atteintz de trespas, ou solement amerciemant append qe la parole seit finablement termine, & les amendes hastivement fetes as Pleintifs. ¶

Capitulum.v.

Endreit de ceus qe serrunt atteintz de trespas, la ou raunson ou enprisonment gist ou apend, seient les amendes hastiment jogetz al pleintif, e de coe le execucioun seit fet saunz delai; e les trespasours seient mys par bone meinprise, a estre devaunt le Rey a prochein parlement siwaunt, si il pussent meinprenurs trover: E si noun, demoergent en prison; E les Justices enquergent de lour poer en terres, e en ewes, de ceus qe pleindre se vodrent,P44A4 [P44A4] de lour poer de lour teres e de lour byens, MS. Harl. de lour poer en terrez & en biens, MS.Cott.Vesp.B.VII de lour office, & en vewes de ceux, que prendre se vodront, Old Printed Copies.1_45 & de la manere del trespas, e de coe certefient le Rei a memes le parlement, issint qe il les pusse adunke punir solom lour deserte. ¶

Capitulum.vj

E purcoe qe en teus maneres de quereles deit la court le Rey estre favorable; veut le Rei, e enjoint les Justices, qe nul, enquerelaunt, ne enresponant seit suppris ne achesone par hoketours ou barettours,P44A5 [P44A5] hokez ne par mauveyses paroles, MS.Harl. hokettez ne par baretz, MS.Cott. Vesp.1_45 pur quei la verite ne seit suy, e les trespassours remaignent despunitz deques au ParlemantP44A6 [P44A6] issint que le Rey les pusse punir cum avant est dit MS.Harl.1_45: E sur coe eient les Justices regard en tens de gerre, e as covenauntz fetz en meme le tens, issint qe par acheson de toutz ceusP44A7 [P44A7] de cel temps MS. Cott. Vesp. de nul fet fete en meisme le tens MS. Harl.1_45 nul ne seit greve par les covenantz avauntdites.

Page 1_45

Anno 6o EDWARDI I. A.D.1278.

Statuta Gloucestr'.

THE STATUTES OF GLOUCESTER.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 47. P45Astar [P45Astar] The whole of this Statute, as here given from the Tower Roll in French, is entered, with some Variations, in a Register-Book of the Time, marked A. among the Records in the Treasury of the Court of the Receipt of the Exchequer, preserved in the Chapter House at Westminster; fo.276; A Copy or Translation of the Statute in Latin is given in fo. 272 b. &c. of the same Register; as also in the Liber Custumarum in the Town Clerk's Office, London; and in other Manuscripts. The Tower Roll being injured and illegible in some places, the Words defective have been supplied from the French Entry in the Register Book A., and are distinguished by being included in Brackets without any Figure of Reference. In MS. Cott. Claudius D.II. the Statute is given in French; with a Note at the End Exr' per rotulum, and agrees very exactly with the Statute Roll in the Tower. In that Cotton Manuscript, and in very many other Manuscripts, the Introductory Part of the Statute relating to Franchises is given in Latin, with some Variations from the French Text, as a separate Statute, de Quo Warranto or de Libertate clamanda. The Roll of Statutes in the Bodleian Library, No. 1036, MS. Cott.Vespas. B. VII, and very many other MSS, give this Statute of Gloucester, in French, commencing only with a short Introduction something similar to the first Paragraph of the Statute on the Tower Roll, and then proceeding to Chapter I. respecting Damages in Novel Disseisin. The Old Printed Copies give this Statute with a like short Introduction in French: and also give a Copy of the Introductory Part in Latin, as a Statute of Quo Warranto, 30 Edw. I. In all English Editions of the Statutes previous to Hawkins's Edition, a Translation of the short Introduction is given at the Beginning of the Statute, and the Translation of the Latin Introduction is given as a Statute of 30 Edw. I. In Hawkins's and subsequent Editions the Original of the French Introduction on the Tower Roll is given without a Translation; and a Translation of the Latin Introduction is given without the Original.1_46

LE an de grace MoCCoLxxviij. e del Regne le Rey Edward, fiz le Rey Henri sisme, a Gloucestre Le mois de Aust, purveaunt mesme le Rei, pur Le amendement de sun reaume, e pur plusP45A1 [P45A1] om  Reg. A.1_46 plenere exhibicion de dreit, si com le profit de office regal demaunde, appelez les plus descrez de sun regne, ausi bien des greindres, cum des meindres: establi est e concordaument ordeine, qe cum mesme le regne en plusurs divers cas, ausi bien de fraunchises, com de autre choses, en les queles avaunt lei failli, e a eschuire les tresgrefs damages, e les nient numbrables desheritesuns, Les quels icel manere defaute de lei fist, a la gent du reaume, eit mester de divers supplecions de lei, e de noveles purveaunces, les estatutz ordeinemenz e purveaunces suz escrites de tute la gent del regne, desoremes fermement seient gardez.

¶ CUM Prelatz, Cuntes,Baruns, e autres del regne, cleiment aver divers fraunchises, a les quels examiner, e jugger, le Rey a mesmes ceus Prelasz, Cuntes, Baruns e autres, aveit done jour; Purveu est, e concordaument graunte, qe les avauntdiz Prelasz, Cuntes, Baruns, e autres, tels manere de fraunchises usent, issint qe rien ne lur acresse par usurpacion, ou occupaciun, ne ren sur le Rei occupent, desqe a la procheine venue le Rei par le Counte, ou a la procheine venue de Justices erraunz, a comuns plez, en mesme le Counte, ou desqe le Rei comaunde autre chose: Sauve le dreit le Rei, cum il envodra parler, solom ceo qe il est cuntenu en le bref le Rei. E de ceo soient maunde brefs, as Viscuntes, Baillifs, e autres, pur chescun demaundaunt; e seit la forme del bref chaungee, solom la diversete dez fraunchises, les quels chescun cleime aver.

¶ E les Viscuntes par tutes lur baillies, ferunt communement crier, ceo est asaver, en Cites, en Burgs, en viles marchaundes, e aillours, qe tuz ceus, qi aucunes fraunchises cleiment aver, par les chartres les predecessurs le Rei, Reis de Engleterre, ou en autre manere, seient devaunt le Rei, ou devaunt Justices en eire, a certeins jour e leu, a mustrer quel manere de fraunchises il cleiment aver, e par quel garaunt. E les Viscuntes meimes, dunqes serrunt iloeqes personeument, od lur Baillifs, e lur Menistres, a certefier le Rei, sur les avauntdites fraunchises, e autres choses, qe celes fraunchises touchent. E ceste criee, devaunt le Rei cunteigne garnisement de treis semeines. E En mesme la manere ferunt les Viscuntes crier en eire de Justices, e en mesme la manere serrount il personeument,

Page 1_46

od lur Baillifs, e lur Menistres, a certefier les Justices de tel manere de fraunchises, e de autre choses, qe celes fraunchises touchent. E ceste criee conteigne garnisement de quaraunte jours, si com la commune somounse content; issi qe si la partie, qe cleime aver fraunchise, seit devaunt le Rei, ne seit pas mis en defaute devaunt les Justices en Eire; pur ceo qe le Rei de sa grace especiale, ad graunte qe il gardera la partie de damage, quant a cel ajornement. E si cele partie seit en plai, sur tels manere de fraunchises, devaunt une peire de Justices avauntdiz, mesmes les Justices, devaunt les quels la partie est en plai, garderount la partie de damage devaunt autres Justices; E le Rei devaunt lui mesmes, mes qe il sache par les Justices qe la partie fust en plai devaunt eus, si com il est avauntdit. E si cels, qi tels fraunchises cleiment aver, ne veignent al jour avauntdit, dunqes seient les fraunchises, en nun de destresce, pris en la main le Rei, par le viscunte del liu; issi qe il tel manere de fraunchises ne usent, desqe il viegnent a receivre dreit. E quant il veinent par cele destresce, lur fraunchises lur seient replevies, si il les demaundent; les quels replevies respoignent meintenaunt en la forme avauntdite. E si par aventure les parties excepent, que il ne deivent nent de ceo respundre saunz bref original, dunqe si il puisse estre seu qe eus de lur propre fet eient usurpe, ou ocupe aucunes franchises sur le Rei, ou sur ses predecessors, dit lur seit qe meintenaunt respoignent saunz bref; e pus receivent jugement si com la Curt le Rei agardera. E si il dient outre, qe lur auncestre, ou lur auncestres de meismes les fraunchises morurent seisis, seient oiz, e meintenaunt, seit la verite enquise, e solom ceo aillent les Justices avaunt en la bosoigne. E si il seit trove, qe lur auncestre en morust seisi, dunqes eit le Rei bref original de sa chauncelerie, en la forme fete de ceo. ¶ Le Rei maunde saluz au viscunte: Sommonez par bons somonours un tel, qe il seit devaunt nus a teu lieu en nostre procheine venue en cel Cunte, ou devaunt nos Justices a primeres assises, cum il en celes parties vendrount, a mustrer par quel garauntP46A1 [P46A1] il tient sa veue de fraunk plegge en sun maner de N. en meme le Cunte, & le visconte eit illoqes les somonurs & ceo bref. Ou issi, par quel garaunt il tient le hundred de B.en le Cunte avantdit. Ou issi, par quel garaunt, Reg. A. The Latin Copy has some Sentences, similar in their Import.1_47 il cleime aver quitaunce de tonnue, pur sei ou ses homes, par tut nostre reaume, par continuacion apres la mort tel jadis sun predecessour. E eiez les somonurs e ceo bref.P46A2 [P46A2] & seient les formes de briefs chaungez sulum la diversete des fraunchises, & de cas, & solum la descreciun de la Chauncelerie, & de Justicerie. Reg.A. But the Latin Copy has not similar Sentences.1_47 E si les parties viegnent al jor, respoignent; e seit replie, e juge. E si il ne viegnent, ne se essoignent devaunt le Rei, e le Rei demoerge outre en cel Cunte, seit comaunde al Viscunte, qe il les face venir al quart jor, al quel jor, si il ne viegnent, e le Rei demoerge outre en cel Cunte, seit fet si com en Eire de Justices. E si le Rei departe del Cunte, seient les parties ajorneez a bref jor; e eient renables delais, jouste les descrecions des Justices, si cum en acciuns personeles. E les Justices en Eire facent de ceo, en lur eires, solom le ordeinement avauntdit, e solom ceo, qe tel manere de ples deivent estre dedut en eire.

De pleintes fetes, e a fere des Baillifs le Rei, e de autri Baillifs, seit fet solom le ordeinement avaunt fet de ceo, e solum les enquestes de ceo avaunt prises. E de ceo frunt les Justices en eire, solum ceo qe le Rei lour ad enjoint, e solum les articles, qe le Rei lur ad livere.

1

Page 1_47

¶ Cum avaunt ces houres, damages ne fussent agardez, en assise de novele disseisine, fors taunt soulement vers les disseissisurs: Purveu est, qe si les desseisisours alienent les tenemenz, e ne eient dunt les damages pussent estre levez, qe ceus en qi mains icels tenenemenzP47A1 [P47A1] tenemenz1_48 devendrunt, seient charge des damages, issi qe chescun respoigne de sun tens. ¶ Purveu est ensement qe le deseisi recovre damage, en bref de entre sur novele desseisine, vers celui qi est trove tenaunt apres le deseisur. ¶ Purveu est ensement qe la ou en avaunt ces houres, damages ne furent agardez en ple de mort de auncestre, fors en cas la ou tenement fu recovere vers chief seignour, qe desoremes damages seient agardez en touz cas, ou em recovere par assise de Mort de auncestre, si com est avauntdit en assise de novele disseisine. En mesme la manere recovre lem damages, par bref de cosinage, del ael, e del besael. et lou avant cez heurez damages ne furent taxez, fors a la value del issueP47A3 [P47A3] des issues Printed Copies.1_48 de la terre, qe le demandant prent & poet prendre desormes recovereP47A4 [P47A4] purveu est que le demaundaunt puisse recover Printed Copies.1_48 vers le tenant les coustagez de son bref purchace, ensemblement ove les damages avauntditz; et tout ceo soit tenu en tout cas ou homme recovere damagez.P47A2 [P47A2] This Sentence is not in the Tower-Roll, nor in MS. Cott. Claud.D.II; nor in Register A. either in French or Latin, nor in the Roll of Statutes in the Bodleian. Several other Manuscripts also omit it. But several Manuscripts, as well of a Date nearly cotemporary with the Statute, as of a later Date, insert it; particularly Lib. Nig. Æd.Christi,Dubl: Lib. Horn, Lond: MSS. Harl. 493 A; 867; 1690. MS. Cott. Vesp. B. VII; from which latter it is here printed. It has been given, with the Variations noted, in all Printed Copies of the Statutes; and is translated in MS.Tr. 1.1_48 ¶ E seit desoremes en mesme la manere chescun tenu a rendre damages, la ou em recovre vers lui, de sa entrusiun, ou de sun fet demeisne.

2

¶ E si enfaunt dedenz age, seit tenu hors de sun heritage apres la mort sun Cusin, Ael ou Besael, par quei il coveigne qe il purchase bref, e sun adversaire veigne en Curt, e enresponaunt allegge feffement, ou autre chose die, par quei Justices agardent enqueste la ou enqueste fu delae desqe al age, si passe ore lenqueste, ausi cum il fu de age.

3

¶ Establi est ensement qe si home aliene tenement qil tient par la lei de Engleterre, sun fiz ne seit pas barre, par le fet sun pere, par qi nul heritage ne lui est descendu, a demaunder, e recovrer par bref de mort de auncestre la seisine sa mere, tut face la chartre sun pere menciun qe lui e ses heirs seient tenuz a la garauntie. E si heritage lui seit descendu par sun pere dunqe seit il forclos de la value del heritage qe lui est descendu. E si en tens apres heritage lui descent par mesme la pere, dunqe avera le tenaunt vers lui recoverer de la seisine seisineP47A6 [P47A6] erroneously repeated.1_48 sa mere, par bref de jugement, qe istra des roules des Justices devaunt les quels le plai fu pleide, eP47A7 [P47A7] a Reg.A: Printed Copies 1_48 resomoundre sun garaunt, si cum ad este fet en autre cas, ou le garaunt vint en curt, e dist qe rien ne lui est descendu deP47A8 [P47A8] dupar Reg.A.1_48 lui par qui fet il est vouche. En mesme la manere le issue del fiz par bref del ael, cosin, e del besael. ¶ Ensement en mesme la manere ne seit le heir la femme, apres la mort le pere e la mere, barre de accion par la chartre sun pere, si il demaunde le heritage ou le mariage laP47A9 [P47A9] sa Reg.A.1_48 mere, par bref de entre, qe sun pere en tens sa mere aliena, dunt nule fin est levee en la Curt le Rey.

Page 1_48

4

¶ Ensement si home lest sa terre a fe ferme,P48A1 [P48A1] fe is interlined on the Roll in a later Hand-writing ferme Reg. A fee ferme MS.Cott.Claud. D. II.1_49 ou a trover estovers en vivre,P48A2 [P48A2] ou Reg.A.1_49 en vesture, qe munte a la quarte partie de la verri value de la terre, e celui qi tient la terre issint charge, la lesse gisir frische, issi qe lem ne pusse trover destresce, par deus annz ou treis, saunz ent fere la ferme rendre, ou saunz fere ceo qe est contenu en lescrit del les; establi est qe apres les deus annz passez eit le lessour accioun a demaunder la terre en demeine, par bref qe il avera en la Chauncelrie. E si celui vers qi la terre est demaunde, veigne avaunt jugement, e rende les arrerages, e les damages, e trove seurte tele com la Cort verra, qe seit suffisaunte, a rendre, en apres ceo qe est contenu en le escrit, si retiegne la terre. E si il demoert desqe taunt qe ele seit recovre par jugement, si seit encorue aremanaunt.

5

¶ Ensement purveu est qe len eit desoremes bref de Wast en la Chauncelrie, fet de ceo sur home qi tient par la lei de Engleterre, ou en autre manere a terme de vie, ou a terme de annz, ou femme en doweire, e celui qi serra ateint de Wast perde la chose qil ad wastee e estre ceo face gre del trebble de ceo qe le Wast serra taxe. E Endreit de Wast fet en garde seit fet solom ceo qe il est contenu en la graunt chartre. E par la ou il est contenu en la graunt chartre, qe celui qi avera fet wast en garde, perde la garde, acorde est qe il rende al heir les damages del wast, si issi ne seit qe la garde perdue ne soffise my a la value des damages avaunt le age del heir de mesme la garde.

6

¶ Purveu est ensement qe si home moert e eit plusurs heirs, dunt le un est fiz ou fillie frere ou soer Nevou ou Nece, e les autres soient en plus lointeing degre, les heirs eient desoremes recoverer par bref de la Chauncelerie de mort de auncestre.

7

¶ Ensement si femme vent ou donne en fee ou a terme de vie tenement qe ele tient en dowaire, establi est qe le heir, ou autre a qi la terre devereit revertier apres le deces la femme, eit meintenaunt recoverir a demaunder la tere par bref de entre fet de ceo en la chauncelerie.

8

¶ Purveu est ensement, qe Viscuntes pleident en Cuntez les plesz de trespas ausi com il soloient estre pleidez. E qe nul eit desoremes bref de trespas devaunt Justices se il na fieP48A3 [P48A3] si il ne afie Reg.A.1_49 par fei, qe les biens enportez vaillent qaraunte souz al meins. E si il se pleint de Baterie afie par fei qe sa pleinte est veritable.

¶ De plaies e de mahems eit em bref si com em soleit aver. E graunte est qe les defendaunts pussent fere attornez en tels plaiz, ou apel ne est, issi qe sil seient atteinz del trespas en lur absence, seit demaunde al Viscunte qe il seient pris, e eyent dunqe la peyne qil avereient si il eussent este present, quaunt le jugement fu rendu. E si les pleintifs desoremes en tel trespas se facent essoneer apres la primere apparaunce, seit jor done desqe a venue de Justices, e les defendaunz endementers seient en pes en tels plesz, e en autre plesz la ou attachemenz e destresces gisent. E si le defendaunt se face essoneer de servise le Rey, e ne porte sun garaunt al jor qi li est done par sun essoneur,P48A4 [P48A4] essoin Printed Copies.1_49P48A5 [P48A5] acorde est Reg.A. establi est Printed Copies.1_49 qe il rende al pleintif les damages de la jornee de vint souz, ou de plus solom la descreciun des Justices, e ja le meins en la greve merci le Rey.

Page 1_49

9

LE Rey comaunde qe nul bref de la Chauncelerie seit graunte de mort de home, de enquere si home occie autre par mesaventure, ou sei defendaunt, ou en autre manere par felonie, mes si tel seit en prison, eP49A1 [P49A1] si il ne seit en la prisone, & si il seit en la prison, & Reg. A. On the Tower Roll there is a Blank, of three or four Words' Space, between felonie and mes. 1_50 devaunt Justices erraunz, ou Justices assignez a Ghaole deliverer, se met en pays de bien e de mal, e len trusse par pais, qil eit fet sei defendaunt, ou par mesaventure, dunqe par record des Justices, face le Rei sa grace si lui plest.

Purveu est ensement qe nul appel soit abatu si legerement come avant ad estee, mes si le appellour counte le fait, & lan & le jour,P49A3 [P49A3] le heur, Printed Copies1_50 & le temps le Roy, & la ville ou le fait fustP49A4 [P49A4] fait, & de quel arme il fuit occise, Printed Copies.1_50, si estoise le appel: Et mes ne soit apel abatu, par defaute de fresche suite, pur queiP49A5 [P49A5] puis Printed Copies.1_50 q'homme sue dedeinz lan & le jour apres le fait.P49A2 [P49A2] This Paragraph is printed from MS. Cott. Vesp. B. VII. fo. 24 b. It is not on the Tower Roll, nor in Register A. either in French or Latin; nor in MS. Cott. Claud. D. II; nor on the Bodleian Roll. It is omitted from MS. Harl. 493, which contains the disputed passage in Chapter I. ante page 47.–In other respects the Note on that passage applies to this.1_50

¶ Cum il seit contenu en le estatut le Rei, qi ore est, qe deus parceners, ou deus qi tenent en commun, ne pussent fourcher par essoigne, del houre qe il averunt une feiz aparu en curt; Purveu est, qe mesme ceo seit garde e tenu, ou home e sa femme sunt empleidez en la court le Rei. Purveu est ensement en la Cite de Lundres qe si home baut sun tenement a terme de annz, e celui a qi le fraunc tenement est, se face empleder par collusiun e face defaute apres defaute, ou veigne en Curt e voille rendreP49A7 [P49A7] rien dire Rot. Bodl. rendre le tenement Reg. A. reddere tenementum Lat.1_50 pur fere le fermerP49A8 [P49A8] Termer Reg. A. 1_50 perdre sun terme, e le tenaunt eit querele issi qe le termer pusse aver recoverer par bref de covenaunt, le Meire e les Baillifs pussent enquere par bone visne, en la presence del termer, e del demaundaunt, le quel le demaundaunt pleida par dreit, qe il aveit, ou par collusiun, ou par fraude, pur fere le termer perdre sun terme: E si trove seit par enqueste, qe le demaundaunt meust sun plai par bon dreit qe il aveit, si seit le jugement furni meintenaunt: E si trove seit qe il pleidast par fraude pur tolir le terme al termer, le execucion del jugement pur le demaundaunt seit suspendu desqe apres le terme passe. En mesme la manere seit fet de equite, en tel cas devaunt Justices, si le termer le chalange avaunt le jugement.

12

¶ Purveu est ensement qe si home empleide de tenement en mesme la cite, vouche forein a garaunt, qe il veigne a la Chauncelerie, e eit bref a somoundre sun garaunt a certein jour devaunt les Justices del Baunk, e un autre bref au Meire e as Baillifs de Lundres, qe il sursesent a la parole qe est devaunt eus par bref, desqe a taunt, qe la parole de la garauntie seit terminee, devaunt les Justices du Baunk; e quaunt la parole au Baunk serra terminee, e serra ditP49A9 [P49A9] dit serra Reg. A.1_50 al garaunt qe il voist en la cite, e respoigne del chief plai; e le demaundaunt par sa suite eit bref des Justices du Baunk, au Meire e as Baillifs, qe il voisent avaunt en le plai. E si le demaundaunt recovre, veigne le tenaunt as Justices du Baunk, e eit bref al Meire, e as Baillifs, qe si le tenaunt eit sa terre perdue, qe il facent estendre la terre e returnent lestente au Baunk a certein jor; e apres seit maunde al Viscunte del pais, ou le garaunt fu somouns qil lui face aver de la terre del garaunt a la vaillaunce.

Page 1_50

13

Purveu est ensement, qe del houre qe plai serra meu en la Cite de Lundres par bref, le tenaunt ne eit pas poer de fere Wast ne estreppement du tenement, qi est en demaunde, pendaunt le plai. E ceo face le Meire e les Baillifs garder a la suite del demaundaunt. E mesme le ordenement e statut seit garde en autres citesz, e burgs, e aillors par tut le reaume.

14

¶ Le Rei graunte de se grace a Citeins de Lundres, qe la ou avaunt ces houres, ceus qi furent deseisi de fraunc tenement en mesme la Cite, ne poeient recoverir lur damages, avaunt venue des Justices a la Tour, qe teus deseisis desoremes eient lur damages par la reconisaunce de la assise par la quele il recovererent lur tenement; e les deseisours seient amerciez devaunt deusP50A1 [P50A1] les Reg. A.1_52 Barons del Escheqer, qi unefoiz par an vendrount en la Cite a ceo fere. E ceo seit maunde al Tresorer e as Baruns, qe il facent chescun an, par deus de eus, apres lur lever de la Chaundelure, e les amerciemenz par somounse del Escheqer seient levez, e al eus le Rei a le Escheqer livere.

15

Purveu est ensement, qe le Meire e les Baillifs, avaunt la venue de ceus Baruns, enquerrunt des vinsP50A2 [P50A2] biens Rot. Bodl.1_52 venduz encountre la assise, e le presenterunt devaunt eus a lur venue, e dunqe seient amerciez; la ou il soleient atendre la venue des Justices.

Done a Gloucestre le demeine procheine apres la feste sein Pere a la Goule de Aust le an avauntdit.P50A3 [P50A3] le quart jour de October lan du reigne le roy Edwarde fitz le Roy Henry, vj. Old Printed Copies.1_52

Page 1_52

Anno 9o EDWARDI I. A.D.1281.

Ex Rot. Claus. 9 Ed. II. m. 11. P52A1 [P52A1] By a Writ upon this Roll, entitled in the Margin De forincec' vocat' ad Warant' in London sumonit'. dated Westminster, May 2, from the King to the Justices of the Bench, reciting, in Latin, the Substance of that Article, or Part, of the Statute of Gloucester, Chapter XII., which relates to the vouching Foreigners in London; and that in the Ninth year of King Edward I. the said Article had been amended by the King and Council, and sent under Seal to the Mayor and Sheriffs of the said City, who had from that Time proceeded according thereto, but that some Difficulty had lately arisen in the Bench on account of such Amendment, as contradicting the Statute; the Justices are commanded to cause the said Article to be observed according to the Tenor thereof sent to them with the said Writ. Then follows the amended Article as here given, and entitled as above. The following Writ to the Mayor and Sheriffs of London, subjoined to the amended Article as transmitted to them by Edward I. is entered in Liber Horn among the Archives of the City of London. Edwardus dei gratia &c. Majori & Vicecomitibus London, Salutem. Mandamus vobis quendam articulam statuti nostri, apud Gloucestrum anno regni. nostri vjto editi, correctum; prout in quadem cedula presentibus interclusa plenius cotinetur, vobis precipientes quod articulum illum juxta correccionem illam firmiter teneri & observari faciatur. T. meipso apud Westmonasterium x. die Junii anno regni. n. nono.1_53

Articulus Statuti Gloucestri per Dominum E. quondam Regem Anglie, patrem Regis nunc, anno regni sui nono, & consilium suum, correctus pro Civibus Londonii de Forinsecis vocatis ad Warantum in Hustengo Londonii.

PURVEU est ensement qe si homme enpledee en la Cite de Londres vouche forein a garant, le Meire & les Baillifs ajornent les parties devaunt Justices du Baunk a certein jour, & envoient la lour record; e les Justices facent somondre le garant devant eux, & pledent la garantie; & le Meire, & les Baillifs endementers surseisent a la parole qest devant eux par bref, jeqes atant qe la parole de la garantie soit termine devant Justices du Baunk; e qant la parole serra termine au Baunk serra dit al garant, qil voist en la Cite, & respoigne du chief plei; Et le demaundant par sa sute, eit bref des Justices du Baunk au Meire e as Baillifs qil voisent avant en le plai. E si le demaundant recoevre, veigne le tenant as Justices du Baunk, & eit bref al Meire e as Baillifs, qe si le tenant eit sa terre perdue, qil facent estendre la terre, & retornent lestente au Baunk a certein jour; apres seit maunde a Viscounte du pais, ou le garant fust somons, qil face aver de la terre du garant a la vaillaunce. E sil avient qe le tenant face defaute al jour qi li est done al Baunk, dounqes istra bref des Justices du Baunc, au Meire & as Baillifs, de prendre le tenement demaunde en la mein le Roi par le petit Cape, & de somondre le tenant qil soit al Husteng a certein jour, Dount les Justices serront avisez a rendre juggement de cele defaute, sil ne la puisse saver; E sil la puisse saver, adounqes soient les Justices de ceo certifiez par lour record: E les Justices par lour record pledent la garantie.

per consilium.

Page 1_53

Anno 11o EDWARDI I. A.D.1283.

Statut' de Mercatoribus.

THE STATUTE OF MERCHANTS.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 46. P53Astar [P53Astar] This Statute is also entered on the Close Roll 11 E. I. m. 2.d. and there entitled in the Margin: Statutum editum pro mercatoribus ad debita sua celeriter recuperanda.
In Lib. Scac. Westm. X.fo. xl. The Title and Commencement of this Statute are thus given;

Les Estatuz de Salopbury ke sunt apele Actone-Burnel.

Ceo sunt les estatuz fez a Salopsebury al parlement prochein apres la feste seint Michel lan del Regne le Rey Eaduuard fiz le Rey Henry, unzine.

1_54

PUR ceo qe Marchauntz, qiavaunt ces houres unt preste lur aver a diverse genz, sunt cheuz en poverte, pur ceo qe il ni aveit pas si redde ley purvewe, par la quele il poeient lur dettes hastivement recoverir al jor asis de paye; e par cele achesun sunt mult de Marchaunz sustretz de venir en ceste terre od lur Marchaundises, a damage des Marchaunz, e de tut le reaume: Le Rei par luy e par sun conseil ad ordine, e establi, qe Marchaunt qi veut estre seur de sa dette, face venir sun dettur devaunt le Meire de Lundres, ou de Everwyk, ou de Bristowe, e devaunt le Meire, e devaunt un Clerk, qi le Rey a ceo atornera, conoise la dette, e le jor de la pae; e seit la reconisaunce enroulee de la main le avauntdit Clerk qe serra conue. E estre ceo lavauntdit Clerk face de sa main le escrit de obligacion, al quel escrit seit mis le seal del dettur, od le seal le Rei, qe a ceo est purveu, le quel seal demorra en sauve garde le Meire, e del Clerk avauntdit; E si le dettur ne-eP53A1 [P53A1] ne ne Rot. Claus.1_54 rende al jor qe lui est asis, si veigne le Creaunzur al Meire, e al Clerk, od sa lettre de obligaciun; E si trove seit par roule, e par lettre, qe la dette fu conue, e qe le jor asis seit passe, Le Meire par vewe de prodeshomes, meintenaunt face vendre les moebles al dettur cum ateint de la dette, si com chatels e burgages devisables, desqes a la summe de la dette, e les deniers saunz delai paez as Creaunzurs. E si le Meire ne troesse achatur face par renable pris liverer les moebles al Creaunzur, desqe a la summe de la dette en allowaunce de sa dette: E a la vente, e a la liveree des burgages devisables, serra mis le seal le Rei avauntdit, en pardurable tesmoinaunce. E si le dettur ne eit moeble en le poer le Meire, dunt la dette poet estre levee, einz eit aillours en le reaume, dunqe maunde le Meire, desuz le seal avauntdit, a Chauncelier la conoissaunce fete devaunt lui, e le avauntdit Clerk, e le Chauncelier enveye bref al Viscunte, en qi baillie le dettur avera moebles, e le Viscunte face fere gre al Creaunzur, par mesme la forme qe est devisee, qe le Meire le fereit, si les biens moebles al dettur fussent en sun poer; mes bien se gardent ceuls, qi priserunt les moebles pur liverer al Creaunzur, qe il mettent resnable pris e owel, qe si il

Page 1_54

les prisent trop haut en favour del dettour, e en damage del Creaunzur, la chose prisee seit liveree a cels qi la averunt prise par le pris qe mis i unt, e meintenaunt respoignent al Creaunzur de sa dette. E si le dettur voille dire qe ses biens moebles furent venduz, ou liverez, pur meinz qe il ne valent de ceo ne purra il remedie aver, par quei qe le Meire ou le Viscunte eyent leaument les biens moebles a celui qi plus offri, vendu, car il purra retter a lui mesmes qe avaunt le jor de la seute, poeit ses biens moebles aver vendu, e par sa main les deniers leve, e ne voleit. E si le dettur ne ad moebles, dunt tute la dette pusse estre levee dunqe seit sun cors pris, ou qe il seit trove, e en prisun tenu desqe taunt qe il eit fet gre, ou ses amis pur lui. E si il nad del soen dunt estre sustenu en prisun, le Creaunzur lui trusse pain e ewe, issi qe il ne moerge pur defaute; les quels custages le dettur lui rende, od la dette, avaunt ceo qe il isse de prisun. E si le Creaunzur seit Marchaunt estraunge, il demorra as custages del dettur tut le tens qe il siwera pur sa dette lever, desqe al jor qe les biens moebles al dettur seient venduz, ou a lui liverez. E si le Creaunzur ne se pae pas de la suerte soulement le dettur, par quei plegges lui soient trovez, ou mainprenours, les mainprenours ou les plegges veignient devaunt le Meire e le avauntdit Clerk, e se obligent par escrit e par reconoissaunce si com avaunt est dit del dettur. En mesme la manere, si la dette ne seit paee al jor asis, seit fete la execution, sur les plegges ou mainprenours cum avaunt est dit del dettur; issi nepurquaunt, qe taunt come la dette pusse pleinement estre levee des biens moebles al dettur, les mainprenours, ou les plegges ne eyent damage; Mes en defaute des biens moebles al dettur, eit le Creaunzur recoverir sur les mainprenours, ou sur les plegges, en la forme qe avaunt est dite del dettur. E a sustenir les Custages lavauntdit clerk, si prendra le Rei de chescune livre un denier. Cest ordeinement e establisement veut le Rei qe desoremes seit tenu, par tut sun reaume de Engleterre, entre quel gent, qe ceus seient, qe de lur ein degre voderunt tele reconisaunce fere, forpris Jeus, as quels cest establisement ne se estent pas.P54A1 [P54A1] E par cest establissement ne seit bref de dette abatu. E ne soyent pas le Chauncelier, Baruns del Escheqere, Justices del un Baunc e del autre, e Justices erraunz, forclos de prendre reconoissaunces de dettes, de ceus qi devaunt eus le voderunt fere: Mes les execucions de Conoissaunces devaunt eus ne seyent pas fetes par la forme avauntdite, mes par la ley e le usage e la maniere avaunt usee. Donee a Actone Burnel le duzim jor de October en lan de nostre regne, unzisme.

Consimilia statuta habent Majores Eboraci & Bristoll Linc' & Wynton' & Sallop'. Rot. Claus. II E. I. m. 2. d.1_71

Page 1_71

Anno 13o EDWARDI I. A.D. 1285.

Statuta Reg' Edwardi edita apud Westmonasterium in Parliamento suo pasch' Anno Regni sui T'ciodecimo:–xiijo.

STATUTES OF KING EDWARD, Made at WESTMINSTER in his PARLIAMENT, at EASTER, In the THIRTEENTH YEAR of his Reign.

Page 1_87

34

Purveu est qu si homme ravist femme, espouse, damoisele, ou autre femme desoremes, par la ou ele ne se est assentue ne avaunt ne apres, eit jugement de vie et de membre; e ensement par la ou home ravist femme, dame espouse ou damoisele, ou autre femme a force, tut seit ke ele se assente apres, eit tel jugement come avaunt est dit si il seit ateint a la suite le Rei, e la eit le Rei sa suite.P87A4 [P87A4] In MS. Cott. XVI. this chapter is in Latin, nearly as above. In MS. Harl. 5326, the whole Statute is in French; In MS. Reg. 20 A. VIII. two Copies of the Statute are given, one wholly in French, and the other in Latin, but with this Chapter in French; MSS. Harl. 79, 3824, 5044. contain Abridgements of this Chapter in Latin.
See Note to Chapter 49, page 95.
1_95
P87A4 [P87A4] Provisum est eciam quod si aliquis mulierem sponsatam, puellam, aut aliam quamcumque decetero rapiat, ubi nec ante, nec post consenserit; habeat judicium de vita & membris; Preterea cum aliquis mulierem sponsatam, puellam aut aliam quamcumque vi, ac contra voluntatem ipsius rapuerit, licet post consenciat, habeat tale judicium ut supradictum est si convincatur, ad sectam Regis, ibi habeat Rex sectam suam. Lib. Cust.1_95

Page 1_95

49

Chaunceler, Tresorer ne Justice, ne nul de Consayl le Roy, ne Clerk de la Chauncelerye, del Escheker, ne de Justice, ne autre Ministre, ne nul del hostel le Roy Clerk ou lay, ne puisse receivre Eglise ne Avoeson de Eglise, ne tere ne tenement, ne fee, ne par dounP95A1 [P95A1] om  Rot. Bodl; MS. Harl. 5022, ne fee.–nen fee, ne par doun, MS. Cott. Vesp. B. VII en fee par donn, Printed Copies.1_96 ne par achat ne a ferme, ne a chaumpart, ne en autre manere; taunt come la chose est en plee devaunt nous ou devant nul de noz Ministres,P95A2 [P95A2] ou Justice, MS. Harl. 5022.1_96 Ne nul loer neP95A3 [P95A3] nen MS. Cott. Vesp.1_96 seyt pris. E kiP95A4 [P95A4] contre MS. Cott. Vesp.1_96 ceste chose face, ou par lui, ou par autry, ou nul baret y faceP95A5 [P95A5] baret il face, Old Printed Copies bargain ent face, 2Inst. bargain i face MS. Cott. Vesp: MSS. Harl. 395, 5022. bargayn face Rot. Bodl.1_96 seyt puni a la volente le Roi ausi bien celui qe le purchacera, com celui qe le fera.P95Astara [P95Astara] This Clause in French is not on the Tower Roll: It is printed from Reg. A. fo. 271; where, as in Rot. Bodl. and other Manuscripts, it stands as the last Clause of the Statute, after the Sentence beginning Omnia predicta Statuta: In all Printed Copies it is inserted preceding that Sentence. Lib. Rub. Scac. Dublin; MS. Cott. Claudius D. II, and many other Manuscripts, as well of an early as of a late date, omit the Clause. In MS. Harl. 5022, which gives chapter 34 of this Statute in French, this Clause is inserted as above before the Sentence Omnia predicta Statuta; and at the end of the Statute is written Et irrotulatur in Rotulo statutorum. In Lib. Custum. London, and MS. Cott.XVI. where chapter 34, is in Latin, this Clause is omitted. In MS. Harl. 79, where Chapter 34 is in Latin, this Clause is inserted in French. In the French Copies of this Statute in MS. Harl. 5326; MS. Reg. 20 A. VIII. this Clause is inserted: In the Latin Copy of the Statute in the same MS. Reg. this Clause is omitted. See the Note in page 87, to chapter 34 of this Statute: See also 2 Inst. 217, 485: Mirror, c. 5. § 5: Fleta l. 2. c. 36.1_96

Page 1_96

Stat' Wynton'.

THE STATUTE of WINCHESTER.

Ex magno Rot. Stat.in Turr. Lond. m. 41. P96Astar [P96Astar] On the Close Roll 5 Ric. II. m. 13, d, is entered a Writ to the Sheriffs of London, dated March 3, for the Proclamation and Observance of this Statute of Winchester, reciting the Statute at length; with a Note that like Writs were then sent to all the Sheriffs throughout England. The Entry on the Statute Roll 13 Edward I. being in part defaced and illegible, the Words deficient are supplied in the Text from the Entry on the Close Roll of Richard II, and are printed between Brackets, without any Figure of Reference. A small Roll of the time of Edward I. containing only this Statute of Winchester, is preserved among the Records of the Treasury of the Court of the Receipt of the Exchequer in the Chapter House Westminster: At the top of the Roll is written Ces sunt les estatuz fes a Wyncestre en le an le Rei Edward Tressime: The Quotations from this Roll are marked Rot. Scac.1_97

1

PUR ceo qe de jour en jour roberies, homicides,P96A1 [P96A1] e Lib. Horn.1_97 ArsunsP96A2 [P96A2] et Larcenies Old Printed Copies.1_97 plus sovenerement sunt fetes qe avaunt ne soleyent, e felonies ne poount estre atteinz par serment des Jururs, qe plus volunters sufferent felonies fetes as estraunges genz passer saunz peynes qe enditer meffessours, dunt graunt partie sunt gent de meimes le pays, ou a meins, si les fesoursP96A3 [P96A3] meffesours Rot. Scac: Lib. Horn.1_97 sont de autre pays, lour recetturs sunt del visne; e ceo funt il pur taunt qe serment nest mie hore duteP96A4 [P96A4] ore dute Rot.Claus. ore dote Rot Scac: Lib.Scac.X: Lib.Horn.1_97 as Jururs ne au pays ou les felonies furent fetes qaunt a restitucion des damages peyne avant ne fu purveue pur lur concelement e lur lachesce; Nostre Seignour le Rey, pur abatre le poer de feluns, si establit peyne en teu cas, issi qe par pour de la peyne plus qe par pour de serment a nuli desoremes ne esparnient, ne nule felonie ne concelent; E comand qe solempnement seit la crie fete, en tuz Cuntez, hundrez, marches, feyres, e tuz autres lous ou solempne assemble des gentz sera, issi qe nul par ignoraunce se pusse escuser, qe checun pays issi desoremes seit garde, qe meintenant apres roberies e felonies fetes seit fete si fresche sute de vile en ville, de pays en pais.

2

Enquestes ensement seient fetes si mester est en viles par celui qi soverein est de la vile, e pus en hundrez e en fraunchises e en Cuntez, & ascun foiz en deux, trois, ou qatre Countees en cas quaunt felonies serunt fetes en marche de Cuntez, issi qe meffesours pusent estre ateinz. E si le pais de tels manere de mefesours ne respoigne, la pein serra tiel, qe chescun pais cest asaver genz en pais demoraunz, respoignent de roberies fetes, e de damages; issi qe tut le hundred ou la roberie serra fete, ove les fraunchises qe sunt dedenz la purceint de meime le hundred, respoignent de roberie fete. E si la roberie seit fete en devises dedenzP96A5 [P96A5] de deux Rot. Claus: Rot. Scac: Lib. Horn.1_97 Hundrez respoignent ambedeus les Hundrez ensemblement of les fraunchises; e plus long terme ne avera le pais, apres la roberie e felonie fete, qe xl.joursz, dedenz les quelsP96A6 [P96A6] demy an de dens le quel Rot. Scac. wherewith many Manuscripts, and the Old Printed Copies agree quarant jours, deinz les queux Stat. 8 Ed.III. [c. 11] xl. jours, dedeins les queux jours Lib. Horn quarant jours dedeinz les queux Rot. Claus.1_97 il covendra qil facent gre de la roberie e du mefet ou qil respoignent de cors de mefesurs.

3

E pur ceo qe le Rey ne vueut pas qe gent sodeynement seient espoveri de ceste peyne, qe semblereit dure a aucune gent, graunte qele ne seit mie maintenaunt encorue, mes preigne la peyne respit deqes a la Paske procheine venaunt, e dedenz cel terme verra le Rey coment le pais se portera, e seserunt teles roberies e felonies. Apres quel terme tuz seient certeinz qe lavaundite paine curra generaument, ceo est asaver qe chescun pais, ceo est asaver genz el pais demoraunz, respoignent des roberies e felonies fetes en lur pais.

Page 1_97

4

E a plus seurer le pais, ad le Rey comaunde qe en les graunz viles, qe sunt closes, les portes seient fermes del solail rescuse deqes au solail levaunt; e qe nul home ne herberge en suburbe, ne en forein chief de la vile, si de jour noun, ne uncore de jour si le hoste ne voille pur lui respundre; e les Baillifs de viles chescune semeine, ou ameins quinzeine facent enquestes de genz herbergez en suburbes, eP97A1 [P97A1] ou Rot. Claus.1_98 en foreins chefs de viles; e sil trovent nul herbergour, qi resceive ou herberge en autre manere gent,P97A2 [P97A2] ke herberge gent ou recette en auter manere, ou gent Rot. Scac.1_98 dunt suspeciun seit qil soient gent countre la pes, si enfacent les Baillifs dreiture. E desoremes est comaunde, qe veylles soient fetes, issi cum auncienement soleyent estre, ceo est asaver del jour de la Ascenciun deqes le jour Seint Michel, en chescun CiteP97A3 [P97A3] par Rot Scac; Lib. Horn.1_98 sis homes, en chescune porte, en chescun burgh par xij. homes, en chescune vile en terreP97A4 [P97A4] entiere Rot. Claus: Rot. Bodl.1_98 par vj. homes ou iiij. solom numbre des genz qi abitentP97A5 [P97A5] en la Vile Rot. Scac.1_98, e facent la veilleP97A6 [P97A6] la Vile garder Rot. Scac.1_98 continuelement tute la nuit del solail rescusse jeqes al solail levaunt. E si nul estraunge passe par eus seit arestu jeqes au matin; E si nule suspeciun ne seit trove auge quites; E si em trove suspeciun, seit livere al viscunte maintenaunt, e saunz daunger le receive, e sauvement le garde,P97A7a [P97A7a] om  Rot. Scac.1_98 jeqes a taunt qe en due manere seit delivre. E si eus ne se soeffrent pas estre aresteuz seit heu e cri leve sur eus, e ceus qi funt la veille les siwent o tute la vilee ove les visnees viles,P97A7b [P97A7b] om  Rot. Scac.1_98 o heu e cri de vile en vile, jesqes taunt qil serra pris e livrez au Viscunte, cum est avauntdit; E pur le resteiment de tels estraunges, nul ne seit enchesune.

5

Comaunde est ensement qe les hauz chemins des viles marchaundes, as autres viles marchaundisesP97A8 [P97A8] marchaundes Rot.Claus: Rot. Scac.1_98 seient enlargiz, la ou il iad bois, ou haies, ou fossez, issi qil nieit fosse, suthboys, ou bussuns, ou lem peut tapir pur mal fere pres del chemin, de deus centz pez de une part e de deus centz parsP97A9 [P97A9] ij.C. pees Rot. Claus. deus cent pes Rot. Scac.1_98 de autre part, issi qe cet estatut point ne estende as keynes, neP97A7c [P97A7c] om  Rot. Scac.1_98 as grosP97A10 [P97A10] grantz Rot. Claus.1_98 fusz, par qei ceo seit cler desuz. E si par defaute de Seignour, qi ne vodra fosse, subois, ou bussuns, en la furme avauntdite abatre, e roberies seient fetes, si respoygne le Seygnur; E sil ieyt murdre, si seit le Seignour reint a la volunte le Rey. E si le Seignour ne suffist a suzbois abatre si lui aide le pais a ceo fere. E le Rei veut qe en ses demeines terres, e boys dedenz foreste, e dehors, seient les chemins enlargiz, cum avaunt est dit. E si par cas park seit pres del haut chemin, si covendra qe le Seignour del park amenuse sun park, jeqes ataunt qil ieyt la leyseP97A11 [P97A11] qil y eit la leeste Rot Claus. qil i ad la leeste Rot. Bodl. ke la leise seit Rot. Scac. qe ly eit la leeste Lib. Horn.1_98 de deus centz pez, pres del haut chemin,P97A12 [P97A12] pres deu chemin deus cent pes de une part, e deus cent pes de autre part, Rot. Scac.1_98 cum avaunt est dit, ou qe il face tel mur, fosse ou haye qe meffesurs ne pussent passer ne returner pur mal fere.

6

Comaunde est ensement qe chescun home eit en sa mesun armure pur la pees garder, solum la aunciene assise; ceo est assaver qe chescun home entre quinze annz e seisaunte soit asis e jure as armes, solum la quantite de lur terres e de lur chateus; ceo est assaver, a quinze liveree des terres, e chateus de quaraunte mars, hauberger,P97A13 [P97A13] hauberk Rot. Claus. hauberc Rot. Scac.1_98 chapel de feer, espe, cutel e cheval; A disz liveree de terre, e chateus de vint mars, haubergeun,P97A14 [P97A14] haubergeon Rot. Claus: MS. Cott. hauberc Rot. Scac; Lib. Horn.1_98 chapel, espe, e cutel; A cent soucheeszP97A15 [P97A15] souldz Rot. Claus.1_98 de terre

Page 1_98

parpoint, chapel de feer, espe e cutel;P98A1 [P98A1] om  Rot.Scac.1_99 A quaraunte souch […] P98A2 [P98A2] souldz Rot. Claus.1_99 de terre, e de plus jeqes a Cent souz, espe, ark, setes e cutel; E qe meins ad deP98A3 [P98A3] ke Rot. Scac.1_99 quaraunte souze de terre seit jure a faus gisarmes, cuteusP98A4 [P98A4] seent jores a gisarmes Rot. Scac.1_99 e autres menues armes;P98A5 [P98A5] Et Rot. Claus.1_99 qi meins ad de chateus de vint mars espees cuteus e autres menues armes.P98A6 [P98A6] om  Rot. Scac.1_99 E tuz les autres, qi aver pount, eient arcs e setes hors de forestes, e dedenz forestes arcs e piles.P98A7 [P98A7] setis en foreste & hors de foreste. Rot. Scac.1_99 E qe veue des armes, soit fete deus foiz par an. E en chescun hundred e fraunchise seyent eleus deus Conestables, a fere la veue des armes; e les Conestables avauntdiz presentent devaunt les justices assignez, quant il vendrunt en pays, les defautes qil averount trovez de armeure; e de suites de veilles,P98A8 [P98A8] de sutez de villes Rot. Claus: Rot. Bodl. de suyte de viles Rot. Scac. de suytes des viles Lib. Horn.1_99 e de cheminz; E presentent ausi de genz, qi herbergent genz estraungesP98A9 [P98A9] gent estrange herbiges Rot. Scac.1_99 en viles de uppelaund, pur queus il ne volent respundre. E les Justices assignez en chescun parlement representent au Rey, e le Rey sur ceo en fra remedie. E bien se gardent desoremes, Viscuntes, Baillifs de fraunchises e dehors greignurs ou maindres, qi baillie ou foresterie untP98A10 [P98A10] unt en foreste ou de hors, ou Rot. Scac.1_99 en fee ou en autre manere, qil siwent le cri ove le pays; E solum ceo qil sunt, eient chevaus e armeure a ceo fere; E si nul seit qi nel face, seient les defautes presentez par les Conestables as Justicez assignez, e puis apres par eus au Rey cum avaunt est dit. E comaunde le Rey e defend, qe feire ne marche desoremes ne soient tenuz en cimeter pur honur de Seinte Eglise. Done a Wyncestre, le utisme jour de October,P98A11 [P98A11] om  Rot. Scac. le vintisme jour de Septembre Rot. Bodl.1_99 le an du regne le Rey,P98A12 [P98A12] Edward Rot. Scac: Rot. Bodl.1_99 Trezime.P98A13 [P98A13] Renouvele & asseale a Everwyk lan de son regne vint & oytisme MSS. Harl. 858, 1208.1_99

Statutum Mercatorum.

THE STATUTE OF MERCHANTS.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 46 d.P98Astar [P98Astar] The Entry of this Statute is on the Back of that Membrane of the Roll which contains the Statute of Merchants, 11 Edw. I.
The following Memoranda are subjoined at the End of the Statute; the latter of them in a Hand-writing of the Time of Edward II.

Consimile statutum de verbo ad verbum habent Major & Cives Exonienses.

Memorandum quod statutum predictum consignatum fuit in forma subscripta & lib'atum Will'o de Bodemynn deferend' per ipsum communitati ville de Lostwythiel. Edwardus dei gratia, &c. omnibus ad quos, &c. salutm. Inspeximus statutum mercatorum editum tempore domini E. quondam Regis Anglie patris nostri in hec verba. Pur ceo qe marchanz, &c. Quod quidem statutum pro recognicionibus juxta formam ejusdem statuti in villa de Lostwythiel accipiendum ad eandem villam duximus transmittend'. In cujus &c. T. R. apud Londonium tercio die Septembri anno regni sui quinto.

This Statute is also entered in Register A. in the Chapter House at Westminster, fo. .; with the following Title:

Statuta pro mercatoribus & malis debitoribus.

1_99

PUR ceo qe Marchaunz qi avaunt ces hures unt preste lur aver a divers genz, sunt cheuz en poverte pur ceo qe il ni avoit pas si redde ley purvewe par la quele il poeient lur dettes hastivement recoverir au jour assis de paye; E par cele encheson sunt mulz des marchaunz sustrez de venir en ceste terre ove lur marchaundises, a damage des marchaunz e de tut le reaume; Le Rey par luy e par sun counseil a sun parlement, qe il tint a Acton Burnell, apres la Seint Michel le an de sun regne unzime, fist e ordina establissement sur ceo a remedie des marchaunz, le quel ordeinemant e establisement le Rey comaunda qe tenuz fuissent e fermement gardez en tut sun Reaume, dunt marchaunz unt eu remedie, e a mains meschief e travail unt recovre lur dettes, qe avaunt ne soleient: Mes pur ceo qe marchaunz puys

Page 1_99

se pleindrent al Rey qe Viscuntes qiP99A1 [P99A1] om  Printed Copies1_100 malement enterpreterent sun statut, e aconefei par malice e par mal enterpreteison delaerent lexecucion del statut a grant damage des marchaunz, le Rey a sun Parlement a Westmonster apres Pask, lan de sun regne troizime, fist reciter lavauntdit statut fet a Acton Burnell; E pur declarerer aquns articles de sun statut avauntdit ad ordine e establi, qe marchaunt qi veut estre seur de sa dette face venir sun dettur devaunt le meyre de Appelby,P99A2 [P99A2] Lundres Reg. A: MS. Cott. Claud. D. II.1_100 ou devaunt autre chief gardeyn de vile ou de autre bone vile ou le Rey ordinera; E devaunt le meire, ou chief gardein, ou autre prodhome a ceo esleu e jure, quaunt meire ou chief gardeyn ne poet entendre, e devaunt un des clers, qi le Rey a ceo atornera qaunt ambedeus ne poent entendre, conusse la dette, e jour de la paie, e seit la conoissaunce enroullee de la main del un des clers avauntdiz qi serra conue, e le Roule duble, dunt le un demorge vers le meire ou chief gardein, e lautre vers le Clerk qi a ceo primes serra nome; E estre ceo un des avauntdiz clers de sa main face le escrit de obligacion a quel escrit seit mis le seel del Dettur ove le seel le Rey, qe a ceo est purveu, le quel seel serra de deus pieces, dunt la greignour piece demorra en la garde le meire ou chief gardein, E lautre piece en la main le Clerk avauntdit. E si le dettur ne rende al jour qe lui est assis, si veigne le marchaunt al Meyre e al Clerk, ove sa lettre de obligacion; E si trove seit par roule ou par lettre qe la dette fust conue, e le jour assis seit passe, si face le Meyre ou chief gardeyn prendre le cors al dettur sil est lay, quel houre qe il seit trove en sun poer, e liverer a la prison de la vile, si prison iseit, e la demoerge a ses custages propres desqe ataunt qil eit fet gre de la dette. E comaunde est qe le gardein de la prison de la vile le reteigne par la livere del meyre ou le gardeyn; E sil nele voille receivre, si respoigne meintenant le gardein de la prison de la dette, sil eit de qei: E sil nad de qei, si respoigne celui qi la prison luy bailla a garderP99A3 [P99A3] Interlined on the Roll; om  Reg A.1_100; E si le dettur ne poet estre trove en le poer del meyre ou chief gardein, dunqe maund le meyre ou chief gardein, desuz le seel le Rey avauntdit al Chaunceler, la conoissaunce fete de la dette; E le Chaunceler envoie bref al Viscunte, en qi baillie le dettur serra trove, qil preigne son cors, sil est lay, e en sauve prison le garde desqe ataunt qil eit fet gre de la dette; E dedenz un quarter del an, apres ceo qe il serra pris, eit ses chateus e ses terres delivres, issint qe par les soens puisse lever e paier la dette; E bien luy list, dedenz le quarter, terre & tenement vender pur ses dettes aquiter, E sa vente serra ferme & estable. E sil ne face gre dedenz le quarterP99A4 [P99A4] apres le quarter Reg. A.1_100 passe, seient liverez au marchaunt touz les biens del dettur, e totes ses terres par resnable estent, a tenir desqe ataunt qe la dette pleinement serra levee, E ja le plus tart le cors demoerge en prison cum avaunt est dit; E le marchaunt luy truisse pain e ewe; E eit le marchaunt en ceuls tenemenz a luy liverez, ou son assigne tele seisine qil puisse porter bref de novele disseisine sil seit engete, e redeseisine autresi cum de frank tenement, a tenir a lui e a ses assignez, taunt qe la dette sait paiee; Apres la dette levee e paee seit le cors al dettur delivere ove sa terre. E en le bref, qe le Chaunceler enverra, seit mencion fet qe le Viscunte certefie les Justices del un baunc ou del autre, coment il avera furni le comaundement le Rey a un certein jour. A quel jour le marchaunt, si sun gre ne soit fet, sue devaunt les Justices; E si le Viscunte ne returne nul bref, ou returne qe le bref vint trotart, ou qil ad

Page 1_100

maunde al baillifs de la fraunchise, si facent les Justices solom ceo qil est contenu en le drein statut de Wemuster. E si par cas le Viscunte maunde qe le dettur nest pas trove, ou seit clerk, si eit le marchaunt bref a tuz les Viscuntes ou il avera terre, qil lui liverent tuz les chateus e les tenemenz al dettur par resnable estent a tenir a luy e a ses assignez en la furme qe est avauntdite; E ja le plus tart, eit bref a quel Viscunte qil vodra de prendre son cors, sil est Lay, e tenir en la furme avauntdite. E bien se garde le gardein de la prisun qil luy covendra respundre del cors, ou de la dette. E apres ceo qe les terres al dettur serrunt livereez al marchaunt bien lirra au dettur sa terre vendre issint qe le marchaunt damage de ses approumenz, E sauvez seient touz jours al marchaunt damages, e chescunz custagez necessaires e resunnables en travails, sutes, delaies e en despenses. E si le dettur truisse plegges, qi se conoissent estre principals detturs, apres le jour passe seit fet des plegges en totes choses cum est dit del principal dettur, quant a cors prendre e terres liverer, e autres choses. E quant les terres al detturs serrunt liverez as marchaunz, si eit seisine de totes les terres, qe furent en la main le dettur, le jour qe la conoissaunce fu fete, en qi mein qe eles serrunt apres devenuz, ou par feffement, ou par autre manere. E apres la dette paie, les terres issuez del detturP100A1 [P100A1] issuez des dettours MS. Cott. issues des dettours Reg. A.1_102 par feffement, returnent autresi bien arere al feffe cum les autres terres as detturs. E si le dettur ou plegge moerge, point neit le marchaunt recoverirP100A2 [P100A2] pouvoir Printed Copies.1_102 a prendre le cors le Eir, mes a ses terres cum avaunt est dit, sil est de age, ou quant il serra de age. E seit purveu un seel qi serve as feires; E i ceo seel serra envoie a chescune feire desuz le seel le Rey par un clerk Jure. E par le GardeinP100A3 [P100A3] juree a par le gardein Reg. A. jure ou par son gardein Old Printed Copies.1_102 de la feire eP100A4 [P100A4] par Printed Copies.1_102 la communaute des marchaunz seient elluz deus leus marchaunz de la cite de Lundres qil facent le serment; e devaunt eus seit le seel overt; E la une peece seit baille as avauntdiz marchaunz, e lautre demoerge vers le clerk; E devaunt eux ou le un des marchaunz, si amdeus ni poent estre, seient les conoissaunces fetes cum devaunt est dit. E avaunt ceo qe nule reconoissaunce seit enroullee seit la peine del statut apertement leu devaunt le dettur, issint qil ne puisse autrefoiz dire qe lom li met autre peine, qe icele au quele il se obliga. E a sustenir les custages del avauntdit clerk, si prendra le Rey de chescune livre un dener en chescune vile ou le seel serra, horepris Faire ou il prendra treis mailles de la livre. Cest ordeinement e establisement veut le Rei qe desoremes seit tenu par tut sun reaume de Engleterre e de Irlaunde, entre quelsz genz, qi ceo soient, qi de lour eindegre vodrunt tele reconoissaunce fere, forspris Jeus, as queus cest establisement ne sestent pas. E par cest establisement ne seit pas bref de dette abatu: E ne seient pas le Chaunceler, Baruns del Escheker, Justices del un baunc e del autre e Justices erraunz forclosP100A5 [P100A5] Interlined on the Roll.1_102 de prendre reconoissaunces de dettes de eus qi devaunt eux les vodrunt fere; mes les execucions des conoissaunces devaunt eus fetes nen seient pas fetes par la furme avauntdite, mes par la ley, e le usage, e la manere purveue aillors en autre estatut.P100Aa [P100Aa] Bref de la Chauncelerie sur meme le estatut.

Breve. Rex vic' salutem. Quia A. coram tali Majore, vel Custode tal' vill', vel coram Custodibus, sigilli nostri de mercatoribus in Nundinis de tali loco recognov't se debere B. tantum quod ei reddidisse debu't tali die & nondum reddidit, ut dicitur, tibi precipimus quod corpus predicti A. capias & in prisona nostra salvo custodias, quousque predicto B. de predicto debito satisfecerit. Et qualiter istud preceptum nostrum fueris executus, scire fac' Justiciis nostris apud Westmonasterium tali die vel nobis per litteras tuas sigillatas. Et habeas &c. Dat' apud Westmonasterium, xxviij die Junii Anno Regni nostri, Tertio decimo. Reg. A.1_102

Page 1_102

Statuta Civitatis Londonii.

STATUTES FOR THE CITY OF LONDON.

Ex magno Rot.Stat.in Turr. Lond. m. 42, in Cedula.

CES sont les Articles le queus nostre Seignour le Rey Comaunde qe bien seient gardez en sa Citee de Loundres, pur sa pes garder e meyntenir. Primeremant pur ceo qe multz des mals com des murdres, Robberyes, e homycides ont este fetz ca en arrere deinz la Citee de nuyt e de Jour, e gentz Batues e mal tretes, e autres diverses aventures de mal avenuz encontre sa pes; Defendu est qe nul seit si hardi estre trove alaunt ne wacraunt par my les Ruwes de la Citee, apres Coeverfu persone a Seint Martyn le grant, a Espeye ne a Bokuyler ne a autre arme pur mal fere, ne dount mal supecion poet avenir; ne en autre manere nule, sil ne seit grant Seignour ou altre prodome de bone conysaunce, ou lour certeyn message qi de els serra garaunty qe vount li un a lautre pur conduyte de Lumere. E si nul seit trove alant encontre la fourme avantdite, ou q'il seit encheson de tart venir en vyle, seit pris par les Gardeyns de la pes e seit mys en Le Tonel, la quel pur tiels meffesours est assigne, e Lendemeyn seit amene e presente devant le Gardeyn ou le Meyre de la Citee qi pur tens serra, e devant les Aldermans, e solong ceo q'il troveront qil eit trespasse e a ceo seit coustumers seit puny. E pur ceo qe tiels meffesours avauntditz, alant nutauntre, communalment ont lour Recet e lour Covynes, e font lour mauveyses purparlances en taverne plus qe aillours, e illoekes querent umbrage attendanz e geitant lor tens de mal fere; Defendu est qe nul ne tiegne taverne overte de Vyn ne de Cerveyse apres le Coeverfu avantdit persone; mes q'il tiegne sa taverne close apres cel houre, e nul leinz Bevaunt ne recettant ne en sa mesoun hors de Communes tavernes nul ne recette pur quy il ne voillit estre respoignant a la pes le Rey. E si nul taverner seit trove q'autrement faceo, primerement seit degage par soen Hanap de la Taverne, ou par altre bon gage leinz trove, e seit amercye a quaraunte deniers; E si altre fiez seit trove qe ceo faceo, seit amercye a demy mark e a la tierce fiez a dys souz; e a la quarte fiez paie tute la peyne double, cest asaver vynt souz. E la quynte fiez seit forsjugge del mestier pur tutz jourz.

Page 1_103

Ensement pur ceo qe fous, qi sei delitent a mal fere, vount aprendre Eskirmye de Bokyler, e de ceo plus sei abaudissent defere lour folyes; Purveu est e defendu qe nul ne tiegne escole ne aprise de Eskirmye de Bokyler, dedeinz la Citee de nuyt ne de jour, e si nul le faceo eit la Prison de xl. jours. E pur ceo qe mals fesours pur trespas com de Bateryes, sanc espaundu, e autres malfetz encontre la pes nostre Seignour le Rey, e pur mal suspecioun, pris e arestutz, sovent sont delivres par trop legiere manere, pur quey autres meyns doutantz tiels punyssementz sei abaudissent en lour folyes e en sovent mesprendre, encountre la pes, pur beiaunce de tiele eyse deliveraunce; Purveu est qe nul en tiele manere enprisone seit delivres par Viscounte ne par Mynystre de south ly sanz agard del Gardeyn ou del Meyre qe pur tens serra, e de les Aldermans si le trespas ne seit mult petit, e adunks seit prise bone meynprise e sollempne, e des gentz justizables a les Bayllyfs de la Citee, q'il seit devant le dit Gardeyn ou Meyre e les Aldermans a certeyn jour a receyvre agard e juggement solong soen trespas. Derichief purveu est qe chescun Alderman, en soen Gardemot ententivemant enquerge de tiel meffesours repeirantz e demorantz en sa Garde; e si nuls tiels seient trovez par presentemant ou enditement des bones gentz de la Garde ou de male suspecioun, tantost seient attachez par lour cors, e veignant devant le Gardeyn ou Meyre e les Aldermans, e seient aresonez de ceo dont il sont enditez, ou sour eus presentez; e cels qe aquiter ne sei poent seient punyz par enprisonement, ou autre punyssement, par lour descretion, e solong ceo qe le trespas demaunde.

E pur ceo qe akunes gent soent repeirantz en la Citee, acuns des terres de outre mer e acuns de la terre meismes, e illoesks querent umbrage e refu par Bannyssement hors de lour pays ou pur grant trespas ou autre forfet sei sont de lour pays aloignez; e des tiels les uns sei font abrocours hostillurs e herberjours denz la Citee des privez e des estranges, si avant com il fuysseient bons e leals de la franchise de la Citee; e les uns riens ne font fors qe aler sus e jus par my les Ruwes, plus de nuyt qe de jour, e sont bien atirez com de vesture e munture, e sei font pestre de deliciouses vyaundes e coustouses; ne il ne font mestier ne marchaundise nule, ne terres ne tenementz ne ount de quei vyvre, ne amy qe les trove, e des tiels avenant multz des perils en la Citee sovent, e multz des mals, e les uns ont aperte mauveytez sont trovez, com des Robberyes e Brusures des mesons de nuytz, murdres, e autres mals: Purveu est, qe nul destrange terre ne altre dont q'il seit, ne seit reseant herberjour ne hostiler denz la Citee sil ne seit franc home de la Citee, receu e a ferme devant le Gardeyn ou Meyre e les Aldermans, com bon home e leal; e q'il eit bone testmoignance, del luy dunt il serra venu, q'il seit bien e lealmant departy e trove saufs plegges justizables a les Bayllifs de lay Citee destre respoignant a la pes le Rey, e les Citeyns e la Citee garder sanz dammage. Ne nul Abrocour ne seit denz la Citee for ceaus qi seent receuz e jures devant le Gardeyn ou Meyre e Aldermans. E touz ceus qi sont Herberjours, Hostiliers, e Abrocours en la Citee encontre la fourme avantdite, del jour qe ces Articles sorront Lus e pubbliez denz la Citee, desks a un moys sei demettant e retreient qi mes ne le facent e si nul seit trove qe le faceo apres la dist meys, ou altre de quy len eit maleP103A1 [P103A1] Interlined on the Roll.1_104 suspeceoun par soen mauveys port com par mauveyse Compaignye ou par bone testmoignance del vygne, tantost seit arestu par soen cors par le

Page 1_104

Gardein ou Meyre ou les Viscontes, ou par Alderman en qui garde il serra trove, e solong ceo q'il serra trove contrevenant la fourme avantdite ou en altre trespas seient punyz; Cestasaver, les Herberjours e Hostilliers, e Abrocours seient noun receivables a la franchise pur tutz jours, e a la prisone ajuggez; e les altres seient punyz par enprisonement ou en altre manere, selong ceo qe le trespas demaunde.

Le Rey, qi veut la pes de sa Citee estre bien garde entre tutes gentz, ad entendu qe ses distz Articles ne sont poynt tenuz, ne estre ne poent, pur ceo qe ses mynystres sovent ont este enquerelez e grevement punyz devant ses Auditours des pleyntes, e aillours en sa Court, par enprisonementz e altres punyssementz de meffesours e de suspecionous de mal, pur ceo q'il ne eurent de Rey garaunt a ceo fere; dont les ditz mynystres ont este e sont meyns osez a chastier e punyr les meffesours, e par tant sei abaudissent de meffere, e donnant as altres ensample de mauveyste, a grant peril de la Citee e grant nurture des mals; Veut e comande qe desormes nul de ses Mynystres seit enquerele devant ses Auditours des pleyntes ne ailliours en sa Court, pur nul enprisonement ou altre punyssement de meffesours ou souspecionous de mal: Si ens ne seit qe mynystre le face par aperte malice e sa propre venjeaunce, ou pur venjaunce de autri qi par malice le procure, e ne mye pur la garde de sa pes.

E le Rey cestes purveaunces e ajoustementz veut qe en lavantdite Citee seient bien e sauvement gardez, pur sa pes meyntenir, ove les amendementz quant il li plerra quil mettre pur le proffist de sa Citee.

Page 1_106

Anno 18o EDWARDI I. A.D.1289-90.

Page 1_107

STATUTUM DE QUO WARRANTO NOVUM.P107A1 [P107A1] This Title is from the Old Printed Copies.1_114

Ex MS. Cott. Claud. D. II. fo. 260.

PUR ceo brief qest dit quo Waranto establist nostre Seignour le Roi le jour de la Pentecost, lan de son regne xviiie, qe touz ceux qi cleiment avoir quite possession des fraunchises avaunt le temps le Roi Richard saunz interrupcion, & ceo puissent monstrer par bone enqueste bien se joient de cele possession; Et si celle possession soit demaunde pur raison, nostre Seignour le Roi le confermera par title. Et ceux qi ount veuz chartres des fraunchises serrount les chartres ajuggez selonc la tenure & la fourme de mesmes celes chartres. Et ceux qi ount perdu lour fraunchises puis le Pasqe darrein & par lavantdit brief, en la fourme avant use en plee del avauntdit brief, eient restitucion de lour fraunchises perduz; & derechief pledent selonc la nature de la presente constitucion.

Page 1_114

Anno 25o EDWARDI I. A.D.1297.

Page 1_123

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 38.

1

P123A1 [P123A1] A Blank for the letter E.1_124EDWARD par la grace de dieu, Roy Dengleterre Seignur Dirland, & Ducs Daquitaine a toutz ceus qui cestes presentes lettres verront ou orront saluz. Sachiez nous al honeur de dieu, & de seinte eglise & au profit de tut nostre Roiaume, aver grante, par nous e par nos heirs, qe la grand chartre des franchises & la chartre de la Forest les queles furent faites par commun assent de tut le Roiaume, en tens le Rey Henry nostre pere, seient tenuz en toutz leur pointz, sanz nul blemisement. E voloms qe meismes celes chartres de suth nostre seal, seient envoiez a nos Justices, ausibien de la forest, come as autres, e a toutz les Viscontes des Contez, & a toutz nos autres ministres, & a totes nos citees par mi la terre, ensemblemant ove nos briefs, en les queux serra contenu qil facent les avantdites chartres pupplier, e qil facent dire au poeple qe nous les avoms grauntees de tenir les en toutz leur pointz; E a nos Justices, Viscontes, Maires e autres ministres, qi la ley de la terre de south nous, & pur nous, ount a guier, meismes les chartres en toutz leur pointz, en plez devaunt eus, e en Jugementz les facent alower, cest asavoir la grand chartre des franchises come ley commune e la chartre de la forest solom lassise de la forest, al amendement de nostre poeple.

E voloms qe si nuls jugementz soient donez desoremes, encontre les pointz des chartres avantdites, par Justices & par autres nos ministres, qui contre les pointz des chartres tenent plez devant eus, seient defaitz e pur nient tenuz. E voloms qe mesmes celes chartres de suth nostre seal seient envoiez as eglises cathedrales, parmi nostre Roiaume & la demorgent. E seient deufoitz par an lues devant le poeple. E qe Ercevesques & Evesques doignent sentences du grant escomenge, contre toutz ceus qui contre les avantdites chartres vendront, en fait, ou en ayde, ou en conseil, ou nul point enfreindront, ou encontre vendront. E qe celes sentences seient denuncies e pupplies deufoitz par an par les avantditz prelatz. E si mesmes les prelatz Evesques, ou nul de eus, seient negligentz en la denunciacion susdite faire, par les Ercevesques de Canterbire & de Everwyk, qui pur tens serront, sicome covient, soient repris, & destreinz a mesme cele denunciacion faire en la fourme avauntdite. E pur ceo qe aucunes gentz de nostre Roiaume se doutent qe les aides, e les mises, les queles il nous ount fait avant ces oures, pur nos guerres & autres bosoignes, de leur grant, e leur bone volunte, en quele manere qe faitz seient, pussent turner en servage a eus, e a leur heirs, par ce qil serroient autrefoitz trovez en roule, e ausi prises qe ont este faites par mi le Roiaume par nos ministres, en nostre noun, avoms grante pur nous, & pur nos heirs, qe mes tieles aides, mises, ne prises, ne treroms a custume, pur nule chose qe soit fait, ou qe par roule ou en autre maniere peust estre trove.

6

E ausi avoms grante pur nous e pur nos heirs as Ercevesques, Evesqes, Abbes, e Priurs, e as autres gentz de seinte eglise, & as Contes & Barons, & a tote la communaute de la terre, qi mes pur nule busoigne tieu manere des aides, mises, ne prises, de nostre roiaume ne prendroms, fors qe par commun assent de tut le Roiaume, & a commun profit de meisme le Roiaume, sauve les auncienes aides, & prises, dues & custumees.

Page 1_124

7

E par ceo qe tut le plus de la communaute del roiaume se sentent durement grevez, de la male toute des leines, cest asavoir de chescun sak de leine quarante soudz, e nous ont prie que nous les vousissoms relesser, nous a leur priere les avoms pleinement relesse, E avoms grante qe cele, ne autre, mes ne prendroms sanz lour commun assent, e leur bone volunte; sauve a nous e a nos heirs la custume des leines, peaus, e quirs, avant grantez par la communaute du Roiaume avauntdit. En tesmoignance de queux choses, nous avoms fait faire cestes nos lettres overtes. Tesmoigne Edward nostre fitz a Londres le disme jour de October, Lan de nostre regne vintisme Quynt.

E fet a remembrer qe meisme ceste chartre, suth meismes les paroles, de mot en mot, fust sele en Flaundres, de suth le grant seal le Rey, cest asaver a Gaunt, le quint Jour de Novembre, Lan del regne lavantdit nostre seignur le Rey vintisime quint, e envee en Engleterre.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 38.

P124A1 [P124A1] A Blank for the letter E.1_126 DWARD par la Grace de dieu Roi Dengleterre Seignur Dirland & Ducs Daquitaine, a toutz ceux qui cestes presentes lettres verront ou orront salus. Sachiez, qe come de par nos amez & feaux Humfrey de Bohun Conte de Hereford & de Essex, & Conestable Dengleterre, & Roger Bygod Conte de Norfolk & Mareschal Dengleterre, nous seit fet entendaunt, qil se douterent qe nous eussiens conceu vers eux rancour & indignacion, pr aucunes desobessances qil avoient fetes ne ad geres, a ceo qe hom disoit, en ce qil ne vindrent pas a nous a nostre commandement, & a ce qe hom disoit qil avoient aucuns de nos commandementz desturbez & targez, & aucunes aliances & assemblees des gentz darmes faites contre nostre volunte & deffense: Nous regardantz qe des choses avantdites nul meffait nest par eus sui, uncore, coment qe paroles eent este dittez, a la requeste & priere especiale de Edward nostre chier fuiz, & nostre lieutenant en Engleterre, & des honurables peres Willame Eveske de Ely, Willame Evesqe de Ba & de Welles, Richard Evesqe de Londres, Wautre Evesqe de Coventry & de Lychefeld, & Henry elit de Everwyk, & des nos amez & feaux Edmond Conte de Cornwaille, Johan de Garenne Conte de Surreye & de Sussex, Willame de Beauchamp Conte de Warrewyk, & des autres de nostre conseil demorantz en Engleterre pres de lavantdit nostre fuiz, releissoms & pardonoms pleinement as ditz Contes, & a Johan de Ferrers, & a toutz leur menengs, & toutz leur aliez, tote manere de rancour, & de indignacion qui nous avoms conceu vers eus, si nule ensoit pur les enchesons avantdites, ou nule de eles: Issint qe nul des ditz Contes, ne Johan de Ferrers, ne nul de leur menengs, ne de leur aliez avantditz, ne soient chalengez, encheisonez, ne grevez par nous ne par nos heirs en nul temps, pur nule des choses avantdites. E ausi pardonoms & releissoms a toutz autres de nostre Roiaume, qui furent somonz, ou priez de passer ovesqe nous, & ne passerent, totes maneres de rancour & de indignacion, si nule eussiens conceu vers eus pur cele encheison. En tesmoignance des queux choses, nous avoms fait faire cestes nos lettres overtes. Donees a Gaunt le quint jour de November Lan de nostre regne vintisme Quint.

Page 1_126

Sententia lata super Confirmatione Cartarum.

THE SENTENCE OF THE CLERGY GIVEN ON THE CONFIRMATION OF THE CHARTERS.

Ex MS. Harl. 667. fo. 14.

EN le noun del pere & del fiz, & del seynt espirit, Amen. Cum nostre Seignur le Roy al honur de dieu e de seint Eglise, & al commun profit de sun Realme, ad grante pur li e pur ses heires a tenir en sun Realme a touz jours les choses susescrites; Hic legantur Carte etc. Robert de Wynchelsee, par la grace de dieu Arceveske de Canterbire e primat de tote Engletere, amonestums unefethe deufethe treisfethe, puys qe la brevete de tens plus lung delay ne suffre, touz ceus du Realme de Engletere, e chescun de eus, de quel estat ou de quele conditioun quil seient, qe touz e chescun de eus, tant cum en eus est, cestes choses grantez par nostre Seignur le Roy avantdit, tiegnent e meyntenent enterement en touz lour poynz: E qe eus ne nul de eusP126A1 [P126A1] touz ceux, et chescun de eux, que Old Printed Copies.1_131 encountre viegnent, ne enfreynent en nul poynt, en nul tens, ou procurunt, ou conseillerunt, ou en nul manere assenterunt de countrevenir, ou conseillerunt de fetP126A2 [P126A2] ou Old Printed Copies.1_131 de dit apertement ou covertement par nule manere de colour; Nous avantdit Robert Arceveske de Canterbire e Primat de tote Engletere par nostre auctorite en cest escrit Escomengons e del cors nostre Seignur Jhesu Crist, & de tote la cumpeynie du ciel, e de touz les sacremenz de seynt Eglise severoms: fiat, fiat, Amen.

Anno 27o EDWARDI I. A.D.1299.

Page 1_131

ORDINATIO DE LIBERTATIBUS PERQUIRENDIS.P131Astara [P131Astara] These Titles are from The Old Printed Copies. In Berthelet's Secunda Pars Veterum Statutorum 1532, is a Copy of this Instrument more correct that the Oldest Printed Copies, intituled Statutum de terris & ten' amortizandis.1_132

Ex Rot. Claus. 27 Edw. I. m. 14. d.

pro Rege.

FAIT asavoir qe le Rois ordena a Westmonster le primer jour Davril, Lan de son regne vint e septisme qe ceux qui vouderont purchacer noveal Park, & gentz de Religioun qui vouderont terre ou tenement amortir, eient bref de la Chancelerie, pur enquere selonc les pointz acustumez en tieux choses: e ke les enquestes de terre ou de tenement, qui vaille par an plus de vint souz par extente, soient retournees al Eseheker, e la se face la fyn pur la mortissement ou pur le Park avoir, si les Enquestes overent pur ceux qui les purchacent: E dilueques soit maunde au Chaunceler ou a son lieu tenant ceo quil endevera faire. E des enquestes faites pur amortir terre ou tenement, qui namountera par an outre vint souz par extente, & de vint souz en aual, veut le Roi qe celes soient retournees au Chaunceler, ou a son lieu tenaunt, e quil preigne sur ceo renable fyn, selonc la quantite de la chose, & puis les delivre. ¶ En meme la manere soit fait de ceux qui vouderont purchacer terres ou tenementz, qui sont tenuz du Roi en chef. ¶ Item gentz demorauntz la outre qui ont terre ou rente en Engleterre, sil voillent purchacer lettres de proteccion, ou de generals attornetz, soient envoietz al Escheker & la facent leur fyn, E dilueques soit maunde au Chaunceller, ou a son lieu tenaunt ceo qil endevera faire. ¶ En meisme la manere soit fait de ceux qui vouderont purchacer feire, marche, garenne, ou autre franchise. ¶ Item ceux qui vouderont purchacer atterminement de leur dettes, soient envoietz al Escheker. ¶ Item gentz de noun poer a travailler, & gentz des Countez Lointeins de la Chauncelerie, qui pledent, ou sont empledetz, eient bref de la Chauncelerie, a aucun suffisant homme qui receive les attornez, quant mestier est. ¶ E pur remembrance de ces choses, est cete endenture faite en treis parties, dont la une demort en Chauncelerie. Lautre en Eschekier, & la tierce en Garderobe.

Statutum de falsa Moneta.P131Astarb [P131Astarb] This Title is from the Printed Copies. No Title appears on the Roll.1_132

A STATUTE CONCERNING FALSE MONEY.

Ex Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 37.

EDWARD par la grace de dieu Roi Dengleterre Seignur Dirland e Ducs Daquitaine, a Viscunte de Sumersete e Dorsete saluz. Pur ceo qe nostre Roiaume e les autres terres de nostre seignurie sunt replenis de diverse mauveises monees, que sunt appellez Pollardz, et Crokardz, e par autres nons, les queles sunt portees e mys en dit Roiaume, e aillours en nostre poer, par diverse gentz de la outre, e la einz despendues diversement, a grant dammage de nous, e de tout nostre people; Nous par commun assentement des Prelatz, des Countes, e des Barouns, de meisme le Roiaume, avoms sur ceo ordene e establi remedye, solonc les articles qe sen suyent.

Page 1_132

Primerement qe nul desormes teles moneies ne porte en le dit nostre Roiaume, ne aillours en nostre poer, sur forfeture de vie e des biens, e de quant qil porra forfaire; issint totevoies qe totes gentz, de queconqe terre ou de queconqe pais qil soient, puissent sauvement porter a nostre chaunge totes maneres de moneies de bon argent, de queconque coign, de la outre, ou de queconque value qe eles soient, saunz ceo qe eles soient forfaites. E pur ceo qe cest establisement valer ne porra, si bien ne soit mayntenu, ordene est qe bone garde e estraite se face en touz les lieuz, sur la costere de la mer, es portz, e aillours, ou nule manere de arivail est, par bons e loiaux juretz, qi ceux qi teles ou autres mauveises moneis porteront, arresteient, ove meismes les moneies, e ove tout ceo qil averont, e qi meismes ceux envoient a cely, ou a ceux, qi depar nous poer avera ou averont pur myse de eux. Mes cesti poer, pur ceo qe nous ne sumes pas uncore avises quele manere de myse nous envoderoms faire, avoms nous retenutz a nous meismes. E voloms quant al arest avantdit, qil se face en cete manere, Cest asavoir, qe la communaute de chescun port ellise deux bons e loials hommes de meismes le port, pur les queux les ellisours vouderont respondre, qi ove les baillifs de meismes le port arrestent e serchent loiaument e saunz desport touz ceuz qui ariveront deinz leur gardes, e tout ceo qil porteront; e les cors de ceux qil troveront, qi teles ou autres mauveises moneies averont portetz, envoient saunz delay a nostre chef prison du counte en quel il serront arrivetz. E voloms e comaundoms, qe le gardeyn de meisme la prison les reteyne, e sauvement les garde, taunt que nous sacchoms la manere du fait, e qe nous eoms sur ceo maunde nostre volunte. E la moneye, e autre argent, si luy eit, deyvent meismes les gardeyns envoier e liverer a nostre grant chaunge, e des autres biens eux meismes charger, e respoundre a nostre escheker. Dautre part pur ceo qe nous avoms entendu qe len contrefait pur de la le bon esterling de mauveis e de faus metal, pur plus grant dammage faire a nostre Roiaume avantdit, nous avoms ensement ordene, qe touz ceuz qui esterlings porteront de la outre, en meisme le Roiaume, ou aillours en nostre poer, deivent bailler, e baillent meismes ceux esterlings, a ditz gardeins des portz, ou il arriveront; e qe meismes ceux gardeins souz leur seaux, e souz les seaux de ceux qi les porteront, e par bon tesmoignage des bones gentz de meismes les portz, les envoient tauntost a procheyns assaiours qi assignetz serront depar nous pur le asay faire de la moneye. E deyvent meismes les gardeyns envoier les cors ove les deners, sauvement e en curteise manere. E si les assaiours troussent les deners bons e loiaux en pois, e en argent, e en totes autres choses, solonc le veil estandard Dengleterre, mayntenaunt desarrestent les cors, e leur deliverent les deners qil averont ensint portetz; e si fauses soient troves, forfaitz soient, e les cors a nostre volunte. Derechef ordene est qe nuls desormes de nostre Roiaume, ne de nostre poer, ne vende ne lesse laines, ne quirs, ne peaux, ne plum, ne estaim, forke pur bons e loiaux esterlings, ou pur plate de argent assaie e merche a nostre grant chaunge, ou en eschaunge de bone, de loiale, e de suffisant marchaundize; E si nul le fait autrement, e de ceo soit atteynt, par les ditz gardeyns ou par autres de nos ministres, qe les choses issint vendues, ou lessees, nous soient forfaites. Uncore est ordene qe nule bone moneye de argent, de nostre coign ne de autri, ne nul argent en plate ne en autre manere, ne isse, ne porte ne soit hors de nostre Roiaume, ne hors de nostre poer en les parties de la outre, saunz especiale conge de nous,

Page 1_133

sur la peyne desusdite. Et a cete chose garder, ensemblement ove les autres pointz avantditz, deyvent meismes les gardeyns mettre diligence e peine en totes les bones maneres qil porront. E ceux meismes gardeyns, avant q'il receivent la garde avandite, deyvent jurer devant les Viscuntes, ou devant leur chefs gardeyns la ou il ne sunt a Viscuntes responantz, q'il feront e tenderont loiaument, e saunz nule Lascheste, tant com en eux est, tut ce qe a cete garde apartient, selonc la forme avantdite. E sil facent reles ou desport a nuly, pur doun, ou pur favour, ou en aucune autre manere, e de ceo soient atteynt, qil soient en forfaiture de vie, e de quant qil ount. Derechef, com ordene soit qil yeit table a Dovre e aliours ou nous ordeneroms passages certeyns, pur chaunger despens necesseires as alanz e as venantz, si avoms ja assigne Johan Bellard, Johan Galeys, e leur compaignons a tenir table a Dovre de pur nous de totes maneres de moneies. E voloms q'il facent iloeques chaunge, pur despens necesseires as alauntz la outre, e as venaunz de dela, par vewe e tesmoignaunce de countrerolleour qe nous y metteroms; E qe totes gentz qe venderont de la outre, portaunz moneie qe curt en poer le Roi de France, portent meisme la moneie a la dite table, e illoeques receyvent al avenaunt de la moneie qi curt en nostre roiaume. E sil soient trove nule part aliours, ove tiele moneie, qe meisme la moneie nous soit forfaite, e le forfait tourne a la dite table a nostre oes.

Pur quoi nous vous mandoms fermement enjoignantz, qe mayntenaunt vewes cetes lettres, touz les articles e pointz avanditz facetz crier e publier, en Cites, e Burghs, Viles marchaundes, Portz, e touz autres lieux parmy vostre ballie, la ou vous verretz qe soit afaire; E Gardeyns establir, e jurer e cete nostre ordenaunce tenir e garder, en la forme desusdite, sur les peynes en meismes cete forme contenues. Donez a Stebenheth le quinzime jour de May, Lan de nostre regne vint septisme.

Auteles lettres sunt envoies a toutz les Viscuntes Dengleterre e as autres suzescritz, cest asavoir.

A Robert de Burghassh, Gardeyn de Cink Portz.

A Gardeyn de Berewyk.

A Reynaud de Grey, Justice de Cestre.

A Johan Wogan, Justice Dirlaund.

A Wauter de Pederton, Justice de Northgales.

A Johan de Havering, Justice de Westgales.

A Otes de Graunzon, Gardeyn des Isles de Gerneseye e Jereseye, ou a son lieutenaunt.

Auteles lettres sunt envoies a touz les feaux baillifs, e ministres le Roi, as quieux cetes lettres venderont, ove la conclusion qe sen suyt. Pur quoi nous vous maundoms fermement enjoignauntz qe, maintenaunt vewes cetes lettres, touz les articles e pointz avantditz facet chescun de vous en sa baillie crier e publier; e solonc ceo qe a vous e a chescun de vous apent tenir e garder, sur les peynes en la dite fourme contenues. E procheinement enverroms par tout nostre roiaume nos lettres pleinerement sur les choses avantdites. Donez ut supra.

Auteles lettres sont envoies au Tresorer e as Barons del Escheker ove la conclusion qe sen suyt. Pur quoi nous vous mandoms qe touz les Articles e pointz avantditz facetz tenir e garder, sur les peines en la dite forme contenues. Donez sicom a desus.

Page 1_134

LE Roy al Vescont de Westmerland, salutz. Come nous eussoms niad geres establi qe nules gentz aportassent en nostre Roiaume ne aillours en nostre poer nules moneies mauveises, come Pollardz e Crokardz, ne autres semblables monoies qi par divers nouns sont appellez, sur forfeture de vie e des biens e de quantqil purront forfaire; e eioms puis de novel ordene e establi, qe pur coe qe greve chose serroit, qe gentz estranges e de estrange pais, qi rien ne ensavoient de cel establissement, fuissent par coe si grevement e si tost puniz e liez, qe la dite peine de vie soit respite, tant qe a la Feste Seint Johan le Baptist prochein avenir, e de la Seint Johan enavant qe touz Marchandz qi aportereront maveises monoies en nostre Roiaume, ou aillours en nostre poer, encurgent la peine contenue en lestablissement desusdite. E Messagiers e Peleryns qi ne porterent fors simplement leur despens soient mis au change saunz encourre la forfaiture. E qe nul les esterlings enporte pardela, ne nule autre maniere dargent, mes qi esterlings ou autre manere dargent avera voise au change pur changer. E qi encuntre lestablissement crie les portera, overtement ou celeement, e soit trove ove les esterlings ou ove autre maniere dargent sur mer, soit laver forfait a nous, e le corps pris e reint a la volente le Roy. Por quoi nous vous commandoms qe lestablissement avantdit, ove cest novel ajustement, par tote vostre baillie facez tenir e gardir. Donez a Canterbiry le xxviij. jour de Ma'.

Auteles Lettres sont envoiez as tretouz les Vescontz Dengleterre, e as autres de souz escrites; Cest assavoir.

A Robert de Burghersshe, Gardeyn des Portz.

A Phelip de Verley, Gardeyn de Berewyk.

A Reynaud de Grey, Justice de Cestre.

A Johan Wogan, Justice de Dirland, ou a sun lieu tenant.

A Wauter de Pederton, Justice de Northgales.

A Johan de Havering, Justice de Westwales.

A Otes de Grantzson Grantzson Gardeyn des Isles de Gereseye & Jereseye, ou a son lieutenant.

A Tresorer e as Barons del Escheker, ove la conclusion qe sensuit. Pur quoi nous vous commandoms qe lestablissement avandit, ove cest novel ajustement, facez tenir e garder. Donez sicom a desus.

Rex Vicecomitibus Londonii salutem. Cum nuper per nos & consilium nostrum ordinatum fuisset quod lane, coria, pelles lanute, plumbum & stagmen non dimitterentur seu quomodolibet venderentur nisi pro bonis sterlingis seu aliis mercandisis legalibus, prout in statuto inde edito plenius continetur, per quod vobis alias per litteras nostras mandavimus quod vos, in singulis locis infra ballivam vestram, certos & legales custodes deputaretis, pro statuto predicto in singulis suis articulis conservando; ac jam intelleximus quod lane, & alie mercandise antedicte, comuniter dimisse & vendite sunt pro Pollardis & Crokardis, ac alia consimili moneta, contra formam statuti predicti, ad grave dampnum populi regni nostri, vobis precipimus firmiter injungentes, quod ita caute & circumspecte provideatis, quod dicti Custodes, per vos sic deputati, statutum predictum in singulis suis articulis bene & fideliter teneant & conservent, Ne materiam seu occasionem habeamus vos ob eorum defencionem, seu verbum in hoc, graviter puniendi. Precipimus eciam vobis, quod omnes lanas, & res alias, nobis incursas & forisfactas secundum formam statuti predicti, sine dilatione aliqua collectoribus custume nostre lanarum, in Civitate predicta, bene & fideliter liberari faciatis, per indenturam inter vos & ipsos super hoc hinc inde

Page 1_135

faciendam. Proviso quod istud negocium ita fideliter & circumspecte exequamini, quod nullus indebite per vos pergravetur, aut alicui parcatur gratia vel favore qui commiserit in hac parte contra formam statuti supradicti: Mandavimus enim eisdem collectoribus, quod lanas & res illas, quas eis ut predictum est liberaveritis, a vobis recipiant & indenturam inde faciant in forma predicta: Et provideatis quod indenturas predictas, per vos ut predictum est faciendas, habeatis super profrum verbum ad Scaccarium nostrum, in Crastino Sancti Michaelis ad certificandum Thesaurarios & Barones nostros de eodem Scaccario quid feceritis in premissis. Et habeatis ibi hoc breve. T.R.. apud Gildeford xxiii. die Augusti. per ipsum Regem & Consilium.

Rex Collectoribus custume sue lanarum in Civitate Londonii, salutem. Cum nuper per nos & consilium nostrum ordinatum fuisset, quod lane, coria, pelles lanute, plumbum & stagmen non dimitterentur seu quomodolibet venderentur, nisi pro bonis sterlingis seu aliis mercandisis legalibus, prout in statuto inde edito plenius continetur; per quod vicecomitibus nostris Londonii per litteras nostras mandavimus quod ipsi in singulis locis infra ballivam suam, certos & leg' custodes deputarent pro statuto predicto in singulis suis articulis conservando; ac jam intelleximus quod lane, & alie mercandise predicte, communiter dimisse & vendite sunt pro Pollardis & Crokardis, & alia consimili moneta, contra formam statuti predicti, ad grave dampnum populi regni nostri; per quod vicecomitibus nostris Londonii precepimus quod ita caute & circumspecte provideant quod dicti custodes, per ipsos vicecomites sic deputati, statutum predictum in singulis suis articulis bene & fideliter teneant & conservent, ne materiam seu occasionem habeamus ipsos vicecomites ob eorum defencionem, seu custodum predictorum, in hoc graviter puniendi: et eisdem Vicecomitibus similiter precepimus quod omnes lanas & res alias, nobis in balliva sua incursas & forisfactas, secundum formam Statuti predicti, vobis ad opus nostrum, sine dilatione aliqua, bene & fideliter liberari faciant, per indenturam inter ipsos & vos super hoc hinc inde faciendam; vobis precipimus quod lanas, & res alias, quas vobis ut predictum est liberaverint, ab eis recipiatis, & indenturam inde inter vos faciatis in forma predicta: Et provideatis quod indenturas illas, sic per vos faciendas, habeatis in Crastino Sancti Michaelis proximo futuro ad Scaccarium nostrum, ad certificandum Thesaurarios & Barones nostros de eodem Scaccario quid feceritis in premissis. Et habeatis ibi hoc breve. T. R. apud Gildeford xxiij. die Augusti. per ipsum Regem & consilium.P135Astar [P135Astar] On Rot. Claus. 28 Edw. I. m. 1.18. d, are entered several Writs or Letters directed to the Collectors of the Customs, and others, in various Ports of the Kingdom, for the Observance and Execution of the Statute. A long Space is left on m. 36, of the Statute Roll, probably for the Entry of similar Writs or Letters.1_136

Page 1_136

Anno 28o EDWARDI I. A.D.1300.

Articuli super Cartas.

ARTICLES UPON THE CHARTERS.P136Astar [P136Astar] These Titles are from the Printed Copies; No Title appears upon the Roll. In the Archives of Durham Cathedral is preserved an Exemplification of this Statute, which agrees with the Entry on the Statute Roll.1_137

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 35.

PUR ceo qe les poyntz de la grant Chartre des Franchises & la Chartre de la Forest, les quieus le Roy Henri, pere le Roi qi ore est granta a soen poeple pur le pru de soen Roiaume, ne unt pas este tenuz ne gardez avant ces heures, pur ceo qe peyne ne fust avant establie en les trespassours contre les poyntz des chartres avantdites; nostre seigneur le Roi les ad de novel grante, renovele, e conferme; Et a la requeste des prelats Contes & Barouns, en soen parlement a Westmonster, en quaremme lan de soen regne vynt & utisme, ad certeine fourme & peyne ordene e establi, encontre tuz iceaus qi contre les poyntz des avantdites chartres, ou nul poynt de eles, en nul manere vendront, en la fourme qe sensuit: Cest asavoir, qe de ci enavant la Grant Chartre des franchises Dengleterre, grantee a tote la commune Dengleterre, e la Chartre de la Forest en meisme la manere grantee, soient tenues, gardees, e meintenues, en chescun article, & chescun poynt, ausi pleynement come le Roi lad grante, renovele, & par sa chartre conferme. E qe celes chartres soient baillees a chescun Visconte Dengleterre, desoutz le seal le Roi, a lire quatre foiz par an, devant le poeple en plein Conte; Cest asavoir a prochein Conte apres la Seint Michel, al prochein Conte apres le Noel, al prochein Conte apres la Pasqe, & al prochein Conte apres la Seint Johan. Et a celes deus chartres, en chescun poynt, & en chescun article de eles, fermement tenir, ou remedie ne fust avant par la commune ley, soient esluz en chescun Conte, par la commune de meisme le Conte, trois prodeshommes, chivaliers ou autres loiaux, sages, & avises, qui soient Justices jures & assignes par les lettres le Roi overtes, de soen grant seal, de oyr & determiner, santz autre bref qe leur commun garant, les pleintes qi se ferront de touz iceaus qui vendront ou mesprendront, en nul des ditz poyntz des avantdites chartres, es Contetz ou il sont assignez, ausibien dedenz franchises come dehors, ausibien des ministres le Roi hors de leur places come des autres; Et les pleintes oyes, de jour en jour santz delay les terminent, sanz alluer les delais qi sont allues par commune ley. E qe meismes ceaus chivaliers eient poer de punir touz ceaus qi serront atteintz de trespas fait encontre nul point des chartres avantdites, ou remedie ne fust avant par commune ley, ausi come avant est dit, par enprisonement, ou par ranceoun ou par amerciement, selonc ceo qe le trespas le demande.

Page 1_137

Et par ceo nentent pas le Roi, ne nul de ceaux qi fust a cest ordenement fere, qe les chivaliers avantditz tiegnent nul play, par le poer qi done leur serra, en cas ou avant ces houres fust remedie purveu, solonc la commune lay par bref, ne qe prejudice ensoit fet a la commune ley, ne a les chartres avantdites en nul de leur pointz. E voet le Roi, qe si touz treis ne soient presentz, ou ne purront as totes les foiz entendre afaire leur office en la fourme avantdite, qe deus des trois le facent. E ordene est qe les Viscontes e les Baillifs le Roi soient entendantz as les comandementz des avantdites Justices, en quantqi apent a leur office. E estre cestes choses grantees sur les pointz des chartres avantdites, le Roi de sa grace especiale, en aleggeance des grevances qe soen pople ad eu par les guerres qi unt este, & en amendement de leur estat, e pur taunt qil soient plus prestz a soen service, & plus volentiers aidantz quant il enavera afere, ad grante ascuns articles, les quieus il entent qi tendront ausi grant lieu a son poeple, & ausi grant profist ferront, ou plus, qe les pointz avant grantes.

2

Emprimechief, pur ceo qe une grant grevance est en cest Roiaume, & damage sanz noumbre, de ceo qe le Roi & ses Ministres de sa meignee, ausibien les aliens come les denzeyns, fount leur prises la ou il passent par mi le Roiaume, & prenent les biens de gentz, des clers & des lays, sanz rien paer, ou bien meins qe la value: Ordene est qe de ci en avant nul ne preigne prises par mi le Roiaume, fors qe les prenours le Roi & ses purveours pur lostel le Roi. E qe ceus prenours le Roi, & purveours pur soen Hostel, ne preignent riens fors qe pur meisme lostel. E des prises quil ferront par mi les pais, demanger ou deboyure, & autres menuz necessaries pur lostel, qil facent la paye ou gre a ceus des queus les choses serront prises. E qe touz tieus prenours le Roi, purveours ou achatours, eient de ci en avant leur garant ovesqes eus, du grant seal ou de petit seal le Roi, contenant leur poer & les choses dount il frount prises ou purveaunce; le quel garant il mustreront as ceus des quieus il frount la prise, avant ceo qil enpreignent rien. E qe ceus prenours, purveours, ou achatours le Roi, ne preignent plus qe busoigne & mester ne seit pur le Roi & soen hostel e de ses enfantz. E qe riens ne preignent pur ceus qi sont a gages, ne pur nul autre. E qil respoignent, en lostel & en le garderobe, pleinement des totes leur prises, sanz fere ailleours leur largesces ou liverees de chose qi pur le Roi soit prise. E si nul prenour de lostel le Roi, par garant qil eit, face prises ou liverees en autre manere qe desus nest dit, par pleinte fete al Seneschal & al Tresourer del Hostel le Roi soit la verite enquise. E si de ceo soit atteint, soit gre meintenant fait au pleintif & soit hoste du service le Roi pur touz jours, & demoerge en prison a la volente le Roi. E si nul face prises santz garant, & lemport encountre la volunte de celui a qui les biens sont, soit meintenant arestu par la ville ou la prise serra fete, & mene a la procheine gaole; E si de ceo soit atteint, soit la fait de lui come de larroun, si la quantite des biens le demande. E quant as prises fere, en feires, & en bones villes, & portz, pur la grant garderobe le Roi, eient les prenours leur commun garant par le grant seal. E des choses qil prendront, eient la testmoignance du seal du gardein de la garderobe; & des choses issint par eus prises, de noumbre, de quantite, &

Page 1_138

de la value, soit faite dividende entre les prenours & les gardeins des feires, Meire, ou chiefs Baillifs des villes & portz, pur la veue des marchantz, des quieus les biens serront issint pris. E riens ne lui soit suffert de plus prendre qil ne mette en dividende; E cele dividende soit porte en garderobe, desutz le seal le gardein, Meire, ou chief Baillif avantditz, & lenz demoerge tantqe sur laconte du garderober le Roi; E sil soit trove qe nul eit autrement pris qe fere ne deveroit, soit puny sur laconte par le gardein de la garderobe le Roi, solom sa deserte; E si nul face tieus prises sanz garant, & sur ceo soit atteint, soit fait de lui come de ceus qi fount prises pur lostel le Roi sanz garant, come desus est dit. E ne entent mie le Roi, ne soen consail, qe par cest estatut rien decresse au Roi, de soen droit des auncienes prises dues & acustumes, come des vyns & autres biens, mes qe en touz pointz pleinement lui soit sauve.

3

De lestat du Seneschal & des Marchals, & des plez q'eus deivent tenir & coment, ordene est qe desormes ne tiegnent plai de franc tenement, ne de dette, ne de covenant, ne de contract des gentz du pueple fors tantsulement des trespas de lostel, & autres trespas faitz dedenz la verge, & de contractz, & covenantz qe ascun de lostel le Roi avera fait a autre de meisme lostel, & en meisme lostel, & ne mie aillours. E nul plai de trespas ne pledront, autre qe ne soit attache par eus avant ceo qe le Roi isse hors de la verge ou le trespas serra fait, & les pledera hastivement de jour en jour, issint qil soient parpledez & termines, avant ceo qe le Roi isse hors des bundes de cele verge ou le trespas fut fait. E si pur cas dedenz les bundes de cele verge ne poent estre termines, cessent ceus plais devant le Seneschal & soient les pleintifs a la commune lei. Ne desoremes ne preigne le Seneschal conisances des dettes, ne dautre chose, fors qe des gentz del lostel avantdit; Ne nul autre plai ne tiegnent pur obligacion faite a la destresce du Seneschal & des Mareschaus. E si le Seneschal, ou les Mareschaus, rien facent countre cest ordenement soit leur fet tenu pur nul. E pur ceo qe devant ces houres moutz des felonies, fetes dedenz la verge, unt este despunies, pur ceo qe les Coroners des pais ne se sont pas entremis denquerre de tieus maneres des felonies, dedenz la verge, mes le Coroner de lostel le Roy, qui est passant, de qui issue ne ad mie este fete en due manere, ne les felons mis en exigendes, ne utlaghes, ne rien de ceo presente en Eire, qe ad este a grant damage du Roi & a meins bone garde de sa pees; Ordene est qe desoremes en cas de mort de homme, ou office de Coroner apent, as vewes & enquestes de ceo fere, soit mande le Coroner du pais qi ensemblement ove le Coroner del hostel face loffice qe i apent, & le mette en roulle. E ceo qi ne porra mie devant le Seneschal estre termine, par ceo qe les felons ne i porront estre attachetz, ou par autre encheson, demoerge a la commune lei, issint qe les exigendes utlagheries & presentementz en Eire soient de ceo fetz par le Coroner du pais, ausint come des autres felonies fetes dehors la verge. Mes pur ceo ne soit lesse qe les attachementz ne soient fetz freschement sur les felonies faites.

4

Estre ceo nul commun plai ne seit desoremes tenu al Escheqer countre la fourme de la Grant Chartre.

Page 1_139

Dautre part le Roi voet qe la Chauncelerie e les Justices de soen Banc lui suient, issint qil eit touz jours pres de lui ascuns Sages de la lei, qui sachent les busoignes qi veignent a la curt duement deliverer, a tote les foiz qi mester serra. Desutz le petit seal ne isse desoremes nul bref qi touche la commune lei.

7

Le Conestable du chastel de Dovere ne plede desoremes a la porte du chastel nul plai forein du Conte, qi ne tuche la garde du chastel. Le dit Conestable ne destreigne les gentz de Cinks Portz a pleder aillours, ne en autre manere, qil ne deyvent solonc la fourme des chartres qil unt des Rois de leur franchises auncienes, afermees par la Grant Chartre.

8

Le Roi ad grante a soen poeple, qil eient esleccion de leur viscontes, en chescun Conte, ou visconte ne est mie de fee, sil voelent.

9

Le Roi voet & comande qe nul visconte ne baillif ne mette en enquestes, ne en jurees, plus des gens, ne autres, ne en autre manere, qil nest ordene par estatut; & qil mettent en teles enquestes & jurees, les plus procheins, plus suffisantz, & meins suspecenous. E qi autrement le fra, & de ceo soit atteint, rende au pleintif ses damages au duble, & soit en la greve merci le Roi.

10

En droit des Conspiratours, faus enfourmours, & mauveis procureours des duzeines, enquestes, assises, & jurees, le Roi ad ordene remedie as pleintifs par bref de Chancelerie; & ja dumeins voet, qe ses Justices de lun banc & de lautre, & Justices as assises prendre assignes, quant il viegnent en pais a fere leur office, de ceo facent leur enquestes a chescuny pleinte, santz bref, & santz delai, & facent droit as pleintifs.

11

Derechief, pur ceo qe le Roi avoit avant ordine par estatut qe nul de ses Ministres ne preist nul plai a champart, & par cel estatut autres qe Ministres ne estoient pas avant ces houres a ceo lieez, voet le Roi, qe nul Ministre, ne nul autre, pur part aver de chose qi est en plai, enpreigne les busoignes qi sont en plai; Ne nul sur tieu covenant soen droit ne lesse a autri; E si nul le fet, & de ceo soit atteint, soit forfet & encoru devers le Roi, des biens ou de terres lemprenour, la value dautant come sa partie de son purchaz par tele enprise amontera. E a ceo atteindre soit resceu celui qui suire vodra pur le Roi, devant les Justices devant quieus le plai avera este, & par eus soit le agard fet. Mes en ceo cas ne est mie a entendre qe home ne puet aver consail de Contours, & des sages gentz, pur du soen donant, ne de ses parentz & ses procheins.

12

Derechief voet le Roi qe destresces, qi sont a fere pur sa dette, ne soient fetz par bestes des carues, tant come hom puet autre trover, solunc ceo qi ordene est aillours par estatut, ove la peine &c. E ne voet qe trop grive destresce soit prise pur sa dette, ne trop loinz mene, & si le dettour pusse trover suffissaunte & covenable seurte, jesques a un jour deinz le jour le visconte, dedenz le quel homme enpusse purchaser remedie ou fere gre de la demande, soit la destresce relessee endementers. E qui autrement fra soit grevement puny.

Page 1_140

13

E pur ceo qe le Roi ad grante la esleccion de Visconte a eus des Contez, voet le Roi qil eslisent tieu Visconte qi ne les charge mie, ne ne mette nul ministre en baillie pur lower ne pur doun, & tieus qi ne se herbergent mie trop sovent en un lieu, ne sur les poveres, ne sur les Religious.

14

Derechief qe les baillifs & les hundredz du Roi, ne des autres grantz seignurs de la terre ne soient lesses a trop grant summe aferme, pur quei le poeple soit greve ne charge par contribucions fere a teles fermes.

15

En somonses & en attachementz en plai de terre, desoremes contiegne la somonse & latachement le terme de xv. jours a tot le meinz, solonc la comeune lei, sil ne seit en attachement des assises prendre en presence le Roi,P140A1 [P140A1] ou devant Justices del common Baunk 2 Inst. contrary to all Old Printed Copies.1_141 ou des ples devant Justices en Eire durand leire.

16

Soit fet de eus qi font faus retourns au mandement le Roi, par quei dreiture est delaie, ausi come ordene est en le secund estatut de Westmonster, ove la peine.

17

E pur ceo qe moutz des meffesours sont en la terre plus qi mes ne soleient, & roberies, arsuns, & homicides fetes sanz nombre, & la pees meins bien gardee, par ceo qe lestatut qe le Roi fist faire nad gueres a Wyncestre nad pas este tenu, voet le Roi qe cel estatut soit denovel envoie en chescun Conte, & leu, & pupplie, quatre foiz par an, ausi come les deus Grantz Chartres, & fermement garde en chescun point, sur les peines qe lenz sont assises. Et a cel estatut garder & meintenir soient chargez les trois chivalers, qui sont assignez par mi les Contez pur adrescer les choses fetes contre les Grantz Chartres, & de ceo eient garant.

18

En dreit des Wastz & destruccions fetz en gardes, par Eschetour & Sutheschetour, des mesons, parks, bois & vivers, & totes autres choses qi eschient en la mein le Roi, voet le Roi qe celui qi avera le damage receu eit bref de Wast en Chauncelerie, vers leschetour de soen fet, ou le Sutheschetour de son fet, sil eit de quei respoundre; E sil nad de quei, si respoigne son soverein, par autele peine, quant as damages come derrein fust ordene par estatut sur ceus qui fount Wastz en gardes.

19

Derechief la ou leschetour ou le visconte seisist en la mein le Roi autri terres, la ou il nad reson de seisir, e puis quant trove est la nonreson, les issues du meen temps unt este cea en arere retenuz, & ne mie renduz quant le Roi ad la mein oste, voet le Roi qe desoremes la ou terres sont issint seisies, & puis la mein oste par ceo qil nad reson de seisir ne detenir, soient les issues pleinement rendues a celui a qui la terre demoert, & avera le damage receu.

20

Ordene est qe nul Orfeure Dengleterre ne daillours de la seignurie le Roi, ne overe ne face de ci en avant nule manere de vessele, de Joiaus, nautre chose, dor ne dargent qi ne seit de bon & de verrai alai; Cest assavoir or de certeine tuche, & argent del alay de le esterling, ou de meillur alay solunc la volente de celui a qui les ovres sont; E qe nul ne overe pir argent qe moneie, & qe nul manere de vessele de argent ne parte hors des meins as overers, tant qe ele soit assaie par les gardeins du mester, e qe ele soit signee de une teste de leopart; Qe nul ne overe pir or qi tuche de Parys;

Page 1_141

e qe les gardeins du mester aillent de shope en shope, entre les overers, assaiant qe lor soit tiele come le tuche avantdite, e sil trovent nul pir qe la tuche, qe lovere soit forfet au Roi. Qe nul ne face anels croys, ne fermail crois;P141A1 [P141A1] fermaux. Et Old Printed Copies.1_143 Qe nul ne mette piere en or si ele ne soit naturele. Qe taillurs de amans & de Seals, q'il rendent a chescuny son poys, dargent & dor, ausi avant come il le poent sauver sur leur leaute; E les Jueus dor, qil unt entre meins de viele overe, qil sen deliverent a plustost qil poent; E sil achatent desore en avant de meisme cele overe, qil le achatent pur despescer, & ne mie pur revendre. E en totes les bones viles Dengleterre, ou ia Orfeures qil facent meismes les estatutz qe ceus de Loundres fount, e qe un viegne de chescune vile pur touz, a Loundres de querre lour certeine tuche. E si nul orfeure soit atteint qi autrement le face qe desus ne est ordene, soit puny par prison & par ranceon a la volunte le Roi. En totes les choses desusdites, e chescune de eles, voet le Roi, e entent il, & soen consail & touz ceus qui a cest ordenement furent, qe le droit, & la Seignurie de sa Coroune savez lui soient par tout.

Page 1_143

Anno 33o EDWARDI I. A.D.1305.

Page 1_144

Ordinacio Foreste.P144Astar [P144Astar] This Title is in the Margin of the Inrolment. The Ordinance is also enrolled on the Close Roll 33 Ed. I. m. 18 d. with the following Title in the Margin Quedam Ordinacio de Foresta Regis.1_145

AN ORDINANCE OF THE FOREST.

Ex Veteri Codice in Turr. Lond. fo. 113. b. De Parl. 33 Edw. I. post Fest. S. Matthie Ap'li.

CUME aucune gentz qi sount mys hors de forest par la puralee, & par le grant nostre Seignour le Roi, aient requis a cest parlement, quil soient quites de la poture,P144A1 [P144A1] puture Rot. Claus.1_145 & de les choses qe les foresters lour demaundent, sicome il soileint avaunt faire; Nostre Seignour le Roi respount, puis quil ad grante la purale, quil luy plest bien quele estoit auxi come il lad grante; Ja soit ceo qe la busoigne estoit siwie & demande en malveis point; Mais au meins entent il & voet, qe touz ses demeignsP144A2 [P144A2] bois Rot. Claus.1_145 & toutes ses demeignes terres, quele part quil soient, qui ount este de la corone auncienment, ou qui a la corone sount retournez par veie deschete, ou en autre manere, aient estat de fraunche chace & de fraunche garene; Et en tieu manere soient tenuz & gardez, a son oeps, pur totes manere de bestes, & pur tote manere de deduiz, qi luy plera.

Et endroit de ceux, qui terres & tenemenz sount deaforestez par la dite puralee, & qui demaundent davoir commun denz les boundes des forestes, Lentencion & la volunte nostre Seignur le Roi est, puis qe par la purale il cleyment estre quites de poture,P144A3 [P144A3] puture des foresters, Rot. Claus.1_145 & qe les bestes le Roi ne puent avoir lour haunt ne lour repeire sur les terres desaforestez, sicome il avoient taunt come mesmes les terres estoient dedenz foreste, qe cele gentz ne deyvent avoir commune, ne autre aisement, dedenz les boundes des boys ne de terres qui demoerent en forest: Mais si aucuns de ceux, qi sount desafforestez par la puralee, voillent mieux estre dedenz forest, come avaunt furent, qe de hores sicome il sount ores, il plest bien au Roi quil soient a ceo rezceux, Ensint quil puissent demorer en lour estat auncien, & commune & autre aisement avoir, dedenz ses forestes, auxi come urent avaunt; Par quoi nostre Seignour le Roi voet & comaunde qe ses Justices de ses forestes, de cea Trent & dela Trent, ensement tiegnent & gardent, & tenir & garder facent fermement, les ditz pointz en lour Baillies en la fourme avantdite.

Page 1_145

Ordinacio de Conspiratoribus.P145Astar [P145Astar] This Title is in the Margin of the Inrollment. In the Printed Copies this is entitled Diffinitio de Conspiratoribus. A Definition of Conspirators1_153

AN ORDINANCE CONCERNING CONSPIRATORS.

Ex Veteri Codice in Turr. Lond. fo. 118. b. De Parl. 33 Edwardi, I. in Octab. B. Marie.

CONSPIRATOURS sount ceux qui sentre alient par serment covenaunt ou par autre alliaunce, qe chescun eidra & sustendra autri emprise de fausement & maliciousement enditer ou faire enditer, ou fausement acquiter les gentz, ou faussement mover plees, ou meintenir; et auxi ceux qi fount enfauntz deintz age appeler la gent de felonies pur quei il sount emprisonez & moult grevez; Et ceux qi receivent gentz de pais a leur robes ou a leur feez, pur meintenir lour mauveis emprises & pur verite esteindre, auxibien les prenours come les donours; et Seneschaux et Baillifs de grauntz Seignours, qui par seigneurie officie ou poeir, enprenont a meintenir ou sustenir pleez ou baretz pur parties autres qe celes que touchent lestat lour seignurs ou eux mesmes. Ista ordinatio & finalis diffinicio Conspiratorum facta fuit & finaliter concordata par Regem & consilium suum in hoc parliamento, &c. Et ordinatum est quod Justic' assignati ad diversas transgressiones & felonias in singulis Com' Anglie audiend' & terminand' habeant inde transcriptum &c.P145A1 [P145A1] Campi Participes sunt qui per se vel per alios placita movent vel movere faciant; et ea suis sumptibus prosequuntur, ad campi partem, vel pro parte lucri habenda. Printed Copies.1_153

Page 1_153

STATUTES OF KING EDWARD THE SECOND

Page 1_154

Anno 3o EDWARDI II. A.D.1309.

Statutum apud Staunford.P154Astar [P154Astar] This Title is from Cay's Printed Copy: No Title appears on the Roll: This Statute is not inserted in any Printed Copy previous to Hawkins's. See Rot. Claus. 3 Edw. II. m. 23. in Cedula, as to the passing of this Statute.1_155

THE STATUTE OF STAMFORD.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 33. in Cedula.

CES sount les Articles qe le Roi Edward, piere le Roy qi ore est, a son parlement, a Westmuster, en quaresme lan de son regne vint & oitisme, entre les autres choses, qil adonqes ordena, en allegance des grevances, qe soen poeple avoit eu, par les guerres qi avoient este, & en amendement de lour estat, e purtant qil fuissent plus prestez a son service, & plus volentiers eidantz, qant il en averoit a fere, ordena & establi, en la forme qi sensuyt.

Page 1_155

En primeschief, parceo q'une grant grevance est en ceo Roiaume, e damage sanz noumbre, de ceo qe le Roi e ses Ministres de sa mesne,P155A1 [P155A1] meignee, Rot. Stat. 28 Edw. I.1_156 ausibien les aliens come les denzeins, font lour prises, la ou il passent parmy le Roiaume, & prenent les biens, des gentz, des clers, & de lays, sanz rien paer, ou bien meins qe la value: Ordene est, qe nul ne prenge prises parmy le Roiaume, forsqe les prenours le Roi & ses purveurs pur lostel le Roi; & qe ceux prenours le Roy, & purveurs pur son Hostel, ne prengnent rien forsqe pur meisme lostel. Et des prises qil ferront parmy le pays, de manger, ou de beuire, & autres menues necessaries pur lostel, qil facent la paye, ou gre, a ceux des queux les choses serront prises. E qe touz tieux prenours le Roi, purveurs ou achaturs, eient de ci enavant lour garant ovesqes eux, du grant seal, ou de petit seal le Roi, contenant leur poer, & les choses dont il ferrount prises ou porveaunce; le quel garant il mostront a ceux des queux il front la prise, avant ceo qil enpreignent rien. Et qe ceux prenours, purveurs, ou achaturs le Roi, ne preignent plus qe bosoignes & mestier ne seit, pur le Roi, & son Hostel & de ses enfantz: & qe rien ne preignent pur ceux qi sont a gages, ne pur nul autre. Et qil respoignent, en lostel, & en la garderobe, pleinement des totes lour prises, sanz fere aillurs lour largesces, ou liverees de chose qi pur le Roi seit prise. Et si nul prenour del hostel le Roi, par garant qil eit, face prises ou liverees, en autre manere qe desus nest dit, par pleinte fete al Seneschal, & al Tresorer del Hostel le Roi, seit la verite enquise. Et si de ceo soit atteint, seit gre meintenant fait al pleintif, & soit oste du service du Roi, pur touz jours, e demoerge en prison, a la volente le Roi. Et si nul face prises sanz garant, & lemporte en countre la volente celui a qui les biens sont, seit meintenant arestu par la villee ou la prise serra faite, e mene a la procheine gaiole; Et si de ceo seit atteint, seit la fet de lui come de laron, si la quantite des biens le demande. Et quant as prises fere, en feires, & en bones villes, & portz, pur la grant garderobe le Roi, eient les prenours leur commune garant par le grant seal. E des choses qil prendront, eient la temoignance du seal du Gardein de la Garderobe; et des choses issint par eux prises, de noumbre, de quantite, & de la value, seit faite dividende entre les prenours & les gardeins des feires, Meir, ou chiefs Baillifs, des villes & portz, par la veue des Marchaundz, des queux les biens serront issint pris. E riens ne lui seit soffert de plus prendre qil ne mette en dividende; Et cele dividende soit porte en garderobe, desutz le seal le gardein, Meire, ou chief baillif avantditz, & leenz demoerge, tanqe sur la conte du garderober le Roi: Et sil soit trove qe nul eit autrement pris qe fere ne deveroit, soit puni sur la counte par le gardein de la garderobe le Roi, solonc sa deserte; E si nul face tieux prises sanz garant, & de ceo seit atteint, soit fet de lui come de ceux qi font prises pur lostel le Roi sanz garant, come desus est dit. Et nentent mie le Roi, ne son conseil, qe par cest estatut, rien descresse au Roi, de son dreit des auncienes prises dues & acustumes, come des vins & autres biens, mes q'en touz pointz pleinement lui soit sauve.

D' placitis coram Senescallis & Marescallis tenendis.

Del estat du Seneschal, & des Mareschaux, & des pledz qi eux deivent tenir & coment, ordene est qil ne tiegnent plai de frank tenement, ne de dette, ne de covenant, ne de contract des gentz du poeple fors tantsolement des trespas del hostel, & autres trespas fetz deinz la verge, e des contractz, & covenanz, qi aucun del hostel le Roi avera fet, a autre de meisme lostel,

Page 1_156

& en meisme lostel, & nemie aillours. Et nul plai de trespas ne pledront, autre qe ne soit attache par eux avant ceo qe le Roi isse hors de la verge, ou le trespas serra fait, & les pledra hastiement de jour en jour, Issint qil soient parpledez & terminez, avant ceo qe le Roi isse hors des boundes de cele verge, ou le trespas fust feit. Et si par cas dedeinz les bundes de cele verge ne poent estre terminez, cessent ceux pledz devant le Seneschal, & soient les pleintifs a la commune ley. NeP156A1 [P156A1] desoremes ne Rot. Stat. 28 Edw. I.1_157 prenge le Seneschal conoissaunces des dettes, ne dautre chose, forqe des gentz del Hostel avantdit; Ne nul autre plai ne teignent par obligacion faite a la destresce du Seneschal & Mareschaux. Et si le Seneschal, ou Mareschal,P156A2 [P156A2] les Mareschaus Rot. Stat. 28 Edw. I.1_157 rien facent contre cest ordenement, soit leur fait tenu pur nul. Desutz le petit seal ne isseP156A3 [P156A3] desoremes Rot. Stat. 28 Edw. I.1_157 nul breef qi touche la commune ley. Les queux articles le Roi qi ore est, a la requeste de ses bones gentz de son Roiaume, eant regard a les acheisons desusdites, voet & commande qe desormes soient pleinement tenuz & gardez en toutz lour pointz. Et quant a la requeste des dites bones gentz, endroit des pledz trere & tenir a les portes des Chasteux le Roi, veut le Roi, qe les Conestables de ses Chasteaux ne destreignent gentz a pleider devant eux nul plai de forein Conte, ne deinz Conte, autrement qe auncienement soleit estre fait. E quant a les custumes qe le Roi prent par ses Ministres, cest asavoir de chescun tonel de vin ij. s. de chescun drap qe marchaundz aliens font venir en sa terre ij. s. & de chescun livre de aver de poys iij. d. Voet le Roi, a la requeste de ses dites bones gentz, qe les dites custumes, de vins, draps, & aver de poys, cessent a sa volunte par saver & estre avise quel profit & quel avantage acrestera a lui, & a son poeple par cesser de la prise de celes custumes, et puis avera le Roi conseil solonc lavantage qil y verra; sauveez totevoies au Roi les auncienes prises & custumes auncienement dues & approvees. E quant a les autres requestes, qe les dites bones gentz fesoient au Roi, le Roi les ad grante bonement, & ad charge son Chauncellier, & ses autres ministres, qe eux les facent garder fermement. Et voet le Roi qe si nul se sente greve en nul point, contre le dit ordenement, & les ditz articles, issint par lui granteez, & pleindre se voill, qe le Chauncellier luy face remedie par breef, solonc son cas, & solonc ceo qil verra qe mieutz soit a fere.

Rex Vicecomiti Eboraci, salutem. Cum in parliamento nostro, apud Westmonasterium in mense Pasche anno regni nostri secundo, h'ito, nobis ex parte communitatis ejusdem regni supplicatum fuisset, ut super diversis gravaminibus que eadem communitas paciebatur remedium apponere curaremus; nosque postmodum in parliamento nostro apud Staunford post festum sancti Jacobi Apostoli anno regni nostri tercio, habito super supplicacionibus hujusmodi diligenti tractatu, considerataque quadam ordinacione per dominum E. quondam Regem Anglie, patrem nostrum, nuper super aliquibus hujusmodi gravaminibus facta, & coram nobis & consilio nostro recitata, supplicacionibus predictis favorabiliter annuentes, ordinacionem illam, quam ex nunc volumus firmiter observari, una cum quibusdam aliis articulis in supplicacionibus predictis contentis, & per nos similiter ad ejusdem communitatis requisicionem de gratia nostra speciali concessis, tibi sub sigillo nostro duximus transmittend', precipientes quod ordinacionem & articulos predictos, in pleno Com' tuo legi & publice proclamari, ac ordinacionem & articulos predictos, per totam balliviam tuam, firmiter & inviolabiliter fac' observari. T. Rege apud Langele xx. die Augusti.

Consimiles littere diriguntur singulis Vicecomitibus per Angliam.

Page 1_157

Anno 5o EDWARDI II. A.D.1311.

Les noveles Ordenances, faites a Lundres, lan du regne nostre Seigneur Rei Edward, fitz le Rei Edward, Quynt.P157Astar [P157Astar] The Text of these Ordinances is given from an Exemplification of them under the Great Seal of K. Edward II., preserved in the British Museum among the Cotton Charters.
In the Tower of London is preserved, among the Parliament Rolls, a Roll containing these Ordinances, beginning A touz ceux The Roll is of the Time of Edward II., and is indorsed, in a Hand-writing nearly contemporary, with the Word Ordinaciones. Several Indorsements in a more modern Hand-writing, have also been made on the Roll. The following is in the Hand-writing of Mr. Geo. Holmes, for sixty Years Deputy Keeper of the Records in the Tower, who died in 1748, Rot. Parl. de anno vo Edwardi Secundi, sive Rot. Ordinationum factum per Comiss. Regis tangentem Statum tocius Regni. In this Roll the Paragraphs or Chapters are numbered, and Abstracts of the Contents are inserted, in the Margin. These are printed in Addition to the Text of the Exemplification. Some Words illegible in the Exemplification have been supplied from this Roll, but which is itself partly defaced; these and other Readings from the same Roll are marked Rot. Ord. in the Notes.
In the Treasury of Canterbury Cathedral is a Roll marked K. 11, containing these Ordinances. It begins thus Ceux sunt les Noveles Ordenances faites a Lundres lan du regne nostre Seignur Rei Edward, fitz le Rei Edward Quynt: Et par mesme le Rei confermees & desouz seon graunt seal enseallees: Et desouz meme le Seal les dites Ordenances & le confermement sunt en la Tresorie de ceste Eglise en Garde. The Instrument under the Great Seal, referred to by the Roll, is not to be found in the Treasury of the Cathedral; although the numerous and valuable Deeds and Charters there were very carefully arranged and indexed in the Year 1806. The Notes from this Roll are marked Rot. Cant.
A Copy of these Ordinances is entered, in a Hand writing of the Time of Edward II, in MS. Cott. Claudius D. II. fo. 269, &c; and another Copy in fo. 197, &c. of the same Volume, in a Hand-writing of a subsequent Period. In both Copies the Instrument is divided into Chapters, but not strictly in Accordance with the Numbers on the Roll in the Tower above noticed. The Readings from the more antient Copy are marked MS. Cott. 1: those from the other Copy MS. Cott. 2. Copies of the Ordinances are in many other Manuscript Collections, but not in any Printed Copies of the Statutes.
1_158

THE NEW ORDINANCES, MADE AT LONDON, IN THE FIFTH YEAR OF THE REIGN OF OUR SOVEREIGN LORD KING EDWARD, SON OF KING EDWARD.

Ex Cartis Cotton' 43 D. 18.

EDWARD par la grace de dieu Roi Dengleterre, Seignour Dirland e Duk Daquitayne a touz ceaux as queux cestes lettres vendront, saluz. Sachez qe come le xvj. jour de Marcz lan de nostre Regne tierz al honur de dieu e pur le bien de nous e de nostre Realme […] P157A1 [P157A1] eussoms graunte Rot. Ord.1_158 de nostre franche volunte par nos lettres overtes as Prelatz, Countes, & Barons de nostre dite Realme qil puissent eslire certeines persones des prelatz, Contes, & Barons les quels il leur sembleroit suffisaunz dapeller a eux; & eussoms auxint graunte par mesmes les lettres a ceaux qui deussent estre esluz queux qil feussent, par les ditz Prelatz, Countes, & Barons, plein poer de ordeiner lestat de nostre hostel, & de nostre Realme dessusditz, en tieu maner qe leur Ordinaunces feussent faites al honur de dieu & al honur & profit de seint eglise & al honur de nous e a nostre profit de nostre poeple solom dreit e reson & le serment qe nous faismes a nostre coronement, sicom plus pleinement est contenu en nos dites lettres: et le honurable piere en dieu Robert par la grace de dieu, Erceveqe de Cantrebirs primat de tute Engleterre, Evesqes, Countes, & Barons, a ceo esluz par la vertu de nos dites lettres eient ordeine sur les dites choses en la forme qe sensuit.

Pur ceo qe par malveis conseil & deceivaunt nostre Seignour le Roi & touz les soens sunt en totes terres deshonures, & estre ceo la corone en multz de poinz abessee & desmembre, & ses terres de Gascoigne, Dirland & descoce en point destre perdues, si dieus ne mette amendement, & son Realme Dengleterre en point de reveler par oppressions, prises, & destruccions;

Page 1_158

les queux choses sues & mustrees, nostre seignur le Roi de sa fraunche voluntee graunta as Prelatz, Countes, & Barons, & as autres bones gentz de son Realme, qe certeines gentz feussent esluz de ordenner & establir lestat de son hostel & de son Realme, sicom plus pleinement piert par la commission nostre seignur le Roi de ceo faite: Dount nous Robert par la grace de dieu, Erceveqe de Cantrebirs primat de tute Engleterre, Eveqes, Contes, & Barons, esluz par la vertu de la dite commission, ordenoms al honur de dieu, & de seinte eglise, & lonour du Roi & de son Realme en la maner qe sensuit.

1

D' franchis de Seinte Eglise.

Enprimes nous ordenoms qe les Ordenances avant faites par nous & moestrees au Roi, soient tenues & gardies, les quels sunt procheinement sutzescritez. Enprimes ordeine est qe seinte eglise eit tutes ses franchises, si avaunt cum ele deit avoir.

2

De la pees le Roi garder.

Derechef ordeine est qe la pees le Roi soit fermement gardie par tute le Realme issint qe chesqun puisse sauvement aler, venir, & demorrer solom la lei & lusage du Realme.

3

D' douns faitz par le Roi sanz assent des Ordenours.

Derechet orde […] tP158A2 [P158A2] Ordeine est Rot. Ord: Rot. Pat.1_159 pur les dettes le Roi acquiter & son estat relever, & le plus honurablement meyntenir, qe nul doun de terre ne de rente ne de fraunchise, ne deschete, ne de garde, ne marriage, ne baillie, se face a nul des ditz ordeinours durant lour poer, del dit ordeinement, ne a […] reP158A3 [P158A3] nul autre Rot. Ord: Rot. Pat.1_159 saunz conseil & assent des ditz ordeinours ou de la greignure partie de eus ou sis de eaux au meins, mes totes les choses des queux profit puit sourdre, seient enproues au profit le Roi jusqe son estat soit avenanment releve, & autre chose soit sur ceo ordeine, al honour & profit du Roi.

4

Des custumes liverer a lescheqier.

Derechef ordeine est qe les custumes du Realme soient gardeez & resceues par gentz du Realme mesme & non pas par aliens, & qe les issues & les profitz de mesmes les custumes ensemblement ove tutes autres issues & profitz issanz du Realme des queles choses qe ces soient entierment viegnent al Escheqer le Roi, & par le Tresorer, & les chaumbreleyns soient liverez pur lostel le Roi maintenir & aillours a son profit issint qe le Roi peusse vivre de soen saunz prises faire autres qe auncienes dues & acustumes, […] P158A4 [P158A4] e totes Rot. Pat: Rot. Ord.1_159 autres cessent.

5

D' Marchantz Aliens arestoir.

Derechef ordeine est qe touz les Marchantz aliens qi ount resceu les profits des custumes du Realme, ou des autres choses apurtenantes au Roi puis la mort le Roi Edward piere nostre Seignour le Roi qore est, soient arestuz ove touz lour biens ou qil soient trovez denz le poer le Roi Dengleterre jesq'il eyent rendu resonable acounte de quant qil eient resceus des issues du Realme denz le temps avantdit, devant le Tresorer, e les Barons deleschequer & autres jointz a eux par les ditz ordeinours.

6

D' la graunde chartre tenir.

Derechef ordeine est qe la graunt chartre soit gardee en touz ses pointz en tieu manere qe sil ieit en la dite chartre nul point obscure ou dutif soit desclare, par les ditz ordeinours, & autres qil vorront a eux a ceo appeller, quant il verront houre e temps durant lour poer.

7

D' douns le Roi repeller.

Et puis derechef pur ceo qe la corone est tant abessee & desmembree par divers douns, nous ordenoms qe touz les douns qe sunt donez au damage du Roi & descrees de la Corone puis la commission a nous faite des chasteux viles terres & tenementz, et baillies gardes & mariages eschetes & relees, quiconqe qil soient, auxint bien en Gascoigne, Irland, Gales, & Escoce cum en Engleterre soient repellez, & nous les repelloms de tut saunz estre redonez as mesmes ceaux saunz comun assent en parlement. E qe si tieu maner des douns ou relees soient desormes dones encontre la forme avauntdite saunz assent de son barnage, & ceo en parlement taunt qe ses dettes soient

Page 1_159

acquittez & son estat avenanment relevez soient tenuz, pur nulle, et soit le prenour puniz en parlement par agard del barnage.

8

De totes maneres issues du roialme liverer a lescheqier.

Purceo qe autrefoiz fust ordeine qe les custumes du Realme fussent resceues & gardees par gentz du Realme, & non pas par aliens & qe les issues e les profitz de mesmes les custumes ensemblement ove tutes les autres issues & profitz issanz du Realme quels qe eux feussent entierment venissent al Escheqer le Roi, & par le Tresorer & les Chaumberleyns feussent resceues & liverez pur lostel le Roi meintenir, & aillours a son profit issint qe le Roi peusse vivre du soen saunz prises faire autre qe auncienes dues & dreitureles, les queux chosesP159A1 [P159A1] ne Rot. Ord.1_160 sunt mie tenuz; Dont nous ordenoms qe les dites custumes ensemblement ove tutes les issues du Realme com avant est dit, soient resceues & gardees par gentz du Realme, & liverez al Escheqer en la forme susdite.

9

Qe le Roi ne aile hors du roiaume.

Purceo qe le Roi ne doit enprendre fait de Guerre encontre nuli, ne aler hors de son Realme saunz comun assent de son Barnage pur multz des perilez qe purront avenir a luy, & a son Realme, nous ordenoms qe le Roi desormes ne aille hors de son Realme ne enpregne encontre nuli fait de Guerre, saunz comun assent de son Barnage, & ceo en parlement, et si autrement le face, & si sur tiele enprise face somondre son service, soit la somounce pur nule. Et sil aveigne qe le Roi enpreigne fait de Guerre contre nuli ou aille hors de terre par lassent de son barnage, & bosoigne qil mette gardeyn en son Realme, donqe le mette par comun assent de son barnage & ceo en parlement.

10

Qe totes prises cessent.

Et pur ceo qil fait a doter qe la poeple de la terre se leve par Prises & divers Oppressions faites eintz ces houres, nomement, parceo qe autrefoiz estoit ordene qe nostre Seignour le Roi vesquisist de soen saunz prises faire autres qe les aunciens dues & custumes, & totes autres se cessasent, e non pas par ceo prises sunt faites de jour en jour contre cel ordeinement com avant, Nous ordenoms qe totes prises cessent desormes sauve les prises aunciens dreitureles & dues au Roi, & as autres, as queux eles sont dues de droit. Et si nuls prises se facent contre Lordeinement susdit par qi qe ceo soit, ou de qel condicion qil soit, ceste a savoir si nul par colour de purviaunce faire al oeps nostre Seignour le Roi ou a autri preigne bleez, mercz, marchandises, ou autre maner des biens, contre la volunte de ceaux a qi il sont, et ne rendre meintenaunt les deners a la verroie value sil ne puisse de ceo avoir respit de la bone voluntee le vendour, solom ceo qe est compris en la graunt chartre des prises faites par conestables de chasteux, e lour baillifs, & estre la forsprise des prises dues susdites, nient contresteant commission qil eit, soit levee sur luy la menee par hu & cri, & mene a la proscheine gaole le Roi, et de luy soit fait comun lei com de Robeour ou de laron, si de ceo soit atteint.

11

D' noveles custumes & maletoutes ouster.

Ensement novels custumees sont leveez & aunciens enhancees com sur leynes, draps, vins, avoir de pois & autres choses par quei les Marchantz viegnent le plus relement, & meyns de bien miegnent en la terre, & les Marchantz estranges demoerent plus longes qil ne soleient faire, par la quel demoere les choses sont le plus encheries qel ne soleient estre au damage du Roi e de son poeple; Nous ordenoms, qe tutes maneres des custumees & maltoutes leveez puis le coronnement le Roi Edward fiz le Roi Henri soient entierment oustees & de tut esteinz pur touz jours, nient contresteant la chartre qe le dit Roi Edward fit as Marchantz aliens, pur ceo qe ele fut fait contre la grant chartre, & encontre la fraunchise de la Citee de Loundres & sanz assent del Barnage; et si nuli de quele condicion qil soit riens preigne ou leve outre les auncienes custumees dues e dreitureles, ou destourbance face par quei les marchantz ne puissent de lur biens faire lour volunte, & de

Page 1_160

ceo soient atteinz, soient agardez as pleintifs lur damages, eaunz regard au purchaz a la suite, as custages & proces qe il averont eu, & al offense de la grant chartre, et eit le trespassour la prison solom la quantite du trespas, & solom descrecion des Justices, et mes ne soit en service le Roi; sauve nequident au Roi les custumes de Leyne, peaus, & de quirs, ceste a savoir de chequn sak de leyne demy mark, et de CCC. peaus lanutz demy mark, & de last de quir un mark, si avoir le doit: & desormes viegnent, demoergent & aillent les estranges marchantz, solom les auncienes custumes, et solom ceo qe auncienment soleient faire.

12

D' damages aver en lattachement sur la prohibicion.

Al honur de dieu & de Seinte Eglise, & encontre ceaux qi par malise purchasent prohibicions & attachementz encontre ordeynairs de seinte Eglise en causes de correccions de peche & dautres purement espiritales, qe en nule manere partiegnent a la lei Court, Nous ordenoms qe par les Justices qi atteignent tieux malices, & qi amercient les malisiouses pleyntifs soient agardez damages as ordeinaires a tort travaillez, ou si les ditz pleintifs neient dount paier, soit agarde prison de temps solom la grevence malisiousement procuree, sauve lestat le Roi & de sa corone, & autri droit.

13

D' mal conseilliers le Roi ouster.

Et pur ceo qe le Roi ad este mal guye & conseile par malveis conseilers com est susdit; Nous ordenoms qe touz les malveis conseilers soient ostes & remuez de tut, issint qe eux ne autres tieux nen soient mes pres deluy, ne en office le Roi retenuz, et qe autres gentz covenables soient mys en lour leux, & en mesme le maner soit fait des Mesnengs & de gentz de office & DautresP160A1 [P160A1] om  Rot. Ord.1_161 qi sunt en lostel le Roi, qi ne sont pas covenables.

14

De Officers & Ministres le Roi faire.

Et pur ceo qe multz des mals sont avenuz par tieux conseilers & tieux ministres; Nous ordenoms qe le Roi face Chaunceler, Chief Justices del un bank a del autre, Tresorer, Chanceler, & Chef Baron de Escheqer, Seneschal de son Hostel, Gardein de la Garderobe, & Contreroulour & son clerk covenable pur garder son prive seal, un chief gardein de ses forestes de cea Trente, & un autre de la Trente & auxi un Eschetour de cea Trente, & un autre de la, Chef clerk le Roi en le comun Baunk, par le conseil & lassent de son Baronage, et ceo en parlement; & sil aveigne par asqun aventure qil coveigne mettre asqun des ditz ministres avaunt ceo qe parlement soit, donqe le Roi il metteP160A2 [P160A2] ymette Rot. Ord.1_161 pur le bon conseil qil avera pres de luy jesqes au parlement; & issint soit fait desormes des tieux ministres quant mestre serra.

15

Del Gardein de cink portz.

Ensement nous ordenoms qeP160A3 [P160A3] touz Rot. Ord.1_161 les chef gardeins des portz, e des chasteux sur la meer soient mis e faitz en la forme sus dit, et qe ceaux gardeins soient de la terre mesmes.

16

D' Ministres faire en terres foreines.

Et parceo qe les terres de Gascoigne, Dirland, & descoce sunt en peril destre perdues par defaute des bons ministres; Nous ordenoms qe bons e suffisanz ministres soient mis a la gard faire en les dites terres en la forme contenu en le secunde article prochein par amont.

17

D' Viscontes faire en Countez.

Estre ceo nous ordenoms qe viscontes soient desormes mis par le Chaunceler, Tresorer, & les autres du conseil qe serront presents, & si Chanceler ne soit present, soient mis par le Tresorer e Barons del Escheqer, & par les justices du Bank, & qe tieus soient mis & faitz qi soient covenables & suffisantz, et qi eient terres & tenementz dont il puissent responder au Roi, ouP160A4 [P160A4] & Rot. Ord.1_161 al poeple, de lour faitz, e qe nuls autres qe tieux ne soient mis, et qe eus eient comission desouth le grant seal.

18

D' Gardeins de Forestes.

Purceo qe commune fame est & ovesqe ceo meinte demostrance ad este faite qe divers oppressions, cum desheritanses faux enditementz e enprisonemenz, & sur ceo greves ranscons, & Dautres multz des maners de grevanses, qe gardeins, Baillifs, & ministres des forestes & autres ont fait par colur de lur baillies

Page 1_161

& de lur offices, desquels grevanses le poeple qi tant est greve, ne se ose overtment pleindre ne lur pleintes suire, en la Court le Roi, tant come il sont en lur baillies & offices; Nous ordenoms qe des touz gardeins baillies & ministres des forestes qe avant le tenps le Roi qore est soleient estre remuables a la volunte le Roi, auxi bien de ceaux as queux lur baillies & offices sont ja volentriment graunte a terme de vie, non contreesteant tieu graunt, cum des autres, lour baillies ou offices soient seisiez en la main le Roi; et qe bones gentz e leaus soient assigneez Justices denquer sur les grevances avandites, & de oier & de terminer tutes les grevances & les pleintes de touz iceaux qi devers les ditz gardeins, Baillifs, & ministres de forestes ou autresP161A1 [P161A1] om  Rot. Ord.1_162 suire vodront par le Roi, ou par eux mesmes, solom la lei & la custume du Realme, & si avant com lei le soeffree, soient les pleintes termineez entre cy & la Pasqi proschein avenir, ou avant si hom poet en bon manere solom lei. Et si les ditz gardeins bailiffs & ministres soient trovez cupables des grevances avant dites, adonqe soient remuez pur touz Jours, et si non reeient leur baillies & offices.

19

Des enditementz de la Foreste.

Et pur ceo qe plusours gentz sunt desheritez reintz & destrutz par les sovereins gardeins de les forestes de cea Trent & de la, & par les autres ministres contre la forme de la chartre de la foreste, & encontre la declaracion qe le Roi Edward fiz le Roi Henri fist en la forme qe sensuit, cest asavoir; Nous voloms & grantoms pur nous & pur nos heires qe de trespas faitz en nos forestes de vert & de veneison qe les foresters en qi baillies tieux trespas serront faitz, presentent mesmes les trespas as procheins Swanimotz devant foresters verdeers, regardours, agistours, & autres ministres de mesmes les forestes, et sur tieus presentmentz devant les foresters, verders, regardours, agistours, & autres ministres avantditz par serment, auxi bien des chevalers come dautres prodeshoms & leaux, e nemie suspecionous des parties vaisineaux & plus procheines ou tieux trespas serront issint presentez purra la verite mieuz & plus pleinment estre enquise, e tiel verite issint enquise soient tieux presentmentz par comune acord & assent de touz les ministres avantditz, solempment afforces, & de lour sealx enseales: Et si en autre manere soit nul enditement fet desormes soit a nul tenuz: Et pur ceo qe les chiefs gardeins des forestes ne unt mie la dite forme tenue jesqe en cea; Nous ordenoms qe desormes nul ne soit pris ne enprisone pur vert ne pur veneson, si il ne soit trove ove mainoure ou en la fourme avandite ou en la forme avandite,P161A2 [P161A2] enditez Rot. Ord.1_162 & adonqes lui lesse le soverein gardein de la foreste a mainpris jesqe al heire de la forest, saunz rien prendre pur la deliveranse & si le dit gardein faire ne le voille, eit bref en Chancelerie qe auncienment fust ordeine pur tieux enditees destre a maynpris jesqe en Eyre; et si le dit gardein apres le dit bref receu ne face tieus enditez sanz delei deliverer a meinpris, sanz rien prendre, donqes eit le pleintif bref en Chancelerie al viscont de attacher le gardein devant le Roi au certein jour a respondre, pur quei il nad replevi celi qi est ensi pris; e le viscont appellez les verders face deliverer celi qe est pris par bon mainpris en le presence des Verders, & les nouns des mainprenours face liverer a mesmes les verders a respondre en Eyre devant Justices. Et si le chief gardein de ceo soit atteint, soient agardez as pleintifs ses damages au treble, et le dit gardein a la prison & reint a la volente le Roi, et mes ne soit en office le Roi. Et desormes soit escrit a eux com as chiefs gardeins de la forest, pur ce qe Justice ne deivent il estre, ne record avoir, forsqe en Eyre. Et pur ceo qe hom dit qe les chiefs gardeins des forestes encontre la forme susdite unt pris & levez fins amercimentz & ranscons, Nous ordenoms qe les gardeins avantdiz e les autres chiefs gardeins rendent lour acontes, des prises susdites, devant le Tresorer & les Barons del Escheqer entre cy et le Noel proschein avenir.

Page 1_162

20

D' Pieres de Gavaston.

20. Pur ceo qe conue chose est & par le examinemant des Prelatz, Countes & Barons chevalers e autres bones gentz du Realme trove qe Pierres de Gavaston ad malmenez & malconseiles nostre Seignour le Roi & lad entice a malfair en diverses maners & deceivantes en aquillant a luy tut le Tresor le Roi e lad elloigne hors du Realme, en attreant a luy realP162A1 [P162A1] roial Rot. Ord.1_163 poer e realP162A2 [P162A2] roiale Rot. Ord.1_163 dignite, com en alliance faire des genz par sermentz a vivre & morer ovesqe luy encontre tutes gentz, & ce par le Tresor qe il purchace de jour en jour, enseignurant sur lestat le Roi & de la corone, en destruccion du Roi et du poeple, et especiaument enloignant le cuer le Seignour des ses liges gen […] P162A3 [P162A3] gentz en Rot. Ord.1_163 despisant lour conseils, nient soeffrant bons ministres faire lei de terre, en ostant les bones ministres, mettant ceux de sa covine, auxi bien aliens com autres, e qe a sa volunte & a son comandement offendunt droit et lei de terre, enprenant terres tenementz & baillies du Roi a luy & a ses heires, & ad fait qe le Roi ad done terres & tenemenz de sa corone a diverses gentz au grant damage & descres de lestat le Roi & de sa corone, & ceo auxi bien puis lordeinement qe le Roi granta as ordenours de faire au profit de luy & de son poeple, cum devant encontre lordenement des ordenours, & meintentP162A4 [P162A4] meintient Rot. Ord.1_163 Robbeours homicidesP162A7 [P162A7] & larons MS. Cott. 1.1_163 & les fait avoir la chartre le Roi de sa pees, en donant hardement as meffesours de pis faire, & en menant le Roi en terre de Guerre sanz comun assent de son Barnage en peril de son corps & en destruccion du Realme, & en fesant sealer blaunches chartres desout le grant seal le Roi en deceit & desheritance le Roi, e de sa corone, & encontre son homage; Et felonesement, fausement, & treiterousement ad fait les choses susdites a graunt deshonour & damage du Roi, & desheriteson de la corone & a destruccion du poeple, en multz des maners: Et ovesqe ceo nous eauntz regard a les faitz le tres noble Roi piere le Roi qore est pur qi agard lavantdit Pierres forsjura le Realme Dengleterre, e voleit qe nostre seignur le Roi son fiz forsjurast a touz jours la compaignie de luy; Et qe puis par comun assent de tote le Realme & du Roi & de luy mesmes Prelatz, Countes, & Barons autrefoitz estoit agarde de mesme le Realme voider, & voida, & qe son retourner nestoit unqes par comun assent, mes solement par assent dasqunes persones qe soutz condicion si bien se portast apres son retorner a ceo se assentirent: et ore certeimment est trove son mal port, pur quel port, e pur les grantz malveistez susditz & par plusours autres qe porront avenir a nostre seignur le Roi & a son poeple, e pur bon acord nurrir entre le Roi e ses gentz, et multz de maners de descordez & perilz eschuire; Nous ordenomsP162A8 [P162A8] com Ordinours MS. Cott. 1.1_163 par vertu de la commission nostre Seignour le Roi a nous grantee qe Pierres de Gavaston com apert enemi le Roi & de son poeple soit de tut exilez auxi bien hors du realme Dengleterre, Descoce, Dirland, & de Gales, cum de tute la Seignuri nostre seignur le Roi, auxi bien de la la meer com decea, a touz jours saunz james retourner; & qil void le Realme Dengleterre, & tuttes les terres susditz, & tut outrement tut la Seignurie nostre Seignour le Roi entre cy & la feste de touz Seintz proschein avenir; Et luy donoms port a Dovre en la forme susdite, et nul part aillours a passer & a voider. Et si le dit Pierres demoerge en le Realme Dengleterre ou nule part ailours en la Seignuri nostre Seignour le Roi outre le dit jour qe done luy est de voider e de passer com est susdit, adonqes soit fait de luy com del enemi du Roi & du Realme & de son poeple. Et qe touz ceaux qe desormes vont contre cest ordeinement en droit du dite exil ou la pein qe sensuit, soit fait de eux solom ceo qilP162A5 [P162A5] qe y Rot. Ord.1_163 appent, si de ceo soient atteinz.

21

D' Emeri Friscombaud.

Aussint nous ordenoms qe Emery & ceux de la compaignie de Friscombaud viegnent a la conte aP162A6 [P162A6] rendre en Rot. Ord.1_163 la manere qe fust ordeine & pubpliee non contresteant la conte qil se dient avoir renduz de denz la quinzein de la Seint Michel preschein avenir, et endementres soient mis en areste touz les corps & touz les biens de la compaignie de ceaux de Friscombaud qe porront estre trovez en le poer le Roi Dengleterre,

Page 1_163

et qe tutes les terres le dit Emery soient seisies en la meyn le Roi ou qil soient en le dit poer le Roi. Et si le dit Emery ne viegne de denz le jour assigne, pur ceo qe par luy est lordenement susdit enfreint, & par sa sustrete il rend soi mesmes coupable & suspecte; Nous ordenoms qe il soit banny hors del poer le Roi, & de cele houre en avant soit tenuz a enemy, et de luy soit fet com del enemy du Roi & du Realme, si nule part soit trovez en le poer le Roi auxi bien dela com decea.

22

D' Monseignur Henri de Beaumont.

Auxint pur ceo qe mon sire Henri de Beaumont ad pris de nostre Seignour le Roi au damage & deshonure du Roi puis le temps del ordeinement des oideinours a quel le Roi se agrea, le Realme de Man, & autres terres, rentes, fraunchises, & Baillies, & procure a doner as autres terres & tenemenz fraunchises & Baillies contre cel ordeinement, et pur ceo qil ad malconseile le Roi, encontre son serment; Nous ordenoms qe il soit hoste du conseil le Roi pur touz jours, et qe pres du Roi mes ne veigne, nulle part, sil ne soit a comune somonce de parlement ou en guerre si le Roi le voet avoir, si il ne soit par comune assent del Ercevesqe, Evesqes, Countes, & Barons & ceo en plein parlement; Et tuttes les autres terres qil tient denz le Realme Dengleterre soient pris en la maine le Roi Dengleterre, & tenues tant qe le Roi eit resceu des issues de celes terres la value de touz les esplez, qe le dit sir Henri ad pris des terres resceues contre le dit ordeinement, et si le dit Sire Henri veigne en nul point contre cestes ordenances soit desheritz pur toutz jours de tuttes les terres qil ad en Engleterre du doun le Roi.

23

D' la Dame de Vescy.

Pur ceo qe trove est par examinement des Prelatz, Countes, & Barons qe la Dame de Vescy ad procure le Roi a doner a Sire Henri de Beaumont, son frer e as autres, terres, fraunchises & baillifsP163A1 [P163A1] baillies Rot. Ord.1_164 a damage & deshonur du Roi & apert desheriteson de la corone, et auxint procure de maunder hors lettres deP163A2 [P163A2] desouz Rot. Ord.1_164 la Targe contre lei & lentencion du Roi; Nous ordenoms qel aille a sa meson, & ceo dedenz la quinzein de la Seint Michel proschein avenir, saunz james retourner a la Court pur demoer faire; et qe pur tuttes cestes choses avantdites, et pur ceo qe hom entent qe le chastel de Bamburgh' est de la corone, Nous ordenoms auxint qe cel chastel soit repris de luy en la mayn le Roi, et qe mes nenP163A3 [P163A3] ne Rot. Ord.1_164 soit baille a luy ne a autre forsqe a la volunte le Roi.

24

D' acquitances en lescheqier.

Et pur ceo qe le poeple se sent mult grevez par diverses dettes qe lour sunt demandeez a loeps le Roi par somonce del Escheqer, les queux dettes sont paieez, dont les gentz ont diverses acquitances, les uns par tailes & par brefs, & les uns par diverses fraunchises qe leur sont grantees par faitz de Rois qe sont alowables; Nous ordenoms qe desormes sur la conte de chesqun viscont et dautres ministres le Roi, qe acounte deivent rendre al Escheqer soient tieux maneres des tailes brefs & fraunchises alouwes qe alouables sont sur laconte, si les dites acquitances soient demostrees a la Court, issint qe mes ne corgent en demande par defaute de alouance. Et si le Tresorer & les barons del Escheqer ne le facent en la forme avantdite, eient les pleintifs lour recoverir par peticions en parlement.

25

D' plez tenir en lescheqier.

Pur ceo qe comuns Marchantz e autres plusours du poeple sont receux de pleder al Escheqer ples de dettes, et de trespas, pur la reson qe il sont avowez par les ministres de la dite place, plus avant qe estre ne deveroint, dont les acontes e les autres choses tochauntes le Roi, sont le plus delaiez, & ovesqe ceo multz des gentz del poeple grevez; Nous ordenoms qe desormes ne soient tenuz plez en la dite place del Escheqer, forsqe les plees tochantz le Roi e ses ministres qe sont responables en lescheqer, par la reson de lour offices, et les ministres de mesme la place, & lour mesnengs & lour servantz qe touz le plus sont demorant oveqe eus en les lieux ou le Escheqer demorert; et si nul soit resceu par avowri de la dite place de pleder en le dit Escheqer encontre la forme susdite, eient les enpledez lour recoverir en parlement.

Page 1_164

26

D' plez tenir en la Mareschaucie.

Ensement pur ceo qe le poeple se sent multz grevez qe senechaux & marchaux tenent multz des pleez qe a lour office ne appendent, & auxi de ceo qe eus ne voillent receiver attornez auxi bien pur les defendanz cum par les pleintifs, Nous ordenoms qe desormes resceivent attornez auxi bien pur les defendanz cum pur les pleintifs; Et qil ne tiegnent pleez de fraunk tenement ne de dette ne de covenant, ne de contract, ne nul comun plai des gentz du poeple, fors tantsoulement des trespas del hostel mesmes,P164A1 [P164A1] om  Rot. Ord.1_165 et desP164A2 [P164A2] om  Rot. Ord.1_165 autres trespas faitz dedenz la verge & de contractz & covenantes qe asquns del hostel le Roi avera fait a autre de mesmes lostel, e en mesme lostel, et nemie aillours; et qe nul plai de trespas ne pledent autre qe ne soit attache par eus avant qe le Roi isse hors de la verge ou le trespas serra fait, & les pledrent hastivement de jour en jour, issint qil soient parpledez & terminez avant ceo qe le Roi isse hors de les bondes de cele verge ou le trespas fust fait; et si par cas dedenz les bondes de cel verge ne poent estre terminez, cessent tieux plaiez devant le Seneschal, et ceo purchasent les pleintifs par la comune Lei. Ne desormes ne preigne le Seneschal conisances des dettes ne dautres choses, fors qe des gentz del hostel avantdit, et encontre gentz del hostel avantdit, ne nul autre plai ne tenent pur obligacion faite a la destresse du Seneschal & des marechaux: Ne qe nul del hostel ne qi suient le hostel ne soient mys en enquest devant eux, fors qe la ou le pleintif e le defendant sont du dit hostel, & des faitz fetz en mesme lostel; et si le Seneschal & Mareschaux rien facent contre cest ordeinement soit lour fait nul;P164A3 [P164A3] tenuz pur nul; Rot. Ord.1_165 Et qe ceaux qe se senteront grevez contre la dite ordinance eient bref en chancelerie pledable en bank le Roi, et recoverent lour damages vers eux qi tiegnent le plai, & qe les unt trait en plai par descrecion des Justice eantz regard a lur purchaz custages grevances & partes solom la quantite du trespas, et mes ne soient en servise le Roi.

27

D' office de Coroner faire deinz la verge.

Et pur ceo qe avant ces houres multz des felonies faites dedenz la verge unt este despuniez pur ceo qe les coroniers du pais ne se sont pas entremis denquer de tieux maners des felonies dedenz la verge, mes le coroner del hostel le Roi, de quoi issue nad mie este fait en due manere, ne les felons mis en exigendes, ne utlagez ne rien de tieu felonie presente en Eyre qe est au graunt damage le Roi et a meins bon garde de sa pees; Nous ordenoms qe desormes en cas de mort de hom, ou office de coroner apent a les veues des corps mortes & as enquestes de ceo faire, soient mandez les coroners des pais ou des fraunchises par la ou les mortz serront trovez, qe assemblement ove le coroner del hostel face le office qe apent & le mette en son Roele; & ceo qe ne purra mie devant le Seneschaux estre terminez pur ceo qe les felons ne purront estre attachez ne trovez ou pur autre encheson, demoerge le processe a la comune lei, issint qe les exigendes e les utlagaries & les presentementz de ceo faitz soient mustrez en Eyre par le Coroner du pais auxint cum des autres felonies faites dehors la verge; mes pur ceo ne soit lesse qe les attachementz ne soient faitz frechementes sur les felonies faites sil puissent estre trovez.

28

De les Chartres le Roi de sa pees.

Purceo qe le poeple se sent multz grevez de ceo qe gentz sont esbaudes de tueir les gentz & robber pur tant qe le Roi par malveis conseil leur donne si legerement sa pees contre la forme de lei; Nous ordenoms qe nul felon ne futif ne soit covert ne defendu desormes de nul maner de felonie, par la chartre le Roi de sa pees a luy grantes, nen autre maner si non en cas ou le Roi poet faire grace solom son serment, e ceo par proces de ley, et la custume du Realme, et si nule chartre soit deshore en avant grantee, e faite en autre maner a nuli, rien ne vaile, et pur nule soit tenu; & qe nul apert meffesour encontre la corone et la pees de la terre par nuli soit eydez ne meyntenuz.

Page 1_165

29

D' parlementz tenir de an en an.

Pur ceo qe multz des gentz sont delaiez en la Court le Roi de lour demande pur tant qe la partie alegge qe les demandans ne deivent estre respondeuz sanz le Roi, & auxint mulz des genz grevez par les ministres le Roi encontre dreiture des quels grevances hom ne purra avoir recoverir sanz comun parlement; Nous ordenoms qe le Roi tiegne parlement une foitz par an ou deux foiz, si mestre soit, et ceo en lieu covenable, et qe en mesmes les parlementz soient les pleez qe sont en la dite forme delaiez, et les pleez ou les Justice sont en divers oppinions recordeez & terminez; et en mesme la manere soient les billes termineez qe livereez serront en parlement si avant com lei et reson le demande.

30

D' leschange de moneie.

Pur ceo qe a totes les foiz qe eschange de monee se fet en Realme tut le poeple est grantement grevez en multz des maners; Nous ordenoms qe quant mestre serra & quant le Roi voille eschange faire, qe il le face par comun conseil de son Barnage & ceo en parlement.

31

D' touz estatuz garder.

Ensement nous ordenoms qe tous les estatutes qe sont faitz en amendement de la lei & au profist du poeple par les ancestres nostre Seignour le Roi soient gardez & meintenuz si avant com estre deivent par lei & reson, issint qe eux ne soient pas contraires a la grant chartre ne a la chartre de la forest, ne encontre les ordeinementz par nous faitz, & si nul estatut soit fait encontre la forme susdite soit tenuz pur nul, & tut outrement defait.

32

Qe lei de terre ne soit delaee par lettres du prive Seal.

Purceo qe la lei de la terre et comun droit unt este sovent delaiez par lettres issues desoutz le prive seal le Roi, au grant grevance du poeple; Nous ordenoms qe desormes la ley de la terre ne comun droit ne soient delaiez ne desturbeez par lettres du dit seal, et si rien soit fait en nule des places de la Court nostre seignur le Roi ou aillours par tiels lettres issues desutz le prive Seal, encontre dreiture ou lei de terre, rien ne vaille ne pur nient soit tenuz.

33

D' lestatut de marchantz.

Pur ceo qe multz des gentz de poeple autres qe marchantz conuz se sentent mult grevez e reintez par lestatut des Marchanz fait a Acton Burnel, Nous ordenoms qeP165A1 [P165A1] desoremes Rot. Ord.1_166 cel estatut ne se teigne mes fors qe entre Marchaux et Marchaux,P165A2 [P165A2] marchauntz & marchauntz Rot. Ord.1_166 et des marchandises entre eux faites, et qe la reconisance se face si come est contenuz en le dit estatut, et pur tesmoignanz des quatres prodeshoms et leaux conuz et qe lour nons soient entrez en la reconisanz pur tesmoigner le fait; Et qe a nuli soient autres terres liverez a tenir en noun de fraunk tenement par la vertu del dit estatut, forspris Burgages des Marchanz e lour chateux moebles, et ceo fait a entendre entre marchanz et marchanz, conuz marchanz. Estre ceo Nous ordenoms qe le Seals le Roi qe sont assignez pur tesmoigner les dites conisances soient baillees a plus riches et plus sages des villes souzdites a cele garde esleuz par les comunaltez de mesmes les viles, cest asavoir, a Noef chastel sur Tyne, a Everwik & Notingham pur les contiez de la Trente, et les Marchantz ilokes venantz & demoerantz. A Excestre, Bristeut, & Suthampton par les Marchantz venantz & demorrantz en les parties del Suth & del West; a Nichole et Northamton pur les Marchantz venantz et demorrantz ilokes; a Loundres & a Cantrebirs par les Marchantz, venantz & demorrantz en cels parties; a Salopesburh pur les Marchantz venantz & demorrantz en cels parties; a Norwiz pur les Marchantz venantz & demorrantz en cels parties. Et les reconisances par aillours faites qe en les ditz villes tiegnent nul leu desormes.

34

D' gentz appellez lesser par mainprise.

Purceo qe multz des prisons devienent appellours pur lour vies esloigner et par diverses grevances et peins qe viscontes et Gaolers leur fount, en qi garde il sont, et les enforment dappeler les plus riches du pais, et gent de bone fame les queux il fount attacher et mettre en vile et dure prisone, et prenent greve ranscon de eux des quels toltes et prises nul avantage ne accrest au Roi, Nous ordenoms qe desormes qe ceaux qi sont de bone fame appellez de appellours qi de droit neP165A3 [P165A3] om  Rot. Ord.1_166 deussent avoir nule voice, ne soient mis en prison, par quei qil puissent trover bone mainprise destre en la proscheine deliveraunce de Gaole dester a la lei, et eus acquiter de la

Page 1_166

fame solom lusage du Realme, sanz rien prendre de eusP166A1 [P166A1] du soen Rot. Ord.1_167 destre a mainpris. Et qe a tuttes les foitz qe deliverance de Gaole se delai par absence des Justice ou par autre encheson, soient lessez par la dite mainprise, ou par autre suffisante jesqe a la venue des ditz Justice, en la forme susdite. Ensement nous ordenoms qe ceauxP166A2 [P166A2] qi Rot. Ord.1_167 deviegnent appellours qe eux ne soient oiz de nul hom appeller plu longs qe treis jours les plus proscheins apres le temps qil deveignent appellours.

35

D' gentz utlagez en foreins pais.

Ensement purceo qe multz des gentz terre tenantz sunt appellez par malice de diverses felonies en les Countez ou il ne unt terres ne tenementz & par malisiouse suite sont utlagez, en perte de lour vies et en disheritance de eux et de lour heirs, Nous ordenoms qe desormes nul hom par tiel malisiouce suite utlage en Counte, la ou il nad terre ne tenement ne soit mis a la mort, ne desherite, par quei qe ceaux qe par tiel suite sont utlagez se rendent a la prison le Roi et se puissent acquiter par les Countez en les quels il furent utlagez des felonies et dautres trespas pur les queux il furent utlagez, et lour terres lour soient renduz quant il serront acquitez sil soient en la main le Roi; et si autre qe le Roi soit tenant des ditz tenementz par bref Dentre forme sur le dit cas eient leur recoverir, et ceaux a qi suite il furent issint utlage soient pris et forsjurent le Realme, et sil ne soient trovez soient mis en exigende, et utlagez.

Purceo qe plusours gentz par fals tesmoignans des viscontes tesmoignans qe eux ne sont mie trovez, ne unt terres ne tenemenz par unt il purront estre destrentz en leur baillies tut eient il en autre contez du Realme terres & tenementz, et pur tant sont mis en exigende en les Countez la ou il ne unt terres ne tenementz, et par cas utlagez en peril de lour vies, en desheritance de eaux, e de lour heirs, sil soient utlagez pur felonies, pur quei nous ordenoms qe les gentz en tieu maner utlagez ne soient mis a la mort, ne de leur terres desheritez, par quei il se rendent a la prison le Roi, et se puissent acquiter par les Conteez en les queux il furent issint utlagez, qe eux ne sont pas coupables des felonies ne des trespas, qe leur sont mis sur, et eient recoverir de lour terres, et leur damages en la la forme susdite.

36

D' appeaux abatre.

Ensement pur ceo qe multz gentz sont plus esbaud de tuer les gentz, et de robber de taunt qe les appeaus pursuis en la Court nostre seignur le Roi sont par trop legeres causes abatuz, et les appellours pris et enprisonez, et reintz a la volente le Roi, et les appelez a la suite le Roi plus legerment acquitez qil ne serroint si les appeals ne fuissent abatuz; Nous ordenoms qe desormes les appeals des felonies ne soient abatuz del houre qe les appellours font mencione en lour appeals del jour, et de houre, & del leu, et de quel arme il fust tuez, ou des queux maner des biens il fust robbe; et si les appellez se peussent acquiter des dites felonies, eient lour recoverir sur les abettors, et les appellours, solom ceo qe est contenu en lestatut ordeine sur les abettours de faux appeaux si les appellez ne soient enditeez des dites felonies par solempne enqueste.

37

D' deceite faite par la proteccion.

Purceo qe multz des gentz sont delaez de lour suites en la Court le Roi par proteccions granteez as gentz, qe se feignent daler en service le Roi, et ne le font mie mes qe pur delaer la suite le pleintif auxi bien en plai de terre com en plai de dette, et de trespas, et pur tiel malice restreindre, Nous ordenoms qe si le tenant, en plai de terre use la proteccion nostre seignur le Roi apres apparance, et le demandant puisse averrer qe le tenant ne fust mie en service le Roi le jour qe la parole demorra senz jour par la proteccion, soit labsence le tenant tournee en une defaute; et si le tenant use sa proteccion avant apparance bien list a demandant sil entende son profit faire de prendre bref en chancelerie sur le tenant de averrer qe il ne fut mie en le service le Roi le jour qe sa suite fust delaiez par la proteccion, et si le tenant de ceo soit atteint, soient agardez al demandant ses damages par descrecion des Justice eantz regard a son purchaz custages mises et partes, et soit le tenant jugge a la prison pur la deceite faite au Roi

Page 1_167

e a la Court a demorer un an et un jour, et soit reint a la volunte le Roi; et si la dite deceite soit atteint en playe de dette ou de trespas, soit le defendant puniz auxi bien devers le pleintif cum devers le Roi, en la forme susdite.

38

De la graunt Chartre & la Chartre de la Foreste.

Ensement nous ordenoms qe la graunt Chartre des franchises et la chartre de la foreste qe le Roi Henri, fiz le Roi Johan fist, soient tenues en touz leur pointz, et qe les poinz qe sont dutifs en les dites chartres des franchises soient esclartezP167A1 [P167A1] esclareziz Rot. Ord desclarez MS. Cot. 1: esclartiz MS. Cot. 2.1_169 en les proschein parlement apres cesti par lavisement del Barnage & des Justices & dautres sages gentz de la lei, et ceste chose soit faite pur ceo qe nous navoms mis eu poer de faire le durant nostre temps.

39

D' serment de Ministres.

Ensement nous ordenoms qe Chanceler, Tresorer, chief Chanceler del Escheqer,P167A2 [P167A2] Chiefs Justices de lun Baunk & de lautre, Chauncellier de leschequier, Rot. Ord: MS. Cott. 2. Chief Baroun del Escheker MS. Cott. 1.1_169 Tresorer de la Garderob, Seneschal del Hostel le Roi, tutes les Justice, Viscontes, Eschetours, Conestables, Enquerours a quel chose qe ceo soit, et touz autres Baillifs, e ministres le Roi, soient jurez a tuttes les foitz qil resceivent leur baillies, & offices, de garder et tenir totes les ordinances faites par les prelatz, Contes & Barons a ceo esluz & assignez, et chesqune deles santz venir contre nul point de eles.

40

D' Gentz assigner en parlementz.

Ensement nous ordenoms qe en chescun parlement soient assignez un Evesqe, deux Countes, e deux Barons de oyr et terminer tutes les pleintes de ceaux qe pleindre se vodront des ministres le Roi, queux qil soient, qi serront contrevenuz les ordenaunces susdites; et si les ditz Esvesqe, Countes, & Barons ne puissent touz entendre ou soient desturbez de oyer & terminer les dites pleintes, adonk le facent treis ou deux de ceaux, et ceaux qe serront trovez contrevenuz encontre les dites ordenances soient puniz devers le Roi, et devers les pleintifs par la descrecion des ditz assignez.

41

D' ces Ordinaunces publier.

Ensement nous ordenoms qe les ordenances, susdites soient meintenues et gardieez en totes lour pointz, et qe nostre seignur le Roi les face mettre desuth son grant Seal, et envoir en chescun Countee Dengleterre a publier, tenir & fermement garder, auxi bien dedenz fraunchises come dehors, et en mesme le maner soit maunde au gardein de cink portz qil parmi tute sa baillie les face publier tenir, & garder en la forme avantdite.

[Les quelesP167A3 [P167A3] Nous meismes celes Rot. Ord.1_169] Ordinances a nous mustreez, et le Lundi proschein devant la feste de seint Michel drein passe publieez, agreoms, acceptoms & affermoms; et voloms et grauntoms pour nous, et pur nos heires, qe tutes les dites Ordeinances et chesqun deles faites solom la forme de noz lettres avantdites soient publiees par tute nostre Realme, et desormes fermement gardeez, et tenues. En testmoignance des queux choses, nous avoms fait faire cestes nos lettres patentes. Doneez a Loundres le quint jour de Octobre lan de nostre regne quint.P167A4 [P167A4] Predicte Ordinationes publicate fuerunt in Cimitcrio apud Sanctum Paulum Londonii, per dominum Simonem Episcopum Sarum auctoritate & mandato speciali venerabilis patris domini Roberti Cantuarie Archiepiscopi; vto kalend' Octobris anno domini millesimo CCC. undecimo, Regni vero Regis Edwardi filii Regis Edward Quinto. Rot. Cant.1_169

On the Back of Rot. Cant. is also the following Entry of the ancient Form of the CORONATION OATH in Latin and French; The Various Readings of the Latin Form are from the Printed Copy in Tottell's Magna Carta 1556: Those of the French are from an Entry on Rot. Claus. 1 Ed. II. m. 9, d. in Cedula, of the Words of the Oath taken by K. Edward II. at his Coronation.

Forma Juramenti Regis Angl' in Coronaco'e sua;

Si Rex fuerit litteratus talis est.

§ Archiepiscopus Cantuarii, ad quem de jure & consuetudine Ecclesie Cantuarie, antiqua & approbata, pertinet Reges Anglie inungere & coronare, die coronacionis Regis, antequam Rex coronetur, faciet Regi Interrogaciones subscriptas.P168A1 [P168A1] Metropolitanus, vel Episcopus dominum Regem coronaturus, mediocri distinctoque voce eum interroget; T.1_169

§ Si leges & consuetudines, ab antiquis justis & Deo devotis Regibus plebi Anglorum concessas, cum sacramenti confirmacione eidem plebi concedere & servare volueris:P168A2 [P168A2] voluerit T.1_169 Et presertim leges et consuetudines et libertates a glorioso Rege Edwardo clero populoque concessas?

Et respondeat Rex–Concedo & servare volo, & sacramento confirmare.P168A3 [P168A3] Si autem his omnibus assentire se velle promiserit, exponat ei Metropolitanus vel Episcopus de quibus jurabit, ita dicendo: T.1_169

§ Servabis Ecclesie Dei, Cleroque & Populo, pacem ex integro & concordiam in Deo secundum vires tuas?

Et respondeat RexP168A4a [P168A4a] Respondebit T.1_169 –Servabo.

§ Facies fieri in omnibus Judiciis tuis equam & rectam justiciam, & discrecionem, in misericordia & veritate, secundum vires tuas?

Et respondeat RexP168A4b [P168A4b] Respondebit T.1_169 –Faciam.

§ Concedis justas leges & consuetudines esse tenendas, & promittis per te eas esse protegendas, & ad honorem Dei corroborandas, quas Vulgus elegerit, secundum vires tuas?

Et respondeat RexP168A4c [P168A4c] Respondebit T.1_169 –Concedo & promitto.P168A5 [P168A5] Adjiciaturque predictis interrogationibus, que justa fuerint. Pronunciatis omnibus confirmet se omnia esse servaturum, sacramento super altare protinus prestito, coram cunctis. &c. T.1_169

§ Forma Juramenti si Rex non fuerit litteratus.

§ Sire, Voilez vous graunter & garder, & par vostre serment confermer, au poeple Dengleterre, les leys & les custumes a eux grauntees par les anxiens Rois DengleterreP168A6 [P168A6] voz predecessours T.1_169 dreiturels & devoutez a Dieu: Et nomement les leys & les custumes & les fraunchises grauntees au Clergye & au poeple par le glorious Rei seynt EdwardP168A7 [P168A7] votre predecessour T.1_169?

Et respondeat RexP168A8a [P168A8a] Respons' T.1_169 –Jeo les graunt & garderai & par serment confermerai.P168A9 [P168A9] promette. T.1_169

§ Sire, garderez vous a Dieu & a Seynt Esglise, & au Clergye, & au Poeple, pees & acord en Dieu entierement, solonc votre poer?

Et respondeat RexP168A8b [P168A8b] Respons' T.1_169 –Jeo les garderai.

§ Sire, frez vous faire en touz vos jugementz owele & dreyt justice, & descrecioun, en misericorde & veriteP168A10 [P168A10] a vostre poer T.1_169?

Et respondeat RexP168A8c [P168A8c] Respons' T.1_169 –Jeo le frai.

§ Sire, grauntez vous a tenir & promettez vous a defendreP168A11 [P168A11] garder T.1_169 les leys & les custumes dreytureles, les queux la communalte de votre Realme aura eslutz, & les afforterezP168A12 [P168A12] defendrez & afforcerez T.1_169 al honour de Dieu solomeP168A13 [P168A13] a T.1_169 vostre poer?

Et respondeat RexP168A8d [P168A8d] Respons' T.1_169 –Jeo les graunt & promet.P168A14 [P168A14] Explicit Rot. Cl. T.1_169

Factis promissionibus confirmet Rex sacramento corporali, super altare prestito, se omnia predicta esse servaturus.

In MS. Harl. 867, is the Form of this Oath in Latin and French; the former agreeing with the Printed Copy already referred to, and the latter with the Entry on Rot. Claus. 1 Ed. II. See also Rot. Parl. 1 Hen. IV. nu. 16, 17, the Form of the Oath in Latin, which omits the first Sentence of the Oath beginning Si leges and the Answer; but in other particulars agrees with the Printed Latin Copy.

The Form of the Coronation Oath in French, in the Old Abridgement of the Statutes, first printed about 1481, is as follows:

SACRAMENTUM REGIS.

Ceo est le serement qe le Roy jurra a son coronement; que il gardera & meinteynera les droites et les fraunchises de seynt esglise, grauntes auncienment des droitz roys christiens dengliterre, et que il gardera toutz ses terres honours & dignitees droitturelx et franks del coron du roialme dengliterre en tout maner dentierte sans nul maner damenusement, et les droites disperges dilapides ou perdus de la corone, a sa pouoir reappeller en launcien estate, et que il gardera la peas de seynt esglise, & al people de bon acorde, et que il face faire en toutz ses jugementz owel et droit justice ove discrecion et misericorde, et que il grauntera a tenure les leyes et customes du royalme, et a sa pouoir lez face garder & affirmer qe les gentes de people averent faitz et eslies, & les malveis leyes et customez de tout ostera et ferme peas et establie al people de son royalme en ceo garde esgardera a son pouoir come dieu luy ayde.

Page 1_169

Anno 7o EDWARDI II. A.D.1313.

Ex Rot. Pat. 7 Edw. II. P. 1. m. 8. P169Astar [P169Astar] In the Old Printed Copies this Article is intituled Statutum ne quis occasionetur pro morte Petri de Gaveston. It begins Edward par la grace de dieu Roy Dengliterre &c. a ses Justices du Banke salutz. In the Patent Roll of this Year 7 Ed. II. P. 1. m. 14. in Cedula, the Instrument is again entered, totidem verbis as in the Text, with the following Note in the Margin: De publicacione pardonationis mortis Petri de Gavaston. On the same Membrane of the Roll, is the following Entry:

x [x] Quod nullus imprisonetur &c pro morte Petri de Gavaston, &c.1_170 Le Roy a tuz ceux, qui cestes lettres verront, ou orront, salutz. Sachetz, qen nostre parlement comence a Westmostier, le dimeinche proschein apres la seint Matheu la Postle, lan de nostre Regne septisme, por certeines & covenables enchesons, purveu est & grante par nous & par - - - Ercevesqes, Evesqes, Abbes, Priours, Contes, & Barons, & par tote la Communalte de nostre Roiaume, illoeqes a nostre maundement assembletz, uniement assentuz, & acordetz; qe nul, de quel estat ou condicion quil soit, por la prise, ne larest des joiaux, Chivaux, ou autres biens, & chateux, queux qil feussent, & a qi qil feussent, noz, ou dautri, a Noef Chastel sur Tyne, ou nulle part aillors par encheson de Piers de Gavaston, ou du fait qe est avenuz de li, ne por entrees en Villes, ne en Chasteux, ne por seges des Chasteux, ne por portement darmes, ne por prise des persones, ne por alliaunces queles qeles soient, ou en autre manere, quele qele soit, qi touche ou eit regarde a la persone ou au fait q'est avenu du dit Piers, ne soient appelletz, pris ne arrestez, enprisonez, molestez, ne grevetz, ne en jugement menetz par nous, ne par autre, a nostre suite, ne a suite dautri, en nostre Curt, ne nulle part aillors. E aussint qe monseignour Griffith de la Pole, monseignour Fouk Lestraunge, leur mesnengs, alliez & aerdantz, por le Sege du Chastel de la Pole, ne por occison des gentz, ne por chevauches qil fesoient a force & armes en les terres de Powys, de la Pole, & aillors, en celles parties, ne por prise des bestes, ne dautre biens, queux qil feussent, & a qi qil feussent, ne por autres choses illoeqes faites contre nostre pees, ne soient appelletz, pris, ne arestez, emprisonez, molestez, ne grevetz, nen jugement menetz, par nous, ne par autre a nostre suite, ne a suite dautri, en nostre Curt, ne nulle part aillors. E aussint qe monseignour Johan de Cherleton, qi tint le dit Chastel al temps du dit sege, ses mesnengs, allietz, & aerdantz, par chevauchees qil fesoient en les terres & parties avantdites, ne por occison des gentz, ne por prise des bestes, ne dautre biens, queux qil feussent, ou a qi qil feussent, ne por autres choses illoeqes faites contre nostre pees, si comme avant est dit, ne soient appelletz, pris, ne arestez, emprisonez, molestez, ne grevez, ne en jugement menetz, par nous, ne par autre, a nostre suite, ne a suite dautri, en nostre Curt, ne nulle part aillors. Et volons qe les grantz & acords susditz soient ferms & estables en toutz leur poinz, & chescun de eux soit tenuz & gardez a perpetuite. En tesmoignaunce de queu chose nous avons fait faire cestes nos lettres overtes. Don a Weymostier le sysme jour de Novembre.

Triplicatur.

1_170

Quod nullus molestetetur pro morte Petri de Gavaston, &c.

LE Roy au Visconte Deverwik, Salutz. Sachent tuit, qe pur certeines & covenables enchesons en nostre parlement a Westmonster le Lundi prochein apres la feste de Seint Edward le Confessour, cest asaver le quinzime jour de Octobre, lan de nostre regne septime, purveu est & grante par nous, & par Ercevesqes, Evesqes, Abbes, Priours, Countes, Barons, & la Communalte de nostre Roialme, illoeqes a nostre mandement assemblez, unyement assentuz, & accordez, qe nul de quel estat ou condicion qil soit, en temps avenir, ne soit appelez ne chalengez, por lacheson de la prise, la detenue, ne de la mort Pieres de Gavaston; ne pur mesmes la mort ne soit pris ne emprisonez, empeschez, molestez, ne grevez, nen Jugement menez par Nous, ne par autre a nostre suite, ne a suite dautri qui qil soit, en nostre Curt, ne nulle part aillurs; et voloms qe ceo grant & concord soit ferm & estable, en touz ses poinz, & chescun deux soit tenuz & gardez a perpetuete: e pur coe vous commandoms, qe coe grant & concorde facez en vostre Counte crier, puplier, e tenir & fermement garder a perpetuite, si come de sus est dit. Donez a Westmonster le xvj. jour de Octobre.

¶ En mesme la manere est maunde a touz les Viscountes dengleterre.

¶ Et mande est as Justices du Bank, qe coe grant & concorde facent en le Bank avauntdit lire, enrouler, & fermement garder a perpetuite, sicome desus est dit.

¶ En mesme la manere mande est a Sire Roger le Brabazoun, & ses compaignouns Justices a tenir les ples le Roy devaunt lui mesmes, qe coe grant & concorde en le Bank le Roy devaunt luy facent lire, enrouler, &c.

¶ En mesmes la Manere maunde est a Lieu Tenant, le Tresorer, & as Barons del Escheker, qe coe grant & concorde facent lire e enrouler, en lescheker avantdit, &c.

Page 1_170

Ex Rot. Pat. 7 Ed. II. P. 1. m. 14. in Cedula.P170Astara [P170Astara] This follows on the Patent Roll immediately after the Article given in the Note in page 169. In the Old Printed Copies this Article is intituled Ne quis occasionetur pro reditu Petri de Gaveston. It begins Edwarde par la grace de dieu &c. as toutz ceux and ends Done a Westmonster le vii. jour de Novembre lan de nostre reigne septisme.1_171

De eodem negotio.

LE Roy, a tuz ceux, qi cestes lettres verront, ou orront Salutz. Sachetz, qen nostre parlement, commence a Westmoistier le dimeynche proschein apres la feste de Seint Matheu le Apostle, en lan de nostre regne septisme, par certeines & covenables enchesons, purveu est & grante par nous, & par […] Ercevesqes, Evesqes, Abbes, Priours, Contes & Barons, & tote la communalte de nostre roiaume, illoeqes a nostre maundement, uniement assentuz & acorde; qe nul de quel estat, ou condicion qil soit, en nul temps avenir, soit chalange, pris, ne en prisonetz, empeschez, molestez, ne grevez, nen jugement menez, par nous, ne par autre a nostre suite, ne a suite dautri, qi qil soit, en nostre Court ne nulle part aillors, par encheson du revenir de monseignour Piers de Gavaston en Engleterre, ne de eide, meintenaunce, aerdaunce, ne de conseil, ne de recette de li, ne dalliaunce fait a li, ou por li, par escrit ou autrement, ne par encheson de demorer en sa compaignie, ne en service, en nul temps passe cea en arrieres. E volons qe ce grant & acord soit ferm & estable en touz sez pointz, & chescun de eux soit tenu & garde a perpetuite. En tesmoignaunce, &c. Donez ut supra.

Statutum sup' Aportam'to Armor'.P170Astarb [P170Astarb] This Title is in the Margin of the Roll. In the Old Printed Copies this is intituled Statutum de Defensione portandi Arma; and is ascribed to the Seventh Year of King Edward I. The English Title is from the Old Translations.1_171

A STATUTE FORBIDDING BEARING OF ARMOUR

Ex Rot. Pat. 7 Ed. II. P. 1. m. 14. in Cedula.

LE Roy, au Lieutenant, le Tresorier, & as Barons del Eschekier, Salutz. Come nadguaires devant certeines persones deputees a treter sur ascun debatz, euz, entre nous & ascun de grantz de nostre Roiaume, entre autres choses feust acordez, qe en nostre prochein parlement apres, porveaunce se feist par nous & le commun assentement des Prelatz, Contes, & Barons, qe en touz parlementz, tretementz, & autres assembletz, qi se ferront en roiaume Dengleterre a tuz jours, qe home veigne santz tote force & saunz armes, bien & peisiblement al honur de nous, & a la pays de nous & de nostre roiaume; et ja en nostre procheinP170A1 [P170A1] om  Old Printed Copies1_171 parlement a Westmonster apres le ditz tretiz, les Prelatz, Contes, Barons, & la Communalte de nostre Roiaume illoeqes assemblez, eu avisement de ceste bosoigne, nous aient dit qe a nous apent, & devons par nostre roiale Seignurie, defendre portementP170A2 [P170A2] fortement Old Printed Copies.1_171 darmes, & tote autre force contre nostre pais, a totes les foiz qe nous plerra, & punir ceux qi contre vendront, selonc les leys & les usages de nostre roiaume; E qe a ce sont il tenuz de nous aider comme leur bon Seignour, totes les foiz qe mester serra; Vous mandons qe cestes choses facetz lire devant vous en le dit Eschekier, & illoeqes enrouler. Donez a Westmonster le xxx. jour Doctobre.

¶ Et maunde est a Sire Rogier le Brabanzon & ses compaignons, Justices a les pletz le Roy devant lui tenir assignetz, qe cestes choses facent lire devant eux, & illoqes enrouler.

¶ Et maunde est as Justices du Bank, qe cestes choses facent lire devant eux, en dit Bank, & illoeqes enrouler.

Page 1_171

Anno 9o EDWARDI II. A.D.1315-16.

Page 1_174

Statutum Lincoln', de Vicecomitibus.

THE STATUTE OF SHERIFFS.P174Astar [P174Astar] These Titles are from the Printed Copies and Translations: No Title appears on the Roll.1_175

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 32.

POR ce qe nostre Seignour le Roi Edward, fiz le Roi Edward, a son parlement a Nicole, a la quinzeme de la Seint Hiller, lan de son regne neuf, par demonstraunce des Prelatz. Contes, Barons, & autres grantz du Roiaume, somuns a cel parlement, & par grevouses pleintes del poeple, entendi grantz damages estre faitz a lui, & trop griefs oppressions & desheritaunces a son poeple, pur la reson qe meins suffisantz Viscontes & Gardeins des Hundredz ont este avant ces houres, & uncore sont en dit Roiaume; nostre seignur le Roi, voillant escheure teux maux oppressions & desheritances, del assent des Prelatz, Contes, Barons, & les grantz avantditz, en son dit parlement, purvit & establi qe Viscontes desoremes soient mis par le Chancellier. le Tresorier, & les Barons del lescheqer, & par les Justices; & en absence del Chaunceller par le Tresorer, Barons, & Justices; & qe nul ne soit visconte sil neit terre suffisaument, en meisme le Contee ou il serra Visconte, por respondre au Roi & au poeple; et qe nul qi soit seneschal ou Baillif de grant seignur seit fait Visconte, sil ne oste de autre servise, Mes tiel le seit qe de tut puise entendre al office de visconte faire, par le Roi & par le poeple; & qe Chaunceller, Tresorer, Barons, & Justices facent & mettent en la manere avantdite, sanz autre regard aver.

Page 1_175

En meisme la manere est accorde & establi, qe les Hundredz le quel qil soient au Roi ou as autres, soient gardez par gentz covenables eantz terre suffisaument en meisme le Hundred, ou en le Countee ou le Hundred serra: et si ascuns Viscountes ou Hundreders soient a ceo meins suffisantz, soient tantost remuetz, & autres covenables mis en la forme avantdite; & qe les hundredz soient lessez & bailletz a tieux gentz a renable foer,P175A1 [P175A1] ferme Old Printed Copies.1_177 issint qil ne coveigne pas qil facent extorsion sur le poeple, par trop utrageouse ferme; & qe nul Visconte, ne Hundredor, ne baille a autre son office a garder a ferme, ne en autre manere; & qe les execucions des briefs, qi vendroint as viscontes, soient faites par les hundredors conus & juretz en plein Contee, & nemie par autres, sil ne soit en grant defaute ou notoire destorbance des hundreders; & adonqes soient faites par autres covenables, & juretz; issint qe le poeple puisse saver a qi seure tieles execucions; save tuzjours retorn des brefs a ceus qe les ont, & aver deivent.

Rex Vicecomiti Eboraci salutem. Mittimus tibi quoddam statutum in parliamento nostro apud Lincoln' editum de forma constituendi Vicecomites & Ballivos Hundredorum, & de aliis articulis in eodem statuto contentis, sigillo nostro consignatum, precipientes quod statutum illud in pleno Comitatu tuo legi, publicari, & in omnibus articulis suis, quantum ad te pertinet, firmiter & inviolabiliter facias observari. T. R. apud Lincoln' xx. die Febrarii anno &c. nono.

Consimiles littere diriguntur singulis Vicecomitibus per Angliam.

Et fait a remembrer qe meisme lestatut fu seale souz le grant seal & maunde as Tresorer & Barons del Eschekier, & auxint as Justices de lun Bank & de lautre, de fermement garder en tuz ses pointz.

Page 1_177

Anno 12o EDWARDI II. A.D.1318.

Statutum Eborac'.

THE STATUTE OF YORK.P177Astar [P177Astar] These Titles are from the Printed Copies and Translations. No Title appears on the Roll.1_178

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 32.

PUR ceo qe plusurs gentz du Roialme Dengleterre, & de la terre Dirlaunde, unt einz ces houres soventefeth soffert meschefs & desheritesons, par encheson de ceo qe en ascun cas ou defaute de lei fust, remedie ne fust ordene; & aussint pur ceo qe ascuns pointz des estatutz avant faitz avoient mestier desclarsissement: Nostre Seignour le Roi Edward, fiz au Roi Edward, desiraunt plenere dreit estre faite a son poeple, a son parlement a Everewyk, as tres simoignes de seint Michel, lan de son regne duszisme, par assent des Prelatz, Countes, Barons, & la comunaute de son reaume illoeqes assemblez, fist les establissementz, & les estatutz qe sensuent, les queus il veut qe en le dit roialme & en la dite terre soient fermement tenutz.

1

En primes pur diverses meschefs, qe unt estez de ceo qe les tenantz en assises de novele disseisine ne poeint avant ces houres fere attorne; Accorde est qe les tenantz en brefs de novele disseisine desore puissent fere attornez. Et nentent mie le Roi pur tant qe les tenantz & les defendantz, en assises de novele disseisine, ne puissent pleder par baillif com avant soleient, sil voillent.

2

Et ensement acorde est, qe qant Chartre, quite clamaunce, aquitance, ou autre escrit, seit dedit en la Court le Roi, en queus soient tesmoignes nomez, seit proces fait de fere venir les tesmoignes, com avant ad este usee: issint qe sil ne veignent a la grant destresce sur eus retornee, ou qe retorne seit qil ne unt rien, ou ne sont trovez, q'adonk ne seit lessee la prise de lenqueste par absence de tieux tesmoignes. Et si les tesmoignes veignent par la grant destresce, & lenqueste par ascune encheson remaigne a prendre, seit mesme le jour done a ceus tesmoignes qi issint vendront, qest done a lenqueste prendre; A queux jour si tieux tesmoignes ne veignent, soient lour issues sur eux primes retornetz forfeetz, & la prise de lenqueste ne remaigne par lour absence. Et par absence des tesmoignes, qe sont des franchises, ou brief le Roi original ne court mie, ne seit la prise de tiele enqueste lesse.

Et com il seit contenu en lestatut fait a Westmonster, le secund jour Daverill lan du regne Edward pere nostre Seignour le Roi qore est vint septime, qe les enquestes, & les reconisaunces, devant Justices de lun Bank & de lautre ajugez, fuissent prises devant ascun des Justices des places, associe a li un Chivaler du Counte ou les enquestes serreient a prendre, si les enquestes ne fuissent de grant examinement; & q'en tieles enquestes prendre fust fait sicom les Justices verroient qe fust a fere, au profit du Roialme; Le quel estatut ad bosoigne destre meuz declare: Acorde est qe les enquestes & Juretz, qi sont & serront a prendre en pleez de terre, qe ne sont mie de grant examinement, soient prises en pays devant une Justice de la place ou le ple est, associe a li un prodhome du pays, Chevaler ou autre, Issint qe certein jour seit done en Bank, & certein jour & leu, en pays, en presence des parties, si demaundaunt le prie.

Page 1_178

Et ausi les enquestes & Jurez en plai de terre, qe demaundent grant examinement, soient prises en pays, en la fourme susdite, devant deus Justices du Bank: et eyt la Justice ou les Justices poer a recorder nonsutes & defautes en pays, as jours & lieus qi serront assignez, com desus est dit. Et ceo qil averont fait, en les choses susdites, seit reporte en Bank a jour done, & illoeqes enroule, & de ceo jugement rendu. Et nentent mie le Roi qe les dites enquestes & Jurez ne pussent estre prises en Bank, si eles veignent, ne qe cest estatut sestent a grant assises. Et ausi une Justice del un Bank & de lautre, associe a lui un prodhome du pays, Chevaler ou autre, a la requeste du pleintif, preigne les enquestes des pledz, pledez & a pleder, qi sont meuez par attachementz & destresces, Et eyt poer de recorder les nonsutes, com desus est dist, & prendre les enquestes par defautes illoeqes faites. Et qant a les assises de darrein presentement, & les enquestes sur bref de Quare impedit prendre, seit fait com il est contenutz en le secund estatut de Westmonster; Et eyt la Justice poer de recorder nonsutes, & defautes en pays, & sur ceo jugement doner, com en Bank, & seit reporte en Bank ceo q'il avera fait, & illoeqes seit en roule. Et si issint aveigne qe les Justices ou la Justice qi serront ou serra assigne de prendre tieles enquestes en pays, ne veignent pas, ou ne veigne en pays au jour assigne, jadumeyns les parties & les gentz del enqueste gardent lour jour en Bank.

5

Et pur ceo qe sovenere pleinte ad este faite, en la Court le Roi, qe les retorns, qe Baillifs des Fraunchises, qi unt pleyn retorn des Briefs le Roi, unt liverez as viscontes, apres unt este chaungez, & en autre manere retornez en la Court le Roi, a grant damage des ascuns des parties, & en delayance de droiture; Acorde est qe des retorns, qi desore se ferront as viscontes par baillifs des tieles fraunchises, seit faite endenture plenere, entre le Baillif de la fraunchise, nome par son propre noun, & le viscounte nome par son propre noun. Et si nul viscounte chaunge retorn issint livere a li par endenture, & de ceo seit atteint a la suite le Seignour de la fraunchise dont il avera tiel retorn resceu, si le Seignour avera damage encoru ou sa fraunchise seit enblemie, & ala sute de la partie qi avera damage encorue par cel encheson, seit puni de vers le Roi com de faus retorn, & rende au Seignour & a la partie damage a double. Aussint est acorde qe desore Viscontes & autres Baillifs qi resceivent brefs le Roi, retornables en sa court, mettent leur propres nouns ove leur retorns, issint qe Court puisse savoir a qi prendre des tieux retorns si mestier seit; et si nul visconte, ou autre baillif, en ses retorns entrelesse son noun, seit grevement amercie al oeps le Roi.

6

Ensement por comun profit du poeple acorde est qe nul ministre, en Cite ne en Burgh', qi par reson de son office deit garder assise des vins & des vitailles, tant com il serra entendaunt a tiel office, ne marchaunde des vins ne des vitalles, en gros ne a retail. Et si nul face, & de ceo seit atteint, la marchaundie dount il serra ateint seit forfaite au Roi, & la terce partie seit livere, com de doun le Roi, a celi a qi sute le trespassour serra issint ateint. Et en tieu cas seit resceu celi qi vodra sure por tieu chose ateindre: Et Chaunceller, Tresorer, Barons del Escheker, Justices del un Bank & de lautre, & Justices assignetz as assises prendre, resceivent tieux pleintes, par brief & sans bref, & les terminent, & parfacent totes les choses contenues en cest article, en la fourme avantdite. Et jadumeyns put le Roi assigner ses Justices a ceste chose parfere en Cites & en Burghs, qant & la ou il plerra.

Page 1_179

Rex dilectis & fidelibus suis Henrico le Scrop', & sociis suis, Justiciis nostris ad placita coram nobis tenenda assignatis, Salutem. Quedam statuta per nos, in presenti parliamento nostro apud Eboracum convocato, de assensu Prelatorum, Comitum, Baronum, & tocius communitatis regni nostri ibidem existencium, ad communem utilitatem populi ejusdem regni edita, vobis mittimus sub sigillo nostro consignata; Mandantes quatenus statuta illa coram vobis publicari, & ea in omnibus & singulis suis articulis, quantum ad vos pertinet firmiter teneri, facias. T. Rex apud Eboracum primo die Decembris. per ipsum Regem.

Le Roi au Viscounte deverwyk, saluz. Come nadgeres, entre autre estatutz faitz a nostre drein parlement a Everwyk, feussent accordeez & faitz les establissementz qi sensuent; Por ceo qe sovenere pleinte ad este faite en la Court le Roi &c. ut supra usque in finem; Vous comandons qe les ditz pointz, ensi establiz, facetz publier, en vostre plein Countee e en Cites e en Burghs, & aillors en vostre baillie, ou vous verretz qil soit afaire, & les teignetz & gardez tantqe come a vous apent, sur les peines susecrites. Donez a Everwyk le oytisme jour de Janevoir.

Eodem modo mandatum est singulis Vicecomitibus per Angliam.

Dicta statuta postmodum missa fuerunt in Hiberniam, ut in brevi subscripto continetur; et lib'ata fuerunt Godefrido filio Rogeri, una cum dicto brevi deferend'.

Rex Cancellario suo Hibernie, salutem. Quedam statuta per nos in parliamento nostro nuper apud Eboracum convocato, de assensu prelatorum, Comitum, Baronum, & tocius Communitatis regni nostri, ibidem existencium, ad communem utilitatem populi ejusdem regni, ac terre nostre Hibernie edita, vobis sub sigillo nostro mittimus consignata, mandantes quod statuta illa in dicta Cancellaria nostra custodiri, ac in rotulis ejusdem Cancellarie irrotulari, & sub sigillo nostro quo utimur in Hibernia in forma patenti exemplificari, & ad singulas placeas nostras in terra predicta, & singulos Comitatus ejusdem terre, mitti fac', per brevia nostra sub dicto sigillo; ministris nostris placearum illarum, & vicecomitibus dictorum Comitatuum, mandantes quod statuta illa coram ipsis publicari, & ea in omnibus & singulis suis articulis, quantum ad eorum singulos pertinet, firmiter faciant observari. T. Rege apud Clarindon x. die Septembris anno &c. quartodecimo. per ipsum Regem.

P179Aa [P179Aa] This Writ is also entered in the Red Book of the Exchequer at Dublin, fo. 33, preceded by a Memorandum, and followed by the Statute of Sheriffs, 9 Edw. II. and the Statute of York, 12 Edward II. in the following Form:

Memorandum quod quarto die Maii, anno regni Regis Edwardi filii R. E. decimo septimo, dominus […] mandavit Cancellario suo Hibernie, quedam Statuta apud Lincoln' & Eboracum edita, & ea in eadem publicari & observari precepit, per breve quod sequitur in hec verba. Edwardus Dei gratia Rex Anglie, Dominus Hibernie, & Dux Aquitanie Cancellario suo Hibernie [&c. In the Words of the last Writ on the Tower Roll.] T. me ipso apud Notingham xx die Novembris, anno regni. nostri. decimo septimo. per ipsum Regem & Consilium.

Then follows an Entry of the said Two Statutes at length.
1_180Rex Cancellario suo Hibernie, salutem. Quedam statuta per nos de assensu Prelatorum Comitum, Baronum, & Communitatis regni nostri nuper apud Lincoln', & quedam alia statuta postmod' apud Eboracum, facta, que in dicta terra nostra Hibernie, ad communem utilitatem populi nostri ejusdem terre observari volumus, vobis mittimus sub sigillo nostro; mandantes quod statuta illa in dicta Cancellaria nostra custodiri, ac in rotulis ejusdem Cancellarie irrotulari, & sub sigillo nostro quo utimur in Hibernia in forma patenti exemplificari, & ad singulas placeas nostras in terra predicta, & singulos Comitatus ejusdem terre, mitti fac' per brevia nostra sub dicto sigillo; Ministris nostris placearum illarum, & vicecomitibus dictorum Com' mandantes quod statuta illa coram ipsis publicari, & ea in omnibus & singulis suis articulis, quantum ad eorum singulos pertinet, firmiter fac' observari. T. Rege apud Notyngh' xx. die Novembris. per ipsum Regem.

Page 1_180

Anno 14o EDWARDI II. A.D.1320.

Statutum Westm' iiij.

THE STATUTE OF WESTMINSTER; THE FOURTH.P180Astar [P180Astar] In the Printed Copies this Statute is variously intituled; Statutum Westmonasterii. iiij. de Vicecomitibus & aliis de viridi cera. Statutum Westm. 4. de Attinctis. A Statute for Sheriffs and Green Wax. A Statute of Attaints and Green Wax. A Statute concerning Jurors.1_181

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 33. d.

PORCEO qe entre autres oppressions & grevaunces, qe le poeple ad sentu par Viscontes & autres Ministres, countre fourme des statutz, & autres remedies de ceo purveus, il se sent mult greve, de ceo qe ascuns Viscountes, & autres Ministres, ne aquitent mie, al Escheker nostre Seignour le Roi, ceux des queux il ount leve deners al oeps le Roi par somons del Escheker, & dount il ount fait taille al dettour ou autre acquitaunce; Et de ceo qe en jurez de vint & quatre le proces ad este long; sicome monstre fust a nostre Seignoure le Roi Edward, fiz le Roi Edward, a son parlement a Westmonster as utaves de la Seint Michel, lan de son regne quatorzisme, par pleinte de la Commune de son roialme: nostre Seignour le Roi, desiraunt porveer & mettre remedie au profist de son poeple, par assent des Prelatz, Countes, & Barouns, & tote la Commune de son Roialme, en dit parlement, fist & establist les estatutz qi sensuent.

1

Adeprimes, des Visconts & autres Ministres qi ount leve la dette le Roi, & fount taille ou autre aquitaunce au dettour, & ne laquitent pas al Escheker, & de ceo sont empledez al Escheker, & par favour sount mys as petites issues, queux il voillent plus voillentiers perdre qe venir a respons, & issint sont les pleintifs totes voyes chargez, a mult grant damage & oppression de eux; Ordene est et establi, qe Visconte ou autre Ministre, quant il est de ceo enplede al Escheker, & soit si avaunt ale en le ple qe la grant destresce soit retorne sur lui, & il ne veigne pas a respons, adonqes isse autre brief de destresce, retornable a certein jour, en queu brief soit maunde qe proclamacion soit faite en plein Countee, qe le defendaunt veigne a teu jour, & aquite le dettour de la summe dount il fist taille, ou aquitaunce; a queu jour si le defendaunt ne veigne pas, & bref soit retorne & proclamacion tesmoigne, soit tenu par convict, & la dette leve de lui, auxi come dette recoveri en la Court le Roi, & damages agardez au pleintif, solom descrecion des Barons. Et doit cest estatut estendre auxi bien a ceux qi ount estez Viscountes, & autres Ministres, tut lessen til lour baillies, come a Viscontes & autres Ministres, taunt come il tenent lour baillies. Et nest mie lentencion de nostre Seignour le Roi, ne de son counseil, qe par cest estatut, seit nul homme forclos, qil ne se puisse pleindre sur Viscounte, & autre Ministre, quant il serra trove al Escheker; & qil respoignent illoeqes, auxi come ad este use renablement devant ceo temps.

Page 1_181

2

Des proces escourcer en jurez de vint & quatre; pur ceo qe par la ley cea enarere use, Justices nalerent point as teles jurez prendre, avant ceo qe touz les primers jurours, qi furent en vie, eussent apparu devant eux en Court, et tieux jurours, dotauntz estre ateintz, voleient miels perdre lour issues qe apparer en Court, pur quei les pleintifs furent trop delaiez, & faux serement rerement puny; Ordene est et establi, qe si les primers jurours, qi serront en vie, ne apiergent pas en Court, devant les Justices qi serront assignez as tieux jurez prendre, a la primere grant destresce sur eux ret'rne, ou qe ret'rne soit qil ne ount rien pur quei il pussent estre destreint, qe adonqes par lour absence ne soit pas delaie la prise de la jure; Sauvee & gardee, en totes autres choses, le proces en tieles jurez use cea en arere.

Rex dilectis & fidelibus suis Henrico le Scrop' & sociis suis, Justiciis nostris ad placita coram nobis tenend' assignatis, Salutem. Quedam Statuta, per nos in parliamento nostro apud Westmonasterium in octabis Sancti Michaelis proximo preteritis convocato, de assensu prelatorum, Comitum, Baronum, & tocius Communitatis regni nostri ibidem existencium, ad communem utilitatem populi ejusdem regni edita, vobis mittimus sub sigillo nostro consignata; Mandantes quatenus statuta illa coram vobis publicari, & ea in omnibus & singulis suis articulis, quantum ad vos pertinet, firmiter teneri fac'. T. R. apud Westmonasterium iiij. die Junii.

Eodem modo mandatum est subscriptis videlicet;

Justiciis de Banco.

Thesaurario & Baronibus de Scaccario.

Anno 15o EDWARDI II. A.D. 1321 & 1322.

Exilium Hugonis le Despens' patris et filii.P181Astar [P181Astar] This Award of Exile was first printed in Secunda Pars Veterum Statutorum 1532: It is inserted in MS. Cott. Claud. D. II, and in many other Manuscript Collections of Statutes: It is now printed from a Schedule annexed to the Close Roll of this Year, intituled in the Margin Revocacio & adnullacio processus contra Hugonem le Despenser seniorem & Hugonem le Despenser juniorem h'iti. The Injuries done to the Despensers, are there detailed; this Award of Exile is recited at length, as made in the Parliament summoned at Westminster in three Weeks after the Nativity of Saint John the Baptist, in the beginning of the Fifteenth Year of this Reign; the Errors in the said Award are alleged, and the Award is declared to be annulled by the King with the Assent of Parliament. This Judgement in Parliament is noticed in the Statute for revoking the Pardon granted to the Pursuers of the Dispensers, printed in page 185, &c. from the Statute Roll.1_182

THE EXILE OF HUGH LE DESPENSER FATHER AND SON.

Ex Rot. Claus. 15 Ed. II. m. 14, in Cedula.

AL Honur de Dieu & de Seinte Esglise & de nostre Seignour le Roi, & au profit de lui & de son roialme, e a pees & quiete meintenir en son poeple, & par meintienement del estat de la corone, lui mustrent prelatz, Countes, Barouns, & les autres piers de la terre, & Commune du Roialme, countre Sir Hugh le Despenser le fitz & Sir Hugh le Despenser le piere; qe come le dit Sir Hugh le fitz, a parlement a Everwyk, fust nome e assentu destre en loffice de Chaumberleyn nostre Seignour le Roi, de servir en cel office come affereit; a queu parlement fust auxint assentu qe certeins prelatz, e autres grauntz du Roialme, demurreient pres du Roi par sesouns del an par mieux conseiller nostre Seignour le Roi, santz queux nul grosse bosoigne ne se deveroit faire, le dit Sir Hugh le fitz, attret a lui Sir Hugh son pere, qe ne fust nient assentu ne acorde en parlement a demurer ensi pres du Roi, e entre eux deux acrochaunt a eux real poer sur

Page 1_182

le Roi, ses Ministres, & le guiement de son Roialme, a deshonur du Roi, enblemissement de la corone & destruccion du roialme, des grantz & du poeple, & fesoient les malveistees southescrites, en cumpassaunt de esloigner le quoer nostre Seignour le Roi des piers de la terre, par avoir entre eux deux soul governement du Roialme.

En primes qe Sir Hugh le Despenser le fitz fust corouce devers le Roi, & sur ceo curouce fist une bille, sur la quele bille il voleit aver en alliaunce de seignour Johan Giffard de Brymmesfeld & Sir Richard de Gray & dautres, de aver mene le Roi par asparte a faire sa volunte, issi qe en lui ne remist mie qil ne le eust fait. La tenur de la bille sensuist southescrit. Homage & serment de ligeaunce est plus par resoun de la Corone qe par resoun de la persone le Roi, & plus se lye a la Corone qe a la persone; & ceo piert qe avant qe lestat de la corone soit descendu, nule ligeaunce est a la persone regardaunte; dount si le Roi par cas ne se meigne par resoun, en dreit de la Corone, les liges sont liez par serment fait a la Corone de remenir le Roi & lestat de la Corone par reson, & autrement ne serroit point le serment tenuz. Ore fait a demaunder coment lem deit mener le Roi, ou par sute de lei, ou par asparte; par sute de ley ne lui poet homme pas redrescer, car il naveroit pas Juges, si ceo ne soit depar le Roi, en quieu cas si la volentie le Roi ne soit acordaunte a resoun, si naveroit il forsqe errour meintenu & conferme; dount il covient par le serment sauver, qe quant le Roi ne voet chose redrescer, ne oster qest par le commun poeple malveise & damagouse & par la Corone, ajuger est qe la chose soit oste par asprete, qil est lie par son serment de governer le poeple & ses liges, et ses liges sont lyes de governer en eide de lui & en defaute de lui.

Et ausint par lour covine & malveistees menerent & mal conseilleront nostre Seignour le Roi, siqe sa presence, quele il doit de son dever monstrer a les grantz e a son poeple, e a les graces e droit qi eux lui requerreient respoundre, ne le fist point forsqe a la volunte e a la taille les ditz Sir Hugh & Sir Hugh; en ostaunt le Roi de seon dever contre son serment, & les quoers des grauntz & du poeple de lour Seignour lige.

Auxint meisme ceux par lour faus covine ne soeffrirent pas les grantz du Roialme, ne les bons Conseillers le Roi, parler ne approcher au Roi par lui bien conseiller, ne le Roi parler a eux forsqe en la presence & loy les ditz Sir Hugh & Sir Hugh, ou lun de eux, & a lour volentie & solonc lour taille, & chose qil voleient; en rebotant les grantz, & les bons conseillers le Roi de leur bone volente vers lour Seignour Lige, & acrochaunt a eux real poer mestrie & sovereinete sur la persone le Roi, a grant deshonur & peril du Roi, de la Corone & de son Roialme.

Aussint meismes ceux par atteindre a lour malveistes & coveteises, a desheritaunce des grantz de la terre & destruccion du poeple, osterent bons & covenables Ministres qi furent mis par assent, & mistrent autres faus & malveis de lour covin, qi ne soefrirent droit estre fait; et Viscountes, Eschetours, Conestables des Chasteux & autres en les Offices du Roi, nient covenables par le Roi ne par le Poeple; & fesoient mettre Justices nient conissantz en ley de terre, doier & terminer les choses tochauntz les grantz & le poeple du Roialme, sicome le dit Sir Hugh le pere, Sir Rauf Basset, Sir Rauf de Camoys & Sir Johan Inge, & autres lour alliez & jurez especialment; & par covine de tieux Ministres, & lour faus procurous & fautours, fausement fesoient enditer par faus jurours de lour alliaunce les piers de la terre, cest asavoir, le Counte de Hereford, monseignour Johan Giffard de Brymmesfeld & monseignour Robert de Mohaut & autres bons gentz

Page 1_183

pur coveitise daver lour terres; & issint ceo qi dust estre a la meintenaunce de la pees & des bons, & punissement des malveis, menerent a desheritaunce des grantz & destruccion du poeple.

Auxint fausement & malveisement conseillerant nostre Seignour le Roi daler as chivaux & as armes vers les parties de Gloucestre, & lui firent chivacher, & ses gentz armez en celes parties a coure sur ses bons gentz, contre la fourme de la grant chartre & lagard des piers de la terre; & issint par lour faus & malveis conseills voleient aver meu guerre en la terre, a destruction de Seinte Esglise & du poeple par lour querele propre.

Ausint la ou le Counte de Hereford & le Seignour de Wygemor par comaundement du Roi assignez daler de guerre sur Thlewelyn Bren, qe fust leve encountre le Roi en Glamorgan, tantcome les terres furent en la mein nostre Seignour le Roi par la morte le Counte de Gloucestre, le dit Thlewelyn se rendi a les ditz Seignours a la volunte le Roi en sa grace, & ceux Seignours lui promistrent bone grace, & sur tieu condicioun le receurent, & lui livererent a nostre Seignour le Roi, & nostre Seignour le Roi en tieu fourme lui receut; & puis tant come les ditz Seignours furent hors de terre, les ditz Sir Hugh le fitz & seignour Hugh le pere, qavoient acroche roial poer sicome desus est dit, pristrent le dit Thlewelyn & lui menerent a Kaerdyf, puis qe Sir Hugh le fitz fust seisi de sa purpartie illoeqes, & par lour covine emprenaunt jurisdiccion, la ou nul en ceo cas ne poeient par resoun aver, lui firent illoeqes treiner, pendre, decoller & quartroner felonousement, par chose faite en temps le Roi, & ensi purpernaunt Roial poiair & jurisdiccion qi appendeit a la Corone; en desheritaunce de la Corone, & a deshonur de nostre Seignour le Roi, & des ditz Seignour sde Hereford & de Mortimer, & en malveis ensaumple & grant peril par cas en temps avenir. Et ausint malcounseillerent nostre Seignour le Roi de prendre en sa mein les terres & les chateux seignoure Hugh Daudele le fitz, & le forjuggerent de ses terres, sauntz due proces solonc ley de terre, par covetise davoir accroche au dit Sir Hugh le Despenser le fitz celes terres; & par autres faus compassementz compassa davoir les terres monseignour Roger Damory; par aver atteint par tieux faux compassementz al entier du Countie de Gloucestre, en desheritaunce des piers de la terre.

Aussint la ou nostre Seignour le Roi par ses lettres patentes desouth son grant seal, en plein parlement a Westmonster, granta a Counte de Warrwick, qe si mort lui avensit, ses executours puissent aver ses terres tantqe lage son heir, le queu grant puis la mort le dit Counte le Roi conferma, a son parlement a Nicole, a la requeste & par assent de piers de la terre, le dit Sir Hugh le pere, par meintenaunce, abette & procurement le dit Sir Hugh son fitz, fist nostre Seignour le Roi repeler ceu fait santz enchesoun, & bailler au dit Sir Hugh le piere par son propre profit la garde de meismes ceux terres, & issint defesaunt par lour malveis conseil ceo qe le Roi lour aveit graunte en ses parlementz, par son bon conseil & par assent des piers de la terre; a deshonur du Roi, & encountre droit & resoun.

Auxint meismes ceux ne ount pas suffert nostre Seignour le Roi prendre renables fins des piers de la terre, & autres qi sount entre son fee, auxicome ad este usee eintz ces hours, mes par coveteise de atteindre a tieux terres, par poer real a eux accroche, ount fait mettre en tieux bosoignes noun dues empeschementz, surmettauntz les terres estre forfaitz, come de monseignour Johan de Moubray par les terres de Gower & des autres, a damage e deshonur nostre Seignour le Roi, & countre la lei de la terre,

Page 1_184

en desheritaunce des grantz, & des autres du Roialme, ensi fesant le Roi vier droit en parlement, en countre son serment.

Auxint par lour malveis coveitise, & par poer real a eux accroche, ne soefrerent mie nostre Seignour le Roi de oier & neP184A1 [P184A1] Interlined on the Roll.1_185 droit faire as grantz de la terre, sur la demustraunce q'il fesoient a lui, par lui & par eux, de la desheritaunce de la corone, & de eux tochaunte les terres qi furent as Templers; & issint, par poer real a eux accroche, ount il mene nostre Seignour le Roi, son counseil & ses prelates, qi des choses tochauntes eux ou lour alliez, ount empris & embrace par eux qe droit ne poeit estre fait forsqe a lour volunte, & a damage e a deshonur de nostre Seignour le Roi, e peril de son serment & desheritaunce & destruccion de plusours grantz du poeple de son Roialme. Et auxint les Eslitz as Evesches, Abbeies, Priories, qi devoient estre de droit resceu de nostre Seignour le Roi, la ou il sont en due fourme eslutz, ne poeint approcher a nostre Seignour le Roi, ne ove lui parler de quere sa grace, tantq'il avoient fait fin e frette a Sir Hugh le fitz a sa volunte; ne nul qi eust grace a quere de nostre Seignour le Roi, ne poeit a nule grace atteindre, avant qil avoit fait fin a lui. Estre ceo la ou Johan de Lachelegh & autres furent agardez a la prisone, par un trespas qil avoit fait a la Dame de Merk, a damage de la dite Dame de Mil & C. Mars, dount il furent atteintz devant monseignour Robert de Saddyngle & ses cumpaignouns Justices assignetz a oier & terminer ceu trespas, & le dit Johan fust en la prisone de Colecestre par lagarde susdit, Sir Hugh le fitz, accrochaunt a lui real poer, amena le dit Johan hors de la prisone contre, ley de terre, eintz qil avoit faite gre a lavauntdite Dame des damages avauntditz, e lui fist vendre sa terre a lui & lever sur ceo une fin. Les queux malveistes susescrites sont notoirs & verrais, sicome trove est par examinement des Countes Barons & autres piers de la terre.

Par quei nous piers de la terre, Countes & Barouns, en la presence nostre Seignour le Roi, agardoms qe Sir Hugh le Despenser le fitz & Sir Hugh le Despenser le piere soient desheriteez a toutz jours, come desheritours de la Corone, & enemis du Roi & de son poeple; & qil soient del tut exles hors du Roialme Dengleterre, sauntz retourner en nul temps, si ceo ne soit del assent nostre Seignour le Roi, & del assent des prelatz Countes & Barouns, & ceo en parlement duement somouns. Et les donoms port a Dovre & nule part aillours a voider & passer hors du Roialme Dengleterre, entre ci & la feste de la decollacion de Seint Johan le Baptistre prochein avenir, ceu jour acounte. Et si les ditz Sir Hugh & Sir Hugh demorgent en le Roialme Dengleterre, outre le dit jour qi done lour est de voider & de passer come desus est dit, ou qe apres le dit jour retournent, adonqes soit fait de eux come des enemis du Roi & du Roialme.

Page 1_185

A STATUTE REVOKING THE PARDON GRANTED TO THE PURSUERS OF THE DESPENSERS.P185A1 [P185A1] The Text of this Statute was first printed, with the Title as above, in Hawkins's Edition of the Statutes.1_186

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 32 d.

COME en le parlement nostre Seignour le Roi Edward, filz au Roi Edward, somons a Westmoster a treis semeins de la Nativite Seint Johan le Baptistre lan de son regne xvme, a la priere Humfrei de Bohun, adoncs Counte de Hereford, & des plusours autres grantz du roialme, feut assentu & acorde, qe nul de quel estat ou condicion qil fut, por alliance queu temps qe ceo estoit fait, par serment, escrit, ou en autre manere, ne por chivauche fait a banere desplie des armes le Roi, ou dautri, ne por prise, occupacion, ne detenue des Chasteux, Villes, Manoirs, terres, tenementz, biens ou chateux, prise, emprisonement, ou raunconer des gentz de la ligeaunce le Roi, ou dautres homicides, roberies, felonies, ou autres choses qi porreient estre notees a trespass ou felonies faites contre la pees le Roi, par les ditz grantz, lour alliez ou lour aherdantz, enpursuant & destruant Hugh le Despenser le fil & Hugh le Despenser le piere, & lour alliez & aherdantz, puis le primer jour de Marz lan de regne le dit nostre Seignour le Roi xiiijme, jesqes le xix jour Daust prochein suant, ne fut appellez, ne chalengez, pris, nemprisonez, empechez, molestez, ne grevez, ne en jugement menez, par le Roi ne par autre a la seute le Roi, ne a seute dautri, qi qil fust, en la Court le Roi, ne nule part aillours, mes qi des touz tieux trespas & felonies fuissent quites: Et puis, au dit nostre Seignour le Roi, a son parlement somons a Everwyk a tres semeins de la Pask, lan de son regne xvme susdit, monstre lui fut par Prelatz, Countes, Barons, Chivalers des Countez, & la Commun de son Roialme, illoqes assemblez par son mandement, qe le ditz estatut, ordenaunce, porveance, & acquitance estoient peccherousement & torcenousement faitz & grantez, contre reison & commune droiture, & contre le serment nostre Seignour le Roi qil fit a son coronement; et qe lassent qi eux fesoient as ditz estatut, ordenance, porveance, & acquitance, estoit fait por doute de la grante force qe les ditz Counte de Hereford & les autres grantz entrealliez sodeinement menerent au dit parlement de Westmoster, as chivaux & armes, en affrei & baissement de tut le people, & qi eux ne eussent as ditz estatut, ordenance, porveance, & acquitance assentu, en nule manere, si noun par encheson de la dite force outraiouse & noundue; par quoi y prierent nostre Seignour le Roi, qe por salut de sa alme et de lour almes, il feit venir devant lui en dit parlement, somons & tenuz a Everwyk, la tenour des dites estatut, ordenance, porveance, & acquitance, & les fait examiner, repeller, & de tut anentir. Et nostre Seignour le Roi, a lour requeste, fit venir en dit parlement devant lui la tenour des ditz estatut, ordenance, porveance, & acquitance, en les paroles qi sensuent.

P185A2 [P185A2] The Statute here recited is entered on the back of the Statute Roll, on the Membrane immediately preceding that on which this present repealing Statute is entered. It is defaced with cross Lines, and the following Memorandum is subjoined. Le dit acord e estatut est anenti e chauncele par force de un estatut qi se fit au parlement le Roi a Everwyk, a tres semaines de Pasch, lan de son regne quinzime: le quel estatut est desuth escrit.–It agrees very nearly with the Recital thereof given in this Repealing Statute. In the Printed Copies, and in MS. Cott. Claud. D. II. and many other manuscripts the Statute recited is given as a separate, preceding, Statute of this Year, intituled, Ne quis occasionetur pro Feloniis seu Transgressionibus factis in prosecutione H. le Despenser Patris & Filii.1_186 COME nadgaires plusours grantz du roialme surmeissent a Sire Hugh le Despenser le fiz, & a Sire Hugh le Despenser le piere, plusours mauveisteez par eux faites, contre lestat de nostre Seignour le Roi, & de sa corone, & a desheritance des grantz, & destruccion du poeple; et a pursuire celes mauveisteez, & atteindre

Page 1_186

par force, qi par proces de lei ne poient estre atteintz, por ceo qe les avantditz Hugh & Hugh avoient acroche a eux real poer en plusours maneres, les ditz grantz se fuissent entreallez, par sermentz, escritz, & en autre manere, saunz counge nostre Seignour le Roi; et puis enpursuant les ditz Hugh & Hugh, & lour alliez & aherdantz a eux, les ditz grantz & autres chivachassent as baneres despliez, des armes le Roi & de lour armes, & pristrent & occuperent Chasteux, Villes, Manoirs, terres, tenementz, biens, & chateux, & aussint pristrent & emprisonerent genz de la ligeance le Roi, & autres, & aucuns reindrent, & aucuns tuerent, e autres plusours choses fesoient, en destruantz les ditz Hugh & Hugh & lour alliez & autres en Engleterre, en Gales, & en la Marche, dont aucunes choses porreient estre dites trespas, & aucunes felonies; et les ditz Hugh & Hugh en le parlement nostre Seignour le Roi, somons a Westmoster a treis semeins apres la feste de la Nativite Seint Johan le Baptistre, lan de son regne xvme, por les dites mauveistees fuissent forjugez & exilez du roialme, par agard des […] P186A1 [P186A1] An Erasure, on which tuz appears to have been written.–The cancelled Act, preceding, reads des pieres.1_187 pieres de la terre; et les susditz grantz, en dit parlement, monstrassent a nostre Seignour le Roi qe les choses faites en la purseute des ditz Hugh & Hugh, par tiele cause de necessite, ne devoient estre adrescees ne punitz par reddour de lei, ne ne poient saunz faire trope grant troble, ou par cas, qi pis serroit, guerre en la terre; & priassent a nostre Seignour le Roi qe de touz alliances, trespas, & felonies, fuissent quites a touz jours: Por bien de pees, & par guerre eschuire, & por ires & rancours assuager, & por unite faire en la terre, & qe nostre Seignour le Roi peusse le plus entierement aver les quers & les voluntees dez grantz, & de son poeple, por ses terres meintenir & defendre, & ses enmis guerroier & grever; Acorde est & assentu, en dit parlement, par nostre Seignour le Roi, & par Prelatz, Countes, Barons, & la Commune du roialme illoqes a mandement le Roi assemblez, qe nul de quel estat ou condicion qe soit, par alliance queu temps qe ceo soit fait, par serment, escrit, ou en autre manere, ne par chivache fait a banere desplie, des armes le Roi ou dautre, ne par prise, occupacion, ou detenue, des Chasteux, Villes, Manoirs, terres, tenementz, biens ou chateux, prise, emprisonement, ou raunceoner des gentz de la ligeance le Roi, ou dautres homicides, roberies, felonies, ou autres choses qi porront estre notees a trespas ou a felonies, faites contre la pees le Roi, par les ditz granz, lour alliez, ou lour aherdantz, en la pursuite avantdite, puis le primer jour de Marz darrein passe, jesqes au Meskerdy prochein apres la feste del Assumpcion nostre Dame, cest asavoir le xix jour D' aust prochein suant, soit appellez ne chalengez, pris nemprisonez, empechez, molestez, ne grevez, ne en jugement menez,P186A2 [P186A2] The cancelled Act reads appelle, chalenge, &c. all in the singular.1_187 par le Roi ne par autre, a la suite le Roi, ne a la suite dautri, qi qil soit, en la court le Roi ne nule part aillours; mes qi de touz teux trespas & felonies soient quites, par cest acord & assent; sauve touz jours, a touz forpris les ditz Hugh & Hugh, accion & reson daver & recoverir lour Chasteux, Villes, Manoirs, terres, Tenementz, gardes & mariages, solonc les leis & les usages cea enarere usees, saunz punissement devers le Roi, ou damage recoverir devers parties du temps avantdit. Et aussint est acorde & assentu, qe les ditz grantz, sil voillent, por eux, & por touz autres queux eux, en le serment de lur feaute faite au Roi, vodront tesmoigner, entre cy & la feste Seint Michel prochein avenir, par lour lettres patentes au Roi ou a son Chanceller, qil furent de lour aherdance & lour compaignie en la

Page 1_187

dite pursuite, eient chartres severales desouth le grant seal le Roi, en la fourme susdite, des choses susdites.P187Ab [P187Ab] For Entries of Grants of several such Charters to Humphry de Bohun Earl of Hereford, and to many others, under this Provision, See Rot. Pat. 15 Ed. II. P. 1. m. 17, 18. All these Entries are defaced with cross lines, and the following Memorandum is subjoined:–Totes les lettres daquitance susescrites sont anentes e chauncelees par force de un estatut qi se fit au parlement le Roi a Everwyk a tres sameines de Pasche, lan de son regne quinzime; le quel estatut est enroulle en le roulle destatutz en le mois de Maii lan qinzime avantdit.
The following is the Form of the First Charter entered on the Roll. In the Printed Copies, and in MS. Cott. Claud. D. II. and many other Manuscripts, a similar Form is inserted, immediately after the Act recited in the Text, as a separate Instrument, with the Title Forma Cartarum prosequentibus Hugonem le Despenser patrem & filium concessarum, and beginning Edwarde par la grace de Dieu Roi Dengliterre, Seignour Dirlande, et duc Daquitaine a touz ses bailliefes, &c.

Le Roi a touz ses Baillifs & foiaux as queux cestes presentes lettres vendront saluz. Sachiez qe come en cel present nostre parlement tenu a Westmonster as trois semeins de la Nativite Seint Johan le Baptistre prochein passe, par nous & par Prelatz Countes Barons & la commune de nostre Roiaume, illoeqes a nostre maundement assemblez, acorde soit & assentu qe nul de quel estat ou condicion qil soit par alliaunce queu temps qe ceo soit faite par serment, escrit, ou en autre manere, ne par chevauchee faite a banere desplie de noz armes ou dautre, ne par prise, occupacion, ou detenue des Chasteux, Villes, manoirs, terres, tenementz, biens, ou chateux, prise, emprisonement ou raunzoner des gentz de nostre ligeance, ou dautres homicides, roberies, felonies, ou autres choses, qi purront estre notez a trespas, ou a felonies faites contre nostre pees par plusours grantz de nostre Roiaume lour alliez & lour aerdantz, en une purseute qe nadgaires fesoient par certeines enchesons contre Sire Hugh le Despenser le fiuz & Sire Hugh le Despenser le piere, puis le primer jour de Marz darreyn passe jesqes au Mesqerdi proschein apres la feste del Assumpcion nostre dame, cest asaver le xix jour Daugst proschein suant, soit appele ne chalange, pris, nemprisone, empesche, moleste, ne greve, ne en jugement mene, par nous ne par autre a nostre sute ne a la seute dautri, qi qil soit, en nostre Court ne nule part aillours, mes qe de touz tieuz trespas & felonies soient quites par cel acord & assent; Sauve touz jours a touz, forpris les ditz Hugh & Hugh, accion & reson davoir & recoverir lour chasteux, villes, manoirs, terres, tenemenz, gardes, & mariages, solonc les leys & les usages cea enarere usees, saunz punissement devers nous ou damage recoverir devers partie du temps avantdit; sicome en les ditz acord & assent plus pleynement est contenuz: Nous voillantz meismes ceux acord & assent estre tenuz & gardez en toutes choses, Voloms qe nostre foial & loial Humfrei de Bohoun, Counte de H'ford & de Essex un des ditz grantz par alliaunce, queu temps qe ceo soit faite, par serment, escrit, ou en autre manere, ne par chose faite en la dite pursuite dedeinz le dit temps, ne soit appele, ne chalange, pris nemprisone, empesche, moleste ne greve, ne en jugement mene par nous ne par autre a nostre seute, ne a seute dautri, qi qil soit en nostre Court, ne nule part ailours contre la fourme des ditz acord & assent; Mes qe de toutz tieux trespas & felonies soit quites solonc la forme des acord & assent avantditz. En tesmoignance des queux choses nous avoms fait faire cestes noz lettres patentes. Done a Westmonster le vintisme jour Daugst. per ipsum Regem & Consilium. dupplicetur.


1_188

Les queux estatut, ordenance, porveance, & acquitance, illoqes rehercez & examinez, en presence des Prelatz, Countes, Barons, Chivalers des Counteez, & le commun du roialme, au dit parlement Deverwyk esteantz, trove fu qe ceux estatut, ordenance, porveance, & acquitance se fesoient contre reson & commune droit, & contre le serment le Roi, fait a son coronement, & contre la tenour de la grant chartre des Franchises Dengleterre, la quele est afferme par sentence de comenge, et en la quele est contenuz, qe le Roi ne viera, ne delaira, a nuly droit ne justice; et qe la dite acquitance estoit grantee plus en baudour & favour de meffesours & destourbours de la pees, & de felonies, trespas, & mauveistees faire, qe por remedie & adrescement de tort: Par quoi nostre Seignour le Roi, eant regarde as les choses susdites, & a ceo qe le dit Counte de Hereford, & les autres entrealliez, vindrent au dit parlement de Westmoster nounduement, as chivaux & as armes, & a tute lour force, de la quele il ne fu pas devant aparceu; et ensement qe la dite acquitance se fit a displeisance & grant deshonur de lui, & enblemissement de sa real dignite, & en offense dautri droit, et qil ne poeit adoncs arester la dite force, si sodeinement, par droit faire sicome a lui appendoit; qe suite dautri ne devoit il ne poeit relesser, ne pardoner, saunz tort faire; et auxi chargantz le conseil & la requeste des ditz Prelatz, Countes, Barons, Chivalers des Counteez, & la Commune du roialme, fait en cest partie, pur salut de sa alme & de lour almes, et qi bien appendoit a lui & a sa real dignite, & devoit, si grant fait torcenous & periculrous redresser duement; et ja avoit annienti & defait, par assent des Prelatz, Countes, Barons, Chivalers des Counteez, & la Commune du roialme, au dit parlement Deverwyk, le dit agard fait par les ditz Counte de Hereford, & les autres entrealliez, contre les ditz Hugh & Hugh de lour exil & desheritance, & de totes choses tochauntes le dit agard en touz pointz, par jugement rendu au dit parlement DeverwykP187Ac [P187Ac] See Rot. Claus. 15 Ed. II. m. 14. in Cedula, quoted in page 181, for the whole Process and Judgement revoking and annulling the Award of the Exile.1_188; & meismes ceux Hugh

Page 1_188

& Hugh avoit remis, & reconseile pleinement a sa foi & a sa pees, & ajuge a tiel estat qi eux avoient, e en tiel estat come eux estoient, avant le dit agard fait contre eux au dit parlement de Westmonster, en touz pointz, par causes resonables, loials, & suffisantes: Pur quoi les ditz Hugh & Hugh, lour alliez & aherdantz, & autres as queux les ditz Counte de Hereford, & les autres entrealliez, firent les dites felonies & trespas, des queux il deivent aver lour recoverir, solonc les leis & les usages du roialme, a suire vers touz qi a eux ount trespasse, come est susdit, tiele suite ne porront duement faire, si les ditz estatut, ordenance, porveance, & acquitance des felonies & trespas, ne fuissent repellez & anintiz; et ensement le dit nostre Seignour le Roi, regardant qe les ditz estatut, ordenance, porveance, & acquitance, torcenousement se fesoient par force, come est susdit, & noun pas de sa volonte, dount il fit protestacion adoncs a Westmonster en presence de aucuns Prelats, Countez, Barons, & autres grantz, qi de son gre les ditz estatut, ordenance, porveance et acquitance ne estoient grantez ne assentu: Nostre Seignour le Roi, par les causes susdites, & par toller malveis example de tieux mals du temps avenir, en son dit plein parlement a Everwyk, de son poer real, par le conseil & lassent des Prelatz, Countes, Barons, Chivalers des Countez, & le commun du roialme, illoqes assemblez par son mandement, les ditz estatut, ordenance, & porveance, & totes les acquitances a qicumqe persones faites par les ditz estatut, ordenance, & porveance, acord & assent, repele & aniniti a touz jours, come chose faite contre reson, lei, & usage de son roialme, & en prejudice de lui & de sa corone, & de sa reale dignite; et voet & commaunde, qe quant qi est contenuz en les ditz estatut, ordenance, & porveance, & quant qi est enroule en les places de sa court, de les ditz estatut, ordenance, porveance & acquitances, soit chauncelez & anintiz por touz jours: et qe chescun eit sa accion, suite, & quant qe lei lui donne, noun contreestantz les estatut, ordenance, porveance, assent, acord, & acquitances avantditz; et qe par cele estatut, ordenaunce, porveaunce, assent, acord, ou acquitance, nul ne soit covert aide ne defendu, en nul point.

Rex Justiciis suis de Banco salutem. Quedam Statutum, Ordinacionem Providentiam & Acquietanciam, nuper in parliamento nostro apud Westmonasterium, a die Nativitatis Sancti Johannis Baptiste proximo preterito in tres septimanas, convocato, ad prosecucionem Humfridi de Bohun tunc Comitis Hereford & Essex, & aliorum magnatum de regno nostro facta, in quibus secta aliorum per nos minus provide remissa fuit, et alii errores multiplices intervenerunt, in presenti parliamento nostro apud Eboracum, a die Pasche proximo preterito in tres septimanas convocato, de communi consilio Prelatorum, Comitum, Baronum, & aliorum, procerum regni nostri ibidem existencium, revocavimus & adnullavimus; easdemque revocacionem et adnullacionem vobis sub sigillo nostro duximus transmittend'; Mandantes quod eas coram vobis in Banco predicto legi, publicari, & in rotulis ejusdem Banci irrotulari ac predicta Statutum Ordinacionem Providenciam & Acquietanciam, que nuper vobis misimus sub sigillo nostro, in Banco predicto publicand', & irrotuland', cancellari & adnullari fac'. T. Rege. apud Eboracum xx. die Maii. per ipsum Regem.

Eodem modo scribitur Henrico le Scrop' & sociis suis, Justiciis Regis ad placita coram Rege tenend', assignatis. T. Rege. ut supra.

Eodem modo scribitur Thesaurario & Baronibus de Scaccario. T. Rege. ut supra.

Page 1_189

Revocatio novarum Ordinationum.

REVOCATION OF THE NEW ORDINANCES.P189Astar [P189Astar] This Statute was first printed in Hawkins's Edition of the Statutes.–For the Ordinances 5 Edw. II, which are repealed by this Statute, See ante, page 157-168 and the Notes there.1_190

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 31.

COME nostre Seignour le Roi Edward, fitz au Roi Edward, le sezime jour de Marz Lan de son reigne tiercz, al Honur de Dieu & par le bien de lui & de son roialme, eust grantez as prelatz, Countes & Barons de son roialme, queux peussent eslire certeines psones des Prelatz Countes & Barons, & des autres loiaux, queux lour semblereient suffissantz de appeller a eux, par ordener & establir lestat del Hostel nostre dit Seignour le Roi, & de son roialme, solonc droit & reson, & en tiele manere qe lour ordenances feussent faites al Honur de Dieu, & al Honur & profit de seinte eglise, & al Honur du dit Roi, & a son profit & au profit de son Poeple solonc droit & reson, & le serement qe nostre dit Seignour le Roi fist a son Corounement: Et Lercevesqe de Caunterbirs Primat de tot Engleterre, Evesqes, Countes, & Barons, a ceo eslutz, eussent fait ascunes Ordenaunces qi comencent issint: EDWARD par la grace de Dieu Roi Dengletere, Seignour Dirland, & Ducs daquitaigne, as touz ceux as queux cestes Lettres vendrount, Saluz. Sachez qe come le xvjme jour de Marz, Lan de nostre reigne tiercz, al honur de Dieu &c. & finissent issint, Donez a Loundres le quint jour doctobre Lan de nostre regne quint.

Les queles ordenances le dit nostre Seignour le Roi, a son parlement a Everwyk a treis semeignes de Paske, Lan de son regne quinzisme, par Prelatz, Countes, & Barons, entre queux furent touz le plus des ditz ordenours, qi adoncs furent en vie, & par le Commun du Roialme iloeqes par son maundement assemblez, fist rehercer & examiner: Et pur ceo qe par cel examinement trove feust en dit parlement, qe par les choses issint ordenees le poair real nostre dit Seignour le Roi feust restreynt, en plusors choses, countre devoir, en blemissement de sa seignurie reale, & encountre lestat de la Coronne; et auxi pur ce qe, en temps passe, par tieles ordenances, & purveaunces, faites par les suggetz sur le poair real des auncestres nostre Seignour le Roi, troubles & guerres sount avenuz en Roialme, par quoi la terre ad este en peril; acorde est & establi au dit parlement par nostre Seignour le Roi, & par les ditz Prelatz, Countes, & Barons, & tote la Commune du Roialme, a cel parlement assemblez, qe totes les choses par les ditz ordenours ordenees, & contenues en les dites ordenaunces, desoremes par le temps avenir cessent, & perdent noun, force, vertu, & effect a touz jours; Les estatutz & establissementz faitz duement par nostre Seignour le Roi, & ses auncestres, avaunt les dites ordenances, demorauntz en lour force: et qe desore james en nul temps, nule manere des ordenaunces, ne purveaunces faites par les Suggetz nostre Seignour le Roi, ou de ses Heirs, par quele poair ou commission qe ceo soit, sur le poair real de nostre Seignour le Roi, ou de ses Heirs, ou countre lestat nostre dit Seignour le Roi, ou de ses Heirs, ou countre lestat de la Coronne, soient nulles, & de nule manere de value ne de force; Mes les choses qi serrount a establir, par lestat de nostre Seignour le Roi, & de ses Heirs, & par lestat du roialme & du poeple, soient tretes, accordees, establies, en parlementz, par nostre Seignour le Roi, & par lassent des Prelatz, Countes & Barouns, & la communalte du roialme; auxint come ad este acustume cea enarere.

Page 1_190

Rex. Vicecomiti Eboraci, Salutem. Cum nos quasdam Ordinaciones, per quosdam Prelatos, Comites, & Barones regni nostri ad hoc electos, nuper factas, in parliamento nostre apud Eboracum, a die Pasche in tres septimanas anno regni nostri quintodecimo convocato, per prelatos, Comites, Barones, Proceres & Communitatem dicti regni ibidem existentes, recitari & examinari fecerimus; et ex certis causis, per examinacionem illam compertis, ad dictum parliamentum nostrum per nos & dictos Prelatos, Comites, Barones, Proceres & Communitatem, concordatum sit & statutum, quod omnia per predictos Ordinatores ordinata, & in ordinacionibus predictis contenta, pro tempore futuro cessent, & nomen, vim, virtutem, & effectum amittant imperpetuum; statutis & stabilimentis per nos vel progenitores nostros, ante confeccionem dictarum ordinacionum debite f'c'is in eorum robore permanentibus; prout in Statuto, in dicto parliamento nostro super permissis edito, quod tibi mittimus sub sigillo nostro in forma patenti consignatum, plenius continetur; tibi precipimus firmiter injungentes, quod Statutum illud in pleno Com' tuo legi & publicari, & omnia & singula in eo contenta, quantum ad te pertinet, fac' observari; predictis statutis & stabilimentis, antea editis, in eorum robore permanentibus, ut est dictum. T. R. apud Eboracum xix. die Maii.

per ipsum Regem.

Eodem modo scribitur singulis Vicecomitibus per Angliam.

Anno 16o EDWARDI II. A.D.1323.

Statutum de forma mittendi Extractas ad Scaccarium.

A STATUTE FOR ESTREATS OF THE EXCHEQUER.P190Astar [P190Astar] These Titles are from the Printed Copies and Translations. The Statute is entered on the Back of the Membrane which contains the first Statute of the 17th Year of King Edward II.–In MS. Harl. 5022, this Statute is attributed to the 13th Year of King Edward I. and reference is made to this Inrollment on the Back of the Statute Roll.1_191

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 30, d.

LE Roi a nos chiers clercs William de Ayremynne Gardein de Roules de nostre Chauncellerie, & a ses compaignons Gardeins de nostre grant seal, Salus. Nous vous enveoms une forme, remembre en un escrouet enclos de deins cestes, par nous & nostre conseil ordeine, selonc la quele les estretes de nostre Chauncellerie qi serrount annuelment liveres a nostre Escheker deivent desore estre faites. Et voloms, & vous chargeoms qe meisme cele forme facez entrer en vos roulles, & desoremes garder & tenir, enfesaunt les estretes avandites. A ceo vous enveoms un autre escrouet, enclois de deinz mesmes nos lettres, en la quele est contenuz coment Justices & enquerrours deivent liverer lour estretes a meisme nostre Escheker. Et vous mandoms, qe entenduz ceo qest contenuz en meismes les escrouetz, facez maunder nos brefs, as Justices et as autres, de faire ceo qe leins est contenuz en due forme. Done souz nostre prive seal a Cowyk, le ix. jour de Juyn lan de regne xvjme.

¶ Pur la desturbance qil y ad eu en ces houres sur les acomptes des Viscountes al Escheker, de ceo qe en lestrete des roulles de la Chauncellerie, qe ad este annuelment livere al Escheker, les Comptes ount este entremellez, le Roi voet qe desore lestrete soit fait en la manere qi sensuit.

Page 1_191

¶ Primerement seient entrez les fines qi plus sovenerment avenent, come par briefs avoir, & totes autres fins ou la summe en deners est expresse; & totes tieux manere de fines dun Countee, de tut lan, seient escritz par eux en un lieu, et par ordre de priorite, selonc ceo qe les fines serrount entrez en les roulles; & auxint des touz les autres Countees generalment, quantqe touche ensuit un Countee; & par plus prestement aver recours as roulles, si rien en temps avenir soit en enwer de summe ou dautre lettre trove en lestrete, soit la date de jour, quant la fine fust faite, entre en lestrete livere al Escheker.

¶ Et procheinement apres tieux fines seient entrez chartres, lettres patentes ou commissions, dunt ferme ou rente annuele est du au Roi, ou acomptes seient arendre, e ceo par comptes severalment en prest manere.

¶ Item apres ceo les homages & feautes, dount reliveez sount a demaunder, & les briefs de diem clausit extremum, & autres choses ou summe nest mie expresse, ne annuele demaunde afaire.

¶ Item en meisme lestrete seient entrez les chartres de doun, dount le Roi doit service avoir; qe la Court peusse aviserP191A1 [P191A1] avoir Old Printed Copies.1_192 avisement, quant as relefs, & le service maunder a temps.

¶ Item seient entrez en meisme lestrete les nouns de touz ceaux, qi cel an averount este assignez a chose oier, enquere, ou faire, dount fyn, amerciment, ou autre profit appendaunt au Roi, purra par cas ou devera sourdre, issi qe homme peusse saver a qi homme devera maunder, par les estretes deliverer.

¶ Et a la fine del estrete les reddisseisines, e sourcharge de pasture, come en ces houres.

¶ Pur ceo qe Justices, enquerrours, ou autres qe sount assignez a diverses bosoignes oier et deliverer en reaume, deivent annuelment deliverer al Escheker lour estretes des fines & amerciementz, faitz et taxez devant eux, & de totes autres choses de meismes les bosoignes issauntz, qi au Roi appendent, issint qil empuisse de ceo estre duement respondu: Et sovent avient qe plosours tieles estretes sount si longement detenuz, avant qeles seient liveretz au dit Escheqer, qe le Roi en ad eu de ceo, par plosours enchesons, grauntz damages; & en temps soun piere ordeine feust, entre autres choses, qe Justices & Enquerrous, qi qils feussent, & autres qi eussent estretetz a liverer al Escheker, les eussent fait liverer, de an en an, a la Seint Michel; Et Justices de Eyre meintenaunt lour estretes de meisme le Eyre, si tost come eux le eussent fini; soit desore tel ordeinement tenu, & par brief expressement maunde et les Justices de lun Baunk, & de lautre, & Gardein de la Foreste de cea Trente & de la, qe chescun de eux le face, de chose qi touche lour office.

¶ Item soit le Seneschal de Houstiel le Roi, qest ou pur temps serra, comaunde & charge depar le Roi, a deliverer annuelment au Tresorier del Escheqer, qi est ou pur temps serra, estretes distinctement & pleynement faites, des fyns, amerciementz, issues, forfaitz, & de totes maneres dautres profitz, sourdauntz al oeps le Roi, des pleez ou quereles, tenuz & oyz devant le dit Seneschal & Mareschaux du dit Houstiel. Et qe ceo soit fait deux feth en lan, a la Cluse Pasqe, & lendemeyn de Seint Michel.

¶ Item soit charge & comande le Clerk du Marchee, & des Mesures, a deliverer ses estretes de ceo qe tuche son office en la fourme desusdite.

Page 1_192

¶ Item le Gardein del aunage livre au Tresorier al Escheqer, annuelment, les estretes de son office, qi distinctement conteignent totes les defautes qil avera trove par tut en reaume, en draps countre assise, & ou, & quant, & a qi les draps sount, qil trove countre lassise, & le pris, & a qi il les avera liveree, & ou, & quant, & par quel garaunt.

¶ Item soit le Botiller le Roi, qest ou pur temps serra, charge desore qe tuz les vins qil porveera al oeps le Roi, par lui ou par ses attornez, en quel lieu qe ceo soit, qil les face porveer par vewe des bones gentz de la ville, ou la purveaunce avendra destre faite, issint tote feth qe au moyns la purveaunce soit tesmoigne par deux hommes des mieuz vauez de meisme le lieu. Et sil aveigne qe ceo soit en port, ou il ount coillours de la custume le Roi, adonqes soit par eaux tesmoigne.

¶ Et ne soit nul Custumer desore lieutenaunt le Botiller, taunt come il soit entendant a la custume garder.

¶ Et face le Botiller, qiest ou pur temps serra, par lui ou par ses lieux tenauntz, mettre en roule tutz ses achatz en ceste manere, Cest asaver; quantz de toneux, de qi ou des queux achate, & ou, & quant, & par vewe des queux.

¶ Item face enrouler les vyns des prises en meisme la manere, quant a nombre, & tesmoignaunce, & persones de queux la prise se avera faite, & ou, & quant.

¶ Et soient chargez tuz les Custumers Dengleterre, solonc ceo qi eux sount assignez a coiller la custume par certeynes boundes, qe eux annuelment certifient au Tresorier & Barons, deux feth en lan, a la quinzeine de Pasqe, & a la quinzeyne de Seint Michel, quant de niefs averount arivez deinz lour boundes, deinz les tems, chargez des vins, & dount les niefs sount, & a qi eles sount, & quaunt eles arivont, & deschargeont, & come bien eles portent &c. & come bien des niefs arrivount, dount le Roi prent prise de vyn; & com bien de toneux, & en queux niefs dount le Roi prent deux soudz pur le tonel, & ne mie autre prise, & com bien dount il prent deux soudz par le tonel, & ja le meyns autre priseP192Aa [P192Aa] The following Memorandum is entered on the back of the Statute Roll, immediately after the above Statute. It is not inserted in any Printed Collection of Statutes previous to the Edition by Hawkins.

Memorandum quod Magister Hugo de Ingolisma, clericus & nuncius domini Johannis divina providencia perp'a xxij per ipsum dominum papam in Angliam missus ad negocia sua & ecclesie romane faciendum, venit ad dominum nostrum Regem apud Kenilworth in festo Natali domini anno &c. decimo septimo cum bulla ipsius domini pape clausa, dicto domino Regi directa, super recommendacione dicti clerici & nuncii sui, ac negociorum sibi commissorum, et supplicavit dicto domino Regi ut sibi licenciam concederet negocia predicta lib'e prosequendi; et idem dominus Rex h'ita inde deliberacione petebat bullas quibus dictus Hugo uti intendebat sibi & consilio suo exhiberi, quibus eidem domino Regi & consilio suo per dictum Hugonem exhibitis ac transcriptis earundem traditis, dictus dominus Rex, pro eo quod non habuit magnum consilium suum juxta se tunc temporis, dedit prefato Hugoni diem essendi coram consilio suo apud Westmonasterium in Octabo sancti Hillarii tunc proximo future, et misit transcripta illa dicto consilio suo interim examinanda. In dictis Octabis venit dictus Hugo coram consilio dicti domini Regis apud Westmonsaterium, & examinatis prius transcriptis predictis & contentis in eisdem per idem consilium inhibitum fuit sibi districte ex parte domini Regis, ne ipse aliqua faceret, seu attemptaret, que in prejudicium dicti domini Regis, seu corone sue, aut oppressionem populi sui cedere possent; adjecto in dicta inhibicione, quod si aliqui predecessores sui in officio sibi commisso aliqua fecissent, seu excercuissent in prejudicium dicti domini Regis seu Corone sue, aut oppressionem populi, quod ex hoc non assumeret audaciam talia faciendi, quam dictus Rex voluit quod ipse talia nullatenus attemptaret; quod si forsitan secus faceret attachiaretur in Cur dicti domini Regis inde responsuri, tam ad sectam dicti domini Regis qua ad sectam alterius conquerentis, etiam si prohibicio spiritualis super sic attemptandis sibi delata non fuisset; quia dicte inhibicio & prohibicio, sic sibi facte per dictum consilium sufficiunt in permissis. Et hiis dictis prefatus Hugo dixit quod premissa sibi multum placuerint, & quod cum ipse de terra dicti nostri Regis de Ducatu Aquitanie oriundus fuisset, & alias in ducatu de consilio ipsius domini Regis extitisset, ipse non intendebat aliqua facere vel attemptare, que in prejudicium dicti domini Regis vel Corone sue cedere possunt quoquo modo.

1_193.

Page 1_193

Anno 17o EDWARDI II. A.D.1323 & 1323-4.

Ordinacio de Statu T're hib'n' f'ca.P193Astar [P193Astar] This Title is from the Margin of the Patent Roll 17 Edw. II. P. 1. m. 3. on which this Ordinance is entered. On the Statute Roll it immediately follows the last Statute of 15 Edw. II. In the Printed Copies it is attributed to the 17th Year of King Edward I1_194

ORDINANCE MADE FOR THE STATE OF THE LAND OF IRELAND.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 30.

EDWARD par la grace de Dieu Roi Dengleterre, Seignour Dirlaund, Ducs Daquitaigne, a touz ceux qi cestes presentes lettres verrount ou orrount Salutz. Sachez qe a lamendement du guyement de nostre terre Dirlaund, a plus graunt pees & tranquillite de nostre poeple en cele terre, a Notingham, as oytaves del Seint Martin Lan de nostre regne dis septisme, par assent de nostre counseil illoeqes, sont les pointz soutzescriz assentuz & acordez, a fin qe eux soient tenuz & fermement gardez en meisme la terre.

1

Primerement qe la Justice Dirlaund, ne nul autre nostre Ministre en cele terre, tancom ils sount en nos offices illoeqes, ne purchacent terre ne tenement, dedeinz les listes ou boundes de lour baillies, saunz nostre congie especiale; et si nul face le contrair, ceo qil avera purchace soit encorru & forfait a nous, & noz heirs, sauve as chiefs Seignourages de fee services dues & accustumez, de terres & tenemetz issint encorruz & forfaitz a nous.

2

Item qe nostre Justice Dirlaund, ne nul de nos autres Ministres iloeqes, par colour de lour offices, ne preignent vitailles, ne autres choses, de nuli, contre son gre, horpris en cas de necessite par le commun profit de la terre; & adunqes qe ceo ce face par lavis & lassent de plus grauntz de nostre counseil, celes parties, & par bref de nostre Chauncellerie Dirlaund, et en cas qe nous, ou noz heirs, lesP193A1 [P193A1] le Rot. Pat.1_194 commanderoms par brief de nostre Chauncellerie Dengleterre, ou par noz autres lettres.

3

Item qe nostre dite Justice, ne nul de noz autres ministres iloeqes, par colour de lour office, ne arestent nyefs, ne autres biens des estraunges, ne des privez, mes qe touz marchaunz & autres puissent carier bledz, & autres vitailles & marchandises hors de nostre terre Dirlaund, jesqes en nostre roialme Dengleterre, & en nostre terre de Gales, horpris en les cas susditz, fesauntz les custumes dues & useez; Issint totes voies qil facent covenable seurte qil ne irrount, ne ne communerent, od noz enemis Descoce ne noz autres enemisP193A2 [P193A2] Interlined on the Statute Roll.–Rot. Pat. inserts.1_194 si nul fuissent. Et si nul Justice, ou autre Ministre, face le contrair des choses susdites, & de ceo soit atteint, face gre au pleintif de ses damages a double, & jadumeyns soit grevement puni devers nous.

4

Item par le seal nostre Justice Dirlaund de chescune bille de grace, quater deniers, & par lescripture de chescune bille deux deners, desore soient pris & paiez & nient plus.

5

Item de celui qest commaunde a la prisone, par auctorite de nostre Court; quant il serra delivres, quatre deners soient pris par le fee du Mareschal, & nient plus. Et si par cas nul veigne encountre les choses susdites, & de ceo soit ateint a nostre seute ou a seute de partie, face gree a la partie & soit grevement puni devers nous.

Page 1_194

6

Item qe nul pardoun de la seute de nostre pees, pur mort de hommeP194A1 [P194A1] Interlined on the Statute Roll.–Rot. Pat. inserts.1_197 ne par autre felonie, ne tuicion par celui qi serra des tieux felonies rettes ou endite, ne soit fait, ne grauntie desore, par nostre Justice Dirlaund, ne seale de nostre seal iloeqes, santz especial commaundement de nous meismes, desouz ascuns de noz seals Dengleterre; sauve qe nostre dite Justice, & nostre Chaunceller Dirlaund, ov lavisement de nostre Counseil Dirlaund, puissent faire pardon des felonies, faites devant la date de cestes, solonc ce qe par nostre honur & profit, & pees & tranquillite de nostre poeple illoeqes veient qi fait a faire, & solonc le maundement qils enount de nous. Issint totes voies qe des felonies qi se ferount desore, nul pardoun se face, ne tuicion soit grantie, sanz especial commandement de nous meismes, si com desus est dit.

Item qe nul brief original, pledable a la commune lei, ne soit resceu par nul de noz ministres, forsqe brief seale desouz nostre graunt seal Dirlaund, ne nul proces fait par autre brief, sauve qe par nostre Seal de nostre Escheqer Dirlaund, des choses tochantz cele place, soit fait aussi come doit estre fait de reson, & solonc ceo qe cea en arere ad este acustumee. Item qe nostre Justice de la dite terre, par ses briefs ou lettres, ne targe ne ajorne assise de novele disseisine devaunt lui, forsqe en le Conte ou il serra present, & tantcome il demorra en meisme le Conte.

En tesmoignaunce de quele chose nous avoms fait faire cestes noz lettres overtes. Donez a Notingham le xxiiij. jour de Novembre, Lan de nostre regne dis septisme.

Ex Rot. Pat. 17 Ed. II. P. 1. m. 3.

D'articulis in dicta Ordinacione contentis, in terra Hibernie publicandis.

Rex. Cancellario suo Hibernie, qui pro tempore fuerit salutem. Quosdam Articulos, nos et statum terre nostre Hibernie & Ministrorum nostrorum ibidem tangentes, per nos de avisamento consilii nostri ordinatos, vob mittimus sub sigillo nostro in forma patenti; mandantes quod Articulos illos in rotulis Cancellarie nostre predicte irrotulari, & eos sub sigillo nostro Hibernie in forma patenti exemplificari, & Justicie nostro terre predicte, ac Justiciis nostris de Banco Dublin', & Thesaurario & Baronibus nostris de Scaccario Dublinie, ac aliis Ministris nostris in eadem terra, ubi expedire videritis, mitti fac'; Mandantes eisdem & ex parte nostra districcius injungentes, quod omnes & singulos articulos predictos, in placiis & ballivis suis publicari, & quantum ad ipsos pertinet observari faciant, juxta formam articulorum predictorum. Et quod predicti Justicie, Thesaurarius & Barones, articulos eosdem similiter in rotulis suis faciant irrotulari: Volumus insuper & vobis injungimus & mandamus, quod ad peticionem & prosecucionem cujuslibet, conquerentis de attemptato seu attemptatis contra articulos predictos, seu aliquem eorundem, quociens requisisti fueritis, sub sigillo nostro Hibernie predicto, tam pro nobis quam hujusmodi conquerentibus, debitum & festinum remedium fac'; Ita quod non possitis super aliquo defectu tepiditate vel negligencia reprehendi. In cujus &c. T.R. apud Notingham xxiiij. die Novembris.

Page 1_197

STATUTES OF UNCERTAIN DATE.P197Astar [P197Astar] In those Editions which continue the Statutes beyond Edward II. several Articles have been placed between the Reigns of Edward II. and Edward III. under the Head of Certain Statutes made during the Reigns of K. Henry III. K.Edward I. or K. Edward II. but uncertain when or in which of their Times. The Number and Nature of the Articles so classed vary in the several Editions. Under the present Head are now arranged all such Articles, the exact Date whereof appears uncertain, but which have been uniformly considered as made previous to Edward III. and which have been admitted either into any Edition of the Antiqua Statuta, or into any general Collection of the Statutes.1_197a

Les Estatuz del Eschekere.

THE STATUTES OF THE EXCHEQUER.P197Adagger [P197Adagger] Two separate Articles intituled Districtiones (or De Districtione) Scaccarii, and Statutum de Scaccario have most generally been attributed to the 51st Year of King Henry III; and in the modern Printed Copies have been distinguished as Statutes 4 and 5 of that Year. In Rastall's Collection, Edit. 1603, it is suggested that they were made in the Reign of Edward I. and this seems confirmed by the Reference to the Statutum de Scaccario in the Statute of 16 Ed. II. relating to the Form of sending Estreats into the Exchequer. The Various Readings marked MS. Cott. are from the Cotton MS. Claudius D. 2. fo. 224. from whence these Articles were printed by Cay.1_197a

Ex Lib. Scacc. Westm' X. fo. 28. (32.)

LE REY velt ke totes maneres de baillifs, viscontes e autre ministres, ausi ben la Justice de Cestre, come les Baillifs des YllesP197A1a [P197A1a] de illonqes Printed Copies des Isles MS. Cott.1_197a com autres, de tote maneres de recevursP197A2 [P197A2] resceites MS. Cott: Printed Copies.1_197a des issues des gardes e de eschetes de lor baillie, seient responauntz al Eschekere e yleokes rendent lor acounte au Tresorer e as Barons del Eschekere.

E tuz les viscontes fermers e baillifs de franchises e autres ke deivent venir au porofre del Eschekere, lendemain de la Seint Michel, e lendemain da la cluse Pasche por paier lor fermes, rentes, e les issues ke apendent au Rey, vengent as avauntdit termes e portant ileokes pleinement les avauntdites fermes, rentes, e issues, e les paient al Eschekere. E si nul defaut de paier pleinement ceo kil deit paier, si com est avaunt dit, son cors demeorge saun departir jekes a taunt kil eyt paie ou gre fet: E celi ke ne vendra as avauntdit termes seit amercie solum les estatutzP197A3 [P197A3] usages MS. Cott: Printed Copies.1_197a del Eschekere; E a ceus meme termes, les Viscontes e les Baillifs portent e paient les deners kil deveront au Rey,P197A4 [P197A4] om  MS. Cott; and Printed Copies1_197a kil averunt receu de la somounce del Eschekere, e des autres dettes le Rey; E de totes choses avauntdites seient prests e apparillez de fere veue daconte.

E ke tutz les Baillifs de franchises ke deivent lever les dettes le Rey, e respondre as Viscontes a lur maundement, solum les estretes de la somounce del Eschekere, vengent e respoynent soffisaument; e ceus ke ne frunt demeorgent lor cors en la garde du Visconte. E les Viscontz, par lor defaute enveient lever celes dettes par lor baillifs demeine, par la ou il porrunt, si com lem soutP197A5 [P197A5] soleit, MS. Cott.1_197a fere en tens passee. E si ceus Baillifs ne vengent de ceo a respondre, au jor ke les Viscontes lur feront asaver, les Viscontes entrent en la franchise e facent lever les dettes par meme la manere.

Endreit de la Justise de Cestre e du Baillif des yllesP197A1b [P197A1b] de illonqes Printed Copies des Isles MS. Cott.1_197a velt le Rey kil enveientP197A6 [P197A6] viegnent, MS. Cott: Printed Copies.1_197a par akun de lursP197A7 [P197A7] eux, Printed Copies.1_197a al porofre de la Seint Michel chekun an, ceo kil deveront au Rey a cel terme; E al porofre de la cluse Pasche vengent eus memes, e portent ceo kil deverunt au Rey a donke. E la Justice de Cestre eit jur dacunte de an en an a la quinzeine de Pasche. E le Bailiff des yllesP197A1c [P197A1c] de illonqes Printed Copies des Isles MS. Cott.1_197a lendemain de la cluse Pasche.

Page 1_197a

E ke tutz les viscontes de Engletere forspris les Vis contes de Wymereland, Lancastre, Wirecestre, Roteland, e Cornwaille, desoremes gardent les gardes e les eschetes ke ne sunt en fez ke apendent au Rey dedenz lur countez, e des issues leument respoinent al Eschekere as termes avaunt dites. E a lur turs kil frunt par lur countez facent le office del eschetrie une feze ou deus,P197aA1 [P197aA1] les Offices des autres choses qe les Eschetours le Roy soleient faire & qui appent al Roi un foitz ou deux par an, Old Printed Copies.1_197b au meins de grevaunce del people kil porrunt. E les Escheates ke escherrunt au Rey a demorer en fee, les Viscontes les seisent e le facent a saver au Rey, saun delay.

E ley Rey atornerat treis prodes houmes, ke irrunt par tote la terre por surveer e estendre les gardes e les eschetes avaunt dites de an en an kaunt il verrunt ke bon seit. E les viscontes par conseil de eus, approvunt ou par mettre a ferme ou en autre manere celes gardes e eschetes en la manere kil verront ke meuz seit apru.

En les cinc countez avaunt nomees velt le Rey ke le Visconte de Camberlande face le office del Escheterie en les Countees de Westmareland e de Lancastre, e cely de Northampton, eP197aA2 [P197aA2] Not', en MS. Cott. Notingham, in Printed Copies.1_197b Roteland, e celi de Gloucestre en le counte de Wyrcestre, e cely de Devens' en Cornwaille; e sauvement gardent les gardes e les eschetes au Rey en meme les Countes, e respoynent des issues al Eschekere si com il deivent fere de lur counteez. E les treis prodes homes avaunt ditz surverrunt e estenderunt celes gardes e eschetes si com aillursP197aA3 [P197aA3] &, MS. Cott.1_197b par le conseil de euz seient apruez. E kaunt les Viscontes acunterunt de lor countez, si acunterunt des gardes e des eschetes.

e par meme la manere facent la Justise de Cestre, e le Baillif des ylles,P197aA4 [P197aA4] de illonqes Printed Copies des Isles MS. Cott.1_197b checun en sa baillie.

E les treis prodes homes avaunt ditz garderunt les de menes le Rey e les aproverunt solom ceoP197aA5 [P197aA5] qils verront, MS. Cott.1_197b ke meuz seit al eos le Rey, e responderunt al Eschekere des issues. E ceus memes averunt poer de bailler petitz maners e demenes le Rey a la gent de memes les lius, u as autres solum lor descrescion, a ferme certeine de an en an par la ou il verrunt ke ceo seit le pru le Rey. E ceus fermers responderunt de lor fermes a ceus avaunt ditz principals quillursP197aA6 [P197aA6] approuers, MS. Cott: Printed Copies.1_197b e eus al Eschekere, lendemain del ascension, de an en an.

E ke les principals quillurs de la custume des leynes payent, a deus eschekeresP197aA7 [P197aA7] termes, MS. Cott: Printed Copies.1_197b avaunt ditz, tutz les deners kil averunt pris e rescutz del avaunt dite costume, e de an en an rendent acunte, apertement e destinctement, de totes les parceles rescus par tutz les portz, e par tute la terre, issi kil respoinent de checun nef ou ele serra chargee, e com ben ele portera e ke lautre aver chargeP197aA8 [P197aA8] de la leine, et dautre aver charge, MS. Cott. et a qi la leyne est, ou dautre charge, Printed Copies.1_197b en la nef de quey custume est due serraP197aA9 [P197aA9] om  MS. Cott. and Printed Copies 1_197b e de tute la receite.

E le gardein de la garderobe le Rey rende acunte, de an en an, a la Seinte Margerete al Eschekere.

E le Tresorer e les Baruns del Eschekere seient chargee par serement kil nentendent de oyr les plez, ne les quereles, de nuly, taunt com il unt a fere les bosoygnes le Rey; si ceo ne seit de querele ke touche la dette le Rey.

Page 1_197b

E kaunt un Visconte ou Baillif, eyt comencee dacunter, nul autre ne seit receu de comencer dacunter, taunt ke le primer ke fust assis eit paracunte, e ke sa soume seit resceu.

Districciones de Scaccario.

distr' scaccarij

E por ceo ke la commune du Reaume ad eu grant damage par torsenuse prises ke unt este fetes par Viscontes e par autre Baillif le ReyP197bA1 [P197bA1] par acheson de la dette le Roi, MS. Cott. pur la dette le Roy Printed Copies.1_198 ou par autre acheson; Porveu est,P197bA2 [P197bA2] & ordeygne qe quaunt Visconte ou autre home preigne les avers des autres, Old Printed Copies.1_198 ke ceus a queus les avers sunt les pusent pestre de lur, saunz desturber kaunt il serront enparkez, saun ren doner por la garde. E ke les avers ne nul autre destresce, prise pur la dette le Rey ou par autre acheson, ne seient venduz dedenz les quinze jurs, de la prise.

E si nul porte taille conue de paye fete al Eseheker, cesse la destresce.

E si nul porte taille de nul visconte ou de baillif, de paye fete a ly de la chose demaundee, e voile trover plegges destre al Escheker au prochein acunte, a fere ceo ke dreit serrad, adonke cesse la destresce; e le Visconte ou le Baillif face atacher le visconte ou le baillifP197bA3 [P197bA3] lui, MS. Cott. celluy, Printed Copies.1_198 ke les dust aver aquitee, kil seit sor meme la cunte, a fere sur ceo ke dreit serrad, e eyt ileokes les nons des plegges.

Unkore est porveu ke nul houme de religion, ne autre, ne seit destreint par ces bestes ke gaignent sa terre ne par ces berbitz por la dette le Rei ne por la dette dautri, ne par autre encheson ne par les Baillifs le Rey ne par autre home, taunt come lem treove autre destresce, e autre chateus soffisauntz, dunt lever la dette, ou ke soffise a la demaunde; hors pris enparkement de bestes kaunt hom les trove fesauns damage, ke hom enparker solum ley e usage de la terre. E ke les destresces seient renables a la montaunce de la dette ou de la demaunde solum esme,P197bA4 [P197bA4] resoun, MS. Cott. bonne value et par estimacion Printed Copies.1_198 e noun pas utraguses.

Uncore velt e comaunde le Rey ke tutz les Viscontes e les Baillifs ke unt receu les dettes le Rey de la somounce del Escheker, e ke naquitent mye de ceo les detturs, sur lur prochein acunte, seient puniz solum lestatut nadgeres fet.

E velt le Rey ke totes les dettes de la somonce del Escheker ke les Viscontes ou les Baillifs averunt reconu kil eyent receu, seient meintenaunt alouwez le quel kil eyent receu tote la dette ou partie issi ke mes venge en somonceP197bA5 [P197bA5] ceo qe viscount avera conu soi avez receu &c. MS. Cott.1_198.

xiiij

de scaccario

E ke le Conestable le Marescal e les Chamberleinz, e les autres ke sunt de fee al Escheker, desoremes presentent au Rey memes ceus kil mettrunt en lor liu a fere lor office de leintz, e teles genz ke seient de bone fame, e ke seient suffisauntz, e teus par ky feetz il voilent respundre.

E le Rey enjoynt au Tresorer e as Barons par la fey kil ly deivent, e le serement kil ly unt fet, kil ne mettent autres de par eus ke tels ne seient.

Page 1_198

xv

Etz ke mestre nest. E ke nul de leintz, juree le Rey ne mette home pur ly ne Clerk ne lay ke ne seit juree de leintz, ne ceo, sauntz especial conge le Tresorer.

E si nul le fet seit meintenaunt remue de son office e nul autre ne seit receu en son liu, saunP198A1 [P198A1] licens, Printed Copies.1_210 le Rey. E si celi ke serrad mis saun conge trespasse, jalemeins seit puni celi ke le aura mis e celi ke [serra]P198A2 [P198A2] laurad struck through, and serra interlined.1_210 mis, solum le trespas. E si ambedeus ne sufficent, seit puni oveske le soverain, le quel kil seit de fee ou autre. E le Tresorer ne mette autre en son liu taunt ke le Rey eit autre chose maundee. E si celi ky aurad tenu le liu dautre par le conge le Tresorer face chose kil ne deive, seit puni solum le trespas sil ad de quey, e si noun, celi ke laurad mis respoyne de son trespas. E si celi ne soffist, respoine celi ke laverad mis en office le quel kil seit de fee ou autre.

E tutz ceus de leins facent serement ke si nul pusse aparceivre ke autre face defaute ou malveiste ou autre chose deshoneste en nul office de leintz, ou kil eit fet ca en are, kil le face a saver au Tresorer ou a Baruns ou a akun de eus, e eus le facent amender: E si mestre seit, le facent a saver au Rey.

E ke entur la feste Seint Margarete avaunt ke leschekere seit close checun an face lem cercher e veer si viscunte ou autre baillif ke dust aver acounte cel an, neit acountee, e ke de ceo seit fet une remembraunce en un roule par sey. E si ce seit visconte, ke son acounte seit primerement oy apres la Seint Michel avaunt ceo ke nul autre visconte seit receu de aconter: E si ceo seit autre Baillif seit maunde ou destreint kil venge a certein jor por acounter, issi ke nul acounte seit soffert de endormir.

E por ceo ke les viscontes, Conestables e autres unt meintefetz eu outraguse alouance, par faus testmoniages des overaynes le Rey e des autres choses fetes e parveues par son comaundement, porveu est ke tutz le veors des overaignes le Rey seient elluz par serement de prodeshoumes, e teus ke meus sachent pussent e voilent a cel office entendre; e kil seient soffisauntz de respondre au Rey si mester seiet, e seient jurez kil porterunt leal testmoniage. E si le Tresorer ou les Barons del Escheker eyent nule suspecion de fause allouaunce fete de overaigne ou de autre chose, si seit la verite enquise; E cely ke serrad de ceo ateint, respoine au Rey de taunt come tele alouaunce amounte, e eit le prisonP198A3 [P198A3] dun an et xl. jours Printed Copies.1_210, e seit puni a la volunte le Rey, e les veors seient reins, pur la consente. E par meme la manere celi ke aurad concelee sor son acounte les choses dunt il se dust charger, seit puni cum celi ke aurad eu P198A4 [P198A4] avera fait Printed Copies.1_210 fause allouance.

E ke tutz les Justices,P198A5 [P198A5] viscontes struck through and Justices interlined. MS. Cott. and all Printed Copies read Justices. 1_210 enquerors e autres desoremes livrent al Escheker a la Seint Michel de an en an les estretes de fins e de amerciementz fetes e taxes devaunt eus de tutes les choses dunt estretes soleient ester livres al Escheker. E ceus del EschekerP198A6 [P198A6] facent lestrete, MS. Cott.1_210 de la somonce par tutz les countez sauve ceo k' les estretes de Eyre de Justices de tutz plez seient liveres maintehaunt apres le eire fet.

Page 1_210

Les Estatuz de Excestre.

THE STATUTES OF EXETER.P210Astar [P210Astar] In the Printed Copies this Statute is ascribed to 14 Edw. I. It is printed as Two Instruments, the first intituled Statutum Exonie de Inquisitione facienda super Coronatores, and the second, Articuli super precedens Statutum Exonie. No Translation either of the Statute or Articles has been printed in any Copy of the Statutes at large; but in Rastall's English Collection is contained an incorrect and imperfect Translation of the Statute only. The Statute and the Articles were printed by Cay from MS. Cott. Claudius D. II. [fo. 228 b and 256 b, as separate Articles.] In Ms. Harl. 395, fo. 65, b. the Statute and the Articles form one Instrument, as in the Text, with the Title Statuta edita apud Exoniam.1_211

Ex Lib. Scacc. X. Westm. fo. 38.

CEO est la fourme ordine par le Rey e son conseil, coment les Enquerors deivent prendre les enquestes sur coruner coment il se ad porte en son office.P210A1 [P210A1] om  MS. Cott: and Printed Copies, omit this Sentence. 1_211

PORVEU est e ordine ke les Enquerors maundent au Viscounte del liu, kil face venir a un certein jor e certein liu ke maunde li serra par les avaunt ditz Enquerors tutz les Baillifs de dentz les Wapentacles, Hundretz, Franchises k' sunt e unt estee Baillifs ou bedeus sil en vie seient du tens k' P. de C. fust Coruner nostre Seignour le Rey en cel Counte; ceo fet a entendre tutz les Baillifs ou bedeus ke sunt e ke unt estee de dentz la porcente de la Baillie aportenaunt a cel Coroner ou dehors si mestre seit. E kil facent ausy venir devaunt eus le Coroner de ky il prendrent lenqueste o tutz ces Roules de tut son tens kil fust Coroner nostre Seignour le Rey, e tutz ces Clers ken vie sunt. E les Enquerors meintenaunt de sutz lur seals tutz les roules lavauntdit Coroner sauvement les enselent si les rebailant al Coroner kil les eit prest quel hure ke les Justices en Eyre vengent seer en cel countee, ou ke le Rey ordeine autrement de ceste chose. E si le Coroner seit mort, seit fet en meme la manere a son heir del tens son pere; issi ke le Coroner ne son heir ne lor Clers pussent forger lur roules encountre la venue des Justices, ne autrement, ke seient en les pointz de la Corone en prejudice le Rey, e damage du poeple e en arerisement de dreit a nuly, cum avaunt ces hures unt fet. E apres facent les avaunt nometz Enquerors tutz les avaunt ditz Baillifs jurer ke ben e lealment frunt ceo ke eus lur chargerunt de part le Rey, e le conseil le Rey celerunt. E pus kaunt il averunt fet le serement, seit checun Baillif de Wape, Hundred e Franchise chargee par sey kil eit devaunt les avauntdit Enquerors, au jor en liu certein ke donee ly serra par eus, les nuns de totes les viles demie viles, e hameletz ke sunt en son Wapentak Hundred e Franchise escritz en roule, e a meme le jor e meme le liu les delivre sus as avauntdis Enquerors: e apres chargent les Enquerors les avauntditz Baillifs au jor e en liu certein kil ordeinent e facent venir devaunt eus de checune vile huit houmes, e de demye vile sys houmes, e de hamelet quatre des meillurs e plus leautz gentz, horspris les Seignurages de viles, demie viles e hameletz avaunt nometz par queus les avaunt nometz Enquerors prendrunt la grant enqueste de dutztze, de checun Wapentak Hundred e Franchise e Vile ke respunt par dutztze sy en la porceinte avant dit seit; e checun des avauntditz huit e sis e quatre

Page 1_211

houmes eyt seal. E si defaute seit en les avauntdite viles, demie viles, hameletz ke il ny eyent taunt de francs houmes, seient ajoyntz de meillors e des plus sages e leals bundes e ke checun eyt seal. E a donkes elisent les Enquerors hors des huit, sis; e de sis, quatre; e de quatre, deus; les meillurs e les plus leals a ceo kil entendent, si lur enchargent tel serement par le Rey.

CEO oyetz vus A. e B. Enquerors assignetz par nostre Seignour le Rey, ke jeo dirrai verite e rien ne concelerai ne ne soffrai estre celee ne ne murdrai devaunt vous par promesse, doun, ne tremour, ne doute ne affinite, ne aliaunce, ne amur, ne haine, ne par autri abet, ou procurement, ne par autre ren ne lerrai ke jeo verite ne die ne presente a vus, de ceo ke vus me dirretz e chargeretz en ceste enqueste de par le Rey; si me aide Deus e les Seins, a mon ascient de ceo k' de ceo keP211A1 [P211A1] An erroneous Repetition.1_211a jeo ay enquere, ou porrey en nule manere. Amen.

Ceo serement fra checune vile demie vile hamelet, par sey; e de meme cel serement si chargerunt les Enquerors avaunt nometz les dutztze; apres ceo deliverunt e bailerunt les Enquerors a les houmes juretz de checune vile demye vile hamelet de checun Wapentak, Hundrede, e Franchise, dedentz la porceinte avaunt nome e dehors si mestre seit, les chapitres desutz escrites; e les enjoyndrunt de part le Reys les francs sur peyne de desheriteson, e les boundes de perpetuel prison, si rens concelent ou murdrunt par nule chose ou pur nuly, ke ceo kil sevent e en nule manere enquere e enquere porrunt, e a les avaunt nometz Enquerors e la dotzeine de lur Wapentak Hundrede Franchise desutz lur seals en la fourme ke les enquerors lur dirront bailerunt e presenterunt checune vile demye vile, hamelet, par sey. E deit estre lur presentement en la manere de Cyrographe e desutz lur seals ambedeus les parties o lur seals pendauntz enseeletz; e le une partie liverunt a les enquerors, e lautre partie retendrent vers eus, e les baudrunt sus a les dutztze, quant il serrunt juretz, quel hure ke les enquerors lor dirront; issi ke les dutztze pussent estre meus certefie de lur presentement de meme le veirdit devaunt les avaunt ditz enquerors kaunt il prendrent les enquestes de eus.

Articuli Exonie.
MS. Cott.

PRIMES fet a enquere de checune vile demie vile, e hamelet, e enjoindre eus de part le Rey e sur lur serement ke eus leument presenterunt saun ren celer totes les aventures e abjuratiuns, appeus, en la manere haut e basP211A2 [P211A2] om  MS. Cott; MS. Harl; and Printed Copies1_211aP211A3 [P211A3] murdres MS. Cott; MS. Harl; Printed Copies.1_211a e felonies fetes par ky e quant en terre, bois, mareys, ewes, dedentz viles ou dehors; e par tut de dentz les marches de hundretz de checune vile demie vile, hamelet, en tut le tens ke le Corouner avaunt nomee ou par office de Corouner ke devereit entremettre. E si le Corouner en sa propre persone y ala de fere son office, ou autre en son liu envea a fere ceo ke a ly apendereit de fere. E sil le fist, kaunte fetze il le feseit, e a com ben des aventures. E ky celi fu ken son liu ala. E si le Coroner volunters saunz aver delay ou assoyne y vint a son poer ou nun. Ou sil rens demaunda ou son Clerk ren prist por ceo kil hastast a fere le office, ou sil targerent par rens aver maliciousement, pus kil saveit del aventure apres ceo kil esteit maundee, quey e quel chose e com ben e par ky mayn, e kaunte fetze eus le feseient. E si les chateus a feluns par lor amys ausi bien cum par autre gent avaunt ces hures leument par les Corouners fussent prisez, e en la vile baille en garde, cum estre dussent, par bone enqueste ou nun prisetz e enroulez, en son roule.

Page 1_211a

E si le Coroner prist riens de nuli par prendre une fause enqueste procuree par murdrer le dreit nuly ou par priser les chateus meins kil ne valent en prejudice de la coroune e a parte noster Seignur le Rey ou a autre ou si autrement ou fausement enrouler feseit les choses enrouletz en son roule ou en autre manere ke ne fu dit par leale enqueste ke presente li fust; quei e quel chose com ben par cele fausine, e kaunte fetze e par quel chose il le prist, e par ky main, ou le Coroner ou son Clerc. Ou sil ou son Clerk prist des chateus ver ly pus kil furent prisetz e a mendre pris les fist enrouler en ses roules ke prisetz ne furent par lenqueste par sey decharger en partie a la venue des Justices, e la vile fausement charger quei e quel chose. Ou si nul apel de rap ou de tel chose apendant a son office feseit fausement enrouler, ou soffri estre murdri par ly ou par autre, ou retret hors de ses roules pus qil fust enroulee, ou avaunt ne vodreit la plainte del plaintif por poverte ou par haunge de ly receyvre en prejudice du Rey e de la Coroune e a damage del pleintif e en arerisement du dreit; ou si cele pleinte par promesse doun affinite tremur amur del averse partie feseit tel chose estre murdre ou retret ou avaunt est dit; Ou si rens prist par cele acheson, quey e com ben e par ky main. E si ren prist de viles par ou il feseit ses abjuratiuns e ses veues; quey e com ben e par ki main e quele manere; ou sil ou nul des seons pristrent rens e enporterent des bens a mortz a quel cors il feseit la veue quey e quel chose e kaunte fetz. E sil fist ou fere feseit tutz les attachementz apendauntz a son office, en due manere, ou nun. Ou si nul feseit attacher, par li grever e del seon aver, a tort en autri nun por autre fausement, e maliciousement feseit en ses roules entrer en murdraunt dreiture e autri fausement grever par ki procurement, e par quel chose. Ou si il a ses custages demeine, saun ren prendre dautri, solum lestatut feseit son office ou nun. Ou sil a nul cunte ren cela murdri ou procura estre murdri en grevance del appelur ou del appelee ou dautri en prejudice le Rey, ou a partie por tremur, doute affinite, amur, doun, promesse par procurement de nuly. E sil le feseit e la manere comment par queus, e por quey, e por quel loer e par quel acheson, e kaunte fetz, e en quel cas. E si les attachementz tutz a son office apendantz leument e reddemant porsuyst cum fere dust par le Rey, E par les pleintifs, e porsuyre feseit, ou nun. E si les chateus gent sustret hors de viles ou il maneient, por mauveise suspeciun de larcins murdres e recettementz apres ceo qil sunt sustretz, lur chateus e lur bens ke furent trovetz de dentz la porceinte de sa baillie, feseit attacher e leument par lel enqueste en ses roules entrer; e a les viles, par la ou ses bens furent trovetz e bailes en garde taunt cum al Eyre des Justices, cum fere le dust; E si il a autre a ki e par quel garaunt e quel chose; ou si apel ou nul autre manere de pleinte a ly fet sustresist ou soffri estre sustret ou besile ou anenti, par li ou par procurement dautre hors de ses roules retret par le pleintifs ou par lautre partie par nuly abet ou par autre chose. E si par tele fausine ren prist en cel murdrisement quey, e cum ben par lacheson e en quele manere e kaunt de fetz. Ou si nul Tresor fust trovee en le tens del Coroner avauntdit, desutz tere ou desus; en quel liu e la manere, e com ben, e quel tresor, e en ky mains est demorre, par qi bail.

Page 1_212

E en ceste manere deivent les enquerors aler de Wapentak, en Wapentak, Hundrede Franchise, viles, responauntz par dutztze si il seient en la porceinte ou bailli e aportenant al vauntdit Coroner e bailler as jururs avaunt nometz des avauntdites viles demy viles e hameletz, tutz les chapitres avaunt nometz, escrites par eus celeement consiler e enquere des avaunt nometz choses. E done lur seit jor le quart jors apres kil averunt les chapitres receu, a rendre sus lur presentementz a les avaunt nometz enquerors es lutz certeins o lur seaus pendans a lur presentement. E si mester seit kil eyent plus long jor, por eus meutz certefier, done e grante lor seit par les enquerors. E pus kaunt les enquerors averunt receu vers eus tutz les presentementz de viles demy viles, hameletz, donke facent venir devaunt eusP212A1 [P212A1] xij. MS. Cott.1_214 de checum Wapentak, Hundrede Franchise Vile ke respount par dutztze; e solum les pointz des Chapitres avaunt nometz, E en tutz autre maneres coment ke les enquerors saverunt meutz ordiner, e porveer seient chargetz. E sil avienge ke les enquerors trovant fausine estupe ou conceleement par lur entendement en lur enquestes prises par les dotzeines prengent a donkeP212A2 [P212A2] sur MS. Cott: MS. Harl: Printed Copies.1_214 les dutztze, vint e quatre a tutz jors ke seient tutz plus leals de tut le counte, e por memes le serement avaunt nomee, E par les chapitres en meme la manere seient chargetz. E sil avenge ke les dutztze par vint e quatre seient atteintz, seient atachetz checun par sey par bone mainprise de aver lor cors quel houre ke le Rey maundera. E si le Coroner ou son Clerk ou autre faus procurur a prejudice de la coroune seit ateint seit attache par bone mainprise avaunt nome. E kaunt les dozeines rendent sus lur veirdit a les avauntdis enquerurs, rendent ensement a eus tutz les presentementz ke livere lur furent par les avauntdites viles, demye viles, e hameletz. E kaunt les enquerurs averunt pris les enqestes en tele manere, si enselent les veirditz des dutztze, e des vint quatre, les queus il tenent plus veritables de sutz lur seaus; si les enveient au Rey, par un de les enquerurs, si en fra le Rey memes dreiture e justicement fort e dur del Coroner e son Clerk, e de tutz les autres k' seient ateintz, ke rens eyent fet murdre ou concele en prejudice de la coroune ou procuree parunt ke le Rey ou autre fust perdaunt.P212A3 [P212A3] Done a Excestre le [xxviij jour de Decembre,P212A4 [P212A4] xviii jour de Septembre, Printed Copies– MS. Cott. has not any Date. 1_214 ] Lan de Regne le Rei Edward xiiij. MS. Harl.1_214

Page 1_214

Modus Levandi Fines.P214Astar [P214Astar] This Article is inserted in the Printed Copies, as of 18 Edw. I. The Copy from MS. Cott. Claud. D. II. was printed by Cay; with which MS. Lansdowne 480 [fo. 243.] agrees, except in the material Instance specified in the Notes.1_216

THE MANNER OF LEVYING OF FINES.

Ex MS. Cott. Claud. D. II. fo. 234.

de finibus levand'.

QUANT le brief original soit lieu en presence des parties devant Justices, donqes dirra un Countour issint, Sire Justice conge dacorder, le Justice lui dirra que durra Sire Robert, & nomera un des parties; dounc quaunt ils serrount une gentP214A1 [P214A1] agree Printed Copies.1_216 de la somme de la peccune qest done au Roi, donqes dirra le Justice criez la pees; & puis dirra le Countour, issint qe la pees est ycele a voz congez, qe William & Alice sa femme qi cy sount reconnissent le Manoir de B. ove les appurtenantz contenuz en le brief estre droit de RoiP214A2 [P214A2] R. Printed Copies Robert MS. Lansd. 480.1_216 come cel qil ad de lour doun, a aver & tenir a lui & ses heirs de William & Alice & a les heires Alice come en demeigne, rentes, Seignouries, Countes,P214A3 [P214A3] Courts Printed Copies.1_216 plees, purchaces, gardes, mariages, reliefs, eschetes, molours, avoesouns deglises, & toutes autres fraunchises & fraunkes custumes a lavantdit Manoir appurtenauntz, rendant par an a Robert & a ses heirs a chiefs seignuragesP214A4 [P214A4] chiefes Seignurs Printed Copies.1_216 de fee services dues & custumez par touz services.

¶ Et fait assavoir qe ordre de ley ne suffre mie qe finale acorde soit leve en la Courte le Roi, saunz brief original, & ceo a tote le meins devaunt quatre Justices en Baunk ou en Eire & nounpas aillours & en presence des parties nomez en le brief qi sont de plein age & de bone memorie & hors du prisone.

¶ Et si femme covert de Baroun soit une des parties donqes covient qele soit primerement confesse des quatre Justices avauntditz, & si ele ne sentP214A5 [P214A5] n'assent Printed Copies.1_216 la fine ne se levera mye.

¶ Et la cause par quoi tiele solempnite doit estre faite en cele fineP214A6 [P214A6] est pour ceo Printed Copies.1_216 qe fine est si haute bare & de si graunt force & de si puissaunt nature en soi qel forclos, nemye soulement ceux qi sount parties & prives a la fine & lour heirs, mes touz autres gentz du monde que sount de plein age hors du prisone de bone memorie, & dedeinz les quatres meers le jour de la fine leve sils ne mettrount lour clayme de lour accion sur la pieP214A7 [P214A7] pur le pays Printed Copies.1_216 dedeinz lan & le jour.

Page 1_216

Statutum de Conspiratoribus.

STATUTE CONCERNING CONSPIRATORS.P216Astar [P216Astar] In all the English Editions, as also in all Printed Copies where both Text and Translation are inserted, this has been printed as one Statute of 33 Edw. I. under the Title of The Statute of Champerty, In the oldest Printed Copies by Pynson and Berthelet, the first Part is given as a separate Instrument, intituled, Statutum de Champertie and dated at Berwick 11 Edw. I. In those old Printed Copies is also inserted, an Instrument intituled, Statutum de Conspiratoribus as of 33 Edw. I. in which the Statute of Champerty is again erroneously printed with some verbal Variations, with the Date 20 Edw. I. and the Provision and Writ against Conspirators is subjoined. In Tottell's Printed Copy, 1556, the Statutum de Champertie and Statutum de Conspiratoribus are given as separate Articles; the former with the Date 11 Edward I., and the latter without a Date. In Cay's Edition, a Copy of the first Part is given from MS. Cott. Cloud. D. II. [fo, 163. where it is inserted, without any Title, immediately after the Statute of Gloucester, which is marked exr' per rotulum.] In a manuscript marked M. m. v. 19, in Cambridge University Library is a Copy of this first Part, immediately after the Statute of Gloucester, which in the Manuscript is also marked as examined by the Roll: This Copy agrees with that in Ms. Cott.; except that at the Head thereof is written Iste articulus in quadam billa scriptus consutus est statuto consignato in Banco; and in the Margin Explanaciones Glouc': quere xxxiij.1_217

Ex. MS. Harl. 748. fo. 113. b.

CUM contenu seit en nostre estatut ke nul de nostre Curt enprenge play a champart, ne par art ne par engin, Cunteurs ne atturnez ne aprentifs, seneschaus des hautz homnes baillifs ne autres de la terre nenprengent a champart ne par autres barettours deP216A1 [P216A1] & Countours, Attornees, Apprentis, Seneschalx, Bailliffs a hautes hommes, & autres de la terre ja emprenent a champart, & par autres bars MS. Cott.1_217 tute manere de play, ouP216A2 [P216A2] encountre MS. Cott.1_217 tute manere de gent, parunt tote la terre est greve, riches & poures sunt travaillez en mutz de maneres: ¶ Purveu est par commun acord ke tuz ceus ke desoremes sunt atteintz de celes enprises suters e Bargayngnurs,P216A3 [P216A3] seutes & bargaines MS. Cott.1_217 e ceus ke a cele chose assentent eyent la prison de trois annz, e ne purkaunt seient reintz a la volunte le Rey. ¶ Done a Berewyk sur Twede lan du regne le Rey Edward, fiz le Rey Henry, vintime.P216A4 [P216A4] om  MS. Cott.1_217

¶ Dominus Rex mandavit nunciante Gilberto de Roubires clerico de consilio domini Regis, quod quicumqe voluerit se conqueri de conspiratoribus falsarum quarelarum sustentatoribus, inventoribus, & manutenentibus querelarum flalsarum, ut inde partem habeant & controversiarum bargainatoribus qui Gilberts de Thornton' per breve fac' eos attachiari qe sint coram domino Rege conquerentibus respondere per hoc breve.

Breve

P216A5 [P216A5] veniant hujusmodi gravati & conquerentes capitalibus justiciariis domini Regis et habeant breve de eis sub sigillis eorum ad attachiand' hujusmodi transgressores ad respondend' ipsis lesis conquerentibus coram prefatis justice; et fiat eis tale breve. Tottell.1_217¶ Rex Vic' salutem; Precipimus tibi quod si A. de B. fecerit te secur' de clam' suo prosequ', tunc pone per vad' & salvos pleg' G. de C. qe sit coram nobis a die Sancte Trinitatis in xv. dies, ubicumque tunc fuerimus in Anglia, ad respondend' prefato A. de placito conspiracionis & transgressionis secundum ordinacionem nostram nuper inde provisam, sicut idem A. racionabiliter monstrare poterit quod ei inde respondere debeat. Et habeas ibi nomina plegiorum & hoc breve. T. G. de Thornton, &c.P216A6 [P216A6] Et si quis super hujusmodi ad sectam conquerentium factam convictus fuerit, habeat prisonam quousque lesis satisfecerit et versus dominum Regem graviter redimatur. Tottell.1_217

Page 1_217

Statutum de Proteccionibus non alloc'.P217Astar [P217Astar] This is inserted in the Printed Copies as a Statute of 33 Edw. I. A Copy in Lib. Cust. Lond. fo. 161 b, agrees with that in the Text. The Text in Cay was printed from MS. Cott. Claudius D. II., the Various Readings of which are given in the Notes.1_218

STATUTE AGAINST ALLOWING PROTECTIONS.

Ex Lib. Horn Lond. fo. 107.

P217A1 [P217A1] Edward par la grace de Dieu &c. a toutz ses foialz & loyalz salutz. Printed Copies.1_218PURCEO qe moutz de gentz purchacent la proteccioun le Roy en affermaunz qil furent hors de terre en le servitz le Roi ou dedens les quatre mers, faucement en le serviz le RoyP217A2 [P217A2] om  Printed Copies. and MS. Cott. omit; the latter inserts the Word faucement. 1_218 Purveu est qe si lour adversarie voille chalanger la proteccioun meintenaunt quant il est mys avaunt en la Court e averrer pur quant qe la Court agarderaP217A3 [P217A3] om  Printed Copies1_218 qil furent dedenz les quatre mers e hors du servitz le Roy en certeyn leu, issint qil poeit bien aver venuz, seit lour chalenge entre en roule e seit la proteccionP217A4 [P217A4] parole mis Printed Copies.1_218 saunz jour sulom sa nature.P217A5 [P217A5] la nature de la protection Printed Copies.1_218 E quant il siwe resomounsP217A6 [P217A6] il sera Printed Copies la partie serra somons MS. Cott.1_218 e il vient en Court il demaundera Jugement e dirra leP217A7 [P217A7] oyer de Printed Copies.1_218 proces e tendra de averrerP217A8 [P217A8] son challange Printed Copies.1_218 silP217A9 [P217A9] si son adversaire Printed Copies.1_218 le voille attendre, e si le pais die encountre luy qi porta la proteccioun il serra tourne en une defaute sil seit tenaunt; E sil seit demaundaunt il perdra sun bref e serra en la greve mercy le Roy.P217A10 [P217A10] Done a Westmonster le xviij jour de Novembre lan du regne le Roi E. fitz le Roi H. 33. Printed Copies Dat' apud Westmonasterium xviijo die Novembris anno regni Regis Edwardi tricesimo quarto MS. Cott.1_218

Page 1_218

Statutum de magnis Assis' & duellis.

Ex MS. Cott. Vesp. B. VII. fo. 81. P218Adagger [P218Adagger] The Copy from this Manuscript was printed in Cay's Edition. The Statute was first printed in Tottell's Magna Carta, &c. 1576. The Various Readings are from that printed Copy; wherewith agrees a Copy in MS. Lansd. 480. fo. 211.1_219

BATAILLE ne grand assise se joynent parentre parentz jesqes il seit passee le tierce degree, lou ils cleyment par mesme la descent; mes bataille se joint entre freres lou lun est feffe & lautre cleyme par discent de heritage. Bataille se joint, & grand assise nent, lou un homme est feffe & vouche a garant par chartre qil ad de son feffour, le vouche poet dedire la chartre par le cors un son franc homme, & la ne gist point grand assiseP218Aa1 [P218Aa1] mes bataille T., MS.Lansd.1_219. Grant assise se joint & bataille nent, lou homme vende terre a autre & celluyP218Aa2 [P218Aa2] per chartre & celle purchacer T., MS.Lansd.1_219 vende avant celle terre, & il nad pluis de terre, par quoi il rende sa chartre dont il fuist feffe; vient le heir le primer feffour & luy emplede par bref de droit, il ne purra sa seisine defendre par le cors un son franc homme; mes il se purra mettre en dieu & en la grand assise. Bataille & grand asise se joint nent lou le demandant cleime tenir en franc mariage, franc burgageP218Aa3 [P218Aa3] ou en franke socage T., MS.Lansd.1_219 & en GavelkyndeP218Aa4 [P218Aa4] come en Kent T., MS.Lansd.1_219 & en autres manerez, sicome il demande fors qe petit chose sicome acre toft ou estank,P218A5 [P218A5] croft T., MS.Lansd.1_219 donqe par agarde dez Justice si poet il consentier en un Jurre de xij franks hommes, en lieu de grand assise pur espaver le batailleP218A6 [P218A6] le travaile et le serement T., MS.Lansd.1_219 de xij chivalers pur ceo qil dirront & front lour serement encountre verite sanz direP218A7 [P218A7] et ils ferront le seremant sanz delay dont ils dirront voier T., MS.Lansd.1_219 a lour aescient.

Page 1_219

Statuta de Moneta p'visa ap'd Karnarvan in festo s'ci Mich'is Anno xijmo.P219Astar [P219Astar] In the Printed Copies Three Instruments are inserted, and attributed to 20 Edw. I. intituled, Statutum de Moneta magnum. Statutum de Moneta Parvum. Articuli de Moneta. The Statute printed in the Text from Lib. Scacc. unites the Contents of the First and Third of these Instruments. The Various Readings marked Rot. Pat. are from an Entry on the Patent Roll 12 Edw. I. m. 5. in Cedula, of a Writ to the Keeper of the Fair of St. Botulph, D' quibusdam remediis provisis contra retonsuram & falsificacionem Monete. This Writ recites that the Inconveniencies arising from false Money, and the Remedies provided by the King and Council, are sent them in a Schedule annexed, to be observed. The Copy of this Schedule begins with the Articuli de Moneta, Ceo sont les choses, &c. and then proceeds to state the proposed remedy nearly in the tenor of part of the Statutum de Moneta magnum, as printed in the first six paragraphs of the Text. The Writ printed, post pa. 220, from Rot. Claus. 12 Edw. II. to the Treasurer and Barons of the Exchequer appears to be the Foundation of the Statutum de Moneta parvum, as inserted in the Printed Copies, of which the Various Readings are given in the Notes. In MS. Cott. Claudius D. II. fo. 239, b. is the first part of this Statute, intituled Statutum de Moneta: and in fo. 240 the latter part, intituled, Articuli ejusdem Statuti. These were printed in Cay's Edition.1_219a

STATUTES CONCERNING MONEY, MADE AT CAERNARVON, ON THE FEAST OF ST. MICHAEL, IN THE TWELFTH YEAR.

Ex Lib. Scacc. Westm. X. fo. 41.

CONTRE les damages e les periltz ke sunt avenutz ca en arere e porrunt avenir de la moneye de Engletere est issi ordine, kil seit crie e defendu de part le Rey par tut le Reaume en totes les viles marchaundes ke nul home sur grevouse forfeture ne seit si hardi despendre, mettre ou receivre moneie dautre coyng ke del coyng le Rey de Engletere, de Hyrelaunde, e de Escoce.

Uncore kil seit defendu de part le Rey, ke nul ke aporte deners en ceo pays si ne seit par ses despenses ne seit si hardi dariver en Engletere si force de torment nel chace par bon testmoniage forspris a Dovre, e Sandwice, a Londres, a Seint Botulf, a SuthamptoneP219A1 [P219A1] et Printed Copies.1_219a as autreP219A2 [P219A2] comunes Printed Copies de cynk MS. Cott.1_219a portz.

E kaunt il vendra a akun de ces lius, kil bien e leument mustre ces deners a celi ke serra assignee de part le Rey, saun nul concelement sor forfeture de cors e de aver. E ke de ileokes ne porte ne ne aloigne laver par ly ne par autre jekes a taunt ke la moneye seit veue e examenee par celi ke le Rey assignera.

Derechef kil seit crie e defendu, de part le Rey sur forfeture de cors e de aver ke nul ne seit si hardi de mettre nule moneye entre dras en fardels ne en bales ou en akune manere dunt suspecion pusse estre de nul concelement. E si nul tel seit trovee, celi ke les trovera eit quatre deners de la livre, e le remenaunt seit au Rey.

E uncore kil seit crie e comaundee, de part le Rey, ki ke unkes treove dener feru, de autre coyn ke del coyn le Rey de Engletere, ou de Escoce,P219A3 [P219A3] ou Dirland MS. Cott.1_219a ou dener retondu kil le perce. E ke nul ne seit si hardy de countredire sur grevouse forfeture. E ky le trove faus kil le depesce e nul le contredie sur meme la forfetur; le dener percee seit rendu a cely a ki il est, e le faus seit depesce saun rendre. E le cors celi en ki mains le faus dener ou retoundu apert seit trove seit pris e retenu jeskes a taunt kil eit trove son garaunt si ceo seit houme suspecenus.

E pur ceo ke multz de gentz poures e riches ne sevent conustre les leger deners e les retoundutz, des autres, si est ordene ke desoremes ke devera receivre ou liverer deners les receive ou livre par peys de cync soutz en amunt, e de cinc soutz en aval par tumberel liveree par le gardein del eschaunge merche de merk le Rey ausi com sunt les mesures; e ben list a chescon de porterP219A4 [P219A4] percer Rot. Pat: Printed Copies pescer MS. Cott.1_219a le dener keP219A5 [P219A5] de rien MS. Cott.1_219a ne passeraP219A6 [P219A6] poysera Printed Copies.1_219a le

Page 1_219a

tomberel; E le dener dautre coyng ke del coyn le Rey de Engletere de Hyrelaunde e de Escoce, les peis serrunt ausi ben liveretz e merchetz par le gardein del eschaunge cum le tomberel.

Le veur e le regardurP219aA1 [P219aA1] gardours MS. Cott gardein Printed Copies.1_220 de la moneye ke vendra de la outre, kaunt il les avra regarde al oyl il la pesera; E sil treove de novels deners ke ne peisent vint soutz e quatre deners par noumbreP219aA2 [P219aA2] la livre ne poise mye xxs. pur numbre de quatre deniers MS. Cott: Printed Copies.1_220 donkes regard par tombrel la ou la defaute serra, e perce les legers. E sil seient deners ke mult seient usetz si totP219aA3 [P219aA3] tost MS. Cott toutz Printed Copies.1_220 entrent en la livreP219aA4 [P219aA4] de Printed Copies.1_220 vint soutz sys deners, ja le meins seient liverez a celi ke les aura perceP219aA5 [P219aA5] port MS. Cott: Printed Copies.1_220 saun countredit; mes si plus i entrent face ausi de ces cum des autres. E le regardur avauntdit se prenge ben garde kil ne prenge doun ne loer por fere nule manere de deport ne extorsion ne face noun due ne nulP219aA6 [P219aA6] ne doigne nul manere de Printed Copies.1_220 delay issi com il veot sauver sey e ses biens.

P219aAstar [P219aAstar] What follows is given in the Printed Copies under the Title Articuli de Moneta. See Note at bottom of preceding page.1_220 Ceo sunt les choses ke suntP219aA7 [P219aA7] se funt Rot. Pat.1_220 de ca la mer e de la a grant damage noster Seignour le Rey e de son people, e a grant corupcion de sa moneye de Engletere.

Primerement home fet la outre une moneye de argent de un mitre, les vint soutz de la quele moneye ne peyse mes ke setztze sous e quatre denersP219aA8 [P219aA8] de la moneye Rot. Pat.1_220 dengleterre.

Derchef lem fet deus autre maneres de moneie o lyuns dunt il y ad bendes en lune moneye e lautreP219aA9 [P219aA9] & en lautre nient Rot. Pat.1_220 mes kil sunt ausi legers com la moneye de mytre.

Uncore fet lem ausy de ca cum de la une manere de fause moneie kest pure de quivere e est blanchie e kaunt ele est novele ele resemble la moneye dengletere.

IL y ad uncore un autre manere de moneie kest fete en AlemayneP219aA10 [P219aA10] Avynein MS. Cott.1_220 desutz le noun Eadward Rey de Engletere ke poise ausy poyP219aA11 [P219aA11] pou Rot. Pat.1_220 ou meins cum la moneye o la mitre e ce le ne peot estre conue si ceo ne seit par peys.

Lautre fausine ke lem fet en la moneye si est kil i ad akuns ke portent plates de peutre ou de plomb a la forme de un dener, si les mettent entre deus foilles dargent e pus si les fierent ou en coyn, ou en quir ou autre dener ben forge ad este feru.

Les autres autre cy ben de ca com de la retondent la bone e leale moneye al damage de tot le commun. Cestes moneies ke sunt fetes ou retoundues hors dengletere sunt aportetz par trespassantz e nomeement par mareschauntz. E par ceo kil seuent bien ke hom les cerche a Dovre, il les mettent en dras e en bales, si ne venent pas a Dovre, ne a Sondwik, mes se venent au BaunkP219aA12 [P219aA12] om  Rot. Pat. Printed Copies. and rend="i">MS. Cott.1_220 a Loundres, ou en Essex ou en Suffolk ou en Norffolk,P219aA13 [P219aA13] Sussex MS. Cott.1_220P219aA14 [P219aA14] ou a Hulle, Printed Copies.1_220 ou en Lindeseie, ou as autre portz dengletere ou il quident trover nule contrere; les quels choses si eles fussant issi longement soffertes eles mettreient la moneye dengletere a nient.

Page 1_220

Page 1_221

Les Estatutz de la Jeuerie.P221Adagger [P221Adagger] This is intituled in the Printed Copies Statutum de Judeismo. In none of them is any Translation given. In 2 Inst. 506, it is attributed to 18 Edw. I. and to 4 Edw. I. in Prynne's Records, Vol. 3. pa. 153. In MS. Harl. 409. fo. 53, it immediately succeeds St. Westm. 1, 3 Edw. I. and precedes Stat. Glouc. 6 Edw. I: The Various Readings from that Manuscript are inserted in the Notes, wherewith an Entry in the Black Book of Christ Church, Dublin, and the Old Printed Copies agree: unless when the contrary is noted.1_221a

THE STATUTES OF JEWRY.

Ex Lib. Scacc. Westm. X. fo. 31 d.

POR ceo ke le Rey ad veu ke moutz de maus e deseritizons des prodes houmes de sa terre sunt avenu par les usures des Jeus e unt fetz ca en arere, e ke mult de pecchez en sunt suitz ja seit ceo ke luy ou ces auncestres eient eu grant pru de la gyuerie tot tens ca en arere, ne par kaunt en le honur de deu e par le comeun pru del people ke le Rey ad ordine e establi ke nul geu desoremes ne preste ren a usure ne sour terre ne sur rente ne sour autre chose: E ke nules usures ne curgent del Seint Eaduuard precheinement passee en avaunt. Mes ke les covenauns avaunt fetes seient tenutz sauvez ceo ke les usures cessent. Mes tutz ceus ke deivent dette as geus sur gages de meoble les aquitent entre cy e la Pasche e si noun, seient encorutz. E si nul face prest a usure encontre les establissementz le Roy ne par ly ne par les seons ne se entremettra de fere ly recoverir son prest; einz ly punira a sa volunte par le trespas, e al Crestien fra dreiture de son gage fere li recouerir son prest, einz li punira a sa volunte.P221Aa1 [P221Aa1] de son gage recovrir. MS. Harl., Blk Bk. of Dublin, Old Printed Copies1_221a

E ke les destresces des dettes de gius ne seient desoremes si grevouses ke la meite des terres e des chateus al Crestien demeorge a lur sustenaunce; e ke nul destresce ne seit fet par dette de giuerie sur leyr au dettur nome en la chartre del Geu ne sur autre ke teigne la terre ke fu a dettur, avaunt ke la dette seit dereynee e conu en la curt.

Page 1_221a

E si Visconte u autre baillif par comaundement le Rey deit fere seisine al Geu a un ou a plusurs par lor dette de chateus ou de terre a la value de la dette, les chateus seient pris par serement des prodeshomes e seient bailletz a Geu ou a Geus ou a lur message a la mountaunce de la dette; e si les chateus ne suffisent, les terres seient estenduz par meme le serement avaunt ke la seisine seit livere a Geu ou a Geus a checun solom son afferaunt: issi ke lem puisse saver certeinement ke la dette e quite, e la Crestien pusse reaver sa terre, donc sauve tutz jors al Crestien la meyte de la terre e de ces chatels a sa sustenaunce, com est dit e le chef mees.

E si nul choses meobles apres ces hures seit trove en la seisine a Geus, e nul vodra suire, le Geu eit son garant si aver le poet, et si non respoigne; issi ke mes ne seit de ceo privilege autrement ke Crestien.

E ke tus les Geus seient menauns en les citez e en les burgs propres le Rey, ou les Whuches Cirograffes de Geuerie soleient estre: e k' checun Geu pus kil avra passee set anz, porte enseine en son soverain garnement cest assaver en fourme de deus tables joyntes de feutre iaune de la longure de sis poucers e de la laur de treis poutz. E ke checun pus kil aura passe duzze anz paie tres deners par an de taillageP221aA1 [P221aA1] chevage MS. Harl., Blk Bk. of Dublin, Old Printed Copies1_223 au Rey ky serf il estP221aA2 [P221aA2] qui serfs il sunt MS. Harl., Blk Bk. of Dublin, Old Printed Copies1_223 a la Pasche e ceo seit entendu ausi ben de femme com de houme.

E ke nul Geu neit poer de feffer autre Geu ne Crestien de lor mesons rentes ou tenementz kil eient eu aparmemes, ne de aliener a nul autre manere ne de fere aquitaunce a nul Crestien de sa dette saun le conge le Rey especial taunt ke le Rey en eit autre chose ordine.

E por ceoP221aA3 [P221aA3] ke MS. Harl., Blk Bk. of Dublin, Old Printed Copies1_223 Seinte Eglise velt e seoffre kil vivent e seient gardez le Rey les prent en sa protection e lor doune sa pes; e veult kil seient sauvement gardez e defenduz par ces viscontes e par ces autres baillifs e par ses feus; E comaunde ke nul ne lor face mal ne damage ne tort, en lor cors ne en lor bens meobles ou nent meobles e kil ne pleydent ne ne seient enpleidez en nuly curt, ne chalangez ne travaillez en nuli curt fors en la curt le Rey ky serfs yl sunt. E ke nul ne seit obeissaunt ne responaunt ne rente rendaunt,P221aA4 [P221aA4] fors ke al Roy, ou a ses Baillifs en son non, si ceo ne seit de lur mesuns, ke il tienent par rente rendant. MS. Harl., Blk Bk. of Dublin, Old Printed Copies1_223 sauve le dreit de Seint Eglise.

E le Rey lor grante kil vivent de marchaundise leaus e par lor labur e kil communient ove les Crestiens par leument marchaunder en vendaunt e en echataunt. Mes ke par cest encheson ne par autre nul Crestien ne seit cochaunt ne levaunt entre eus. E ne velt pas le Reys par encheson ed lor marchandise kil seient lote ne en escot ne en taillages o ceus des Citez ou de Burgs ou il meinent de ci cum il sunt taillables al Rey come ses serfs e a nul autres, for a Rey.

Derechef le Rey lor grante kil pussent achater mesons e curtilages en les citez e en les burgs ou il meynent issi kil les tenent en chef du Rey sauve as seignurages lor services dues e costumes. E kil pussent prendre e achater fermes ou terreP221aA5 [P221aA5] prendre terres & chater fermes, Lib. Nig. Æd. Chr. Dub. prendre & achater fermes MS. Harl. prendre terres a ferme Printed Copies.1_223 a terme de dyz ans ou a meins, saun prendre homages ne feutez ne tele manere de obeissaunce de Crestiens, e saunz aver avouweson de Eglise e par gainer enle secle lor vivre sil ne seuent marchaunder, ou il ne pount laborer; e ceo par prendreP221aA6 [P221aA6] terres MS. Harl., Blk Bk. of Dublin, Old Printed Copies1_223 a ferme ne lur dorra for quintz anz de cet hure en avaunt.

Page 1_223

Consuetudines Cantiae.P223Astar [P223Astar] This Title is inserted from the Copy in Tottell's Edition of Magna Carta and the Old Statutes, printed in 1556. In MS Cott. Claudius D. II. fo. 122; Lib. Horn, fo. 77, b; and other Manuscripts, this Instrument is intituled Statutum de Consuetudinibus Kancie. The Copy in the ancient Manuscript from which the Text is printed is very similar to that printed by Lambard in his Perambulation of Kent, which is stated by him to be more faithful than that printed by Tottell, being taken out of an ancient and fair written Roll given to Lambard by Mr. George Multon his Father in Law, and which formerly belonged to Baron Hales of Kent. This Roll Lambard supposes to have been written in the Time of King Edward I. In Robinson's Common Law of Kent a Copy is quoted from an ancient Manuscript in Lincoln's Inn Library; but it is more imperfect and incorrect even than that printed by Tottell. The Translation given above is printed from that made by Lambard not of any Purpose to bind the learned unto it but of a desire to inform the unlearned by it. See Lamb. Per. Kent. (Edit. 1596) pa. 530, 549, 550, 568, 570 & seq. The Various Readings marked L. refer to that Edition: those marked T. refer to Tottell's Printed Copy; T. & MSS. signifies that the Copies in MS. Cott: and Lib. Horn. agree with that Printed Copy.1_224

THE CUSTOMS OF KENT.

Ex MS. Harl. 667, fo. 83 b.

CES sunt les Usages e les CustumesP223A1 [P223A1] om  T. & rend="i">MSS.1_224 les quels la communealte de Kent cleyment aver en tenemenz de Gavelkynde e en gentz Gavelikendeitz;P223A2 [P223A2] allowes en Eire John de Berewike, e ses compagnons Justices en Eire, en Kent, le 21 an le Roy Ed. fitz le Roy Henrie. L. as supplied by another old Copy.1_224 Ceo fet asaver, k' toutz les cors de KenteysP223A3 [P223A3] corps Gavelkindes T. cours Gavelekendeys MS. Cott. co-rz Gavelekendeys Lib. Horn. apparently altered from courz. 1_224 seyent francs ausi cum les autres francs corsP223A4 [P223A4] Cours MS. Cott. co-rs Lib. Horn.1_224 de Engleterre. P223A6a [P223A6a] om  T. & MSS.1_224 E k' il ne deyvent le Eschetours le Rey eslire ne unkes en nul tens ne feseient; Mes k' ly Rey prenge ou face prendre tel cum li plerra de ceoP223A5 [P223A5] qui soit L.1_224 mester a li servir.P223A6b [P223A6b] om  T. MSS.1_224 E k' il pussent lur teres e lur tenementz doner eP223A7 [P223A7] ou T.1_224 vendre santz counge demander a lur seygnurs sauve as seygnurages les rentes e les services dues de mesmes les tenementz. E k' toutz eP223A8 [P223A8] om  T. & MSS.1_224 chescun pussent par bref le Rey ou par pleynte pleyder pur lur dreyt purchasser ausy bien deP223A9 [P223A9] desouth T. and MSS.1_224 lour seignurages cum des autres gentz. E cleyment ausi k' la commune de Gavelykendeis k' ne tenent mes k' tenementz Gavelikendeitz ne deivent venir a la commune somunce del Eyre, mes k' par borghesaldreP223A10 [P223A10] borges-Aldremans, MS. Cott.1_224 e quatre hommes de la borghe horspris les Villees k' deyvent respundre par xij hommes en le Eyre. E cleyment ausi k' si nul tenant en Gavelikende seit ateynt de felonie par quey il suffre JuiseP223A11 [P223A11] fuise T.1_224 de mort, eyt ly Reys toutz ses chateals; e sun heir meyntenant apres sa mort seit enherite de totes ses teres e tenementz k' il tynt en Gavelikende en fee e en heritage, e les tendera par mesmes les servises e costumes si cum ses auncestres les tindrentt:P223A12 [P223A12] om  T. & MSS.1_224 dunt est dit en kenteytz Se Vader to the boghe, and se sone to the Loghe;P223A13 [P223A13] the fader to the boughe, and the son to the ploghe. L Sonde the father to the boughe; Sond the sonne to the ploughe T. Somone the fader to the bogh and the sone to the loghe MS. Cott. Sone [struck through with a pen] the fader to the boghe, son [struck through] the sone to the plogh. [under plogh is written Lowe,] Lib. Horn.1_224 E si il eyt femme meyntenant seit dowe par le heir si il seit de age de la moyte de totes les teres e tenementz k' sun baroun tint de Gavelikende en feeP223A14 [P223A14] om  T. & MSS.1_224P223A15 [P223A15] a aver L. T. & MSS.1_224 e a tenir soulum la fourme suthdite.P223A16 [P223A16] avauntdite T: Lib. Horn.1_224 E de celes teres le Rey ne avera an ne Wast mes tantsoulement les chateals si cum il est avantdit. E si nul Gavelikendeitz pur felonie ou pur Ret

Page 1_224

de felonie sey sustret de la pes, e seit demande en Counte cum il appent e puys utlage, ou si il se met en seynt Eglise e forjure la tere ou le Realme,P224A1 [P224A1] om  T. & MS.1_224a Le Rey avera le an e le Wast de ses teres e de toutz ses tenementzP224A2 [P224A2] om  T. & MS.1_224a ensemblement od toutz sesP224A3 [P224A3] les T. and MSS.1_224a chateals; Issi k' apres le an & le jour les plusP224A4 [P224A4] om  T. & MSS.1_224a procheyns seygnur ouP224A5 [P224A5] om  T. & MSS.1_224a seygnurs eyent lour Eschetes de celes teres e tenementz, chescun seygnur ceo k' de ly est tenu sauntz meen.P224Aa [P224Aa] Somner in his Treatise of Gavelkind, pa. 171, (Edit. 1726.) gives the following Clause, with the Translation, to be inserted in this place; from an ancient Copy registred in a quondam Book of St. Augustine's Abbey at Canterbury, then in the Possession of Sir Roger Twysden.

E si home ou femme seit feloun de sei mesmes, qe il sey mesmes de gre se ocye, le Roy aura les chatteux tuts & nient l' an ne le Wast, mes le heir seit tantost enherite sans contredit, kar tout seit il feloun de sey mesmes, il neyt my atteint de felonye.

And that this is one of the Customs of Kent, See Itin. Kanc. 55 Hen. III. Rot. 34 d.
1_224a
E cleyment ausi k' si aucun tenant en Gavelikende murt e seit enherite des teres e tenementz de Gavelikende, k' toutz ses fitz partent cel heritage par owel portiun. E si nul heyr madle ne seit, seit la partie fete entre les femeles si cum entre les freres. E le mesuagie seyt autresy entre eus departy; mes k' le astre demorra al pusne, ou a la pusnee,P224A6 [P224A6] om  T.1_224a e la value seit de ceo livre a chescun des parceners de cele heritage, a quarante peetzP224A7 [P224A7] piece T.1_224a de cel Astre si le tenement le put soffrir. E dunkes le Eyne frereP224A8 [P224A8] leygne T. & MSS.1_224a eyt la primere electioun, e les autres apres par degree. Ensement des Mesuns k' serrunt trovetz en tels MesuagiesP224A9 [P224A9] en ses mains T. en tieus mesuages L. en ceus mesouns MS. Cott.1_224a seyent departis entre les heirs par owel portioun, Ce est asaver par pecesP224A10 [P224A10] peies L. pees T. & MSS.1_224a si il est mester, sauve le covert del astre k' remeynt al pusne ou a la pusnee sicum il est avant dist, issi nequedent k' le pusne b face a ou la pusneeP224A11 [P224A11] this is to be read ou la pusnee face the Transposition being signified by the superior Letters a and b. L: T. & MSS. omit la pusnee.1_224a renable gre a ses parceners de la partie k' a eus appent par agard desP224A12 [P224A12] de L.1_224a bone gentz. E des avant dites tenemenz dunt une soule sute tantsoulement soleit estre fete avant, ne seit par la reson de la departie fors une soule sute fete sicum soleyt avant; Mes k' toutz les parceners facent contribution a celi k' fet la sute pur eus. Ensement seyent les chateals de Gavelikendeitz partitz en treys apres les exsequies e les dettes rendues si il y eit issue mulure en vie; issi k' le mort eyt la une partie, e les fitz e les fillesP224A13 [P224A13] om  T.1_224a muluretz lautre partie, e la femme la tierce partie. E si nul issue mulure ne seit en vie, eyt le mort la moyte, e la femme en vie lautre moyte: E si le heir ou les heirs seit ou seient dedentz le age de quinze anns seit la nouriture de eus baille par le SeygnurP224A14 [P224A14] om  T. & MSS.1_224a al plus procheyn del sank, a ky heritage ne put dessendre, issi k' le seygnur pur le bayl riens ne prenge; E k' il ne seit marrie par le Seygnur mes par sa volunte demeygne e par le conseil de ses amis si il veut: E kant cel heir ou ceus heirs seyent de plener age de quinze anns, seient a eus lur teres e lur tenementz liveretz ensemblement od lour chatels e ove les enpruementz de celes teres outre lour renable sustenance;

Page 1_224a

de quel enprouement e chatels seit tenu a respoundre celi k' de liP224aA1 [P224aA1] luy T & MSS.1_225 avera laP224aA2 [P224aA2] en T & MSS.1_225 noriture, ouP224aA3 [P224aA3] au qui T.1_225 le seygnur ou ses heirs k'P224aA4 [P224aA4] et ses heyres T.1_225 cele noriture avera baille: E ce fet asaver k' del houre k' tels heirs de Gavelikende seient ou ountP224aA5 [P224aA5] averont T & MSS.1_225 passe le age de quinze auns, List a eus lour teres e lour tenementz doner eP224aA6 [P224aA6] ou T.1_225 vendre a lour volunte, sauve les servises des chefsP224aA7 [P224aA7] au chefz L. a lour T.1_225 seygnurages cum il est devant dist. Et si nul tel tenant en Gavelikende meurt, e eyt femme k' li survive, seit cele femme meyntenant dowe de la moyte de toutz les tenementzP224aA8 [P224aA8] dez tenementz T & MSS.1_225 dunt sun barun morust vestu eP224aA9 [P224aA9] om  T & MSS.1_225 seisi, par les heirs si il seyent de age, ou par les seygnurs si les heirs ne seient pas de age; issi k' ele eyt la moyte de celes teres e tenementz a tenirP224aA10 [P224aA10] et tiendra T.1_225 tant cum ele se tient veue ou de enfanterP224aA11 [P224aA11] desenfantee. De enfant T.1_225 seit ateynt par le auntien usage; ce est asaver k' quant ele enfante, e le Enfant seit oy crier e k' le hu eP224aA12 [P224aA12] om  T & MSS.1_225 le cri seit leve e le pays ensembleP224aA13 [P224aA13] se assemble MS. Cott.1_225 e eyent vewe del enfant ensi enfanteP224aA14 [P224aA14] om  T & MSS.1_225 e de la mere, adunke perde sun doweyre enterement,P224aA15 [P224aA15] om  T & MSS.1_225 e autrement nyent tant cum ele se tient veue;P224aA16 [P224aA16] om  T & MSS.1_225 dount il est dist en Kenteys Se that his wende, se his lende.P224aA17 [P224aA17] ſe that Þin ƿenðe ſe Þin lenðe. L. Hie that hys Wydue, hie his leuedi MS. Cott. The Word Hie in both Places on an Erasure Schoe that his Wydue so his leuedy Lib. Horn Sey is wedue, Sey is leuedue T.1_225 E cleyment ausi k' siP224aA18 [P224aA18] om  L. T. & MSS.1_225 homme k' prent femme k' eyt heritage de Gavelikende e la femme meurge avant li, eyt le barun la moyte de celes teres eP224aA19 [P224aA19] ou T.1_225 tenementz tant cum il se tient vevers, dunt eleP224aA20 [P224aA20] il L.1_225 morust seysie santz estrepemant ou Wast ou exil fere, le quel k' il y eit heir entre eus ou noun. E sil prent femme trestout perde. E si nul tenement deP224aA21 [P224aA21] en T.1_225 Gavelikende eschete &P224aA22 [P224aA22] om  T.1_225 ceo escheite seit a nul seignur k' tyeneP224aA23 [P224aA23] om  T & MSS.1_225 par fee de Hauberk ou par serjantie par mort ou par Gavelate sicome il est suthdite, ou liP224aA24 [P224aA24] a luy T. ou luy MS. Cott.1_225 seit rendu de son tenant k' de li avant la tient par quiteclanceP224aA25 [P224aA25] quite clamaunce L.1_225 de ceo fete, ou seit sa Eschete par Gavelate si cum il est desuthdist, remeyne cele tere as heirs nounpartable.P224aA26 [P224aA26] impartable L.1_225 E ceo fet asaver la ou le tenant ensi rendant, nul servise retient devers sey, sauve nequedent as autres seignurages, fees, fermes, e les rentes dunt les avantdites tenementz de Gavelikende ensi rendutz avant furent chargees par ceus ou par celi k' charger les poeyent ou poeyt.P224aA27 [P224aA27] om  T & MSS. omit these Sentences. 1_225 E cleyment ausi k' si nul tenant en Gavelikende retyeneP224aA28 [P224aA28] ne reteine T.1_225 sa rente eP224aA29 [P224aA29] ou T & MSS.1_225 sun service del tenement k' il tient de sun seygnur, querge le Seignur par agard de sa court de treis simeynes en treys simeynes tenue, destresseP224aA30 [P224aA30] truue destresse L. de trover Distresse Les Termes de la Ley; tit. Gavelet cels distresses T & MSS.1_225 sur cel tenementP224aA31 [P224aA31] le tenant T & MSS.1_225 tant k' a la quarte court a tote fethP224aA32 [P224aA32] per L. T. & MSS.1_225 tesmoynage. E si dedentz cel tens ne trusse destresse en cel tenement par quey il pusse sun tenant Justiser, dunk' a la quarte court seit agardeke k' il prenge cel tenement en sa mayn, en noun de destresse ausi cum boef ou vache, e le tyene un an & un jour en sa meyn santz meynoverir, dedentz quel terme si le tenant vient e rent ses

Page 1_225

arerages, e fet renables amendes de la detenueP225A1 [P225A1] dette T & MSS.1_227 adunke eyt e joysse sun tenement si cum ses auncestres e li avant leP225A2 [P225A2] les T & MSS.1_227 tindrent. E si il ne vient mie devantP225A3 [P225A3] dedeyns T & MSS.1_227 le an e le jour passe, dunk augeP225A4 [P225A4] eyt T. aile MSS.1_227 le seygnur al procheyn Counte suant, ove tesmoynage de sa court, e face la pronuntier cel proces pur tesmoynage aver. E par agard de sa Court apres cel counteP225A5 [P225A5] court T & MSS.1_227 tenue, entra e meynovera en celes teres e tenementz si cum en sun demeyne. E si le tenant vient apres e voile ceus tenementz reaver e tenir sicum il fist avant, face gre al seignur sicum il est auntienemant dist en kenteysP225A6 [P225A6] om  T & MSS.1_227 Neghesithe yelde, and Neghesithe gelde, and vif pund for the Were, her he bicome healdere:P225A7 [P225A7] Neighe sithe yeld, Neighe sithe gelt, And yef you for ye were, Than is he holder T. Neghe sythe gelt, nyghe sythe yeld, and vif pound for the were, than his he heldere. MS. Cott: Lib. Horn.1_227 P225A8a [P225A8a] om  L. T. & MSS. omit these Sentences. But See Itin. Kanc. 21 Edw. I. Rot. 23; accord. 1_227 hoc est novies arreragia solvere et novies arreragia deaurare et centum solidos pro detentione redditus antequam tenementum rehabeat, &c.P225A8b [P225A8b] om  L. T. & MSS. omit these Sentences. But See Itin. Kanc. 21 Edw. I. Rot. 23; accord. 1_227 P225A9a [P225A9a] om  T & MSS.1_227 Ausi il cleyment k' nul homme deit serment sur livre fere par destresseP225A9b [P225A9b] om  T & MSS.1_227 ne par poer de Seignour ne deP225A10 [P225A10] ses MS. Cott: Lib. Horn.1_227 baillifs encountre sa volunte santz bref le Rey,P225A11 [P225A11] ne soit mis a serement T & MSS.1_227 si noun pur feaute fere a sun Seignur: Mes k' par devant Corouner ou autre Ministres le Rey k' real poer eyent de enquere de trespas fete encountre la Coroune nostre Seignur le Rey.P225A12 [P225A12] om  T & MSS. omit this Sentence. 1_227 E cleyment ausi k' chescun Kenteys puet autre essoygnierP225A13 [P225A13] a seigniour T.1_227 en la Court le Rey, en counte, en Hundretz, e en la Court sun seignur la ou essoigne gist ausi bien de commune sute cum deP225A14 [P225A14] commun T & MSS.1_227 play. Estre ceo il cleyment par especial fet le Rey Henri fitz le Rey JohanP225A15 [P225A15] pere le Rey Edward T & MSS. pere le Roy Edward, que ore est, que dieu Garde, L.1_227 k' des tenementz k' sunt tenutz en Gavelikende ne seit prise battaille neP225A16 [P225A16] om  T & MSS.1_227 grant assise par douze chivalers sicum aillurs est prise en le realme; Ceo est asaver la ou le tenant e le demandant tyenent par Gavelikende. MesP225A17 [P225A17] om  T & MSS.1_227 en leu de ces grantes assises seyent prises Jurrees par douze hommes tenantz enP225A18 [P225A18] par T & MSS.1_227 Gavelikende; issi k' quatre tenantz de Gavelikende elisent douze tenantz de Gavelikende Jurreurs. E la chartre le Rey de cestP225A19 [P225A19] del T & MSS.1_227 especialte fust bailleP225A20 [P225A20] est L. fust T & MSS.1_227 en la garde Sire Johan de NorthewodeP225A21 [P225A21] Norward T. de Norwode L.1_227 le jour seynt ElfeghP225A22 [P225A22] Elphe T & MSS.1_227 en Canterbire, le an le Rey Edward le fitz le Rey Henri vinteprimerP225A23 [P225A23] du reigne le Rey Edward xxi. T. The Manuscripts all end here. 1_227 en le Eyre Sire Johan de Berewyk.P225A24 [P225A24] om  L.1_227 ExpliciuntP225A25 [P225A25] Ces sont L.1_227 les usages, e les franchises,P225A26 [P225A26] om  L.1_227 de Gavelikende, e des Gavelikendeys en Kent, k' furent devant le conqesteP225A27 [P225A27] e en le Conquest, e totes houres jeskes en ca L.1_227.

Page 1_227

Modus faciendi Homagium & Fidelitatem.P227Astar [P227Astar] This is inserted in all the Printed Copies as a Statute of 17 Edw. II. The Copy from MS. Cott. Claudius D. II. was first printed in Cay's Edition. The Various Readings are from MSS. Harl. 395 fo. 91, 867, fo. 52, b; 947, fo. 69.1_228

THE MANNER OF DOING HOMAGE AND FEALTY.

Ex MS. Cott. Claudius D. II. fo. 238.

QUANT fraunk homme fra hommage a son Seignour de qi il tient son chief mesP227A1 [P227A1] en chieff Printed Copies.1_228 il tendra ses mains jointes parentre les mains son Seignour & dirra issint. Jeo deveigne vostre homme de ceo jour en avaunt, de vie & de membre & de terren honour, & foi vous porteroi del tenement qe jeo clayme tenirP227A2 [P227A2] tenge MS. Harl.1_228 de vous; sauve le foi qe jeo doi a nostre Seignour le RoiP227A3 [P227A3] & a mes autres seignours Printed Copies e ces heirs; e leaument vous fray les services dues & accustumez; si dieu me aide & les seinz. MS. Harl. 395.1_228.

P227A4a [P227A4a] om  Printed Copies omit this Paragraph: MSS. Harl. 395, 947 insert. 1_228 Et quant fraunk homme fra hommage a autre q'a son chief Seignour & par simple tenement, il tendra ses mains jointes parentre les mains son Seignour & dirra issint. Jeo deviegne vostre homme de ceo jour en avant & foi vous porteroie del tenement qe jeo clayme tenir de vous; sauve le foi qe jeo doy a nostre Seignour le Roi & a mes autres Seignourages.P227A4b [P227A4b] om  Printed Copies omit this Paragraph: MSS. Harl. 395, 947 insert. 1_228

Quant fraunk homme fra feauteP227A5 [P227A5] a son seignur MS. Harl. 947.1_228 il tendra sa mainP227A6 [P227A6] dextre Printed Copies destre MS. Harl. 947.1_228 outre le livre & dirra issint; Ceo oiez vous mon seignour R. qe jeo J. vous serroie foial & loial, & foy vous porteroy des tenementz qe jeo claymeP227A7 [P227A7] teigne Printed Copies claime tener MS. Harl. 395.1_228 de vous & loialment vous conusteroiP227A8 [P227A8] om  Printed Copies & MS. Harl.1_228 & loialment vous ferroie les custumes & les services qe faireP227A9 [P227A9] vous MS. Harl. 395.1_228 doie as termes assignez; si moy eide Dieux & les Seintz.

Page 1_228

Quant villein fra feaute a son seignour il tendra sa main destre outre le liver, & dirra issint; Ceo oiez vous mon Seignour R. qe je W.P228A1 [P228A1] de ceo jour en avant MS. Harl. 395.1_230 vous serroie foial, loial, & foi vouz porteroi, del tenement qe jeo de vous tien en villenage, & qe jeo vous serroie justiciable du corps & de chateux.P228A2 [P228A2] & qe jeo de vous mal ne damage ne veray qe jeo ne vous defendray & vous garneray a mon pouer. MS. Harl. 867.1_230 Si moy eide Dieux & les Seintz.

Statut' de Ward' & Relebiis.P228Astar [P228Astar] This is inserted in the Printed Copies as of 28 Edw. I. The Copy printed in Cay's Edition from MS. Cott. Claud. D. II. [fo. 232,] is incorrect and imperfect. The Various Readings in the Notes above are from . Lond. fo. 250; and MS. Harl. 947, fo. 69, b.1_230

STATUTE CONCERNING WARDS AND RELIEFS

Ex MS. Harl. 867. fo. 51, b.

VOUS devetz saver qe lou releef serra done q'illeuqes appende garde, & e cono; & ceux qi tenent en serjantie de aler ove le Roy en son ost qilleuqes appende garde & releef; mes ceux qi tenent en petit serjantie come de porter escu ou launce en le ost le Roi ou de porter ou de carier la ne seit garde ne relief.P228Aa1 [P228Aa1] ne mariage Printed Copies: MS. Harl. 947.1_230 Le franc Sokeman ne durra gard ne releef, mes ils doubleront lour rente apres la mort lour auncestre solom q'ils purront paier lour Seignour, & ils ne soient outre mesure grevez. Mes oiez ore la nature del garde avoir;P228Aa2 [P228Aa2] Deux maners des brefs sount de garde avoir. MS. Harl. 947: Lib. Horn.1_230 la une est lou tenement est tenu par service de chevaler, lautre est lou un homme tient de un autre terres ou tenementz en Sokage; la garde de la terre qi est tenu par service de chevaler apent au chief Seignour e le mariage; e deit issi estre marie [q'eleP228A3 [P228A3] qil MS. Harl; Lib. Horn.1_230] ne soit desparage com la grand chartre voet, et si est le age de celluy heir de xxi an; la garde del heir qi […] P228A4 [P228A4] An Erasure and a Blank. […] tient MS. Harl: Lib. Horn.1_230 en socage si la tere ou [le mariageP228A5 [P228A5] le heritage Lib. Horn: Printed Copies.1_230] […] P228A6 [P228A6] An Erasure and a Blank. […] descent Lib. Horn: MS. Harl.1_230 de par sa mere donqes apent a plus proschein parent de part son pereP228A7 [P228A7] & e converso Printed Copies E si le tenement descent de part le piere donqes apent a plus prochein amy de part sa mere. Lib. Horn.1_230. En maneresP228A8 [P228A8] En iij maneres Lib. Horn.1_230 poet homme porter bref de gard aver, la une est quant homme demande garde de la terre & del heir, & ceo est le cas qant un homme tient un maner dun autre de fee de haubek el tenant se lost morir, donc poet le chief Seignour sil soit deforce de demander la gard del heir celluy de qi il avera la gardP228A9 [P228A9] om  Lib. Horn dela terre & del heir celuy, & avera la gard MS. Harl. 947.1_230 & le mariage. Lautre est qant un homme est feffe dune verge de terreP228A10 [P228A10] dun home, MS. Harl. 947.1_230 &P228A11 [P228A11] puis MS. Harl. 947.1_230 dun autre dune carue de terre, le second Seignour ne poet my porter bref de gard aver de la terre &P228A12 [P228A12] ne MS. Harl. 947.1_230 del heir, qar la garde appent a celluy de qi il fust primes feoffe. La terce est la ou il ad la terre en sa mayn en noun de garde & il est muler,P228A13 [P228A13] en nosme de gard & il nad my le heir, Printed Copies & nemie de la garde, sil est heir mulier, Lib. Horn en noun de garde, & il y ad heire mulier, MS. Harl. 947.1_230 donqes purra il porter bref a demander le heir sanz la terre &c.

Page 1_230

Statuta Armorum.

THE STATUTES OF ARMS.P230Adagger [P230Adagger] The Date of this instrument is wholly uncertain. It was first printed in Berthelet's Secunda Pars Veterum Statutorum 1532, and afterwards in Cay's Edition from some antient Manuscript not specified; In Lib. Horn, London, is a Copy intituled Statutum Armorum in Torneamentis, wherewith a Copy in Lib. Custum. London, agrees very exactly.1_231

Ex MS. Rawlinson nu. 277. in Bib. Bodl. Oxon.

Incipiunt Statuta Armorum.

A LA requeste de Contes e de Barons e de la Chivalrie de Engleterre, ordine est, e par nostre Seignour le Rey comaunde, qe nul ne seit si hardi desoremes, Conte ne Baron ne autre Chivaler, qe al Torney voysent,P230A1 [P230A1] A nostre Seignour le Roi prient et reqergent les Countz & les barons et la chivalrie de Anglitere, qe come ils sont accordes, que il voile commander et confirmer un estatute des armes; qe nul ne soit si hardie desormes, Counte e baron nautre chivaller qi attourner voet, Printed Copies Purveu est e confermee par estatut a la requeste de toutz les baneres dangleterre qe nul deshoremes qe atournoyer voise soit si hardy, Lib. Horn.1_231 de aver plus qe treys Esquiers armez, pur li servir al Turney; e qe chescun esquier porte chapel des armes son Seignur qe il servira a la jornee pur enseygne.

Page 1_231

E qe nul Chevaler ne Esquier qe sert al Turney ne porteP231A1 [P231A1] espeie a point, ne cotel a point, ne bastoun ne mace, Lib. Horn; Printed Copies.1_232 fors espee large pur turneer. E que tuz les baneors, qe baners portent, seent armez de mustilers, e de quisers, e de espaulers, e de bacyn,P231A2 [P231A2] bacynette Lib. Horn.1_232 sanz plus.

E sil avent qe nul Conte ou Baron, ou autre Chivaler, voyse encontre leP231A3 [P231A3] cest Lib. Horn.1_232 estatut, par le assent e le comaundement nostre Seignour Sire Edward, fiz le Rey E Sire Eumond frere le ReyP231A5 [P231A5] Sir Edmund son frere, Cay.1_232 e Sire Willeme de Valence, e Sire Gilbert de Clare, e le Cunte de Nichole, qe celi Chivaler, qe issint serra trove en forfetaunt en nul poynt encontre le estatut, seyt encurru cele peyne; qe il perde chival e armes, e demeorge en prison a la volunte de avauntdiz Sire Edward, Sire Eumond, e le autres. E qe le Esquier qe serra trove fesaunt encontre le estatut, qe issi est devise, en acun poynt perde chival e herneys e seyt iij. aunz en la prison. E qeP231A7 [P231A7] si Lib. Horn.1_232 nul sake Chivaler a terre, fors ceus qe serrunt armez pur lur Seignour servir, qe le Chivaler pusse recoverir son cheval, e cely seit en la forfeture des Esquiers avaunt diz.

E qe nul fiz de graunt Seignur, ceo est asaver de Conte ou de Baron, ne seit arme fors de mustilers e de quisers,P231A8 [P231A8] e de Espaulers, e de bacynet, saunz plus, Lib. Horn.1_232 e que ne aporte cutel a poynte, ne espeye, ne mace, fors espee large. E si nul seit trove qe, en ascun de ceos poynz, alast encontre le estatut, qe il perde son chival le quel il serra munte a la jornee, e seit en la prison un an.

E qe ceus qe vendrunt pur veer le turnement ne seent armez de nule manere de armure, ne qe il ne portent ne espee, ne cutel, ne bastun, ne mace, ne perre, sur la forfeture des Esquiers avauntdiz. E qe nul garson, ne homme a a pee, ne porte espee, ne cutel ne baston, ne perrer; e si il seent trovez enforfetaunt qe il seyent emprisonez vij. aunz.

E si acun graunt Seignour, ou autre, teygne mangerie, qe nul esquier ne ameyneP231A9 [P231A9] ne meigne esquier Lib. Horn.1_232 eynz fors ceus qe trencherunt devaunt lur Seignurs.

E qe nul Roy des Haraunz ne MenestralsP231A10 [P231A10] Mareschaus Lib. Horn Mareschal Cay.1_232 portent privez armez, ne autres forz lur espees saunz poynte. E qe le Reys des Harraunz eyent lur huces des armes saunz plus: &c.

Page 1_232

Statutum de Sacram'to Mi'stror' Reg'.P232Astar [P232Astar] The Various Readings are from the Copy first printed in Berthelet's Secunda Pars Veterum Statutorum 1556; intituled Articuli & Sacramenta Ministrorum Regis in Itinere Just'. The Translation is from Rastall's English Collection 1603.1_246

STATUTE FOR OATHS OF THE KING'S OFFICERS IN THE EYRE.

Ex Lib. Horn. fo. 79 b.

P232A1 [P232A1] Ad B.1_246PRINCIPIŪ Itineris Justicie circa sacramentum; scire debes quod in primo adventu Justicie in Itinere suo breve per quod potestas eis concessa est in plena Curia legi debeat. Deinde precipietur quod nichil carius efficiatur in Com' nec in Villa necP232A2 [P232A2] efficietur in villa vel in Com', nisi sit coram Justiciis, vel B.1_246 in Civitate pretextu eorum adventus. ¶ Deinde quod nulle Curia in Com' infra libertatem nec extraP232A3 [P232A3] nundine nec ferie B.1_246 teneantur s' quod Com' teneatur solu'modo ad profros faciendos, set in eo nullum placitabitur placitum nisi breve de Recto et appellum de morte hominis. Deinde quod nulle Nundine ne Ferea teneantur nec stent.P232A4 [P232A4] om  Printed Copies1_246 ¶ Deinde precipiatur quod nullum conducatur hospicium set venientibus gratis concedatur.P232A5 [P232A5] Sacramentum Vic' & aliorum ballivorum. B.1_246 Hoc Sacramentum prestabitur a Vicecomite & subvic'.

Ceo oietz vous Justices qe jeo leaument fray le office qe est apendaunt a mon Counte, E a moy cum a Viscounte: E ceo ne lerrai pur Riche ne pur poure ne pur amour ne par haunge, qe leaument nel fray si Deu moy eit e ces seinz.

Istud Sacramentum prestabitur ab ejus ministrisP232A6 [P232A6] a ministris Vic' B.1_246 quando eligitP232A7 [P232A7] eligent B.1_246 duos Milites.

Ceo oiet vous Justice quod jeo leaument elirray ij Chevaillers ouP232A8 [P232A8] et deux B.1_246 autres prodes hommes del Hundred de N. qe ne seient Appelours ou appeles ne meintenours des apeaus ne mayntenours de play qe touche la Coroune, e qe meuz sachent e voillent fere ceo qe hom lour comaundera de par le Roy, e pur rien ne lerray k' ceo ne fray a moun ascient si dieu me eit e ces seinz.

Istud Sacramentum prestabitur a Militibus electis per predictos Ballivos.

Ceo oietz vous Justice qe nous leaument elirrom, auxibien de nus meymes come des autres xij Chevaillers e autresP232A9 [P232A9] om  Printed Copies1_246 prodes homes de Nostre hundred, qe meuz seuent voillent e puissent verite dire, de ceo ke lem lour demaundera de par le Roys, e ke ne seient appelours ne appeletz, ne mayntenours de play ke touche la Coroune; e pur ceo ne lerray ke leaument nel fray. Si dieu meit e ces ceynz.

Istud Sacramentum prestabitur a xij Militibus quando per ij eliguntur.

Ceo oiez vouz Justices ke jeo leaument fray e leaument fray e leaument dirray ceo ke lem me demaundera de part le Roys e vos counseals celeray, e pur rien ne lerray qe leaument fray a moun ascient, si meit dieu se ces Seinz.

Hoc Sacramentum prestabitur ab omnibus Ballivis Com', alio modo quam prius.

Ceo oiez vouz Justice qe jeo leaument fray ceo qe a moun office appent e vos counseaus celeray, ne nul homme pur haunge ne greveray, ne pur favour aideray; si dieu meit a ces ceyntz.

Deinde liberabuntur omnes Articuli de Com' xij Juratoribus cujus libet Hundredi, et deinde assignabitur eis tempus ad veredicta sua reddenda sub pena misericordie domini Regis. Et si non reddiderint amerciabuntur, secundum quod Justicie melius viderint expedire.

Page 1_246

Visus Franciplegii.P246Astar [P246Astar] In Pynson's Antiqua Statuta this is inserted as a Statute made in 17 Edw. II. In other Editions it is attributed to 18 Edw. II. The Copy from MS. Cott. Claud. D. II. was first printed in Cay's Edition. The Various Readings are from the Old Printed Copies by Pynson, Berthelet, and Tottell; where these differ from each other they are quoted by the Initials P. B. T.1_247

THE VIEW OF FRANKPLEDGE.

Ex Ms. Cott Claudius D. II. fo. 236.

PRIMES vous nous dirrez par le serement qe vous nous avez fait si touz les seutoursP246A1 [P246A1] jurrours P. B.1_247 qi devent suite a ceste Courte soient venuz come venir deivent, & queux ne sount mie; & si touz les chiefs pleggesP246A2 [P246A2] ou lour dozeines P. B. T.1_247 soient venuz, come venir deivent, & queux nemye; & si touz de xij annzP246A3 [P246A3] toutz de douze annz P. B. toutes les douzans T.1_247 soient en lassise nostre Seignour le Roi, & queux ne sount mie, & qi les receite. Et sil neit nul des villeins le Seignour futif aillours menant q'en le demeigne le Roi. De ceux qi sount en les demeignes le Roi, & nount mye demorre un an & un jour.P246A4 [P246A4] Silyeit nul des villeins le seignour aillours en frank plegge que en cest Court. P. B. T.1_247 Des custumes & des services duez au ceste Courte sustretes; comant & par qi, & en temps de quel baillif. De purprestures faites en terresP246A5 [P246A5] boys, P. B. T.1_247 & en ewes a nusance; des mures, maisons, haez, fosses, levez ou abatuz a nusance. Des biensP246A6 [P246A6] boundes P. B. T.1_247 tretz & emportez. Des voies & des centes estopes ou amenusez. Des ewes destournez ou estopez ou amenusez hors de lour droit cours. Des Burgesours des mesons & de lour Receittours.P246A7 [P246A7] De comen larons et de lour recetours. P. B. T.1_247 Des petitz larouns, come des howes, gelines & garbes. Des laronus qi sakent draps ou autres choses parmi fenestres ou parraies. De ceux qi vount en message des larouns. De utlageries leve & nemie pursue. De saunk espandue & plaieP246A8 [P246A8] fray T.1_247 faite. De eschap de laroun & de feloun. Des utlagez repeirez saunz garauntP246A9 [P246A9] le Roi P. B. T.1_247. De rape de femme qes mye presente devaunt Coroners. De retoundours & de fausours de la monoye. De tresor trove. Dassise de pain & de servois enfreinte. Des faux mesours, come des busselx, galouns, verges, aunes. De faux balaunces & de faux pois. De ceux qi ount double mesure, & achatent par le greindour, & vendent par le meindre. De ceux qi assiduelment hauntent les tavernes & homme ne soit dount ils viegnent.P246A10 [P246A10] ne sceit dount ilz vient P. B. T.1_247 De ceux qi dorment les jours & veillent les nutz, & mangent bien & beivent bien & nount nul bien. Des dobboursP246A11 [P246A11] vendours P. B. dubbours T.1_247 des draps, & des curreours des quirs aillours qen ville marchaunde.

Page 1_247

De ceux qi fuent a leglises & par euxP247A1 [P247A1] en cimitterie ou esglise, et puis P. B. T.1_248 sen vount saunz faire qappent.P247A2 [P247A2] lassesse P. B. T.1_248 Sil ny eit nulle femme pariene par quoi le Seignour purra perdre.P247A3 [P247A3] om  P.B.T.1_248 Et des gentz emprisonez & puis lessez saunz garant.P247A4 [P247A4] garauntie B.1_248 De ceux qi prenent columbes en iveer par laces ou par autre engine. De touz ceuz nous faites assavoir par le serement qe vous nous avez fait.

Le S'ement du Visconte.P247Astar [P247Astar] This Oath, as also the King's Coronation Oath, the Oaths of the King's Counsellors, the Bishops, Escheators, and Mayors and Bailiffs, together with the Abjuration and Oath of Thieves, were first inserted in Tottell's Magna Carta, &c. 1556: In Hawkins's and subsequent Editions of the Statutes, the Oath of the Sheriff is given from the Statute Roll m. 34 d., the back of the Membrane on which the Statutes 34 Edw. I. are entered. The Various Readings, in the Notes above, are from an Entry of this Oath on the Close Roll 5 Edw. II. m. 23 d. intituled in the Margin Forma Sacramenti Vicecomitum, For the Coronation Oath, See the Notes to the Ordinances 5 Edw. II. ante page 168. See also the Oaths of the Justices and Clerks of the Chancery, 20 Edw. III. post page 305, 306.1_248

THE OATH OF THE SHERIFF.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 34. d.

VOUS jurretz qe bien & loiaument serviretz le Roi en loffice de Visconte, & le preu le Roi freetz en totes choses qi a vous apendent a faire selonc vostre seu & vostre poair: & ses droitures & qantqi a la Coroune apent leaument garderetz, ne ne assentiretz au descres, ne au concelement des droitz ne des Franchises le Roi: et par la ou vous saveretz les droitz le Roi ou de la Coroune, soit en terres ou en rentes, ou en franchises, ou en suites, concelees ou sustretes, vostre loiale peine mettretz de ce replerP247Aa1 [P247Aa1] reapeller Rot. Claus.1_248; et si vous ne le poetz faire vous le dirretz au Roi, ou a ceux de son conseil de qi vous soietz certein, queux le dirrount au Roi: et les dettes le Roi por doun ne por favour respitretz par la ou vous les porretz sauntz tresgrante grevaunce de dettours lever: e qe loiaument & a droiture tretteretz le poeple de vostre baillie & a chescun freetz droiture auxibien a poure come a riche, en ce qi a vous appent afaire: et qe por doun ne por promesse ne por favour ne por haunge,P247Aa2 [P247Aa2] haour Rot. Claus.1_248 tort ne freetz a nuli, ne autri droiture ne ne desturberetz; & qe loiaument acquiteretz, al Eschekier, la gent de qi vous averetz rien receu des dettes le Roi, et qe rien ne prendretz par quoi le Roi perde ou par quoi droiture soit desturbe, ou la dette le Roi delae: & qe loiaument freez retourner, & loiaument suire les briefs le Roi a vostre seu & a vostre poair: et qe vous ne prendretz nul ballif en vostre service por qi vous ne voletz respoundre: et qe vous freez voz ballifs faire autiel serement come a eux apent: et qe nul brief ne receivretz par vous ne par les voz, souz seal des JusticesP247Aa3 [P247Aa3] de Justice Rot. Claus.1_248 forsqe en Eyre ou autres Justices assignetz en mesme la Countee, ou Justice de Neugate; & qe vous mettretz voz baillifs de plus loiaux du pais; et qe nul ballif ne Ministre qi ad este od lautres Viscontes retendretz en vostre service.P247Aa4 [P247Aa4] om  Rot. Claus.1_248

Page 1_248

Forma Juramenti' illor' de cons' R.

FORM OF THE OATH OF THOSE OF THE KING'S COUNCIL.

Ex Rot. Claus. 35 Edw. I. m. 7 dP248Astar [P248Astar] This Oath is also entered on Rot. Claus. 1 Edw. II. m. 19 d: of which the Various Readings are given in the Notes. An Entry of this Oath on the Vetus Codex in the Tower sub. an. 35 Edw. I. agrees with that in the Text.1_249.

CELI qe serra jurez du conseyl le Roy, soit chargez des pointz ci desoutzescritz: E sil doive estre Justice, soit chargez du darrein point.

Q' bien & loiaument consaillerez le Roy solunc vostre seu & vostre poiar.

E qe bien & loiaument son consail celerez.

E qe vous ne encuserez autre de chose qil dirra au consailP248A1 [P248A1] qi touche le conseil le Roi Rot. Claus.1_249.

E qe vostre peyne, eide, & consail, a tot vostre poair dorrez & metterez as droitures le Roy & de la Corone garder & maintenir, sauver & repeller, par la ou vous purrez santz tort faireP248A2 [P248A2] & solunc ce qil affert a son office. Rot. Claus.1_249.

E la ou vous saverez les choses de la Corone & les droitz le Roy concelez, ou a tort alienez, ou sustretz, qe vous le frezP248A3 [P248A3] adrescer a vostre poer, ou qe vous le frez Rot. Claus.1_249 saver au RoyP248A4 [P248A4] ou a son conseil en la manere qi a vous appent Rot. Claus.1_249.

E qe la corone acrestrez a vostre poair & en loiale manere.

E qe vous ne serrez en lieu ne a consail ou le Roi se descresse de chose qe a la Corone appent, si ce ne seit chose qe vous conveigne faire.

E qe vous ne lerrez pur nully, pur amur, ne haour, pur bon gre, ne pur mauveis gre, qe vous ne facez faire a chescun de quel estat ou condicion qil soit, droiture & reison, solunc vostre poiar & a vostre escient, & qe de nully rien ne prendrez pur tort faire ne droit delaier.

E qe en Jugement, ou droiture faire, la ou vous serrez assignez, vous nesparnierez nully, pur hautesce, ne pur poverte, ne par richesce, qe droit ne soit faitP248A5 [P248A5] a vostre poer Rot. Claus.1_249.

E si vous eez fait alliaunce, a seignurage, ou a autre, par quey vous ne peussez cestes choses faire ou tenir sauntz cele alliaunce enfreindre, qe vous le dirrez ou frez saver au Roy.

E qe desormes alliance de serment ne freetz a nulli sauntz conge le Roy.

E qe rien ne prendrez de doun, de nully, pur pled ne pur autrer chose, quil eit a faire devant vous, si ceo ne soit manger & beivre a la journee.P248Adagger [P248Adagger] After the Form of the Oath on Rot. Claus. 35 Edw. I. is the following Entry:
R. London' Episcopus, quem Rex vult esse de consilio Regis, prestitit sacramentum in pleno parliamento Regis apud Karl' die Jovis in crastino Conversionis Sancti Pauli, anno regni. Regis E. xxxv. secundum articulos sacramenti contentos in hac cedula.
1_249

Page 1_249

Juramentu' Ep'or'.

THE OATH OF THE BISHOPS.

Ex MS. Harl. 867. fo. 42. b.

LE serement de feaute des Evesqes. Jeo serrei foil & leal, & foy & leaute porteray, au Roy & a ces heirs Roys Dengleterre de vie & de membre & de terre honour, contre toutes gentz qui pont vivre & morir; & lealment conustray, & lealment fray, les servicez qi appendent a la temporalte de levesqe de N. la quel jeo claim tenir de vous, et la quel vous me rendez; si me eide Dieu & les Seintz.

Juramentum Escaetorum.P249Astar [P249Astar] This and the Two following Forms of Oaths, are reprinted from Tottell's Magna Carta, &c. 1556.1_250

THE OATH OF ESCHEATORS.

VOUS jurres que bien et loialment servires le Roy en le Office de Eschetor en les Counties de A. B. & C. & le proue le Roy ferez en toutz choses qui a vous appendent a faire, solonc vostre soien & vostre poiar; & sez droitures, et quant a la Corone appent loialment garderes: & ne assentires a distresse ne a concelment des droites, ne des franchises le Roy; et par la ou vous scaveres les droits le Roy ou de la Corone, soit il en terres, ou en rentes, ou en franchises, ou en suites, conceles ou sustreites, vostre loial poiar metres de ceo repeller, et si vous ne le poies faire, vous le dirres au Roy, ou a ceux de son counsel, de qi vous soies certaine que eux diront au Roy; & qe loialment et au droit traiteres le people de vostre bailee, et a chescun faites droit, auxibien aux poures come aux riches, en ceo que vous appent a faire; & qe pur donne, ne pur promis, ne pur favor, ne haire, tort ne feres a nully, ne auter droiture ne distourberes; & que rien ne prendres par quoy le Roy perde, ou droiture soit disturbe; et que vous prendres nul ministre en vostre service pur qui vous ne voilles responder; et que vous ferres vous ministres faire tiel serement come a eux appent.

Juramentum Majorum & Ballivorum.

THE OATH OF MAYORS AND BAILIFFS.

VOUS jures que bien & loialment servires au Roy en le Office de Maior en la Citie de Londres, & mesme la Citie garderes surement & sauvement a le oeps nostre Seigneur le Roy de Angliterre, et de ses heires Roys de Angliterre; et le proue le Roy ferres en toutes choses que a vous appendant a faire; et les droitures le Roy, et quant que a la Corone appent en la dite citie, loialment garderes, et ne assentires a distresse ne a concelement des droits ne des franchises le Roy. Et par la ou vous scaveres les droits le Roy ou de la

Page 1_250

Corone, (soit en terres, ou en rentes, ou en fraunchises, ou en sutes,) concelles ou sustretes, vostre peine metteres de ceo repeller; et si vous ne le poies faire vous le dires au Roi, ou a ceux de son counseil, de qi vous soies certain que eux le diront au Roy: et qe loialment, & a droiture traiteres le people de vostre bailee, et droit faires a chescun, auxi bien as estranges, come as privies, as poures, come as riches, en ceo que a vous appent a faire; et que pour hautesse, ne pour richesse, ne pour don, ne pour promis, ne pour favor, ne pour haier, tort ne faires as nulluy; qe nul droiture distourberes, ne rien ne prendres par quoy le Roy perde, ou ascun droiture soit distourbe; et que en toutes choses que al maior de la dit citie appent a faire, bien & loialment averes, si vous aide Dieu, &c.

Ensemblement des Baillifes, mutatis mutandis.

Abjuratio & juramentum Latronum

THE ABJURATION AND OATH OF THIEVES.P250Astar [P250Astar] The Various Readings are from the Copy printed in Rastall's Collection, 1557, title Abjuration; where it is preceded by the following Instrument, quoted as Tract' de Officiis Coronatorum, which Rastall says he could not find in any written or printed book, but only in the Abridgement of Statutes. The Translations are from the Edition of Rastall's Collection in English, 1603.

CUM latro, homicida, aut alius malefactor ad ecclesiam diffugerit, facta recognitione felonie, fieri faciet coronator abjurationem, sic: felonus ducatur ad portam ecclesie, et assignetur ei portus propinquus vel remotus, et prefigatur ei terminus exeundi regnum, ita quod in eundo versus portum illum, deferat quandem crucem in manu sua, nec declinet a via Regali a dextris nec a sinistris, sed semper eam teneat quousque regnum exierit, & non redibit sine speciali gratia domini Regis.

1_251

Hoc audis domine Coronator, quod Ego N.P250A1 [P250A1] M. de H. Rastall1_251 sum latro bidentium, vel alicujus alterius animalis, vel homicida unius vel plurium, et felonus domini Regis Anglie. Et quia multa mala & latronicia, velP250A2 [P250A2] vel latrocinia Rastall1_251 hujusmodi, in terra sua feci, abjuro terram domini E. Regis Anglie; et quod debeo festinare me versus portum de tali loco, quem mihi dedisti; et quod non debeo abire de alta via, et si faciam, volo quod sim captus sicut latro et felonus domini Regis, et quod ad talem locum diligenter queram transitum: Et quod expectabo illic nisi fluxum, et refluxum, si tram situm habere potero; et nisi tanto spacio transitum habere potero, ibo quolibet die in mare usque ad genua P250A3 [P250A3] mea Rastall1_251 tentans transire: Et nisi hoc potero infra quadraginta dies continuos mittam me iterum ad ecclesiam, sicut latro et felonus domini Regis. Et sic Deus me adjuvetP250A4 [P250A4] et sanctum judicium Rastall1_251 &c.

P217Aa1 [P217Aa1]  nisi quia aut nutrix obstetrix aut mittatur per breve ad ventrem inspiciendum MS. Cott. exceptis tribus casibus, videlicet ubi aliqua mulier est nutrix pueri domini Regis, vel si fuerit ultra Reginam in parturiendo, vel si missa fuerit per preceptum domini Regis ad ventrem alicujus mulieris inspiciend'. Lib. Horn.1_251 P217Aa2 [P217Aa2] Non jacet Printed Copies.1_251 P217Adagger [P217Adagger] This is inserted in the Printed Copies as a Statute of 12 Ed. II. An incorrect Copy was printed by Cay from MS. Cott. Claud. D. II. [fo. 236b.] In Lib. Horn. Lond. fo. 156b. is an Entry of this Instrument, in which the Clauses are arranged very differently from other Copies.1_251 P218A1 [P218A1] This Word is dotted underneath, signifying that it is to be omitted: Lib. Horn. omits.1_251 P218A2 [P218A2] This Word is inserted above the Word die first written by mistake.1_251 P218A3 [P218A3] Non jacet quia preceptum fuit Vic' quod faceret eum venire. Lib. Horn Non jacet quia preceptum est vic' quod distringat eum venire per terras et catalla. Printed Copies.1_251 P218A4 [P218A4] per MS. Cott: Printed Copies.1_251 P218Astar [P218Astar] This was first printed in Berthelet's Secunda Pars Veterum Statutorum, 1532, from whence it was inserted by Cay. The Translation is from Rastall's English Collection.1_251 End of the Statutes usually termed Antiqua Statuta.

Page 1_251

STATUTES OF KING EDWARD THE THIRD.

Anno 1o EDWARDI III. A.D.1326-7.

Statuta f'ca apud Westmonasterium in P'liamento R. Edwardi T'cii post Conquestorem anno r. sui primo.

STATUTES made at WESTMINSTER; In the Parliament of K. EDWARD, THE THIRD, after the Conqueror; In THE FIRST YEAR of his Reign.

1

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 29.

COME Hugh le Despenser le piere & Hugh le Despenser le fiuz nadgares, a la suite Thomas adonqes Counte de Lancastre & de Leycestre, Seneschal Dengleterre, par commune assent & agard des piers & du poeple du roialme, & par lassent du Roi Edward piere nostre Seignour le Roi qore est, come treitres & enemys du Roi & du poeple feussent exilez, desheritez, & banutz hors du roialme pur tous jours; puys apres, mesmes ceux Hugh & Hugh, par malveis conseil qe le dit Roi avoit presde luy adonqes, saunz assent des piers & du poeple revindrent en dit roialme; & eux & autres abetterent le dit Roi Edward apursure le dit Counte de Lancastre & autres graunz & gentz du poeple du roialme, en quele pursuite le dit Counte de Lancastre & autres grauntz & gentz du poeple du roialme voluntrivement furent mortz, & desheritez, & ascuns utlagez banuz & desheritez, & ascuns desheretez & emprisonez, & ascuns reintz & desheretez; & apres tieux mauveistez les ditz Hugh & Hugh, Mestre Robert de Baldok, Esmon jadis Counte Darundell acrocherent a eux roial poer, en tieu manere qe le dit Roi Edward rien ne fist, ne ne voleit faire, forsqe ceo qe les ditz Hugh & Hugh, Robert, Esmon Counte Darundell, luy conseilerent, ne fust ceo ja si grant tort; duraunt quele acrochement par durte & par force countre volunte des gentz de la terre, ils purchacerent terres par fyns levz en la Court le dit Roi Edward & en autre manere. Et come apres la mort le dit Counte de Lancastre & des autres grauntz, nostre Seignour le Roi qore est, & ma dame Isabele Roine Dengleterre sa miere, de la volunte le dit Roi Edward, & par commun conseil du roialme, alassent es parties de France de procurer bien de pees entre les deux roialmes de Fraunce & Dengleterre,

Page 1_252

sur ascuns debatz q'adonqes estoient meutz; les ditz Hugh & Hugh, Robert & Esmon Count Daruendell, continuauntz lour mauveiste, moverent le corage le dit Roi Edward contre nostre Seignour le Roi son fiuz qore est, & la dite Roine sa compaigne, & par poair roial qil avoient a eux acrochez, sicome desus est dit, tantz de durte procurerent estre fait par lassent du dit Roi Edward, au dit nostre Seignour le Roi qore est, & a la Roine sa miere, adonqes esteauntz dela la mier, qe eux y demorerent relinquiz du dit Roi Edward & come exilez hors du roialme Dengleterre: Pur quoi il covenist nostre dit Seignour le Roi qore est, & la Roine sa miere, ensi mys a si grant meschefs de eux mesmes en estraunge terre, & attendauntz les destructions, damages, oppressions, & desheritisons qi notoirement furent faitz en dit roialme Dengleterre sur Seinte eglise, prelatz, Countes, Barons, & autres grauntz, & sur le poeple du roialme, par les ditz Hugh & Hugh, Robert, Esmon Counte Darundell, par poair roial a eux issint acroche, mettre y le bon conseil qil purroient; & veiauntz qe eux ne poient remede mettre fors qe par force, taunt fesoient qil vindrent en Engleterre a graunt force des gentz darmes, & par la grace de Dieu ove cele force, & ove leide des grauntz & du poeple du roialme, unt vencuz & destrut les ditz Hugh & Hugh, Robert, Esmon Counte Darundell: Dount nostre Seignour le Roi Edward qi ore est, fiuz du dit Roi Edward, qi fut fiuz le Roi Edward fiuz le Roi Henri, a son parlement tenu a Westmonster a son coronement, lendemeyn de la Chaundelure, lan de son regne primer, sur ascuns peticiones & requestes qi luy furent faites au dit parlement, sur les choses motez a desus, par commun conseil des prelatz, Countz, Barons, & autres grauntz & le Commun du roialme, illoeqes esteauntz par son comaundement, purvist ordina & establi en la fourme qi sensuit.

1

Primerement qe nul graunt, ou autre de quel estat dignite ou condicion qil soit, qi vindrent ove le dit Roi qi ore est & ove la Roine sa miere, en roialme Dengleterre, ne autres adonqes demorauntz en mesme le roialme, & qi vindrent as ditz Roi & Roine en lour eide apursure lour ditz enemys, en quele pursuite le Roi le piere fust pursuy, pris & mys en garde, & uncore demoert en garde, ne soit empeche moleste ne greve, en persone ne en biens, en la Court le Roi, ne en Court dautri, pur la suyte du dit Roi, pris & detenue de son corps, ne par suyte dautre prise des persones chasteux ou de Chateux, mort de homme ou qecunqes autres choses faites en la dite pursuite, du jour qe les avauntditz Roi & Roine ariverent taunqe au jour du coronement du dit Roi: et nest pas lentencion du dit Roi qe meffesours, qi firent trespas ou autres malx hors la dite pursuyt, soient covert ne avantage eient de cest estaut, einz qils ent soient respoignauntz a la lei.

2

Item qe le repel du dit exil, le quel fut fait par force & par durte, soit anenti & nul a touz jours; et qe meme cel exil fait par agard des piers & du poeple & par assent du Roi, sicome desus est dit, teigne sa force en touz pointz solonc la tenur de chescun article contenu en y cel.

3

Item qe les executours des testamentz de touz ceux qi furent de la dite quer […] eient action & recoeverent les biens & les chateux de ceux de mesme la querele, dount ils sount executours, auxiavant come ceux de mesme la querele qi sount en vie le unt par cause de la querele. Et qe fins ventes & douns de terre, & reconissaunces des dettes, puys le temps del exil des ditz

Page 1_253

Hugh & Hugh, fait par force & durte as ditz Hugh & Hugh, Esmon Counte Darundell, Robert de Baldok, & Wautre de Stapelton jadis Evesqe Dexcestre, ou a auscun de eux soient defaitz. Et est acorde & establi qe en cas ou nul voudra, par voi daccion, defaire fyn vente ou doun de terre, ou reconissaunce de dette faite par force ou par durte as dites persones, sicome desus est dit, eit bref de la Chauncellerie affaire venir le transecrit du pee de la fyn & la tenour de la reconissaunce devaunt le Roi et les Justices assignez a tenir les plees devant le Roi, associe a eux deux Evesqes, deux Countes, deux Barouns, ou de chescun estat un, & garnie la partie tenaunt de la terre dount tiel fyn est leve, doun ou vente faite, si trove soit en la Court le Roi, par conissaunce de partie ou par loiale enqueste aprendre, qe tiel fyn, vente ou doun fust leve ou faite par durte de prison, ou par doute de morte, adonqes soit defait; & execucion soit faite outre pur le pleintif, come appent sur la restitucion des terres & tenementz qi sount en autri meyn q'en les meyns le Roi. Au tiel proces soit fait des terres qi sount en la meyn le Roi, dount fins sount levez, garni le gardein des dites terres. Et en cas ou nul voudreit demaunder terre par commune lei, & tiel fin ou autre fait soit mis en barre de sa demaunde, adonqes soit fait auxcome ad este cea en arere, ou reles ou quiteclamance ad este mys en bar daccion entre parties, ou emprisonement ad este alegge; mes nest pas lentencion du Roi ne de son conseil qe ceux qi unt vendu lour terres, ou relesse ou quitclame de lour fraunche volunte, eient avantage par cest estatut.

4

Auxint est acorde ordine & establi en amendement de la lei, qe countre record de Court, le quel record vient en la Court le Roi par bref de faux juggement, en cas ou la partie dist qe le record est autre qe la Court ne recorde, soit receu averement de bone pais, & de ceux qi furent presentz en la Court quant le record se fist, si tieux viegnent ove les autres du pais par retorn de visconte, & sils ne veignent, soit lenqueste prise par bone pays.

5

Auxint est purveu & establi qe desore enavant countre faux retorn des bailiffs des fraunchises qi unt plein retorn des brefs, eit homme averement & recoverer auxicome devers le visconte le Roi, auxibien de trop petit issues retornez come en autre cas, issi qil ne chiete en prejudice des Seignours ne en blemissement de lour fraunchises, & qe lestat de seinte Eglise soit touz jours sauve; & qe tot le punissement soulement chiete sur les baillifs, par punissement de lour corps sil neient de quoi respoundre.

6

Purveu est ensement & establi, qe par les grauntz meschefs damages & destruccions de divers persons, auxibien des gentz de seint Eglise come dautres, qi sount avenuz par faux serment des jorours en brefs de trespas, qe desore bref de atteint soit graunte, auxibien sur le principal come sur les damages en brefs de Trespas; et qe le Chaunceller qi pur temps serra eit poair de graunter tiels brefs datteintes, saunz parler au Roi, & q'en tieu cas, & en touz autres de atteinz, les Justices ne lessent pas de prendre les atteinz par les damages nient paiez.

7

Et qe par eschure malx damages & destruccions qi sount avenuz par visconte , gaolers, gardeins des prisons deinz fraunchise & dehors, qi unt peine prisons, & par autre male voie destreint & procure adevenir appellours & appeller gents nient coupables, pur aver raunceouns des tieux appellez pur seuteP253A1 [P253A1] doute Old Printed Copies.1_254 de prisone, ou par autre cause; Justice

Page 1_254

del un Baunk & del autre, Justicz assignez aprendre assises & galoes deliverer, enquergent par force de cest estatut des tieux destresses, peiner, & procurementz, & oient les pleintes de touz ceux qi pleindre se voudrent en tieu cas par bille, & oient & terminent tieux pleintes, auxibien a suyte de partie, come a la sute le Roi.

8

Et pur ceo qe plusours gentz sount desheritez reintz et destruz par les sovereins gardeins de forestes de cea Trente & de la & par les autres ministres, encountre la fourme de la chartre de la Foreste, & encountre la declaracion qe le Roi Edward fiuz le Roi Henry fist en la fourme qi sensuist, cest asavoir: nouz voillioms & grantoms pur nous & pur noz heires, qe dez trespas faites en noz forestes de vert & de veneson, qe les foresters en qi baillifs tieux trespas serrount faites, presentent mesmes les trespas a proschein Swainmot, devant foresters, verders, regardours, & agistours, & autres ministres de mesme la foreste, & sur tieux presentemenz devant les foresters, verders, regardours, agistours,P254A2 [P254A2] Interlined on the Roll.1_255 & autres ministres avantditz par serment auxibien des Chivalers, come dautres prodeshommes & loiaux & nemy suspecionus des parties veisinables, & plus proscheins ou tieux trespasses serrount issint presentez, & ou la verite purra meux & plus pleinement estre enquise, & tiele verite, issint enquisse, soient tieles presentementz, par commun assent & acord de touz les ministres avauntditz, solempnement efforces et de lour seals enseales; & si en altre maner soit nul enditement fait, soit desoremes pur nul tenu: Et pur ceo qe les Chiefs gardeins des forestes nont mye la dite fourme tenue jesqes en cea, acorde est, ordene, & establi, qe desormes nul ne soit pris ne en prisone par vert ne par veneson, sil ne soit trove en meinoure, ou en la fourme avaundite endite, et adonqe luy lesse le soverein gardein de la foreste a meinprise jesqes al Eire de foreste, saunz ren prendre pur la deliveraunce, & si le dit gardein faire ne voille, eit bref en la Chancellerie qe auncienment fust ordene par tieux endite destre a meinprise jesqes en en eir. Et si le dit gardein, apres le dit bref resceu, ne face tieux endites saunz delai deliverer a meinprise saunz rien prendre, donqes eit le pleintif bref en la Chauncellerie a viscount, datacher le dit gardein destre devaunt le Roi a certein jour, a respondre pur quoi il nad replevi celui qest ensi pris, & le viscount appellez les verders face deliverere celui qest pris par bone meinprise en la presence des verders, & le nouns des meinprenours face liverer a mesmes les verders, a respoundre en eir devant Justices. Et si le Chief gardein de ceo soit atteint, soient agardez as pleintifs lour damages au tresble, & le dit gardein a la prisone & reint a la volunte le Roi; et desoremes soit escrit a eux come a les chiefs gardeins de la foreste, pur ceo qe Justices ne deivent il estre, ne record avoir, forsqe en Eyr. Donez a Westmonster le vij. jour de Marz lan du regne le dit Roi Edward qore est primer.

Page 1_255

2

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 29.

AL Honur de dieu & de seinte Eglise & en amendement des oppressions du poeple, le Roi Edward fiuz le Roi Edward, filz au Roi Edward filz le Roi Henri, a son parlement qil tynt a Westmonster apres la feste de la Purificacion de nostre dame, lan de son regne primer, a la requeste de la commune de son roialme, par lor petitions mys devant luy & son conseil en le dit parlement, par assent des Prelatz, Countes, Barons, & autres grantz, au dit parlement assemblez, ad graunte pur luy & ses heires a toutz jours les articles soutzescritz.

En primes qe la grande chartre des fraunchises & la chartre de la foreste soient gardes en toutz lor pointz. Et qe la puralee qi estoit chivauche en temps le Roi Edward, ael le Roi qor est, se tiegne en la forme qele estoit chivachee & bundee; e qe sur ceo soit chartre faite a chescun Countee ou ele fust chivache. Et par la ou ele ne feust my chivachee le Roi voet qe ele soit chivauche par bons & loialx & qe chartre sur ce soit faite come desus est dit. Item qe chescun homme qi eit boys deinz foreste poet prendre en son boys demeigne housbote & heybote sanz estre attache par ministres de la foreste, issint qils le face par veue de Forester.

Et pur ce qe avant ces houres, en temps le Roi pier au Roi qore est, Le Roi par malveys conseillers sanz cause & areynement fist prendre en sa meyn les temporalites des divers Evesqes, od toutz les biens & chateux en les dites temporalitees troveez, & mesmes les temporalitees tynt en sa meyn par long temps, & prist toutz les issues en mesmes le temps, a grant damages des ditz Evesqes, vastz & destruccions de lor Chasteux Manoirs Parks & Boys; Le Roi grant & voet qe desormes ne soit fait.

3

Item come le Roi, piere le Roi qore est, avant ces houres avoit pardone a son poeple issues et amercimentz tanqe al an du regne son piere vintisme, et puis tieux issues et amerciementz, nient eyant regard a cel pardoun, ount este levez a grant damage de poeple: Le Roi voet qe des tieux issues et amerciementz soit fait ce qe par son dit piere feust autre foitz grante. Et qe les dettes des Jues soient pardonez.

4

Item pur eese du poeple qi ad este greve avant ces houres par outrage lever des dettes le Roi, voet le Roi et grant qe le Tresorer et Barouns de Lescheker puissent terminer & estaller chescuny dette due au Roi tanqe al summe de trois Centz livres, solonc lestat de les dettours, sauve lour contenaunce. Et qil charge nemye les viscountes, baillifs des fraunchises, ne autres qi ount aconter a Lescheker, de nulle summe lever de nuly, sil se charge de tant come il poet lever par son serment sanz abatement de la contenance del dettour; mes soient les respons des viscontes et autres tieux ministres acceptez solonc les pointz de lor serment.

5

Item le Roi voet qe desormes nul soit charge de soi armer autrement qil ne soleit entemps de ses auncestres Roys Dengleterre; Et qe nuls soient destreintz daler hors de lour Countez, si noun par cause de necessite de sodeyne venue des estraunges enemys en Roialme; et adonqes soit fait come ad este fait avant ces houres pur defens du Roialme.

6

Et pur ceo qe la commune de poeple ad sentu graunte grevaunce de ceo, qe quant ils granterent au Roi eyde de lour biens, & certeins gentz ount este assignez de

Page 1_256

lour biens taxer, et ceux taxours ount leve le taxe et de ceo renduz lor acounte a Leschekier, et les deneers paiez illoeqes, certeyns Justices ount este assignez apres denquere sur lour faitz, les queux Justices ount pris raunceons & fyns des taxours et autres par colour de lour comeissions, en grant oppression & empoverissement de eux; Le Roi voet qe desore soient taxez solonc lanciene manere & nemye autrement.

7

Ensement qe quant commissions ount este maundez as certeynes gentz des Counteez darraier gentz darmes, & de eux mener au Roi en Escoz en Gascoigne ou aillours, a les coustages des Countees, le Roi nad my ordene avant ces houres des gages des ditz arraiours & mesnours, ne des gentz darmes queles ils ount mesne, par quoi la commune des Countes ad este grantement charge et enpoverie; Le Roi voet qi mes ne soit fait.

8

Purceo q'ascuns du roialme se sount grevement pleintz qils sount grevez par viscountes qi se fount nomer approuours le Roi, qi prenent deners de eux par extorsion pur ce qils ne deyvent estre atchesonez de bel pleder devant eux; Le Roi voet qe lestatut de Marlebergh' en cel poynt soit garde & tenutz.

9

Auxint voet le Roi qe les Citees, Burghs, & villes de franchises eient leur franchisesP256A1 [P256A1] Interlined on the Roll.1_257 usages, & franches custumes, solonc ce qils deyvent avoir et soleyent.

10

Et pur ce qe Ercevesqes, Evesqes, Abbees, Priours, Dames de religion et autres ount este avant ces houres grandement grevez par priers des Roys, qi lor unt prie par grandes manaces pur lour Clerks & autres lor servantz, par grosses empensions, provendes, Eglises et Corodies, issint qils ne poent rien doner ne faire a ceux qi lour avoient servi, ne a lor amys, a grant charge et damage de eux; Le Roi ne voet desore prier, mes la ou il devera.

11

Auxint plusours gentz sont grevement pleyntz qe quant diverses gentz, auxibien Clerks come lays, ount este enditez devant viscontes en lour tours, & puis par enqueste procure sont deliverez devant Justices, & apres lor deliverance suient en Court Crestiene devers les enditours, ensurmettaunt eux qi eux lor ount diffame, a graunt damage des ditz enditours, par quoi plusours gentz des Countees se doutent plus denditer les malveys; Le Roi voet qe en tieux cas chescun qi se sent greve, eyt sur ce prohibicion en Chauncellerie fourme en son cas.

12

Por ceo qe plusours gentz du roialme se pleynent estre grevez de ce, qe terres & tenementz qi sont tenutz en chief du Roi, et alienez sanz son conge, ont este pris avant ces houres en la meyn le Roi, et tenutz come forfaitz; Le Roi ne les tient mye come forfaitz en tieux cas; mes voet & grant qe desoremes des tieux terres et tenementz alienezP256A2 [P256A2] Interlined on the Roll.1_257 soit renable fin pris en Chauncellerie par due proces.

13

Et auxint come plusours gentz de people se pleynent estre grevez par reson des purchacz des terres & tenementz qi ount este tenutz des auncestres le Roi qore est, come des honurs, & mesmes tieux tenementz ount este pris en la meyn le Roi, auxint come ils eussent este tenutz en chief du Roi come de sa corone; Le Roi voet qi mes ne soit homme enchesone par nul tiel purchace.

14

Item pur ceo qe le Roi desire qe comeun droit soit fait as toutz, auxibien a povres come a riches, il comaund & defend qe nul de ses conseillers, ne nul de son Hostel, ne de ses autres ministres, ne nul grant de la terre par lui ne par autre, par maundement des lettres nen autre manere, ne nul autre du roialme petit ne graunt nenprenent de meyntener querels ne parties en pays en desturbaunt la commune lei.

15

Item come plusours gentz du roialme, en temps le Roi piere le Roi qore est, par ses falx & malveys conseillers, ount este mesne par duresce de eux lier par

Page 1_257

escritz de venir au Roi a force & armes, en chescun temps qils furent maundez, sur peine de vie & de membre, & de quant qil purroient forfaire; par force des queux escritz plusours de la terre ount este diversement destrutz; Le Roi eyaunt regard qe tieux escritz furent faitz a deshonour du Roi, desicome chescun feust tenu de faire au Roi come a seignur lige ceo qi a luy appendoit sanz escrit, Voet qe tieuz escritz desormes ne soient faitz; et qe ceux qi sont faitz, par la veue de Chanceller & Tresorer, soient monstrez au Roi; & le Roi fra dampner ceux qi sont faitz contre droit & reson.

16

Item pur la pees meultz garder & meyntener, le Roi veot qen chescun Countee qe bones gentz & loialx, queux ne sont mye meyntenours de malveis baretz en pays, soient assignez a la garde de la pees.

17

Item le Roi comaunde qe les viscontes & Baillifs des franchises, & toutz autres qe prenent enditementz a lor tourns, ou ailliours ou enditementz serrount faitz, preignent tieux enditementz par roule endente dount Lune partie demeorge vers les enditours, & lautre partie devers cely qi prendra Lenqueste, issint qe les enditementz ne soient beseleez come avant ces houres ount este, & issint qe un de lenqueste peut monstrer lune partie de lendenture a la Justice quant il vendra par la deliveraunce faire.

Memorandum quod ista duo statuta precedencia missa fuerunt in Hiberniam in forma patenti, cum quodam brevi inferius sequente.

Anno 2o EDWARDI III. A.D.1328.

Statutum editum apud Norh't', anno r. R. E. t'cii post conquestum sc'do.

STATUTE made at NORTHAMPTON; In the SECOND Year of the Reign of K. EDWARD the THIRD after the Conquest.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 28.

Nostre seignur le Roi Edward, le tierz apres le conqueste, a son parlement tenuz a Norh't as trois semeins de Pasche, Lan de son regne secund, desiraunt qe la pees de sa terre, & les leis & estatuz avant ces heures ordenez & usez, soient gardez & meintenuz en touz poyntz, Al honur de dieu & de seinte eglise, & a commune profit du poeple, par assent des Prelatz, Countes & Barons & autres grantz, & tote la commune du roialme, au dit parlement somons, ordena & establit en meisme le parlement les choses southescrites en la forme qi sensuit.

1

En primes qe la grante Chartre & la Chartre de la foreste soient tenuz en touz pointz.

2

Ensement pur ceo qe meffesours ont este esbauditz de ce qe chartres de pardoun ont este si legerment grantees avant ces heures, des homicides, roberies, felonies & autres trespas countre la pees; acorde est & establi qe tiels chartres ne soient mes grantees fors qen cas ou le Roi le poet faire par son serment, cest assavoir en cas ou home tue autre soi defendant, ou par infortune: Et auxint ont este esbauditz de ceo qe Justiceries as deliverances des gaoles, & a oier & terminer, ont estez grantees as gentz procurez countre forme de lestatut fait en temps le Roi Edward, ael

Page 1_258

nostre Seignour le Roi qore est, en quele est contenuz qe les Justices as assises prendre assignez sils soient lais, facent les deliverances; et si lun soit clerc, & lautre lais, qe le dit lais, associe a lui un autre du pais, facent la deliverance des gaols; par qoi acorde est & establi, qe tiels Justiceries ne soient mes grantees countre la forme du dit estatut, & qe les assises, atteintes, & certifications soient prises devant les Justices communement assignez, qi soient bones gentz & loialx & conissantz de la lei, & nemie autres; solonc la forme dun autre statut fait en temps meisme le ael; et qe les oiers & terminers ne soient grantees forsqe – devant les Justices de lun Baunk & de lautre, ou les Justices errantz; & ce par led & orrible trespas, & de lespeciale grace le Roi, solonc forme de statut de ce ordene en temps meisme le ael; & nemie autrement.

3

Ensement acorde est & establi, qe nul, grant ne petit de quele condicion qil soit, sauve les serjantz le Roi en la presence le Roi, & les Ministres le Roi, enfesantz execucion des mandementz le Roi, ou de lour office, & ceux qi sont en lour compaignies, eidantz as ditz ministres, & auxint au cri de fait darmes de pees, & ce en lieux ou tielx faitz se ferront, soit si hardi de venir devant les Justices le Roi, ou autres Ministres le Roi enfesant lour office, a force & armes; ne force mesner en affrai de la pees, ne de chivaucher ne daler arme, ne de nuit ne de jour, en faires, marchees, nen presence des Justices, ne dautres Ministres, ne nule part aillours, sur peine de perdre lour armures au Roi & de lour corps a la prisone a la volunte le Roi. Et qe Justices le Roi en lour presences, viscountes & autres Ministres le Roi en lour baillies, seignurs des fraunchises & lour baillifs en yceles, & Meire & Baillifs des Citees & Burghs deinz meismes les Citees & Burghs, Burghaldres, conestables, & gardeins de la pees deinz lour gardes, eient poair affaire execucion de cest acord. Et qe les Justices assignez, a lour venu en pais, eient poair denquere coment tielx Ministres & seignurs ont use lour office en ce, & de punir ceux qils troveront, qi nount mie fait ce qi a lour office appent.

4

Et porce qe la pees ne poet mie estre bien garde sauntz bons ministres, come Viscountes, Baillifs, & Hundreders qi deivent faire execucion, auxibien des privetez le Roi come dautres choses tochantes le Roi & son poeple, acorde est & establi qe lestatut fait en temps le Roi Edward, piere le Roi qore est, a Nicole, contenant qe Viscontes, Hundreders & Baillifs soient des gentz eantz terres en meismes les Countez, ou baillies, soit garde en touz pointz solonc la forme dycel, & auxint qe les Viscountes & Baillifs de fee, facent garder meismes lour Countez & Baillies par gentz eantz terres en yceles.

5

Ensement la ou ordine est, par statut de Westmonster le secund, qe ceux qi liverer volent lour briefs as viscountes, les liverent en plein Counte, ou en rerecounte, & qe visconte ou southvisconte facent sur ce bille; acorde est & establi qe a quele heure ou a queu lieu deinz le Counte home livre a viscountes, ou a southviscontes, briefs, qils les resceivent & facent bille en la forme contenue en le dit estatut, & ce sanz rien prendre; et sils refusent de faire bille, mettent autres lour sealx qi serront presentz; et si le Viscounte ou le Southviscounte ne retorne mie les briefs, soient puniz solonc la forme contenue en le dit estatut; & jadumeins eient les Justices as assises prendre assignez poair denquer de ce a chescuny pleinte & de agarder damages, eant regard au delai, & a les partes & perils qi purront avenir.

Page 1_259

6

Et quant a la garde de la pees en temps avenir, acorde est & establi qe les estatuz faites en temps passez, ovesqe lestatut de Wyncestre, soient tenuz & gardez en touz pointz; ajouste au dit estatut de Wyncestre, la ou contenuz est en la fin, qe Justices assignez eient poair denquere des defautes & des reporter au Roi en parlement, dont home nad pas veu issue, qe les ditz Justices assignez eient poair de punir les desobeissantz & contrevenantz.

7

Et quant au punissement de felonies, roberies, homicides, trespas & oppressions du poeple, faitz en temps passe; acorde est qe nostre Seignour le Roi assigne Justices en divers lieux de sa terre, ove le Baunk le Roi par aillours, come estoit faite en temps de son dit ael, des grantz de la terre qi sont de grant poair, ovesqes ascuns des Justices de lun Baunk ou de lautre, ou autres sages de la lei, denquere, auxibien a seute de partie, come a la seute le Roi, et doier & terminer totes maneres des felonies, roberies, homicides, larcins, oppressions, conspiracies, & grevances faitz au poeple, countre la lei, Les estatuz & la custume de la terre, auxibien par ministres le Roi come par autres, qi qils soient, & ce auxibien dedeinz fraunchises come dehors. Et auxint denquere des Viscontes, Coroners, Southeschetours, Hundreders, Baillifs, Conestables, & touz autres Ministres deinz franchise & dehors, & lour southministres, & doier & terminer a la seute le Roi & de partie. Et nostre. Seignour le Roi & touz les grantz du Roialme en plein parlement ont empris de meintenir la pees, garder & sauver les Justices le Roi, par la ou ils veignent, & deider par eux & les leurs, qe les juggementz & les execucions ne soient pas arestuz, mes executz, & qe le meffesours ne serront par eux covertz ne meintenuz en prive nen apert: Mes nest pas lentencion du Roi ne de son conseil qe par ceste acord prejudice aveigne a les grantz de la terre, eantz franchises, ne a la Citee de Loundres, ne as autres Citees ne Burghs, ne a les Cynkportz en droit de lour fraunchises.

8

Ensement acorde est & establi qe mande ne soit, par le grant seal ne par le petit seal, a destourber ou delayer commune droit; & mesqe tielx mandementz veignent qe par tant les Justices ne sursessent pas de faire droit en nul point.

9

Ensement est acorde & establi qe les estaples par decea & par delaa, ordeinez par les Rois en temps passe, & les peines sur ce ordeinees, cessent; & qe touz marchantz aliens & priveez peussent aler & venir od lour marchandises en Engleterre, solonc la tenour de la grante Chartre; & qe sur ceo briefs soient mandez a touz les viscontes Dengleterre & as Meires & baillifs des bones villes ou mestier serra.

10

Ensement come le Roi Edward, piere le Roi q'ore est, pardona a son poeple amerciementz & issues forfaitz, jesqes al vintisme an du regne son piere ael le Roi quore est, le Roi par ees de son poeple ad pardone touz les fins qi ont este faitz en Chauncellerie par briefs avoir, tanqe al vintisme an avantdit.

11

Et pur ce qe par remuement du commune Bank les pleez bien sovent ont demore saunz jour, a grantz damage, & en peril de desheritance des pluseurs; acorde est & establi qe desore en avant les Justices, avant ce qe le Bank se remuera, soient garniz par temps, issint queux peussent ajorner les parties si par temps q'eles ne perdent mie lour proces.

12

Et come touz les Countez Dengleterre furent auncienement assis a certeine ferme, & adonqes furent touz les Hundredz & les Wapentakes, en les meins des viscountes, aporcionez a cele ferme, et puis furont approwours mandez en divers Contez, les queux encrustrent les fermes dascuns Hundredz & Wapentakes, et puis les Rois en divers temps ont grantez as divers gentz parties des Hundredz & Wapentakes, par les auncienes fermes tantsoulement, & jatardeis les viscountes sont chargez entierment del

Page 1_260

encrees qi amount a grante summe, a grant damage du poeple & desheritance de viscountes & de lour heirs; acorde est & establi qe des Hundredz & Wapentakes baillez a ferme par le Roi qore est, soit il a terme de vie ou autrement, qi auncienement furent annex as fermes des Countez ou les viscontes sont chargez, soient rejointz as Countez, et qe de temps passe eient les viscountes ou lour heires allowance; & qe desore en avant teux Wapentakes, ne Hundredz ne soient donez ne severez des Countez.

13

Ensement est acorde & establi qe a tieu proces soit fait des trespas fait en temps le Roi Edward, piere le Roi qore est, come de de trespas fait en temps le Roi qore est.

14

Ensement est acorde & establi par nostre Seignour le Roi & son conseil, qe de la seint Michel proschein avenir en avant, touz les draps es lieux ou ils serront mis a terre, soient aunez par le auneour le Roi, en presence des Meire & Baillifs ou Meire y est, ou des baillifs ou meire nyest, de meisme les lieux; cest assavoir la longure de chescun drape de Raye par une corde de sept aunes quatrefoitz mesure par le list, & la laoure de chescun drape de Reye sis quarters de lee, mesure par laune; et de drapes de colour la longure soit mesure par le dos par un corde de sis aunes & demi quatrefoitz mesure; & la laoure sis quarters & demi mesure par laune sanz defoler les drapes; et qe Meire & Baillifs ou Meire y est, ou Baillifs ou Meire nest pas, des villes ou lieux ou les draps vendront, soient prestz a lassai faire, quele heure qils soient requis par launeour, saunz rien prendre des marchauntz; et qe touz les drapes qi serront trovez de la dite assise, soient merchez auxibien par Meire & Baillifs ou Meire y est, ou par baillifs ou Meire nest pas, come par launeour, et les draps qi ne serront pas trovez de lassise avantdite, soient forfaitz au Roi, & prisez a la verreie value, en presence des ditz Meire & Baillifs, & demoergent devers launeour par endenture entre eux faite, a respondre des ditz draps issint forfaitz au Roi; et qe les ditz Meire & Bailiffs, les endentures issint faites de tieux draps forfaitz, facent liverer chescun an a Leschequer a lendemeyn de Seint Michel, par charger le dit auneour; & a meisme le temps soit le dit auneour a Leschequer a respondre des dites forfaitures. Et est lentencion de nostre dit Seignour le Roi & de son conseil qe cest acord se tiegne des draps qi vendront en la terre apres la dite feste de Seint Michel; & qe cest acord soit public & crie par tout le Roialme, Issint qe les Marchauntz ne privez nestraunges soient suppris par meisme lacord.

15

Ensement est acorde & establi qe maunde soit a touz les viscountes Dengleterre, & par aillours ou mestier serra, a crier & publier, deinz fraunchises & dehors, qe touz les Seignours qi feires enount, soit il par certeine ferme ent rendant au Roi, ou autrement, les tiegnent par le temps qils deveront, & nemie outre; cest asavoir ceux qi les ount par chartres des Rois pur les temps a eux grauntez par les dites chartres; et ceux qi les ount sanz chartre pur le temps qils deveront, & nemie outre; cest asavoir ceux qi les ount par chartres des Rois pur temps queux ils les deivent tenir de droit. Et qe chescun Seignour au comencement de sa feire face crier & publier en ycele come longement sa feire se tendra, Issint qe les Marchantz ne seessent es dites feires outre le temps issint publiez, sur peine destre grevement puniz devers le Roi; ne qe les ditz Seignours outre les droitz temps les tiegnent, sur peine aprendre les feires en la meyn le Roi, a demorer tanqils eient fait fin au Roi pur le trespas, apres ceo qe trove serra duement qe les Seignours les ount tenuz plus longement qils deveront, ou qe les marchauntz ount sis outre le temps issint publiez & criez.

16

Et come en un estatut fait a Everwyk, en temps le piere nostre Seignour le Roi q'ore est, soit contenuz qe les enquestes & jurees qe sont & serront aprendre, qi ne sont mie de grant examinement, soient prises devant

Page 1_261

un Justice de la place ou la plee est, associe a lui un prodhomme du pais, Chivaler ou autre, issint qe certein jour soit done en Bank, & certein jour & lieu en pais en presence de parties, si le demandant le prie; & auxint les enquestes & jurees en plee de terre, qe demandent grant examinement, soient prises en pais en la forme susdite devant deux Justices du Bank: acorde est & establi qe totes tiels enquestes, qi sont ou en temps avenir a prendre serront, en plee de terre, soient prises auxibien a la priere le tenant come le demandant; tout lautre proces acorde en dit estatut, en tieu cas sauve & garde.

17

Auxint est acorde & establi qe brief de deceit soit meintenu & lieu tiegne, auxibien en cas de garnissement qi touche plee du terre, ou tieu garnissement est done, come en cas de somons en plee de terre.

Rex Vic' Norh't, salutem. Quoddam statutum per nos & concilium nostrum in pleno parliamento nostro apud Norhampton convocato, ad emendacionem status populi regni nostri, editum, sigillo nostro consignatum tibi mittimus; mandantes quod statutum illud, & omnes articulos in eo contentos, in pleno Com' tuo & in Civitatibus, Burgis, villis mercatoriis, & aliis locis in balliva tua ubi expedire videris, tam infra libertates quam extra, legi & publice proclamari & observari fac'. T. R. apud Norh't xxii die Junii.

Eodem modo mandatum est singulis vicecomitibus per Angliam.

Memorandum quod istud statutum missum fuit in Hiberniam in forma patenti cum quodam brevi inferius sequente.

Anno 4o EDWARDI III. A.D. 1330.

Statutum editum apud Westmonasterium, anno regni R. E. t'cii post conquest' quarto.

STATUTE made at WESTMINSTER; In the FOURTH Year of the Reign of K. EDWARD the THIRD after the Conquest.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 27.

AU Parlement somons a Westmostier, le Lundy prescheyn apres la feste de Seinte Katerine, lan du regne nostre Seignour le Roi Edward, tierz apres le Conquest, quart, Si sont les choses soutzescriptes, a la requeste de la Communalte, assentuz & acordez par nostre Seignour le Roi, Prelatz, Countes, Barons, & autres grantz de mesme le parlement, les queux choses nostre Seignour le Roi voet qen touz les Counteez de Engleterre soient mandez, a publier & fermement garder.

1

Adeprimes acorde est qe la Grande Chartre & la Chartre de la Foreste, & les estatuz faitz en temps des progenitours nostre Seignour le Roi, & auxint en son temps demeigne, soient gardez & meyntenuz en touz pointz.

2

Ensement est acorde qe bones gentz & sages, autres qe des places si homme les puisse trover suffisantz, soient assignez en touz les Counteez Dengleterre aprendre les assises, jureez & certificacions, & a deliverer les gaoles; et qe les ditz Justices preignent les assises, jurees, & certificacions, & deliverent les gaoles, au meyns troiz foitz par an, & plus sovent si mestier serra, & soient auxint assignez

Page 1_262

bones gentz & loialx, en chescun Countee, a garder la pees; & soit fait mencion es ditz assignementz, qe ceux qi serront enditez ou pris par les ditz gardeins, ne soient pas lessez au meynprise par les Viscountes ne par nul autre, sils ne soyent meynprenables par la lei, ne qe tieux enditez ne soient deliverez forqe a la commune lei. Et eient les Justices, assignez a la deliverance des gaoles, poair a deliverer les gaoles de ceux qi serront enditez devant les gardeins de la pees; et qe les ditz gardeins mandent devant les ditz Justices lour enditementz, et eient les ditz Justices poair denquere sur viscountes, gaolers, & autres en qi garde tieux enditez serront, sils facent deliverance ou lessent a meynprise nulles issint enditez, qi ne sont mie meynprenables, & de punir les ditz viscountes, gaolers & autres sils facent riens contre cest acord.

3

Item parceo qe le poeple ad este moult greve de ceo, qe les bledz, feyns, bestaill, & autre manere de vitailles, & biens des gentz de mesme le poeple, ont este pris, einz ces houres, auxibien par les prenours & purveours del Hostiel le Roi, come par autres, dont nul paiement ad este fait; de ceo auxint qe les purveours & prenours des bledz par lostiel le Roi, la Reigne, & de lour enfantz, ont pris les bledz a meyndre value qils ont valu, et auxint ont pris xxv. quarters des bledz par xx. quarters, parceo qils ont mesure chescun bussel a coumble, et auxint les purveours & prenours de feyn & de litere par mesmes les Hostiels ont fait einz ces houres lour gettez de feyn & de litere a lour voluntez, asseant chescun gette a un maile, par la ou le gette ad valu deux deners ou trois, & auxint ont assis les charettes de feyn & de litere a meyndre pris qeles ont valu: Si est acorde, qe nul grant ne petit de quel estat ou condicion qil soit, forpris les prenours & purveours par les Hostiels du Roi, la Roigne sa compaigne, & de lour enfantz, ne preigne bledz, feyn, litere, bestaill, ne vitailles, ne autres biens ne chateux de nully, ne cariage face, contre la volunte de ceux as queux tieux biens ou cariages serront; et qe les prenours & purveours des bledz, par les ditz Hostiels, les priegnent par mesure rese, selonc ceo qe homme use parmy le roialme; et qe touz les bledz, feyn, litere, bestaill, & totes autres vitailles & choses quecunqes, qi sont aprendre par mesmes les Hostiels, soient desore prises a la verroie value par Conestables & autres bones gentz des villes, ou tieles prises se ferrount; sanz ceo qe par manace ou duresce soient le prisours chacez a mettre autre pris qe lour serement neP262A1 [P262A1] Interlined on the Roll.1_263 voet; et qe des totes choses qi serront prises, par mesmes les Hostiels du Roi, la Roigne sa compaigne, & de lour enfantz, paiement soit fait avant ceo qe le Roi passe hors de la verge.

4

Et auxint est acorde qe le article contenu en un estatut, fait en temps le Roi Edward, Ael nostre Seignoure le Roi qore est, cest assavoir lan de son regne vynt & oitisme, tochant tieles prises, soit garde & meyntenu en touz pointz; la fourme de quel article sensuyt en les paroles soutz-escriptes. En premier chief, pur ceo qe une grande grevance est en cest roialme, & damage sanz noumbre, de ceo qe le Roi & ses Ministres de sa meigne, auxibien les alienes come les denzeines, font lour prises, la ou ils passent parmy le roialme, & prenent les biens des gentz, des Clers & des lais, sans rien paier, ou bien meins qe la value; ordene est qe decy enavant nul ne preigne prises parmy le Roialme forsqe les prenours le Roi, & ses purveours par lostiel le Roi; et qe ceux prenours le Roi & purveours par son hostiel ne priegnent riens forsqe par mesme lostiel; et des prises qil ferront parmy le pays de mangier, ou de beyvre, ou autres menues necessaries par lostiel, qil facent la paie, ou gre a ceux des queux les

Page 1_263

choses serront pris; et qe touz tieux prenours le Roi, purveours ou achatours, eient decy enavant lour garant ovesques eux, du grant Seal ou de petit Seal le Roi, contenant lour poair, & les choses dont ils ferront prises ou porveance, le quel garaunt ils mostrent a ceux des queux ils ferrount la prise, avant ceo qils preignent riens; et qe ceux prenours, purveours, ou achatours le Roi ne preignent plus qe busoigne & mestier ne soit par le Roi, & son hostiel, & de ses enfantz, et qe riens ne preignent par ceux qi sont a gages, ne par nul autre; & qils respoignent en lostiel & en la garderobe pleynement de totes lour prises, sanz faire aillours lour largesce, ou liveres de chose qi par le Roi soit pris. Et si nul prenour de lostiel le Roi, par garant qil eit, face prises ou liveres en autre manere qe desus nest dit, par pleynte faite au Seneschal & au Tresorer del Hostiel le Roi, soit la verite enquise; et si de ceo soit atteint, soit gre meyntenant fait au pleintif, & soit oste de service le Roi par touz jours, & demoerge en prison a la volunte le Roi; et si nul face prises sanz garant, & lemporte en countre la volunte de celui a qi les biens sont, soit meyntenant arestu par la villee, ou la prise serra faite, & mene a la proscheine gaole; et si de ceo soit atteint, soit la fait de lui, come de laroun, si la quantite des biens le demand.

5

Item nostre Seignour le Roi de sa bone grace ad pardone as Chivalers, & as touz autres de son roialme, touz les fynes nadgairs faites a lui par cause destre desporte de lour aler en Gascoigne; & auxint le graunt qi estoit fait par les Chivalers des Counteez, de chescune ville un home arme; & le graunt par les Citeseyns & Burgeis par les Citeez & Burghs, au parlement de Wyncestre; et voet nostre Seignour le Roi qe les reconisances faites par cele enchesun soient anientiz & dampnez, et qe les ditz Chivalers ne les gentz des villes, Citeez, ne Burghs, ne soient desore par cause des ditz grauntz chargez, einz de tout quites; issint totefoitz qe par encheson du dite pardon, ils soient les plus prestes & de meillour volunte a faire covenable eide au Roi, qant il le demandera, ou en avera afaire.

6

Item est acorde, qe lestatut nadgairs fait & afferme a Kardoil, cest assaver, qe les Religiouses ne facent apport outre meer, soit meyntenu garde, & tenu, en touz pointz.

7

Item, come avant ces houres, executours nont pas eu accion des trespas faites as testatours, come des biens & chateux des ditz testatours emportez en lour vie, & issint tieux trespas ont este depunitz tanqe encea, si est acorde, qe les executours en tieu cas eient accion devers les trespassours, par damage en tieu cas recoverer, en manere come ceux qi executours ils sount, avereient, sils fuissent en vie.

8

Item come avant ces houres homme a chival soleit aver son passage de la meer a port de Dovre, par ii s. & homme apee par vi d. & ore denovel ont les gardeins de passage & passagers pris plus, a grande damage de poeple; Si est acorde, qe en dit port & touz autres, & auxint en touz les autres passages de la terre, auxibien en Ewes douces, come en braz de meer, les passauntz paient desore come ancienement soleient, et de plus ne soient charges, ne les passagers ne gardeins des passages nient plus ne preignent; & soit mande a Conestable de Dovre qil face garder cest article en sa baillie, au peril qi appent, & sil troesse nul fesaunt al encontre, qil lui face punir a chescuny suyte qi ent se vodra pleindre, & face droit; & auxint soit mande as baillifs des lieus ou tieux passages sont, qi eux facent en mesme la manere; et eient le Justices assignez as assises prendre es Counteez, poair denquere, si nuls facent al encontre, & a punir & a faire droit ent, auxibien a la seute le Roi, come a la seute de partie.

Page 1_264

9

Item est acorde qe nul Viscounte, baillif de Hundred, Wapentak, ne de Fraunchise, ne soutz Eschetour, ne soit desore, sil neit terre suffisaument es lieus ou ils sont ministres, dont respoundre au Roi & au poeple, en cas si homme vodra pleindre devers eux; come autrefoitz fut ordene au parlement de Nicole, en temps le piere nostre Seignour le Roi qore est, cest assavoir, lan de son regne noefisme.

10

Item par la ou avant ces houres viscountes, & gaolers de gaoles, nount pas volu receyvre les larons appellez, enditez, ou trovez ove meyn oeure, pris & attachez, par les Conestables & villeez, sanz grevouse fyns & raunceons, aprendre de eaux, par la receite, par quei les ditz Conestables & villeez ont este plus eschuz a prendre les larouns & felouns, par tieles outrageouses charges, & les larouns & felouns plus esbaudiz a meffaire; Si est acorde, qe les viscountes & gaolers receyvent & salvement gardent en prisone desore, tieux larouns & felouns, par la livere des ditz Conestables & villeez, sanz riens prendre par la receite; & qe les Justices, assignez a deliverer les gaoles, eient poair doier les pleintes, de ceux qi se vodront pleindre, sur les viscountes & gaolers, en tieu cas, & outre a punir les viscountes & gaolers, sils soient trovez copables.

11

Item pur ceo qi avant ces houres, plusours gentz du roialme, auxibien grantz, come autres, ount fait alliaunces, confederacies, & conspiracies, a meyntenir parties, pleez, & quereles, parount plusours gentz ount este atort desheritez; & ascuns reintz & destruz; & ascuns, par doute destre mahemez, & batuz, noserent pas seuyr lour droit, ne pleindre, ne les jurours des enquestes lour verditz dire, a grant damage du poeple & arerissement de la lei, & de commune droit; Si est acorde, qe les Justices del un Baunk & del autre, & les Justices as assises prendre assignez, a totes les foitz qil vendront a faire lour sessions, ou a prendre enquestes, sur Nisi prius, enqueregent, oient, & terminent, auxibien a la seute le Roi, come a la seute de partie, sur tieux meyntenours, emprenours, & conspiratours, & auxint de Champartours, & des totes autres choses contenuz en dit article, auxiavant come Justices de eyre ferroient, sils fuissent en mesme le Countee; & ceo qi ne poet estre termine devant les Justices del un Baunk, ou de lautre, sur le Nisi prius, par brefte de lour demoer en pais, seit ajournee en les places dont ils sont Justices, & illoeqes terminee, selonc droit & reson.

12

Item pur ceo qil ysont plusours taverners en roialme qestre ne soleient, vendantz vyns, auxibien purrez come seyns, & ont vendu le gealon a tiel pris come ils mesmes ont volu, pur ceo qe chastiement nad pas este ordene sur eux, come sur ceux qi ount venduz payn & cervoise, a grant damage du poeple; Si est acorde, qe crie se face, qe nul soit si hardy de vendre vyns forqe a resonable feer, eaunt regard au pris qest en les portz, dont les vyns vignent, & auxint as despenses, come en cariage a faire, des ditz portz tanqe as lieus ou ils sont venduz; & q'en chescune ville assai se face des vyns, deux foitz par an, un foitz a la Pasche & autre foitz a la Seint Michel, & plus sovent si mestier soit, par les Seignurs des villes, & lour Baillifs, & auxint par les Mairs & Baillifs des mesmes les villes; & touz les vyns qi serront trovez purrez ou corrumpuz, soient enfouncez & ostez de tut, & les toneiles debrusez. Et eient les Chaunceller, Tresorer, Justices del un Baunk, & del autre, & Justices assignez as assises prendre, poair denquere, sur Mairs, Baillifs & ministres de villes, sils ne facent ceo qest acorde; & outre, a faire punissement selonc ceo qe reson demand.

13

Ensement purceo qe plusours chartres ont este grauntes de pardons des felonies, roberies, & homicides, contre la fourme de lestatut nadgairs fait a Norhampton, contenant qe nul homme navereit tieles chartres, hors du parlement, parount les meffesours ont este plus esbaudiz de meffaire; Si est acorde qe mesme lestatut soit desore garde & meyntenu en touz pointz.

Page 1_265

Ensement est acorde qe parlement soit tenu chescun an, unefoitz, ou plus si mestier soit. Item parceo qe les viscountes ount avant ces houres lessez les Hundredz & Wapentaks, en lour baillies a si haute ferme, qe les baillifs ne poient cele ferme lever, forqe par extorsion, & duresce, a faire au poeple; Si est acorde qe les viscountes lessent desore les Hundredz & Wapentaks a launciene ferme, & ne mye outre; & qe les Justices assignez eient poair denquere sur les viscountes, & de punir ceux qils troveront fesauntz le contraire.

Rex vic' Eborac' salutem. Quedam per nos & consilium nostrum, ad requisicionem Communitatis regni nostri, in parliamento nostro apud Westmonasterium die Lune proxim' post festum sancte Katerine proxim' preteritum convocato, concordata & ordinata, tibi mittimus in forma patente; Mandantes quod in singulis locis in ballivia tua, tam infra libertates quam extra, ubi expedire videris, ea publice proclamari & firmiter teneri fac'. Et hoc nullatenus omittas. T. R. apud Langele tercio die Febrarii anno regni. sui quinto. per ipsum Regem.

Eodem modo mandatum est singulis vicecomitibus per Angliam.

Memorandum quod istud statutum missum fuit in Hiberniam in forma patenti, cum quodam brevi inferius sequente.

Anno 5o EDWARDI III. A.D.1331.

Statutum editum apud Westmonasterium, anno regni R. Edwardi t'cii post Conquestum quinto. vto. quinto.

STATUTE made at WESTMINSTER; In the FIFTH Year of the Reign of K. EDWARD the THIRD after the Conquest.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 26.

AU parlement somons a Westmonster, lendemein de Seint Michel, lan du Regne le Roi Edward, tierz apres le Conquest, quint, si ad nostre Seignour le Roi par assent des prelatz, Countes, Barons, & autres grantz du roialme illoeqes assemblez, a lonur de Dieu & de seinte eglise, & a la requeste de son poeple, grante & establi les choses suthescrites, les queles il voet qe tenuz soient, gardez, & meyntenuz, a touz jours. En primes si est acorde & establi, qe la grande Chartre, & la Chartre de la Foreste soient tenuz, gardez, et fermement meintenuz.

2

Item come en lestatut fait a Westmonster, au parlement somons illoeqes apres la feste de seinte Katerine, lan du regne le Roi qore est quart, entre autres choses illoeqes acordez & establiz, soit contenuz, sur les grevances qe les purveours par les Hostelx le Roi, la Roigne sa compaigne, & de lour enfantz, fesoient au poeple en outraiouse mesure des bledz, & auxint en voluntrive taille de fein, litere, & autres choses purveus par les ditz purveours: Establi soit qe les prenours & purveours des bledz pur les ditz Hostelx les preignent pur mesure rees, selonc ce qe homme euse parmy le Roialme, & qe touz les bledz, fein, litere, bestaill, & totes autres vitailles & choses quecunqes qi sont aprendre par meismes les Hostelx, soient prisez a la verroie value, par Conestables et autres bones gentz des villes ou tieles prises se ferront, santz ce qe par manace ou duresce soient les prisours chacez a mettre autre pris qe lour

Page 1_266

serment ne voet; et en meisme cel estatut soit rehercez un article qi fut fait en temps du bone memoire le Roi, ael le Roi qore est, ou certeines peines sont contenues contre ceux qi nonduement fesoient porveances par tielx Hostelx; par les queles peines les purveours des ditz Hostelx ne ont pas lessez a faire outraiouse & nondues prises, contre la tenour des ditz estatutz: Al honur & profit de nostre Seignour le Roi, & pur pees & quiete de son poeple, & par refrener & punir la malveiste de ceux qi tielx outrages ont faitz, en esclaundre du Roi, la Roigne sa compaigne, & de lour enfantz, acorde est & establi qe les prises & porveances se facent pur les ditz Hostelx, par pris fait par Conestable & quatre prodeshommes des villes, ou tieles prises & porveances se ferront, jurrez, & santz manace, sicome en les ditz estatutz est contenuz: et qe entre les purveours, & ceux des queux les biens serront prises, en la presence des Conestables & prisours, soient tailles faites, ensealez de sealx des prenours des choses issint prisez, par les queles tailles gree soit fait a ceux des queux les choses serront issint prises. Et si nul prenour ou porveour pur les ditz Hostelx les face par autre manere, soit meintenant arestuz par la villee ou la prise serra faite, & mesne a la procheine gaole; & si de ce soit atteint, soit la fait de lui come de laroun, si la quantite des biens le demande; et desore soit contenu en les Commissions des tielx prenours & purveours, soient eles soutz le petit Seal ou soutz le grant Seal, la fourme & la peine contenuz en cest estatut. Et qen chescun cas, ou enquestes sont aprendre, devant Seneschalx & areschalx del Hostel le Roi, qe les enquestes soient prises par gentz du pais en viroun, & ne mie par gentz de lostel, sil ne soit des contractz, covenantz, ou trespas, faitz par gentz de meisme lostel dune part & dautre, & ce en meisme lostel, selonc un autre estatut ent autrefoitz fait en temps meisme le Roi lael: et qe en cas ou homme se voudra pleindre de errour fait devant les ditz Seneschalx & Mareschalx, eit le pleintif bref de faire venir le record & proces devant le Roi en sa place, & illoeqes soit le errour redresce; et auxint soit fait en chescun autre cas, ou homme se voudra pleindre de errour fait devant meismes les Seneschalx & Mareschalx de lostel le Roi.

3

Ensement est acorde & establi qe un estatut fait a Kardoil, en temps meisme le Roi lael, en quel est contenuz qe gentz de Religion ne facent apport hors du roialme, soit tenuz, gardez, & meintenuz en touz pointz.

4

Auxint est acorde & establi qe nul Viscounte, Southeschetour, Baillif de fraunchise, Wapentak, Hundred, ne Trithing, soit desore, sil neit terre suffisaument, en meisme le Counte, dount respondre au Roi, & au poeple, si homme se voudra pleindre.

5

Item come contenuz soit en lestatut fait a Norhampton, lan du regne le Roi qore est secund, qe les Seignours qi feires ont, par chartres ou en autre manere, les tiegnent par le temps qils deveront, & ne mie outre, sur la peine apres rendre les feires en la meine le Roi; & qe chescun Seignour au comencement de sa feire, face crier & publier en ycele, come longement sa feire se tendra; & en meisme lestatut nest mie ordeine certein punissement contre les marchantz sil vendent apres le temps; si est acorde & establi qe les ditz marchantz apres le dit temps facent clore lour seudes & estaux, santz mettre nulle manere de merce ou marchandise a vente illoeqes; et si trove soit desore, qe nul marchant vende es dites feires merce ou marchandise apres le dit temps, perde le dit marchant vers nostre Seignour le Roi, le double de ce qil issint avera vendu; et a ce atteindre soit chescun homme resceu qi voudra sure par nostre Seignour le Roi, & eit celui qi issint suera la quarte partie de ce qi serra a sa seute issint perdu.

Page 1_267

6

Item pur ce qe les jurours ont dote le meins destre parjours, par les longes delaies qe ont este en atteintes devant les Justices de lun Baunk & de lautre, & devant autres Justices; si est acorde & establi qe essoigne du service le Roi, ne proteccion, ne soient desore enavant allowez en tieles jurez, nient plus qen assise de novele disseisine; et qe cink jours par an soient donez, devant les Justices du commune Baunk, en les dites Jurez au meins: et qe le Nisi prius soit auxibien done en tielx brefs come en autres.

7

Et come il soit contenuz en un estatut nadgairs fait a Westmonster, lan du regne nostre Seignour le Roi qi ore est primer apres son coronement, qe atteintes soient grauntez en brefs de trespas; si est acorde & establi qe brefs datteintes desore soient grantez, auxibien en pledz de trespas mieutz santz brefs, com par brefs devant Justices qi sont de record, si les damages ajuggez passent quarant soldz; et cest estatut eit lieu auxibien des enquestes prises en temps passe, come aprendre en temps avenir.

8

Item pur ce qe les gentz enditez des felonies, roberies, & larcins einz ces heures ont fait venir lour enditementz devant le Roi, & illoeqes se sont renduz, & par les Mareschalx du Baunk le Roi ont este meintenant lessez en bail, et puis ont fait plusours malx & agaitz de tuer ou malfaire lour enditours, et auxint les appellez des felonies, apres lexigende issue sur eux, se sont renduz devant le Roi, & ont este par les ditz Mareschalx lessez en bail; Si est acorde & establi, qe les ditz enditez & appelletz soient seurement & sauvement gardez en prisone, come y appent, selonc la charge qe les ditz Mareschalx averont des Justices. Et si nul Mareschal face autrement, a la pleinte de chescun qi pleindre se voudra, la Justice lui ferra droit, durant le terme; Et qen la fin des termes, sur lour lever, elisent les ditz Mareschalx devant meismes les Justices avant lour departir des places, en quele ville ils voudront garder tielx prisons a lour peril; & en meisme la ville allowent mesons pur la garde des prisons a lour custages demeigne, & illoeqes les gardent en prisone, & ne les soeffrent nulle part aler waskerantz, ne par bail ne santz bail: et si nul tiel prison soit trove, par bail ou santz bail, waskerant hors de prisone, & ce soit trove a la seute le Roi, ou a la seute de partie, eient les Mareschalx, qi de ce serront trovez coupables, la prisone dun demy an, & outre soient reintz a la volente le Roi; et facent les Justices de ce enquere quant ils verront temps; et quant au Mareschal, soit fait de la verge, ceo qi resone voudra. Et en cas qe les Mareschalx soeffrent par lour assent tielx prisons eschaper, soient a la lei come avant heures ont estez; et nentend pas le Roi par cest estatut de perdre leschape ou il le devera avoir.

Item est acorde & establi qe nul homme soit desore attache par nul accusement, ne forjugge de vie ne de membre, ne ses terres, tenementz, biens ne chateux seisiz en la mein le Roi, contre la fourme de la grante Chartre & la lei de la terre. Auxint est acorde & establi, qe si nul Jurour en assises, jurez, ou enquestes, preigne dune part & dautre, & de ce soit duement atteint, qi mes ne soit mis en assises, jurez, nen enquestes, & nient meins soit comande a la prisone, & outre reint a la volente le Roi; & a ce atteindre, eient les Justices devant queux tieles assises, jurez, & enquestes passeront, poair denquere & terminer selonc cest estatut.

11

Item come avant ces heures ascuns appellez ou enditez de diverses felonies en un Counte, ou utlagez en meisme le Counte, ont este demorantz ou recettez en autres Countez, paront les felons enditez & utlagez ont este covertz en lour malveistez, de ce qils ne poeint estre attachez en autre Counte; si est

Page 1_268

acorde & establi qe les Justices, assignez doier & terminer tieles felonies, facent lour brefs par touz les Countez Dengleterre, ou mestre serra, a prendre tielx enditez.

12

Auxint est acorde & establi, qen cas ou le pleintif recovre damages, & a la seute le Roi celui devers qi les damages sont recoveriz seit utlage, qe nulle chartre de pardoun soit grante de cele utlagerie, si le Chaunceller ne soit appris qe gree soit fait a meisme le pleintif des damages. Et en cas ou homme soit utlage par proces devant ce qil apierge, qe nulle tiele chartre soit grante, si le Chaunceller ne soit appris qe tiel utlage se eit renduz a la prisone, devant Justices en place dont le bref dexigend' issist; cest assaver, si de la place le Roi, qe adonqes il se rende en meisme la place; et si du commune Baunk, adonqes se rend illoeqes; et si des Justices assignez doier & terminer, seantz meismes les Justices, se rend devant eux, et sils soient levez, adonqes se rend en la place le Roi devant les Justices, & devant eux soit fait venir le record & proces par bref: les Justices susditz, devant queux ils serront issint renduz, facent garnir la partie pleintif destre a certein jour devant eux; a quel jour, si le garnissement soit duement tesmoigne, adonqes pledent sur le primer bref original, auxicome nulle utlagerie neust este pronuncie, si le pleintif viegne au garnissement; et sil ne viegne mie, soit lutlage delivers par vertue de sa chartre; et est a entendre qe totes tieles chartres sont de la grace le Roi, come avant ont este.

13

Item pur ce qe moltz de gentz duement utlagez ont deffait les utlageries pronunciez sur eux, par cause denprisonement, tesmoigne nient veritablement par viscountes & autres qi nont pas record; Si est acorde & establi qe si nul desore enavant voille deffaire lutlagerie pronuncie sur lui par tiele tesmoignance, qil se rend a la prisone, & adonqes les Justices du Baunk le Roi facent garnir la partie, a qi seute lutlagerie estoit pronuncie, destre devant eux a certein jour, a queu jour, si la partie voille averrer, qe la tesmoignance ne soit pas veritable, soit resceu a laverrement. En mesme la manere soit le serjant le Roi, ou son attourne, ou autre qi voudra sure par le Roi, resceu a laverrement contre tiele tesmoignance, en cas ou lutlagerie soit pronuncie a la seute le Roi.

14

Item come en lestatut fait a Wyncestre, en temps meisme le Roi lael, soit contenuz, qe si nul estraunge passe par pais de nuyt, de qi homme eit suspecion, soit meintenant arestu & livere au visconte, & demoerge en gard tant qil soit duement delivers; et diverses roberies, homicides, & felonies, ont este faitz einz ces heures par gentz qi sont appellez Roberdesmen, Wastours & Draghlacche; Si est acorde et establi, qe si homme eit suspecion de mal de nuls tielx, soit il de jour, soit il de nuyt, qi meintenant soient arestuz par les Conestables des villes; et sils soient arestuz en fraunchises, soient liverez as baillifs des fraunchises, et si en gildable, soient liverez as viscountes, & gardez en prisone tant qe a la venue des Justices assignez a deliverer les gaoles; & endemettiers facent les viscountes, ou baillifs des franchises, enquere des tielx arestuz, & a la venue des Justices retournent devant eux de ce lour enquestes, & ce qils averont trovez, & les causes des prises, od les corps, & outre aillent les Justices a la deliverance de tielx arestuz selonc la lei; et en cas, qe les viscountes ou baillifs des fraunchises naveront pas enquis de tielx arestuz, soient amerciez, & nient meins facent les Justices enquere, & outre aillent a la deliverance come susestdit.

Rex vic' Eborac' salutem. Quedam statuta, per nos & magnates & proceres regni nostri, in parliamento nostro apud Westmonasterium ultimo convocato, pro communi utilitate populi regni nostri edita, sub sigillo nostro tibi mittimus in forma patenti,

Page 1_269

Mandantes quod statuta illa, in singulis locis in ballivia tua, tam infra libertates quam extra, ubi expedire videris, legi, & ea in omnibus & singulis suis articulis publice proclamari & teneri fac'. T.R. apud Westmonasterium xvj. die Octobre.

Eodem modo mandatum est singulis vicecomitibus per Angliam. T. ut supra.

Memorandum quod istud statutum, simul cum statutis precedentibus tempore R. Edwardi tercii post conquestum factis, missum fuit in Hiberniam in forma patente, cum brevi sequente.

Rex dilecto & fideli suo Antonio de Lucy Justicie suo Hiberni' salutem. Quedam statuta per nos, Prelatos, Comites, Barones, & alios magnates de regno nostro edita, in diversis parliamentis nostris postquam gubernacula regni nostri suscepimus, vobis mittimus in forma patenti; Mandantes quod statuta predicta, & omnes articulos in eis contentos, in predicta terra nostra Hiberni', tam infra libertates quam extra, publice proclamari, & quantum ad vos & pplum nostrum parcium illarum attinet, firmiter teneri & observari fac'. T.R. apud Norhampton, xi. die Aprilis anno predicti Regis. sexto.

Anno 9o EDWARDI III. A.D.1335.

In dorso Rotuli.

Rotul' de Statuto edito apud Ebor'; anno r.r. E. t'cii post Conquestum nono.

ROLL of THE STATUTE made at YORK; In the NINTH Year of the Reign of K. EDWARD, the THIRD after the Conquest.

1

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 25.

COME avant ces heures en plusurs parlementz, & ore darrainement en parlement somons a Everwyk a lendemayn de Lascension, lan du regne nostre Seignour le Roi Edward, tiercz apres le conquest, noefisme, par les chivalers des Countez, Citeins des Citeez, & Burgeis des Burghs, queux y vindrunt par les communaltez des ditz Countez Citez & Burghs, monstre fust a nostre Seignour le Roi qi en plusours Citez, Burghs, & autres lieux de son roialme, grantz duresces et outrages damageous estoient faitz a lui & a poeple de son roialme, par ascunes gentz des Cites, Burghs, portz de meer, & autres lieus du dit roialme, qi nount pas suffert grant temps, ne uncore ne soeffrent marchantz estranges ne autres qi mesnent, carient, ou portent par meer & par terre vins, avoir du pois & autres vivres, vitailles, & autres choses vendables par le Roi, Prelatz, Countes, Barons, Nobles, & le poeple de son roialme necessairs & profitables, les ditz vins, vivres, vitailles, ne autres choses vendables vendre, ne bailler as autres qe a ceux de meismes les Citez, Burghs, portz de meer, ou autres lieux ou les ditz vins, vivres, vitailles, ou autres choses vendables serront mesnez, cariez, ou portez; & par ce si sont les choses susnomes mises & vendues au Roi & a son poepleP269A1 [P269A1] Interlined on the Roll.1_270 en les meins des ditz Citeins, Burgeis, & autres gentz denzeines,

Page 1_270

a trop grande cherte, outre ceo q'eles eussent este si les marchantz estranges, & autres qi font venir tieles choses deinz le roialme, les peussent franchement vendre a qi qils vousissent, a grant damage de nostre Seignour le Roi & des Prelatz, Countes, Barons, & autres Nobles de son roialme, & oppression de son people: Sur quei les ditz Chivalers, Citeins, & Burgeis, par eux & par lor communes prierunt a nostre Seignour le Roi en dit parlement, par lor peticion, qe pur son profit & pur le profit des ditz Prelatz, Countes, Barons, Nobles, & le poeple de son roialme, lui plust saunz plus delay sur les ditz duresces & outrages mettre remede covenable:

1

Nostre Seignour le Roi desirant le profit de son poeple, en avisement ove les Prelatz, Contes, Barons, & autres Nobles de son roialme, a son dit parlement somons, & ove ceux de son conseil illoeqes esteantz, des dites choses a lui monstrees, trova qe meismes les choses furunt veritables, a grant damage de lui & des Prelatz, Countes, Barons, & autres Nobles de son roialme & oppression de son poeple: par quei par le dit nostre Seignour le Roi de lassent des ditz Prelatz, Countes, Barons, & autres Nobles de son roialme, & les communes avantdites, ordine est & establi qe touz marchantz aliens & denzeins, & touz autres, & chescuns de eux de quel estat ou condicion qils soient, qi achatre ou vendre voillent blez, vins, avoir de pois, chares, pesson, & touz autres vivres & vitailles, laines, drapz, mercez, marchandises, & tote manere dautres choses vendables, de queu part qils veignent par foreins ou par denizeins, a quel lieu qe ceo soit Cite, Burgh, ville, porte de meer, feire, marche, ou autre lieu deinz meisme le Roialme, deinz franchise ou dehors, les peussent franchement & saunz destourber vendre a qi qe lor plest, auxibien as foreins come as denzeins, forspris les enemys de nostre Seignour le Roi & de son roialme. Et si par cas destourbance soit faite a nul marchant alien ou denzein, ou a autre sur la vente des tiels choses en Citee, Burgh, ville, port de meer, ou autre lieu qe franchise eit, & les maire, baillifs, ou autres qi unt garde de la dite franchise, requis par les ditz marchantz ou autre de ent faire remedie & il ne le face, & de ceo soit atteint, soit la franchise prise en la mein le Roi; & nientmeins soit tenuz lui & les autres qi auront fait cele destourbance contre cest estatut de render & restorer au dit marchant ses damages qil avera soeffert par cele encheson au double. Et si tiele destourbance soit faite as tiels marchantz, ou as autres, es villes ou lieux ou franchise nest, & le Seignour sil soit present, ou son Baillif, Conestable, ou autre gardein des dites villes & lieus en absence des Seignours, ent requis de faire droit ne le facent, & de ceo soient atteintz, rendent le damage au pleintif au double, auxi come desus est dit; & les destourbeours en lun cas & en lautre, auxibien deinz franchises come dehors, sils soient atteintz eient la prisone dun an, & jadumeins soient reintz a la volunte le Roi. Auxint est ordine & establi qe nul alien ne denzein sur meismes les peines ne soit destourbe qil ne peusse franchement achatre les choses susnomes es lieux susditz, & carier la ou lui plerra, a son oeps demeigne, ou al profit du Roi & des grantz & du poeple du dit Roialme; forspris qe les marchantz aliens ne amesnent vins hors de meisme le Royalme, come est contenu en lor chartre: et est ordine et establi qe les dites choses soient tenues, gardez, et fournies, en chescune Cite, Burgh, ville, port de mer, & autre lieu deinz le dit Roialme, nient contrestante chartre de franchise a eux grante a contrair, ne usage, ne custume, ou jugementz renduz sur lor chartres, usages ou custumes, qi eux purront alleger; les queles

Page 1_271

chartres usages & custumes, si nulles soient, nostre Seignour le Roi, Prelatz, Countes, Barons, & grantz & communaltez avantditz tienent de nulle force, comes choses grantes, uses ou acustumes, au damage du Roi, Prelatz, Countes, Barons, et grantz de son roialme, & oppression de son poeple; sauve totefoitz au Roi & as autres les custumes dues des dites marchandises. Auxint ordine est & establi qe le Chaunceller, Tresorer, & Justices assignez a tenir les plez le Roi, es lieus ou il viegnent enquergent des tieles destourbances & grevances, & facent punissement selonc ceo qest avant ordine; et nientmeins qe le Roi face assigner, par commission de son grant seal, certeines gentz ou & quant lui plerra denquere de tieles destourbances & grevances, & de faire punissement come desus est dit.

2

Et auxint a la requeste des ditz communaltez, faite a nostre dit Seignour le Roi a son dit parlement, nostre Seignour le Roi, par le eise de son poeple, par assent des Prelatz, Countes, Barons, & autres grantz et communes avantditz, ad oste nounplevine de terre, qad este acustume en temps de ses auncestres & son temps; & les peines qi soleient suire en cas qe terre ne fust mie plevie en du temps. Et auxint est ordine & establi qe nul ne perde sa terre desore par cause de nounplevine, et qe cest estatut eit lieu auxibien en plez pendantz ou jugement nest mie rendu, come en temps avenir.

3

Ensement a la requeste des dites communaltez, faite a nostre Seignour le Roi a son dit parlement, ordine est & establi par nostre Seignour le Roi, del assent des Prelatz, Countes, Barons, & autre grantz & communes avantdites, qe ou brief de dette est porte vers plusurs executours, qe les ditz executours ne nul de eux ne eit forsqe un essoigne avant apparance, cest assavoir a la somonse ou a lattachement; ne apres apparance ne eient qe en essoigne come le testatour avereit; issint qe mes ne peussent fourcher par essoigne, ne avant apparance ne apres apparance; et pur ceo qe touz les executours representent la persone le testatour come une persone, si est auxint acorde & establi qe tout soit ceo qe visconte respoigne, a la somonse, qe ascun de eux neit riens ou il poet estre somons, jadumeins soit agarde latachement sur lui; et si le visconte respoigne qil nad riens par quei il poet estre attache, soit agarde le grande destresce, issint qe a la grande destresce retourne sur eux, respoigne al pleintif celui ou ceux qi primerement apparra ou apparrunt en Court. Et tout soit ceo qe ascun de eux eit apparu en Court, & face defaute au jour qe la grande destresce soit retourne sur les autres, jadumeins respoigne celui ou ceux qi primes appara ou apparrunt a la grande destresce retorne; et en cas qe jugement passe par le pleintif, se face le jugement & execucion devers ceux qi unt pledez, solonc la lei avant use, & devers touz les autres nomez en le brief, des biens le testatour, auxicome ils eussent trestouz pledez. Et est a entendre qe si nul en tieu cas voudra suire, selonc la lei qi cea enarere ad este use, qi franchement le peusse faire, nient contrestant cest estatut.

4

Et auxint pur ceo qe avant ces houres plusures gentz unt este sovent delaiez de lor accions, auxibien en assises & autres plez de terre, come en contractz, covenances & trespasses, par encheson qe les tenantz ou defendantz unt mys en barre relesses, quiteclamances, ou autre fait especial, faitz deinz franchises, dedeinz les bondes du roialme ou brief le Roi ne court mie; acorde est & establi, qe quant tieux faitz sont mis avant en barre daccion, portantz date de lieu deinz meisme la franchise, tout soit il qe tesmoignes de meisme la franchise soient nomez en meismes les faitz, et meismes les faitz soient deditz, soit proces fait en

Page 1_272

meisme le counte ou le pleeP272A1 [P272A1] Interlined on the Roll.1_273 serra mu de faire venir bon pais & les tesmoignes,P272A2 [P272A2] Interlined on the Roll.1_273 & si les tesmoignes ne ne viegnent mie a la grande destresce retourne, adonqes par labsence des ditz tesmoignes ne lessent les Justices qils naillent a la prise de lenqueste, auxi come le fait portast date de meisme le Counte ou le ple fust meu, & qe les tesmoignes feussent de meisme le Counte.

5

Et ensement, a la requeste des dites communaltez, ad nostre Seignour le Roi, de meisme lassent, ordine & establi qe Justices as assises prendre, gaoles deliverer, & doier & terminer assignez, touz lor recordes & processes, terminez & maundez en execucion, mandent a lescheqier a la Seint Michel chescun an unefoitz, a liverer illoeqes; et qe le Tresorer & les chaumbreleins qi pur temps serront, vewes les commissions des ditz Justices, meismes les recordes & processes resceivent des ditz Justices, ou desouz lor seals, & les gardent en tresorie come manere est; Issint totes foitz qe les ditz Justices primes preignent hors les estretes des ditz recordes & processes devers eux, par mander a lescheqier come avant soleient.

Rex Majori & ballivis ville Suthampton' salutem. Quedam statuta, per nos in parliamento nostro apud Eboracum in Crastino Ascensionis Domini proxim' preterito convocato, de assensu Prelatorum, Comitum, Baronum, & tocius communitatis regni nostri ibidem existencium, ad communem utilitatem populi ejusdem regni edita, vobis mittimus sigillo nostro consignata; Mandantes quod statuta illa, & omnes articulos in eis contentos, in villa predicta legi & publice proclamari, & quantum ad vos pertinet firmiter observari fac'. T.R. apud Novum Castrum super Tynam xxx. die Junii.

Eodem modo mandatum est subscriptis, mutatis mutandis, videlicet.

Majori & vicecomitibus Londonii.

Majori & ballivis ville Bristol'.

Ballivis ville Magne Jernemuth.

Ballivis Civitatis Lincoln'.

Ballivis ville de Sandwico.

Ballivis ville de Lenne Episcopi.

Majori & Ballivis ville Suthampton.

Justiciis ad placita coram Rege tenend' assignatis.

Justiciis de Banco.

Thesaurario & Baronibus de Scaccario.

Singulis vicecomitibus per Angliam.

Page 1_273

2

Ex Rot. Fin. in Turr. Lond. 9 Edw. III. m. 10.

D' diverses Ordeinances faites sur la moneye pupplier & gardir.

LE ROI au Visconte Deverwyk, salutz. Pur ceo qe nous avoms entendu qe plusurs gentz par de la la mer safforcent a countrefere nostre bone monoye Lesterlyng Dengleterre, en plus feble moneye, & cele feble moneye denveyer en nostre roialme, en deceite de nous & damage & oppression de nostre poeple si remedie ny soit mis; Nous voillantz as tieux damages & oppressions arester, & sur ceo & a ceo qe nostre dite bone moneye soit multiplie deinz nostre Roialme & les terres de nostre poair, a profit de nous & de nos summis, porveer remedie covenable; par assent des prelatz Contes & Barons de nostre dit Roialme a nostre parlement tenuz a Everwyk a Lendemeyn del Ascencion proschein passe assembletz, avoms ordeinetz & establitz les choses qi sensuent en la manere suthescrite.

Primerement purveu est, qe nul home desormes de Religion ne autre ne port lesterling hors del Roialme Dengleterre, ne argent en plate, ne Vessel dor, ne dargent, sur forfaiture de la moneye, plate ou vessel qil portera sanz especial conge de nous. Item qe nule fause monoie, ne contrefaite lesterlyng, ne soit porte el Roialme, ne aillours en nostre poer, sur forfaiture de la monoie; issint totes voies qe totes gentz de quecumqes Roialme ou poer qils soient, pussent sauvement porter as les eschanges au billon, & nemie aillours, argent en plate, vessel dargent, & totes maneres de monoies dargent, de quecumqe value qils soient, sauve fause monoie, & lesterlyng contrefaite, & illoeqes receivent bone & covenable eschange. Et qe nul esterlyng, maille ne ferthing soit fondu par vessel ne autre chose faire, par orfeures ne autres sur forfaiture de la monoie issint fondu & qe lorfeure ou autre qi lavera issint fondu, soit mis a la prisone, & illoeqes demorge tanqe il avera rendu a nous la moite qil avera issint fondu, nient contrestant Chartre ou franchise grante ou use en contrair. Et qe totes maners de noire monoie, qi courent ja communalment en noz roialme ou poer, soient tote outrement ostez, issint qe nule courge apres les mois prescheyn apres la crie faite sur forfaiture de meisme la monoie. Et qe checun homme qi voudra suir par nous, contre teux qi fraude ferront contre ceste ordinance, soit a ceo rescieu, & de ce qi serrra issint derene, a sa seute, au profit de nous, eit le quart dener.

6

Et qe Meir ou Bailiffs en checun port, ou Marchantz & niefs sont, preignent serment des Marchantz & Mestres des niefs, aillantz & revenantz, qils ne ferront nule fraude countre ceste ordinance en nul point.

7

Et qe table deschange soit a Dovorre, & aillours, ou & quant il semblera a nous & a nostre consail pur faire eschange. Et qe les gardeins des dites tables facent eschanges par tesmoignance des contrerouleurs queux nous ymettroms.

Et qe nul pelerin passe hors de nostre Roialme vers les parties de dela, forsqe a Dovorre, sur peine demprisonement dun an. Et qe bon garde & estroite se face en touz lieuz, sur la costere de la mere, es portz & aillours, ou nul manere de arrival est, par bons & loials jurez, qi en noun de nous facent diligealment sercher, qe nul de quel condicion ou estat qil soit, ne porte monoie desterlyng, argent en plate, ne vessal dor, ne dargent hors

Page 1_274

de nostre Roialme sanz congie de nous, nene porte es ditz Roialme ou poair, monoie fause, ne contrefaite lesterlinge, come avant est dit, sur les peines & forfaitures susdites. Et la monoie vessel ou plate, ensi forfaite, soit livrez as noz eschanges par endenture, dont lune partie demorante devers les sercheours soit livre al Escheqer & par ycele soit le Gardeyn des eschanges charge de ceo qil avera receu.

Et qe les serchours eient de nostre doun le quart dener pur lour travail de quanqe qil trovent issint forfaitz. Et si les serchours facent relees, ou desport a nuly, & de ceo soient ateintz, soient a la forfaiture de quanqe qils averont en biens; & qe les hostillers en checun port ou passage est, soient sermentez de faire le serche sur lour hostes, en la manere qe les serchours ferront, et eient de ceo qils trovent forfait, le quart dener, de ceo qe serra issint forfait a nous come averont les ditz serchours. Et est nostre entencion qe les ditz serchours eient poer, de sercher les hosteux, & de soi enfourmer des faitz des hostilers; et qe les hostilers en cas qils soient trovez en fraude countre les dites choses; qils soient puniz & encourgent la forfaiture susescrite. Par quex nous vous mandoms fermement enjoignantz qe meintenant vews cestes lettres toutz les Articles & pointz susdites, facez crier & publier en Cites & Burgh's, villes marchandes, portz & enP274A1 [P274A1] Interlined on the Roll.1_275 touz autres lieux parmye vostre ballie, auxibien denz franchise come dehors, la ou vous verrez q seit a fere; et en touz autres lieuxP274A2 [P274A2] Interlined on the Roll.1_275 deinz vostre baille ou mestir serra, forpris les lieux ou tiels gardeins & sercheurs serront deputez par nous, facez tielx sercheurs & gardeins establir & jurer de ceste nostre ordinance tenir & gardir en la fourme desusdite, sur les peines en ceste fourme contenues. Et de nouns de ceux qi ensuit serront assignez sercheurs & Gardeins de purvous, santz delai certifiez le Tresorer & Barons de nostre Escheqer.

Done soutz nostre grant Seal a Everwyk le vjme jour de Juyn lan de nostre regne noefisme.

Eodem modo mandatum est singulis Vicecome per Angliam & aliis subscriptis; videlicet,

Willelmo de Clynton' Constabulario Castri Regis Dovorre & Custodi quinque portuum. &c. infra libertatem quinque portuum.

Justicie Northwall' infra ballivam suam.

Justicie Suthwall' infra ballivam suam.

Edwardo Comiti Cestre, vel ejus Justicie Cestre aut ejusdem Justicie locum tenenti &c. infra Com' Cestre.

Episcopo Dunolmensi infra libertatem suam Dunolmensem. T. ut. supra.

Le serment des serchours de la moneie.

Le serment des serchours. Vous jurrez qe bien & loialment ferez le serche des totes choses contenues en vostre commission dont serche doit estre fait solonc la commission & totes les autres choses contenuez en y cele loialment perfournerez & de ceo qe troverez forfait au Roi loialment vous chargerez & loiale endenture ent ferretz & loial acompt rendrez: & a nuly par amur ne par favour, en singuler profit avoir ne desporterez par quey le Roi soit perdant: si dieux vous eide & ses Seintz.

Page 1_275

Anno 10o EDWARDI III. A.D.1336.

1

Ex Magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 24.

Anno xmo.

PUR ce qe nostre Seignour le Roi Edward, tierce apres le conquest, qi desire sovereinement la meintenance de sa pees, & salvacion de son poeple, ad entendu a la pleinte des Prelatz, Countes & Barouns, & auxint a la demonstrance des Chivalers des Countez & gentz de commune, par lor peticion mise en son parlement tenu a Westmonstier le Lundy prochein apres my quaresme lan de son regne disme, diverses oppressions & grevances faites a son dit poeple, & nomement par murdrours, robeours, larouns, ravisours des femmes, & autres felons, coveitant par refreindre la malice des tielx felons porveer de remede covenable, si ad ordine & establi, del assent des ditz Prelatz, Countes, Barouns, & autres Nobles de son Roialme, & a la requeste des ditz chivalers & gentz de commune, par quiete & pees de son dit poeple qe les articles southescritz soient gardez & meintenuz en touz poinz. En primes si est acorde & establi qe la grande chartre & la chartre de la Foreste, & auxint les estatutz faitz en temps des progenitours nostre Seignour le Roi, & en son temps demeigne soient tenuz, gardez, & fermement meintenuz, auxibien devers les grantz come devers les petitz, & les riches come les povres.

2

Ensement pur ce qe murdrours, robeours, larons & autres felons sont grandement esbaudiz de meffaire de ce qe chartres de pardoun des homicides, roberies, felonies, & autres trespas contre la pees ont este si legerment grantez avant ces heures; si est acorde & establi par nostre Seignour le Roi, del assent des Prelatz, Contes & Barons, & a la requeste des ditz Chivalers & gentz de commune, qe nulles tieles chartres desore soient grantez par nostre Seignour le Roi, contre la forme del estatut fait nadgaires a Northampton', lan du regne le Roi qore est second.

3

Et quant as chartres grantez en temps passe, si est acorde & establi par nostre Seignour le Roi, de meisme lassent & a la dite requeste, qe touz ceux qi tieles chartres ont, vignent devant les viscontes & Coroners des Countez ou les felonies sont faites, entre cy & la Nativite de Seint Johan prochein avenir, & chescun de eux troesse devant les ditz viscontes & CoronersP275A1 [P275A1] Interlined on the Roll.1_276 des Countez ou les felonies sont faites, sys bons & suffisantz meinpernours, par queux les ditz viscontes & Coroners voudrent respoundre, qe bien & loialment se portrent desore; & soient les meinprises enseales de lor seals, & retornes en Chauncellerie a la quinzeine de la dite feste de Seint Johan: Et ceux qi se voillent eider par tieles chartres, & neient trove meinprise come sus est dit, ou apres la meinprise trove se portent autrementP275A2 [P275A2] Interlined on the Roll.1_276 contre la pees qe faire deveront, soient les chartres tenues par nulles. Et en cas qe nostre Seignour le Roi grante nulles tieles chartres en temps avenir, qe deinz le treis mois apres les confeccions dicelles, vignent ceux qi averont les dites chartres, & troessent devant les ditz viscontes & coroners des Countez ou les felonies sont faites, autiele meinprise & en manere come devant de lor bon port; & soient les meinprises ensealez & retornes en Chauncellerie, deinz les tres semeignes apres la fin des ditz treis mois: et si ceux qi tieles chartres averont pur temps avenir se voillent eider par icelles, & neient trove tiele meinprise, ou apres la meinprise trove se portent autrement contre la pees qe faire deveront, soient les chartres tenues par nulles come susest dit.

Explicit Statutum.

Page 1_276

2

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 24.

CES sont les choses acordes en parlement nostre Seignour le Roi Edward, tierce apres le conquest, tenu a Westmonstier le lundi prochein apres my quaresme lan de son regne disme, par le dit nostre Seignour le Roi del assent des Prelatz, Countes & Barons, & auxint a la requeste des chivalers des Countez & gentz de commune par lor peticion mise en dit parlement.

1

En primes est acorde, par la malice refreindre des purveiours des Hostels le RoyP276A1 [P276A1] Interlined on the Roll.1_277 la Royne, & de lor enfantz, & dautres des durtees par eux faitz au dit poeple, par lour outraiouses prises par meismes les hostielx & en autre manere, qe larticle contenu en un estatut fait a Westmonster, lan du regne le Roi qore est quint, en la forme qi sensuit soit derechief publie, garde & tenu en touz pointz.

Come en lestatut fait a Westmonstier, au parlement somons illoeques apres la feste de seinte Katerine, lan du regne le Roi q'ore est quart, entre autres choses illoeqes acordez & establiz, soit contenuz sur les grevances qe les purveiours par les hostelx le Roi, la Royne sa compaigne, & de lor enfantz, fesoient au poeple en outraiouse mesure des blez, & auxint en voluntrive taille de fein, litere, et autres choses purvewes par les ditz purveiours, establi soit qe les prenours & purveiours des blez par les ditz hostealx, les preignent par mesure rese, solonc ce qe homme use parmy le Roialme, et qe touz les blez, fein, litere, bestail, & toutes autres vitailles, & choses quecunqes qi sont aprendre par meismes les hosteals, soient prisez a la verroie value par conestables & autres bones gentz des villes ou tieles prises se ferront, saunz ce qe par manasce ou duresce soient les prisours chacez a mettre autre pris qe lour serment ne voet; & en meisme cel estatut soit reherce un article qi fu fait en temps de bone memoire le Roi, ael le Roi qore est, ou certeines peines sont contenues contre ceux qi nounduement fesoient porveiances par tiels hostiels, par les queles peines les purveiours des ditz hostelx nont pas lessez affaire outraiouses & noundues prises contre le tenour des ditz estatutz; al honur & profit de nostre Seignour le Roi, & par pees & quiete de son poeple, & par refrener & punir la malveiste de ceux qi tieles outrages unt fait en esclaundre du Roi, la Royne sa compaigne & de lor enfantz; acorde est & establi qe les prises & porveances se facent par les ditz hostealx par pris fait par conestable & quatre prodes hommes des villes ou tieles prises & porveiances se ferront jurez & saunz manace sicome en les ditz estatutz est contenuz. Et qe entre les purveiours & ceux des queux les biens serront prises, en la presence des Conestables & prisours soient tailles faites ensealez des seals les purveours des choses issint prises, par les queles tailles gre soit fait as ceux des queux les choses serront issint prises. Et si nul prenour ou purveiour par les ditz hostielx les face par autre manere, soit meintenant arestuz par la villee ou la prise serra faite, & mesne a la procheine gaole, et si de ce soit atteint, soit la fait de lui come de laron, si la quantite des biens le demaunde. Et desore soit contenu en les commissions des tielx prenours & purveiours soient eles souz le petit seal ou souz le grant seal, la forme & la peine contenues en cest estatut. Et qe en chescun cas ou enquestes sont aprendre devant Seneschal ou Mareschaus

Page 1_277

del hostiel le Roi, qe les enquestes soient prises par gentz du pais en viroun, & nemie par gentz del hostiel, sil ne soit des contracz covenantes ou trespas faitz par gentz de meisme lostiel, dune part & dautre, & ce en meisme lostiel, solonc un autre estatut ent autrefoitz fait en temps meisme le Roi laiel. Et qe en cas ou homme se voudra pleindre de errour fait devant les ditz Seneschaus & Mareschaus eit le pleintif brief de faire venir le record & proces devant le Roi en sa place, & illoeques soit lerrour redresce. Et auxint soit fait en chescun autre cas ou homme se voudra pleindre de errour fait devaunt meismes les Seneschal & Mareschaux del hostiel le Roi.

2

Item est acorde, par les grandes grevances qe les gardeins des grantz chivals nostre Seignour le Roi unt fait au poeple, come nostre Seignour le Roi ad entendu a la dite demonstrance, qe porveiances desore affaire pur les ditz chivals, tant come ils sojournent nule part, se facent desore par viscontes des Countez ou les ditz chivals deveront issint sojourner, & nemie par autres; et qe les commissions avant ces heures faites as tieux gardeins, soient desore de nulle value & del tout repelez. Et qe les porveiances affaire par les ditz viscontes en ce cas soient liverez as ditz gardeins par endenture.

3

Et est auxint acorde qe certeines gentz soient assignez doier & terminer touz les trespas faitz par les ditz gardeins auxibien a la seute nostre Seignour le Roi come a la seute de partie.

Item est acorde par nostre Seignour le Roi, Prelatz, Countes, Barons, & autres du conseil le Roi, & auxint par la commune, par les grantz meschiefs qi sont avenuz en Roialme par larons, felons, & autres malveis, qe touz ceux des queux nostre Seignour le Roi a ore poet estre enfourme par bones gentz, as queux il devera foi doner, qi sont notoirs meffesours ou meintenours des meffesours, soit maunde de cy par briefs as viscontes des pais ou les ditz meffesours & meintenours sont conversantz, ou purront estre trovez, ou as autres as queux nostre Seignour le Roi acordera, de les prendre auxibien deinz fraunchises come dehors, & demprisoner & sauvement garder. Et a ce en chescun pais soient assignez bones gentz & fiables, & de poer denquere oier & terminer sur les faitz des ditz meffesours & meintenours, solonc lei de terre; & jatardeis denquere des autres & doier & terminer; et estre ce qils eient poer de prendre & comander a prendre touz ceux queux notoirement sont defamez des tiels malveistez, auxibien deinz franchises come dehors, & demprisoner, & nient meins denquere & doier & terminer de lor faitz; et qe ce cours se tiegne saunz estre chaunge tanqe al prochein parlement, deinz queu temps homme purra assaier le bien & quiete qi purra avenir par la bone garde de la pees par cest acord.

Item est acorde qe les estatutz einz ces heures faitz, contenantz qe viscontes, hundreders, & baillifs soient des gentz eantz terres en meismes les Countez ou baillies, et auxint qe les hundredz & wapentaks bailliez a ferme qi auncienement furunt annex as fermes des Countez, & severez des viscountez, soient rejointz as Countez, soient gardez en touz pointz.

Et est auxint acorde qe les gaoles qi sont appendantz as viscountez, qe les soient gardez come auncienement soleient estre en temps des auncestres nostre Seignour le Roi; et si les gardes des dites gaoles soient aillours liverez, qeles soient reprises par briefs, & baillez a ceux qi les deivent avoir de reson.

Page 1_278

Item est acorde qe nul brief de neifte desore soit grante en Chauncellerie, sil ne soit a la seute de ceux en qi nouns les briefs serront purchacez, ou qe le Chaunceller ou les Clercs de la Chauncellerie soient apris qe les ditz briefs soient demaundez de la volunte de meismes ceux par queux les briefs serront issint affaire.

Item come ascunes gentz Dengleterre, nadgairs assignez par arraier hobelours & archers a certein noumbre par la guerre d'Escoce, eient levez diverses summes des deners par armures, chivaux, & auxint despenses & autres custages des ditz hobelours & archers, des queux deners issint levez grande partie uncore demoert es meyns des ditz arraiours, come monstre est par les ditz chivalers & gentz de commune par la dite peticion, si est acorde qe touz les deners issint levez, qi uncore sont es meyns des arraiours, soient restituz a ceux des queux ils furunt issint levez.

Et memorandum quod in parliamento predicto concordatum fuit quod articuli predicti non tenerentur pro Statuto.

Rex Vic' Eborac' & Coronatoribus suis in eodem come salutem. Quedam statuta, pro conservacommune pacis nostre & quiete et tranquillitate ppuli regni nostri, in parliamento nostro apud Westmonasterium, die Lune proxim' post diem dominicam in medio quadragesime proxim' preterita convocato, de assensu Prelatorum, Comitum, Baronum & tocius communitatis regni nostri ibidem existencium edita, vobis mittimus in forma patenti, sigillo nostro consignata; necnon quendam articulum, per nos & consilium nostrum in parliamento nostro apud locum predictum, in crastino Sancti Michaelis, anno regni nostri quinto summonito, super providenciis pro hospicio nostro, & hospiciis consortis nostre ac lib'orum, nostrorum, per provisores eorundem sub certa forma faciend', factum, presentibus interclusum: Mandantes tibi prefato vic' quod tam statuta predicta, quam dictum articulum, in pleno Com' tuo, ac in singulis locis in ballivia tua tam infra libertates quam extra ubi expedire videris, legi & publice proclamari, ac quantum ad te pertinet firmiter fac' observari. Precipimus eciam tam tibi predicto Vic' quam vobis prefatos Coronatores, quod manucapciones de quibus fit mencio in statutis illis, sub forma in eis contenta recipiatis, & eas nobis in Cancallaria nra mittatis, juxta tenorem statutorum eorundem. Et hoc nullatenus omittatis. T. R. apud Eltham primo die Aprilis. per ipsum Regem.

Eodem modo mandatum est singulis Vicecomitibus per Angliam. per ipsum Regem.

3

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 24, d.

Anno xo.

PUR ce qe avant ces heures par outraiouses & trope des maneres des coustouses viaundes, qe les gentz du Roialme unt use plus qe nul part aillours, moultz des meschiefs sont avenuz as gentz du dit roialme; car les grantz par tieles outrages unt estez molt grevez, & les menus gentz, qe safforcent solement de contrefaire les grantz en tiel manere des viaundes, sont moult empoveres, dont ils nont poer daider a eux meismes ne a lour Seignour leige au temps de busoigne, sicome ils deivent: & autres assez des malz sont avenuz, auxibien as almes come as corps; & lez susdites choses & grevances porposes & monstres devant nostre Seignor le Roi, en son grand conseil tenuz a Notingham, la lundy proschein apres la feste de Seint Matheu lapostle, lan de son regne disme, suppliez feust par les Prelats, Countes, Barons, & les Communaltez de son roialme illoeqes

Page 1_279

assemblez par ses mandementes qil vousist sur ce par profit de son poeple erdiner remede covenable: Nostre dit Seignour le Roi, desirantz commune profit auxibien des grantz come de communen poeple de son roialme, & considerantz les mals, grevances, & mischiefs avantditz, par commune assent des Prelats, Countes, Barouns, & autres Nobles du son roialm, & des Communes du meisme le roialme qe illoeqez estoient, al honur de Dieu, & lamendement de lestat de la commune de son roialme, ad ordine et establi qe nul, de quel estat ou condicion qil soit, se face servir en son hostiel, ne nulle parte aillors, a disner, manger, ne sopere, ne nul autre temps, forsq de deux cours, & chesun messe de deux maneres des viaundes a plus, soient ils des chars ou de pesson, ove communes potages saunz sawes ou nule autre manere dez viaundez: et si homme voet avoir sawes par messe les eit, siqe ils ne soient pas faitz des grantz coustz, & si chares ou pesson y deivent estre mis, ne soit mis, forsqe de deux maneres ou des chares ou de pesson au plus, & estoise en lieu de messe; forsprise les plus grantes Festes del an, Cestassaver la veille & le jour de Noel, & le jour de Seint Estevene, le jour del an renoef, les jours de la Typhayne, & de la Purificacion nostre Dame, la veille & le jour de Pasqe & lendemayn del dit jour de Pasqe, le jour del Assension, le jour de la Pentecost & lendemayn, le jour de la Trinite, le jour de la Nativite de Seint Johan, le jour de Seintez Piere & de Seint Paule, les jours del Assumpcion & la Nativite nostre Dame, & le jour de Touz Seintz; queux festes & jours chescun se puisse servir de trois Cours a plus en la manere avantdit. Et voet nostre Seignour le Roi & commaunde, par assent avantdit, qe cestes ordinance & estatut commencent de tenir par tout le roialme le Lundy proschein apres la feste de Touz Seintes proschein avenir, & soient criez en chescun Counte, & qe chescun, de quel estat qil soit, saunz nul forsprendre, les avantditz ordinaunces & estatutz garde & tiegne en la fourme & manere susdites, saunz ajoustre ou fraude faire a ycele par covitise, cautele, art ou engyn, ou par interpretacion des paroles, ou queconqe autre colour quere, sur la foi & ligeance qils deivent a nostre dit Seignour le Roi & a ses heirs Rois Dengleterre, & sicome ils eiment le honur de Dieu, & aussint le honur & profit du Roi & profit du Roialme avantdit, & sur le peril qi appent si nul soit trove fesant le contrair de chose qest faite par si commun assent de touz, & par si grant profit du Roialme.

R. Vic' Eborac' salutem. Quedam ordinacionem & statutum per Nos in magno consilio nostro apud Notingham, die Lune proxim' post festum Sancti Mathei Apostoli proxim' preteritem convocato, de assensu Prelatorum, Comitum, Baronum & tocius communitatis regni nostri ibidem existencium, ad communem utilitatem tam Prelatorum & Magnatum quam populi ejusdem regni edita, tibi mittimus sigillo nostro consignata; Mandantes quod ordinacionem & statutum illa in pleno Com' tuo & in Civitatibus, Burgis, Villis mercatoriis & aliis locis in ballivia tua ubi expedire videris, tam infra libertates quam extra, legi & publice proclamari, & quantum in te est firmiter observari, fac'. T.R. apud Aukland xv die Octobre.

per ipsum Regem.

Eodem modo mandatum est singul' Vic' per Angliam.

Memorandum quod istud statutum in forma patenti, ac consimilia brevia, mutatis mutandis, diriguntur singulis Archiepiscopis, Episcopis, ac Comitibus & Nobilibus dicti regni;

Page 1_280

mandantes quod in fide & legiancia quibus Regi sunt astricti, & sub periculo quod incumbit, ordinacionem & statutum predicta, juxta formam & effectum eorundem, penes se observari fac', nec quicquam contra ea attemptent, seu attemptare presumant quovis modo; videlicet.

Decanis & Capitulis ecclesiarum


{ Beati Petri Eborac'.
Beate Marie Lincoln'.
Sancti Pauli Londonii.
Sancte Trinitatis Cicestr'.
Sancti Petri Exoniensis.
Beate Marie de Nova Sarum.
Sancti Andree Wellen'.
Sancti Cedde Lich'.
Sancti Ethelberti Hereford'.

Comitibus


{ Cestre.
Lancastre.
De Warenna.
Com' Norf' & Mareschal' Anglie.
Arundell'.
Devon'.
Hereford'.

Item eodem modo mandatum est Majoribus & Ballivis Civitatum & Villarum subscriptarum videlicet.

Eborac'.

Anno 11o EDWARDI III. A.D. 1336-7.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 24 d.

1

Anno xjo.

ACORDE est par nostre Seignour le Roi, Prelatz,P280A1 [P280A1] Interlined on the Roll.1_281 Countes, Barons, del assent des gentz de commune en Parlement somons a Westmonster le Lundi prochein apres la feste de Seint Mathy lapostle, lan du regne nostre Seignour le Roi unzisme, qe nul marchant forein ne denzein nautre de quel estat ou condition qil soit, sur peine de forfaitur e de vie & de membre & des quantqe il purra forfaire devers nostre Seignour le Roi, ne mesne ne face mesner par lui ne par autre, en prive nen apert, desore, leines nule part hors du Roialme, taunqe par nostre Seignour le Roi et son conseil ent autrement soit ordeine.

2

Est auxint acorde qe nul homme ne femme grant ne petit Dengleterre, Irlaunde, Gales, ne du poair nostre Seignour le Roi en Escoce, de quel estat ou condicion qil soit, Roy Royne & lor enfantz tantsoulement forspris, ne use drape qi serra achate apres la feste de Seint Michel prochein avenir, autre qe ne soit fait en Engleterre, Irlaunde, Gales, ou Escoce, deinz le poer nostre Seignour le Roi, sur la forfaiture du dit drape, & outre destre puny a la volunte nostre Seignour le Roi; et qe es dites terres Dengleterre, Irlaunde, Gales, & Escoce, deinz le poer nostre Seignour le Roi, homme peusse faire les draps auxi longs & auxi courtz come homme voudra.

3

Auxint est acorde qe nul marchant, forein ne denzein ne autre, apres la feste de Seint Michel mesne ne face mesner, en prive nen apert par lui ne par autre, es dites terres Dengleterre, Irlaund, Gales, ou Escoce, deinz le poair nostre Seignour le Roi, draps aillors faitz q'en yceles, sur la forfaiture des ditz draps, & outre destre puny a la volunte nostre Seignour le Roi come desus est dit.

4

Et auxint est acorde qe nul homme ne femme des dites terres Dengleterre, Irlaund, Gales, & Escoce deinz le poair nostre Seignour le Roi, de quel estat ou condicion

Page 1_281

qil soit, Rois Roynes & lor enfantz, Prelatz, Countes, Barons, Chivalers, dames, & gentz de seinte Eglise, qi poent despendre par an cent livres au meins a la verroie value de lor benefices, tantsoulement forpris, ne use peleure en ses draps qi serra achate apres la dite feste de Seint Michel, sur la forfaiture du dite pelure, & outre destre puny a la volunte nostre Seignour le Roi.

5

Et auxint est acorde qe touz les oevrours des draps destraunges terres, de queles terres qils soient, qi voudrent venir en Engleterre, Irlaunde, Gales, & Escoce deinz le poair nostre Seignour le Roi, viegnont salvement & seurement, en la proteccion & sauf conduyt de nostre Seignour le Roi, a demorer en icelles terres es lieux ou ils vodront; et qe les ditz oevrours eient plus grant volunte de y venir & demorer, nostre Seignour le Roi lor voet granter franchises tantes & tieles qe les suffiront.

Rex vicecomiti Eboraci, salutem. Quendam articulum per nos de assensu Prelatorum, Comitum, Baronum, ac tocius communitatis regni nostri, in parliamento nostro apud Westmonasterium die Lune proxim' post festum Sancti Mathei apostoli proxim' preteritem tento existencium, super lanis extra regnum nostrum ducend', & pannis ac pelura, in regno nostro Anglie, & terris nostris Hibernie & Wallie, ac infra dominium nostrum in terra Scotie, post festum Sancti Michaelis proxim' future utend', sub certa forma, nec non de modo facture pannorum in eisdem regno & terris, ac eciam de pannis transmarinis, infra regnum terras & dominium nostrum supradicta post idem festum quoquo modo non ducend', ordinatum, tibi mittimus in forma patenti, sigillo nostro consignatum; mandantes quod articulum predictum in pleno Com' tuo ac in singulis locis in ballivia tua, tam infra libertates quam extra ubi expedire videris, legi & ex parte nostra publice proclamari, & quantum ad te pertinet firmiter fac' observari. Et hoc nullatenus omittas. T.R. apud Wyndesor xxviii die Marcii. per ipsum Regem.

Eodem modo mandatum est singulis vic' per Angliam.

Anno 14o EDWARDI III. A.D.1340.

1

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 23, 22.

AL honur de Dieu & de seinte eglise, par assent des Prelatz, Contes, Barons, & autres assemblez au parlement tenuz au Weymonstier le Meskerdy procheine apres my quarresme, lan du regne nostre Seignour le Roi Edward Dengleterre quatorzisme, & de France primer, si ad le Roi par eese & quiete de son poeple, ausibien des grantz come des petitz, grante & establi les choses desoutz escriptes, les queux il voet qe soient tenuz & gardez en toutez poyntz perpetuelment adurer.

1

Primerement qe Seinte eglise eit ses franchises en quiete, saunz empechement ou destourbance; & qe la grande Chartre & la Chartre de la Foreste soient tenuz en touz pointz; et qe la Citee de Londres, & touz les autres Citeez & Burghs du Roialme Dengleterre eient toutes lour franchises & usages, queles ils ont resonablement eu & usez cea en arere.

2

Item pur ceo qe le Roi ad grant compassion de ce qe le poeple de son roialme par cause de maveis anes de guerres Descoce, de France, & de Gascoigne, & des grantz mises & eidez quils ont fait a lui en diverse manere, par les causes susdites & autres, & voillant a son dit

Page 1_282

poeple faire grace, par quoi ils se peussent le meutz aider & le plus tost de lour meschiefs estre relevez & recomfortez; a la requeste de son poeple Dengleterre si ad relesse & pardone a son dit poeple, ausibien as grantz come as petitz, de quel estat ou condition qil soient, toutes maneres des chateux des felons, & des futifs, eschaps des larons, fins, amerciementz, issues, forfaitz & amercimentz des murdres, toutes maners de trespas de la foreste, ausibien de emblauere come de vert & de venison, wast & quecunqes autres trespas faites dedeinz les forestes, ajuggez ou ajugger, reliefs & escuages, tanqe a temps qe le Roi qore est passa devers Brabant.

3

Item est assentu acorde & establi qe totes maneres des dettes, acomptes, & arerages des fermes & dacomptes, dues au Roi en qecunqe manere, aussibien des temps de ses progenitours come de son temps demesne, tanqe au comencement de lan de son regne Dengleterre disme, soient pardonez & relessez a toutz, grantz & petitz, du Roialme Dengleterre & a chescun de eux, & de tut anientitz. Et qe les dettes atterminez a Lescheqer avant le temps le Roi qore est, & auxi les dettes atterminez a mesme Lescheqer en son temps, des aunciens dettes dues avant son temps, soient anientiz & pardonez & relessez par touz jours; ensi totes foith qe les atterminementz faitz des dettes dues au Roi, & sourdantz de son temps demesne, estoisent en lour force. Et qe les viscontes, Eschertors, fermers des manoirs, Taxours, Custumers, vittaillers, & autres Receyvours des biens ou des deniers le Roi, en temps le Roi qore est, qi unqore sont en vie, respoignent des biens & deniers queux ils ont levez & receuz al oeps le Roi, sans ceo qils soient en autre manere chargez, fors soulment de ceo qils ont receu; mais les heirs, Executors & terres tenantz, des tieux manere des Ministres & Receyvours qi sont mortz, soient quitement dischargez de tote manere des acountes & des dettes, les queux le Roi poet demander par cause des levees & rescettes avant dites, tanqe au comencement de lan disme susdit. Et est lentencion le Roi qe ceux qi lui deivent dettes de prest, & voillent acounter ove le Roi, qe mesme la somme de prest soit allowe au Roi en lour acounte, & sur eux charge, come chose receu par la main le Roi, nient countreesteant cest establissement.

4

Item pur ce qe moultz des meschefs sont avenuz en divers pays Dengleterre, qils navoient mye conisance de presentement denglescherie, par quoi les communes des Countees estoient sovent devant les Justices errantz amerciez, a grant meschief du poeple; si est assentuz qe desore en avant nul Justice errant ne mette en article, nen opposicion, presentement denglescherie, devers les communes des Countees ne devers nul de eux; mes de tut soit lenglescherie & le presentement dycel par touz jours ouste, si qe nul par celle cause soit desore empeche.

5

Item pur ce qe moultz des meschiefs sont avenuz de ceo, qe en diverses places, aussibien en la Chauncellerie, en le Bank le Roi, le commune Bank, & Lescheqer, les Justices assignez & autres Justices a oyer & terminer deputez, les jugementz si ount este delaiez, ala foitz par difficulte & ascune foitz par divers oppinions des Jugges, & a la foitz par autre cause; si est assentuz, establiz, & acordez, qe desore en avant a chescun parlement soient esluz un prelat, deux Contees, & deux Barons, qi eient commission & poair du Roi, doier, par peticion a eux liveree, les pleintes de touz ceux qi pleindre se vorront de tieux delaies, ou grevances faites a eux; & eient poair a faire venir devant eux a Westmonster, ou aillours, ou les places serront, ou ascun des places serra, les tenours des recordz & proces de tieux jugementz ensi delaiez, & facent venir devant eux meismes les Justices qi serront

Page 1_283

adonqes presentz, pur oyer lour cause & lour resons des tieux delaiez; queux cause & reson ensi oiez, par bon avis de eux meismes, des Chancellier, Tresorer, Justices del un Bank & del autre, & autres de counseil le Roi, taunz & tieux come ils verront qe busoignable serront, aillent avant aprendre bon accord, & bon juggement faire; et selonc meisme laccord ensi pris, soit remande as Justices devant queux le plee pent, la tenur du dit record, ensemblement ove tieu juggement qi serra acorde, & qe eux aillent hastivement a juggement rendre selonc meisme lacord: Et en cas qe lour semble qe la difficulte soit si grande, qele ne poet pas bonement estre termine sanz assent du parlement, soit la dit tenour ou tenours portez, par les ditz Prelat, Contes, & Barons, a proschein parlement, & illoeqes soit pris final acord, queu juggement se devera faire en tieu cas; & solonc cel acord soit mande as Justices devant quieux le plee pent, qils aillent a juggement rendre sanz delay. Et par comencier a faire remedie sur cest establissement, si est assentuz qe commission & poair soit fait a Lercevesqe de Canterbirs, les Contes dArundell & de Huntend', le Seignour Wake, & Monsur Rauf Basset, adurer tanqe au prochein parlement. Et coment qe les ministres eient fait serement avant ces hures, ne par quant par eux rementiner de mesme le serement, si est assentuz qe aussibien Chancellier, Tresorer, Gardein du privee Seal, Justices del un Bank & del autre, Chancellier & Barons del Escheqer, come Justices assignez, & touz ceux qi se medlent es dites places desoutz eux, selonc lavisement des ditz Ercevesqe, Contes, & Barons, facent serment de bien & loialment servir au Roi & au poeple; & par avisement des avantditz Prelat, Contes, & Barons, soit ordene dencrestre le nombre des ministres, par la ou il ia busoigne, & de le amenuser en mesme la manere; et issint de temps en temps, quant officers serront novelement mys en les ditz offices, soient en la manere avantdite serementez.

6

Item est assentuz & establi, qe par mesprision du clerc, en quecunqe place qe ce soit, ne ne soit proces anientiz, ne discontinue, par mesprendre en escrivant un lettre ou un silable trope, ou trope poi; mes si tot qe la chose soit aperceu, par chalenge du partie ou en autre manere, soit hastivement amende en due forme, sanz doner avantage au partie qi ce chalange par cause de tieu mesprision.

7

Item pur ce qe ascuns viscontes ont lour baillies a terme des ans, du grant le Roi, & ascuns se fient tant de lour long demoere en lour baillie par procurement, qils sont esbaudiz de faire moultz des oppressions au poeple, & de mal servir au Roi & a son poeple; si est assentuz & establi, qe nul viscount demoerge en sa baillie outre un an, & adonqes soit autre covenable ordene en son lieu, qad terre suffisante en sa baillie, par les Chauncellier, Tresorer, & chief Baron de Lescheqer, pris a eux les chiefs Justices del un Bank & del autre, sils soient presentz; & ce soit fait chescun an lendemein des Almes a Lescheqer.

8

Et come en ascuns temps avant ces heures il navoit forsqe deux Eschetours en Engleterre, cest assavoir un Eschetour de cea Trente, & un autre de dela, par quoi le Roi et le poeple furent meins bien serviz q'avant ces houres nestoient, quant il y aveit plus des Eschetours & de meindre estat; si est assentuz & acorde qe desore en avant soient tauntz des Eschetours assignez, come estoient en le temps quant le Roi q'ore est prist le governement de son Roialme Dengleterre; & qe mesmes les Eschetours soient esluz par les Chauncellier, Tresorer, & chief Baron de Lescheqer, pris a eux les chiefs Justices del un Bank & del autre, sils soient presentz, en manere come est susdit des viscountes; et qe nul eschetour demoerge en son office outre un an; & qe nul Coroner soit esluz sil neit terre en fee suffisauntment, en mesme le Contee, dont il purra respondre a tote manere des gentz.

Page 1_284

9

Et pur ce qe moultz de meschiefs sont avenuz par my le Roialme, de ce qe les viscountes ount lessez les Hundredz, & les Wapentaks, a plus haute ferme qils ne rendent au Roi, & mesmes les Fermors les lessent as autres plus chier des grandes sommes, en tieu manere par si haute lees & enhansier des fermes, & plus grant nombre des baillifs errantz, outriders & autres, qe les viscontes, baillifs & hundreders y mettent, si est le poeple en diverse manere charge & greve; si est assentuz & acorde, qe desore en avant touz les Wapentaks & Hundredes, qi sont severiz des Countees, soient rejointz a mesmes les Countees, aussi come avant ces hures estoit acorde par autre establissement; & qe les viscountes les tiegnent en lour main demeigne, & y mettent tieux baillifs & hundreders, eiantz terres deinz mesmes les baillies & hundredz, par queux ils voillent respoundre: et sils voillent ascuns hundredz, baillies, ou wapentaks lesser a ferme, si les lessent al auncien ferme sanz rien encrestre; & qe par tieux baillifs & hundreders, et lour soutzbaillifs, le Roi & le poeple soient serviz, en oustant par touz jours toux les outriders & autres, qi en divers Countees avant ces hures notoriement ont destruit le poeple. Et qe nul baillif errant ne ne soit, forsqe en les Countees ou baillifs errant ad este avant ces hures, en temps le Roi lael; et en nulle manere ne soient plus des baillifs errantz forsqe un soul en un Contee. Et en mesme la manere est assentuz qe touz autres, de quel estat ou condicion qils soient, qi ont baillies ou hundredz en fee, sils les voillent tenir en lour main demeigne, adonqes y mettent teux baillifs par queux ils voillient respoundre; & sils les voillent lesser a ferme as autres, qils les lessent al auncien ferme, sanz riens encrestre come est susdit: et denquere sur touz ceux qi veignent al encontre de cest establissement, si eient les Justices del un Bank & del autre, Barons de Lescheqer, & Justices assignez, poair a toutes les foitz qils veignent en pays, & affaire tieu punissement, selonc ceo qe lour semble qi fait affaire selonc ley & reison. Et si viscountes, ou lour fermers, soient trovez en defaute en nulle point countre cest establissement, & de ceo soient atteintz, soient les Hundredz & les Wapentaks dedeinz queux tieles defautes serront trovez, pris en la main le Roi, & lessez as autres par les ditz Justices; & eux commandez a la prisone, a y demorer tantqe ils eient fait fin & raunceon au Roi, selonc la quantite du trespas, & nient meins respoignent au Roi de lentier de la ferme. Et qe les Seignours qi tienent Hundredz ou Wapentaks en fee, mettent tieux baillifs qi soient suffisantz a respondre au Roi & au poeple; et si lour baillifs facent countre cest establissement, soient appellez en respouns, et sils soient atteintz soient puniz, & eient tieu juggement come la ley de la terre le demande en tieu cas; & soient oustez de lour bailliez par touz jours, & autres suffisantz mys en lour lieus, par mesmes les Seignours.

10

Item endroit des Gaoles, qe soleient estre en garde des Viscontes & annexez a lour baillies, assentuz est & acordez, qils soient rejointz a les Viscontes; & eient les Viscountes la garde des dites gaoles, come avant ces houres soleient avoir, & y mettent tieux gardeins par queux ils voillent respondre. Et sil aveigne qe gardeyn du prisone, ou soutz gardein, par trope grande durete de prisone, & par peine, face nul prison qil eit en sa garde devenir appellour contre son gree, & de ceo soit atteint, eit mise de vie & de membre. Et qe Justices le Roi, devant queux tieu cas avendra, enquergent sur ce la verite, et sils troessent par enqueste sur ce prise qe nul gardein, ou southgardein, leit fait, soit de ceo aresne; & sil soit trove coupable eit mise de vie & de membre come desus est dit.

Page 1_285

11

Item est assentuz & establi, qe chescun clerc qi serra depute a receivre les reconisances en Citees & en Burghs, selonc lestatut marchant, demoerge en propre persone pur faire loffice, selonc ce qi est contenu en lestatut de Acton Burnel; & q'il eit terres suffisantes en meisme le Contee, dont il purra respoundre a touz sil mespreigne; & si nul autre soit en tiel office soit remue, & autre covenable mys en son lieu.

12

Item come il soit contenuz en la grande chartre qe une mesure & un poys soit par my toute Engleterre, & auxint contenuz soit en un estatut fait en temps le Roi Edward, aiel le Roi qorest, qe nul ne vende par bussel sil ne soit merche du seal le Roi, & qil soit acordant a lestandard le Roi; et auxint y est contenuz qe celui qi serra atteint qil eit double mesure, cest assaver un plus grande par achater, & un autre meindre par vendre, soit emprisone come fausour & grevement puny; queles choses nont my este tenuz ne usez puis les ditz establissementz, a grant grevance du poeple; si est assentuz & acorde, qe desore en avant un mesure & un poys soit parmy toute Engletere; & qe le Tresorer face faire certaines estandardz de bussel, de galon, de poys, dairesme, & les face mander en chescune Countee, par la ou tielx estandardz ne sont pas avant ces hures mandez; & sur ce soient assignez deux bons & suffisantz, en chescun Counte, & plus solonc ceo qe le Countee est graunt, de surveer aussibien deinz franchise come dehors, qe les mesures & les poys soient acordantz a les estandardz, & qils eient poair denquere oyer & terminer, & de punir touz ceux qi serront trovez en coupe; et qe les Viscountes a lour mandement les receivent, & les retienent en prisone, tanqe ils eient fait fin au Roi: et soit oy chescun qi pleindre se voudra de tieux qi mesprenent en vendant ou en achatant, aussibien par le Roi come par lui mesmes: et qe les ditz assignez liverent lour estretes chescun an a Lendemeyn Seint Michel, a Lescheqer; & preignent par lour despens la quarte partie de ce qils pount lever, & respoignent au Roi de les trois parties; et de ce qe ne poet estre leve avant lour profre, soit la quarte partie allowe a eux a Lescheqer, & les trois parties levez al oeps le Roi. Et nest pas lentencion le Roi, qe le Clerc du Marchee ne face son office par la ou il vendra selonc ce qil soleit faire avant ces hures; ne qe les Seignours des Fraunchises ne soient oustiez de lour franchises par cause de cest establissement.

13

Item come en la grande chartre soit contenuz, qe apres la mort des auncestres qi tiegnent du Roi en chief, & des queux les heirs sont deinz age, qe le Roi face garder les terres sanz wast & destruccion, & les rend entierement a les heirs quant ils vendront a lour plein age; et encontre Dieu & droit, & les ditz establissementz, les Eschetours & autres as queux les terres de tieux heirs ount este commis, ont fait wast & destruccion, a grant meschief, aussibien des heirs des Countes, Barons & autres grantz, come dautres qi tiegnent du Roi en chief, & nient meins les Eschetours nount en consciencie de faire tieux destruccions, & cheytivement ont responduz au Roi; par quoi est assentuz & establi, qe desore enavant, apres la mort de chescun qi tient de Roi en chief, qe leschetour face seisir en la mein le Roi les terres come appent, sanz wast faire en meisons, boys, parcs, viveres, ou autres extorsions qi peussent escheer au damage del Heir; & hastivement apres le diem clausit extremum a lui liveree, le face retournir par bone & veritable extente, en Chancellerie; apres queu retourn, si trove soit qe leir soit deinz age, & les proscheines amys le dit heir, as queux leritage ne poet descendre, viegnent & se offrent aprendre les dites terres, rendant la value au Roi tantqe al age leir, si avant come

Page 1_286

autres voillent rendre sanz fraude, par acord entre les Chanceller & Tresorer, eient commission a garder les dites terres par bone & suffisant seurte, tanqe al age les ditz heirs, & a respoundre au Roi de la value: et nest pas lentencion le Roy qe par cest estatut il soit forclos, daver sa accion de Wast devers tieux gardeins & fermers, si come lui & ses auncestres ont eu avant ces houres; & qe les heirs quant ils vendront a lour age eient lour accion par brieft de Wast, devers tieux gardeins & fermers.

14

Item come avant ces houres, en cas qe homme ad demaunde par peticion du parlement certeines teres & tenementz qi sont en la mein le Roi, & a les dites peticions eit este respoundu en dit parlement, Chancellerie, ou en Bank le Roi, qe le Roi voet qe brief soit swy as Tresorer & Chaumberleins, par serchier chartres, monymentz, & autres remembrances qi lui pount valer, par quoi il puisse estre avise a faire respouns; as queux briefs communement le Tresorer & Chaumberleins ont respondu, qils ount serche, mes nemy par serche, & nount pas volu respoundre qils ount pleinement serche, & riens ne troevent, ne qils poent plus trover fors ce qils ont mande; par quoiP286A1 [P286A1] per Printed Copies.1_287 la ley avant ceste hure usee, homme nad my eu cause a mettre ceux qi sont par le Roi a respouns, & en tieu manere les demandantz ont este grantment delaiez a meschief de eux; par quoi est assentuz, qe apres qe les quatre briefs soient retornez, le quel qi monyment ou remembrance soit trove par le Roi ou nemy, qi adonqes en parlement, Chancellerie, ou en Bank le Roi, ou en commune Bank, soient ceux qi sont pur le Roi mys a respouns, & a defendre les terres & tenementz ensi demandez devers le Roi, a meutz qils saveront ou purront, selonc la lei, ensi totes foitz qe chescun des quatre briefs soit liveree as Tresorer & Chaumberleins quarante jours devant le jour de retourne; & qe par mandement de grant seal ne de privee seal nul point de cest estatut ne ne soit mys en delay; ne qe Justices de quecumqe place qi ce soit, lessent a faire commune lei, par maundement qi les vendra desoutz le grant seal ou privee seal.

15

Item pur ceo qe par divers estatutz avant ces houres faitz en divers parlementz, si fut assentuz qe nul chartre de pardoun de mort de homme, ne ne serroit fait par le Roi mes en cas qil le poet faire gardant le serement de sa coroune; les queux estatutz ne ount pas este tenuz, einz ount este chartres sanz nombre grantez as divers larons & homicides, a mal ensample & affrai des bones gentz & loialx, par quoi les larons & meffesours sont comfortez affaire lour roberies & homicides, & les fount de jour en autre, & plus sont esbaudiz a le faire par cause de espoir davoir lour chartres de pardon legerement; si est assentuz acorde & establi, qe nul chartre de pardon de mort de homme, ne dautre felonie, ne ne soit desore en avant grante, a nul, forsqe en cas ou le Roi le poet faire sauvant le serement de sa coronne, si come est contenuz en les estatutz avant ces hures faitz; et si nulle chartre soit desore grante contre les ditz estatutz, qele soit tenu par nulle.

16

Item come avant ces houres soit establi qe les enquestes & jurrez, qi sont aprendre aussibien de Bank le Roi come de commune Bank, fuissent pris devant un ou deux Justices de meismes les places, si come est contenuz en meismes les establissementz; & ja si est notoriement veu & conu qe diverses enquestes & jurrees ont este aprendre, & encore sont en divers Contees Dengleterre, ou nulle Justice nest venu, a grant meschief des parties qi suent, & aussi des bones gentz du pays qi sont mys en panel; par quoi est assentuz & establi, qe qi qe ce soit qi demande le Nisi Prius en Bank le Roi, aussibien a la seute le defendant come de pleintiff, come avant ces hures ad este fait par forme destatut, qe lui soit le Nisi Prius grante, devant ascun Justice de la place, ou le plee

Page 1_287

pent, si ascun de la place peusse bonement aler en celles parties, & si nemy adonqes soit grante le Nisi Prius devant ascun Justice du commune Bank, au certein jour qi poet estre acorde, & tenour du record a lui liveree ou mande desoutz le seal le chief de la place; a queu jour il preigne lenqueste, & retourne le verdit desoutz son seal ovesqe le brief, la tenour & le panel, le quel soit receu en Bank le Roi, & illoeqes enroule, & sur ce juggement rendu selonc le verdit de mesme lenqueste; & eit le dit Justice du commune Bank poair de recorder defautes & nounseutes, auxi avant come le Nisi Prius eust este grante devant ascun Justice du Baunk le Roi; apres queux defautes issint recordez & retornez en Bank le Roi, aillent les Justices a juggement rendre sur mesme le record. En mesme la manere soit fait de toutz les plees qi sont ou serront en commune Baunk, dont les enquestes & jurrees sont ou serront aprendre en pays par le Nisi Prius; si nul des Justices de meisme le place ne yP287A1 [P287A1] Interlined on the Roll.1_288 aille soit le Nisi Prius grante devant ascun Justice du Bank le Roi, affaire come devant est dit des Justices du Commune Bank, & la tenour du record a meisme celui Justice maunde, qi eit autieu poair come devant est dit de Justice du commune Bank, qest assigne aprendre les enquestes & jurrees du Bank le Roi. Et sil aveigne qe nul des Justices del un Bank ne del autre, ne puisse venir en pais la ou enquestes & jurrees sont aprendre, adonqe soit le Nisi Prius grante devant le chief Baron del Escheqer, sil soit homme de ley; & eit autieu poair come les Justices del un Bank ou del autre ont par cest estatut: et en cas qe nul des Justices del un Bank, ne del autre, ne le chief Baron del Escheqir, qi soit homme de lei, ne viegne en pais, ou les enquestes & jurrees sont, ou serront aprendre par le Nisi Prius, adonqes soit le Nisi Prius grante devant Justices assignez a les assises prendre celles parties; issint toutes foitz q' un des ditz Justices assignez soit Justice del un Bank ou del autre, ou serjant le Roi jurre; & eient mesmes ces Justices autieu poair come devant est dit des Justices del un Bank & del autre. Et si lune partie demaunde la tenour du record devers lui avoir, par liverer a le Justice devant qi le Nisi prius est grante, pur eschure qe fraude ne damage ne soit fait al autre partie, ne as gentz del enqueste, soit un autre tenour de mesme le record baille a lautre partie, sil le demande. Et come soit autre foitz establi qe les Justices, devant queux le Nisi prius ad este grante, es plees dassises de darrein present, et quare impedit, eient poair de rendre les juggementz en pais, sur verditz dassise & denqueste, & sur nounseutes & defautes; si est assentuz qe les Justices del un Bank & del autre, chief Baron del Escheqir, & Justices assignez, devant queux le Nisi Prius est grante par cest estatut, eient poair de rendre les juggementz en pais, & ce retournir, solonc ce qeest contenuz en lestatut Deverwyk sur ce fait.

Item est assentuz & establi, qe vikeres, persones, & gardeins de Chapeles, & provosts, gardeins & Chapelleins des Chaunteries perpetueles, eient lour brief de Utrum, des terres, tenementz, rentes & possessions annexes ou donez perpetuelement en almoigne, as Vikeries, Chapeles, ou Chaunteries, & recoverir par autres briefs en lour cas, auxi avant come persones des Eglises ou provenders. Item pur ceo qe les demandantz en plee de terre ount este sovent delaiez de ce qe les tenantz ount vouche a garrant un homme mort, encontre queu vouchier, les demandantz ne poaient my avant ces houres aver este receux daverir, qe le vouche est mort, a grant delay & meschief de eux; acorde est & establi, qe desore en avant, si le tenant vouche a garrant un homme mort, & le demandant voille averer qe le vouche est mort, ou qil neit nul tiel, soit laverement de lui receu sanz plus delay.

Page 1_288

19

Item est assentuz qe les porveances, qi se ferront par les hostiels le Roi & la Roigne, par la ou ils demorront & passent par pays, seient faites par garrant & poair donez as ceux qi ferront les porveances; en quele soit expressement contenuz, qils ne purvoient ne achatent riens, si ce ne soit par foer fait entre les acatours & les vendours, & par le bon gree des vendours: et si ascun voille riens prendre, par colour de sa commission contre cest establissement, ne ne soit nul tenuz de obeier a lui, plus avant, qe sil neust nulle commission; et de ce qi serra ensi achate & purveu, soit paiement fait au vendour, avant ce qe le Roi passe hors de la verge. Et des grantz porveances a faire, come des chars, pesshons & autres vittailles par les guerres le Roi, & par ses chastielx & villes vittailler en Escoce, Engleterre & aillours, soient certeins marchantz, ou bones gentz deputez par le Tresorer, a faire les dites porveances, sanz commission & sanz poair du Roi ou dautre; ensi qe le poeple, ou ascun de eux, ne ne soit mys a vendre riens contre lour gree & volente. Et qe nul commission soit faite au gardein des Chivals le Roi, par le Roi, ne par le viscount, ne par autres de faire porveance par les Chivals le Roi; mes soulement soit mande au viscount qil face les porveances, par lui & par les seons des issues de sa baillie, & qe le nombre des Chivals, par queux il ferra tieu porveance, soit contenu en son dit mandement, et qe nulle porveance soit faite outre cel nombre; sauve qe le chief gardein eit un hakeney, et qil preigne garde qe le pais ne soit my charge des plus qe gardent les Chivals, forsqe par chescun chival un garceon sanz menir femmes, pages, ou chiens ovesqe eux; et si plus soient trovez demorantz en charge du pays, soient menez a la prisone a demorir illeoqes tanqe le Roi mande sa volente. En mesme la manere soit mande a viscount, qil face les porveances par les chiens le Roi, des issues de sa baillie, par la ou ils demorront; et qe tieles porveances se facent par null autre forsqe par viscont; et soit contenuz en son mandement le nombre des chiens par queux il ferra porveance, outre queu nombre null porveance soit fait, issint qils vivent de lour certein sanz chargier le pais. Et si nul se sent greve contre cest establissement, qil eit son recoverir devers le viscount, de tieu grevance a luy faite.

20

Et par les grantz relees & pardons des dettes, chateux des felons & de futifs, & moultz des autres choses, & bons establissementz desus escriptz, qe le Roi ad grante as Prelatz, Contes, Barons, & a toutz les communes de son roialme, par leese de eux perpetuelement adurer, les ditz Prelatz Contes Barons & touz les communes du roialme, uniement de un assent, & de un bone volente, eiantz regard a la bone volonte qe le Roi lour Seignour lige ad devers eux, & a les grantz travalx qil ad fait & sustenu, aussibien en ses guerres Descoce come devers les parties de France & aillours, & a la bone volonte qil ad a travailler par son roialme garder, ses guerres meintenir, & ses droitures purchaser; si ont ils grantez a lui le noefisme aignel, le noefisme toyson, & la noefisme garbe, a prendre par deux ans proschein avenir. Et des Citees & Burghs le verrai noefisme de toutz lour biens & chatelx aprendre & lever par loial & resonable taxe, par mesmes les deux ans, en eide de la bone garde de son roialme, aussibien par terre come par meer, & de ses guerres aussibien devers les parties Descoce come devers les parties de France, Gascoigne, & aillours. Et endroit des marchantz foreins, qi ne demoerent poynt en Citees nen Burghes, & auxint des autres gentz qi demoerent en forestes, gastines, & touz autres qi poynt ne vivent de lour gaynerie, ou de lour estor des berbiz, par bon avis de ceux qi sont deputez taxours, seient mys loialment a la value au quinzisme, sanz estre desresonablement plus

Page 1_289

avant chargez; & nest pas lentent le Roi ne des autres grantz & communes, qe par my cele grant, fait au Roi du quinzisme, les poures cotiers, ne autres qi vivent de travaill de lour corps, soient compris dedinz le taxe du dite quinzisme, einz soint deschargiez par lavis de ceux qi sont deputez taxours, & des grantz qi sont deputez surveours.

21

Et coment qe les communes du Roialme prierent au Roi, qil vousist par assent du parlement granter & establir, qe jammes ne feust pris plus de custume dun sak de leine, q'un demy mark, ne de plum, esteym, quirs ne pealx lanutz, forsqe launciene custume, nepurquant le Roi pria as Prelatz, Contes, Barons, & as toux les communes, qe pur […] grosses busoignes qil avoit ore entre meins, come ils bien savoient, qils lui vousissent grantier ascun eide, sur les leines, quirs, pealx lanutz, & autres marchandises a durer un piece; sur quoi, eu deliberacion, les ditz Prelatz Contes Barons & communes de son roialme, lui ont grante quarante souldz, a prendre de chescun sak de leine, & quarante souldz de chescun trois Centz pealx lanutz, & de chescun last de quirs quarant soldz, & dautres marchandises a la ferant, qi passeront outre meer; & a comencier a la feste du Pasche en lan du regne le Roi qorest quatorzisme, & a durer tanqe a la feste de Pentecost proschein seuant, & de cel fest tanqe al festP289A1 [P289A1] Interlined on the Roll.1_290 de Pentecost proschein seuant en un an. Et par cel grant, le Roi par assent des Prelatz Contes Barons & touz autres assemblez a son parlement, si ad grante, qe de la feste de Pentecost qi vient en un an, lui ne ses heirs nene demanderont, ne asserront, ne prendront, nene soeffrent estre pris, plus de custume de un sak de leine, de null engleys, forsqe un demy marc de custume tantsoulement; & sur pealx, & quirs launcien custume: & deit le sak contenir vynt & sys pieres, & chescun piere quatorze livers. Et qe chescun qi passera leynes as parties de dela, engleys ou autre, reseant, habitant ou repeirant en Engleterre, troesse bone & suffisant seurte as custumers, avant son passer, de reporter de chescune sak de leine, plate dargent a la value de deux marcs, a son primerP289A2 [P289A2] Interlined on the Roll.1_290 retournir ou repeirir, & mesme laP289A3 [P289A3] plate St. 14 E. 3. st. 2. c. 4.1_290 porte a leschange le Roi, & illoeqes receive ses deniers. Et qe nul ne cokette leynes, forsqe en le noun de celui a qi celles leines serront; & si nulles leines soient trovez autrement cokettez, soient pris en la main le Roi come forfaitz. Et a cest establissement lealment tenir & garder, si ad le Roi promys en la presence des Prelatz, Contes, Barons, & autres en son plein parlement, sanz plus de charge mettre, ou asseer, sur la coustume forsqe en manere come est susdit. Et en mesme la manere les Prelatz, Contes, Barons, ont lealment promys tant come en eux est, qils procureront le Roi, tant come ils pount, a le tenir; et qe en null manere, ils ne assenteront au contraire, si ce ne soit par assent des Prelatz, Contes, Barons, & communes de son roialme, & ce en plein parlement. Et par plus grande seurte, & a doner cause a toux de eschuire a conseiller au contraire de ce point destablissement, si ount les Prelatz promys a doner sentence sur touz ceux qi viegnent al encountre en nul poynt.

2

Ex mag. Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 21.

1

Anno xiiij.

EDWARD par la grace de Dieu Roi Dengleterre & de France, & Seignour Dirlaunde, a touz ceux as queux cestes lettres vendront, salutz. Sachiez qe come Prelatz, Contes, Barons, & communes de nostre roialme Dengleterre, en nostre present parlement somons a Westmonstier, le Meskerdy proschein apres le dymeigne en demy quaresme, Lan de nostre regne Dengleterre qatorzisme, & de France primer, nous aient grantez de lour bone gree & de bone volente, en eide del exploit de noz grosses

Page 1_290

busoignes queles nous avons a faire, auxi bien de cea la meer come par dela, la noefisme garbe le noefisme tuyson & le noefisme aignel a prendre par deux annz proscheins avenir apres la feisance de cestes, & les Citeyns des Citeez, & Burgeys de Burgh's, la verroi noefisme de toutz lour biens, & les marchantz foreyns & autres qi ne vivent poynt de gaynerie ne destore des berbiz le quinzisme de lour biens loialment a la value: Nous voillantz purvoier al indempnite des ditz Prelatz, Countes, Barons, & autres de la dite comunalte, & auxint des Citeyns, Burgeys & Marchantz susditz, voilloms & grantoms, par nous & par noz heirs, as mesmes les Prelatz Countes Barouns & communes, Citeyns, Burgeys & marchantz, qe ce grant qi est si chargeant ne soit autrefoitz trette en ensaumple, ne ne chete a eux en prejudice en temps avenir; ne qe eux soient desore chargiez ne grevez de commune eide faire, ou charge sustenir, si ce ne soit par commune assent des Prelatz, Countes, Barouns, & autres grantz & communes de nostre dit Roialme Dengleterre, & ce en parlement; et qe touz les profitz sourdantz du dit eide, & des gardes, mariages, Custumes, Eschetes & autres profitz surdantz du Roialme Dengleterre, soient mys & despenduz sur la meintenance de la sauve garde de nostre dit Roialme Dengleterre, & de nos guerres Descoce, France, & Gascoigne, & null part aillours, durantz les dites guerres.

2

Et come y soit contenuz en la grande chartre qe toutz marchantz eient sauve & seure conduyt daler hors de nostre Roialme Dengleterre,P290A1 [P290A1] Interlined on the Roll.1_291 & de y venir & demorer & aler par my le Roialme Dengleterre auxibien par terre come par ewe, a achatre & vendre, paiantz lour dreitures custumes forspris en temps de guerre; Nous a la request des ditz Prelatz, Countes, Barouns, & communes, voloms & grantoms par nous & par noz heirs & successures qe touz marchantz denzeins & foreins forspris ceux qi sont de nostre enemite, puissent sanz estre destourbe sauvement venir en le dit Roialme Dengleterre, od lour biens & marchandises & sauvement demorer & sauvement retorner, paiantz les custumes subsidz & autres profites resonablement ent dues; issint toutes foitz qe les fraunchises & franches custumes resonablement grantez par nous & par noz auncestres a la Citee de Loundres, & autres Citees, Burgh's, & bones villes de nostre dit Roialme Dengleterre, lour soient sauveez.

3

Et auxint a la request des ditz Prelatz, Countes, Barons, communes, Citeyns, Burgeys & marchantz, eiant regard al eide qils nous ount grauntez en la manere susdite, les avons pardonez & relessez, pardonons & relessons, chateux des felons & des futifs, eschape des prisones, fines, issues, forfaitz, & amercimentz de murdres, totes maners des trespass de la Forest, auxibien de enbleyour come de vert & de veneyson, wast & qecumqes autres trespas faitz deinz la Foreste, juggez ou a jugger, releves, escuages, tant qe au temps de nostre passage devers Brabant, cest assavoir le xvj jour de Juyl Lan de nostre regne douzisme. Et auxint eides pur faire nostre fitz Chivaler & nostre file marier par tout nostre temps. Et auxint les avoms pardonez & relessez, pardonons & relessons, par nouz & par noz heirs & successours, toutes maneres des dettes acomptes & arrerages des fermes & dacomptes a nous dues en quecumqe manere, auxibien de temps de noz progenitours come de nostre temps demeigne, tanqe au comencement del an de nostre regne Dengleterre disme: & avoms grantez as ditz Prelatz, Countes, Barons & communes qe les dettes atterminez al Escheqer avant nostre temps, & aussi les dettes atterminez a mesme Lescheqer en nostre temps des aunciens dettes dues avant nostre temps, soient anentiz & pardonez & releissez par touz jours, ensi totes foitz qe les atterminementz faitz des

Page 1_291

dettes duz a nous, & sourdantz de nostre temps demeigne, estoisent en lour force; & qe les viscountes, Eschetours, fermers des Manoirs, taxours, custumers, vittaillers & autres resceivours de noz biens & deners de nostre temps qi unqore sont en vie, respoignent des biens & deniers queux ils ont levez & resceuz a nostre oeps, sanz ceo qils soient en autre manere chargez fors soulement de ce qils ount resceuz; mes qe les heirs, executours & terre tenantz de tieux maners des ministers & receivours, qi sont mortz, soient quitement deschargez des totes maners dacomptes & dettes, les queux nous pooms demander par cause des leveez & resceites avantdites, tanqe al commencement del an disme susdit. Et qe ceux qi devent a nous dettes daprest, & voillent acompter od nous, qi mesme la somme daprest soit allowe a nous en lour acompt, & sur eux charge come chose resceu par nostre mein, nient contreesteant lestatut sur ce fait en cest present parlement.

4

Et come les ditz Prelatz, Countes, Barouns & communes, pur […] grosses busoignes qi nous avoms ore entermeyns, nous eient a nostre request grantez qe nous preignoms de chescun sak de leyne qi passera outre meer entre cy & la fest de Pentecost proschein avenir, & de meisme la fest tanqe al fest de Pentecost proschein suyant, quarant soldz, & de trois Centz pealx lanutz quarant soldz, & de un last de quirs quarant soldz: Nous par ceo graunt par assent des avantditz Prelatz Countes Barons & toutz autres assemblez a nostre dit parlement, avoms grante qe de la dit fest de Pentecost qi vendra en un an, nous, ne noz heirs heirs ne demanderoms, ne asserroms ne prendoms nene ferroms prendre plus de custume de un sak de leyne de null Engleys forqe un demi marc; & de trois centz pealx lanutz demi marc; & de un last des quirs un marc de custume tantsoulement: & doit le sak contenir vynt & sys peres & chescun peer quatorze livres: et qe chescun qi passera leynes as parties de dela, Engleys ou autre, reseant habitant ou repeiraunt en Engleterre, troesse bone & suffisaunt seurte as custumers avant son passer, de reporter de chescun sak de leyne plate dargent, a la value de deux marcs, dedeinz les trois moys qe les leynes ensi chargez passeront hors du port; & mesme la plate porte al eschaunge le Roi, & illoeqes resceive ses diners, cest assavoir deux marcs: et qe les Custumers des portz ou les leynes se chargeront prenont de ceaux en qi noun les leynes serront chargeez, tiele seurte par quele ils voudront respoundre, de repoter plate en la fourme susdite: et qils certifient les gardeins des eschaunges le Roi a le Toure de Londres, trois foitz par an, cest assaver a la Nativite de Seint Johan le Baptistre, a la toutz seintz, & a la Purificacion de nostre dame, des nouns de touz ceux qi averont trovez tiele seurte & de nombre des saks qils averont chargiez; & en cas qe le dit gardein navera resceu plate en la fourme susdite de ceux dont la certification lui vendra a la Seint Johan, avant la toutz seintz proschein suyant, adunqes ent certifiez les Tresorer & Barons del Escheqer & les ditz Tresorer & Barons, resceu la certification du dit gardein, facent outre tiel proces qe la plate soit porte a les eschaunges en la fourme susdite auxibien contre les Custumers come contre ceaux qi tiel seurte averont trovez & naveront pas reporte la plate come desus est dit: & en mesme la manere soit fait a la Purificacion, de certification faite au dit gardein a la toutz seintz devant; et auxint a la Seint Johan de la certificacion faite a lui par mesmes les Custumers a la Purificacion devant; et ensi de temps en temps as termes susditz. Et qe nul ne cokette leynes forsqe en le noun de celui a qi celles leines serront, & si nulles leynes soient trovez autrement cokettez, soient pris en la main le Roi come forfaites. Et coment qe plusurs des articles susescritz soient compris deinz lestatut fait en mesme cest parlement par commune assent nient meyns par monstrer les clerement &

Page 1_292

overtement as grauntez & as communes susditz, ensi qe chescun purra avoir conisaunce des graces & quitances queles nous les avoms fait & graunte en celle partie, a la request des dit grantz & communes les avoms fait autrefoith mettre en cestes noz presentes lettres overtes. Donez a Westmonster le xvj jour Daverill, Lan de nostre regne Dengletere quatorzisme, & de nostre regne de France primer.

3

LE Roi a toutz ceux as queux cestes presentez lettres vendront, saluz. Sachietz qe come ascuns gentz entendont, qe par resone qe le Roialme de France est devolut a nous come droit heriter dycell, & pur tant qe nous sumes Roi de France, nostre Roialme Dengleterre serroit mys en subjeccion du Roi & du Roialme de France, en temps avenir: Nous eiantz regard a lestat de nostre dit Roialme Dengleterre, & meement a ce qele estoit unqes ne deveroit estre en subjeccion, nen obeissance des Roys de France, qi pur temps ont este, ne du Roialme de France, & voillantz porveer a la seurte & immunite du dit Roialme Dengleterre, et de noz liges gentz dycell; voloms & grantoms & establissoms par nous & par noz heirs & successours, par assent des Prelatz, Countes, Barouns & communes de nostre dit Roialme Dengleterre en cest nostre present parlement, somons a Westmonster le Meskerdy proschein apres le dymeigne en my Quaresme, Lan de nostre regne Dengleterre quatorzisme, & de France primer, qe par cause ou colour de ceo qe nousP292A1 [P292A1] Interlined on the Roll.1_293 soioms Roi de France, & qe le dit Roialme nous appartient come desus est dit, ou qe nous nous fesoms nomer Roi de France en nostre estile, ou qe nous avoms change noz sealx, ou noz armes, ne par mandementz qe nous avoms fait ou ferroms desore enavant come Roi de France, nostre dit roialme Dengleterre, ne les gentz dycell de quel estat ou condicion qils soient ne soient en nul temps avenir mys en la subjeccion, ne obeissance de nous noz heirs ne successours come Roys de France, ne a nous noz heirs ne successours come Roys de France, come desus est dit, soient suggitz ne obeisantz, einz soient fraunches & quites des totes maners de subjeccion & obeissance desus dites come ils soleient estre en temps de noz progenitours Rois Dengleterre a toutz jours. En tesmoignance de quele chose a cestes presentes lettres avoms mys nostre seal. Donez a Westmonster le xvj. jour Daverill, les annz de nostre regne Dengleterre et de France susdit.

4

Ex mag. Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 20.

Ano xiiij>o.

EDWARD par la grace de Dieu Roi Dengleterre & de Franche, & Seignour Dirlaunde, as toutz ceux as queux cestes lettres vendront, saluz. Sachiez qe come en le primer article de la grant chartre soit contenu qe Lesglise Dengleterre soit fraunke, & eit totes ses droitures entiers & ses franchises nient blemiz; et aussi en tut plein des establissementz faitz auxibien en temps de noz progenitours come en nostre temps, si est mesme larticle sovent ratifie & afferme; ne purquant en nostre parlement tenuz a Westmonster le Meskerdy en my quaresme, si nous est monstre par Lonurable piere en Dieu J. Ercevesqe de Canterbirs, Primat de tote Engleterre, les autres Prelatz & le Clerge de nostre roialme, coment ascuns oppressions & grevances sont faites en divers maneres, par

Page 1_293

ascuns nozP293A1 [P293A1] Interlined on the Roll.1_294 ministres, as gentz de seinte Eglise, countre lour franchises la grant chartre, & les establissementz avantditz, les quelles oppressions ils mistrent en peticion, en priant sur ceo remedie: par quoi nous, veue & regarde lour dite peticion, & sur ceo eu deliberacion ovesqe les pieres de nostre Roialme, & autres de nostre conseil & du roialme somons a nostre dit parlement, & eant regarde a la grant chartre, & autres establissementz susditz, & a la requeste des ditz Prelatz & Clerge, qi molt nous ount eide & de jour en autre le fount, par acord & assent des ditz peres, & de toutz autres somons & esteantz en nostre dit parlement, si avoms grante & grantons par nous & par noz heirs & successours, as ditz Prelatz & Clerge, les choses desouthescriptes perptuelment adurer; cest assavoir qe nul depar nous ne depar autre, par commission du grant seal ne du petit, ne sanz commission, ne preigne riens des bledz, feyns, bestes, cariages, nautres biens des Ercevesqes, Evesqes, Abbees, Priours, Abbesses, Priouresses, persones, vikers, ou dautres gentz de Seinte Eglise, dedeinz lour mansions, manoirs, granges ou autres lieux, dedeinz le fee de Seinte Eglise ne dehors, contre le gree & la volonte de ceux as queux les biens serront; & defendons qe desore nulle tiele commission, desouthe le grant seal ne le petit en nulle manere ne isse a nulle tiele prise faire; qar nous prenons les les ditz Prelatz & Clerge lour possessions, biens & chatelx, en especiale proteccion & defense de nous & de noz heirs. Et aussi grantons par nous & par noz heirs, qe nous ne chargerons desore en avant null des ditz Prelatz ne du Clerge, ne lour maisons de retenir ostages ne sojornantz Descoce ne dautre pais, ne noz Chivalx, ne chiens, faucons ne autres oysealx de noz ne dautri, contre lour gree & volente; sauvant a nous totes foitz les services qi nous sont dues de droit, de ceux qi nous deivent le service de sustenir & retenir chiens, chivalx et oysealx.

2

Et purceo qe par cause des temporaltez esteantz en nostre main, ou en le main de noz auncestres par reson des Erceveschees, Eveschees ou autres Prelacies voides, & aussi par cause des autres terres, tenementz, feez & avoesons, esteantz en nostre main, ou en le main de noz auncestres, par nounage des heirs, si ad este use avant ceste houre qe excepcion de plenertee ne ne tient pas lieu devers nous, ne devers auscun de noz auncestres, nient plus en cas la ou tieux presentementz nous furent devolutz en autri droit, qe sils neussent este en nostre droit demesne, ou en le droit de nostre coronne, par quoi moltz des parsouns & provendres si furent oustez de lour eglises provendes & benefices, les queux ils avoient tenuz de grant temps, a grant meschief & empoverissement de eux; si voloms & grantoms par nous & par noz heirs par tieux meschiefs ouster, qe desorenavant nous ne noz heirs ne ne ferroms collacion ou presentement a eglise provendre chapelle ou autre benefice, par cause de tieux voidances des Prelacies, ou des terres des enfauntz deinz age, ou autres venuz ou a venir en nostre main, ou en la main de noz heires, si nous ou noz heirs ne faceoms noz collacions ou presentementz, dedeinz les trois annz apres qe tieux benefices ensi se voideront de fait; et qe des tieux eglises & autres benefices des queux clercs sont en possession, & ont eu possession par un an avant la feisance de cest estatut, nous ne noz heirs ne eioms accion ne reson a presenter as tielx benefices ensi pleins. Et ne volons qe nul home soit tenuz a respoundre a brief de Quare impedit pris en nostre noun en tieu cas, si la collacion ou presentement ne ne soit fait deinz les trois anns apres la voidance come est susdit. Et des tieux voidances avenuz en temps de noz auncestres, nene soit desore nulle collacion ou presentement fait par nous, ne par noz heirs; einz de accion prendre de tieux voidances si en soioms de tut quitement forclos.

Page 1_294

3

Et voloms & grantons, par nous & par noz heirs, qe desorenavant nous ne noz heirs ne prendrons, nene ferrons prendre en nostre main, les temporaltez des Ercevesqes, Evesqes, Abbees, Priours ou dautres de quel estat ou condicion qils soient, sanz verroie & jouste cause, selonc ley de terre & juggement sur ceo la done.

4

Et pur ceo q'en la peticion des ditz Prelatz & Clerge, si est contenu qe Eschetours & autres gardeins, en temps des voidances des Erceveschees, Eveschees & autres Prelacies, si ont fait grant wast & destruccion cea en arere; si volons & grantons, par nous & par noz heirs, qe a totes les foith qe tieux voidances desorenavant avendront, qe noz Eschetours, & les Eschetours de noz heirs qi pur temps serront, entrent & facent bien garder les dites voidances, sanz faire wast ou destruccion en Manoirs, Parks, vivers ou boys; & qils ne vendent suthbois nen chacent en Parks nen warennes, nen peschent vivers ne franches pescheries, ne ne gersonent ne prenont fins des tenauntz, fraunks ne bondes; einz facent garder & salver quanqi appent a les dites voidances, sanz y faire damage ou auscun manere des oppressions. Et si Dean & Chapitre des Eglises Cathedrales, Priours, suppriours, Prioresses, supprioresses & Coventz des Prelacies, Abbeies, ou Priouries, des queux la voidance atient a nous & a noz heirs, voillent rendre a nous & a noz heirs la value des dites voidances aussi come autres nous voillient rendre resonablement, adonqes eient Chanceller & Tresorer poair de lesser, as ditz Dean & Chapitre, Priour ou Suppriour, Prioresses, Supprioresses & Covent, les dites voidances par bone & suffisante seurete, ensi qils les eient devant toutz autres, rendant a nous la value, selonc ceo qi serra trove par remembraunce de Lescheqer, ou par enquest sur ceo a prendre si mestir soit, saunz fin faire. Et en cas qils ne se voillent acorder a rendre la value, ne a trover tiele seurete, adonqes Chanceller & Tresorer facent ordiner la bone garder de tieux voidances par Eschetours, ou autres gardeins suffisantz par respondre au Roi de ceo qe a lui attient resonablement, saunz faire wast ou destruccion, ou autre chose qi purra tourner a desheritance des eglises, dont tieux voidances avendront.

5

Et par entierement monstrer laffeccion & volente qe nous avons, qe ceo qi appartient a dieux & a seinte eglise soit sauvement garde, sanz wast, destruccion, ou empechement de nous ou de noz ministres; si voloms, et par cestes noz presentes lettres grantons, plein poair a nostre Chanceller & Tresorer, qe pris a eux autres de nostre conseil tieux come ils verront qi fount aprendre par bone informacion des remembrances del Escheqer, & autres informacions tieux come meltz lour semblera, si lessent les vacacions des Erceveschies, Eveschies, Abbeies, Priories & autres maisons dont la voidance a nous appartient, as Dean & Chapitres, Priours ou suppriours, Priouresses ou suppriouresses, & Coventz a certein, a rendre de chescun voidance, par lan, quarter, ou moys, durantes les vacacions, selonc ceo qe mieltz lour semblera, sanz fyn faire; si qe nul Eschetour ou autre ministre en temps de vacacion neit cause ne matire dentrer, ou de se medler a faire rien qe soit en prejudice des Eglises dont tieux voidances avendront: Sauvez a nous & a noz heirs fees des Chivalers, avoesons des esglises, eschetes, wardes, mariages & relefes & services des ditz fedz.

En tesmoignance de quele chose a cestes presentes lettres avons mys nostre seal. Donez a Westmonster le xvj jour Daverril, lan de nostre regne Dengleterre quatorzisme & de nostre regne de France primer.

Page 1_295

Anno 15o EDWARDI III. A.D.1341.

1

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 19.

Memorand quod istud Statutum revocatum est per dominum Regem prout patet per tenorem cujusdam brevis irrotulati in dorso istius rotuli.

Ao xvo.

NOSTRE Seygnur le Roy Edward tierz apres le conquest, a son parlement tenutz a Weistmonstier a la quinseyne de Pasche, lan de son regne quinsisme, desirant qe la pees de la terre & les leis & les estatutz avant ses houres ordeines soient gardes & meintenus en toutz pointz, al honour de dieux & de seint esglise & al comun profit du poeple, par assent des Prelatz, Countes & Barouns & autres grantz & de tote la commune du Roialme Dengleterre al dit parlement somonz, ordeina & establist en mesme le parlement les articles southescriptes, les queux il voet & grante par luy & par ses heires qils soient fermementz gardez & tenutz a toutz jours.

1

En primes est acorde & assentu, qe la fraunchise de seint esglise & la Grant Chartre & la Chartre de la Forest, & les autres estatutz faites par nostre dit seignur le Roy & ses progenitours, Piers & la commune de la terre, par comun profit du poeple, soient fermementz gardez & maingtenuz en toutz pointz. Et si rienz desore soit fait countre la Grant Chartre & la Charter de la Forest soit desclare en proschein parlement, & par les Piers de la tere duementz redressez. Et si nul de quele condicion qil soit rienz face al encountre, estoise al jugement des pieres en proschein parlement, et issint de parlement en parlement, auxibien des fraunchises usees come de icelles qi serront ore grantez. Et qe les fraunchises grantes par nostre seygnur le Roy ou ses progenitoures, a seinte esglise, as pieres de la terre, a la Citee de Loundres, & as autres Citees & Borghs, & a ceux de cink portz, & a la commune de la terre, & toutz lour fraunchises & fraunches custumes soient maintenuz en toutz pointz, sauntz rien faire al encontre. Et qe briefs demaundez daver allowaunce des chartres, fraunchises & custumes, & chartres des pardouns de dettes, & de toutes autres choses grantez par le Roi & par ses progenitours avant ses houres, soient fraunchementz grantez, santz desturbaunce devant quecumqes Justices ou autres Ministres, ou il busoigne davoire allowaunce, et soient faites quites en le Escheker & aillours.

2

Item pur ceo qe avant ses houres, Piers de la terre ount este arestutz & emprisonnez, & lour temporaltes terres & tenementz, biens & chateux, seisis en mains des Rois, et ascunes mys a la mort, santz jugement de lour Piers, Acorde est & assentuz qe nul pieres de la terre, Officer ne autre, par cause de son office ne des choses touchauntz soun office, ne par autre cause, soit menez en jugement, a parte de lour temporaltez, terres, tenementz, biens & chateux, ne estre arestutz, nemprisones, utlagez, exulez ne forsjugez, ne respoundre,P295A1 [P295A1] ne ne deivent respoundre Rot. Parl. 15 Ed. III. nu. 7. Rot. Parl. 15 Ed. III. nu. 51. reads as the Text. Old Printed Copies read ne mys a respoundre. 1_296 ne estre jugez sinoun parP295A2 [P295A2] Interlined on the Roll.1_296 agarde des dites pieres en parlement. Sauvez totefoitz a nostre seignur le Roi & a ses heires, en autres cas, les leis dreiturelment usees & par due proces, & sauvee auxint seute des parties. Et si par cas nul pieres de soun gree voille aillours respoundre ou estre jugez forsqen parlement, qe cella ne tourne en prejudise des autres pieres, ne a lui mesmes en autre cas; forpris si nul des piers soit viscount ou fermer de fee, ou ad este officer, ou eit resceu deners ou autres chateux le Roi, par cause de quele office ou reseite il est tenutz dacompter, qe mesme celuy acompte par luy ou soun atturne es lieus acustomes; Issint qe les pardouns eins ses houres faites en parlement se tiegnent en lour force.

Page 1_296

3

Item pur ce qe les pointes de la Grant Chartre sount blesmys en moutz maneres, et meinz bien tenuz qestre ne deussent, a grant perile & esclaundre du Roi & damage de son poeple; especialment en taunt qe Clers, Piers de la terre, & autres frans hommes sount arestutz & emprisones, & de lour biens & chateux houstez, queux ne furent appellez nenditez, ne seute de partie devers eux affermez; acordez est et assentuz, qe desore tieles choses ne soient faites. Et si nul les face, Ministre le Roi ou autre persone de quele condicion qil soit, ou viegne contre nul point de la Grant Chartre, autres estatuz ou les leis de la terre, respoigne en parlement, auxibien a la seute le Roi come a seute de partie, la ou remedie ne punisement ne fuit ordeine avant ses heures, tant avant ou il le fait par Commission ou comandement du Roi, come de sa autorite demeisne; nient contresteante lordenaunce avant ses houres fait a Norhampton, la quele par assent du Roi, Prelatz, Countes, & Barouns, & la Comunalte de la terre, cy en ce parlement est repelle & de tut anienty. Et qe le Chaunceller, Tresorer, Barouns & Chaunceller de Escheker, Justice del un banc & del autre, Justice assignez es pays, Seneschal et Chamberlein del hostiel le Roi, Gardein del privee seal, Tresorer de la Garderobe, Countreroulour, & ceux qe sount chiefs deputez a demorer pres du fuitz le Roi Duk de Cornewaille, soient ore Jureez en ce parlement, & issint desore a toutes les foiths qils serront mys en office, de garder & myntenir les privileges & les fraunchises de seint esglise, les pointes de la Grant Chartre, Chartre de la Forest, & toutz les autres estatutz sauncz nul point enfreindre.

4

Item assentu est qe si nul des officers avantditz, ou countreroulour, ou chief clerc en commune banc ou en baunc le Roi, par mort ou par autre cause soit houste de son office, qe nostre seygnur le Roi, par acord des grantz qi serront trovez plus pres en pais, les queux il prendra devers luy, & par le bon conseil qil avera entour luy, mettera autre covenable en le dit office, qi serra juree solonc la forme avantdite. Et qe a chescun parlement, al tiercz jour de mesme le parlement, le Roi prendra en sa main les offices de toutz les Ministres avantditz, et issint demoergent quatre ou cink joures, forspris les offices des Justice del un place & del autre, Justice assignez, & Barouns del Escheker; issint totesfoiths qe ceux & toutz autres Ministres soient mys a respoundre a chescuny pleinte; et si defaute soit trove en ascunes des dites Ministres, par pleint ou en autre manere, et de ce soit atteint en parlement soit puny par jugement des pieres, & houstes & autre covenable mys en son lieu. Et sur ce nostre dit seygnur le Roi ferra pronuncier & faire execucion saunz delay, solonc le jugement des ditzP296A1 [P296A1] Interlined on the Roll.1_297 pieres en parlement.

5

Item acorde & assentuz est qe le Roi & ses heires eient la conisaunce des usereres mortz; & qe les Ordinares de seinte esglise eient la conisaunce des usereres vifs, desicome a eux attient, faire compulsioun par censures de seint esglise par le pecche, de faire restitucion des usures prises contre la lei de seinte esglise.

6

Item acorde est qe les Ministres de seinte esglise pur diners prises par redempcion de corporele penaunce, ne par proeve &P296A2 [P296A2] Interlined on the Roll.1_297 acompte des testamentz, ou pur travaille entour ceo mys, ne pur solempnete des esposailles, ne pur autre cause touchaunte la jurisdiction de seinte esglise, ne soient apeschez ne aresonez ne chacez a respoundre devant les Justice le Roi ne ses autres ministres. Et sour ceo eient les Ministres de seinte esglise briefs en la Chauncellerie, a les Justicez & autres ministres, totes les foiths qils les demanderunt.

Page 1_297

2

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 19, d.P297Astar [P297Astar] This is placed after Statute the third on the Back of the Statute Roll.1_298

Revocacio Statuti infrascripti

R. Vic' Lincoln' salutem. Cum in parliamento nostro apud Westmonasterium, in quindena Pasche proxim' preterita convocato, quidam articuli, legibus & consuetudinibus regni nostri Anglie ac juribus & prerogativis nostris regiis expresse contrarii, pretendantur per modum statuti per nos fuisse concessi; Nos considerantes qualiter ad observacionem & defensionem legum, consuetudinum, jurium & prerogativarum hujusnodi astricti sumus vinculo juramenti, & provide volentes ea que sic fiunt improvide ad statum debitum revocare, super hoc cum Comitibus & Baronibus, ac peritis aliis dicti regni nostri consilium habuimus & tractatum; et quia edicioni dicti statuti pretensi numquam consensimus, set permissis protestacionibus de revocando dictum statutum, si de facto procederet, ad evitand' pericula que ex ipsius denegacione tunc timebantur provenire, cum dictum parliamentum alias fuisset sine expedicione aliqua in discordia dissolutum, & sic ardua nostra negocia fuissent quod absit verisimiliter in ruina, dissimilavimus sicut oportuit, & dictum pretensum statutum, sigillari permisimus illa vice, videbatur dictis Comitibus, Baronibus & peritis, quod ex quo dictum statutum de voluntate nostra gratuita non processit, nullum erat, & quod nomen vel vim statuti habere non deberet. Et ideo dictum statutum de ipsorum consilio & assensu, decrevimus esse nullum, & illud quatenus de facto processit, duximus adnulland'; volentes tamen quod articuli in dicto statuto pretenso contenti, qui per alia statuta nostra vel progenitorum nostrorum Regum Anglie sunt prius approbati, juxta formam dictorum statutorum in omnibus prout convenit observentur & hoc solum ad conservacionem & redintegracionem jurium corone nostre facimus, ut tenemur, non autem ut subditos nostros, quos in mansuetudine regere cupimus, opprimamus aliqualiter vel gravemus. Et ideo tibi precipimus quod hec omnia in locis infra ballivam tuam ubi expedire videris publice fac' proclamari. T.R. apud Westmonasterium primo die Octobre anno quintodecimo. per ipsum Regem et consilium.

3

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 19, d.

FAIT a remembrer, de les condicions qe les grantz & la Comunalte demandent, par le grante qils ferront a nostre Seignour le Roi, par la noefisme Aignel Toison & Garbe del an seconde.

1

Primes ceo qi est quilli & levee de les xxmil sacs de leine, autrefoitz grantez a nostre Seignour le Roi, en manere davoire recompensacion de ycele de la noefisme del an second, soit recoupe & allowe es Countees ou les leines sont leveez, & les persones paiez & les commissions de xxmil sacs repellez.

2

Item qe les Toisons & Agnels, de cest second an levees, soient acomptez devant ceux qi serront deputez a les dites leines quiller, qi soient bones gentz & loiaux du pais. Et qe la value des dites Agnels & Toisons levees soit recoupe & allowe, en le noumbre des sacs ore grantez. Et qe le remenant de trois choses a quiller, de cest second an, ne soit rienz leveez einz de tut relessez; & sur ceo soient lettres patentes souz le grant seal liverez as Chivalers des Counteez, saunz rien paier.

Page 1_298

3

Item qe les leines en chescun Countee soient quilliez, par bones gentz du pais, & soient liverez as resceivours le Roi par sacs es Countees ou ils serront quilliez, solonc le pois ordeine par estatut, Cest assavoir xiiij livers par la piere & xxvi pieres par le sac, saunz autre encres. Et qe nul ne soit chargee de rendre sur ce acompte al Roi, mes soulement les resceivours le Roi. Et qe enP298A1 [P298A1] Interlined on the Roll.1_299 chescoun pais soient assignez deux grantz bones gentz, doier & terminer les pleintes de ceux qi se voudrent pleyndre des dites quillours & resceivours, & ce as jours & lieux des Countees.

4

Item qe prelates, Countes, & Barons, Chivalres & autres grantz de chescun pais, queux serront tenuz de paier la noefisme, solonc le grante sur ce faite, soient apporcionez solonc lour afferant a la charge grante des dites leines. Et en cas qe ascun des prelatz ouP298A2 [P298A2] Interlined on the Roll.1_299 grantz avantditz ou autre, ne voille paier solonc ce qil serra apporcione, soient les nouns des tieux & lour porcionz liverez as dites resceivours, et par eux a la Chauncellerie, & tant soit allowe al Countees; & celui qi serra trove desobeisant, soit detreint de paier la treble de la porciun a quele il fust mys.

5

Item qe nul qi qil soit, Marchant ne autre, achate ne ameigne leines hors de la terre, entre cy & la Seint Michel proschein avenir, en eide qe le Roi soit servi de ce qe luy est grantee; et qe apres la dite fest de Seint Michel, chescun du Roialme, Marchant & autre, fraunchement puisse vendre & acater, & passer la mier ovesqe lour marchandises, des leines & de toutes autres choses, paianz les custumes auncienment usees, solonc les estatuz eintz ces houres faites, al darrain parlement tenuz a Westmonster a my quaresme. Et ceux qi ont leines soient tenuz de les vendre solonc le sort & pris du pais, par accomplir les leines grantez au Roi. Et ceux qi serront quillours des dites leines soient gentz suffisaunz, de meisme les counteez eslutz ore en parlement, & qils ne soient chaungez par nul maundement.

6

Item qe le oor la Reine ne courge en demande par reson de cel grante. Et qe Citees & Bourgh's, & touz les religiouses qi tiegnent par baronie, & sont tenuz de venir al parlement, et ceux qi ount chateux sanz gainerie soient chargees P298A4a [P298A4a] om  Rot. Parl.1_299 od la comune, et qe religious & autres gentz de seint eglise, par terres & possessions purchacez & appropriez, nient taxes ove le tax usee des dismes, soient chargezP298A4b [P298A4b] om  Rot. Parl.1_299 en cest contribucion ove la comeune. Et qeP298A3 [P298A3] Interlined on the Roll.1_299 celui qi serra trove coupable de passage, soit a la forfeture de la double value des leines. Et qe les prenours poessent prendre les leines quel part q'eles serront trovez, hors de saintuarie, solonc le sort & le pris de Notingham; qant a ce qest arere de la noefisme del an passe, Le Roi fra assigner ascunes des soens, ove bones gentz des Counteez, de prendre informacions, par totes les voies qils saveront ou purront, de la verreie value des noefismes en chescun paroche, & solonc cestes informacions soient les noefismes leveez.

7

Item qe les peticions par les grantz & la commune monstreez soient affermez, selonc ce qils sont grantee par le Roi, cest assavoir les pointz adurer par estatut, & les autres par chartre ou patente, & liveres al Chivalers des Counteez saunz rienz payer; et qe pleise a nostre Seignour le Roi de parformir la grace qel ilad promys as grantz, endroit des attachez & emprisonez ore en ce parlement; et ceux qi ount fait fines estoisent a lour fines, ou a la commune ley a lour cheys.

Page 1_299

Anno 17o EDWARDI III. A.D.1343.

Ex Rot. Parl. in Turr. Lond. 17 Ed. III. nu. 15.

De Monoie.

ITEM acordez est de faire une Monoie des bons Esterlings en Engleterre du pois & del alaye del auncien Esterling, qi avera son cours en Engleterre entre les grantz & la commune de la terre, & la quele ne serra portez hors du roialme Dengleterre en nulle manere ne par qecunqe cause qe ce soit; et en cas qe les Flemmyngs voillent faire bone Monoie dargent, grosses ou autres acordante en alaye as bons esterlings qe tiele monoie eit cours en Engleterre entre Marchand & Marchand & autres qi la vodroient resceivre de lour bon gree issint qe nul argent soit portez hors du Roialme. Item est acordez & assentuz, qe bones gentz & loialx soient assignez es portz du Miere & aillours ou miester serra, de faire la serche qe nul argent soit portez hors du roialme, en monoie nautrement; forspris qe les grantz quant ils vont par dela qils peussent aver vessealx dargent par servir lour hostelx, et qe nul soit si hardy de porter fausse & malveis monoie en roialme sur peyne de forfaiture de vie & de membre, et a faire Eschanges, a ceux qi passeront la Miere, dor pur lour bons esterlings a la value. Item assentuz est & acordez qe les ditz Sercheours par cause qils ferront lour offices plus diligeantment & plus loialment, ils eient la tiercz partie de tote la fauxe monoie qils purront trover portee deinz le roialme a lour profit demeen; et en meisme la manere eient la tierce partie de la bone monoie quele ils troveront en la miere passant hors de la terre; & en cas qils soient trovez negligentz ou rebealx a tieux serches faire qe lour terres & tenementz biens & chateux soient seisiz en la mayn le Roi, & lour corps pris & detenuz tanqe ils eient fait fyn au Roi pur lour desobeissance; et en cas qils soient assentantz de porter tiele fausse monoie & de soeffrire sachantement largent ou monoie, autrement forspris qe les grandz quant ils vont par dela qils peussent aver vessealx dargent pur servir lour hostelx, come desus est dit, estre mesnez hors du roialme, eient juggement de vie & de membre.

Anno 18o EDWARDI III. A.D.1344.

1

Ex Rot. Parl. in Turr. Lond. 18 Ed. III. nu. 51. d.P299A1 [P299A1] See Rot. Parl. 17 Ed. III. nu. 34.1_300

Declaratio facta in parliamento tento apud W. anno xvijo. de Exigend'.

ACORDEZ est & assentuz, qe de ceux qi sont & ont este Resceyvours des leynes le Roi,P299A2 [P299A2] des deniers le Roy ou de fez leyns MS. Cott. Nero, C. I.1_300 & les prenont du people, & les alloignent ou detiegnent, issint qe nostre Seignour le Roi ne poet ent estre serviz; De ceux qi mesnent les leynes par dela saunz estre cokettez, ou saunz paier Custume & Subside, as queux eles sont assis; & des Custumers & Tronours qi les soeffrent au damage du Roi; Des leys Ministres qi resceyvent les deniers le Roi, & les retiegnent; Des Conspiratours Confederatours & Meyntenours des fauxes quereles, & de ceux qi mesnent routes en presence des Justices, ou autres Ministres le Roi, ou aillours es Contees en affray du people, issint qe la Ley ne se poet faire, auxibien des ceux qi les mesnent come de ceux qi viegnent en lour compaignie; Des ceux qi portent la fauxe monoie en deceite du people; Touz ceux, en cas qeils ne purront estre trovez ou mesnez en respons par attachement ou par destresce par le profit le Roi, qe lexigende soit donez & sui, & ne mye dautres.

Page 1_300

2

Ordinac'ones in P'liamento apud Westmonasterium anno regni D'ni E. Regis Angl' & Franc', videl't Angl' decimo octavo & Franc' quinto tento f'ce.P300Astar [P300Astar] This Title is written on the Back of the Roll, at the Head of this Statute; as well as on the Front of the Roll at the Head of Statute the Third.1_301

ORDINANCES made in the Parliament holden at WESTMINSTER, in the Year of the Reign of our Sovereign Lord EDWARD, King of ENGLAND and of FRANCE, to wit, of England the EIGHTEENTH, and of France the FIFTH.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 19, d.

1

FAIT a remembrer, qe au parlement tenuz a Westmonster, le Lundy proschein apres les Oytaves de la Trinite, lan du regne nostre Seignour le Roi Dengleterre disoitisme, & de France quint, furent monstrez entre autres choses en plein parlement, plusours choses qi furent attemptez par la partie adversaire nostre seignour le Roi, de Fraunce, encontre la trewe prise nadgairs en Bretaigne, entre nostre dit seignour le Roi & son dit adversaire; & coment son dit adversaire safforce tant come il poet a destruir nostre dit Seignour le Roi, ses alliez & subgitz, terres & lieux & la lange Dengletere; & sur ceo fu priez depar nostre dit Seignour le Roi, as Prelatz, grauntz & communes, qils lui donassent tieu conseil & eide come bosoignereit en si grande necessite; et les ditz Prelatz, grauntz & communes, eu ent bon deliberacion & avys, & viantz apertement la subversion de la terre Dengleterre, & des grosses busoignes le Roi, qe Dieu defend, si hastive remedie ne y soit mys, si conseillerent jointement & severalment, & supplierent ove grande instance a nostre dit Seignour le Roi, qil se feist si fort come il plus purroit par passer la mieer, en asseurance del eide de Dieu & de sa bone querele, afforcement pur faire fyn a ceste foitz de sa guerre, ou par voye de pees ou par force; & qe par lettres ne paroles ne beaux promesses, il ne lessat son passage sil ne veit effect de la busoigne; et par ceste cause les ditz grauntz graunterunt de passer & lour aventurer ovesqes lui. Et la dite commune lui graunta, par mesme la cause, sur certeine fourme deux quinzismes de la comunalte, & deux dismes des Citees & Burghs, de lever en la manere come la derreine quinzisme a lui graunte fust leve, & nemie en autre manere; & apaier par deux anz, cest assaver a les festz des touz Seintz & de la Pasche proschein suantz par le primer an; Et en cas qe nostre Seignour le Roi passe la mieer, de paier a mesmes les termes les quinzisme & disme del second an, & nemye en autre manere; Issint qe les deniers de ce levez soient despenduz en les busoignes a eux monstrez a cest parlement, par avis des grauntz a ce assignez, et qe les eides de la Trente soient mys en defens de North. Et nostre dit seignour le Roi, par cest cause & en eese de la dite commune & de touz ses foialx Dengleterre par assent des Prelatz, grauntz & des communes si graunta de sa bone grace les choses souzescriptz, cest assaver; qe les commissions des novelles enquerrez cessent, & de tout soient anientiz, et sur ceo briefs soient faitz a les ditz Justices de surseer; sauvez qe les enditementz des felonies & trespas faites contre la pees, des leines mesnez hors du roialme sanz paier custume ou subside, & dautres biens le Roi ou deniers resceuz ou detenuz, par ceux qont eu commissions souz le Seal

Page 1_301

le Roi, & aussint de fause monoie porte dedeinz le Roialme, inchoatz devant mesmes les Justices nomez es dites commissions, soient terminez en Bank le Roi, ou devant autres Justices a ceo assigner; et qe les exigendes, issues & utlagaries pronuncies par autre cause qe par les causes sauvez cessent, & soient anientiz de tout; et sur ce soient faitz briefs, tantz & tieux come il busoignera.

2

Et aussint, qe deux ou trois des mieultz vauetz des Countees, soient assignez gardeins de la pees par commissions le Roi; et quele heure qi mestier serra, mesmes ceux ovesqes autres sages & apris de la leye soient assignez par commission le Roi doier & terminer felonies & trespas faites contre la pees en mesmes les Countees, & punissement faire resonablement, solonc la manere du fait.

3

Item qe les ordinances, devant ses heures faites sur le pris des sortz des leines en chescune Countee soient de tout anientiz & defaitz; & qe chescun home aussibien estrange come prive puisse desormes achater leines solonc ceo qil purra acorder ove le vendour, aussi come ils soleient faire devant les ordinances avantdites. Et qe nul homme ne soit empeche ne grevez par cause de nul acate faite en temps passez, encontre les ordinances avantdites; et qe la mieer soit overte a toute manere des Marchantz de passer ove lour marchandises.

4

Item qe les commissions dassaier mesures, aunes & pois, soient repellez & anientiz de tout; & qe desore nul tiel commission isse, et qe mande soit a Tresorer & as Barons de lescheker de faire venir devant eux, tieux commissioners de rendre acompt au Roi, nient contresteant qils alleggent qils sont Justices & ne deivent nul acompt rendre; et si nul se voudra pleindre sur eux, soit oy; & sur ceo soient faites briefs as viscontes de faire proclamacion, qe ceux qi se voudreint pleindre sur tieux Commissioners, veignent a lescheqer, & illoeqes se pleinent, et amendes lour serront faites.

5

Item qe nule exigende isse desormes en cas ou homme est enditez de trespas qi ne soit encontre la pees, ne des choses qi ne sont contenues en la declaracion fait en ce cas, au derrein parlement tenuz a Westmonster.

6

Item qe nul homme soit artez aprendre la novelle monoie dor, qe nostre Seignour le Roi ad ordeignez daler en paiement a certein pris, dedeinz la somme de xx s. Et aussint qe monoies dor & dargent soient faites en la Citee Deverwyk, & aillours ou le Roi voudra ordeigner, en la manere qe homme fait a la Tour de Londres; & qe eschaunges soient ordeignez en les bones villes, solonc ce qil semblera a nostre Seignour le Roi mieultz par le profit & eese de lui & de son poeple. Et qe ordeignez soit en certein quele chose serra done par eschaunge a chescune piece dor.

7

Item qe les estatuz faitz sur les porveances affaire sur lostel le Roi, la Roigne, & lour enfantz, en les queux est contenuz qils achatent ne preignent riens, sil ne soit par la bone gree des vendours, & par feer fait entre les achatours & les vendours, Et aussint les estatutz faitz del estat le Seneschal & Mareschalx del hostel le Roi, & queux pleedz ils tendront & determineront devaunt eux en la Mareschalcie, soient tenuz & gardez en touz lour pointz; les queux estatutz nostre Seignour le Roi ad fait transescrivre, & mander as Seneschal & Mareschalx de son hostel, & a Tresorer de la garderobe, & briefs ovesqe de les garder & meintenier en touz pointz: et qe gentz darmes hobelers & archers esluz par aler en le service le Roi hors Dengleterre, soient as gages le Roi du jour qils departiront hors des Countees, ou ils serront eslutz.

Exemplificatur de assensu parliamenti.

Page 1_302

3

Ordinac'ones in P'liamento apud Westmonasterium anno regni D'ni E. Regis Angl' & Franc', videl't Angl' decimo octavo & Franc' quinto tento f'ce.

ORDINANCES made in the Parliament holden at WESTMINSTER, in the Year of the Reign of our Sovereign Lord EDWARD, King of ENGLAND and of FRANCE, to wit, of England the EIGHTEENTH, and of France the FIFTH.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 19.

EDWARD par la grace de Dieu Roi Dengleterre & de Fraunce, & Seignour Dirland, as tous ceux qi cestes lettres verrount ou orrount, Salutz. Sachez qe a nostre plement, tenuz a Westmonster le Lundy prescheyn apres les oytaves de la Trinite proschein passez, entre autres choses monstrez, assentuz, & accordez en le dit parlement, si furent monstrez, assentuz & accordez, les choses southescritz.

1

Primerement, coment plusours choses furent attemptez, par la partie nostre adversaire de France countre la true prise nadgaires en Bretaigne, entre nous & lui, & coment il safforce tant come il poet a destruire nous, noz alliez & suggistez, terres & lieux & la lange Dengleterre, et sur ceo fust priez de par nous as Prelatz, grantz & Communes, qils nous donassent tieu conseil & eide come busoigneroit en si grant necessite; et les ditz Prelatz, grantz & Communes, eu ent bone deliberacioun & avis, & veantz apertement la subversion de la terre Dengleterre, & de noz grosses busoignes qe Dieu defende, si hastive remedie ne soit mys, si conseillerent jointement & severalment, & supplierent ove grant instance a nous, q'en assuraunce del eide de Dieu & de nostre bone querele, nous nous afforceons par totes les bones voies qe nous purroms, de faire fyn a cest foitz de nostre guerre; & qe par lettres ne paroles ne beaux promesses nous ne lessons nostre passage, si nous ne veons effect de la busoigne: Et par ceste cause, les ditz grantz granterent de passer & lour aventurer ovesqe nous; & les ditz Prelatz & procuratours de le clergie nous granterent par mesme la cause une disme triennale, a paier as certeins jours, cest assavoir de la province de Canterbirs, as festes de la Purificacion de nostre Dame & de Seint Barnabe Lapostoil, et de la province Deverwyk as festes de Seint Luce et de la Nativite de Seint Johan le Baptistre; et nous par ceste cause en meintenance del estat de seint eglise, & en eese des ditz Prelatz & de tote la clergie Dengleterre, par assent des grantz & des communes, si grantasmes de nostre bone grace les choses souzescrites; cest assavoir qe nul Ercevesqe ne Evesqe ne soit empeschez devant noz Justices par cause de crime, si nous ne les comandons especialment, tantqe autre remedie ent soit ordeignez.

2

Item qe si nul clerk soit areinez devant noz Justices a nostre suyte, ou a la suite de partie, & le clerk se tiegne a sa clergie, alleggeant qil ne doit devant eux sur ce respoundre, et si homme lui surmette par nous, ou par la partie qil eit espusez deux femmes ou une veue, qe sur ceo les Justicz neient conisance ne poer de trier, par enquestes ou en autre manere, la bygamye, einz soit mandez a la Court Cristiene, come ad este fait en cas de bastardie; & tantqe la certification soit mande par lordinarie, demoerge la persone, en quele bigamie est alegge par les paroles susditz ou en autre manere en garde; sil ne soit meinprenable.

3

Item qe si Prelatz, clers beneficez, ou gentz de Religion qount purchacez terres & les ount mys a mort meyn, soient empeschez ou aresonez sur ceo devant noz Justicz, & ils monstront noz chartres de licence & processe sur ceo fait par enqueste, ad quod dampnum, ou de nostre grace

Page 1_303

ou par fyn, qils soient lessez franchement en pees, saunz estre outre empeschez par la dite purchace. Et en cas qils ne purront sufficialment monstrer qils ne soient entrez par due processe, apres la licence a eux grante, en general ou especial, qils soient bonement resceuz a faire covenable fyn, et qe lenquerrie de cest article cesse de tout solonc lacorde ent pris en cest parlement.

4

Item qe lestatut touchantz les purviances de nous & de noz fitzP303A1 [P303A1] faitz Rot. Parl.1_304 en temps passez, par nous & par noz progenitours, par gentz de seint eglise, soient tenuz en touz pointz; & qen les commissions a faire sur tieux porveances soient forspris les fees de seint eglise, & biens des gentz de seint eglise, en quecumqe lieu qils soient trovez.

Item qe nule prohibicion ne isse hors de la Chauncellerie si noun en cas qe nous averoms la conisaunce & devons avoir de droit. Item qe par la ou commissions sont faites de novel as diverses Justicz, qils facent enquestes sur Juges de seint eglise, le quel qils facent joust processe ou excesse en cause du testament, & autres les queux notoriement apartiegnent a la conisaunce de seint eglise, les ditz Justices ount enquis & font enditer Juges de seint eglise, en blemissement de la franchise de seint eglise, qe tieles commissions soient repellez & desoremes defenduz; save larticle de Eyre tiele come il doit estre.

7

Item qe par la ou briefs de Scire facias ount este grantez a garner Prelatz, religious, & autres clers, a respoundre des dismes en nostre Chauncellerie, & a monstrer sils eient riens par eux, ou sachent riens dire, par quoi tieux dismes a les demandauntz ne deivent estre restitutes, & a respoundre auxibien a nous come a partie des tieux dismes, qe tieux briefs desore enavant ne soient grantez & qe les processes pendantz sur tieux briefs soient anientiz & repellez, & qe les parties soient dimises devant seculers juges de tieux maners de pledz, savez a nous nostre droit, tiel come nous & noz auncestres avons eu, & soleions avoir de resoun. En tesmoignaunce de queux choses, a la request des ditz Prelatz, a cestes presentes lettres avons faitz mettre noz sealx. Donez a Londres le viii. jour de Juyl lan de nostre regne Dengleterre disoitisme, & de France quint.

Anno 20o EDWARDI III. A.D.1346.

Ex Rot. Claus. in Turr. Lond. 20 E. III. P. 1. m. 12, d.

D' proclamando Ordinacionem factam super Justiciam Regis.

LE Roi as Viscontes de Londres, Salutz. Por ceo qe par diverses pleintes faites a nous, avoms entenduz qe la ley de nostre terre quele nous sumes tenuz par serement de maintenir, est meins bien garde & lexecucion dycelle destourbe plusures foitz par meyntenance & procurement sibien en Court come en pays par plusures maneres; Nous meuz grandement de conscience de ceste matire, & par celle cause desirantz tant par plesance de dieu & eese & quiete de noz subgiz come par sauver nostre conscience, & pur sauver & garder nostre serement avantdit, de lassent des grauntz & autres sages de nostre conseil avoms ordeinez & commandez expressement, a touz noz Justice, qils facent desore owele ley & execucion de droit a touz noz subgiz riches & povres saunz aver regard a nulle persone, & sanz lesser de faire droit par nulles lettres ou mandementz qi lour purront venir de nous ou de nul autre ou par autre cause quecumqe; et en cas qe aucunes lettres briefs ou mandementz veignent a les Justice ou as autres deputez de faire ley & droit solonc les usages

Page 1_304

du roialme en destorbance de la ley ou de lexecucion dycelle, ou de droit faire as parties, les ditz Justicz & autres susditz aillent avant, & tiegnent lour cours & lour proces en les plees & busoignes pendantz devant eux siavant come si nulles tieles lettres briefs ou mandementz lour feussent venuz, & certifient nous & nostre conseil de tieux mandementz, qi sont contrairs a la ley come desus est dit. Et a fyn qe noz ditz Justices facent owel droit a toutes gentz en la manere susdite, sanz plus de favour faire a un q'a autre; si avoms ordeinez & fait jurer noz ditz Justices qils ne prendrent desore, tant come ils serront en office de Justice, fee ne robe de nulli sinoun de nous meismes, et qils ne prendrent doun ne regard, par eux ne par autre, en prive nen aperte, de nul homme qi avera affaire devant eux par quecunqe voie, sil ne soit manger ou boivre & ceo de petit value; & qils ne dorront counseil a nul graunt ne petit es choses ou busoignes ou nous sumes partie, ou qi nous touchent ou porront toucher en nulle manere sur peyne destre a nostre volunte de corps terres & avoir pur faire ent ce qi nous plerra, en cas qils facent le contrair; et par celle cause si avoms fait encrestre les feez de meismes noz Justicz par manere tiele qi lour doit resonablement suffire.

2

Et en mesme la manere avoms ordene endroit des Barons de nostre Escheqer, & les avoms fait expressement charger en nostre presence, qils facent droit & reson as toutes gentz, grandes & petites, & qils facent deliverer le people resonablement & sanz delai des busoignes qils averont affaire devant eux, saunz estre tariez nounduement, sicome ad este fait en temps passe.

3

Iten nous avoms ordine qe toux ceux qi serront assignez Justices par commission de oir & terminer, & ceux qi serront associez a eux, & auxint Justices des assises prendre en pais & gaols deliverer, & ceux qi serront associez a eux facent premerement autiel serementP304A1 [P304A1] en certeynes pointes soloncqe ce qe lour serra enjoynt de per nostre conseil Old Printed Copies.1_305 en nostre Chauncellerie devant qe commission lour soit livere.

4

Item nous avoms comandez & defenduz tout outreement, qe nul de nostre oustiel ne de ceux qi sont entour nous, ne autres qi sont devers nostre treschere compaigne la Reine, ou nostre fitz le Prince de Gales, ou devers noz Courtz, ne Prelatz Countz Barons nautres grantz ne petites de la terre, de quel estat ou condicion qils soient, ne preignent quereles en main, autres qe lour propres, ne les mainteignent par eux ne par autres en apert ne prive par doun, promesse, amiste, doute, favour, ou hayne ne par nulle autre cause, en destorbance de la ley, ou arerissement de droit sur la peyne susdite; einz qe chescun homme peusse estre franc de son droit suir & defendre en noz Courtz & aillours solonc la ley: et si avoms estreitement commandez a nostre dit fitz, & a divers Contz & autres grantz esteantz devers nous, qils facent garder de lour parte ceste ordinance sanz defaute, et qils ne soeffrent nuls qi sont devers eux rienP304A2 [P304A2] Interlined on the Roll.1_305 faire nattempter countre meisme lordinance par quecumqe voie.

5

Item Por ceo qe nous sumes enformez qe plusurs mesnours & meintenours des quereles & partiesP304A3 [P304A3] Interlined on the Roll.1_305 en pais sont maintenuz & covertz par seignurages, paront ils sont le plus enbaudez de mesprendre, & par procurement covigne & maintenance de tieux mesnours en pais sont plusures gentz desheritez, & aucuns delaiez & desturbez de lour droit, & aucuns nientcoupables convictz & condempnez ou autrement oppressez, en defesaunce de lour estat, & en notoire destruccion & oppression de nostre poeple, si avoms commandez, & commandons qe touz les grantz oustent desore en avant de lour retenance feez & robes, touz tieux mesnours & maintenours en pais, saunz nul favour, eide ou confort faire a eux desore en quecuqe, manere. Et estre ce nous avons ordenez de

Page 1_305

faire venir a certein jour devant nous, ou ceux qi nous deputerons de nostre conseil, tieux mesnours & meintenours des diverz Countez, & de les faire examiner & charger atteignantment, qils se oustent desore de tielles meintenances & procurementz faire en pais, en damage de nostre poeple; & ceo sur grevouses peynes qi lour serront monstres.

6

Item voloms & avoms ordenez qe les Justices as assises prendre assignez, eient sufficiante commission denquerre en lour sessions, des Viscontz, Echetours, Baillifs des Fraunchises & lour souz Ministres, et aussint des Meintenours, communs assissours & jurours en pais, cestassaver, des douns, regardz & autres profitz qe les ditz ministres prenent du poeple pur faire lour offices, & ce qi attient a leur offices, & pur faire larrai des paneles, mettantz en ycelles jurours suspectz & de male fame; et de ceo qe les maintenours, assisours, & jurours prenent douns & lower des parties, dount partes & damages trope grevouses aviegnent au poeple de jour en autre, en subversion de la ley & destorbance de commun droit, & de punir touz ceux qi enserront trovez coupables solonc ceo qe ley & reson le demande, a la seute sibien du Roi come de partie. Et sur ceo avoms charge noz Chaunceller & Tresorer, doier les pleintes de touz ceux qi pleindre se voudrent, & dordeiner qe hastif droit & remede ensoit fait. Par quoi vous mandoms qe les pointz & ordinances susdites facez overtement monstrer & publier en nostre dite Citee, a fyn qe ceux qi se sentrent grevez en la forme susdite, peusent pursuir remede solonc les dites Ordinances, & qe nostre poeple peusse apercevoir nostre entencion & volunte en celle partie, & le desir qe nous avoms qe owel droit soit fait a touz noz subgiz, sibien povres come riches, & qe les meffesours soient restreintz & puniz. Donez a Westmonster le xxviij Daveril.

per ipsum Regem & Consilium.

Consimilia brevia diriguntur singulis Vicecomitibus per Angliam

Sacrament' Justicie.

P305Astar [P305Astar] This Oath, as here printed, immediately follows the Ordinances on the Close Roll. In all former Printed Copies this Oath has been given as Statute the Fourth of 18 Edw. III; and the Oath of the Clerks of the Chancery as Statute the Fifth of that Year: In the Harleian MS. No. 3652, the Ordinance and the Oath of the Justices are both given of the 20th Year, as in the Text; with the following Note at the End: Et nota quod Ordinacio & sacramentum Justice premissa irrotulantur in rotul' Cancellarie Claus'. After which follows the Oath of the Clerks of the Chancery, with the following Introduction: Hii sunt punctus sacramenti clericorum Cancellarie anno eodem editi, &c. MSS. Harl. 3205 and 4871 also agree in giving all these Articles as of 20 Edw. III. In MS. Cott. XVI. the Oaths only are given under the 18th Year, but the Ordinance is not inserted in that Manuscript. The Printed Copies contain several Sentences in the Oath of the Clerks of the Chancery which do not appear in any of the MSS. See page 306.1_306 Vous jurrez qe bien & loialment serverez a nostre Seignour le Roi & a son poeple en loffice de Justice, & qe loialment conseillerez nostre dit Seignour le Roi en ses busoignes, et qe vous ne conseillerez ne assenturez a chose qi lour purra tourner a damage ou desheriteson, par quecumqe voie ou colour; & qe vous ne saverez le damage ne desheriteson de lui qe vous ne li ferrez garnir par vous ou par autre; & qe vous ferrez owele ley & execucion de droit a touz ses subgiz riches & povres, saunz aver regard a quecumqe persone; et qe vous ne prendrez, par vous ne par autre en prive nen apert, doun, regard, dor ne dargent ne de autre chose quecumqe qi a vostre profit purra tourner, sil ne soit manger ou boivre, & ceo de petite value, de nul homme qi avera plee ou processe pendant devant vous, tant come meisme le plee ou proces serra ency pendant, ne apres p celle cause: et qe vous ne prendrez fee, tant come vous srez Justicz, ne robes, de nul homme graunt ne petit, sinoun du Roi meismes: et qe vous ne durrez conseil

Page 1_306

ne avis a nulli graunt ne petit en nul cas ou le Roi est partie: & en cas qe ascunes, de quel estat q'ils soient, veignent devant vous en voz sessions a force & armes, ou autrement countre la pees, ou countre la forme des Estatutz ent faitz, par desturber execucion de commune ley, ou par manacer les gentz qils ne puissent suir la ley, qe vous ferrez arester lour corps & mettre en prisone; et en cas qils soient tieux qe vous ne les puissent arester, qe vous certifirez le Roi de lour nouns & de lour mespresion hastiement, a fin qil ent puisse ordeiner remede; & qe vous ne meintendrez, par vous ne par autre en prive nen apert, nul plee ne querele pendant en la Court le Roi, naillours en pais: et qe vous ne delairez a nulli commun droit, par lettres du Roi ne de nul autre par autre cause quecumqe; & en cas qe ascunes lettres vous veignent contraires a la ley, qe vous ne ferrez rien par tieles lettres, einz certifierez de ceo le Roi, & irrez avant de faire la ley nyent constresteantes meismes les lettres; & qe vous ferrez & procurez le profit du Roi & de sa Corone es toutes choses ou vous le purrez faire resonablement: et en cas qe vous soez trove en defaute desore, en nul des pointz avantditz, vous serrez en la volunte du Roi des corps, terres, davoir, de faire ent ce qi li plerra.P306A1 [P306A1] Si Dieu vous eide & toutes ses Seyntes. Printed Copies.1_310

Ex MS. Harl. No. 3652.

VOUS jurez, qe bien & loialment serveretz a nostre Seignour le Roi & a son poeple en office de la Chancellerie, a quele vous estes attitle; & nassenterez ne procurez desheritteson ne perpetuel damage de nostre Seignour le Roi a vostre poair; ne fraude ferrez, ne procurez estre fait a tort de nul autreP306Aa1 [P306Aa1] de nully MS. Harl. 3205. dascuns Printed Copies.1_310 de poeple, nen chose qi touche la gard del Seal. Et loialement concelerezP306A2 [P306A2] counseillerez MS. Harl. 4871: MS. Cott. XVI: Printed Copies.1_310 les choses qi touchent le Roi quant vous serrez en requis; Et le conseil quele vous saverez touchant lui concelerez. Et si vous savez desheritanz ou perpetuel damage du Roi, ou fraude estre fait sur choses qi touchent la gard du dit seal, vous mettrez vostre loial peineP306A3 [P306A3] poair Printed Copies.1_310 de ce redresser & amender; & si ce ne purrez faire, vous assignerezP306A4 [P306A4] aviserez Printed Copies.1_310 le Chanceller, ou autre qi le poetP306A5 [P306A5] faire Printed Copies.1_310 amender a vostre entencion. Et addatur pro clericis de cursu. Et vous ne porterez ne soeffrez estre porte a vostre assent,P306A6 [P306A6] escient MS. Harl. 4871: MS. Cott. XVI: Printed Copies.1_310 brief qe vous ferrez hors du Court, nient ensealle.P306A7 [P306A7] dent faire execution; Printed Copies.1_310 Ne nul attourne recorderez ne par brief ne sanz brief,P306A8 [P306A8] sauns especial counge, et Printed Copies.1_310 si vous neiez loialment examinez la partie & lattourne en propre persone ou a meins celui qi ferra lattourne en propre persone. Ne nul brief qe soit de comandement ne ferrezP306A9 [P306A9] liverez a les examinours ne au seale, Printed Copies.1_310 avant qe mesme le brief soit comande a vous par comandour qi poair eit:P306A10 [P306A10] en eit, sil ne soit a Chancellour, ou a un des meisters que vous commandera de faire les brieves: Printed Copies.1_310 Et touz lez briefs qe vous ferrez, liverez, as examinours par vostre main demesneP306A11 [P306A11] ou par une compaignon qui est jurez au Roi, si vous mesmes soiez hors du court per cause de maladie, ou autre cause necessaire ne les poez faire: Printed Copies.1_310 etP306A12 [P306A12] que Printed Copies 1_310 nul brief escript dautri main liverez as examinoursP306A13 [P306A13] soutz vostre noun come le vostre, ne nul noun forsque le vostre mettres sur vos briefs. Si vous eide Dieu et ses Seintes. Printed Copies.1_310.

Page 1_310

Anno 25o EDWARDI III. A.D.1350-1 & 1351-2.P310Astar [P310Astar] In all former Printed Copies the several Statutes of this Year have been inaccurately arranged; the Statutes of the Two respective Parliaments being intermixed with each other. In the present Volume they are printed according to the Dates of the Parliaments, and in the order in which they are entered on the Statute Roll. The Effect of this is that of the Six Statutes entered on the Statute Roll, Statute the Fifth is the only one which retains the same Place in this Volume as in all former Printed Copies.1_311

1

In Margine Rotuli.

Statutum p' hiis qui nati sunt in p'tibus transmarinis: de anno vicesimo quinto R. E. t'cii.

A STATUTE for those who are born in Parts beyond Sea. Of the TWENTY-FIFTH Year of K. EDWARD, THE THIRD.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 19.

Nostre Seignour le Roi, a son parlement tenuz a Westmonster a les Oetaves de la Purificacion de nostre Dame, lan de son regne Dengleterre vintisme quint, & de France douszisme, considerant les grantz meschiefs & damages qi sont avenuz au poeple de son roialme Dengleterre, sibien pur ce qe les estatuz devant ces heures ordenez nount mie este tenuz & gardez come ils deveroient, come par cause de la pestilence mortiele qi nadgairs dura, & veullant purvoier au quiete & commune profit de son poeple sur ce remedie covenable, par assent de Prelatz, Countz, Barons & autres grantz, & tote la Commune de son dit roialme, au dit parlement somons, ad ordene & establi les choses souzescriptes, Cest assavoir: pur ce qe ascunes gentz estoient en awere si les enfantz neez es parties de dela, dehors la ligeance dengleterre, serroient ables a demander heritage deinz meisme la ligeance ou nemie, de quoi peticion feust mis autrefoitz en parlement tenuz a Weymonster lan nostre dit Seignour le Roi dys & septisme, & ne feust mie a tieu temps en tout assentu, nostre dit Seignour le Roi, veulliant qe totes doutes & awers feussent oustez & la lei en ce cas declaree & mis en certein, fist charger les Prelatz, Countz, Barons, & autres sages de son conseil, assemblez a ce parlement, a faire deliberacion sur cel point; Les queux dun assent ount dit qe la lei de la Corone Dengleterre est, & ad este touz jours tiele, qe les enfantz des Rois Dengleterre, queu part qils soient neez en Engleterre ou aillours, sont ables & deivent porter heritage, apres la mort lour auncestres; la quele lei nostre Seignour le Roi, les ditz Prelatz, Countz, Barons, & autres grantz, & tote la Commune assemblez el dit parlement, approevent & afferment par touz jours: et endroit des autres enfantz, neez hors de la ligeance Dengleterre en temps de nostre dit Seignour le Roi, si sont ils uniement acordez qe Henri fitz Johan de Beaumound, Elizabeth fille Guy de Bryan, & Giles fitz Rauf Daubeneye, & autres queux le Roi vorra nomerP310A1 [P310A1] Interlined on the Roll. Rot. Parl. reads qe A. B. C. &c. qi nasqirent.1_311 qi nasquirent par dela hors de la ligeance Dengleterre, soient desore ables davoir & enjoier leur heritages, apres la mort lour auncestres tote partz deinz la ligeance Dengleterre, si avant come ceux qi nasquirent deinz meisme la ligeance: et qe touz les enfantz heriters, qi serront neez desore dehors la ligeance le Roi, des queux enfantz les piere & miere au temps du nestre sont & serront a la foi & de la ligeance du Roi Dengleterre, eient & enjoient meismes les benfice & avantage daver & porter heritage deinz la dite ligeance, come les autres heriters avantditz, en temps avenir; Issint totes foitz qe les mieres de tieux enfantz passent la meer par conge & volunte de lour barons. Et si alleggee soit, contre nul tiel nee par dela, qil est bastard, en cas ou Levesqe doit avoir conissance de bastardie, soit maunde a Levesqe du lieu la ou la demande est de certifier la Court le Roi ou le ple ent pend, sicome auncienement ad este usee en cas de bastardie, alegge contre ceux qi nasquirent en Engleterre.

Page 1_311

xxv.

Statuta in P'liamento tento apud Westmonasterium, in Octabis Purificac'onis b'e Marie Virginis anno regni D'ni Edwardi Regis Anglie & Francie, Angl' videlicet vicesimo quinto, regni vero sui Francie duodecimo.

STATUTES in the Parliament holden at WESTMINSTER, In the Octave of the Purification of the Blessed Virgin Mary; in the Year of the Reign of our Sovereign Lord EDWARD King of ENGLAND and of FRANCE, to wit of England the TWENTY-FIFTH, and of his Reign of France the TWELFTH.

2

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 18.

P311Astar [P311Astar] Statute the First in all former Printed Copies; and entitled Statutum de Servientibus. The Statute of Labourers. It is entered on the Parliament Roll of 25 Edw. III. Part I. nu. 56, (Printed Copy nu. 47,) with the following Title in the Margin Lestatut dartificers & servauntz.1_312

COME nadgairs contre la malice de servantz, queux furent preciouses et nient voillantz servir apres la pestilence, sanz trop outrageouses lowers prendre, feut ordine par nostre Seignour le Roi, & par assent des prelatz, Nobles & autres de son conseil, qi tieux maners des servantz, sibien hommes come femmes, fussent tenuz de servir, receyvantz salaries & gages accustumez es lieus ou ils deveront servir, lan du regne le dit nostre Seignour le Roi vintisme, ou cynk ou sis annz devant, et qe mesmes les servantz refusantz servir par autiele manere fuissent punys par emprisonement de lour corps, sicome en mesme lordenance est contenuz plus au playn; Sur quoi commissions furent faites as diverses gentz en chescun Counte, denquere & punir touz ceaux qi venissent au contraire; Et ja par tant qe done est entendre a nostre dit Seignour le Roi, en cest present parlement, par la peticion de la commune, qe les ditz servantz nient eiantz regard a la dite ordenance, mes a lour eses et singulers covetises, se retreent de servir as grantz ou as autres sils neyent liveresons & lowers, au duble ou treble de ceo qils soloient prendre le dit an vintisme & devant, a grant damage des grantz, & empovericement des touz ceux de la dite commune, dont il estoit prie par mesme la commune de remedie; par quoi en mesme le parlement, par assent des Prelatz, Countes, Barons, & autres grantz, & de la dite commune illoqes assemblez, par refreyndre la malice des ditz servantz sont ordenes et estables les choses suzescriptz, Cest assavoir: qe chescun charetter, Caruer, Chaceour des carues, Bercher, Porcher, Deye, & touz autres servantz preignent liveresons & lowers accustumes le dit an vintisme & quatre annz devant; issint qen pays ou furment soleit estre done preignent par le Bussel x. d. ou furment a la volunte le donur, tanqe autrement soit ordeigne; et qils soient allowes de servir par lan entier, ou autres termes usuels, & nemye par journes, & qe nul preigne en temps de sarcler ou feyns faire forqe j. d. le jour; & fauchours des preez par lacre v. d. ou par la journe v. d. & Sciours des blees en la primere symaigne daust ij. d. & en la seconde iij. d. & issint tanqe au fyn Daust, & meyns en pays ou meyns soleit estre done, saunz mangier ou autre curtoysie demander, doner ou prendre; & qe tieux overours portent overtement en lour meyns as villes marchantz lour instrumentz, & illoeqes soient alowes en lieu commune & nemye prive.

2

Item qe nul preigne pur le batre de un quarter de furment ou segle, outre ij. d. ob. & pur le quarter dorge, feves, poys & aveynes j. d. ob. si tant soleit estre done; et en pays ou homme soleit scier pur certeyns garbes, & batre pur certeyns busseux, ne preigne plus nen autre manere qil soleit le dit an vintisme & devant; & qe mesmes les servantz soient sermentez deuxfoitz par an,

Page 1_312

devant Seignours, Seneschals, Baillifs & Conestables de chescune ville, a ceste chose tenir & faire, et qe nul de euxirra hors de la ville ou il demoert en yver, pur servir en estee, sil puisse avoir service en mesme la ville, prenant come devant est dit. Sauve qe les gentz des Countez de Stafford, Lancastre & Derby, & gentz de Craven, & de la marche de Gales & Descoce, & autres lieux puissent venir en temps Daust, de laborer en autres Countes, & salvement retorner come ils soloient faire avant ses heurs; et qe ceux qi refusent de faire tiel serement, ou perfourner ceo qils ount jures, ou empris, soient mys en ceppes par les ditz Seignours, Seneschaux, Baillifs & Conestables des villes, par trois jours ou pluis, ou mandez a la procheyn gaole, a demorer illoeqes tanq'ils se voillent justicer; & qe ceppes soient faitz en chescune ville pur celle encheson entre cy & la Pentecost.

3

Item qe Carpenters, Masons, Teglers & autres coveroursP312A1 [P312A1] overours Printed Copies.1_313 des mesons, ne preignent le jour par lour overeynge forsqe en manere come ils soloient, cest assavoir Mestre Carpenter iij. d. & autre ij. d. mestre mason de franche peer iiij. d. & autre mason iij d. & lour servantz j d. ob. Teguler iij. d. & son garceon j. d. ob. & autre coverour de ros & estreymP312A2 [P312A2] rees & estrein Rot. Parl.1_313 iij. d. & son garceon j.d. ob. Item Plastrers & autres overours des mures darzillP312A3 [P312A3] dargill Rot. Parl.1_313 & lour garceons par mesme la maner; saunz mangier ou boire, cest assavoir de la Pasche tanqe a la Seynt Michel; & de cel temps meyns solonc lafferant & discrecion des Justices qi serront a ce assignez: et qe ceux qi fount cariage, par terre ou par ewe, ne preignent pluis par tiel cariage faire, qils ne soloient le dit an vintisme, & quatre annz devant.

4

Item qe Corvoisers ne suours ne vendent botes, soulers, nautre chose touchant lour mister par autre manere, qils ne soleint le dit an vintisme: et qe Orfeures, Sellers, Ferrours des chivaux, Esporoners, Tannours, Correours, Pelleters, Taillours, & touz autres overours artificiers & laborers, & touz autres servantz nient especifiez, soient sermentez devant les dites Justices de faire & user lour artes & offices en manere come ils fesoient le dit an vintisme, & en temps devant, sanz les refuser par cause de ceste ordinance; et si nul des ditz servantz laborers oeverours ou artificers, apres tiel serment fait viegne encontre celle ordinance, soit puny par fin ranceon & emprisonement, selonc la discrecion des dites Justices.

5

Item qe les ditz Seneschalx, baillifs & Conestables des dites villes, soient sermentez devant meismes les Justices denquere diligeaument, par totes les bones voies qils purront, de touz ceux qi vendront contre ceste ordinance, & de certifier meismes les Justices de lour nouns, a totes les foitz qils vendront en pays pur faire lour Sessions; issint qe les dites Justices, ewe certificacion de meismes les seneschalx, baillifs & conestables, des nouns de rebeaux, les facent attacher par lour corps, destre devant meismes les Justices a respondre des tielx contemptz, issint qils facent fyn & raunceon au Roi en cas qils soient atteintz, & outre soient commandez a la prisone, a y demorer tanqils averont trove seurete de servir & prendre, & lour overeignes faire, & choses vendables vendre, en la manere avantdite; et en cas qe nul de eux viegne contre son serement, & de ceo soit atteint, eit la prisone de xl. jours, et si autrefoitz il soit convict eit la prisone dun quarter del an, issint qe a chescun foitz qil trespas, & soit convict, eit la penance au double: et qe meismes les Justices enquergent, a chescune foitz qils vendront, des ditz Seneschalx baillifs & Conestables sils eient fait bon e & loiale certificacion ou nule concele, par doun procurement, ou affinite, & les punir par fyn & raunceoun sils soient trovez coupables:

Page 1_313

Et qe meismes les Justices eient poair denquere & faire due punissement des ditz Ministres, Overours, laborers & autres servantz queconqes, et auxint des hostelers, herbergers, & ceux qi vendont vitailles en retaille, & autres choses nient especifiez, si bien a la suite de partie, come par presentment, & doier & terminer & mettre la chose en execucion par Exigend apres le primer Capias, si mestier soit, & de deputer autres soutz eux, tantz & tielx come ils verront qe mieltz soit, par la garde de meisme ceste ordinance; & qe ceux qi vorront suir, vers tielx servantz, overours & laborers, par excesse pris deux & ils soient de ce atteintz a lour suite, qils puissent reavoir cel excesse; et en cas qe nul voudra suir par tiel excesse reavoir, adonqes soit leve des ditz servantz, Overours laborers et artificers, et livere as Coillours de la quinzisme, en alleggeance des villes ou tiel excesse fut pris.

6

Item qe viscontes, Conestables, Baillifs, gaolers, clercs des Justices ou des viscontes, nautres Ministres queconqes rienz ne preignent par cause de lour offices, de meismes les servantz, par fees, suete de prisone nen autre manere; & sils eient rienz pris en tiele manere, qils les facent deliverer as Coillours des disme & quinzisme, en eide de la commune pur temps qe les disme & quinzisme courgent, auxibien par tout le temps passe come par le temps avenir; & qe les dites Justices enquergent en lour sessions si les ditz Ministres eient rienz receuz de meismes les servantz & ce qils troveront par tiels enquestes qe les ditz ministres averont receuz, facent meismes les Justices lever de chescun des ditz ministres, & liverer as ditz coillours ensemblement od lexcesses, fins et ranceons faitz, & auxint les amerciementz de toux ceux qi serront amerciez devant les ditz Justices, en allegeance des villes come desus est dit: et en cas qe lexcesse trove en une ville passe la quantite de la quinzisme de meisme la ville, soit le remenant de tiel excesse leve, & paie par les ditz coillours a les plus proscheines villes povres, en eide de lour quinzisme, par avisement des ditz Justices; et qe les fins, raunceons, excesses & amerciementz des ditz servants & laborers pur temps avenir, currante la dite quinzisme, soient liverez as ditz coillours en la forme susdite, par endenture affaire entre eux et les ditz Justice, issint qe meismes les Coillours puissent estre chargez sur lour accompt par meismes les endentures, en cas qe les ditz fins, raunceons, amerciementz & excesses ne soient paiez en eide de la quinzisme avantdite; & cessante meisme la quinzisme, soit leve al oeps le Roi & respondu a lui par le viscont du Countee.

7

Item qe les ditz Justices facent lour sessions en touz les Countes Dengleterre au meins quatre foitz par an, cest assaver a les festes del Anunciation de nostre Dame, Seinte Margarete, Seint Michel, & Seint Nicholas, & auxint totes les foitz qil busoignera selonc la descrecion des Justices; & qe ceux qi parlent en presence des dites Justices, ou autres choses facent en lour absence ou presence, en abaudissement ou meintenance des ditz servantz & laborers, au contraire de ceste ordinance, soient grevement punys selonc la descrecion des dites Justices: et si nul des ditz laborers artificers ou servantz senfue dun Countee tanqe en autre, par cause de ceste ordinance, qe les viscontes des Countes ou tiels futives serront trovez les facent pndre, au mandement des Justices des Countes dont ils senfuerent, & le mesnent a la chief gaole de meisme cel Counte, illoeqes a demorer tanqe a la proscheine session des meismes les Justices, & qe les ditz viscontz retornent tielx mandementz devant meismes les Justices a lour proscheines sessions, et qe ceste ordinance soit tenue & garde, sibien deinz la Citee de Londres come en autres Citees & Burghs & aillours parmy la terre, sibien deinz franchise come dehors.

Page 1_314

3

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 18.

P314Astar [P314Astar] Statute the Fourth in all former Printed Copies; and entitled Statutum de Pannis. The Statute of Cloths. It is here printed according to its Place on the Statute Roll: It is entered on the Parliament Roll 25 Ed. III. P. 1. nu. 42. as Part of the Statute entitled in the Margin Lestatut des enfantz nez pardela, des marchandises vendre, &c. See the Note on Statute the First of this Year.1_315

1

Item acorde est & assentuz en mesme le parlementP314A1 [P314A1] Interlined on the Roll.1_315 qe totes maneres des draps vendables, qi serront venduz par entiers draps en Engleterre, en qi meins des marchantz du Roialme Dengleterre ou autres de meisme le Roialme ils soient trovez, soient aunez par le Auneour le Roi & ses deputez, en touz Citees Burghs & autres villes, deinz franchise & dehors, sibien en la Citee de Londres come aillours; & qe touz les draps qi serront trovez de meindre mesure par une aune qe de lassise contenuz en lestatut de Norhampton, par quele est ordine qe la longure de chescun drape de raye serra mesure par une corde de vij. anz quatrefoitz mesure par la liste, & la laeure de chescun drape de Raye vj. quarters de lee mesure par laune, & des draps de colour la longure soit mesure par le dos par une corde de vj. aunes & demy quatrefoitz mesure, & la laeure vj. quarters & demy mesure par laune, sanz defoler les draps, soient arestuz & forfaitz au Roi; & qe launeour les delivere au Garderober le Roi par endenture, nient contresteant franchises usage ou privilege fait as Citees Burghs ou a quecumqe persone du Roialme Dengleterre au contraire; et soit launeour le Roi jurree de faire son office bien & loialment, & en cas qil soit ent trove en defaute & de ce soit atteint devant les gardeins des faires, ou Mairs Baillifs de lieux ou le drap serra achate, ou autres juges de tenir les plees illoeqes, ou devant autres queux nostre Seignour le Roi a ce assignera, eit la prison dun an, & soit reint a la volunte le Roi, & ouste de son office par touz jours; et respoigne launeour sibien par ses deputes come par lui meismes; & auxint acorde est & establi qe chescun achatour de tielx draps ou autre qi vorra suir qe le dit Auneour ad fait fraude ou deceit en son office, & la fausine soit notoirement prove & conue a sa suite, eit la moite de ce qi serra issint forfait, ou le pris, du doun le Roi; & le Roi lautre moite. Et qe chescun achatour de tielx draps, apres ce qil soit acorde du pris od le vendour puisse franchement auner le dit drape a sa volunte a savermouP314A2 [P314A2] pur assaier Printed Copies.1_315 sil soit dassise ou nemye, avant qil eit paie ses deniers, tut soit il qe le seal Launeour y soit mys; et si lachatour troeve defaute apres lachat monstre cele defaute as Mair & Baillifs du lieu, ou gardeins de la faire ou marche; et si defaute soit trove notoirement devant eux soit le drap forfait au Roi & seisi en la main le Roi par les ditz Mair & Baillifs ou gardeins de la faire ou Marche, & demoerge en lour garde; et mesmes les Mair & Baillifs ou gardeins certifient au Chaunceller de mesme la forfaitur a la sute lachatour ou dautre qi vorra suir sanz riens prendre de lui, et le Chaunceller eu celle certificacion, mande bref as ditz Mair Baillifs ou gardeins de liverer a celui qi ensi avera suy lune moite de la forfaiture, & de sauver lautre moite al oeps le Roi; et si les Mair Baillifs ou gardeins refusent de faireP314A3 [P314A3] Interlined on the Roll.1_315 execucion de ceste acord en la manere avantdite, soient punys par fin & ranceon quant ils serront de ce atteintz, si bien a la suite nostre Seignour le Roi come a suite de partie; et qe cest article se commence a tenir lieu le primer jour de Septembre pschein avenir, si qe les marchantz & autres qi ont draps a vendre se puissent deliverer franchement des draps qils ont entre mains en le meen temps.

2

Item come contenu soit en un estatut fait a Everwyk, lan du regne nostre dit Seignour le Roi noefisme, qe touz marchantz aliens & denzeins & touz autres & chescun

Page 1_315

deux de quel estat ou condicion qils soient, qi achater ou vendre voillent bledz, vins, avoir du pois, chars, pesson, & toutes autres vivres & vitailles, leines, draps, merces, marchandises & totes maneres dautres choses vendables, de quele part qils viegnent par foreins ou par denzeins, a quel lieu qe ce soit, soit il Burgh, ville, Port du meer, faire, marche, ou autre lieu, deinz meisme le Roialme, deinz franchise ou dehors, les puissent franchement & sanz destourber vendre a qi qe lour plest, auxibien as foreins come as denzeins forspris les enemys de nostre Seignour le Roi & de son Roialme: Acorde est, par nostre dit Seignour le Roi, Prelatz, Countes, Barons & touz autres grantz & communes en cest present parlement, qe le dit estatut en touz pointz & articles contenuz en ycel soit tenu garde & meintenu. Et qe si nul estatut, chartre, lettre patente, proclamacion ou mandement, usage, allouance ou jugement soit fait au contraire soit overtement repelle, anienty, & tenu par nul: et outre ce qe chescun marchant ou autre de quele condicion qil soit, auxibien alien come denzein, qi amene vins, chars, pesson, ou autre manere des vitailles, draps, peaux, ou avoir du pois, ou quecomqes autres merces ou marchandises a la Citee de Londres, ou as autres Citees Burghs & bones villes Dengleterre, ou portz de meer, les poet franchement, & sanz chalange ou empeschement de nuli, vendre en gros ou a retaill ou par parcelles a sa volunte, a queconqes gentz qi les vodront achater, nient contresteant quecumqe franchise, grante, ou custume use, ou quecomqe autre chose faite au contraire; desicome qe tielx franchises & usages sont en commune prejudice du Roi & de tut son poeple: et qe nul Mair, Baillif, Cacchepole, Ministre, ne nul autre se melle de la vente de nule manere des vitailles vendables, menez ou portez as Citees Burghs ne autres villes, ne faire ne marche, fors soulement celi a qi les vitailles sont; et qe proclamacion ensoit faite de novel en touz les Countez Dengleterre, et en la de Citee de Londres, et en touz autres Citees, Burghs, bones villes, portz du meer, & aillours deinz le Roialme Dengleterre ou mestir serra; & qe nostre dit Seignour le Roi sur ce face assigner ses Justices, totes les foitz qe lui plerra & mester soit, denquere de touz ceux qi vendront ou riens facent alencontre, & de les punir selonc la peine contenue en meisme lestatut, fait lan noefisme; & qe chescun qi vorra suir devers nul tiel eit brief de la Chancellerie de lui attacher par son corps, come destourbeour de commune profit, de lui faire ent venir a respons en la Court le Roi.

3

Acorde est auxint & establi, qe les forstallours des vins & des autres vitailles, & de toutesP315A1 [P315A1] toutes on an Erasure des totes Rot. Parl.1_316 autres merces & marchandises, qi viegnont a les bones villes par terre ou par eawe, en damage de nostre Seignour le Roi & de son poeple, si de ceo soient atteintz a la suite le Roi, ou de partie, devant Mair Baillifs ou Justices a ce assignes, ou aillours en la Court le Roi, & sil soit atteint a la suite le Roi par enditement ou en autre manere, soient les choses forstalles forfaitz au Roi si lachatour ent eit fait gree au vendour; & sil neit fait gree de tut, mes par arres, encourge lachatour la forfaiture de tant come les biens forstalles amontent, selonc la value qil les avera achate, sil eit de quoi, & sil neit, adonqes eit la prisone de deux annz, & plus a la volunte le Roi, sanz estre lesse a mainprise ou delivers en autre manere. Et sil soit atteint a suite de partie, eit la partie la moite de tielx choses forstalles & forfaitz, ou le pris, du doun le Roi, & le Roi lautre moite.

4

Item purce qe communes passages de neefs & batelx, en les grantz rivers Dengleterre, si sont soventfoitz desturbez par le lever de gortz molins, estanks, estaches & kideux, en grant damage du poeple: Acorde est & establi, qe

Page 1_316

touz tiels gortz molins, estanks, estaches & kideux, qi sont leves & mys en temps le Roi lael & puis encea en tielx rivers, par queux les niefs & batelx sont destourbes qils ne poent passer come ils soloient, soient oustes & nettement abatuz, sanz estre relevez; et soient sur ce briefs mandez as viscontz de lieux ou mester serra, de surveer & denquere & de faire ent execucion, et auxint qe Justices soient sur ce assignez a totes les foitz qil besoignera.

4

† In margine Rotuli.

Statutum de P'visoribus.†

THE STATUTE OF PROVISORS OF BENEFICES.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 17.

P316Astar [P316Astar] Statute the Sixth in all former Printed Copies: It is here printed according to its place on the Statute Roll. It is entered in the Parliament Roll 25 Ed. III. P. 1. nu. 46. intitled in the Margin Lestatut de reservacions & provisions. See the Note on Statute the First of this Year.1_317

COME jadis, en le parlement de bone memoire Sire Edward Roi Dengletere, Ael nostre Seignour le Roi qore est, lan de son regne trentisme quint a Kardoil tenuz, oie la peticion mise devant le dit Ael & son conseil en le dit parlement par la comunalte de son Roialme, contenant qe come seinte eglise Dengleterre estoit founde en estat de prelacie, deins le Roialme Dengleterre, par le dit Ael & ses progenitours, & Countes Barons & Nobles de son Roialme & lour ancestres, par eux & le poeple enfourmer de la lei Dieu, & pur faire hospitalites aumoignes & autres oeveres de charite es lieux ou les eglises feurent foundes par les almes de foundours & de lour heirs & de touz Cristiens; & certeins possessions, tant en feez terres & rentes come en avowesons qe se extendent a grande value, par les ditz foundours feurent assignez as prelatz & autres gentz de seinte eglise du dit Roialme, par cele charge sustenir, & nomement des possessions qi feurent assignes as Ercevesqes, Evesqes, Abbes, Priours, Religious & autres gentz de seint eglise, par les Rois du dit Roialme, Countes, Barons & autres Nobles de son Roialme, meismes les Rois, Countes, Barons & Nobles, come Seignours & avowes eussent & aver deussent la garde de tieles voidances, & les presentementz & collacions des benefices esteantz des tieles prelacies; & les ditz Rois en temps passe soloient aver la greinure partie de lour conseils par la salvacion du Roialme quant ils eneurent mester, de tiels prelatz & Clercs issint avances; Le Pape de Rome, acrochant a lui la Seignourie de tieles possessions & benefices, meismes les benefices dona & graunta as aliens qi unqes ne demorerent el Roialme Dengleterre, & as Cardinalx qi y demorer ne purroient, & as autres tant aliens come denzeins, autresi come il eust este patron ou avowe des dites dignites & benefices, come il ne feust de droit selonc la loi Dengleterre; par les queux sils feussent soeffertz a peine demorroit ascun benefice, en poi de temps, el dit Roialme qil ne serroit es meins daliens & denzeins, par vertue de tieles provisions, contre la bone volunte & disposicion des foundours de meismes les benefices, & issint les eleccions des Ercevesqes, Evesches, & autres Religious faudroient, & les almoignes, hospitalites & autres oeveres de charite qi serroient faitz as ditz lieux serroient sustretes, le dit Ael & autres lais patrons en temps de tieles voidances perderoient lour presentementz, le dit conseil periroit, & biens sanz nombre serroient emportes hors du Roialme, en adnullacion del estat de seinte eglise dengleterre, & desheriteson du dit Ael, & des Countes Barons & nobles, & en offens & destruccion des lois & droitures de son Roialme, & grant damage de son

Page 1_317

poeple, & subversion del estat de tut son Roialme susdit, & contre la bone disposicion & volunte des primers foundours; del assent des Countes, Barons, Nobles & tute la dite Comunalte, a lour instante requeste, consideres les damages & grevances susdites en le dit plener parlement feust purveu ordine & establi qe les dites grevances, oppressions & damages, en meisme le Roialme des adonqes mes ne serroient soeffertz en ascun manere. Et ja monstre soit a nostre Seignour le Roi, en cest parlement tenuz a Westmonster a les Oetaves de la Purificacion de nostre Dame, lan de son regne Dengleterre vintisme quint, & de France duszisme, par la greveuse pleinte de toute la commune de son Roialme qe les grevances & meschiefs susditz sabondent de temps en temps, a plus grant damage & destruccion de tut le Roialme, plus qe unqes ne firent; cest assaver qore de novel nostre seint piere le Pape, par procurement des clercs & autrement ad reservee & reserve de jour en autre a sa collacion, generalment & especialment, sibien Erceveschees, Eveschees, Abbeies, & Priories, come totes dignetes & autres benefices dengleterre, qi sont del avowerie de gentz de seinte eglise, & les donne auxibien as aliens come as denzeins, & prent de touz tiels benefices les primeres fruitz & autres profitz plusours; & grande partie du tresor del Roialme si est emporte & despendu hors du Roialme, par les purchaceours de tieles graces; & auxint, par tieles reservacions prives, plusours clercs avances en ceste Roialme par lour verroies patrons, qi ont tenuz lour avancementz par long temps pesiblement, sont sodeinement ostes; sur quoi la dite Commune ad prie a nostre Seignour le Roi qe desicome le droit de la Corone Dengleterre & la loi du dite Roialme sont tieles, qe sur meschiefs & damages qi si aviegnont a son Roialme il doit & est tenuz par son serement, del acord de son poeple en son parlement, faire ent remede & lei, en ostant les meschiefs & damages qensi avignont, qe lui pleise de ce ordiner remede: Nostre Seignour le Roi, veiant les meschiefs & damages susnomes & eant regard al dit estatut fait en temps son dit Ael, & a les causes contenues en ycele, le quel estasut tient touz jours sa force & ne feust unqes defait ne anulli en nul point, & partant est il tenuz par son serement del faire garder come la loi de son Roialme, coment qe par soeffrance & negligence ad este puis attempte a contraire; & auxint eant regard a les grevouses pleintes a lui faites par son poeple, en ses divers parlementz cea enarere tenuz, voillantz les tresgrantz damages & meschiefs qi sont avenuz, & viegnont de jour en autre a la Eglise Dengleterre par la dite cause remede ent ordiner; par assent de touz les grantz et la Comunalte de son dit Roialme, Al honur de Dieu & profit de la dite eglise Dengleterre & de tut son Roialme, ad ordine & establi, qe les franches eleccions des Erceveschees, Eveschees, & tutes autres dignites & benefices electifs en Engleterre, se tiegnent desore, en manere come eles feurent grantes par les progenitours nostre dit Seignour le Roi, & par les auncestres dautres Seignours foundes. Et qe touz prelatz, & autres gentz de seinte eglise qi ont avowesons de quecomqes benefices des douns nostre Seignour le Roi & de ses progenitours, ou dautres Seignours & donours, pur faire divines services & autres charges ent ordines, eient lour collacions & presentementz franchement en manere come ils estoient feffes par lour donours. Et en cas qe dascune Erceveschee, Eveschee, dignite ou autre quecumqe benefice, soit reservacion, collacion, ou provision faite par la court de Rome, en desturbance des eleccions, collacions ou presentacions susnomes, qe a meisme les temps des voidances, qe tieles reservacions collacions & provisions deusent prendre effect, q a meisme la voidance nostre Seignour le Roi & ses heirs eient & enjoicent par cele foitz les collacions, as Erceveschees, Eveschees & autres dignites electives, qe sont de savowerie, autieles come ses progenitours avoient avant qe franche eleccion feust graunte, desicome

Page 1_318

les eleccions feurent primes grantez, par les progenitours le Roi, sur certeines fourme & condicion, come a demander du Roi conge de eslir, & puis apres la eleccion daver son assent roial, & nemye en autre manere; les queles condicions nyent gardez, la chose doit par reson resortir a sa primere nature: et qe si dascune Meson de Religion del avowerie le Roi, soit tiele reservacion, collacion, ou provision faite, en destourbance de franche eleccion, eit nostre Seignour le Roi & ses heirs a cele foitz la collacion, a doner cele dignite a persone covenable. Et en cas qe reservacion, collacion ou provision soit faite aP318A2 [P318A2] par Rot. Parl.1_319 la Court de Rome, de nule Esglise, provende,P318A3 [P318A3] provendre Rot. Parl.1_319 ou autre benefice qi sont del avowerie des genz de seinte esglise, dont le Roi est avowe paramount inmediat, qe a mesme le temps de voidance, a quel temps la reservacion collacion ouP318A1 [P318A1] These Sentences are written on an Erasure.1_319 provision deusent prendre effeit, come desus est dit, qe le Roi & ses heirs de ce eient le presentement, ou collacion a cele foitz; & issint de temps en temps a totes les foitz qe tieles gentz de seinte eglise serront desturbes de lour presentementz ou collacions par tieles reservacions collacions ou provisions come desus est dit; Sauvee a eux le droit de. lour avowesons & presentementz quant nul collacion ou provision de la Court de Rome ent ne soit faite, ou qe les dites gentz de seinte eglise osent & vuillent a meismes les benefices presenter ou collacion faire, & lour presentees puissent leffect de lour collacions & presentementz enjoier: et en meisme la manere eit chescun autre Seignour de quel condicion qil soit, les presentementz ou collacions a les mesons de religion qi sont de savowerie, & as benefices de seinte eglise qi sont apurtenantz a meismes les mesons. Et si tiels avowes ne presentent point a tieles benefices, deinz le demy an apres tieles voidances, ne levesqe de lieu ne la donne par laps de temps deinz un mois apres le demy an, qe adonqes le Roi eit ent les presentementz & collacions, come il ad dautres de savowerie demeisne. Et en cas qe les presentes le Roi, ou les presentes dautres patrons de seinte eglise, ou de lour avowes, ou ceux as queux le Roi ou tielx patrons ou avowes susditz averont done benefices apurtenantz a lour presentementz ou collacions, soient desturbez par tiels provisours, issint qils ne puissent avoir possession de tieles benefices, par vertue des presentementz & collacions issint a eux faitz, ou qe ceux qi sont en possessions des tiels benefices soient empesches sur lour dites possessions par tielx provisours, adonqes soient les ditz provisours & lour procuratours, executours & notaires attaches par lour corps, et menes en response, et sils soient convictz demoergent en prisone sanz estre lesse a meinprise, en baille, ou autrement delivres, tanqils averont fait fin & redempcion au Roi a sa volente, & gree a la partie qi se sentera greve. Et nient meins, avant qils soient delivres facent pleine renunciacion, & troevent sufficeante seurete qils nattempteront tiele chose en temps avenir, ne nul proces sueront par eux ne par autre devers nuly en la dite Court de Rome, ne nule part aillours, par nules tieles emprisonementz ou renunciacions, ne nule autre chose dependant de eux. Et en cas qe tielx provisours, procuratours, executours & notaires ne soient trovez, qe lexigende courge devers eux par due proces, & qe briefs issent de prendre lour corps quel part qils soient trovez, auxibien a la suite le Roi come de partie, et qen le mesne temps le Roi eit les profitz de tielx benefices, issint ocupez par tielx provisours, forspris Abbeies, Priories, & autres mesons qont college ou Covent; & en tieles mesons eient les Covent & colleges les profitz, sauvant totefoitz a nostre Seignour le Roi & as autres Seignours lour aunciene droit. Et eit cest estatut lieu autresibien de reservacions collacions & provisions faites & grantes en temps passe, devers touz ceaux qi ne sont unqore adept corporele possession des benefices, a eux grauntes, par meismes les reservacions, collacions & provisions, come devers toux autres en temps avenir. Et doit cest Estatut tenir lieu commenceant a les oetaves susditz.

Page 1_319

5

In Margine Rotuli.

Statutum apud Westmonasterium in P'liamento in festo S'ci Hillarii anno regni Regis E. t'cii vicesimo quinto tento, f'cm.

A STATUTE made at WESTMINSTER; In the Parliament holden in the Feast of Saint Hilary; In the TWENTY-FIFTH Year of the Reign of K. EDWARD the THIRD.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 16.

AU parlement somonz a Westmonster, en la feste de Seint Hiller lan du regne nostre Seignour le Roi Edward Dengleterre vintisme quint, & de France douzisme, nostre Seignour le Roi del assent des Prelatz, Ducs, Countes, Barons, & de tout la comunalte de son Roialme Dengleterre, au dit parlement somons, al honur de Dieu & de Seinte Eglise, & en amendement de son dit Roialme, ad ordeine & establi les choses soutzescriptes.

1

En primes, purce qe tresgrauntz & tresoutrageouses damages & grevances sont faites au poeple par les prenours & purveours des vitailles par les hosteux nre Seignour le Roi, ma dame la Roigne, & de lour enfantz, Si est acorde & assentuz en le dit parlement, qe les prenours & purveiours des bledz par les ditz hosteux les preignent par mesure rase, selonc ceo qe homme use parmy le Roialme. Et qe touz bledz, feyns, litere & bestaill, & touz autres vitailles & choses quecumqes, queles sont aprendre par meismes les hosteux, soient prisez a la verroie value, par les Conestables & autres bons gentz des villes ou tieles prises se feront, sanz ce qe par manaces, ou duresces soient les preisours chacez a mettre autre pris qe lour serement ne voet, & come curt communement en les proscheins marchees: et qe entre les Purveours et ceux des queux les biens serront prises, en la presence des Conestables & preisours, soient tailles tantost faites, saunz ceo qe les gentz des queux les biens serront prises soient aillours traitz ou travaillez; & meismes les tailles ensealez des seals les prenours des choses issint prises, par les queles tailles gre soit fait as ceux des queux les choses serront issint prises: et si nul prenour ou Purveour par les ditz hosteux face par autre manere, soit meintenant arestu par la villee ou la prise serra faite, et mesne a la proscheine gaole, et si de ceo soit atteint, soit la fait de lui come de laron, si la quantite des biens le demand; solonc ceo qen un estatut fait en temps meisme nostre Seignour le Roi lan de son regne quint, & en un autre estatut fait en temps laiel nostre Seignour le Roi sur tieles prises, est contenuz plus au plein: et qe desore soit contenuz es commissions des tieux Purveours et prenours, lentent et la peine contenuz en cest estatut: et qe nule commission soit faite forsqe soulement souz les grant ou prive sealx le Roi; ne qe nul homme soit tenuz de obeier a autre commission nen autre manere qe nest dit en avant; et qe meisme lestatut tiegne lieu en toutz pointz devers chescun prenour & porveour, de chescune manere des vittailles en chescune partie du Roialme de quele condition qil soit.

2

Auxint parceo qe diverses opinions ount este einz ces heures qeu cas, quant il avient doit estre dit treson, & en quel cas noun, le Roi a la requeste des Seignours & de la Commune, ad fait declarissement qi ensuit, Cest assavoir;

Page 1_320

quant homme fait compasser ou ymaginer la mort nostre Seignour le Roi, ma dame sa compaigne, ou de lour fitz primer & heir; ou si homme violast la compaigne le Roi, ou leisnesce fille le Roi nient marie, ou la compaigne leisne fitz & heir du Roi; & si homme leve de guerre contre nostre dit Seignour le Roi en son Roialme, ou soit aherdant as enemys nostre Seignour le Roi en le Roialme, donant a eux eid ou confort en son Roialme ou par aillours, & de ceo provablement soit atteint de overt faite par gentz de lour condicion: et si homme contreface les grant ou prive sealx le Roi,P320A1 [P320A1] le grant seal le Roi, Rot. Parl. 25 E. 3. P. II. nu. vij. (17.)1_321 ou sa monoie, et si homme apport faus monoie en ceste Roialme contrefaite a la monoie Dengleterre, sicome la monoie appelle Lucynburgh'P320A2 [P320A2] Lusseburgh' Rot. Parl.1_321 ou autre semblable a la dite monoie Dengleterre, sachant la monoie estre faus, par marchander, ou paiement faire en deceit nostre dit Seignour le Roi & son poeple; et si homme tuast Chanceller, Tresorer, ou Justice nostre Seignour le Roi del un Baunk ou del autre, Justice en Eir & des assises & toutes autres Justices assignez a oier & terminer esteiantz en lours places en fesantz lours offices: et fait a entendre qen les cases suisnomez doit estre ajugge treson qi sestentP320A3 [P320A3] qe ce estent Rot. Parl.1_321 a nostre Seignour le Roi & a sa roial majeste; et de tiele manere de treson la forfaiture des eschetes appartient a nostre Seignour le Roi, si bien des terres & tenementz tenuz des autres, come de lui meismes: et ovesqe ceo il yad autre manere de treson, cest assavoir quant un servant tue son meistre, une femme qi tue son baron, quant homme seculer ou de religion tue son Prelat, a qi il doit foi & obedience; & tiele manere de treson donn forfaiture des eschetes a chescun Seignour de son fee propre: et pur ceo qe plusurs autres cases de semblable treson purront escheer en temps a venir, queux homme ne purra penser ne declarer en present, assentu est qe si autre cas supposee treson qi nest especifie par amount aviegne de novel devant ascunes Justices, demoerge la Justice saunz aler au juggement de treson, tanqe par devant nostre Seignour le Roi enP320A4 [P320A4] & Rot. Parl.1_321 son parlement soit le cas monstree & desclarre le quel ceo doit estre ajugge treson ou autre felonie. Et si par cas ascun homme de cest Roialme chivache arme descovert ou secrement od gentz armees contre ascun autre, par lui tuer ou derober, ou par lui prendre & retenir tanqil face fyn ou raunceon par sa delivererance avoir, nest pas lentent du Roi & de son conseil qe en tiel cas soit ajugge treson, einz soit ajugge felonie ou trespas solonc la lei de la terre auncienement usee, & solonc ceo qe le cas demand: et si en tieu cas, ou autre semblable devant ces heures, ascune Justice eit ajugge treson, & par celle cause les terres & tenementz soient devenuz en la main nostre Seignour le Roi come forfaitz, eient les chiefs Seignours de fee lours eschetes des tenementz de eux tenuz, le quel qe les tenementz soient en la main nostre Seignour le Roi, ou en la main des autres, par donn ou en autre manere; Sauvant totefoitz a nostre Seignour le Roi lan & le wast, & autres forfaitures des chateux qi a lui attenent en les cases suisnomez; et qe briefs de Scire facias vers les terres tenantz soient grantez en tieu cas, saunz autre originale & saunz allower la proteccion nostre Seignour le Roi en la dite seute; et qe de les terres qi sont en la main le Roi, soit grante brief as viscontes des Countees la ou les terres serront de ostier la main le Roi saunz outre delaie.

3

Auxint acorde est, qe nul enditour soit mys en enquest sur la deliverance del endite de trespas ou de felonie, sil soit chalange par tiele cause par celui qest endite.

Page 1_321

4

Estre ceo, come contenu soit en la grant Chartre des franchises Dengleterre qe nul soit pris ne emprisone, ne ouste de son frank tenement ne de ses franchises ne de ses franches custumes, sil ne soit par lei de la terre; Acorde est, assentu & establi, qe nul desore soit pris par peticion ou suggestion faite a nostre Seignour le Roi ou a son conseill, sil ne soit par enditement ou presentement des bones & loialx du visnee ou tiele fait se face, & en due manere, ou proces fait sur brief original a la commune lei; ne qe nul soit ouste de ses franchises ne de son franktenement sil ne soit mesne duement en respons, & forjugge dyceles par voie de lei; et si rien soit fait al encontre soit redresse & tenue par nul.

5

Ensement acorde est & establi, qe executours des executours eient accion des dettes, acomptes, & des biens emportez du primer testatour, & execucion des estatutz marchantz & reconissances faites en court de record au premer Testatour, en meisme la manere come le premer testatour averoit sil feust en vie, auxibien daccions de temps passe, come de temps avenir, en toutz cases ou juggementz ne sont pas renduz unqore entre tieux executours des executours; mes qe les juggementz a contraire en temps passe, estoisent en lour force; et qe meismes les executours des executours respoignent as autres de tant come ils avereront recoveri des biens du premer testatour, sicome les premers executours ferroient sils feussent en pleine vie.

6

Auxint acorde est & assentu, qe nul prenour de buche ou de maerisme al oeps nostre Seignour le Roi, par overeyns ne par autres choses faire, coupe, ne abate les arbres de nully cressantz entour ou dedeinz sa mansion; et si nul face au contraire face gre a la partie du damage au treble, & eit la prisone dun an, & soit forjugge de son office.

7

Estre ceo est acorde & establi, qe nul Forester ne Gardein des forestes, ou des chaces, ne nul autre Ministre, ne face ne coille puture ne nul autre coillect des vitailles ne de nul autre chose, par colour de son office contre nully volunte, deinz lour baillie ne dehors, forspris ce qest due dauncien droit.

Auxint acorde est & assentu, qe nul homme soit arte de trover gentz darmes, hobellers narchers autres qe ceux qi tiegnent pur tiele service, sil ne soit de commune assent & grant fait en parlement. Ensement porce qe tresgrant damage & desceit est fait au poeple, par tant qe plusurs marchantz usent dachater & poiser leines & autres marchandises par une pois qest appelle Aunselle, acorde est & establi, qe celle pois appelle Aunselle entre achatour et vendour soit del tout oste, & qe chescun vend & achatte par balances, issint qe les balances soient owels & les leines & autres marchandises owelment poisez par droit pois; et qe le sak de leine ne poise qe vint & sys peres, & chescun pere poise quatorze livres, & qe lestater de la balance ne encline ne a lune partie, ne al autre, & qe le pois soit acordant al estandard del Escheker: et si nul achatour face al encontre, soit grevousement puny si bien a la seute de partie come a la seute nostre Seignour le Roi.

10

Auxint come contenue soit en la grande Chartre qe une mesure soit usee parmy tout Engleterre, la quele chartre nad mie este tenu bien en ceo point avant ces heures; si est acorde & assentu, qe touz les mesures cest asavoir bussel, demi bussel, & peck, galon, potel & quart, par toute Engleterre deinz franchise & dehors soient acordauntz al estandard nostre Seignour le Roi; & contiegne le quarter oet busselx par lestandard & nient pluis;

de mensur' & pond'.

& soit chescune mesure de blee rase saunz comble, sauvez les rentes & fermes des Seignours queles soient mesurez par tiele mesure come eles soleient avant ces heures:

Page 1_322

et facent les purveours le Roi, ma dame la Roigne, & toutz autres, lours porveances par meismes les mesures rases, & en meisme la manere; & a toutes les foitz qi mestier serra, nostre Seignour le Roi assignera certeines Justices en chescune Countee, denqueer & doier & terminer sur les pointz suisditz, & de faire sur ce due punissement, solonc chescun trespas, si bien a la seute de partie, come a la seute le Roi; Issint totes foitz qe toutes maneres des franchises soient sauvez as Seignours en touz pointz saunz nul emblemissement ent faire en qecumqe manere.

11

Estre ceo acorde est & assentu qe renable eid, pur faire leisne fitz le Roi Chivaler, & sa eisnesce fille marier, soit demande & leve solonc la forme del estatut ent fait, & nemie en autre manere, cest assavoir de chescun feeP322A1 [P322A1] de Chivaler Rot. Parl. 25 E. III. P. II. nu.xix. (29.)1_323 tenue du Roi saunz meen, vint souldz & nient plus; & de chescun vint livree de terre tenue du Roi saunz meen en sokage vint souldz & nient plus.

12

Ensement acorde est & establi, qe bien lise a chescun homme de chaunger or par argent ou par or, ou argent par argent ou par or, issint qe nul homme tiegne commune eschaunge, ne rien preigne de profit par tiel eschaunge faire, sur peine de forfaiture de la monoie issint chaungee, forprises les Chaungeours le Roi, les queux preignent profit par tiele eschaunge solonc lordenance avant faite.

13

Auxint acorde est & establi, qe la monoie dor & dargent qore coert, ne soit mie empire, en pois nen alai; mes au plus tost qe homme pusse trover bone voie qele soit mys en launcien estat, come en esterling.

14

Et auxint est acorde & assentu, qe apres ceo qe ascun homme soit endite de felonie devant Justices en lour sessions doier & terminer, soit commande au viscont dattacher son corps, par brief ou precept qest appelle Capias, & le viscount retourn en le dit brief ou precept qe le corps soit mie trovee, meintenant soit autre brief ou precept de Capias fait, retournable as trois symeignes apres; & en meisme le brief ou precept soit compris qe le viscount face seisir les chateux & les sauvement garder tanqe a jour de brief ou precept retournable; et si le viscount respoigne qe le corps nest pas trovee, ne lendite vient point, soit lexigend agarde & soient les chateux forfaitz, sicome la lei de la corone demand; Mes sil viegne & se rend ou soit pris par viscount ou par autre Ministre devant le retourne del seconde Capias, adonqes soient les biens & les chateux sauvez.

15

Ensement porce qe les achatours & prenours des prises le Roi prenent berbitz du poeple, parentre la Pasche et la fest de Seint Johan od les leines, & les fount preiser a meneP322A2 [P322A2] petit Printed Copies mesne Rot. Parl. xxxj. (41.)1_323 pris, & puis les mandent a lours mesons demesne & les fount tounder a lour profit demesne, en deceit du Roi & grant oppression du poeple, Si est acorde & assentuz, qe nul des tieux Purveours, prenours & achatours ne preigne nules berbitz devant la seisone du toundeson, forsqe a tantz qi purront suffire resonablement tantqe au temps du toundison, & apres cel temps preigne il a tantz de berbitz tounduz & nemie autres, come purront suffire resonablement par le temps avenir; et si nul Purveour, prenour ou achatour du Roialme, face al encontre, & de ceo soit atteint a la seute le Roi ou de partie, soit fait de lui come de laron ou de robbour, & soit la peine contenue en chescune commission des tieux purveours.

Auxint acorde est & assentue, qe par excepcion de nountenure de parcell null brief soit abatu forsqe par la quantite de la nountenure qest alegge. Ensement acorde est & assentue, qe autiele proces soit fait en brief de dette, deteneu des chateux, & en prises des avers par brief de Capias, & par proces dexigend, par retourne de viscount, sicome est usee en brief dacompt.

Page 1_323

18

Estre ceo acorde est & assentue, qe nient contreesteant adjournement faite en Eire par brief de libertate probanda purchacee en favour des neifs, par delaier les Seignours de lours accions devers tieux neifs, soient les Seignours receux dalegger excepcions de villenage contre lours vileins en toutz briefs le quel qe les ditz briefs de libertate probanda soient purchacez par deceit ou en autre manere, et qe les Seignours pussent seisir les corps de lours vileins, auxi bien come ils purroient devant qe tieux briefs de libertate probanda feurent ordenez & purchacez.

19

Auxint come nostre Seignour le Roi eit, avant ces heures fait proteccions as diverses gentz qi lui estoisent tenuz en ascune manere des dettes, qils ne serront mie empledez des dettes queles ils deivent as autres, tanqe ils eussent fait gre a nostre Seignour le Roi de ceo qe lui estoit due par eux par resoun de sa prerogative, & issint durantes tieles proteccions nul homme ad este osee dempleder tieux detturs; acorde est & assentue, qe nient contreesteant tieles proteccions les parties qount accions a lours dettours, soient respounduz en la Court le Roi par lours dettours, et si juggement soit sur ceo rendu par le pleintif ou demandant, soit lexecucion de cel juggement mys en suspense tanqe gre soit fait au Roi de sa dette; et si les Creansours voillent emprendre par la dette le Roi, soient ils a ceo receuz, & outre eient execucion devers lours dettours de dette a eux due, & auxint recoverent devers eux tant come ils paieront par eux au Roi.

Ensement acorde est & assentue, qe les Moneours, & autres gardeins & Ministres de la monoie, receivent plat dor & dargent par pois, & en meisme la manere deliverent les monoies quant eles serront faitz par pois, & nemie par nombre, saunz nully targer. Estre ce, come avant ces heures les Botillers nostre Seignour le Roi & lours deputees soleient prendre, & prenent de jour en autre, moult plus des vyns, par colour de lour office al oeps nostre Seignour le Roi qil ne bosoigneroit, des queux les plus fiebles ils deliverent al oeps nostre Seignour le Roi, & les meillours en grant nombre ils retiegnent devers eux a vendre & a faire ent lour profit, & alafoitz ils relessent as marchantz ceo qils ount pris de eaux, par fines & donnes qils preignent de meismes les marchantz par extorsion, en grant damage & empoverissement des ditz marchantz; si est acorde & establi qe le Seneschal del Hostiel le Roi, & le Tresorer de la Garderobe, mandent as touz les portz Dengleterre la ou vyns sont a prendre al oeps le Roi le certein nombre qe le Botiller prendra en chescun port, si qe rien soit pris outre cel nombre; et. qe Meir & Baillifs des ditz portz certifient les ditz Seneschal & Tresorer le nombre des toneux issint prises par le Botiller ou ses lieutenantz, souz les seals des ditz Meir & Baillifs, & par endenture faite entre eaux & les prenours des ditz vines; et en cas qil soit trove qe le Botiller ou ses lieu tenantz preignent plus ou preignent lower de nully ou delaie nully par colour de son office, come par arest, face gre de double a la partie & soit ouste de son office, & eit la prison & soit reint a la volunte le Roi; et le Roi as signera ses Justices quant lui plerra denquere sur cestes choses; & respoigne le Botiller sibien par ses deputees come par lui meismes, la ou ils ne sont mie sufficeantz.

22

Auxint pur ce qe ascuns purchacent a la Court de Rome provisions, davoir Abbeies & Priories en Engleterre, en destruccion du Roialme & de seinte religion, acorde est & assentue qe chescun qi purchace tieles provisions dabbeie ou de priorie, qe lui & ses executours & procuratours qi suent & fount execucion de tieles provisions, soient hors de la proteccion nostre Seignour le Roi; & qe homme pusse faire

Page 1_324

de lui come de enemy du Roi et du Roialme; et qe celui qi face contre tiels provisours en corps ou biens ou en autres possessions, soit excuse devers touz gentz, & par tant ne soit james greve nempeschee au seute de nully.

23

Auxint porce qe plusurs gentz du Roialme, qont fait contractes ove Lumbardz qi sont nomez des compaignies demorantz en meisme le Roialme, queux Lombardz apres qils ount fait lours obligacions a lours Creansours, se sont sodeinement eschapez hors du Roialme, saunz gre faire a les ditz Creansours, en deceit & grant damage du poeple; acorde est & assentuz qe si nul marchant de compaignie conue se oblige par la manere, qe la compaignie respoigne de la dette. Issint qe autre marchant qi nest mie de la compaignie ne soit par tant grevez nempeschez.

D' proclamacione Statuti.

Rex Vic' Kanc', salutem. Quedam statuta, in parliamento nostro apud Westmonasterium in festo sancti Hillar' proxim' preterito convocato, per nos Prelatos Duces Comites Barones & alios de comitate regni nostri Anglie ad dictum parliamentum summonitos, edita, tibi mittimus sub pede sigilli nostri, mandantes quod statuta predicta in pleno Com' tuo legi & ea firmiter observari & teneri fac'. T. R. apud Westmonasterium vi. die Marcii.

Consimilia brevia diriguntur singulis vicecomitibus per Angliam sub eadem data.

Consimile breve dirigitur Justice Hibernie mutatis mutand' sub eadem data.

Consimilia brevia diriguntur subscriptis sub eadem data videlicet.

Willelmo de Shareshull & sociis suis Justiciis ad placita coram rege tenend' assignatis.

Johan' de Stonore & sociis suis Justiciis de communi Banco.

Thesaurario & Baronibus de scaccario.

6

In Margine Rotuli.

Ordinacio p' Clero f'c'a apud Westmonasterium, anno r. R. E. t'cii vicesimo quinto.

AN ORDINANCE FOR THE CLERGY, Made at Westminster in the Twenty-fifth Year of the Reign of K. EDWARD III.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 16 d.

P324Astar [P324Astar] Statute the Third in all former Printed Copies; and entitled Statutum pro Clero. A Statute for the Clergy.–It is entered on the Back of the Statute Roll. See the Note to Statute the First of this Year.1_325

Nostre Seignour le Roi, veues & examinez par bone deliberacion les peticions & articles a lui bailliez en son parlement, tenuz a Westmonster en la feste de seint Hillar' lan de son regne Dengleterre vintisme quint, & de France duszisme, par Lonurable piere en Dieu Simon Ercevesqe de Canterbirs et autres Evesqes de sa province, sur & par certeines grevances queles ils disoient estre faites a seinte eglise et a la clergie, encontre les privileges de seinte eglise, & dunk ils prierent qe cove

Page 1_325

nable remedie ent fuist ordene, al reverence de Dieu & de seinte eglise, & de lassent de son dit parlement, par lui & ses heirs voet & grant les pointz southescriptz.

1

Primerement qe toutz les franchises et privileges grantez par devant a la dite clergie soient confermez & tenuz en toutz pointz. Et quant as presentementz affaire par nostre dit Seignour le Roi ou nul de ses heirs, as benefices de seinte eglise en autri droit par auncien title, nostre Seignour le Roi, al honur de Dieu & de seinte eglise voet et grant, de meisme lassent de son dit parlement, qe desore il ne nul de ses heirs ne prendra title de presenter a nul benefice en autri droit, de nul temps de ses progenitours, ne qe nul Prelat de son roialme soit tenuz de receivre nul tiel presentement afaire, ne ent faire execucion; ne nule Justice del une place ne de lautre pusse ne deive sur nul tiel presentement affaire plee tenir ou juggement doner; mes qe le dit Roi & ses heirs soient de touz tieuz presentementz forbarrez a touz jours, sauvant au dit Roi & a ses heirs toutz tielx presentementz en autri droit de tout son temps et de temps avenir.

2

Et porce qe en parlement tenuz a Westmonstier lan du regne nostre dit Seignour le Roi quatorzisme, entre autres choses adonqes grantez as Prelatz & a seinte eglise, estoit ordene qe le Roi ne prendroit title de presenter a nul benefice en autri droit, forsqe de vacacions qi aviendreient des tielx benefices deinz trois annz proscheins devant son presentement, quele chose semblast trope prejudiciele au Roi & a ses heirs, Acorde est en cest parlement qe la dite ordinance quant a ce point soit tenu par nule, & qe toutz les autres articles contenuz en meisme lordenance, & grantes adonqes faitz a seinte eglise, estoisent en lour force.

3

Auxint come nostre Seignour le Roi eit, avant ces heures, pris title de presenter a suggestion des plusours clercs, la ou le title nad este verrei, & parmi tielx presentementz & juggementz sur ce renduz, les clercs ount este receuz par Ordinaries des lieux, contre dieu & bone foi, & en depression de ceux qi avoient bone & verrei title es ditz benefices; si voet le Roi & grant, qe a quele heure qil ferra collacion ou presentement desore a nul benefice ensi en autri droit, qe le title sur quel il se fondra soit bien examinee qil soit verrei; et a quele heure q'avant le juggement rendu le title soit trovee par bone informacion nient verrei ne just, soit la collacion ou presentement ent fait repelle, & eit le patron ou le possessour, qi monstra & prova le faux title, sur ce briefs de la Chancellerie quanqe a lui serront busoignables.

4

Item come les ditz Prelatz eient grevousement pleint enpriant ent remedie, de ce qe clercs seculers, auxi bien Chapelleins come autres Moignes & autres gentz de religion, eient este treinez & penduz par agard des Justices seculers, en prejudice des franchises, & depression de jurisdiccion de seinte eglise; si est acorde & grante par le Roi, en son dit parlement, qe touz maneres des clercs, auxibien seculers come religiouses, qi serront desore convictz devant les Justices seculers par qecomqes felonies ou tresons touchantes autres persones qe le Roi meismes ou sa roiale majeste, eient & enjoient franchement desore privilege de seinte eglise, & soient saunz nule empeschement ou delai liverez a les Ordinaries eux demandantz. Et par ce grant le dit Ercevesqe promist au Roi, qe sur le punissement & sauve gard de tieux clercs meffesours, qi serront ency as Ordenares liverez, il enferroit ordenance covenable, par la quelle tieux clercs enserroient salvement gardez & duement puniz, ensi qe nul clerc emprendreit mes baudure de ensi meffaire par defaute de chastiement.

Page 1_326

5

Item coment qe clercs, aresnez de felonie devant Justices seculers qi chalengeient leur clergie & feurent demandez par le Ordinaire del lieu, eient este sovent avant ces heures remandez a la gaole par les ditz Justices, surmettant a eux qe homme ad autre chose a dire devers eux; nientmeins pur ce qe commune lei est qe clerc en tieu cas ne doit estre remande a la gaole, mes doit meintenant estre arenee de tout, ou autrement delivres al Ordenairie; Acorde est qe cest point soit garde par toutes maneres des Justices & Jugges seculers par toute nostre roialme.

6

Item porce qe les temporaltees des Ercevesqes & Evesqes ount este sovent foitz pris en la main le Roi, par contempt fait a lui sur le brief Quare non admisit, & ensement par plusures autres causes, dount les ditz Prelatz ount priez au Roi qe nule tiele prise se face desore, desicome ils sont Peires de la terre; si voet le Roi & grant, en meisme ceste dit parlement, qe touz les Justices qi rendront desore les juggementz contre nul Prelat de la terre, en tieu cas ou semblable qils en tieu cas pussent franchement receivre & desore receivent par le contempt ensi ajugge fyn resonable de la partie ency condempnee, solonc la quantite du trespas & solonc la qualite du contempt, meintenant au temps de juggement, si la partie loffre, ou autrement apres le juggement a quelle heure qe la partie le voet offrer, et sil busoigne, le Chanceller & Tresorer soient a la receite de dit fyn appellez.

7

Item porce qe plusurs presentementz as diverses benefices de seinte eglise sibien de patronage de laies gentz come de gentz de seinte eglise, qestoient voides par sys mois, dount les collacions de tieux benefices par laps de temps estoient devolutz & de droit appurtenantes a les Ordinaries des lieux, estoient recoveriz par le Roi, par juggement ent rendu de lassent des ditz patrons, en deceit de les collacions ensi faites resonablement par les ditz Ordinaries, en queux plees, a eux defendre & contrepleder le droit le Roi ensi clamee, les Ordinaries ne lours clercs as queux ils donoient tieux benefices, nestoient receuz a monstrer ou defendre lour droit en celle partie, la quele chose nestoit mie resonable; par quoi le Roi, de lassent de son dit parlement voet & grant par lui & par ses heirs, qe quant Ercevesqe, Evesqe, ou autre Ordinarie ad done un benefice de droit a lui devolut par laps de temps, & apres le Roi presente & preigne sa seute devers lun patron, qi par cas voet soefrir qe le Roi recover saunz accion trie, en deceit de Lordinair, ou le possessour des ditz benefices, q'en tieu cas, & en toutes autres cases semblables ou le droit le Roi nest pas trie, Lercevesqe, Evesqe, Ordinarie, ou le possessour soient receuz a contrepleder le title pris par le Roi, & davoir son re spons & a monstrer & defendre son droit sur la matire, tout soit il q'il riens cleime el patronage en cas susdit.

8

Item come les ditz Prelatz eient monstrez & priez remedie sur ce, qe les Justices seculers acrochent a eux conissance de voidance des benefices de droit, quelle conissance & discussion attient a Jugge de seinte eglise, & nient a lai Jugge; si voet le Roi & grante qe les dites Justices desore receivent tieles chalenges faites ou affaire par qecumqes Prelatz de seinte eglise, en celle partie, & outre ent facent droit & reson.

9

Item porce qe les Justices le Roi prenent enditementz des Ordinaries & de lours Ministres, de extorsions & oppressions, & les empeschent saunz ce qils mettent en certein en quoi ou de qi ou en quelle manere ils ount fait extorsion, si voet le Roi qe les Justices le Roi ne empes. chent desore les Ordinaries ne lour Ministres par cause de tieux enditementz des generals extorsions ou oppressions, sils ne mettent ou dient en certein en quelle chose & de qi & en quelle manere les ditz Ordinaries ou lours Ministres ount fait extorsions ou oppressions.

Page 1_327

7

Statutum De Forma Levationis Decime-quinte.

THE STATUTE OF THE FORM OF LEVYING OF THE FIFTEENTH.P327Astar [P327Astar] These Titles are from the Old Printed Copies and Translations. This instrument is not entered on the Statute Roll. The various Readings in the Notes are from the Old Printed Copies.1_328

Ex MS. Cott. Nero. C. I. fo. 66.

COME nostre Seignour le Roi Prelatz DucsP327A1 [P327A1] om  Printed Copies1_328 Countz Barouns & autres graundzP327A2 [P327A2] gentz Old Printed Copies1_328 assemblez en cest present parlement tenuz a Westmonster en la feste de seint Hillar' lan de nostre Seignour le Roy Dengleterre xxve. & de Fraunce xije. eient grauntez as les Communes du Roialme Dengleterre en eide de xe. & xve. queux les ditz Communes ount grauntez a nostre Seignour le Roi, par lesploit de sa guerre de Fraunce & defence de son Roialme Dengleterre, par trois ans proscheinz ensuantz, toutz les fyns issuez forfaitz amerciamentz & toutz autres profitz, qi sount ou serrount levez ou pris des laborers artificers regratiers vitaillers hostillers & toutz manere dez overours & dez servauntz en toutz pointz, come pleinement est contenuz en lestatut ent fait au darreign parlement tenuz a Westmonster as lez Oeptavez de la Chaundeleure lan suisdit, de la feste de Pasqe darreigne passe tanqe au darreigne terme du paiement dez disme & xve. avauntditz: Et ovesqe ceo si riens soit aderere dez ditz fins & amerciamentz & autres profitz suisditz de la fesance du dit estatut, qi nest mye paiez a lez Communes en eide de lour disme & xve. currant devaunt sez hoeurez, ou des sommezP327A3 [P327A3] en somonce Old Printed Copies1_328 dez queux le Roy nest mye respondue, adonqes eient lez ditz Communes ceo qi est issint aderere en eide de lour xe. & xve. trienalx a ceo pleinementP327A4 [P327A4] perlement Old Printed Copies1_328 grauntez: les ditz Communes prient a nostre Seignour le Roi & as les graundz, qe Commissions dez laborers soient faitz as certeinz gentz en chescune Countee nonmez par les ditz Communes en mesme le parlement, denquere & de fair droit solonqe lestatut avauntdit: Et qe mesmez lez Justice preignent gagez resonablez, chescune solonqe son estate, dez issuez & profitz sourdantz a lour Sessions; & qe lez Justice facent deliverer lour extretz as Coillours dez ditz xe. & xve. es Countees ou ils serrount par endentur. Et qe lez estretz ent liverez en leschequer soient liverez as ditz Justice, qe lez facent liverer hors de lour garde as ditz Coillours; & mesmez lez Justice avaunt lour levez en chescune CounteeP327A5 [P327A5] Session Old Printed Copies1_328 facent affirer lez amerciamentz come appent, et quaunt ils serrount issint affaireP327A6 [P327A6] afferez Old Printed Copies1_328 soient toutz les estretz & toutz les profitz de lour Session a la fyn de chescune Session mys en certein somme en la presence des ditz Justice & coillours & des Chevalers & serjantz de meuz vauez de paiis, & soit aporcione mesme la somme par serement dez bonez & loialx Chevalers & autres; de chescune Hundred' soient certeins gentz eslieux devaunt mesmez lez Justice tantz come busoignera jurrez a monstrer & a dire, de chescune ville del Hundred' & de chescuneP327A7 [P327A7] hamell Old Printed Copies1_328 la gast meschief & empoverissement dicell, sibien deinz fraunchisez come dehors, saunz celler ou favour fair a nulluy, & soit la somme, quaunt ele serra mys issint en certein, au fyn de chescune Session apporcione entre lez villez avauntditz & hamelx, par ladvys dez ditz Justice & par le serement dez ditz Coillours & autres suisnonmez solonqe lestate des ditz villez Hamelx & lour meschiefs, & solonqe ceo qe lour neccessarie demande; issint qe a chescune ville & hamel soit allowe sa porcion, & mys en certein, & la cause dicelle, devaunt les ditz Justice, mys en lour record; & recoupe en partie de paiement del auncien taxe dez ditz villez & hamelx; & qe le remenant du

Page 1_328

P328A1 [P328A1] dit Old Printed Copies1_329 taxe des ditz villez & hamelx soit levee par lez ditz Coillours oustre les estretez liverez a eux par lez ditz Justice, solonqe lapporcionement suisdit, & nient pluis, sur peyne de perdre la treble as partiez dez queux lez chosezP328A2 [P328A2] serront levez Old Printed Copies1_329 & qe de ceo soi sentont grevez, & destre reintz a la volunte le Roi; et qe lez Justice eient power doier & terminer, sibien a suite de partie come al suite le Roi, dez Coillours & Southcoillours taxours & autrez Ministrez qeconqes, & dez toutz autres qi ferrount ou vendrount countre lez ordeignancez suisditz, & affaire sur ceo redde punissement; & qe toutz lez profitz issantz dez tielx punissementz en qeconqe manere, qi serrount ajuggez devaunt lez ditz Justice, des tielx Laborers overours & artificers, ou par cause deux, soient en eide de la communite, par porter la charge de lour xe. & xve. avauntditz; et qe contenue soit en lez Commissions ent faitz, qe toutz Ministrez des Seignurs dez fraunchisez & de lour baillifs soient entendantz a lez ditz Justice, sur greve peyne: as queux chosez nostre Seignour le Roi & lez Prelatz, Ducs, Countz, Barouns,P328A3 [P328A3] om  Printed Copies1_329 & autres graundz au dit parlement assemblez ount donez lour assent plenerement; issint toutz voiez, qe par cause de nulle point suisdit de lever ne de paier les ditz xez. & xvez. triennalx ne soit pas delaie en nulle manere a nul dez termez suisditz.

Ex magno Rot. Stat. m. 16 d.P328Astar [P328Astar] This Article is not inserted in any of the Old Printed Copies or Translations: It is entered on the Back of the Statute Roll, next after Ordinatio pro Clero which is printed as Statute the Sixth of this Year, in the preceding Pages, 324-326.1_329

Le Roi a touz ceux as queux cestes lettres vendront saluz. Come en nostre darrein parlement, tenuz a Westmonster en la feste de Seint Hiller darrein passe, entre autres peticions & articles mises avant en meisme le parlement par lonurable piere en Dieu Simon Ercevesqe de Canterbirs, par lui & ses confrers Evesqes de sa province, des certeines grevances queles ils disoient estre faites a seinte eglise encontre les privileges dycelle, feust chalenge depar la dite clergie, qe qecumqes clercs convictz de ce q'ils avoient fauxe ou contrefait nostre monoie ou nostre grant ou privee seals, deussent enjoier privilege de seinte eglise, & qe leglise avoit este en possession de tieux: Nous par cause qe nous ne poons mie par autres grosses busoignes entendre a la discussion de ce point, voillantz auxibien sauver lestat de seinte eglise come le nostre, volons & grantons qe cest article soit mis en suspens, tanqe a nostre proschein parlement; en le quel ce point purra plus pleinement estre discusse & la verite ent trie: et qe si en le meen temps nul clerc soit convict, qil eit fauxe ou contrefait la monoie de la terre, ou ascun de noz sealx avantditz, qil ne soit par le temps mis a la mort, par agarde de Jugge seculer, mes remys a prisone a y demorer en sauve gard, saunz nulle liverance faire al Ordenair tanqe autrement ensoit ordene. En tesmoignance de quelle chose nous avoms fait faire cestes noz lettres patentes. Donez a Westmonster le xx. jour de Feverer, lan de nostre regne Dengleterre vintisme sisme & de France treszisme.

Page 1_329

Anno 27o EDWARDI III. A.D.1353.

1

Statutum contra adnullatores Judicior' Cur' Regis; f'c'm Anno xxvij.P329Astar [P329Astar] This Title is in the Margin of the Entry on the Statute Roll. In the Printed Copies and Translations the Statute is intituled Statutum de Provisoribus Ecclesiasticorum. A Statute of Provisors.1_330

A STATUTE AGAINST ANNULLERS OF JUDGMENTS OF THE KING'S COURT; MADE IN THE TWENTY-SEVENTH YEAR.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 15.

Nostre Seignour le Roi, de lassent & a la priere des Grauntz & de la commune de son Roialme Dengleterre, a son grant conseil tenuz a Westmonster le Lundy proschein apres la feste de Seint Matheu Lapostle, lan de son regne, cest assavoir Dengleterre vintseptisme & de France quatorzisme, en amendement de son dit roialme, & par les leis & usages de son dit roialme meintenir, si ad ordene & establi les choses souzescriptes.

1

Primerement, porce qe monstree est a nostre dit Seignour le Roi, par grevous & clamous pleintes des Grantz & communes avantditz, coment plusours gentz sont & ount este traites hors du roialme, a respondre des choses dount la conissance appartient a la Court nostre Seignour le Roi; & aussint qe les juggementz, renduz en meisme la Court, sont empeschez en autri Court, en prejudice & desheritson nostre Seignour le Roi & de sa corone, & de tout le poeple de son dit roialme, & en defesance & anientissement de la commune lei de meisme le roialme usee de tout temps: Sur quoi eue bone deliberacion od les grantz & autres du dit conseil, assentu est & acorde, par nostre dit Seignour le Roi & les grantz & communes susditz, qe totes gentz de la ligeance le Roi, de quele condicion qils soient, qi trehent nulli hors du Roialme, en plee dount la conissance appartient a la Court le Roi, ou des choses dount juggementz sont renduz en la Court le Roi, ou qi suent en autri Court a deffaire ou empescher les juggementz renduz en la Court le Roi, eient jour contenant lespace de deux mois, par garnissement affaire a eux en le lieu ou les possessions sont qi sont en debat, ou aillours ou ils averont terres ou autres possessions, par le viscont ou autre ministre du Roi, destre devant le Roi & son conseil, ou en sa Chancellerie, ou devant les Justices le Roi en ses places del un Baunk ou del autre, ou devant autres Justices le Roi qi serront a ce deputez, a respondre en lour propre personesP329A1 [P329A1] Interlined on the Roll.1_330 au Roi du contempt fait en celle partie; et sils ne veignent mie au dit jour en propre personeP329A2 [P329A2] Interlined on the Roll.1_330 de esteer a la lei, soient ils, lour procuratours, attournez, executours, Notairs & meintenours, de cel jour enavant mis hors de la proteccion le Roi, & lour terres, biens & chateux forfaitz au Roi, & soient lour corps ou qils soient trovez, pris & emprisonez & reintz a la volunte le Roi; et sur ce soit brief fait de les prendre par lour corps, et de seisir lour terres, biens & possessions en la main le Roi; et si retourne soit quils ne sont mie trovez, soient mis en exigend & utlaghez. Purveu totes foitz qe a quele heure qils viegnent devant qils soient utlaghez, & se veullent rendre a la prisone le Roi, destre justicez par la lei & receivre ce qe la Court le Roi agardera en celle partie, qils soient a ce receuz; la forfaiture des terres, biens & chateux, demorante en sa force, sils ne se rendent deinz les ditz deux mois come devant est dit.

Page 1_330

2

Aussint porce qe nostre Seignour le Roi ad sovent grantee chartres de pardon de felonies, par feintes & nient veritables suggestions de pluseurs gentz, dount pluseurs malx sont avenuz cea en arere, & par tieux malx eschuir, si est acorde & assentu, par nostre dit Seignour le Roi & tout le dit conseil, qe desore en chescun chartre de pardon de felonie, qi serra grante a suggestion de nully, soit la dite suggestion, & le noun de celui qi fist la suggestion, compris en meisme la chartre; et si apres soit trove la suggestion nient veritable soit la chartre desalowe, & tenue par nulle: & enquergent les Justices, devant queux tieux chartres sont alleggez, de meisme la suggestion, & ce aussibien des chartres avant ces heures grantez, come dez chartres qi serront grantez en temps avenir; et sils la troessent nient verraie, adonqes desalowent la chartre issint aleggee, & enfacent outre ce qe la lei demand.

3

Ensement par les grantz & outraieouses chiertees des vitailles, qe les hostelers des herbergeries & autres Regraters de vitailles fount par tout le Roialme, a grant damage du poeple qi passe parmie le roialme, Acorde est & establi, qe Justices sachantz de lei, qi soient bones & covenables, soient de novel eslutz denquere des faitz & des outrages de tieux hostelers, Regraters, laborers, & touz autres compris en lestatut autrefoitz ent fait, & de les punir, & outre faire droit au Roi & au poeple: Sauvant totesfoitz a chescun Seignour & autres leur franchises en toutz pointz.

4

Aussint porce qe les Grantz & Communes ount monstree a nostre Seignour le Roi, coment pluseurs marchantz sibien foreins come denzeins, se ount retraitz, & uncore se retreent de venir od draps en le roialme Dengleterre, a grant damage du Roi & de tout le poeple, par cause qe launeour le Roi surmette as Marchantz estranges qe leur draps ne sont mie dassise, cest assavoir le drap de colour de la longure de vint & sis aunes mesuree par le dos, & de la laeure de sys quarters & demi, & le drape de raie de la longure de vint & oet aunes mesuree par la liste, & de la laeure de sys quarters, & les arest come forfaitz au Roi;

Hic de remissione forisfacture ulnagii.

& ount prie a nostre dit Seignour le Roi qe lui plese relesser & oster tieles forfaitures, en eese de son poeple, par covenable recompensacion faire a lui dautre part; nostre Seignour le Roi sur tiele condicion otreiant a lour supplicacion, ad relesse & oste de tout les dites forfaitures, & voet & grant par lui & par ses heirs, qi mes ne soient nul draps forfaitz, tout ne soient ils de lassise avantdite; mes qe launeour le Roi face auner les draps, & les mercher par quele merche homme purra conoistre combien le drape contient; et de tant come serra trove le drape qi est achate par drape dassise, estre meinz qe dassise, soit allowance ou rebatement fait a lachatour en le paiement qil ferra par meisme le drape, solonc la quantite du pris par quel le drape feust achate; et qe launeour preigne par chescun drape issint aunee qest dassise, cest assavoir du vendour un maill & de demi drape un ferthyng, par son office, & nient plus; ne qil ne preigne rien de drape qi est meinz qe demi drape, et qil ne se melle rien de launage de nuls draps, fors soulement de draps qi sont a vendre: et par tant les ditz Seignours & Communes ount grante au Roi un subside de chescun drape qest a vendre, a prendre du vendour, outre les custumes ent dues, Cest assavoir; de chescun drape du dite assise, en quele ni ad point de graine, iiij d. & de demi tieu drape ij d. de chescun drape de scarlet dassise vj d. & de demi tieu drape iij d. & de chescun drape dassise de demi graine cinqe deniers, & de demi tieu drape, ij. d. ob. et qe de chescun drape passant demi drape dassise par trois aunes & plus, qe nest mie drape entiere dassise, & aussint de chescun drape passant

Page 1_331

drape entiere par trois aunes & plus, soit pris solonc lafferant du subside qest a paier par le drape entiere de meisme la sorte, issint totesfoitz qe de nul drape qi ne contient pas demi drape, ne de draps queux homme fait a son oeps demesne par vestir lui & sa meisnee, ne de draps ensealez du seal du Coillour du dit subside, des queux meisme le Subside est unefoitz paie par le vendour, a qi mains qe tieux draps deviegnent apres, a vendre ou en autre manere, rien du dit subside soit paie ne demande: et qe tote manere de draps qi sont mis a vente, avant qils soient ensealez du dit seal, soient forfaitz au Roi, & pris en sa main par le dit coillour ou auneour, ou par le depute de lun de eux, ou autrement par Bailiffs de la ville ou tiel drape vendable nient enseale serra trove.

5

Ensement acorde est & assentu, qe defens & proclamacion soient faites qe nul Marchant Engleis nengrosse ne forstalle vins en Gascoigne, ne les preigne par voie dacate, de nul Gascon ne dautre, par paier en Engleterre par plus grant summe qe vins ne sont communement venduz en Gascoigne, par cause dapprest ouP331A1 [P331A1] en Printed Copies.1_332 peril de meer, ou par nul autre colour, sur peine de vie & de membre, & de forfaiture des ditz vins & de touz lour autres biens & chateux devers le Roi, & de forfaiture de leur terres et tenementz devers les chiefs Seignours; & eient les chief Seignours brief deschete en le cas.

6

Aussint est ordene & establi, qe touz Marchantz Gascons & autres estranges pussent amesner sauvement leur vins en Engleterre, a queu port qe lour plerra, & faire ent lour profit; Issint totes foitz qe le Botiller le Roi purra faire la porveance le RoiP331A2 [P331A2] om  Printed Copies1_332 de vins des aliens quant bosoigne serra, fesant paiement par meismes les vins deinz xl. jours, en manere come ad este usee dauncien temps.

7

Ensement acorde est & assentu, qe nul Marchant Engleis, ne nul de ses servantz ou autres de par eux, naille en Gascoigne a demorer illoeqes, nautre neit illoeqes demorant, pur faire bargaine ou achate de vins par qeconqe colour, devant le temps de vendenge ou de reik,P331A3 [P331A3] reikes Printed Copies.1_332 cest assavoir avant qe commune passage se face par quere vins illoeqes; et qe nul nachate ne ne bargaine par lui ne par autre vins, fors soulement en les ports de Burdeux & de Baion', sur les peines & forfaitures proscheinement avantdites: et si nul soit trove illoeqes fesant au contraire, soit pris & arestu, par le Seneschal de Gascoigne ou le Conestable de Burdeux, & le corps maunde en Engleterre a la Tour de Londres: et qe meisme le Seneschal ou Conestable certifie au Roi en sa Chancellerie des nouns de tieux arestuz, & de lour meistres & compaignons ensemblement od tout le fait.

Aussint ordene est & establi qe tous vins vermeilles & blauncs, qi vendront en le dit Roialme & en les terres de Gales & Dirland a vendre, soient bien & loialment gaugez par le Gaugeour le Roi ou son depute: et si nul mette destourbance ou debate, & ne voet mie soefrir ses vins estre gaugez, qil forface les ditz vins & soit puni par emprisonement & reint a la volunte le Roi: et si defaute soit trove en le Gaugeour, q'il ou son depute ne soit mie prest de faire son office quant il serra requis, ou face fraude ou deceit en fesant son office, au damage de lachatour ou de le vendour, paie a la partie endamagee ses damages au treble, & perde son office & soit puni par emprisonement & reint a la volunte le Roi. Et en cas qe meinz soit trove en le tonel ou pipe, qe ne deust estre de droit solonc lassise du tonel, soit allowe & recope en le paiement la value de ce qi faudra de tieu tonel ou pipe.

Page 1_332

2

Ordinacio Stapularum.P332Astar [P332Astar] This Title is from the Margin of the Roll of the Staple. In the Old Printed Copies and Translations, this Instrument is intituled Statutum Stapule; The Statute of the Staple. It is not entered on the Statute Roll; but in the Tower of London there is preserved among the Parliament Rolls, a Roll of this Year intituled Rotul' Ordinacionum apud Westmonasterium in magno Consilio ibidem summonito die Lune proxim' post festum Sancti Mathei Apostoli factarum, anno regni. regis. E. tercii, videlicet Angl' vicesimo septimo & Franci' quintodecimo. On that Roll this Ordinance is entered, the Various Readings of which in the Notes are marked Rot. Ord. On the same Roll, after the Entry of this Ordinance, there follows the Grant of a Subsidy, with divers Petitions of the Commons, and Answers thereto on which Chapters 1, 2, 3, and 4 of Statute the First of this Year appear to have been framed. The Roll concludes as follows: Item pur ceo qe plusours Articles tochantz lestat le Roi & commune profit de son roialme, sont acordez & assentuz par lui, les Prelatz, Grantz, & communes de sa terre a ce conseil ore tenu; prie la dite commune, qe les Articles susditz soient a proschein parlement recitez, & entrez en roule de mesme ce parlement; a tiel entent, qe les Ordinances & acortes faites en Conseils ne soient de recorde come sils fuissent faitz par commune parlement. * * * Il plest au Roi, qe totes les Ordinances faites de lestaple, soient publiez & criez en chescun Countee Dengleterre, & en chescun lieu ou les Estaples sont, au fyn qils soient fermement tenues; & a proschein parlement par greindre fermete eles serront rehercez & mys en roule du parlement. A Copy of this Ordinance of the Staples was printed in Cay's Edition of the Statutes from MS. Reg. 19 A. XIV. A more correct Copy is inserted in MS. Cott. Nero, C.I. fo 72.–Various Readings from these Copies, and from the Old Printed Copies, are inserted in the Notes.1_333

THE ORDINANCE OF THE STAPLES.

Ex Rotulo Stapule; in Turr. Lond: de anno r. R. E. t'cii vicesimo septimo. m. 22.

LE RoiP332A1 [P332A1] EDWARD par la grace de Dieu, Roi Dengleterre, & de France, & Seignour Dirland, Rot. Ord.1_333 a toutz noz Viscontz, Meirs, Baillifs, Ministres, & autres noz foialx as queux cestes presentes lettres vendront, Salutz. Pur ce q'eue bone deliberacion od Prelatz, Ducs, Contes, Barons, & Chivalers des Countees, cest asavoir de chescun Counte, un, par tout le Counte, & des Communes de Citees & Burghs de nostre roialme Dengleterre, somons a nostre grant conseil tenuz a Westmonster le Lundy proschein apres la feste de Seint Matheu lapostle lan de nostre regne Dengleterre vintseptisme & de France quatorzisme, sur les damages qi sont notoirement avenuz sibien a nous & a les Grantz, come a nostre poeple de nostre roialme Dengleterre, & de noz terres de Gales & Dirland, par cause qe lestaple de laines quirs & peux lanutz de noz ditz roialme & terres ad este tenue hors de meismes noz roialme & terres, & aussint sur les grantz profitz qi avendroient a noz ditz Roialme & terres, si lestaple feust tenue deinz ycelles & nulle part aillours; si avons a lonour de Dieu & en relevacion de noz Roialme & terres avantditz, & par eschuir les perils qi purront avenir du contraire en temps avenir, par conseil & commune assent des ditz Prelatz, Ducs, Countes, Barons, Chivalers & Communes avantditz, ordene & establi les choses souzescriptes, Cest assavoir.

1

Primerement qe les Estaples de laines, quirs, peux lanuz & plomb, cressantz & provenantz deinz noz roialme & terres avantditz, soient tenuz perpetuelement es lieux souzescriptz; Cest assavoir par Engleterre, a Noef Chastel sur Tyne, Everwyk, Nicole, Norwicz, Westmonster, Canterbirs, Cicestre, Wyncestre, Excestre, & Bristuyt; Et par Gales, a Kaermerdin; Et par Irlande a Dyvelyn, Waterford, Cork & Droghda, & nulle part aillours: et qe totes les dites laines aussibien veilles come noveles, peux lanutz, quirs & plomb qi serront mesnez hors des ditz roialme & terres, soient primes mesnez as dites Estaples, & illoeqes les ditz laines & plomb entre Marchant et Marchant, ou Marchant & autres, loialment poisez par lestandard; & chescun Sac & Sarpler dycelles laines issint poisez, enseale souz le Seal du Meire de lestaple; et qe totes les laines ensi poisez & sealez a les Estaples Deverwik, Nicole, Norwicz, Westmonster, Canterbirs, & Wyncestre, & aussint quirs & peaux lanutz & plomb qi vendront illoeqes, paie

Page 1_333

ent la custume de lestaple, soient tesmoignez par bille enseale du Seal du Meire de lestaple, & amesnez as portz souzescriptz, Cest assavoir; deverwyk, a Hull, de Nicole, a Seint Botulf, de Norwicz, a Grant Jernemuth, de Westmonster, a Londres, de Canterbirs, a Sandewicz, & de Wyncestre, a Suthampton'; & illoeqes soient les dites laines & plomb autrefoitz poisez par noz Custumers assignez en meismes les portz; & totes les laines & plomb qi serront amesnez as portz de Noef Chastel, Cicestr', Excestre, Bristuit, Kaermerdyn, Dyvelyn, Waterford, Cork & Droghda, ou les autres Estaples sont tenuz, soient illoeqes forsqe unefoitz poisez par lestandard entre Marchant et Marchant, ou Marchant et autres, en presence de noz Custumers illoeqes; et soit endenture faite entre le Meire de lestaple esteant en port de Meer, et. noz Custumers illoeqes, de totes les laines & plomb issint poisez, & aussint de quirs & peux lanutz qi vendront a meisme lestaple par passer illoeqes: & meismes celles laines & plomb, & aussint quirs & peaux lanuz, custumez & cokettez, & les Custumes ent dues paiez a noz Custumers en toutz les ditz portz, cest assavoir de denzeins par le temps qils ount passe, demi marc du Sac de laine, demi marc de CCC.P333A1 [P333A1] trois centz Rot. Ord: MS. Reg.1_334 peaux lanutz, & une marc du last de quirs, & daliens, x s. du Sac de laine, x.s. de CCC.P333A2 [P333A2] trois centz Rot. Ord: MS. Reg.1_334 peaux lanutz & xx s. du last de quirs, & iij d. de chescun vint souldee de plomb, soient adonqes les dites marchandises, par Marchantz estranges qi les averont achatez, & nounpas par Engleis, Galeis ne Irreis, amesnez as parties de dela, hors de noz ditz roialme & terres, qu part qi plerra as ditz Merchantz estranges: et qe les ditz Meire & Custumers ne delaient nul home voluntrivement par gaigne, ne par celle cause nen autre manere riens ne preignent de nully, pur faire ce qi appartient a leur offices, sur peine demprisonement, & de paier a la partie le double de ce qils averont ensi pris, & aussint de ce qe la partie serra endamagee par cause de tiele prise ou delaie, & outre de estre reint a nostre volunte, mes se tiegnent paie de ce qils prendront en certein par lour offices faire: et qe le Meire de lestaple & les Custumers preignent serement de toutz Marchantz, qi ensi passeront laines, quirs, peaux lanutz & plomb, qils ne tendront nulle Estaple par dela de meismes les Marchandizes.

2

Quod mercatores sint sub proteccion' Regis & celeris justicia eis fiat, & quod nichil ab eis capiatur ultra antiquas custumas.

Item par replener les ditz Roialme & terres de monoie, & de plate dor & dargent, & de marchandises dautres terres, & par doner talent as Marchantz estranges de venir ove leur merces & marchandises es roialme & terres avantditz, Si avons ordene & establi qe touz Marchantz estranges, qi ne sont mie de nostre enemite, de quele terre ou nacion qils soient, pussent sauvement & seurement, souz nostre proteccion & sauf conduit, venir & demorer en noz roialme & terres avantditz, queu part qils vorront, & dilloeqes retourner, od leur niefs, merces, & marchandises qeconqes, & franchement vendre leur marchandises a les Estaples, & aillours deinz mesmes noz roialme & terres a qi qe les vodra achater, paiant les custumes ent dues. Et par plus asseurer Marchantz estranges & autres, mesnantz biens & Marchandises es ditz Roialme & terres si volons & grantons, ordenons & establissons, pur nous, noz heirs & subgitz, qe riens ne soit pris outre les custumes avantdites, ne preisez a nostre oeps, par colour de vente ou en autre manere, de eux contre leur volunte, ne par noz ministres ne les ministres de noz heirs, ne par les ministres de nul des roialx, Prelatz, Ducs, Contes, Barons, Seignours ne Dames, ne de nul autre petit ne grant: et si nul Ministre ou autre, par colour de son Office ou en autre manere, preigne rien de eux contre

Page 1_334

lour gre, soit meintenant arestu par le Meire & Baillifs du lieu, sil soit hors de lestaple, ou par les Meire & Ministres del Estaple sil soit deinz lestaple, & soit hastive & redde proces fait devers lui, de jour en jour & de heure en heure, solonc la leie de lestaple, & nemie a la commune lei, sibien hors de lestaple come dedeinz, a chescuni pleinte qi issint serra grevee; et et sil soit ent atteint, paie au Marchant le double de ce qil prist, & tant a nous; et qe nulle commission soit faite de prendre tieles prises des ditz Marchantz, et si nulle tiele commission soit fait, soit tenue surreptice & par nulle.

3

Quod mercatores indigene & alienigene possint emere lanas, & eas ad Stapulas ducere, et quod per alienigenas extra regnum ducantur.

Item nous volons & grantons, qe touz Marchantz si bien denzeins come estranges pussent achater laines, quirs, peuxP334A1 [P334A1] lanutz MS. Reg: MS. Cott: Printed Copies.1_335 & plomb, par touz noz roialme & terres saunz covyne ou collusion par amenuser le pris des dites Marchandises, issint totes foitz qils les amesnent a les Estaples: Et qe nul Marchant Engleis, Galeis, ne Irreis, ne passe nulle manere de laines, quirs, peaux lanuz ne plomb, hors des ditz roialme & terres, sur peine de vie & de membre & de forfaiture des dites Marchandises, & de touz leur autres biens & chateux devers nous, & de forfaiture de leurs terres & tenementz devers les chiefs Seignours; & eient les chiefs Seignours brief deschete en le cas; et qe nuls Marchantz estranges, par covine entre eux et Marchantz Engleis Galeis ou Irreis, amesnent les dites merces & marchandises des Marchantz Engleis, Galleis ou Irreis, hors du Roialme & terres avantditz, au profit des Engleis, Galeis ou Irreis, en partie ou en tout; ne qe nul Marchant Engleis, Galeis ne Irreis nautre, face covyne od Marchantz estranges damesner leur laines, quirs, peux lanutz ou plomb, as parties de dela, hors du roialme & terres avantditz, souz noun des Marchantz estranges, nenvoient ne tiegnent leur servantz ou autres leur attournez es dites parties de dela, hors de noz ditz roialme & terres, par vendre ou serveer la vente de leur dites laines, quirs, peaux, ou plomb illoeqes, ou de receivre les deniers provenantz de la vente des dites laines, quirs, peauxP334A2 [P334A2] lanutz MS. Reg: MS. Cott: Printed Copies.1_335 & plomb; ne qe nul Engleis, Galeis ne Irreis, par lui ne par autre, preigne paiement dor ne dargent, nautre chose, en recompensacion ou commutacion ou en noun de paiement, es parties de dela, hors de noz roialme & terres avantditz, des marchandises vendues en Engleterre Gales ou Irlande, touchantes lestaple, mes soit tout tiel paiement fait, en or ou argent ou marchandises en Engleterre, Gales ou Irlande, ou le contract se fist, sur les peines & forfaitures proscheins avantdites: ne qe les Marchantz estranges, ne Marchantz denzeins, facent entre eux, en prive nen aperte, compaignie ne confederacie en fraude ou deceite de ceste Ordenance, ne qe nul les meintiegne par gaigne nen autre manere en tiele fraude ou deceite, sur meismes les peines & forfaitures. Et toutdys fait a entendre qe chescun Engleis, Galeis & Irreis, pusse amesner franchement ses laines propres, quirs, peauxP334A3 [P334A3] lanutz MS. Reg: MS. Cott: Printed Copies.1_335 & plomb a lestaple a vendre illoeqes, saunz estre artee de les vendre en pais.

D' Warant' Packure.

Et qe chescun Marchant qi vent ses laines a lestaple, soit tenuz a garantir la empakkure de meismes les laines.

4

Quod prise non fiant de rebus seu cariagiis venientibus ad Stapulam.

Item porce qe nulle Estaple poet estre profitable par nous & par noz ditz roialme & terres, si ele ne soit fraunche; si volons & grantons par nous & noz heirs, par maintenance du dite Estaple qe totes maneres des gentz pussent venir, od leur cariages & biens, devers lestaple, & retourner dicelle franchement, saunz ce qils soient destourbez par prises de nous ou de nul autre; Sauvees a nous & a noz heirs totes maneres des prises roialx de tote manere

Page 1_335

dautres cariages & vitailles, par toutz nos roialme & terres avantditz, auncienement dues & usees de droit, come ad este fait par nous & noz auncestres devant ces heures: et eit chescun cariour retournant de lestaple, une bille souz le Seal du Meire de lestaple, par quele il poet estre conu qil sert a lestaple, contenant les journees qe lui bosoigne par son retourner a lostiel, quele Bille lui soit grante franchement; et soit meisme le Meire juree q'il ne fra nulle tiele bille par nul autre qi ne sert a lestaple; et si nul tiel cariour, charette, beste, nief, ou autre chose, qi sert par cariage de ce qi appartient a lestaple, soit pris, & soit deinz la verge hors de lestaple, soit hue & crie leve sur les prenours, & soient meintenant les prenours pris, par gentz de la ville ou la prise feust faite, ou par gentz dautres villes, sils soient defuantz, & mesnez devant le Seneschal & Mareschalx de nostre Hostiel, & illoeqes soit fait redde punisement de eux solonc ce qe le fait demand; et si tiele prise soit faite hors de la verge, soit hue & crie leve, & soient les prenours pris & arestuz, par la villee ou tiele prise est faite, ou par autres villees proscheines sils soient defuantz, & mesnez a la proscheine gaole & illoeqes soit fait de eux come de larons si le fait le demand. Et en cas qe les gentz de tiels villes soient negligentz, & ne veullent pursuir & arester tieux prenurs come devant est dit, respoignent les quatre villees preschenes, des damages qi purront estre trovez devant ceux qi nous a ce assignerons les pleintifs avoir encurru par lour defaut, sils ne se pussent resonablement ent excuser; et si tieles prises soient faites en lieu ou lestaple est, soient les prenours arestuz par les Meire & Ministres de lestaple, & droit fait as pleintifs par les ditz Meire & Ministres; Issint totes voies qe si tiele prise soit faite a lestaple, & lestaple soit deinz la verge, & les prenours arestuz soient de nostre hostiel, adonqes soit fait droit de eux par les Meire & Ministres de lestaple; & soient le Seneschal & Mareschalx de nostre hostiel, ou le lieutenant le Seneschal, a ce appellez, sils y voillent estre, par veer qe droit se face des ditz prenours solonc la lai de lestaple; et en cas qils ne y viegnent point, aillent les Meire & Ministres de lestaple avant en le proces, & facent justice solonc la lei de lestaple, nient contreesteante la nounvenue des Seneschal ou Mareschalx, ou lieutenant avantditz.

5

Quod Justice Regis non habeant cogniciones de rebus tangentibus Stapulas.

Item en cas qe nostre Baunc, ou la commune Baunc, ou Justices en Eire, ou Justices dassises, ou la place de la Mareschalcie, ou ascunes autres Justices viegnent es lieux ou les dites Estaples sont, les dites Justices, ne Seneschal ne Mareschalx, nautres des dites places, neient nulle conissance illoeqes de choses qi appartiegnent au conissance des Meire & Ministres de lestaple.

6

Quod Marescalli ne alii Ministri Regis se intromittant infra Stapulas.

Item nous volons & defendons, qe nuls Mareschalx nautres Ministres de nostre hostiel ne dautri ne facent liveree ne se mellent es lieux ou les Estaples sont tenues, de mesons, ou Marchantz ou leur meisnee, ou laines ou autres Marchandises de lestaple serront herbergez, ne nentrent en ycelles par leur office faire illoeqes, ne riens ne preignent par ent faire desport a nulli, sur peine de faire gre a la partie a qi seute il serra atteint, du quatreble de ce qe le pleintif serra endamage, & outre soit grevousement puni devers nous.

7

Quod licencia non concedatur indigenis ad traducend' lanas.

Item nous volons & grantons qe nulle conge ne privilege de faire passer par Engleis, Galeis ne Irreis, laines, quirs, peaux lanutz ne plomb, hors des ditz roialme & terres, ne soit grante par nouz ne noz heirs contre ceste Ordenance; et si nulles soient grantez au contraire, soient tenues par nulles, & ne doignent garantie ne excusacion a ceux qi ferront passer les dites Marchandises, qils nencoergent les peines & forfaitures contenues en le dit tierce Article.

Page 1_336

8

D' jurisdiccione & privileg' in Stapula observand',

Item avons ordene & establi, qe les Meires & Conestables de les Estaples eient jurisdiccion & conissance deinz les villes ou les Estaples […] serront de […] P336A1 [P336A1] Written on an Erasure–After serront Rot. Ord. reads & les suburbes dicel des wherewith MS. Reg. and MS. Cott. and some old Printed Copies agree.–Other old Printed Copies omit these words.1_337 gentz & de tote manere des choses touchantes lestaple; et qe touz Marchantz venantz a lestaple, leur servantz & leur meisnee en lestaple, soient mesnez par la lei marchant des totes choses touchantes lestaple, & nemie par la commune lei de la terre, ne par usages des Citees, Burghs nautres villes; et quils nempledent ne ne soient empledez devant les Justices des ditz lieux, en plee de dette, covenant & trespas touchantz lestaple, einz pledent totes persones des queux ils se vodront pleindre, sibien ceux qi ne sont mie de lestaple come ceux qi sont de lestaple, queux serront illoeqes trovez, et soient en meisme la manere empledez soulement devant le Meire & Justicers de lestaple, qi serront a ce deputez, de totes maneres de plees & daccions dount la conissance appartient as Ministre de lestaple; issint tote foitz qe de tote manere des contractz & covenantz, faitz entre Marchant et Marchant ou autres, dount lune partie soit Marchant ou Ministre de lestaple, le quel qe le contract, ou covenant soient faitz deinz lestaple ou dehors, & aussint des trespas faitz deinz lestaple, a Marchantz ou as Ministres de lestaple par autres, ou par nul de eux as autres, elise la partie pleintif, le quel il voet suir sa accion ou sa querele devant les Justicers de lestaple, par la lei de lestaple, ou en autres places a la commune lei, & soit a ce receu; Issint totes voies q'es plees touchantz ascun de nostre hostiel, le Seneschal ou son Lieutenant, & les Mareschalx de nostre dit hostiel, ysoient ovesqe le Meire de lestaple, par veer qe droit se face as parties come devant est dit, sils yvoillent estre: Mes plees de terre & de frank tenement soient a la commune lei. Et si Marchantz, ou leur gentz esteantz a lestaple, par cause dicelle facent felonie, ou soient tuez, derobbez, ou mahemez par queconqes persones, soient le Meire de lestaple & autres covenables assignez Justices, a oir & terminer les dites felonies & mahemes deinz lestaple, saunz delai solonc la commune lei; et si nul tiel felon ou trespassour soit pris & detenue deinz ascune franchise, a qi qe ce soit, par cause de tiele felonie ou maheime faitz deinz lestaple, soit meintenant maunde par brief de faire venir le dit felon, ou celui qi fist le maheime, devant les dites Justices afaire droit de lui en la forme avantdite; et si ceux qi ount tieux prisons en garde ne les veullent deliverer, encoergent la peine de C. li. devers nous, & jadumeinz deliverent le corps en la forme desusdite. Et en cas qe nul enditement soit fait hors de lestaple, de felonies ou trespass faitz par gentz de lestaple, ou par autres a eux deinz lestaple, soit celle enditement maunde devant le dit Meire, & ceux qi serront assignez ovesqe lui Justices, affaire droit en celle partie: et si plee ou debate soit meue devant le Meire de lestaple, entre les Marchantz ou Ministres dicelle, & sur ce par trier ent la verite enqueste ou proeve soit a prendre, si volons qe si lune partie & lautre soit estrange, soit trie par estranges, et si lune partie & lautre soit denzein, soit trie par denzeins, et si lune partie soit denzein & lautre alien, soit la une moite del enquest, ou del prove, de denzeins & lautre moite des aliens.

9

D' recognicionibus in Stapula capiend' & Execucionibus earundem.

Item au fin qe les contractz faitz deinz lestaple soient le meultz tenuz, & les paiementz prestement faitz, si avons ordene & establi, qe chescun Meire des dites Estaples eit poair de prendre reconissances de dettes,

Page 1_337

qe homme vodra faire devant lui, en presence des Conestables de lestaple ou lun de eux, etP337A2 [P337A2] om  Rot. Ord. omits.–On the Roll of the Staple an Erasure has been made, on which these Sentences and several following are written. 1_338 q'en chescune des dites Estaples soit un seal ordene demorant en la gard du dit Meire souz les Sealx de meismes les Conestables, et qe totes obligacions qi yserront faites sur tieles reconissances soient enselez du dit Seal, paiant par chescune Obligacion de C. li. & dedenz, de chescune livre un maille, & de chescune obligacion outre C. li. de chescune livre, un ferthing: et qe le Meire de lestaple, par vertue de celles lettres ensi ensealez, pusse prendre & tenir en prisone le Corps du dettour apres le terme encurru, sil soit trove deinz lestaple, tanqil eit fait gre au Creditour de la dette & des damages, & aussint darester les biens de meisme le dettour, trovez deinz la dite Estaple, & deliverer les ditz biens au Creditour par verroie estimacion, ou de les vendre a meultz qe homme purra, & de liverer les deniers au dit Creditour tanqe a la Summe due. Et en cas qe le dettour ne soit trovez deinz lestaple, ne ses biens a la value de la dette, soit ce certifie en la Chauncellerie souz le dit Seal, sur quele certificacion soit brief mande de prendre le corps du dit dettour, saunz le mettre a meinprise, & de seisir ses terres & tenementz, biens & chateux; et soit le dit brief retournee en nostre Chauncellerie, ove la certificacion de la value des ditz terres & tenementz biens & chateux; et sur ce ysoit due execucion faite de jour en jour, en manere come il est contenue en lestatut Marchant, issint qe celui, a qi la dette est due, eit estat de franktenement en les terres & tenementz qi lui serront liverez, par vertue de cel proces, & recoverir par brief de novel disseie en cas qil soit oste; et qe le dettour neit mie avauntage de quarter dun an, qest contenu en le dit Estatut Marchant. Et en cas qe nul Creditour ne voille avoir lettres du dit Seal, einz voille esteer a la foi du dettour, si apres le terme encurru il demand la dette, soit le dettour cru sur sa foie.

10

D' mensuris & ponderibus.

Item pur ce qe nous avons entendu, q'ascuns Marchantz achatent avoir de pois, laines, & autres marchandises par un pois, & vendent par un autre, & fount aussint deceivables retretes sur le poiser, & aussint usent falses mesures & verges, en grant deceite de nous & de tote la commune, & des loialx Marchantz; si volons & establissons, qe un pois, une mesure, & une verge soit par toute la terre, sibien hors de lestaple come dedeinz: et qe laines & tote manere davoir de pois soient poisez par balances, Issint qe la lange du balance soit owele, saunz encliner a lune partie ou a lautre, & saunz mettre main ou pe ou autre touche faire a icelle; et qe celui qi face a lencontre, au damage du vendour, forface devers nous la value de la Marchandie issint poisee, & mesuree, & eit la partie qi se pleindra le quatreble de ce qil serra endamagee; & eit le trespassour lemprisonement dun an, & soit reint a nostre volunte: et sur ce soient assignes Justices denqueer de tieux trespassours, a totes les foitz qi mestiere serra, & de faire droit, sibien a nostre seute come a seute dautres, qi se vodront ent pleindre.

11

Quod mercimonia vendi possint in grosso & per parcell', & quod non forstallentur.

Item avons ordene & establi, qe touz Marchantz aliens & denzeins, & autres qi amesneront vins & autres merces & marchandises queconqes q'eles soient a lestaple, Citees, Burghs & bones villes, ou as portz de meer deinz noz ditz roialme & terres, les pussent sauvement, & saunz chalenge ou empeschement de nulli, vendre en gros ou a retaille, ou par parcelles a lour volunte, a queconqes gentz qe les vodront achater: et qe nul Marchant prive nestrange nautre, de quele condicion qil soit, aille par terre ne par ewe dencontrer tieux vins, merces & marchandises, venantz en noz ditz roialme & terres, en meer ne

Page 1_338

aillours, par les forstaller, achater, ou en autre manere arrer, avant qils viegnent a lestaple, ou au Port ou ils serront deschargez, ne entre les niefs par tiele cause tanqe les marchandises soient mis a la terre par vendre, sur les peines & forfaitures contenuz en le dit tierce Article.

12

Item qe nul Marchant prive nestrange nautre, amesne hors de nostre roialme Dengleterre laines, peaux lanutz ne quirs a Berewyk sur Twede ne nulle part ailloursP338A1 [P338A1] naillours ne Printed Copies.1_339 en Escoce; ne qe nul homme Marchant nautre, de quele condicion qil soit, vend ses laines, peaux lanuz ne quirs a nul home de Escoce, ne a nul autre par amesner en Escoce, sur les peines & forfaitures contenuz en le dit tierce Article.

13

Quod homines depredati super mare admittantur ad prosequ' per bonis suis.

Item no volons & grantons, qe si ascun Marchant, prive ou estrange, soit derobbe de ses biens sur meer, & les biens ensi derobbez viegnent ascune part deinz noz ditz roialme & terres, & voet suir par les ditz biens recoverir, soit receu de prover les ditz biens estre les soens, par ses merches ou par sa carte ou coket, ou par bons & loialx Marchantz, privez ou estranges; et par tieles proeves soient meismes les biens delivers au Marchant, saunz autre seute faire a la commune lei: et en cas qe nulles niefs, issantz de noz ditz roialme & terres, ou venantes a ycelles, par tempest ou par autre infortune debrisent sur les costeres du meer, & les biens viegnent a terre qi ne purront estre dit Wrek, soient meintenant saunz fraude ou mal engin delivers as Marchantz as queux les biens sont, ou a lour servantz, par tiele proeve come devant est dit, paiant a ceux qi les averont sauvez & gardez covenablement par leur travaille; cest assavoir, par discrecion des viscontes, Bailiffs, ou autres noz Ministres es lieux geldables ou autres Seignours nount point de franchises, & par lavis & assent de quatre ou sys des meillours & plus sufficeantz prodes homes du pais; et si ce soit deinz franchise dautres Seignours, adonqes se face par les Seneschalx, ou Baillifs ou Gardeins, de meisme la Franchise, & par lavis de quatre ou sys prodes homes du pais come desuis est dit, saunz nul delaie.

14

D' Moneta & escamb' Monetarum, & quod Moneta non deferatur extra regnum nisi nova Moneta.

Item avons ordene & establi, qe touz Marchantz privez & estranges pussent sauvement amesner & porter deinz noz ditz roialme & terres, plate dargent, billettes dor, & tote autre manere dor, & totes monoies dor & dargent, a nostre billion ou a noz eschanges, queles nous ferrons ordener, a noz dites Estaples & aillours, prenant illoeqes monoie de nostre coigne dor & dargent covenablement a la Value; et si nulle veulle prendre bone monoie dor ou dargent, dautri coigne qe de nostre, en paiement, la preigne saunz empeschement, si qe nul soit a ce artee sil ne la veulle prendre de gre. Purveu totes voies qe nulle monoie neit commune cours deinz noz ditz roialme & terres, forsqe la monoie dor & dargent de nostre coigne; et qe nul emport hors de noz ditz roialme & terres le veille esterling, nautre monoie, forsqe nostre novele monoie dor & dargent, horspris les Marchantz estranges, qi apportent en noz ditz roialme & terres ascune manere de monoie, & neP338A2 [P338A2] la Printed Copies. Rot. Ord: MS. Reg: MS. Cott. read as in the Text.1_339 veullent emploier celle monoie deinz mesmes noz roialme & terres, queux nous volons qe pussent tote celle monoie ou quanq, ent demorra nient emploie, reporter en leur pais saunz empechement: Issint totes foitz qe bon & loial Serche ensoit fait, en les portz & autres lieux ou arivaill yest, et qe tote la monoie qe chescun marchant estrange amesnera deinz noz ditz roialme & terres, soit mis en escript, par les Serchours, au fin qe nul marchant nemport plus qil napporta en meismes noz roialme & terres.

Page 1_339

Purveu totes voies, qe nul Ministre nautre par colour de tiele Serche, ne face empeschement ne destourbance a nul Marchant estrange par lui grever nounduement; et qe totes les falses monoies, qi purront estre trovez par serche ou en autre, manere espiez, deinz meismes noz roialme & terres, en deceite de nostre bone monoie, soient forfaitz a nous solonc les ordenances autrefoitz ent faites.

15

D' lanis ad Stapulas ducend', per aquas dulces & per brachia maris.

Item nous volons & establissons qe ceux qi ount laines, quirs, peaux lanutz, & plomb en pais entre les lieux ou les Estaples sont et la meer, & les veullent faire carier a les Estaples par ewes douces ou braces de meer, facent endentures entre eux et les Baillifs des villes ou ils les mettront en nief, tesmoignantes come bien de laines, quirs, peux & plomb est issint mis en nief; et les Baillifs des lieux preignent serement & sufficeante seurete, par quele ils vodront respondre, de eux & de Mariners qils irront od celle laine, quirs, peux, & plomb a les Estaples, & nulle part aillours, & deschargeront illoeqes avant qils entrent la meer; et qe les Baillifs envoient meintenant lune partie de lendenture, contenant la seurete & la quantite de laines, quirs, peux, & plomb, au Meire de lestaple, as coustages de ceux as queux les biens sont, par ascun homme par qi ils vodront respondre. Et si nul Meire, Baillif, ou autre Ministre du lieu ou tieles marchandises serront chargez, soefrent les dites marchandises passer en autre manere, encoergent sibien les Meir, Baillifs, & Ministres avantditz, come celui qi les chargera, les peines & forfaitures contenues en le dit tierce article.

16

D' locis & vicis pro Stapulis ordinand'.

Item qe en chescune ville ou lestaple serra tenue, soient ordenez certeins rues & lieux, ou les leines & autres marchandises serront mis; et pur ce qe les Seignours ou Gardeins de mesons & lieux, veantz la necessite de Marchantz, mettront par cas lour mesons a trop haute ferme, si avons ordene qe les mesons qi sont a lesser en tiele manere, soient mis a resonable ferme, solonc lordenance du Meire & des Conestables de lestaple, & de quatre prodes homes des meillours de la ville ou lestaple est, qi serront jurez en presence des ditz Meire & Conestables de faire loial taxe, si qe par defaute de mesons lestaple ne soit mie empeschee; et qe nul homme qi amesne ses laines ou autres marchandises illoeqes, ne soit destourbe de herberger meismes les laines & marchandises, en les mesons queles il avera issint allowe.

17

Quod mercatores pro debitis contractibus & trans' aliorum non impetantur.

Item qe nul Marchant estrange soit emplede ou empesche par autri trespas, ou par autri dette, dount il nest pas dettour plegge ou meinprenour; purveu totes voies qe si noz ligez gentz, Marchantz ou autres, soient endamages par ascuns Seignours destranges terres ou leur subgitz, & les ditz Seignours duement requis faillent de droit a noz dites gentz, nous eions la lei de Mark & de represailles, come ad este use devant ces heures, saunz fraude ou mal engin: et en cas qe debate sourde, qe dieu defend, entre nous & ascuns Seignours de estrange terre, si ne volons mie qe les gentz & Marchantz de la dite terre soient sodeinement subduz, deinz noz ditz roialme & terres, par cause de la dite debate; einz qils soient garniz & proclamacion ent publie, qils voident les ditz roialme & terres, od leur biens, franchement deinz xl. jours apres le garnissement & proclamacion issint faites, et q'en le meen temps ils ne soient de rien empeschez, ne destourbez de leur passage, ou de leur profit faire de meismes les marchandises, sils les veullent vendre: et en cas qe par defaute de vent ou de navie, ou par maladie ou autre cause evidente, ils ne poent voider noz ditz roialme & terres deinz si brief temps, adonqes, ils eient autre xl. jours, ou plus si mestiere soit, deinz quel temps ils purront passer covenablement, ou leur Marchandises vendre come devant est dit.

Page 1_340

18

Quod homines de Hibernia & Wallia lanas suas & coria ducere possint ad Stapulam Anglie.

Item pur ce qe nous pensons bien, qe les Marchantz estranges ne viegnent mie si comunement en Irlande & en Gales, par marchander, come ils fount en Engleterre, si volons de nostre grace especiale, qe bien lise as gentz Dirlande & de Gales, qi ne purront deliverer leur laines quirs, peaux lanutz & plomb, en Irlande & en Gales, a tieux Marchantz estranges, de venir od leur dites marchandises, apres ce q'els soient custumez & cokettez en Irlande & en Gales, a ascune de noz Estaples en Engleterre, a quele qe leur plerra, portantz leur cokettes tesmoignantz leur marchandises qils deschargeront a les Estaples en Engleterre; issint qe eux, quant ils serront venuz a les Estaples en Engleterre, ne ceux qi leur dites marchandises achateront de eux illoeqes, ne paieront autrefoitz custume ne subside, par les dites marchandises issint custumez en noz dites terres de Gales & Dirland. Et soient noz Tresorer & Barons de nostre Escheqer Dengleterre, certifiez deux foitz par an au meinz, Cestassavoir, a la Pasqe & a la Seint Michel, comebien de laines, quirs, peaux lanutz & plomb passent hors de la dite terre Dirlande, & de la custume ent paie. Et en cas qe les Marchantz, ou autres gentz Dirlande ou de Gales, apres ce qils soient en meer od leur dites marchandises, passent aillours q'a les Estaples en Engleterre, encoergent les peines & forfaitures contenues en le dit tierce article.

19

Quod bona mercatorum seu aliorum non sint forisfacta pro defectu servientum suorum.

Item qe nul Marchant, nautre de quele condicion qil soit, perde ne forface ses biens & marchandises par trespas ou forfait de son servant, sil nel' face par maundement ou abette de son Mestre, ou qil eit mespris en loffice en quel son Meistre lui ad mis, ou en autre manere qe le Meistre soit tenuz a respondre par le fait son servant par la lei marchant, come par aillours est usee. Et pur ce qe Marchantz ne poent sovent longement demorer en un lieu par entrelesser leur marchandises,

Quod celeris justicia fiat mercatoribus.

si volons qe hastive droit leur soit fait, de jour en jour & de heure en heure, solonc les leies usees en autieles Estaples, tenues avant ces heures par aillours, totes les foitz qils se vodront pleindre de nully, ou qe nul se vodra pleindre de eux; Issint qe les Marchantz ne soient par malice tariez par defaute de hastive remede.

20

Item porce qe nous avons pris touz Marchantz estranges, venantz en noz ditz roialme & terres, en nostre especiale proteccion, & outre grante de lour faire hastive remede des griefs, si nuls lour soient faitz; si avons ordene & establi, qe si nul outrage ou gref leur soit fait en pais hors de lestaple, les Justicers du lieu ou tiel outrage leur serra fait, facent hastivement justice a eux, solonc la lei marchant, de jour en jour & de heure en heure, saunz desport faire a nully, ou de les mettre a suir a la commune lei; et si nul soit convict, qil eit grevee les Marchantz, issint pris en nostre proteccion, soit par le contempt fait a nous puni devers nous, en tant come serra ajugge au Marchant par ses damages; et soient ajuggez as ditz Marchantz estranges damages au double.

21

D' constitucione Majoris & Constabulariorum & potestate eorundem.

Item pur ce qe les Estaples ne se purront mie longement tenir, ne les Ordenances ent faites & affaire estre gardez, si bones Executours & Justicers ne soient establiz pur faire ent bone & redde execucion, si avons ordene & establi, qe en chescune ville ou lestaple est ordene, soit fait & establi un Meire bon, loial, & sufficeant, eant conissance de la lei marchant, par governir lestaple & faire droit a chescun solonc les leies avantdites, saunz desport, favour ou gref faire a nully. Et soient aussint en chescun lieu ou lestaple est, deux Conestables covenables, ore au comencement mis par nous, pur faire ce qattient a leur office, en manere come en autre Estaple est accustume; Et quant ils serront mortz ou

Page 1_341

chaungez, adonqes soient autres esluz par la Comunalte des Marchantz du dit lieu; et qe nul Meire ne tiegne loffice outre un an, sil ne soit de novel eslu par la Comunalte de Marchantz, sibien estranges come denzeins: et qe les ditz Meire & Conestables eient poair de garder la pees, & darester les meffesours en les Estaples, par trespas, dette, ou par autre contract, & les mettre en prison & punir solonc la lei de lestaple; et soit ordene une prison par la sauve garde de eux qi serront issint emprisonez; et soient les Meirs, Viscontz, & Baillifs des villes ou lestaple est, ou joignantz a lestaple, entendantz as Meire & Ministres de lestaple, de faire execucion de lour mandementz, sur peine de gref forfaiture; et soit un Seignour, ou autre de plus sufficeantz du pais ou lestaple est, assigne de estre en eid as Meire & Ministres de lestaple, de justicer les rebelx, qi par les ditz Meire & Ministres ne purront estre justicez, & de les meintenir & conseiller, quant mestiere serra a bone governement de lestaple; & de redrescer a chescuny pleinte ce qi serra mespris par les ditz Meire ou Ministres ou autres, & de faire droit as compleignanz en celle partie.P341A1 [P341A1] om  Rot. Ord: MS. Reg: and MS. Cott. omit this Sentence, and read instead thereof the following: Et si nul Marchant [ou autreP341A2 [P341A2] om  MS. Reg.1_342 ] se ville pleindre du Meir ou Conestables, qils ont failli de droit, ou favour fait contre reson a nulle partie, soit hastiement redresce par le Chaunceller & autres de nostre conseil sanz nulle delaie. The oldest Printed Copies read the same as the Text. In Rast. 1557 both Sentences occur. 1_342 Et qe meisme les Meire & Conestables ne facent ne ordenent rien qe soit a contraire de cestes ordenances, ne ne facent interpretacion ne excepcion a ycelles, autrement qe les parols ne purportent; mes sil y ad rien qe soit en doute, soit monstree a nostre conseil & illoeqes soit declare par bone avys.

22

D'Correctariis in Stapula ordinatis.

Item nous avons ordene, qe en chescun lieu ou lestaple se tendra, soit certein nombre des Corecters, sibien destranges come de privez, prodes hommes, sufficeantz & sachantz de tieu meistere, par loialment faire & recorder les bargaines entre les vendours et achatours, come ad este usee en autres Estaples tenuz aillours; et qils troessent sufficeantz meinprenours, devant le Meire & Conestables de lestaple, de loialment faire ce qi attient a lour office; et sils soient trovez en defaut, paient atant a celui qi serra endamagee come sa perte amountera; Issint qils ne se mellent de nulle manere de marchandises, par le temps qils demoerent en office; et qe nulli soit constreint davoir Corecter, sil nel voille avoir de gre, ne de paier rien a nul Corecter sil ne se melle de son bargain a sa request.

23

D' portitoribus & aliis servientibus in Stapula.

Item qe certein nombre de portours, pakkers, gwynders, overours, & autres laborers de laines & de totes autres marchandises, soit ordene sufficeantment par le lieu ou lestaple est; et soient ils & les Corecters, & totes maneres des Officers de les Estaples, estre les Conestables, jurez devant le Meire de lestaple, qils loialment ferront leur offices, saunz fraude ou mal engin; et auxint soient touz Marchantz, denzeins & aliens, venantz as dites Estaples par cause de marchandie, jurez devant meismes les Meires & Conestables, qils serront justiceables par les ditz Meire & Conestables, solonc la lei & usage de lestaple; & meintendront quanqe en eux est lestaple, & les leis & usages dycelle saunz fraude ou mal engin; et les Meire & Conestables soient jurez en la Chancellerie, de faire loialment ce qi appartient a eux.

24

D' certis mercatoribus elig' ad assidend' cum Majore & Constabulariis Stapule.

Item nous volons & ordenons, qe les Marchantz estranges elisent deux Marchantz estranges, des queux, lun devers le Suth & lautre devers le North, soit assigne

Page 1_342

de seer od les Meire & Conestables des Estaples, ou ascun des ditz eslutz vendra, doier les pleintes touchantz Marchantz aliens, qi serront meues devant les ditz Meire & Conestaples, a totes les foitz q'ascun des ditz esluz y vodra estre, & de veer qe plein droit soit fait as ditz Marchantz aliens; Issint qe les ditz Meire & Conestables ne cessent point daler avant en leur proces, en cas qe tieux eslutz ne yviegnent pas: et en cas qe debate sourde parentre eux, sur discussion dascune ple ou querele, soit le tenour de celle ple ou querele maunde devant le Chanceller & autres de nostre conseil, a terminer illoeqes saunz delay. Et soient aussint esluz sys persones, cest assavoir, quatre des aliens dount deux soient Dalemaigne, & deux de Lumbardie, & deux Dengleterre, qi soient prodes hommes & dignes de foi, & facent serement de faire bien & loialment leur Office; Cest assavoir, qe quant & a quele heure ascune question ou debate sourdra ou avendra entre Marchantz, dascune nounresonable leine, ou dascune noundue empakkure, solonc les covenantz faites ouP342A1 [P342A1] entre Rot. Ord: MS. Reg: MS. Cott: Printed Copies.1_343 lachatour & le vendour, qe les dites persones, ou quatre de eux, pussent devant le Meire de lestaple & ses Officers par lour serement dire & amender sicome reson vodra, & a eux sur ce soit done credence saunz nul contredit.

25

Quod conspiraciones & confederaciones non fiant in enervacionem Stapule.

Item nous avons ordene & establi, qe siP342A2 [P342A2] om  MS. Reg. and Printed Copies1_343 nul Marchant ou autre face conspiracie, confederacie, covyne, machinacion, ou murmure ou mal engyn, en nul point qi purra tourner a empeschement, destourbance, defesance, ou descrees des dites Estaples, ou de rien qi a eux appartient ou purra appartenir,P342A3 [P342A3] et si ascune face, MS. Reg. Printed Copies.1_343 & de ce soit atteint devant le Meire & Ministres de lestaple, ou autres queux nous a ce assignerons, encoerge les peines & forfaitures contenuz en le dit tierce Article.

26

Quod credatur litteris sive cartis mercatorum alienigenarum.

Item come il soit contenue en la Chartre nostre ael, grantee as Marchantz estranges & par nous confermee, qe des Marchandises queles ils amesneront en noz ditz roialme & terres, & des queux iij d. de la livre sont a paier par les ditz Marchantz estranges, solonc meisme le grante, soit done foi & credence a eux, sur la value des dites marchandises, par lettres queles ils purront monstrer de meismes les biens, de leur Seignours ou compaignons, et sils neient point des lettres qils soient cruz par leur serement en celle partie: & ja done est a entendre a nous & a nostre conseil, par la pleinte des ditz Marchantz, qe tout eient ils lettres tesmoignantes la value de leur Marchandises, les Viscontz, Meires, Baillifs, & Ministres de pluseurs lieux, les constreignent de jurer par meismes les Marchandises, contre la forme de leur dite Chartre; & jalemeins apres le serement faite ensealent leur bariles, fardeux & bales, par queux ils ount fait leur serement, & les lessent giser quatre jours ou sys issint ensealez, avant qils les voillent veer, & issint ils tolent as ditz Marchantz la vente de leur biens, a grant damage de eux; Nous nient voillantz qe les Marchantz estranges, qi viegnent od leur marchandises en noz ditz roialme & terres par commune profit dycelles, soient en tiele manere grevez, si volons, grantons & establissons, qe la dite chartre soit tenue; & qe les bariles, fardeux & bales, & les autres biens des ditz Marchantz & par queles ils ount monstree leur lettres qi ne soient mie suspecionouses, ou fait le serement, come il est contenue en meisme la chartre, meintenant apres le serement fait, ou tieles lettres monstrez, soient leur biens delivers a eux saunz delay, par ent faire leur profit, saunz rien prendre de eux outre la custume de iij d. de la livre; Issint qe les Meires, Viscontz, Baillifs, ou autres

Page 1_343

Ministres plus ne se mellent de meismes les biens, sur peine demprisonement & de paier a la partie endamagee par celle cause ses damages a quatreble & tant a nous; & sur ce soit droit fait en la Chancellerie a chescuni pleinte.

27

D'punicionem illorum qui lanas duxerunt extra regnum ante istam ordinacionem.

Item nous avons ordene & establi qe touz ceux qi serront convictz qils ount amesne laines, quirs & peaux lanutz as parties de dela encontre la defens & proclamacion ent faites avant la fesance de ceste ordenance, soient ajuggez a la prisone, & encoergent forfaiture de meismes les laines quirs & peaux issint passez, & touz leur autres biens & chateux, & outre soient reintz a nostre volunte.

28

Item nous volons grantons & ordenons, qe totes les choses susdites soient fermement gardez & tenues en toutz pointz, nient contresteant franchise, custume, privilege, exempcion, juggementz, ou autres grantes faites as Citees, Burghs, Villes, Comunaltees gentz des cynqe portz & autres portz, ou autres singulers persones queconqes: et en cas qe rien soit a amender, ajouster, chaunger ou retreer de nul des pointz avantditz en temps avenir par verroie cause, nous volons qe ce soit fait par boneP343A1 [P343A1] om  MS. Reg. and Old Printed Copies1_344 deliberacion & avys des Grauntz & autres de nostre conseil en parlement;P343A2 [P343A2] Interlined on the Roll.–Rot. Ord; MS. Reg. omit:1_344 Sauvant en autres choses as Prelatz, Ducs, Countes, Barons, & autres Seignours leurs foires, marchees, hundredes, wapentakes, letes, jurisdiccions, Courtes, franchises & privileges, & totes autres choses a eux regardantz, es lieux ou les Estaples sont & serront & aillours, aussi avant come ils les avoient avant qe les Estaples estoient ordenez. En tesmoignance de quele chose nous avons fait faire cestes noz lettres patentes. Donez a Westmonster le Lundy & an susditz.

Ordinatio de feodis Majorum & Constabulariorum Stapule.

THE ORDINANCE OF THE FEES OF THE MAYORS AND CONSTABLES OF THE STAPLE.P343Astar [P343Astar] These Titles are from the Printed Copies and Translations; some of which ascribe this Ordinance to the 28th year of this Reign: It is not inserted in Rot. Ord. 27 Edw. III: It was printed, in Cay's Edition of the Statutes, from MS. Reg. 19 A. XIV; and there is also a Copy in MS. Cott. Nero C. I; as of 27 Edw. III.1_344

Ex Rot. Stapule: de anno 28 Edw. III. m. 17.

D' summis Majoribus & Constabulariis Stapularum pro officiis suis solvend.

PUR ce qe lestaple est ore de novel ordene a demorer perpetuelement en Engleterre, & home ne avoit au comencement nulles evidences en certein, par quelles home purroit assigner ne limiter en certein ce qe les Meirs & Conestables, en les places la ou les Estaples sont ordenez, deussent prendre par an en certein par leur travaill; mes estoit adonqes assentuz par les Seignours & Communes, qe de chescun sac serroient levez viij. d. par le premer an, & liverez as ditz Meires & Conestables, en les places la ou les dites Estaples sont assignez, quel premer an passa hors a la Goule Daugst darein passe: et ore viegnent tantes de laines ou bien pres au port de Londres, come fount en toutes les autres Estaples parmy le roialme; & as ascuns des autres Estaples viegnent atantes de laines come a deux ou trois autres places, si q' a une Estaple vient plus & a une autre meinz, issint qe les Meirs & Conestables dascunes places prenent trope, & en ascunes autres trop pou, & le poeple est trope chargee de paier viij. d. au sac come desuis est dit, eant regard a la somme des laines qi passent outre meer: et tout le temps qe la dite Estaple estoit demorant outre meer, celui qestoit esleu Meire par les Marchantz Engleis, prist une certein

Page 1_344

par an; & aussint serroit il reson qils feissent en Engleterre, & ce en mesurable manere, chescun solonc son travaill, & qe le poeple ne feust taunt chargee: pur quoi est assentuz par le Roi & les Grantz, par avys de tout le conseil, qe home ne ferra lever du sac forsqe iiij d. en nul port, de la goule daugst darein passe tanqe en cea, ne desore par le temps avenir: et qe les quatre deniers au sac, en chescune place ou lestaple est, soient mys en une boyste & ensealez des sealx des Meire & Conestables, au fin qe les ditz Meire & Conestables pussent de ce estre paiez de leur certein qils prendront; et si au fin del an plus soit trovez en la boyste qe namonteront les fees des ditz Meire & Conestables, soit sauvement garde a paier & parfournir les feez des Meirs & Conestables en autres Estaples, la ou les quatre deniers ne veullent a ce suffire; et si rien demoert en les dites boistes apres les fees paiez, soit celle somme residue sauve au commun profit des Marchantz de lestaple, par lan avenir, & par paier par les poys faitz de novel, & aussint par pauementzP344A1 [P344A1] on an Erasure, apparently altered from paiementz.1_345P344A1 [P344A1] pauementz. MS. Reg. paiementz MS. Cott.1_345 & autres choses necessaires touchantes lestaple. Et quanqi est leve en totes les places ou les Estaples sont, outre la dite somme de quatre deniers au sac, puis la dite Gule Daugst darein passe, soit rebaillez & restitut al oeps susdit. Et les feez des Meirs & Conestables sont ordenez & limitez en la forme qi sensuit; Cest assavoir le Meire de lestaple a Weymonster, prendra C. li. & chescun des Conestables illoeqes, xx. li. le Meir de Nicole, xl. marc,P344A2 [P344A2] om  Old Printed Copies1_345 et chescun des Conestables illoeqes x. marc, les Meirs de Everwyk, Kyngeston' sur Hull, Norwicz, & Wyncestre, chescun xx. li. et chescun Conestable es dites places, C. s. les Meirs de Noef Chastel sur Tyne, Cicestr', & Dexestre, chescun x. li. et chescun des Constables illoeqes, v. marc. Et si nul des Meirs & Conestables susnomez, apres ce qil soit eslu par les Marchantz destre Meir ou Conestable, refuse loffice, paie a la compaignie ataunt come son fee amonteroit par an.

D' proclamacione inde facienda.

Et mandatum est Majori & Constabulario Stapule Westmonasteriensis, quod ordinacionem predictam, & omnia & singula in eadem contenta, in stapula predicta publice proclamari & firmiter teneri fac'. T. Rege apud Westmonasterium vj. die Novembrisr.

per ipsum Regem & consilium.

Eodem modo mandatum est Majoribus & Constabulariis singularum Stapularum per Angliam.

Et mandatum est vic' Eborac' quod ordinacionem predictam, & omnia & singula in eadem contenta, in locis in balliva sua tam infra libertates quam extra ubi expedire viderit, publice proclamari & firmiter teneri fac'. T. ut supra.

Eodem modo mandatum est singulis vicecomitibus per Angliam.

Eodem modo mandatum est subscriptis sub eadem data, videlicet.

Henry Duci Lancastre vel ejus Senescallo, aut ejusdem Senescalli locum tenenti in ducatu predicto.

Thome Episcopo Dunolm.

Bartholemeo de Burgherssh Constabulario Castri Devorr' & Custodi quinque portuum, vel ejus locum tenenti.

Page 1_345

Anno 28o EDWARDI III. A.D.1354.

In Margine Rotuli.

Statutum de anno vicesimo octavo Reg' E. tercii.

THE STATUTE OF THE TWENTY-EIGHTH YEAR OF KING EDWARD III.P345Astar [P345Astar] In the old Printed Copies this is intituled Statutum apud Westmonasterium de libertatibus Londoniarum: and in MS. Harl. 4999, The Statute of Westminster of the Liberties of London. See Chapter 10 of the Statute.1_346

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 14.

NOSTRE Seignour le Roi a son parlement tenuz a Weymonster le Lundy proschein apres la feste de Seint Marc Lewangelist, lan de son regne Dengleterre vint & oetisme, & de France quinzisme, a lonur de Dieu & de Seinte Eglise, & par commune profit de lui & de son poeple, de lassent des Prelatz, Princes, Ducs, Contes, Barons, & la Commune de son roialme illoeqes assemblez, ad ordene & establi les points souzescriptz.

1

Premerement qe la grant Chartre & la Chartre de la Foreste, & touz autres estatutz avant ces heures faitz & usez, soient gardez & meintenuz en touz pointz.

2

Item, acorde est & establi, qe touz les Seignours de la Marche de Gales soient perpetuelement entendantz & annexes a la corone Dengleterre, come ils & leur auncestres ount este de tout temps avant ces heures, & nounpas a la Principalte de Gales, en qi mains qe meisme la Principalte soit ou devendra apres ses heures.

3

Item, qe nul homme, de quel estate ou condicion qil soit, ne soit oste de terre ne de tenement, ne pris, nemprisone, ne desherite, ne mis a la mort, saunz estre mesne en respons par due proces de lei.

4

Item porce qe Eschetours & autres Ministres le Roi q'ount fait liveree par mandement du Roi de sa Chancellerie, des terres & tenementz qi estoient pris en la main le Roi par la mort des tenantz qi tindrent de lui, a les heirs, & autres, as queux les ditz terres & tenementz deveroient descendre, revertir, ou remaindre, ount este chargez en lescheqer des fermes & des rentes, dount les termes des paiementz estoient avenir apres la liveree faite, par la rate & lafferant du temps qe meismes les terres ou tenementz estoient en la main le Roi: Acorde est, qe des Manoirs, Citees, Burghs, villes, hundredes, franchises & totes autres terres & tenementz dount profitz sourdent de temps en temps parmi lan, come de Molins, herbage, tolune, plees & purchaces de Court, & autres tieux issues & profitz, chescun Eschetour, & autre Ministre qi tieux terres & tenementz averont seisiz al oeps le Roi, soit tenuz de respondre au Roi par la rate et lafferant du temps solonc launcien cours de Lescheqer; et qe daunciens fermes & rentes qi sont a paier as certeins termes, come rente sec, & rente service dount nul profit sourde tanqe au jour du paiement, soient tieles fermes & rentes paiez a ceux qi enount la liveree hors de la main le Roi, as termes des paiementz des dites fermes & rentes qi ensuent apres tiele liveree faite, sibien de temps passe come de temps avenir.

5

Item, acorde est & establi, qe feer fait en Engleterre, & feer mesne en Engleterre & illoeqes vendu, ne soit mesne hors du roialme Dengleterre sur peine de forfaire le double devers le Roi: et eient les Justices assignez denquere de laborers, & autres Justices queux le Roi vodra a ce assigner, poer denquere de ceux qi vendent le feer a trop cher pris, & de les punir solonc la quantite de trespas.

Page 1_346

6

Item, ordene est & establi qe touz Coroners des Countees soient esluz en pleins Contees, par les Communes de meismes les Contees, de plus covenables & plus loialx gentz qi serront trovez es ditz Contees affaire le dit office; Sauve totes foitz au Roi & as autres Seignours qi tieux Coroners deivent faire, leur Seignouries & Franchises.

7

Item, ordene est & establi, qe les viscontz des Contees soient remuez chescun an hors de leur offices; Issint qe nul viscont, qad este en son office par un an, demoerge en meisme loffice lan proschein ensuant; et qe nulle commission lui ensoit faite ou renovele par meisme lan suant.

8

Item, acorde est & establi qe brief datteint soit grante desore, sibien sur bille de trespas, come sur brief de trespas, des enquestes qi sont a prendre en temps avenir, saunz avoir regard au quantite des damages.

9

Item, porce qe le poeple du Roialme ad suffert pluseurs malx & meschiefs, de ce qe viscontes de diverses Contees, par vertue des commissions & briefs generals a eux grantez a leur seute demesne, par leur singuler profit, de gaigner du poeple, ount fait & pris diverses enquestes de faire enditer les gentz a leur volunte, & ount pris fins & raunceons de eux a leur oeps demesne, & les ount delivers saunz ce qe tieux enditez feussent mesnez devant les Justices le Roi, par leur deliverance avoir: Acorde est & establi par tieux malx & meschiefs eschure, qe touz tieux commissions & briefs, avant ces heures faitz, soient outrement repellez, & qe desore nulles tieux commissions ne briefs soient grantez.

10

Item, porce qe les errours defautes & mesprisions qi sont notoirement usez en la Cite de Londres, par defaute de bone government du Meire, des Viscontes & des Aldermans, ne purront estre enquis ne trovez par gentz de meisme la Cite; Ordene est & establi qe les ditz Meire, Viscontes & Aldermans qi ount le governement de la dite Cite, facent redrescer & corriger les defautes, errours & mesprisions susnomez, & les duement punir de temps en temps, sur certeine peine; Cest assavoir au premer defaut Ml. marc au Roi, & a la seconde defaut deux mill marcs, & a la tierce defaut, qe la franchise de la Cite soit pris en la main le Roi: & soit comence denquere sur eux a la Seint Michel proschein avenir; Issint qe sils ne facent dues redrescementz come desus est dit, soit enquis de leur defautes par enquestes de gentz de foreins Contees, Cest assavoir de Kent, Essex, Sussex, Hertford', Buk', & Berk', sibien a la seute le Roi come dautres qi pleindre se vodront. Et si les Meire viscontes & Aldermans soient par tieux enquestes enditez, soient faitz venir par due proces devant les Justices le Roi, qi serront a ce assignez, dehors la dite Cite, devant queux ils eient leur respons sibien au Roi come a la partie; et sils se mettent en enquestes, soient celles enquestes pris par gentz foreins, come desus est dit; & sils soient atteintz, soit la dite peine encurru, & leve des ditz Meire Viscontes, & Aldermans par defaut de leur governement, & nientmeinz les pleintifs recoverent leur damages au treble vers les ditz Meire Viscontes & Aldermans: et par cause qe les viscontes de Londres sont parties a ceste busoigne, soit le Conestable de la Tour ou son lieutenant Ministre en lieu des Viscontes, a receivre les briefs, sibien originals de la Chancellerie come judicials souz les sealx des Justices, affaire ent execucion en la dite Cite; & soit proces fait par attachementz & par destresces & par exigende si mestiere soit; Issint qe a la seute le Roi soit lexigende agarde apres le premer Capias retourne, & a le tierce Capias retourne, a seute de partie. Et si les Meire, Viscontz & Aldermans eient terres ou tenementz dehors la Cite, soit proces fait devers eux par attachementz & destresces en meismes les

Page 1_347

Contees ou les terres & tenementz sont: et qe chescun des ditz Meire, Viscontes & Aldermans qi vendra devant les dites Justices, respoigne singulerement par lui meismes, sibien au peril des autres qi sont absentz come de lui meismes: et ceste ordenance soit tenue ferme & estable, nient contreesteant franchise, privilege, ou custumes queconqes. Et se extend ceste ordenance as autres Citees & Burghs du roialme ou tieux defautes & mesprisions sont usez & nemie duement corrigez ne redrescez; sauve qe les enquestes soient prises par gentz foreins de meisme le Contee ou tieles Citees & Burghs sont; et qe la peine de ceux des Citees Burghs & villes, qi de ce serront atteintz, soit ajugge par descrecion des Justices qi a ce serront assignez.

11

Item, porce qe grant clamour & grevouses pleintes sont faitz sibien par aliens come par denzeins qe Marchantz & autres passantz parmi le roialme Dengleterre od leur marchandises & autres biens, sont tuez & derobbez & meement ore plus qils ne soleient, dount remedie nad este fait as compleignantz; nostre Seignour le Roi, considerant le profit qi purra avenir au dit roialme par venue & demoere des Marchantz aliens en meisme le roialme, & les damages & meschiefs qe a eux & autres sont faitz de jour en autre par tieux homicides & robberies, & veullant purvoire a la seurte & indempnite des Marchantz & autres susditz, ad ordene & establi par assent de tout son parlement, au fin qe Marchantz aliens eient greindre volunte & corage de venir en le dit roialme Dengleterre, qe remedie soit desore fait hastivement, as tieux Marchantz & autres issint derobbez, solonc la forme contenue en lestatut nadgairs fait a Wyncestre; cest assavoir, qe solempnement crie soit fait en toutz Contees, Hundredes, Marchees, feires & touz autres lieux ou solempne assemblee de gentz serra, Issint qe nul par ignorance se pusse excuser, qi chescune pais issint desoremes soit garde, qe meintenant apres robberies & felonies faites soit fait fresshe seute de ville en ville, & de pais en pais; et enquestes soient auxint si mestiere soit prises en villes par celui qi est soverein de la ville, & puis en hundredes franchises & en Contees, & ascune foitz en deux, trois ou quatre Contees, en cas quant felonies serront faites en marches des Contees, Issint qe meffesours pussent estre atteintz. Et si le pais de tieu manere de meffesours ne respoigne, la peine serra tiele, qe chescune pais cest assavoir gentz en pais demorantz respoignent des robberies faites & des damages; issint qe tout le hundred ou la robberie serra faite, ove les franchises qi sont deinz la porceinte de meisme le hundred, respoignent de la robberie faite; & si la robberie soit faite en divises de deux hundredes, respoignent ambedeux les hundredes ensemblement od les franchises: & plus long terme navera le pais apres la robberie faite ou felonie, qe quarant jours deinz les queux il covient qils facent gre de la robberie ou del meffait, ou qils respoignent des corps de meffesours.

12

Item, pur ce qe la mene gent du Roialme & pluseurs autres se sont compleintz des grevances qe leur sont faites, de ce qe les purveours nostre Seignour le Roi, ma dame la Roigne, du Prince, & des autres, ount pris de eux leur biens vivres & vitailles, & les en ount baille tailles, assignantz a eux jour & lieu de receivre leur paiement, en foreins & lointismes lieux, ou ils ount despendu la value de la chose issint pris de eux ou le double, avant qils eient receu leur paiement, & sovent ount failli de tout; le Roi veullant purvoire de remedie contre tieles grevances, ad ordene & establi par quiete & eese de son poeple, qe de totes porveances qi sont ou serront faites a son oeps ou al oeps dautri, deinz la soumme de vint souldz,

Page 1_348

paiement en soit fait meintenant sur la porveance faite, saunz taille bailler, ou jour & lieu aillours ent assigner; et qe dautres porveances faites, de la soumme de vint souldz & outre, paiemant soit fait deinz le quarter del an proschein ensuant apres les porveances faites, as certeins jour & lieu solonc ce qils purront estre plus eisez & a meindre travaill du poeple.

13

Ensement, acorde est & establi qe totes les ordenances faites en grant conseil tenuz a Weymonster, le Lundy proschein apres la feste de Seint Matheu Lapostle darrein passe, ensemblement ove ascunes declaracions & ajoustances faites en ceste present parlement, soient fermement gardez & tenuz par estatut a durer a touz jours; queles declaracions & ajoustances sensuent en ceste manere:P348Astar [P348Astar] The following Part of this Statute, relating to the Staple, is entered on Rot. Stap. 28 Edw. III. m. 20, as a separate Act of 28 Edw. III. and intituled Declaracio quorumdam Articulorum Stapule. It is also inserted in the Manuscript Collection of Statutes M. m. v. 19. in the Library of the University of Cambridge, as a separate Act of 28 Edw. III.; and is marked Exor per rotulum Stapule.1_349 Come contenue soit en les dites ordenances qe chescun Marchant qi vend ses leines a lestaple soit tenuz de garanter lempakkure de meismes les leines; et qe si ple ou debate soit meu devant le Meire de lestaple, entre les Marchantz ou Ministres dycelle, & sur ce par trier ent la verite, enqueste ou proeve soit aprendre, si lune partie & lautre soit estrange, soit trie par estranges, & si lune partie & lautre soit denzein, soit trie par denzeins, et si lune partie soit denzeine & lautre aliene, soit lune moite del enqueste ou del prove de denzeins & lautre moite des aliens; Et aussint qe nul Marchant prive ne estrange nautre de quele condicion qil soit, aille par terre ne par ewe dencontrer vins, merces, nautres marchandises venantz en le roialme Dengleterre, nen autres terres du Roi, en meer naillours, par les forstaller, achater, ou en autre manere arrer, avant qils viegnent a lestaple ou au port ou ils serront deschargez, ne entre les niefs par tiele cause tanqe les marchandises soient mises a la terre par vendre: Acorde est & establi qe la garrantie dempakkure de laines par diverses meschiefs qe la commune en ad sentu soit de tout ouste; et qe nul homme soit tenuz affaire tiele garrantie, sil ne soit par covenant taille par fait ensele: et aussint qe nul homme autre qe Marchant denzein ou alien qi ne conust les leis & usages de lestaple usez par aillours devant qe les dites ordenances de lestaple estoient faites, soit chargee par meismes les leis & usages, tanqe els soient declarrez en parlement: et qe en tote manere denquestes & proeves qi sont a prendre ou affaire entre aliens et denzeins, soient ils Marchantz ou autres, sibien devant le Meire de lestaple, come devant qeconqe autres Juges ou Ministres, tout soit le Roi partie, soit la moite del enquest ou del prove de denzeins, & lautre moite des aliens, si tantz des aliens soient en la ville ou lieu ou tiele enqueste ou prove soit aprendre, qi ne soient mie parties ne od les parties, en contractes, plees, ou autres quereles dount tieles enquestes ou proves deivent estre pris; et si tantz des aliens ne ysoient point, adonqes soient mis en tieux enquestes & proeves tantz des aliens come serront trovez en meismes les villes ou lieux, q'a ce ne soient pas parties, ne od les parties come devant est dit, & le remanant de denzeins qi soient prodes hommes & nient suspecionouses a lune partie ne a lautre: et qe nulle manere de nief qe soit frette devers Engleterre ou aillours, soit artee de venir a nul port Dengleterre, ne ydemorer, contre le gre des Meistres & Mariners dycelle, ou des Marchantz as qeux les biens sont; et si tieux niefs viegnent de gre, ou soient chacez par tempest, ou autre infortune ou meschief, a ascun port Dengleterre,

Page 1_349

& les Meistres Mariners, ou Marchantz de meismes les niefs, veullent vendre & deliverer partie de leur marchandises par leur bone volunte, bien lise a chescuny tieles marchandises achater franchement, saunz empeschement en le port ou tieles niefs vendront, tout ne soient les marchandises mises a la terre par vendre: Issint totes foitz qe nul Marchant nautre ne voise par terre ne par ewe dencontrer tieles niefs chargez de marchandises, de forstaller meismes les marchandises, ou de les arrer par voie de forstallerie, sur les peines contenues en le tierce article des dites ordenances; si qe les Meistres, Mariners & Marchantz apres ce qils averont issint vendu ce qe leur plerra de leur ditz biens, & paie ent la custume, pussent franchement departir & aler, ove leur niefs & tout le remanant de leur biens par la ou leur plerra, saunz custume ent paier: et qe nul de quele condicion qil soit par art ne par engyn ne face ne mette destourbance a nulle nief chargee de marchandie de venir a nul port Dengleterre, forsqe au port ou les Meistres, Mariners & Marchantz veullent premerement de gre arriver; ne apres ce qils serront arrivez se melle de la vente de meismes les marchandises, ne ne destourbe les Marchantz ne leur servantz qils ne pussent meismes par leur mains propres solonc ce qe meultz leur semblera par leur profit demesne, vendre & deliverer leur marchandises a quele heure & as queux qi meultz leur plerra; et si nul y mette destourbance, encourge gref forfaiture devers le Roi solonc la quantite du trespas.

14

Item, acorde est & establi qe monstreson de laines soit faite a lestaple chescun jour de la simeigne, forspris le dimenge, & les solempnes festes del an; et qe nulle monstreson ne vente de laines ne soit faite environ lestaple de trois lewes, fors tantsoulment a lestaple, sur la peine contenue en le tierce article des dites ordenances de lestaple; sauve totes foitz qe chescun Seignour & autre homme qe marchant pusse franchement herberger, monstrer & vendre ses laines qi sont de sa propre cressance, en sa meson demesne ou aillours ou lui plerra.

15

Aussint, acorde est & establi qe lestaple de Weymonster comence sa bounde a Templebarre, & se extend tanqe a Totehill; & aussint en autres Citees & villes, ou les Estaples sont, soient les boundes de meismes les estaples deinz les mures ou les Citees & villes sont murees ou encloses; et en les Citees & villes, qi ne sont pas murez ne encloses, soient les boundes des dites Estaples parmy tote la ville.

Anno 31o EDWARDI III. A.D.1357.

1

In Margine Rotuli.

Statut' editum apud Westm' die Lune p'x' post septimanam Pasche, Anno xxxj.

THE STATUTE MADE AT WESTMINSTER, THE MONDAY NEXT AFTER THE FEAST OF EASTER, IN THE THIRTY-FIRST YEAR.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 13.

AL honur de Dieu & de Seinte Esglise, si est acorde par nostre Seignour le Roi, Prelatz, Countes, Barons, & tote la commune du roialme Dengleterre, en cest present parlement, tenuz a Westmonster le Lundy proschein apres la symayne du Pasqe, lan du regne nostre dit Seignour le Roi Edward, Dengleterre trent & primer & de France disoitisme.

1

En primes qe la grante Chartre & la Chartre de la Foreste soient fermement gardes, tenuz, usez & executz en touz pointz.

Page 1_350

2

Item come a la gref compleinte de la commune du roialme Dengleterre soit monstre, qe les Marchauntz qi achatent laines en feyres & marchez & aillours par covyne & consent entre eux, abbessent le pris de laynes, & usent autre pois qe nest ordine par estatut devant ces heures, en arerissement du poeple; Si est acorde & establi qe proclamacion soit faite par tote le Roialme, qe nul Marchaunt face tiele covyne sur gref forfaiture; si nul face a lencontre apres la proclamacion faite, le Roi assignera ses Justices denquere a suyte de partie de touz qi font tiele covyne, & doier & terminer par le Roi & par la partie. Et qe certeines belaunces & pois, de sac, dimy sac & quarter, livre, dimy livre & quarteron, acordauntz a lestandard de lescheqier, soient mandez as touz viscontz Dengleterre, entre cy et la Nativite Seint Johan proschein avener, Issint qils receues les dites belances & pois, facent proclamacion par touz lour Counteez, qe chescun qi voudra aver tieu belances & pois viegne au viscont devant le Seint Michel, de faire lour belances & pois acordantz au dit estandard, a lour coustages, saunz rien doner au visconte par lassay ou lensample des dites belances & pois aver; & qe desadonqes nul ne vende nachate par autre pois, et si nul face a lencountre soit puny par fyn a la volente le Roi.

3

Item, si nul homme ou villee soit charge en lescheqier, par estrete des Justices, des chateux des futifs & de felons, & voet allegger en descharge de lui autre qi soit chargeable, soit oi & outre fait droit.

4

Item, come les ministres des Evesqes, & autres ordinairs de seinte Esglise, pregnent du poeple grevouses & outrageouses fynes, par le proeve des testamentz, & par les acquitances ent faire; le Roi ad charge Lercevesqes de Canterbirs & les autres Evesqes qils en a mettent amendement; & sils ne facent, acorde est qe le Roi fera enquere par ses Justices des tieux oppressions & extorsions, & de les oier & terminer, sibien a la suyte le Roi come de partie come auncienement ad este use.

5

Item, come ordine soit par estatut, qe les tonelx de vin duissent contenir certein nombre des galons solonc launciene gauge, & ore ils sont amenusez par defaute del office de gauge malement use, a grant damage du poeple; Acorde est & establi, qe le dit estatut soit tenu & garde en touz pointz; & outre ceo si nul vende tonel ou pipe de vin nient gauge, qe le vendour forface mesme le vin ou la value devers le Roi.

6

Item, coment qe par estatut nadgairs fait fuist ordine, qe les issues fins & amercimentz des servantz, artificers & autres overours, ajuggez devant Justices des laborers, serroient au Roi apres les trois anns de la quinzisme triennale, adonqes grante au Roi par la commune de son roialme; Acorde est & assentu, qe les Seignours des fraunchises, qi ont fins issues & amerciementz par point de chartre ou en autre manere, eient desore enavant les dites fins issues & amerciementz des laborers, qi a eux appartiegnent de droit, tant come la Justicerie des laborers dure: Issint totes voies qe les ditz Seignours facent contribucion a paiement des feez de tieux Justices des laborers, solonc lafferant des profitz qils enprendront.

7

Item, acorde est qe lestatut des laborers soit aussibien tenuz en la Citee & les Suburbes de Loundres & en les Cynk portz & autres franchises qeconqes come aillours en Engleterre: & qe le Roi assigne ses Justices denquere & doier & terminer, de ceux qi ont amesnez laines quirs & peaux lanutz as parties de dela, & ent fait covyne & excesses, & autrement attempte contre les ordinances & la forme de lestatut de lestaple.

Page 1_351

8

Item, acorde est & assentu par commune profit & ese du poeple qe chescun Marchant & autre, sibien alien come denzein, puisse amener as parties de dela qe soient de lamiste le Roi, laines quirs & peaux lanutz, del quint jour de Maij proschein avener, tanqe a la feste de Seint Michel proschein seuant, paiant par chescun sak cynqant souldz, & par trois Centz peaux lanutz atant, & par le last des quirs Cent soldz, par la custume & subside dicels: et qe nul Marchant nautre qi achate laines face autre refuys des laines qi ne soleit estre fait devant ces heures; cest assaver de Cot, Gare & vileine tuson; et qe chescun sac contiegne vint & sis peres, & chescum pere quatorze livres, solonc le pois de lestandard de Lescheqier, & nemy plus ne meins: et qe totes les laines peaux & quirs, achatez en paiis soient amenez a les estaples, & illoeqes demoergent a meins quinz jours; & si eles ne puissent illeoqes estre venduz ou delivers deinz les quinz jours, soient amesnez as portz ordines par les estaples, a passer dilleoqes as parties susdites, paiantz les custumes & subsids avantdites: & qe nulles lains vendables soient herbergez monstrez ne vendues deinz trois lewes de lestaple, forsqe en mesme lestaple; sauve qe chescun Seignour, & autre homme qe marchaunt, puisse fraunchement herberger monstrer & vendre ses laines qi sont de sa propre cressaunce en sa meson demesne & aillours ou lour plerra.

9

Item, acorde est & establi qe les Chaunceller & Tresorier qi pur temps serront, ove lavis dautres du conseil le Roi, eient poer dalloigner le terme du passage des laines, quant ils verront qe meister serra.

10

Item pur ceo qe les pessoners, Bochers, Poleters, & autres vendours des vitailles en la Citee de Loundres, par colour dauscunes chartres, & par malveis interpretacion des ascunes estatutz faitz en avantage du poeple qe chescun homme porra franchement vendre ses vitailles sanz destourbance, saunz ceo qe Maire, viscontes, ou autres Ministres se deivent meller de la vente; Acorde est & assentu qe chescun homme qi amene vitailles, queu qils soient, al a dite Cite par terre ou par eawe les puisse franchement vendre a qi qe lui plerra, sanz estre destourbe ou empesche par pessoner, Bocher, Poleter, ou autre quicunqes; et qe les Maire & Aldermans de la dite Cite puissent reuler & redrescer les defautes des pessoners, Bochers, & Poleters, come ils font ceux qi vendent pain, vin & cervois; nient contresteant chartres de franchises, estatutz, custumes, ou autres privileges, faitz ou usez a contraire: et qe les dites Maire & Aldermans le facent & mettent en execucion, sur peine nadgairs ordine tochante la Cite de Londres, Issint qe le punissement des tieux ne soit faite par cause de singuler profit.

11

Item, acorde est & assentu qe en cas ou homme devie intestat, les ordinairs facent deputer de plus proscheins & plus loialx amis du mort intestat, par administrer ses biens; les queux deputez eient accion a demander & recoverer come executours les dettes dues au dit mort intestat, en la Court le Roi, par administrer & despendre par lalme du mort; et respoignent auxint, en la Court le Roi, as autres as queux le dit mort estoit tenuz & obligez, en mesme la manere come executours respondront; et soient accountables as ordinairs, si avant come executours sont en cas de testament, sibien de temps passe come de temps avenir.

12

Item, acorde est et establi qe en touz cas touchauntz le Roi ou autres persones, ou homme se pleinte derrour fait en procesP351A1 [P351A1] Interlined on the Roll.1_352 en Lescheqier, les Chaunceller & Tresorer facent venir devant eux, en ascune chambre du conseil joust Lescheqier,P351A2 [P351A2] Interlined on the Roll.1_352 le record du proces hors de Lescheqier,

Page 1_352

& prises a eux Justices & autres sages tieux come lour semblera qi sont aprendre; & facent auxint appeller devant eux les Barons de Lescheqier par oier lour informacions & les causes de lour juggement, & sur ceo facent duement examiner la busoigne; & si ascun errour ysoit trove, le facent corriger, & amendre les roules, & puis reenvoier les en lescheqier pur faire ent execucion sicome appartient.

13

Item, nostre Seignour le Roi considerant les bones eides qe les communes de son roialme lui ont sovent fait, & les grantz & diverses charges qils ont suffert, par cause des guerres & autres adversites qi sont einz ces heures avenuz, si ad en relevement des dites communes pardone & relesse a eux totes eschapes des larons & de felons, & chateux des felons & de futifs, avant ces heures echeuz, qi ne sont unqore ajuggez devant Justices, ou mis en estrete; & aussint touz amerciementz nient affirez, dount la comunalte du Countee, hundred, wapentak, ou villee deveroit ou purroit, en commune & nemye particulerment, devers le Roi ou ses heirs en Eyre des Justices, apres ces heures par tut le temps passe estre charge, & quantqe appartient au Roi des eschapes chateux & amerciementz susditz, forspris les escapes des Clercz convictz, hors des prisons des Prelatz lour ordinairs; et sur ceo ad grante a la comunalte de chescun Countee chartre de cel pardoun quite du fee de seal qi a lui appartient: Por queu pardoun & reles les dites communes ont grantez a nostre Seignour le Roi une quinzisme annale, a lever & coiller en manere come le darreine quinzisme grante au Roi estoit leve; & a paier a les festes de Seinte Michel & de Pasqe proscheins avenir par oweles portiouns; et nostre Seignour le Roi ad grante as dites communes, qe pur la dite quinzisme issint grante nul or soit demande ne leve al oeps la Roigne, einz soient mesmes les communes ent en tout deschargez: et aussint le Roi ad grante qe tieux eschapes & chateux esteantz en les mains des Ministres le Roi & dautres singulers persones qi sont en vie, soient ajuggez devant gardeins de la pees en chescune Countee Dengleterre, par presentement, aussint come devant Justices en Eyre; & soient les estretes, par endenture faite entre eux & les coillours de la quinzisme, liverez a mesmes les coillours, a lever al oeps de la commune en eide de lour paiement de la dite quinzisme; Issint qe mesmes les Coillours facent en distribucion entre les villees, solonc la necessite de chescune dicelles, & par surveue & ordinance de mesmes les Justices.

14

Et outre ceo est acorde, qe les eschapes de larons & felons, & les chateux des felons & des futifs, & aussint eschapes des Clercs convictz hors de prison de lour ordinairs, desore ajugger devant qecunqes Justices nostre Seignour le Roi, soient levez de temps en temps come ils escherrent; sibien de temps passe come de temps avenir.

15

Item, come en la grant chartre soit contenu, qe nul visconte ou son Baillif face son tourne par hundred, forsqe deufoitz en lan, en lieu due & acustume, cest assaver unefoitz apres le Pasqe & autrefoitz apres le Seint Michel; & ore plusours de la commune se ont grevousement compleint qascuns viscontes font sovent lour tourns en Quarresme, quant homme deveroit entendre a devocion & autres oeverres de charite, par remedie de salme, & a la foitz apres la gule d'Augst quant chescun apoi est occupie entour le sciere & lentrere de ses bledz; par quoi le poeple se sent mold grevez & deseisez: nostre Seignour le Roi, desirant la quiete de son poeple, ad ordine & establi, qe chescun visconte desore face son tourne annuelment, unefoitz deinz le Mois apres Pasqe, & lautrefoitz deinz le Mois apres le Seint Michel; & sils le tiegnent en autre manere qadonqes ils perdent lour tourne par le temps.

Page 1_353

Rex Vic' Middlesex' salutem. Quedam ordinaciones et statuta per nos, Prelatos, Duces, Comites, Barones, & Communitatem regni nostri Anglie, in parliamento nostro apud Westmonasterium, die Lune proxim' post septimanam Pasche proxim' preterito tento, pro communi utilitate dicti regni factas, tibi mittimus sub pede sigilli nostri; tibi precipientes quod dicta ordinaciones & statuta in pleno Com' tuo, & aliis locis in balliva tua, in locis ubi melius expedire videris, publice proclamari & quantum in te est firmiter teneri & ab aliis observari, fac'. T. Rege. apud Westmonasterium primo die Augusti.

per ipsum Regem & consilium.

Consimilia brevia diriguntur singulis Vicecomitibus per Angliam sub eadem data.

2

In Margine Rotuli.

Ordinacio facta de allece vendend'.

AN ORDINANCE MADE CONCERNING THE SELLING OF HERRINGS.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 13. d.

PORCE qe la Commune du Roialme Dengleterre, en parlement tenuz a Westmonster le Lundy proschein apres la symaygne de Pasqe, lan du regne nostre dit Seignour le Roi Edward Dengleterre trente primer, & de Fraunce disoitisme, sad pleinte a nostre Seignour le Roi, qe par cause qe les gentz de Grant Jernemuth encontrent les peschours, menantz harang a la dite ville en temps de feyre, & achatent & forstallent le harang, avant qil veigne a la ville; & auxint les hostillers de mesme la ville, qi herbergent les peschours venantz illoeqes ove lour harang, ne veullent soeffrir les ditz peschours vendre lour harang, ne meller de la vente dicels, einz le vendent a lour volunte demesne, si cher come ils veullent, & donent as peschours ceo qi lour plest; par quoi les peschours se retrehent de venir illoeqes, & issi est le harang mis a plus grant chierte qe unqes ne fust; a grant damage nostre Seignour le Roi, des Seignours & de tout le poeple; par quoi nostre Seignour le Roi, veant le meschief en celle partie, par assent des grantz & de tout la commune, ad ordine & establi remedie sur les ditz meschiefs, en la fourme qi sensuyt:

1

Primerement qe nul harang soit vendu nachate en mier, tanqe les peschours soient venuz en haven ove lour harang, & qe la corde de la nief soit trete a la terre.

2

Item qe les peschours soient franks de vendre lour harang, as totes gentz qi veignent a la feyre de Jernemuth, saunz nulle destourbance de lour hostilers ou autres queconqes; et quant les ditz peschours veullent vendre en port lour marchaundises, eient lour hostilers ovesqe eux sils y veullent estre, & en lour presence, & en presence dautres marchantz en apert, vendent lour marchandises a qi qe lour plerra; et si autres marchantz presentz veullent aver part des dites marchandises,P353A1 [P353A1] om  Old Printed Copies1_354 eit chescun qi claime sa part pur le pris, solonc lafferant, de mesmes les marchandises issint venduz; & soit la dite vente faite du solaill levant tanqe a soleill recours, & nemie devant ne apres, sur forfaiture de mesmes les marchandises: et qe les ditz peschours soient franks dachater lour vitailles, & ceo qi lour besoigne, ou qi lour plerra. Et qe nul hostiler nautre nachate nul harang, par pendre en meson, par covine ne en autre manere, plus haut la last de xl. sould, mes meins en tant come il poet, solonc ceo qil porra acorder ove le vendour; et qe nul hostiler, ne nul de lour vallettz, ne nul autre qi qe ceo soit, venant a la dite feyre, naille par mier ne par terre de forstaller le

Page 1_354

harang, en prive nen apert, mes qe le harang veigne franchement nient vendu en le haven: ne qe nul RennerP354A1 [P354A1] Riuer Old Printed Copies.1_355 ne face achate de harang fresch deinz le haven de Jernemuth, parentre les festes de Seint Michel & de Seint Martyn, sur peine demprisonement a la volunte le Roi, & de forfaiture de tout le harang issint achate. Et qe nul vessel, appelle Pyker de Londres, ne de nulle part aillours, nentre deinz le dit haven par encherer la feyre, a damage du poeple; sur peine de forfaire lour vesselx, & touz lour chateux trovez dedeinz Et q touz les hostilers soient sermentez, devant les gardeins de la feyre, & enjointz sur gref forfaiture du Roi, de receiver lour houstes bien & covenablement, & de eux eider & eiser resonablement, prenant de chescune last qi serra vendue, as autres marchantz q'as ditz hostilers, quarrant deniers; et qe de harang vendu as mesmes les hostilers, de pendre en lour mesons, riens ne prendront les hostilers, & ceo par cause des profitz qils averont des vitailles venduz a lour ditz houstes, & davantage qils ont plus qe autres du coriage de harang, issint par eux achate & pendu en lour mesons: et qe les hostilers, par cause de ceste ordinance, ne refusent lour houstes, einz les receivent & tretent en bone manere & aimable, come ils ont fait avant ces heures; & qils, par lavantage de les quarrant deniers du last, empreignent par le paiement de tut le harang qi serra vendu par lour assent as qeconqes persones. Et soit le cent de harang acompte par vixx. & le last par xMi; et qe les marchantz de Jernemuth, de Loundres, & aillours, vendent le mill de harang au poeple, solonc lafferant du pris du last: et qe deux lastes de Shotenharang fresche soient venduz par le pris de lafferant de la chate dune last du plein harang: et qe les gentz de Jernemuth vendent le last de haring seche, achate par quarrant souldz fresche, ou dedeinz quarrant souldz,P354A2 [P354A2] jours Old Printed Copies.1_355 par dimi marc de gaine & nemye outre: et qe les gentz de Loundres a tiel fire le last amesne de Jernemuth en Loundres, par un marc de gaine & nemy outre.P354A3 [P354A3] Interlined on the Roll.1_355 Et aussint soient deux lastes de Shotenharang fresche venduz par la pris de lafferaunde de la chate dun last de harang plein, & issint de plus & de meins solonc mesme lafferaunt; & de Shotenharang soor soient deux lastes venduz plus chier dune marc qe la last de harang plein soor; & ce par cause qe la coriage du last de Shotenharang coust a tant come le last de harang plein, & issint de plus & de meins solonc mesme lafferaunt: et qe les niefs appellez Pykers achatent fraunchement harang fresche, & toutes autres marchaundises, des pescheurs en Kirkele, & aillours sur costeres de la mier, saunz empeschementz ou destourbance de lour hostilers de Jernemuth, ou de nul autre; Issint toutefoitz qe plus de harang ne soit deschargez en la rode de Kirkele, hors de niefs de peschours, fors tant qe purra resonablement suffire a la charge de Pykers, q'illoeqes vendront par celle cause; et qe les peschours soient artez de amener tout le remenaunt de lour harang a la dite feyre, de vendre illoeqes; issint qe nul ne pende harang, nul part environ le haven de Jernemuth par sept lewes, sinoun en trois villes de Jernemuth, cest assaver Eston' Weston' & Southton', sil ne soit harang de lour pescherie demesne. Et nostre Seignour le Roi voet, qe les Barons de Cynk portz facent garder & governir la dite feyre, solonc la composicion nadgairs faite entre eux & les gentz de la ville de Jernemuth, confermeP354A4 [P354A4] Interlined on the Roll.1_355 par lael nostre Seignour le Roi; et qe mesmes les Barons, & les Baillifs de Grant Jernemuth, facent garder cestes presentes ordinances en touz pointz, & crier chescune Dymenge parentre le Seint Michel

Page 1_355

& le Seint Martyn, sur peine de perdre lour fraunchises, & destre puniz a la volunte le Roi. Et qe les gentz de Jernemuth soeffrent les ditz Barons de Cynk Portz governir & reuler la dite feyre, solonc le purport de la composicion avantdite, & due execucion estre faite de cestes ordinances, sur la peine darreinement susdite. Et soient cestes ordinances, en droit de vente & chate de harang, tenues en totes les villes Dengleterre, ou harang est pris & secche, sur les peines susdites.

3

Et acorde est par nostre Seignour le Roi, les grantz, & tote la commune en cest parlement, qe les Chaunceller & Tresorer, pris a eux Justices & autres du conseil le Roi, tieux come lour semblera, eient poer dordiner remedie de la chate & vente de Stokfisshe de Seint Botolph, saumon de Berewyk, & des vins & de pesson a Bristuit, & aillours; au fin qe le Roi & le poeple soient meuth servitz, par melliour marche qils nount este devant ces heures, & qe lordinance par eux faite en celle partie soit fermement tenuz.

3

In Margine Rotuli.

Ordinacio de Pisce salito de Blakeney; Ano xxxj.

AN ORDINANCE CONCERNING THE SALT FISH OF BLAKENEY; IN THE THIRTY-FIRST YEAR.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 14. d.P355Astar [P355Astar] The Readings in the Notes marked m. 13. d. refer to a more antient, but apparently less perfect, Copy of this Ordinance, which is entered on the back of the succeeding Membrane of the Roll; being there intituled in the Margin Ordinacio facta de pisce salito vendendo; and immediately following the Ordinance printed as Statute 2. of this Year.1_356

PORCE qe monstre est a nostre Seignour le Roi, par les communes de son Roialme Dengleterre, en sonP355A1 [P355A1] cest present m. 13. d.1_356 parlement tenuz a Westmonster, le Lundy proschein apres la semaigne de Pasqe, lan du regne nostre Seignour le Roi, cestassaver Dengleterre trent primer & de France disoitisme, qe pessons salez de Blakeneye & de les costeres joignantz, sont & devant ces heures ont este venduz a trop chier & excessif pris, a grant damage de nostre Seignour le Roi, des grantz & de tout le poeple du dit Roialme, de quoy les ditz communes prient remede; Nostre Seignour le Roi desirant sur ce mettre amendement, en eise de son poeple, & par assent des Prelatz, & autres grantz & communes, ad ordegne & establi sur la vente des ditz pessons, en la manere qi sensuyt.

1

Primerement, qe touz les niefs appellez Doggeres & Lodshippes, appurtenantz al Haven de Blakeneye & des costeres joignantz, cest assaver de Suyterle, Wyueton', Claye, Salthous, Shiryngham & Crowemere, deliverent & deschargent lour pesson dedeinz le havene de Blakeneye tantsoulement, parentre Benorde & Hoghflete, & en nul lieu aillours; sur peine demprisonement a la volunte du Roi & forfaiture de mesme le pesson. Et qe nul pesson seit livere ne porte hors du nief, a nully maison ne aillours, avant qe le Seignour du nief, en quele le dit pesson est chargee, & le Marchant qui le pesson achatera, soient acordez du pris dicelle, & ce par cler jour.

2

Et qe nul peschour, ne Seignour du nief, ne nul autre ne mette main sur nul pesson deinz nief, par le pesson trier eslier ou empeirer,P355A2 [P355A2] empirer m 13. d.1_356 fors soulement lachatour, ou son attorne, sur la dite paine. Et qe nulle pesson, appelle Lochefissh, ne soit eslu ne trie fors tantsoulement

Page 1_356

en trois parties, cestassaver Lob ByngP356A1 [P356A1] m. 13. , also reads Byng here and throughout the Ordinance; all Printed Copies, except Hawkins's, read Lyng.1_364 & Cod; & qe chescun de mesmes les trois sortz de Lob Byng & Cod soit bon & covenable, come en ancien temps estoit usee; et en cas qe nul orgois,P356A2 [P356A2] Orgeys m. 13. d. and so throughout the Ordinance. 1_364 cestassaver pesson plus grant qeP356A3 [P356A3] de m. 13. d. 1_364 Lob, soit trove en nief appelle Lodship, en le Cent de Lob Lyng ou Cod, eient les mestres & mariners de chescun Cent de Lob Lyng & Cod, le cent acompte a dis vintz, vint orgois si tantz y soient; et si mens y soient eient les Mestres & Mariners touz les orgois; et si plus y soient, soit le surplus, oultre les vintz a chescun Cent, mys a le pesson achate, en amendement du pris dicel a profit del achatour. Et qe par lavis des Marchantz & achatours des Seignours venantz a la feire de Blakeneye, & des Seignurs des niefs, soit a comencement, avant qe nul vente se face, certein pris mys & assiz, sur le pesson de Doggerefissh & lochefissh, queu pris soit tenuz durante la feire; & qe tout le dit pesson soit vendu a tiel pris en appert, & nemye par covyne privement en muscet: et qe nul Seignour de nief, mariner nautre ne herberge ne face herberger en lour maisons, en prive nen appert, pesson en la mod, ne pesson sek, par revendre altrefoitz a retaill, einz soit tout tiel pesson vendu resonablement, dedeinz les boundes susdites a foer & pris devantditz sur mesme la peine. Et qe nul homme achate retz, hokes, nautres instrumentz appurtenantz a pescherie, en le countee de Norff', forspris Seignours, mestres, & mariners des niefs qui usent le mester de pescherie, & qont affaire des tielles choses, sur peine demprisonement & destre reintz a la volunte le Roi, & sur forfaiture des choses issint achates.

Et qe nul deliverance soit fait del dit pesson, sanz presence de sis hommes a ce esluz, par les bones gentz de les villes de Suyterle, Wyueton', Claye, Salthous, & Shiryngham, & les Seignours & Mestres des niefs, & les Marchantz; queux sis hommes, cynk, quatre, trois, ou deux de eux a meins, soient toutefoitz en presence, ove les Seignurs & Mestres de les niefs, & les Marchantz, a chescun deliverance affaire; et serront les ditz sis hommes esluz jurrez, de bien & loialment sercher si nul orgois soit trove en muscet, ultre vint orgois qe les Mestre & Mariners averont del cent, come dessus est dit; et si plus orgois soit trove en muscet, soit meintenant arestu par les ditz hommes esluz, a celle heure presentz, & forfait a nostre Seignour le Roi.P356A4 [P356A4] These Sentences are not inserted in the Copy entered on m. 13. d; nor in the Old Printed Copies.1_364 Et qe nul Seignour de nief, Mariner nautre ne face empeschement, nene soit rebel en nul point, contre ceste presente ordinance; ne qe nul Mariner ne peschour, par cause de ceste ordinance ne lesse ne refuse daler pescher, come il soleit devant ces heures faire, nene destourbe covenante faite parentre marchant & Seignour du nief, sur peine demprisonement & destre reint a la volunte le Roi; et qe sur ce brief soit mande au visconte de Norff', q'a chescuny pleinte qi vorra suir pur le Roi ou pur lui mesmes contre ceux qui vendront en ascun point contre ceste ordinance, face attacher les ditz rebelles & trespassours, & les detenir en prison, tanqe le Roi & son conseil eient ordeignez de eux ceo qe droit demande, selonc la quantite de lour trespas.

Page 1_364

Anno 34o EDWARDI III. A.D. 1360-1.

In Margine Rotuli.

Statutum fc'm in P'liamento tento apud Westmonasterium; anno xxxiiijto.

A STATUTE MADE IN THE PARLIAMENT HOLDEN AT WESTMINSTER; IN THE THIRTY-FOURTH YEAR.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 10.

CES sont les choses queles nostre Seignour le Roi Prelatz Seignours & la commune ont ordinez en cest present parlement, tenuz a Westmustier le Dymenge proschein devant la feste de la Conversion de Seint Poul, a tenir & publier overtement parmy le Roialme; Cestassavoir:

1

Primerement qe en chescun Countee Dengleterre soient assignez, par la garde de la pees, un Seignour, & ovesqe lui trois ou quatre des meultz vauez du Countee, ensemblement ove ascuns sages de la ley, & eient poer de restreindre les mesfesours, riotours, & touz autres barettours, & de les pursuir, arester, prendre, chastier, selonc leur trespas ou mesprision; & de faire emprisoner, & duement punir selonc la ley & custumes du Roialme, & selonc ce qils verront mieltz affaire par lour discrescions & bon avisement; & auxint de eux enformer & denquere de touz ceux qi ont este pilours & robeours es parties de dela, & sont ore revenuz & vont vagantz, & ne voillent travailler come ils soleient avant ces hours; & de prendre & arester touz ceux qils purront trover par enditement, ou par suspecion & les mettre en prisone & de prendre de touz ceux qi sontP364A1 [P364A1] qi ne sont Lib. Scacc. Westm. IX; MS. Cott. Nero C. I; and the Old Printed Copies.1_365 de bone fame, ou ils serront trovez, souffisant seurete & meinprise de

Page 1_365

lour bon port, devers le Roi & son poeple, & les autres duement punir; au fin qe le poeple ne soit par tieux riotours troble nendamage ne la pees enblemy, ne marchantz nautres passantz par les hautes chemyns du Roialme destourbez ne abaiez du peril qi purra avenir de tieux meffesours: & auxint doier & terminer a la suite le Roi, tote manere de felonies & trespas faites en meisme le Countee, selonc les leys & custumes avantdites; & qe briefs doier & terminer soient grantes selonc les estatuz ent faites, mes qe les Justices qi enserront assignez soient nomez par la Court, & nemie par la partie. Et le Roi voet qe totes generales enquerres avant ces heures grantez deinz seignuries queconqes par les meschiefs & oppressions qi ont este faites au poeple par tieles enquerres, cessent outriement & soient repellez: Et qe fins qi sont affaire devant Justices, par trespas fait par ascune persone, soient resonables & justes, eant regard au quantite du trespas & les causes par queles eles sont faites.

2

Item acorde est qe prises desore ne soient faites par autres qe par les purveours le Roi, ma Dame la Roine & le Prince lour eisne filtz; & qe si Purveours des autres facent tieu prises soit fait de eux come des gentz qi fount sanz garaunt, & lour fait jugge come chose faite contre la pees & la ley de la tre; & soient tieux qi se fount purveours en la manere duement puniz.

3

Item des porveances faites al oeps la Royne & du Prince, du polaille & dautres menuz choses, soit paiement fait en poigne sur la prise; & des autres grosses porveances deinz le Mois ou sis simaignes es Countees ou ils serront prises; & qe le nombre de tieux purveours soit abregge, en tant come bonement purra par eide & quiete du commune poeple.

4

Item porce qe viscontes & autres ministres sovent arraient lour panels en tote manere denquestes des gentz procurez & pluis lointifs du Countee, qi nont conissance du fet dount lenqueste serra prise; Acorde est, qe tieu paneles soient faites des plus proscheins gentz, qi ne sont pas suspectes, ne procurez; & qe les viscontes, Coroners & autres ministres qi font alencontre soient puniz devant les Justices qi la dite enqueste prendra, selonc la quantite de leur trespas, sibien devers le Roi come devers la partie, par la quantite du damage qil ad suffert en tieu manere.

5

Item est accorde, qe ceux qi serront assignez de garder la pees eient poair denquere des mesures & auxint des pois, selonc lestatut ent fait lan du regne nostre Seignour le Roi vint & quint, en quel est contenu la forme qi sensuit. Porce qe tresgrant damage & desceit est fait au poeple par tant qe pluseurs Marchantz usent dachater & poiser leines & autres marchandises par une pois qest appelle Aunselle; Acorde est & establi, qe celle pois appelle Aunselle entre achatour & vendour soit de tout ouste, & qe chescun vende & achate par balances; issint qe les balances soient owels & les leins & autres marchandises owelement poisez par droit pois, et qe le sac de leine ne poise qe vint & sis peres, & chescun pere poise quatorze livres, & qe lestater de la balance ne encline ne a lune partie ne al autre, & qe le pois soit acordant al estandard del Escheqer; et si nul Achatour face al encontre, soit grevousement puny sibien a la suite de partie come a la suite nostre Seignour le Roi.

6

Item come contenu soit en la grant Chartre, q'une mesure soit use parmy tut Engleterre, la quele Chartre nad mie este tenue bien en ce point avant ces heures; si est acorde & assentu, qe totes les mesures, cest assavoir bussel demy bussel & Peck, galon potel & quart, par tout Engleterre deinz franchise & dehors

Page 1_366

soient acordantz a lestandard nostre Seignour le Roi; et contiegne le quarter oyt bussels par lestandard, & nient plus; & soit chescune mesure de ble rase saunz comble, sauvez les rentes & fermes des Seignours queles soient mesures par tiele mesure come eles soleient avant ces heures; et facent les purveours le Roi, ma Dame la Roine & touz autres lour porveances par mesmes les mesures rases & en mesme la manere: & a totes les foitz qi mestier serra le Roi assignera certeins Justices en cheschune Countee, denquere & doier & terminer sur les pointz susditz, & de faire sur ce due punissement, selonc chescuny trespas, sibien a la suite de partie come a la suite le Roi; issint totesfoitz qe tote manere des franchises soient sauvez as Seignours en toutz pointz: les queles choses le Roi voet qe soient criez en chescune Countee, deinz franchise & dehors entre cy & la Pasche proschein avenir, au fin qeles soient gardez & tenuz en toutz pointz; & qe les dites gardeins de la pees enquergent & punissent touz ceux qils troveront qaveront fait contre le dit estatut, apres la dite proclamacion faite. Et soit aussint meisme la proclamacion faite en Citees, Burghs, & villes enfranchez, qe les ditz articles ysoit tenuz et gardez en touz pointz, sur les peines contenues en lestatut fait lan du regne nostre Seignour le Roi vint et oytisme, touchant la Citee de Londres, & autres Citees & Burghs du Roialme; & sils ne gardent les ditz articles, le Roi en lour defaute ferra mettre meisme lestatut fait de meismes les peines en execucion contre eux.

7

Item acorde est contre la fauxine des Jurrours qe chescun homme contre qi ils passent puisse avoir latteint, sibien en plee Reale come personele; & qe latteint soit grante as povres qi voillent affier qils nont riens de ent faire fin sauve lour contenance saunz fin, & as touz autres par eise fin.

8

Item qe en chescun plee dount lenqueste ou lassise passe si aucun des parties voudra suir vers ascuns des Jurrours qil ad pris de son adverser ou de lui, par dire son verdit, soit oy; & eit sa pleinte meintenant par bille devant les Justices devant queux ils jurrerunt, & qe le jurrour soit mis a respoundre saunz nul delai; & sils pledent au paiis, qe enqueste soit pris maintenant: et si nul homme autre qe la partie vodra suyr par le Roi vers le jurrour, soit oy & termine come dissus est dit; et si le jurrour soit atteint a suite dautre qe la partie & face fin, qe la partie qi seust eit la moite du fin; et qe les parties au plee recoverent lour damages par taxacion de lenquest, & qe le Jurrour issint atteint eit la prisone dun an quel emprisonement le Roi grante qe ne soit pardone par nul fin. Et si la partie voudra suier par brief devant autres Justices eit sa suyte, en la forme avantdite.

9

Acorde est en ceste present parlement qe lestatut des laborers auncienement fait estoise en touz pointz; forspris la penance pecuniere quel desore est acorde qe les laborers ne soient pas punitz par fins & raunceons; & est assentuz qe le dit estatut soit efforce en punissement des laborers en forme qi sensuyt; qe les Seignours des villes les puissent prendre & emprisoner par quinze jours, sils ne se voillent justicer, & adonqes les maunder au proscheine gaole illoeqes a demorer tanqe ils se voillent justicer par forme de lestatut; Et qe le viscont Gaoler nautre ministre ne lui lesse a nulle mainprise nen baille et sil face qil paie au Roi x. li. & a la partie C. s. ne qe le visconte Gaoler nautre ministre ne preigne nul fee ne porterage du prison ne a son entree ne a son issir sur mesme la peine. Et qen ceste ordinance soient comprises sibien Carpenters & Maceons, come touz autres laborers servantz & artificers; & qe

Page 1_367

les Carpenters & Maceons preignent desore salarie par la journeie, et nemie par simaigne nen autre manere; et qe les chiefs mestres des Carpenters & Maceons preignent le jour iiij d. & les autres iij. ou ij. d. solonc ce qils vaillent: et qe totes alliances & covignes des Maceons & Carpenters, & congregacions Chapitres ordinances, & serementz entre eux faites ou affaires, soient desore anientiz & anullez de tout: Issint qe chescun Maceon & Carpenter de quel condicion qil soit, soit arte, par son Mestre a qi il sert, de faire chescun overaigne qi a lui appent affaire, ov de fraunche pere ou de grosse pere, et aussint chescun Carpenter en son degre; mes bien lise a chescun Seignour & autre de bargainer & covenancer de lour overaignes en grosse ou tiels laborers & artificers quant leur plerra issint qils parfournent tielz overaignes bien & loialment, selonc les bargaine & covenant ove eux ent faitz.

10

Item des laborers & artificers qi salloignent hors de lour services en autre ville ou en autre Countee, qe la partie eit sa suite devant Justices, & qe le visconte lui preigne au premer jour come est contenu en lestatut, sil soit trove, & face de lui execucion come dessus est dit; et sil retourne qil nest mie trove eit lexigende au premer jour, & ce suy tanqe il soit utlaie; & apres la utlagarie soit brief de mesmes les Justices mande a qeconqe visconte Dengleterre qe la partie vodra suir de lui prendre, & lui mander au visconte du Countee ou il est utlae; et quant il serra illoeqes mesne, eit illoeqes la prison tanqe il se voet justicer, & eit fait gree a la partie; Et nientmeins par sa fauxine soit ars en le frount dune fer fait & fourme au manere de la lettre F, en signe de Fauxine si la partie greve le vodra suyer; mes soit celle penance de larson mis en respit tanqe al Seint Michel proschein avenir, & adonques ne soit mie execute sil ne soit par avis des Justices, & demoerge le fer en la garde du viscont. Et qe viscont & chescun Baillif de franchise soit entendant au pleintif de mettre ceste ordinance en execucion sur la peine avantdit: et qe nul laborer nartificer ne preigne nulle manere de lower le jour de festes.

11

Item qe si nul laborer servant ou artificer salloigne a ascun Citee ou Burgh, & la partie pleintif veigne au Meire & Baillifs & demande la liveree de son servant, qils lui facent la liveree sanz delay; & sils le refusent de faire, eit le pleintif sa suite devers les Maire & Bailiffs devant les Justices de laborers; et si de ce soient atteintz paient au Roi x. li. & a la partie C. s.

12

Item, come la commune se eit pleint des Eschetours, queux par colour de lour office ont seisiz plusours terres & tenementz come forfaites au Roi par treson surmys en persones mortes, qi unqes ne furent atteintes en lour vies; le Roi en ad bon regard: Mes porce qil & ses progenitours ont este seisiez des forfaitures de guerre de tout temps, le Roi ne se voet ouster de tiel droit, dont il trova sa Corone seisie, & cel droit voet continuer de tieux forfaitures escheues en son temps & en temps son piere, en la manere come ad este usee; nientmains de sa grace especiale il voet & graunte qe de tieux forfaitures escheues en temps son ael & touz ses progenitours pardevant a pluistost qenquest ent serra retourne en Chancellerie par Eschetour ou autre qi poair ad denquere, qe le tenant ne soit pas ouste de sa possession, mes soit garny par Scire facias destre au certein jour de respoundre a cel Scire facias sil voudra: Et si nulle tiele forfaiture soit ore, ou serra seise de cel temps, qe la main le Roi ent soit ouste: Issint totes voies qen touz autres cas de forfaiture de treson des persones mortz

Page 1_368

nient atteintz ne juggez en lour vies, ne soient pas lour heires ne lour terre tenantz empeschez ne chalengez; ne de nulle autre forfaiture forsprises les forfaitures auncienement ajuggez apres la mort des persones par presentementz en Eyre ou en Baunk le Roi, come des felons de soi & autres.

13

Item accorde est, qe chescun Eschetour preigne ses enquestes de son office des bones gentz & loialx, qi soient enheritez soufficealment & de bone fame, & de mesme le Countee ou lenquerre se ferra; & qe les enquestes issint prises soient endentez entre les Eschetours & les jurrours, et si autrement soit fait qe tieles enquestes soient tenuz par nulles: & le Roi voet qe tieles enquestes soient prises en bones villes, overtement & nemie en prive.

14

Item acorde est, qe ou terres ou tenementz soient seisiz en la main le Roi par office deschetour, contenant qe le tenant le Roi en fist alienacion sanz conge le Roi, ou qe le tenant le Roi par service de Chivaler morust seisi des terres & tenementz avantditz en son demesne come de fee, & son heir deinz age, & puis la cause certifie en la Chauncellerie & cellui qi terres sont seisitz, viegne en Chauncellerie, & voet tranverser loffice qi fut primes pris par mandement du Roi, qe les dites terres ne soient mie seisables, soit il a ceo receu, & soit le proces mande en Banc le Roi a trier, & outre faire droit.P368A1 [P368A1] Writtten on an Erasure.1_369

15

Item acorde est, qe les alienacions des terres & tenementz faites par gentz qi tenoient du Roi Henry, Besael au Roi qore est, ou des autres Rois devant lui, a tenir de eux mesmes, qe les alienacions estoisent en lour force; sauvant totesfoitz a nostre Seignour le Roi sa prerogative, du temps son ael, son piere, & de son temps demesne.

16

Item est acorde, qe plee de noun claym des fins, qi sont desoreP368A2 [P368A2] Interlined on the Roll.1_369 a lever, ne soit pris ne tenuz par baare, en temps avenir.

17

Item acorde est, qe touz marchantz sibien aliens come denzeins puissent venir en Irlande ove lour marchandises & dilloeqes retourner franchement, ove lour marchandises & vitailles, saunz fin ou raunceon prendre de eux; sauve totesfoitz au Roi ses auncienes custumes & autres devoirs.

18

Item, qe gentz Dengleterre sibien Religiouses come autres, qont lour heritages & possessions en Irlande, puissent mener lour bledz bestes & vitailles a la dite terre Dirland, & dilloeqes remener lour biens & marchandises en Engleterre, franchement & saunz empeschement; paiant lour custumes & autres devoirs au Roi.

19

Item porce qe les Marchantz aliens & denzeins par une malveise custume leve de novel ont este constreintz de paier custume & subside par lour canevace deinz quel lour leines sont packes; Acorde est qe tieu canevace ensemblement ove lour corners lour soient desore alloues, sanz ent paier custume ou subside.

20

Item acorde est qe passage des bledz soit defendu en touz les Portz Dengleterre, siqe nulle eit congie ne garaunt de passer tielx bledz en nulle manere, sil ne soit a Calays & Gascoign, ou as autres lieux especiales, queux il covient qe le Roi face garnir des bledz Dengleterre, & ce a sa propre ordinance & congie.

21

Item come en une parlement nadgairs fait, sur lordinance de lestaple en Engleterre, estoit ordine qe Marchantz aliens duissent mesner leines & les autres marchandises de lestaple outre meer, & qe nulle Marchant denzein les duisse passer; Et puis, par assent du Roi & de son conseil par aucunes certeines enchesons fuist

Page 1_369

grante passage des dites marchandises as denzeins, & sur ce proclamacion fait, & maunde a les custumeres es diverses portz de les soeffrir passer, tanqe a un certein temps, paiant le custume & subside come aliens; Et porce qe les dites marchandes denzeins se doutont destre empeschez en temps avenir, par lour marchandises qils ont issint passez par vertue de tiel graunt & proclamacion, porce qils estoient faites hors du parlement; le Roi voillant purvoier par lour seurte en celle partie ad ratifie & conferme en ceste present parlement les passages qils ont fait des leines & lour autres marchandises as parties outre meer, puis les graunt & proclamacion avantdites; & les graunte autiel passage desore saunz chalange ou empeschement de nully; issint totesfoitz qils paient les dites custume & subside tanqe al Seint Michel proschein avenir, & de mesmes la feste tanqe al Seint Michel proschein suant, come ils ont paiez avant ces heures puis qe le dit subside estoit grante.

22

Item ordine est en cest parlement qe queconqe persone qi troeve Faucon, terselet lanere ou laneret austoure ou autre Faucoun, qe soit perdu de lour Seignour, qe maintenant il lapporte au viscount du Countee, & qe le visconte face proclamacion en toutes les bones villes du Countee qil ad un tiel Faucoun en garde; et si le Seignour qi le perdi, ou aucun des soens, viegne par lui chalanger & proeve resonablement qe ce est a son Seignour, paie par ses coustages & eit le Faucon; & si nully viegne deins les quatre Mois par lui chalenger, qadonqes le visconte eit le Faucon, fesant gree a cellui qi le prist, sil soit simples homme; et sil soit gentils homme destat davoir Faucoun, qe le visconte rebaille al lui le dit Faucoun, prenant de lui resonables coustages par le temps qil lavoit en garde: & si null eit pris tiel Faucoun, & le concele du Seignour a qui il estoit, ou a ses Fauconers, ou qi qe lemporte du Seignour, & de ce soit atteint, eit la prison de deux anns, & rend au Seignour le pris du Faucoun issint concele ou emporte, sil eit de quoi; et si noun, eit pluis longe demoeure en prison.

Anno 35o EDWARDI III. A.D. 1360-1.

Ordinacio facta de Allece.

AN ORDINANCE OF HERRING.P369Astar [P369Astar] These Titles are from the printed Copies and Translations: No Title appears on the Statute Roll.–This Ordinance is entered on the Back of Membrane next following that on which is entered the Duplicate of the Ordinacio de Pisce salito de Blakeney, 31 Edw. III. Statute 3; ante page 355.1_370

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 12, d.

EDWARD par la grace de Dieu Roi Dengleterre, Seignour Dirlande & Daquitaigne, a touz ceux as queux cestes lettres vendront, saluz. Coment qe nadgairs a procurement dascuns fesantz entendre a nous & nostre conseil qe par cause qe les hostes de nostre ville de grand Jernemuth, qi herbergent les Peschours venantz illoeqes od lour harang en temps de feire, ne voleient soeffrir les ditz Pescheours vendre lour harang ne meller de la vente dicelle einz le vendent a lour volentee demesne, si chier come ils voleint, & donerent as Pescheours ce qi lour plust si qe les Pescheours se retreherent de venir illoeqes, & le harang feust mys a plus

Page 1_370

grant chiertee qi devant ne feust, entre autres choses ordine estoit par nous & nostre conseil qe les ditz Pescheours de harang serroient francs de vendre lour harang as toutes gentz qi vorroient venir a la dite faire de grand Jernemuth, sanz nulle desturbance de lour hostes ou autres queconqes; et quant les ditz Pescheours voudroient vendre en port lour marchandises, averoient lour hostes ovesqe eux sils y voudroient estre, & en lour presence & en presence dautres marchantz en apert vendroient lour marchandises a qi qe lour plust, et si autres marchandz presentz voudroient avoir part des dites marchandises chescun averoit ent sa part par le pris solonc lafferant de mesmes les marchandises issint venduees, & serroit la dite vente faite de solail levant tanqe, a solail rescours, & nemie devant napres; et qe nul hoste nautre nachatereit harang par pendre en meson par couvine nen autre manere plus haut le last de qarant soldz: nientmeinz pur ceo qe monstre est a nous & a nostre conseil, par peticion en cest present parlement, qe la vente de harang est mout encherri & le poeple grantement endamage par les pointz susditz; Cest assavoir qe plusurs marchantz venantz a la feire, sibien laborers & servantz come autres, bargainent le harang, & chescun de eux par malice & par envie encrest sur autre, et si un profre qarant soldz, un autre profre dys soldz plus, & le tiertz seisant soldz, & issint chescun surmont autre en le bargaine, et tiels profres se extendent a plus qe le pris del harang par quel le Pescheour le tendist a vendre a comencement; et quant chescun qi clamera part del harang par le pris acorde avera sa part, & le harang serra issint departi entre eux, le Peschour est tante greve & tarie par la coilliet de son argent quel il demanderoit des tantes persones, qil perde ses marrez & lavantage de sa pescherie; & aussint en ceo, qe nul harang fresche ne soit mis a vent, fors de solail levant tanqe a solail rescours, & nompas devant napres, ceo est a grante parte des Pescheours, & apeirement del harang, & damage du poeple qe la chatera; qar le pescherie est plus par nuyt qe par jour & sovent avient qe les Pescheours sont si loins & si chargez qil viegnent a la ville apres le solail rescours, ou poi devant, issint qils ne purront lour harang vendre au temps sur ceo limite, si q'il lour convendra demorer tout la nuyt & le jour apres sur la vente de lour harang, & perderont pluseurs marrez, & le profit de lour Pescherie: Nos attendantz les grevances & meschiefs avantditz, par avis & assent de nostre dit parlement, volons & grantons, qe bien lise a chescun homme, de quel condicion qil soit marchant ou autre, dachatre harang, en apert nompas privement, a tiel pris come purra estre acorde entre lui & le vendour de mesme le harang; et qe nul entre en bargain sur lachate de harang, tant come celui qi vient primer par bargainer avera fini son bargain, greable a vendour; & qe nulli profre encrees sur autre durant le primer bargain, sur peine de forfaire devers nous le double de son profre; mes eit chescun le harang issint achate solom son bargain ent fait; et qe chescun Pescheour peusse vendre & deliverer son harang & pesson a chescun marre, quant il viendra a la dite ville de Grant Jernemuth, sanz ascun destourbance ou empeschement, nient contresteant nulle ordinance avant ces houres faite au contrair. En tesmoignance de quelle chose nous avons fait faire cestes noz lettres patentes. Done a Westmonster le vintisme jour de Feverer lan de nostre regne trente quint.

per ipsum Regem & Consilium in parliamento.

Page 1_371

Anno 36o EDWARDI III. A.D.1362.

1

In Margine Rotuli.

Statutum fc'm in p'liamento tento apud Westmonasterium; in quindena Sc'i Mich'is Anno tricesimo sexto.

A STATUTE MADE IN THE PARLIAMENT HOLDEN AT WESTMINSTER; IN THE FIFTEENTH OF SAINT MICHAEL, IN THE THIRTY-SIXTH YEAR.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 8.

AL honour & pleisance de Dieu, & amendement des outrages grevances & oppressions faitz au poeple, & en relevement de lour estat, le Roi Edward, a son parlement tenuz a Westmonstier a la quinzime Seint Michel, Ian de son regne trente sisme, a la requeste de sa commune par lour peticion baillez a lui en le dit parlement, par assent des Prelatz, Ducs, Countes, Barons & autres grantz, au dit parlement assemblez, ad graunte par lui & ses heirs a touz jours les articles souzescriptz:

1

Primerement qe la grande Chartre & la Chartre de la Foreste, & les autres estatutz, faitz en son temps & en temps de ses progenitours, soient bien & fermement tenuz & gardez, es touz pointz.

2

Item par la grevouse pleinte qad este fait des Purveours des vitailles del Hostel le Roi, la Roigne, & lour eisne filz, & des autres Seignours & Dames du realme, le Roi de sa propre volente, sanz mocion des grauntz ou communes, ad grante & ordene en ease du son poeple, qe desore nul homme du dit Realme eit prise, fors soulement lui mesmes & la Roigne sa compaigne: et outre, del assent avantdit est ordeigne & establi qe sur tieux porveances desore affaire par les hosteulx le Roi & la Roigne soit prest paiement fait en poigne, cestassavoir le pris par quel autiels vitailles sont venduz communement, en marchees environ: et qe le heignous noun de porveour soit chaunge & nome Achatour; et si le chatour ne purra bonement acorder ove le vendour, de ce q'il enbusoignera, adonqes les prises qi se ferront par les ditz deux hostelx soient faites par veue & tesmoignance & appreciacion des Seignours, ou lour baillifs, Conestables, & quatre prodeshommes de chescune ville, & ce par endenture affaire entre les achatours & les ditz Seignours, ou Baillifs, Conestables & quatre hommes, contenante la quantite de la prise & le pris & des queux persones: et qe les prises soient faites en covenable & ease manere, sanz duresce, reddour, manaces, ou autre vilenie; & qe les prises & achatz soient faitz es lieux & places ou greindre plentee yad, & ce en temps covenable; et qe plus ne soit pris qe ne busoigne en sa sesone, par les ditz deux hosteulx; et qe le noumbre des achatours soit amenuse en taunt come homme purra bonement; et qe tieux soient achatours qi soient sufficiantz de respondre au Roi & au poeple, & qe nul de eux eit depute; et qe les commissions soient ensealees du grant seal, & chescun demy an restitutz en la Chancellerie, & autres de novel faites, et q'en les dites commissions soit comprise toute la matere & manere

Page 1_372

de lour prise & achatz; et qe mesmes les commissions soient faites sur la fin du dit parlement, & adonqes toutes les autres commissions des Purveours devant faites de tout repellez; et qe nul homme soit tenuz de obeir as achatours des autres Seignours, contre lour gree & volente, ne a les achatours des ditz deux hosteulx sils ne facent prest paiement en poigne come devant est dit; ne qe nul homme soit mis en contempt par cause de desobeissance faite en celle partie: et qe les prises des toute manere des bledz & brese par les ditz deux hosteulx soient mesurez par mesure acordante a lestandard, rasee & nient coumble; et qe pur les cariages des ditz bledz & brese, & pur toutes autres maneres des prises & achatz affaire par les ditz deux hosteulx, soit prest paiement fait en poigne, en mesme la manere come par les prises & achatz susditz; et qe plus de cariage ne soit pris qe ne busoigne & soit necessaire celle partie: et si nul achatour, apres les novelles commissions faites, face ascunes prises ou achatz ou prenour de cariage, en autre manere qe nest compris en lour dites commissions, eit punissement de vie & de membre; come en autres estatutz est ordene des Purveours.

3

Item qe nul achatour des vitailles, ne prenour des cariages, pregne ne receive de nullui donne nautre bienfait, par disport faire, ne ne charge ne ne greve nul homme par cause des tieux prises, achatz, & cariages, par haour, envie, male volente, ou procurement; et sil face & de ce soit atteint a suyte de partie, rende a la partie ses damages au treble, & eit la prisone de deux anns, & soit reint a la volente le Roi, & puis forsjure la Court: et si la partie ne vorra sure, eit celui qe le vorra sure par le Roi le tierz dener de ceo qe serra recoveri par son travail, et nientmeins eit lachatour & prenour la penance come devant est dit en mesme ceste article: et qe chescun achatour, sur son acompt, declare & distinge severalement touz les prises & achatz de chescun Countee, ville, villee, & persone.

4

Item par restreindre la malice des achatours des vitailles & prenours des cariages, soient commissions faites as deux bones gentz & loialx de chescun Countee & le tierce soit del hostel le Roi, nome en mesmes les commissions; issint qe si aucun de trois ne veigne, qe les deux aillent avant, denquere du port & faitz des ditz achatours & prenours, & combien mesmes les achatours ont pris & achate, & combien de cariage les ditz prenours ont pris severalement de chescun ville, villee, ou singuleres persones; & doier & terminer les contemptz, outrages & trespas, faitz celle partie sibien a la suyte le Roi come a la suite de chescun qi se vorra de eux pleindre: et par informacion faire as ditz Justices des choses susdites, se assemblent le Seneschal Tresorer, Countreroullour de chescun des ditz deux hosteux, & appellent devant eux touz les Clercs & autres officers queconqes, du chescun office de mesmes les deux hosteulx & veient les resceites des parcels purveuz en paiis & despenduz en les ditz hosteulx: et a chescun quarter ou demy an certifient en la Chancellerie les parcelles prises en chescune ville & de chescune persone, & le Chanceller face mander celle certificacion a les Justices qi serront issint assignez; et sil soit trove en paiis, par evidence de lour endentures ou en autre manere, qils ont pris plus qils nount livere en les ditz deux hosteulx, et qils nount paie pur ce qils ount pris, a suite de partie ou a suite le Roi, eit la penance de vie & de membre, come devant est dit: et qe ceste ordenance se estende & tiegne lieu sibien devers les Purveours par les grauntz chivaulx des ditz deux hosteulx, come devers les achatours & prenours avantnomez.

Page 1_373

5

Item qe nul homme des ditz deux hosteulx tiegne plus des chivaulx en sa livere ou les hosteulx serront qe nest ordeigne par estatut del hostel le Roi; et si nul face autrement, soit des chivaulx trovez outre le noumbre a lui attitle par le dit estatut fait come le statut voet: et qe nul homme des ditz deux hosteulx de queconqe estat ou condicion qil soit eit Purveour ou Forgoer de faire nulle porveance ne prise par nul homme des ditz deux hosteulx, mes qe eux ou lour gentz achatent ce qe lour busoigne de eux qi le voillent de lour bon gree vendre, & paient prestement en main selonc ce qils purront acorder ove le vendour; et sils facent en autre manere, soit fait de eux tiel punissement come dessus est dit des achatours: et qe Veneours, Fauconers, Serjantes darmes, & touz autres qi sont as gages ou appertenance as ditz deux hosteulx, eient mesme la penance sils veignent a lencountre.

6

Item qe nul Seignour Dengleterre ne nul autre du dit roialme, de quel estat ou condicion qil soit, forpris le Roi & la Roine, face prise par lui ne nul de ses gentz en acun manere de nul manere des vitailles, mes achatent ce qe lour busoigne de ces qi le voillent vendre de lour bon gree, & pur ce paient prestement en poigne selonc ce qils purront acorder ove le vendour: et si les gentz des Seignours ou des autres facent en autre manere & de ce soient atteintz, soit fait de eux tiel punissement de vie & de membre come ordeigne est des achatours.

7

Item coment qe ordeigne soit par lestatut de lestaple, qe les Meirs & Conestables de les Estaples eient jurisdiccion & conissance deins les villes ou les estaples sont, des gentz & de toute manere des choses touchantz lestaple, & des felonies mahemes & trespas faitz deinz lestaple; acorde est & assentu qe les ditz Meirs & Conestables averont conissance tantsoulement des dettes, covenances, & contractes & toutes autres plees touchantz marchandie & seurete de marchandie, entre Marchant & Marchant, qi sont par Marchantz conuz; & proces des felonies & des touz autres plees sibien deinz lestaple come dehors, soient a la commune leye, come feurent devant la fesance del estatut de lestaple, nient contresteant mesme lestatute; sauve toutesfoitz qe les marchantz aliens soient ils pleintifs ou defendantz, puissent sure lour pleintz & quereles sibien de trespas come autres les quels qils voillent, devant le Meir de lestaple par la ley de lestaple ou aillours a la commune ley come est contenu en le dit estatut de la Staple: et qe le Roi & touz autres Seignours deinz lour Seignouries eient & enjoient lour fraunchises, jurisdiccions & privileges, come ils avoient avant mesme lestatut fait; issint toutesfoitz qe le Meir de lestaple eit poair de prendre reconissance des dettes de queconqes persones, soit il Marchant soit il autre, en mesme la manere come est contenuz en mesme lestatut de lestaple.

8

Item le Roi a la priere de la commune monstrantz a lui par lour peticion coment Chapelleins sont devenuz trop chiers puis la pestilence, a grande grevance & oppression du poeple, ad parle a Lercevesqe de Canterbirs & Evesqes esteantz en parlement de mettre sur ce remedie covenable; queux Ercevesqe & Evesqes, al movement de Roi & des grantz, disoient en mesme le parlement qils ont sur ce ordeigne en certein; cestassavoir, qe peine des Chapelleins parochiels par queconqe colour receivantz outre sis marcz, & autres chauntantz annales, & a cure des almes nient entendantz, prenantz outre cink marcz, sanz dispensacion Devesqi est suspension doffice, silz deinz le mois de ce qe plus receiverent ne facent restitucion, al overaigne del esglise en quele ils chaunterent: & peine des gentz de seinte esglise donantz outre sis marcz ou cynk as Chapelleins parochiels,

Page 1_374

ou autres chauntantz annals, come devant est dit, est paier le double de ce qe excessivement ils paierent, a tourner en oeps dalmoigne al arbitrement del diocesan de lieu: et qe Chapelleins queconqes a lour propre service entendantz, come chauntantz annals, servent as paroches & soient entendantz a cure des almes, come par les ordeigners de lieu ou par ces as queux ils attient serront requis, sur peine de suspension doffice, quel ils encurreront sur le fait sils dedeinz les vintz jours apres qils serront issint requis ne soient obeissantz au tiel requeste: et qe nul Chapellein passant dune diocise a autre soit recieu illeoqes de chaunter divine service sil ne monstre al Diocisan de lieu lettres commendantes del Evesqe en qi diocise prochein devant il demorra: Pur quoi le Roi del assent des grantz & communes ad ordeigne, qe si nul homme seculer du realme paie plus qe cynk marcz a nul Chapellein annal, en deners ou en autre chose a la valeu, ou sil paie au tiel Chapellein retenuz a demorer a sa table outre deux marcz par sa robe & ses autres necessaires, sa table acompte a quarante souldz, & de ce soit atteint, paie au Roi pleinement a tant come il paia au dit Chapellein.

9

Item si nul homme se sente greve au contreire de nul des articles dessus escriptz ou autres contenuz en diverses estatutz, & veigne en la Chancellerie ou aucun par lui, & de ce face sa pleinte, eit meintenant illeoqes remedie par force des ditz articles & estatutz, sanz aillours pursure par remedie avoir.

10

Item par meintenance des ditz articles & estatutz, & redresser diverses meschiefs & grevances qi veignent de jour en autre, soit parlement tenuz chescun an sicome autrefoitz estoit ordeigne par estatut.

11

Item le Roi del assent avandit, eant regarde al grant Subside qe les Communes lui ont grantez ore en cest parlement, des leines, quirs, & peaulx lanuz, a prendre par trois anns, voet & grante, qapres le dit terme passe rien ne soit pris ne demande des ditz communes, fors soulement launciene custume de demy marc; ne qe cest grante ore faite, ou qad este faite devant ces heures, ne soit tret en ensaumple ne charge du dite commune en temps avener: et qe les Marchantz deinzeins puissent passer ove lour leines, si avant come les foreins, sanz estre restreintz; & qe nul Subside nautre charge soit mis ne grante sur les leines, par les Marchantz ne par nul autre, desore enavant sanz assent du parlement.

12

Item qe en les commissions des Justices de la pees & des laborers, soit faite expresse mencion qi mesmes les Justices facent lour Sessions quaterfoitz par an; cestassavoir une session deinz les Oetaves de la Tiphaine, la secunde deinz la secunde simaigne de demy Quaresme, le tierce entre les festes de Pentecoste & de Seint Johan Baptistre, le quart deinz les oet jours de Seint Michel.

13

Item par la grevouse pleinte qe le Roi ad oie de son poeple, de ses Eschetours & de lour mal port, il voet & ad ordeigne del assent avantdit, qe terres seisiez en sa mein par cause de garde soient sauvement gardez, sanz wast ou destruccion; et qe leschetour eit nul fee de bois, venison, de pesson, nautre rien, mes respoigne au Roi des issues & profitz annuels provenantz des ditz terres, sanz wast ou destruccion faire, et sil face autrement & de ce soit atteint, soit reint a la volente le Roi, & rende al heir les damages au treble, a sa propre sute sibien deins age come de pleine age, & eient les amys tantcome il est deinz age la sute par lui, respoignantz au dit heir de ce qi serra issint recovery: auxint des autres terres seisiez en la mein le Roi par enqueste doffice, prise devant les Eschetours, tiegne mesme ceste ordeignance & penance devers les Eschetours:

Page 1_375

e sil eit nul homme qi mette chalenge ou claym as terres issint seisiez, qe leschetour mande lenqueste en la Chancellerie, deinz le mois apres les terres issint seisies, et qe brief lui soit livere de certifier la cause de sa seisine en Chancellerie, & illeoqes soit oie sanz delay de traverser loffice, ou autrement monstrer son droit, & dilleoqes mande devant le Roi, affaire finale discussion sanz attendre autre mandement: et en cas qe ascun veigne devant le Chanceller & monstre son droit par quele demonstrance par bones evidences de son auncien droit & bon title, qe le Chancellor par sa bone discrecion & avis de conseil, si lui semble qil busoigne avoir conseil, qil lesse & baille les terres issint en debat au tenant, rendant ent au Roi la value si au Roi appartient, en manere come il & les autres Chancellers devans lui ont fait devant ces heures de leur bone discrecion, issint qil face seurete qil ne fra wast ne destruccion tanqe il soit ajugge: et qe les ditz Eschetours pregnent tieles enquestes en les bones villes & par bones gentz, & ce overtement & par endentures affaires entre les ditz Eschetours & ces de les enquestes, come autrefoitz fuist ordeigne par estatut: et si nul Eschetour face au contraire de ceste ordeignance susdite eit la prisone de deux anns & outre soit reint a la volente le Roi.

14

Item pur ce qe lentencion des Seignours & de la commune est declare en cest present parlement, qe les comunaltees de chescunes villes du Roialme eient les fins & amerciamentz & touz autres profitz de queconqes artificers, servantz, & autres laborers, & feussent paiez as Coillours de la quinzisme trienale, autrefoitz grantez au Roi par le temps de trois anns, en avantage de la commune en descharge de la quinzisme; si est ordeigne en cest parlement qe touz les deniers des fins & amerciementz & autres profitz, sibien ces qi sont levez come ceux qi sont a lever, dues de les ditz trois anns, soient levez al oeps de la commune & distributz entre eux, nient contresteantz les paroles en lautre estatut qi sont contrariantz a ceste declaracion & ordeignance: et qe les Coillours des ditz deniers ne soient mye tenuz de rendre de ce acompt a Lescheqer, mes qe les Justices de la pees en chescun Countee eient poair doier lour acompt, & les compeller de faire pleine distribucion.

15

Item, pur ce qe monstre est soventfoitz au Roi, par Prelatz, Ducs Counts Barons & tout la commune, les grantz meschiefs qi sont advenuz as plusours du realme de ce qe les leyes custumes & estatutz du dit realme ne sont pas conuz communement en mesme le realme, par cause qils sont pledez monstrez & juggez en la lange Franceis, qest trope desconue en dit realme; issint qe les gentz qi pledent ou sont empledez en les Courtz le Roi & les Courtz dautres, nont entendement ne conissance de ce qest dit par eulx ne contre eulx par lour Sergeantz & autres pledours; et qe resonablement les dites leyes & custumes serront le plus tost apris & conuz & mieultz entenduz en la lange usee en dit realme, et par tant chescun du dit realme se purroit mieultz governer sanz faire offense a la leye, & le mieultz garder sauver & defendre ses heritages & possessions; & en diverses regions & paiis, ou le Roi les nobles & autres du dit realme ont este, est bon governement & plein droit fait a chescun par cause qe lour leyes & custumes sont apris & usez en la lange du paiis: Le Roi desirant le bon governement & tranqillite de son poeple, & de ouster & eschure les maulx & meschiefs qi sont advenuz, & purront avener en ceste partie, ad par les causes susdites ordeigne & establi del assent avantdit qe toutes plees qi serront a pleder en ses Courtz queconqes, devant ses Justices queconqes ou en ses autres places ou devant ses autres Ministres queconqes ou en les Courtz

Page 1_376

& places des autres Seignours qeconqes deinz le realme, soient pledez, monstretz, defenduz, responduz, debatuz & juggez en la lange engleise; et qils soient entreezP376A1 [P376A1] Interlined on the Roll.1_377 & enroullez en latin; et qe les leyes & custumes du dit Realme, termes & processes, soient tenuz & gardez come ils sont & ont este avant ces heures; et qe par les aunciens termes & formes de counter nul homme soit perdant, issint qe la matire del accion soit pleinement monstre en la demonstrance & en le brief: et est acorde del assent avantdit q cestes ordeignances & estatutz de pleder comenceent & tiegnent lieu al quinzeine Seint Hiller' prochein avenir.

1

In Margine Rotuli.

D' P'dona' facta Co'itati regni Angl'.

OF THE PARDON MADE TO THE COMMONALTY OF THE REALM OF ENGLAND.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 7.

EDWARD par la grace de Dieu Roi Dengleterre Seignour Dirlande & Daquitaigne, as touz ceux qi cestes lettres verront, Salutz. Sachiez nous avoir resceu la peticion baillez a nous par la commune de nostre realme en cest present parlement en la forme qi sensuyt:

A lour tresdoute Seignour le Roi prie sa dite commune qe come ils lui avoient prie estre deschargez de touz maners des articles de Eire forpris plees de terre de quo warranto, tresons, roberies & autres felonies quelconqes par queux homme portera penance de vie & de membre; quele peticion semble a son conseil estre prejudiciele a lui, & en desheritison de sa Corone si ele fuisse si generalement grantee: sa dite Commune nient voillantz ne desirrantz a demander choses de lui qi cherront en descresse de lui ou de sa Corone perpetuelment, come des eschetes de terre ou de tenement par quelconqe cause, gardes, mariages, fees & advoesons, serjanties, rentes, services, Seignouries, terres amortiez sanz licence, ne fins par trespas de purchace des terres tenuz de lui come de la Corone, & alienez sanz congie, ne des fins offertz en certein & nient refusez devant quelconqes les Justices,P376Aa1 [P376Aa1] pur Printed Copies1_377 par prestures faitz sur lui auxibien en terres come en eawes, fraunchises acrochiez, tresor trove, dettesP376A2 [P376A2] & Printed Copies1_377 acomptes, a lui dues puis la pardon faite a sa dite commune par estatutz nadgairs faitz, ne autres articlesP376A3 [P376A3] Interlined on the Roll.1_377 quels qils soient qi chiesent en desheritison de lui ou de sa Corone perpetuelment: Mes des trespasses, mesprisions, necgligences, ou ignorances, ou autres choses quelconqes, qi sont faitz, eschuz, ou advenuz avant cest present parlement, et des touz articles de Eir dont le punissement cherreit en fin ou en raunceon, ou autres peines pecunieres, emprisonementz, amerciementz des communes ou des villes, ou des singuleres persones quelconqes, sibien ministres le Roi come autres a la sute le Roi, eschaps des felons, chateux des felons & futifs eschuiz puis la darreine pardon faite a sa commune dyceux & nient levez ne ajuggez ou en charge de franc tenement de ceux qi unqes ne trespasserent, come heirs ou terre tenantz des Coroners, Viscontes, Eschetours, sibien Ministres le Roi come autres, & autres gentz quelconqes; Sauvant au Roi les dettes & acomptes a lui dues a ore en present: qe lui pleise de sa tres excellente Seignourie, eant regard a les grantz charges, travaux & meschiefs, qe sa poevre commune ad suffert en son temps, & a la charge quele il les ad ore demande, de ces choses avantnomez, faire pardon a sa dite commune generalment tanqe a cest present parlement; issint qe des toutes les choses

Page 1_377

& articles avant nomez par nulle mane des choses faites en temps passe riens ne soit enquis, ne nul homme del poeple Ministre le Roi ou autre de quele condicion qil soit de ceux soit mis a respondre, empeschez, molestez ne grevez, par nul manere de colour, imaginacion ou interpretacion; mes toutes maneres des trespasses mesprisions necgligences ou ignorances, & autres choses quelconqes avant nomez, soient relessez de tout & pardonez: Sauvant tout temps la suyte des parties qi se voudront pleindre: Et qe gentz atteintz a la seute des parties eient emprisonement en cas ou il est done par la ley, nient contresteantz les pardons des fins & raunceons come dessus est dit: Et come la commune ont autrefoitz requis & unquore ils prient qe la grande Chartre, la Chartre de la Foreste & touz autres estatutz einz ces heures faitz, soient fermement gardez & tenuz en touz pointz des choses qi sont a eschere, ou qi avendront apres ces heures, auxibien par profit le Roi come par quiete de son poeple: Et qe touz les articles del Eir soient mandez as Justices de la pees en chescun Countee, de les publier & notifier a la commune, al entent qils puissent avoir conissance des ditz articles, issint qils se puissent mieltz porter & governer, & eschure les perils & punissementz des ditz articles; Et adonqes a quele heure qil plerra a lour tresdoute Seignour, qil face ses sessions & enquerrez, selonc ce qe semblera a lui & a son bon conseil qe mieultz soit affaire, par profit de lui & de son poeple: Et nest pas lentencion de sa dite commune par ycelle pardon, qe le Roi ne face enquerre des grevances & oppressions faitz au poeple, par ses Purveours ou purveours des autres avant ces heures, dont grant clamour ad este fait en cest present parlement: Et qe pleise a sa tresgracious Seignourie dyceux pardons faire chartres, contenantz les dites pardons, as touz les Countees Dengleterre, & as touz severales persones qe les voudront demander ou pursure, sans fin faire ou fee paier par le seal; et qe la forme des tieux chartres soit faite avant le departir des Seignours de parlement, & la dite forme a nostre Seignour le Roi & a son conseil & a les autres Seignours monstrez: Nous considerantz les grantz charges qe nostre dite commune ad suffert, & les grantz bienfaitz qils nous ont fait plusures foitz, de nostre grace especiale & del assent des Prelatz, Ducs, Contes, Barons & communes esteantz en le dit parlement, eions grantez a nostre dite commune de tout temps passe pleine pardon, selonc la forme de lour peticion susdite. Sauvez toutesfoitz a nous & a noz heirs nostre droit en temps avenir, en manere come lavions devant le dit grant & pardon. Et volons & grantons qe par nous noz heirs, noz Justices ne autres noz Ministres quelconqes, nul homme soit empeschez, mis a respondre, ne proces fait de nul point contenu en nostre dite pardon. En tesmoignance de quele chose a cestes noz lettres patentes avons fait mettre nostre seal. Done a Westmonster le xiij. jour d'Octobre lan de nostre regne trente sisme.

Anno 37o EDWARDI III. A.D.1363.

In Margine Rotuli.

Statut' de Victu & Vestitu; Ano xxxvij.

A STATUTE CONCERNING DIET AND APPAREL; OF THE THIRTY SEVENTH YEAR.

Ex magno Rot. Stat. in Turr. Lond. m. 6. P378Astar [P378Astar] This Statute is also entered on a Roll, preserved in the Tower of London among the Parliament Rolls, and indorsed Ordinaciones facte in Parliamento tento apud Westmonasterium &c. Anno r. r. E. tercii xxxvijmo xxxvijmo xxxvijmo. The Various Readings from this Roll are marked Rot. Ord. The Various Readings from the Petitions in the Parliament Roll of this Year, on which this Statute was founded, are marked Rot. Parl.1_379

LE Roi Edward, a son parlement tenuz a Westmonster Venderdy en les octaves Seint Michel lan de son regne trent septisme, a la request des communes & del assent de Prelatz Ducs Countes Barons, & autres grantz illeoqes assemblez, ad ordeigne les choses southescriptes, en la forme qe sensuit. Primerement qe la grande Chartre la Chartre de la Forest, & les estatuz & ordinances einz ces hures faites, & meement les estatutz faitz au darrein parlement, soient tenuz & gardez & duement executz, solonc la forme & effect dicelles.

2

Item, par les grandes meschiefs qi sovent sont avenuz, & venent de jour en autre, de ceo qe les Eschetours, Viscontz, & autres Ministres le Roi, seisent les terres biens & chateux des plusours gentz, surmettantz qils sont utlagez la ou ils ne sont utlagez par cause qils portont tielx nouns come ces qi sont utlagez, par defaute de bone declaracion des surnouns; est ordeigne qe si nul se pleyne en tieu cas eit brief de Idemptitate nonnullis, en manere come ad este usee avant ces hures; et si terres, biens, ou chateux de nulluy soient seisiz en tieu cas par Eschetours, Viscont, ou autre Ministre, troeve seurte devant le Ministre qi ad grante de seiser, de respondre au Roi de la valu des tieux terres, biens, ou chateux, en cas qil ne se poet descharger, saunz rien prendre de la partie; et si tiel Ministre neP378A1 [P378A1] Interlined on the Roll.1_379 le face, & de ceo soit atteint, eit la partie sa seute devers tiel ministre, & recovre ses damages au double, & nient meins soit grevousement puniz devers le Roi.

3

Item par la grande chierte qest en plusours lieux du Roialme de polaille, est ordeigne, qe le pris dun jouene chapon ne passe trois deniers, & dun auncien qatre deniers dune gelyne deux deniers, dun poucyn un denier, dun awe qatre deniers; et es lieux ou le pris des tieux vitailles est meindre qil se teigne sanz estre enchierez par ceste ordinance;

Page 1_379

et qe es villes & marchees de Upland soient venduz a meindre pris, solonc ce qe poet estre acorde entre leschatour & le vendour; et qe Justices sur ce soient assignez par commissions de mettre la chose duement en execucion.

4

Item porce qe plusours gentz, acquitez par juggement en Lescheqer en une place, sont grandement grevez & endamagez, en autres offices & places du dit eschequer, de mesmes les choses dont ils sont issint acquitez, a grant meschief du poeple; est ordeigne qun Clerc de la remembrancie soit title de seer amount le clerc de la Pipe, de veer les descharges faites en la Pype & les enbrever en la remembrancie, pur faire cesser tote manere de processe surceo fait; et auxi qe la somons de la Pipe soit retrait, solonc ce qe parties par processe sont deschargez; et en cas qe defaute voluntrivement soit trove, le Tresorer par commandement le Roi le ferra duement punier.

5

Item par les grefs meschiefs qi sont avenuz, sibien au Roi come as grantz & communes, de ceo qe les Marchauntz nomez grossers engrossent totes maners des marchandises vendables, & le pris de tiele marchandie levent sodeinement deinz le roialme, mettantz a vent par covyne & ordinance entre eux faitz, appelle Fraternite & gilde de Marchaunt, les marchandises qi sont plus cheres, & les autres en repose tanqe au temps qe chierte ou defaute soit dicelles; est ordeigne qe nul Marchaunt Engleys ne use merce ne marchandie par lui ne par autre par nule manere de coveigne, mais use soulement, une quele il voudra eslire, entre cy & la feste de la Chaundelure proschein avenir. Et ceux qont entremeyns autres merces & marchandises qe celles qils ont esluz les puissent mettre a vente devant la feste de la Nativite Seint Johan proschein ensuant; et si nul face au contraire de ceste ordinance en nul point, & de ceo soit atteint en manere qi sensuera, forface devers le Roi la marchandise qil avera issint usee contre ceste ordinance; & outre face fyn au Roi solonc la quantite du trespas: et coment ceste ordinance serra mys en execucion, est ordeigne qe bones gentz & loialx, de chescun marchandie, soient esleux & jurees de surveer qe ceste ordinance soit tenuz & executz; Cest assavoir deux Marchantz de chescune marchandie, en chescune Citee & Burgh', & deux Marchantz en chescun Countee, & les defautes redrescer, & ces qils ne poont redrescer certifier au Chaunceller & Conseil le Roi; & soient commissions faites as certeins gentz, queux & qant il plerra au Roi assigner, denquere en Citees Burgh's & Countees, ou il busoignera, sibien de trespasours en celle partie, come des surveours encas qils soient necgligenz ou de covyn des trespasours, par le serement des sys jurrez; & outre sur ce processe faire, par oier & terminer de jour en jour de punir les trespasours & surveours; cest assavoir les trespasours solonc ceo qest ordeigne paramont, & les surveours solonc la discrecion des Justices, & ceo par la juree de dusze, encas qils se voillont mettre en pays de lour acusement; et quicumqe qi vorra suire pur le Roi en tiel cas soit a ceo recieu & eit le quart denier de la forfaiture, de celui qi issint serra atteint a sa seute.

6

Ensement est ordeigne qe artificers gentz de meistere se teignent chescun a un meister quel il vodra eslire entre cy & la dite feste de la Chaundelure; & soient eslieux deux de chescun meistere, de surveer qe nul usee altre meistere qe cele quele il ad eslieu, & Justices assignez denquere par processe de oier & terminer en cest article, come est ordeigne en larticle devant; forspris qe les trespasours en ceste article soient puniez

Page 1_380

par emprisonement de demy an, & outre face fyn au Roi, solonc la quantite du trespas, & les surveours par discrecion des Justices come devant. Mes lentencion du Roi & son conseill est, qe femmes cestassavoir Braceresces Pesteresces Tixteresces fileresces & overesees sibien de layne come de leinge teille & de soye, Braudesters, pyneresces de leyne, & totes autres qi usent & oeveront oeveraynes manuels, puissont user & oeverer franchement come ils ont fait avant ces hures, sanz nul empeschement, ou estre restreint par ceste ordeignance.

7

Item est ordeigne qe Orfeures, sibien en Loundres come aillours deinz le Roialme, facent tote manere de vessel & autre overaigne dargent bien & loialment de lalay de bon esterlyng: et eit chescun meistre orfeure un merche a par lui, & soit le merche conu par ces qi serront assignez de par le Roi de surveer lour overaignes & lalay: et qe les ditz orfeuers ne mettont lour merches sur lour overaignes, tanqe les ditz surveours eiont fait lour assay, come serra ordeigne par le Roy & son conseil; et lassaie faite mettont les surveours le merche le Roi, & puis lorfeure son merche par quel il veot respoundre: et qe nul orfeure ne preigne par vessel blanc & playn par le poys du livre dorfever, cest assaver du pris de deux mars du poys de Parys, qe dys & oet deniers, come lem fait a Parys; & qe nul orfeuer, fesant vessel blanc, ne se medle de surorrer, ne ces qi surorront ne se medlent de faire vessel blanc: et ces qi serront issint assignez en chescun ville facent lour serche, atant defoith come serra ordeigne; & qe ces qi serront en defaute des orfeuers encorgent peine de forfaire au Roi la valu du metal qi serra trove en defaute.

8

Item par loutrageouse & excessive apparaille des plusours gentz, contre lour estat & degree, a tresgrant destruccion & empoverissement de tote la terre, est ordeigne, qe garsons, sibien servantz as Seignours come de meistere & des artificers, soient serviz de manger & de boiure, unfoith le jour, de char ou de pesson, & le remenant daltres vitailles, come de lectee, furmage, bure & autres tiels vitailles, acordantz a lour estat: et qils eient draps par lour vesture ou chausure, dont le drape entier ne passe deux mars, et qils ne usent drape de pluis haut pris, de lour acate nautrement, ne nul chose dor, dargent, nenbroydez aymelez ne de soye, ne rien appendant des dites choses; & soient lour femmes filles & enfantz, de mesme la condicion en lour vesture & apparaille, & ne usent nulles veilles, passant la veille dusze deniers.

9

Item qe gentz de meistere dartifice, & de office appelle Yomen, ne ne preignent ne usent drape de plus haut pris, par lour vesture ou chaceure,P380A1 [P380A1] chauceure Rot. Ord: Rot. Parl.1_381 qe deinz qarant soldz le drape entier, par voie dacate nautrement; ne perry,P380A2 [P380A2] perree Rot. Ord perre Rot. Parl.1_381 drape de soy ne dargent, ne ceynture, cotel, fermaille, anel, garter, nouches, rubaignes, cheines, bendes, sealx, nautres choses dor ne dargent, ne nule manere dapparaille embraudez, eymelez ne de seie par nule voie; & qe lour femmes filles & enfantz soient de mesme la condicion en lour vesture & apparaille; & q'eles ne usent nul veille de sey, mes soulement de file face deinz le Roialme, ne nul manere de pelure, ne de boge,P380A3 [P380A3] bugee Rot. Ord: Rot. Parl.1_381 mes soulement de aignell, Convng,P380A4 [P380A4] conyl Rot. Ord conil Rot. Parl.1_381 chat & gopil.

10

Item, qe esquiers & toutes maneres des gentils gentz, desouth lestat de Chivaler, qi nont terre ou rent a la value de Cent livres par an, ne preignent ne usent drape par lour vesture ou chausure de plus haut pris qe deinz le pris de qatre mars & demy le drape entier par voie

Page 1_381

dacate nautrement; ne qils ne usent drape dor de seye ne dargent, ne nule manere de vesture enbroidez, anel, fermaile, nouche dor, rubayn seynture, ne null autre apparaille ne herneys dor ne dargent, ne riens de perre, ne nule manere de pellure; & qe lour femmes filles & enfantz soient de mesme la condicion qant a lour vesture & apparaille, sanz ascuns revers ou purfil; & q'eles ne usent esclaires cremiles, ne trofles, ne nule manere dapparaille dor ne dargent, ne de perre. Mais qe esquiers eiantz terre ou rente a la value de deux Cent livres par an & outre puissont prendre & user drape de pris de cynk marz le drape entier, & drape de seye & dargent, rubayn ceynture & autre apparaille resonablement garniz dargent; & qe lour femmes files & enfantz puissent user pelure revers de menever saunz eremyns ou letuses, ou ascune manere dapparaill de perre, sinoun par lour testes.

11

Item, qe Marchantz Citeseyns & burgeys, artificers, gentz de meistere, sibien deinz la Citee de Loundres come aillours, qont clerement biens & chateux a la valu de Cynk Centz livres, & lour femmes & enfantz puissent prendre & user en manere come les esquiers & gentils gentz qont terre ou rente a la valu de Cent livres par an; & qe les Marchantz, citeseyns & burgeys qont clerement biens & chateux outre la value de Mill livres, & lour femmes & enfantz puissent prendre & user en manere come les esquiers & gentils gentz qi ont terre ou rent a la valu de deux Centz livres par an: et qe nul garson, yoman ne servant des Marchaunz, de marchandieP381A1 [P381A1] om  Printed Copies omit; de is interlined on the Statute Roll; and omitted in Rot. Ord. & Rot. Parl. 1_382 artificer ou gentz de meistere, ne use altrement en apparaille qe nest ordeigne des garsons & Yomen des Seignurs paramont.

12

Item qe Chivalers, qont terre ou rente deinz la value de deux Cent mars par an